Aller au contenu

Sur la parabole du bon grain et de l’ivraie

2013 novembre 12

Sur la parabole du bon grain et de l’ivraie

 

Sermon de l’abbé Louis J. Campbell

(préfacé par Thomas A. Droleskey, Ph.D.,

responsable du site catholique américain www.Christorchaos.com)


 

L’abbé Louis J. Campbell, pasteur du Saint Jude Shrine (sanctuaire de saint Jude) à Stafford (Texas), élevé au saint Sacerdoce le 3 septembre 1961 dans l’Ordre de Saint Augustin (dans la province canadienne de Nouvelle-Écosse), m’a permis de publier son sermon de ce jour, vingt-cinquième Dimanche après la Pentecôte (messe du cinquième Dimanche après l’Épiphanie), qui résume d’une manière à la fois succincte et très claire la situation à laquelle nous devons faire face aujourd’hui. Je le remercie de m’avoir autorisé à mettre cet important sermon à la disposition des lecteurs de notre site.

 
la parabole du bon grain et de l’ivraie
 

La parabole que Jésus nous conte aujourd’hui sur la mauvaise graine qui pousse à côté de la bonne ne saurait nous surprendre, car nous savons fort bien qu’en ce bas monde, les méchants côtoient les bons. Mais lorsqu’on y regarde de près, on constate que Jésus parle non pas du monde, mais de l’Église. Car dans le champ de l’Église elle-même, le démon a planté sa mauvaise graine, dont Judas fut le prototype : « Pendant le souper, lorsque déjà le diable avait mis dans le cœur de Judas, fils de Simon Iscariote, le dessein de le livrer… » (Jn. 13 : 2).

 

Bien sûr, Notre Seigneur parlait non seulement des temps apostoliques, mais aussi de chaque âge de l’Église, jusqu’au temps de la moisson. Mais si les « mauvaises herbes » n’ont pas encore été mises en gerbes pour être brûlées, cela signifie qu’elles sont toujours parmi nous, en train de tramer leurs complots maléfiques afin de séduire l’innocent et de susciter la révolution.

 

« Mais comment peut-il y avoir de mauvaises herbes dans l’Église ? » Il y a une Révolution au sein de l’Église. La révolution n’est autre que le renversement et le remplacement de l’ordre préexistant. C’est ce qu’a accompli la Révolution française de 1789, qui a renversé la monarchie et l’Église en France, exécutant un roi et une reine innocents, des milliers d’évêques, de prêtres et de religieux, des centaines de milliers de citoyens français innocents. La Révolution fut en définitive l’œuvre de la franc-maçonnerie, que l’Église avait déjà condamnée un demi-siècle auparavant.

 

Mais les révolutionnaires n’allaient pas s’arrêter là. Un prêtre français apostat, le chanoine Roca, déclarait déjà, à la fin du dix-neuvième siècle : « Le culte divin tel que la liturgie, le cérémonial, le rituel, tels que les prescriptions de l’Eglise romaine les règlent, subira une transformation à la suite d’un concile œcuménique […] La papauté tombera, elle mourra sous le couteau sacré que les Pères du dernier concile forgeront. Le César pontifical est l’hostie consommée pour le sacrifice. » (Évêque Rudolph Graber, Athanasius and the Church of Our Time, page 35). Un franc-maçon français de premier plan (1) (Yves Marsaudon, “L’œcuménisme vu par un franc-maçon de tradition”), a écrit en 1908 : « Le but n’est plus de détruire l’Église, mais plutôt de se servir d’elle en l’infiltrant » (Évêque Graber, pages 38 et 39).

 

Tel était déjà le plan des sociétés secrètes maçonniques depuis des générations. Elles devaient poser des pièges au clergé dans les sacristies, les séminaires et les monastères, afin de lui faire suivre « une révolution en tiare et en chape […] en croyant toujours marcher sous la bannière des clefs apostoliques » (instruction permanente de l’Alta Vendita).

 

La franc-maçonnerie étant la “matrice”, ainsi que le Pape Pie XII l’a appelée, le communisme fut une “retombée” de ce qui s’était passé avant lui en France. En 1936, le Parti Communiste ordonna que des jeunes gens compétents fussent préparés secrètement à entrer dans des séminaires et des monastères pour y être ordonnés prêtres. Manning Johnson, ancien membre du Parti Communiste d’Amérique, fit en 1953 la déposition suivante devant la Commission sur les activités anti-américaines de la Chambre des Représentants (HUAC) :

 

« Aux États-Unis, les dirigeants communistes se sont rendu compte que dans ce pays, la tactique d’infiltration devait s’adapter aux conditions américaines […] Aux stades précoces, il fut décidé qu’avec les seules forces modestes dont ils disposaient, les communistes devraient concentrer leurs agents dans les séminaires. La conclusion pratique qu’en tirèrent les dirigeants rouges fut que ces institutions permettraient à une petite minorité communiste d’agir sur l’idéologie des futurs ecclésiastiques dans un sens favorable aux visées communistes […] Cette politique consistant à infiltrer les séminaires réussit au-delà des espérances communistes. »

 

Mme Bella Dodd, elle-même membre éminent du Parti Communiste, se convertit au catholicisme en 1952 et commença dès lors à révéler les tactiques du Parti : « Au cours des années trente, nous avons placé des centaines de jeunes gens dans le sacerdoce afin de détruire l’Église de l’intérieur […] À l’heure actuelle, ils occupent les plus hauts postes de l’Église. » À l’avenir, selon elle, « on ne reconnaîtra plus l’Église catholique ». Cela, c’était des dizaines d’années avant l’ouverture du Concile Vatican II ;

 

« Selon quelqu’un qui a assisté aux conférences de Bella Dodd (le Frère Joseph Natala), l’intention était de détruire non pas l’institution de l’Église, mais plutôt la Foi des fidèles, voire d’utiliser, si possible, ladite institution pour détruire la Foi en promouvant une pseudo-religion : quelque chose qui ressemblerait au catholicisme, mais qui ne le serait pas en réalité. La Foi étant détruite, Dodd explique que l’on instillerait dans l’Église un complexe de culpabilité […], que l’on présenterait “L’Église du passé” comme étant oppressive, autoritaire, pleine de préjugés, arrogante en tant que prétendu possesseur unique de la vérité, et responsable des divisions entre familles religieuses au cours des siècles. Cela s’imposerait pour faire honte aux dirigeants de l’Église, les amenant ainsi à l’“ouverture au monde”, de même qu’à une attitude plus souple vis-à-vis de toutes les religions et philosophies. Les communistes exploiteraient alors cette ouverture dans le but de miner l’Église. »

 

N’avons-nous pas été témoins de tout cela ? Une fois implantées, ces « mauvaises herbes », évêques et cardinaux maçonniques et(ou) communistes, firent carrière à Rome, et en 1961, lors de l’ouverture de Vatican II, ils s’unirent pour arracher aux véritables évêques et cardinaux la maîtrise des débats, appliquant de la sorte leur programme de destruction de la Foi. Le cardinal Léon-Joseph Suenens put ainsi se vanter que Vatican II avait été 1789 dans l’Église. Après le Concile, le Grand-Orient de France fit état d’une « gigantesque révolution dans l’Église », qu’il considérait comme « un prélude à la victoire » (Évêque Graber, page 71).

 

Les prêtres, les évêques et la papauté elle-même ont été les premières victimes de la Révolution. Mais leur désastreux échec avait été prophétisé dans les Saintes Écritures, et il était connu de l’Église primitive. Le grand Cardinal Manning (1808-1892), écrivant sur les enseignements des premiers Pères de l’Église, a écrit ceci :

 

« Rome apostasiera de la foi, écartera le Vicaire du Christ et retournera à son paganisme primitif […] L’Église sera ensuite dispersée, rejetée dans le désert et restera pour un temps – comme à ses débuts – invisible, cachée dans des catacombes, des repaires, des montagnes, des  cachettes ; pendant un temps, elle sera en quelque sorte balayée de la surface de la terre. Tel est le témoignage des Pères de l’Église primitive » (Cardinal Henry Edward Manning, The Present Crisis of the Holy See, 1861, Londres : Burns and Lambert, pages 88 à 90).

 

Nous pouvons trouver quelque réconfort dans le fait que l’“église” à la ruine de laquelle nous assistons actuellement n’est pas la véritable Église, mais la fausse église maçonnique. Notre meilleure défense contre le mal et cette fausse église réside dans le Saint Sacrifice de la Messe. Mais nous avons aussi le Saint Rosaire, par lequel Notre Dame devient « redoutable comme une armée rangée en bataille ». Puisse-t-elle, par la puissance de Dieu, avec saint Michel et tous les Saints Anges, ainsi qu’avec nos prières, être victorieuse dans la bataille !

 

 

 

_____

 

 

Source : http://christorchaos.com/FatherLouisJ.CampbellontheWheatandtheCockle.html

 

Traduction : CatholicaPedia.net

Un grand merci à notre traducteur professionnel.

 

 


[1] NdT : Combien il nous coûte d’écrire « un franc-maçon français », ce grotesque oxymore (tel « un socialiste intelligent ») dont l’auteur (américain : on voudra donc bien lui pardonner) ne nous épargne pas la lecture !…

33 réponses
  1. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 13, 2013

    Excellent sermon de l’Abbé Campbell, sermon qui nous livre tous les fondamentaux de la genèse de l’éclipse de l’Église…
    Je me permets toutefois  d’introduire non pas une petite note discordante mais une légère distinction entre, dans le camp du mal, les infiltrés – vrais clercs ou faux clercs – et les prêtres et évêques ayant  réellement apostasié de la foi catholique, soit par faiblesse, lâcheté, orgueil clérical ou complicité de cœur avec la Révolution dans l’Église….
    L’expression « cloaque d’impuretés » prend ici tout son sens et englobe, tout en les distinguant, toutes ces catégories de personnages cléricaux, infiltrés ou renégats.
    Ils sont et seront bien sûr tous jugés avec la plus grande sévérité, bien qu’il faille néanmoins observer des degrés dans la responsabilité de chacun  et le châtiment qui en découlera, non plus dans cette vie, mais dans l’autre….
    Je pourrai alors me risquer d’une manière téméraire à pronostiquer du salut éternel de tous ces personnages en introduisant des distinctions autant artificielles qu’imprudentes, car au Ciel, même s’il est permis d’avoir ici-bas une conviction  et de se faire une idée basée sur la Sainte Écriture de la damnation très probable de beaucoup de ces personnages, il règne une logique et une Justice qui n’est pas humaine et échappe donc  à notre entendement….
    C’est pourquoi j’arrêterai là mon bavardage car les lecteurs attentifs auront d’emblée compris ma petite distinction….du moins l’espéré-je…..
    Pour terminer, j’attire l’attention de nos amis sur le phénomène de l’infiltration qui agit sur deux niveaux principaux : nuisance d’action et d’intention qui opère d’autant plus que le niveau hiérarchique est élevé….et nuisance d’influence qui sert spécifiquement à circonvenir et faire tomber les« fruits murs » du véritable clergé (non infiltré) catholique…aboutissant à terme à l’apostasie pure et simple, soit secrète soit déclarée….
    Encore faut-il distinguer l’avant et l’après concile et les stratégies différentes… Seuls les atouts du démon restent dépendants de l’institution humaine qu’est aussi la Sainte Église…….
    La ruine de la fausse église est le leurre démoniaque nécessaire pour faire croire au plus grand nombre que les portes de l’enfer ont prévalu….. « Hommes de peu de foi » disait déjà Notre-Seigneur à ses apôtres-pécheurs pendant la tempête déchaînée……. C’est tout dire !!!…

     

  2. Vinkentios lien permanent
    novembre 13, 2013

    Maintenant Rome est le siège de l’Antechrist.

  3. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    novembre 13, 2013

    « Le but n’est plus de détruire l’Église, mais plutôt de se servir d’elle en l’infiltrant » Tout est dit. Quand certains se moquent du complot, quand d’autres refusent obstinément d’étudier la validité des ordres réformés, quand d’autres préfèrent leur rêve à la réalité, et refusent de se pencher sur la question du pape, l’on ne peut que se poser la question.

    En l’infiltrant, ou en l’achetant, pas directement, mais par le biais, par exemple, d’une fondation.
    Le rejet pathologique de la position catholique, qui ne peut être que sédéoccupétiste, est aussi un bon signe.
    C’est une éclipse, où la lune se fait passer pour le soleil.
    Omnia probate quod bonum est tenete. 1 Th 5, 21

  4. Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 13, 2013

    L’ivraie etouffe aujourd’hui le Bon Grain, c’est à se demander s’il en existe encore.

    • Fert Fert Fert
      Fert Fert Fert lien permanent
      novembre 13, 2013

      Mais oui Édouard il existe encore du bon grain, et j’espère bien que vous en faite partie car derrière votre caractère bougon doit se cacher une âme généreuse prête à servir Notre seigneur en tout temps tout instant ! Sans doute êtes-vous un assidu du rosaire et de la pénitence car tout commence par là, en ce qui me concerne j’ai encore du chemin à parcourir, mais avec l’aide de Dieu, si on sait la lui demander on peut tout !!!
      Union de prière Édouard et vive la Savoie Libre ! :wink:

      • Jean-Marie de la Salle
        Jean-Marie de la Salle lien permanent
        novembre 13, 2013

        Un message de conciliation parrain vous devez être touché. Fert3 a su lire entre les lignes et découvert votre belle âme. :lol:

      • Laugier
        Laugier lien permanent
        novembre 13, 2013

        Et vous, Fert, êtes vous un assidu du Rosaire ?
        Il est vrai que cette prière nous sauve, elle est indispensable aujourd’hui.
        Mais il ne suffit pas d’être un pieux assidu du chapelet, tel que l’étaient les Catholiques de 1940/50 qui étaient très pieux mais complètement inconsistant sur la doctrine.

        Quand au Bon Grain, il ne pousse que par les bons principes, et cela me fait dire que ceux qui verraient germer un Grand Monarque dans la foule de manifestants, sont de bien gros libéraux.
        Alors tachez d’écraser un peu avant de parler, parce que vous avez laissé des souvenirs, alors faudrait voir à pas trop tirer sur l’élastique.
         

        • Fert Fert Fert
          Fert Fert Fert lien permanent
          novembre 13, 2013

           
          Cher Édouard de la sainte inquisition,
          je ne suis pas un athlète de la prière beaucoup s’en faut, et quand je prie c’est bien souvent aux prix de gros efforts, j’en suis dépité. J’aimerai dire le rosaire mais la prière quotidienne du chapelet est déjà chose colossale, mais je ne désespère pas et je compte beaucoup sur la miséricorde infinie de Notre Seigneur et l’aide toute maternelle et toute puissante de sa très sainte mère, mais j’espère tout autant compter sur vous cher Édouard, et  votre charité pour me remettre dans le droit chemin … Comme je vous envie d’être à ce point si préoccupé par moi qu’à cet égard vous n’épargneriez rien afin de me garder dans votre viseur, pour corriger mes faux pas, mes manquements à mes devoirs de chrétien, mes égarements politiques, mon libéralisme que sais-je encore ? Cet amour du prochain est digne de la sainteté mais je n’ose vous le dire votre humilité en souffrirait et je ne pourrai le supporter. Tant de sollicitude de votre part me touche, et comme je voudrai, si la distance le permettait, vous bénir… d’une bonne droite évangélique, un bon et « guépin » (gai pain), afin, comme vous me le suggérez plus haut, d’écraser… (votre orgueil), avant de vous parler ! Une bonne correction fraternelle, comme  « laffite  » (la fit) autrefois  Notre Seigneur à vos ancêtres les pharisiens !
          Amen

          • Edouard-Marie Laugier
            Edouard-Marie Laugier lien permanent
            novembre 13, 2013

            C’est bien ce que je pensais.

            Les types comme vous sont toujours allergiques aux écrits ou sites antilibéraux, il suffit de lire vos discussions avec « Jollo »,  et comme toujours, sortent l’arme de l’ironie ou de l’ « humour » pour éluder les questions sérieuses. 
            Et parfois hélas, amusent la galerie et ne sont pas traités comme il se doit.

          • novembre 14, 2013

            Bonjour Fert X 3,
            Je vois que E-M L nous mets dans le même panier.
            En ce moment j’ai un problème je n’arrive plus à transmettre de liens.
            Je m’adresse à vous, mais aussi à tous les intervenant de ce blog, avez vous eu connaissance  de la conférence de LOÏC FIGOUREUX DU 14 OCTOBRE 2012 DANS LA CATHÉDRALE D’ARRAS CONCERNANT L’ANNIVERSAIRE DU CONCILE VATICAN II ?
            Figoureux est un pro v2 mais en lisant les 35 pages du dossier PDF de sa conférence je me suis rendu compte que personne dans le milieu tradi n’avait jamais expliqué aussi clairement les raisons et les buts du concile.
            Une phrase assez caractéristique : « pour Jean XXIII, le monde n’est pas nécessairement le mal, le catholicisme n’est pas univoquement un contre poison contre les erreurs du temps ».
            Ce n’est pas nous qui le disons c’est EUX, tout le dossier est du même tonneau.
            LOÏC FIGOUREUX ANNIVERSAIRE CONCILE VATICAN II ARRAS sur Google.

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              novembre 14, 2013

              Pour ceux que ça intéresse :
               

              Diocèse d’Arras | Vatican II 1962-2012 | Journée du 14 octobre 2012

              Anniversaire du concile Vatican II

              http://arras.catholique.fr/page-31751.html
               

              Conférence Loïc Figoureux

              Le Concile Vatican II
              le Dimanche 14 octobre 2012
              http://arras.catholique.fr/page-31746.html

              Sommaire du livret :
              Le concile Vatican II de la préparation à la réception
              Un aggiornamento pour l’Eglise

              I – Un long XIXe siècle… page 4
              Le Nord de la France bien représenté au Concile… page 8
              Sept évêques ordinaires du Nord ou nommé dans le Nord
              Télécharger le fichier PDF « Loic Figoureux Conference I »
              (201.1 Ko) contenu du fichier http://arrasmedia.keeo.com/130459.pdf

              II – Quatre sessions
              Pour un Aggiormanento… page 10
              * La constitution sur la liturgie, Sacrosanctum concilium
              promulguée le 4 décembre 1963… page 12
              * La constitution dogmatique sur l’Eglise, Lumen gentium
              promulguée le 21 novembre 1964… page 14
              * Le décret sur l’oecuménisme, Unitatis redintegratio
              promulguée le 21 novembre 1964… page 16
              * La constitution pastorale sur l’Eglise dans le monde
              de ce temps, Gaudium et spes
              promulguée le 7 décembre 1965… page 18
              * La constitution dogmatique sur la Révolution divine,
              Dei Verbum
              promulguée le 18 novembre 1965… page 20
              * Déclaration sur les relations de l’Eglise avec les religions
              non chrétiennes, Nostra aetate
              promulguée le 28 octobre 1965… page 22
              * Déclaration sur la liberté religieuse, Dignitatis humanae
              promulguée le 7 décembre 1965… page 24
              Télécharger le fichier PDF « Loic Figoureux Conference II »
              (672.6 Ko) contenu du fichier http://arrasmedia.keeo.com/130458.pdf

              Mgr Parenty, reporter photographe à Vatican II

              III – La réception du Concile… page 28

              Photos et Bibliographie… page 34
              Télécharger le fichier PDF « Loic Figoureux Conference III »
              (276.8 Ko) contenu du fichier http://arrasmedia.keeo.com/130460.pdf

               

              • novembre 14, 2013

                Je suis étonné, aurais-je proposé quelque chose d’intelligent pour que vous acceptiez de le publier ???

                • Cave Ne Cadas
                  Cave Ne Cadas lien permanent*
                  novembre 14, 2013

                  J’ai dis : « Pour ceux que ça intéresse »

                  …et je regarde si ça mérite une « publication »… puisque vous avez noté :
                  « Figoureux est un pro v2 mais en lisant les 35 pages du dossier PDF de sa conférence je me suis rendu compte que personne dans le milieu tradi n’avait jamais expliqué aussi clairement les raisons et les buts du concile. »

                   

            • Edouard-Marie Laugier
              Edouard-Marie Laugier lien permanent
              novembre 14, 2013

              Une phrase assez caractéristique :

              « pour Jean XXIII, le monde n’est pas nécessairement le mal, le catholicisme n’est pas univoquement un contre poison contre les erreurs du temps ».

              Il faudrait que les sédévacs en peau de lapin qui suivent Jean XXIII méditent cela …

              • novembre 14, 2013

                À elle seule cette phrase (p 6 ) peut servir de résumé aux 35 pages PDF.
                Cette conférence peut servir d’outil pédagogique pour informer ceux qui doutent encore de la nocivité PROGRAMMÉE par le « bon pape Jean ».
                Hé oui…, toujours ma fixette : informer pas engueuler.

                • Edouard-Marie Laugier
                  Edouard-Marie Laugier lien permanent
                  novembre 14, 2013

                  Allez donc « informer » Mgr Wiliamson qui protège et fait ordonner des clercs homosexuels et prédateurs tel que Urrutigoity, puisqu’il n’est selon vous pas charitable d’attaquer à ce sujet là, comme sur bien d’autres.

                  • novembre 14, 2013

                    On pourrait discuter éternellement du sujet, vous me reprochez mon entêtement mais je peux vous répondre que mon entêtement n’a d’égal que le vôtre.
                    En fait vous vous congratulez d’avoir les mêmes vues dans un microcosme d’une petite vingtaine de personnes .
                    Des opposants sur ce blog, on n’en voit pas, et pour cause, dès qu’un intervenant ose avoir une vision un peu différente il se fait laminer, étriller, et excommunier  en lui souhaitant l’enfer (j’exagère à peine).
                    Si les méthodes musclées ne marchent pas, étudiez les méthodes des saints qui ont beaucoup converti.
                    Et on va en rester là.

                    • Edouard-Marie Laugier
                      Edouard-Marie Laugier lien permanent
                      novembre 14, 2013

                      Non, non, allez donc appliquer vos méthodes pour le cas des clercs pédérastes protégés, des abbés falsificateurs de la sainte Écriture, des abbés négateurs de La Salette, des moines menteurs et prévaricateurs qui occultent la grave question de la validité des ordres. Allez appliquez vos méthodes et revenez nous raconter …

                • Jean-Marie de la Salle
                  Jean-Marie de la Salle lien permanent
                  novembre 14, 2013

                  Vos slogans Jollo, ne nous impressionnent guère et ils sont creux, lisez plutôt « du modérantisme et de la fausse modération » comme conseille par notre webmestre. Vous verrez comment les clercs intègres attaquent charitablement les déviants libéraux. Et par la même toute personne parlant publiquement doit pourfendre et attaquer l’erreur et ne pas se préoccuper de la forme de l’attaque clerc ou pas clerc.
                  Lisez et relisez et puis après, peut être que vous reviendrez avec un esprit et des slogans tout neufs.
                   

  5. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 13, 2013

    :D :lol:   le dernier salon où l’on cause !!!  mes amis…ne confondez pas l’ivresse avec l’ivraie !!! :mrgreen: :roll:

  6. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 13, 2013

    Toujours le bon mot ce cher Charles.

  7. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 14, 2013

    Je tente de détendre l’atmosphère……qui me semble parfois un peu tendue……… :lol:

  8. novembre 15, 2013

    @ Monsieur Laugier … !!!
    LE SERMON SUR LA MONTAGNE
    Bien heureux les pauvres en esprit …
    Bien heureux ceux qui souffrent …
    Bien heureux ceux qui sont doux …
    Bien heureux les miséricordieux …
    Bien heureux ceux qui font œuvre de paix …
    Bien heureux ceux qui souffrent persécution pour la justice …
    Bien heureux serez vous lorsqu’on vous insultera et qu’on vous persécutera
    et qu’on dira faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi …
    Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : « tu ne tueras point » ;
    et celui qui aura tué sera passible de jugement.
    Mais moi je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère ;
    et celui qui aura dit : « racca » sera passible du tribunal du Sanhédrin ;
    et celui qui aura dit « fou » sera passible de la Géhenne du feu.
    Si donc tu présentes ton offrande sur l’autel et que là tu te rappelles
    que ton frère a quelque chose contre toi,
    laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord,réconcilie toi avec ton frère
    puis viens présenter ton offrande.
    Que vôtre langage soit oui si c’est oui, et non si c’est non
    ce qui se dit de plus vient du malin.
    Vous avez appris qu’il a été dit : « tu aimeras ton prochain »
    et tu haïra ton ennemi.
    Mais moi je vous dis : « Aimez vos ennemis »
    et priez pour ceux qui vous persécutent.
    Et si vous saluez vos frères seulement, que faites vous d’extraordinaire ?
    Les publicains ne font ils pas la même chose ?
    SOYEZ DONC VOUS MÊME PARFAIT,
    COMME VÔTRE PÈRE CÉLESTE EST PARFAIT
    ETC …ETC…ETC…
    JE SUIS UN NAÏF ET UN SIMPLE D’ESPRIT 
    JE M’EN TIENS AUX RECOMMANDATIONS DU MAITRE
     
     

  9. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 16, 2013

    Monsieur  (sic) Jollo
     

    JE SUIS UN NAÏF ET UN SIMPLE D’ESPRIT 
    JE M’EN TIENS AUX RECOMMANDATIONS DU MAITRE
     
     
    Quel maitre ? :roll:  
    Mais moi je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère ;

       Les prêtres (sic) pédérastes ne sont pas nos frères
      Les prêtres falsificateurs de l’Apocalypse, et/ou négateurs de La Salette ne sont pas nos frères.

      Les moines qui mentent sur l’invalidité ontologiques des (pseudos) sacres ne sont pas nos frères.
      Les laïcs, déguisés en … laïcs et qui se font appeler prêtres, ou les prêtres véritables (sic) qui ont des mœurs déplorables et qui refuse de s’amender et de faire pénitence, comme un abbé Poisblaud ou mr Alberto Cutié, alias Padre Alberto, ne sont pas nos frères.
    etc
    Ce sont de faux frères, des renégats, des traitres, et il convient de les dénoncer, de s’en prémunir, et dans certains cas autres choses, mais je n’en ferais pas état sinon vous risqueriez de faire une syncope.
     
     

    et celui qui aura dit : « racca » sera passible du tribunal du Sanhédrin ;

    et celui qui aura dit « fou » sera passible de la Géhenne du feu.

    Celui qui se met en colère sans raison est coupable ; si sa colère est motivée, il cesse de l’être, car sans cette irritation légitime, la doctrine ne fait aucun progrès ; la justice n’a point de stabilité ; les crimes ne sont point réprimés. Celui donc qui ne se met pas en colère lorsqu’il le doit, commet une faute, car la patience qui est déraisonnable devient la source de tous les vices, nourrit la négligence, et porte directement au mal, non-seulement les mauvais, mais les bons eux-mêmes.
    S. Jér. Dans quelques exemplaires, on lit ces mots : sans cause, mais dans les plus exacts, la pensée est claire, et la colère est tout à fait défendue, car s’il nous est ordonné de prier pour nos persécuteurs, quelle occasion nous reste-t-il de nous mettre en colère ? Il faut donc supprimer cette addition : « Sans cause », car « la colère de l’homme n’opère pas la justice de Dieu ». — S. Chrys. (sur S. Matth). Cependant la colère qui a une cause légitime n’est pas colère, mais jugement, car la colère proprement dite est une émotion produite par la passion. Or, lorsque la colère a une cause raisonnable, elle n’est plus le fruit de la passion, et alors ce n’est plus de la colère, mais du jugement. — S. Aug. (liv. 1 des Rétract., chap. 19). Nous disons encore qu’il faut considérer attentivement ce que c’est que la colère contre son frère, car ce n’est pas se mettre en colère contre son frère que de s’irriter du mal qu’il a commis. Celui-là donc se met en colère sans raison, qui s’emporte contre son frère et non contre le péché dont il s’est rendu coupable. — S. Aug. (Cité de Dieu, liv. 14, chap. 5). Aucun homme raisonnable ne blâmera qu’on se mette en colère contre son frère pour le ramener au bien. Ces mouvements qui sont produits par l’amour de la vertu et par la sainte charité ne doivent pas être considérés comme des vices, puisqu’ils sont conformes à la droite raison. — S. Chrys. (sur S. Matth).
     
     
    Mais moi je vous dis : « Aimez vos ennemis »
    et priez pour ceux qui vous persécutent.

    C’est tout de même curieux.
    Sur le plan naturel, personne ne s’étonne qu’un voyou, un délinquant, un criminel, soit non seulement traduit en justice, mais qu’il soit l’objet d’opprobre de la part du peuple et que, coupable, son nom soit associé à son délit/crime sur la presse et au yeux du public, dénoncé comme dangereux et coupable.

    Et sur le plan surnaturel il ne faudrait pas « alerter » l’opinion et jeter contre les fauteurs de troubles, les voyous, délinquants ou criminels, les accusations voir les jugements nécessaires pour les mettre hors d’état de nuire et pour faire avec justesse état de ce qu’ils sont et leur donner la réputation qu’ils méritent ?

     

  10. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 16, 2013

    Belles citations cher Édouard que vous nous donnez là ! Merci. Il y a de quoi méditer sur le sens du mot colère…auquel on a parfois associé le qualificatif de « sainte »……
    Alors tout s’explique et devient clair.
    Comme quoi l’antilibéralisme rejoint en ligne directe nos plus grands saints et n’est pas l’apanage des théologiens et/ou des intellectuels !
    Merveilleuses citations de St Augustin, St Jérôme et St Chrysostome.
     

  11. Cave Ne Cadas
    Cave Ne Cadas lien permanent*
    novembre 16, 2013

    Dans la rubrique « Faut fertiliser l’ivraie »

    Les santonniers catalans inaugurent un nouveau santon « chieur »…

    Le “pape” François, nouveau santon « chieur »

    Avec une croix accrochée au cou et une tunique blanche à moitié relevée, le “pape” François est cette année l’un des principaux nouveaux santons « chieurs » des crèches catalanes sur les marchés de l’Avent.

    Synonyme de fertilité dans une société de tradition agricole, le santon de terre cuite représentant à l’origine un paysan accroupi en train de satisfaire un besoin naturel remonte, selon les historiens, à l’exaltation réaliste de l’époque baroque au XVIIIe siècle.

    Selon la tradition, le santon « chieur » fertilise les crèches catalanes pour attirer la chance à l’orée de la nouvelle année…

    À découvrir sur http://www.20minutes.fr

  12. Martial lien permanent
    novembre 16, 2013

     
    Édouard-Marie cite :
    « Celui qui se met en colère sans raison est coupable ; si sa colère est motivée, il cesse de l’être,
     
    car sans cette irritation légitime,
     
    la doctrine ne fait aucun progrès ;
     
    la justice n’a point de stabilité ; les crimes ne sont point réprimés. Celui donc qui ne se met pas en colère lorsqu’il le doit, commet une faute, car la patience qui est déraisonnable devient la source de tous les vices, nourrit la négligence, et porte directement au mal, non-seulement les mauvais, mais les bons eux-mêmes.
    S. Jér. » etc… 

     
    Or pour avoir seulement exercé, dans les limites qu’elle implique, la « sainte colère » Édouard-Marie a été banni de certains sites traditionalistes au motif qu’il pratiquerait la « médisance » (!!!). Avant d’administrer des sites ou des blogs, combien devraient s’appliquer, TOUTES AFFAIRES CESSANTES, à aimer le Bon Dieu en pratiquant la prière catholique, et en se formant à l’intelligence catholique.   
     
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      novembre 17, 2013

      Sites et fora qui sont en définitives des repaires de malfaisants de petite envergure, et qui cher Martial, ne sont finalement même pas digne que vous y jetions un œil.
      La colère de Dieu passera tout cela au feu et les pauvres caves qui ne comprennent pas les avertissements et les corrections fraternelles, charitables, en répondront devant Dieu.

      • novembre 18, 2013

        Vous semblez bien amers. Ne serait-ce pas un signe de désespérance ?
        Qui sommes-nous pour dire qu’untel est inconvertissable ? Dieu ne nous demande-t-il pas de nous dépenser sans compter pour la conversion des âmes, et ne se réserve-t-il pas le mot de la fin ? Son temps n’est pas le nôtre. Si les gens prévariquent, c’est à Dieu qu’ils rendront des comptes, mais pour nous qu’importe, si nous faisons ce que Dieu veut de nous ? Faut-il pour autant s’abaisser à les traiter de tous les noms ? Exhortons, à temps et à contre-temps, laissons les cracher leur venin, et offrons cela pour leur salut et en réparation de nos fautes. Répondons à l’erreur par la vérité, et aux insultes par la prière. Par contre, si nous nous répandons en insultes, nous nous faisons plaisir et avons déjà reçu notre « récompense ». Le propre du chrétien est l’effacement et l’humilité, à l’image de Notre-Dame.
        Notre-Seigneur poursuit le pêcheur jusqu’à son dernier souffle, c’est là qu’intervient la justice ; Il n’anathématise pas les juifs sur la Croix mais prie encore « Père pardonne leur, ils ne savent ce qu’ils font… »
        « J’ai soif ! » soif des âmes, une soif ardente et inextinguible disent les pères de l’Église. Prions le de nous faire sentir cette soif, redisons la belle devise de saint Jean Bosco : « Ô mon Dieu, donnez-moi des âmes, et prenez tout le reste », et alors, au lieu de chasser les âmes perdues à coup de pieds, nous ne nous lasserons jamais de leur dire et redire et redire encore les mêmes paroles de vérité… et il n’y en aura jamais assez à nous écouter, même si « autre est le semeur, autre le moissonneur ». Crions dans le désert, ou contre la tempête, mais soyons heureux de crier, puisque nous sommes assurés que Notre-Seigneur triomphe. Au vu du nombre d’âmes qui refusent sa grâce, Notre-Seigneur aurait pu ne pas se donner la peine de souffrir ainsi, mais il nous l’a dit Lui-même, il y a plus de joie au ciel pour un pêcheur repentant que pour cent juste restés fidèles. Prions pour obtenir un peu de cette charité brûlante qui préfère la mort si cela suffisait à sauver ne serait-ce qu’une seule âme.
        Réjouissez-vous que plus d’une vienne lire ce site pourtant bien améliorable comme toute chose humaine, et donc partiellement critiquable, plutôt que de vous renfermer dans le triste « tu n’es pas d’accord alors crève ! » qui fait pleurer les anges. Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive. Alors ne nous lassons jamais de dire, dire et répéter, et si nous le faisons par charité, c’est à dire amour des âmes, cela se sentira tout de suite. Craignons d’être jugé aussi durement à la mort que nous aurons écarté dédaigneusement « ces salauds de libéraux ». « Merci mon Dieu de ne pas m’avoir fait libéral comme ceux-la… » et pourtant il ne fut pas justifié. Craignons que Dieu qui nous a fait la grâce immense de connaître la vérité se lasse de notre manque de zèle pour le SALUT des ÂMES et nous abandonne à nos faibles forces, notre chute serait alors spectaculaire et un grand scandale hélas !
        Imitons donc notre doux Sauveur, affirmons la vérité, à temps et à contre-temps, remettons les ennemis du Christ et de l’Église à leur place, mais restons détachés du résultat de nos exhortations, ne laissons pas se troubler la paix de notre âme qui ne vient pas du monde, chacun recevra le prix de ses œuvres, en temps et en heure.
        Ne cherchons pas à nous rendre justice nous-même, en appelant le feu du ciel sur leur tête : soyons heureux d’être méprisés comme notre maître et laissons à Dieu la justice.
        Ne soyez pas amer, c’est signe de désespérance…
         

  13. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 19, 2013

    Oui, cher C, vous rappelez avec beaucoup d’à propos que l’amour du prochain est indissociable de l’amour de Dieu.
    Dieu on ne le voit pas, alors qu’on peut voir notre prochain… lui parler…le toucher….lui prodiguer toute notre attention……
    Seul Dieu sonde les reins et les cœurs, redoutable et mystérieuse expression, et je ne vois pas de contradiction entre une condamnation orale et vive au for externe et une immense charité pour le salut des âmes au for interne, charité qui est de commandement et d’obligation.
    L’amertume, cher C, est la marque visible de la tristesse des temps. Tristesse que traduit notre impuissance, à d’abord nous réformer nous-mêmes suffisamment afin de « déplacer des montagnes », et ensuite à réformer notre prochain lorsque celui-ci s’éloigne d’une manière impressionnante et humainement irrémédiable des vérités révélées de la foi catholique, arche de salut.
    Par ces temps d’éclipse quasi-totale, nous devons tout supporter, tout souffrir, tout proclamer à temps et contre-temps dans la tristesse et l’amertume de ne pas jouir ici-bas des résultats de nos misérables actions, élans spirituels et prières. « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » a dit Notre-Seigneur.
    C’est sans doute en Son Nom que d’aucuns vous paraissent anathématiser certains de leurs frères en grave dérive, Cher C, et vous craignez, cela vous honore, qu’au plus profond de leur cœur, ce témoignage qu’ils rendent à la Vérité, ne s’accompagne également d’une condamnation au for interne de leur prochain.
    Je pense, et je vous le dis en toute douceur et esprit fraternel, que dans l’immense majorité des cas, vos craintes sont infondées. Et quand bien même le seraient-elles, je vous renvoie à vos propres arguments : laissons Notre-Seigneur, le Souverain juge, en décider ; il rendra à chacun selon ses œuvres et son attitude réelle vis à vis du prochain, car Lui Seul « sonde les reins et les cœurs »…
    Tant que le monde sera le monde, tant que le Prince de ce monde le gouvernera pour nous éprouver, tant que les créatures humaines vivront leur courte vie terrestre, la « forme » sera toujours défectueuse et bien en-deçà de ce qu’elle devrait être et sera dans la félicité éternelle…pour laquelle nous avons tous été créés.
    Nous n’aurons jamais un monde parfait tant que nous ne serons pas régénérés de fond en comble. Chacun exprime sa  tristesse et son amertume à sa manière et chacun connait le fond de son cœur…
    La Vérité n’est négociable ni en pensée, ni en actes ni en paroles.
    Alors, rien n’a d’importance que de faire son propre salut et soyons bien persuadés que sans le Christ nous n’avons aucun accès à l’âme de notre prochain.
    Nul ne saurait aller au Ciel, s’il a gardé au plus profond de son cœur quelque haine secrète vis à vis de son  prochain. Dieu qui est Amour ne transige pas avec cela ! La désespérance consisterait à croire que Dieu puisse transiger avec cela… C’est impossible !!!
    Ici, l’on est bien parfois amers, tristes, pleins de zèle pour les âmes, soucieux de l’expression publique de la Vérité…mais on a l’Espérance rivée au cœur et c’est cette Espérance qui nous fait aimer notre prochain malgré lui !

    J’espère ne pas vous avoir fait de la peine, cher C, en vous apportant ces quelques réflexions personnelles, car globalement j’ai trouvé vos commentaires très édifiants et vous en remercie.
    Juste un dernier point et vous me direz ce que vous en pensez : lorsque Notre-Seigneur en appelle à Son Père pour le pardon de ceux « qui ne savent pas ce qu’ils font », ne croyez-vous pas qu’il fait plutôt référence à tous les gentils plutôt qu’aux juifs du Sanhédrin, les  « sépulcres blanchis » pour lesquels il n’a pas eu de mots assez durs et de condamnation plus vive ?…
    Si j’ai dit des bêtises, veuillez me corriger. Merci !

     

  14. novembre 19, 2013

    Merci pour votre réponse très complémentaire et qui puise dans les trois vertus théologales.
    Quelle merveille que le soutien mutuel entre chrétiens !
     
    Pour la dernière phrase de Notre-Seigneur il faudrait chercher les commentaires des Pères.

  15. Martial lien permanent
    novembre 19, 2013

    C, vous écrivez :
    Vous semblez bien amers. Ne serait-ce pas un signe de désespérance ?
    Qui sommes-nous pour dire qu’untel est inconvertissable ? Dieu ne nous demande-t-il pas de nous dépenser sans compter pour la conversion des âmes.
     
    Certes le Bon Dieu nous appelle à la perfection. Vous avertissez que les antilibéraux ne pratiquent pas les vertus dans toute leur héroïcité, comme ils devraient le faire nécessairement, peut-être selon vous.    
    Il me semble que c’est du moins en vertu de la valeur cardinale de prudence, en se défiant aussi de l’orgueil spirituel qui se dissimule sous un optimisme pastoral plus mondain que chrétien, et surtout chez certains, par le discernement des personnalités, et le fruit d’une longue expérience de la question, que telle personne ou tel groupe de personnes paraissent  apparemment « inconvertissables », une fois qu’ils ont épuisé tous les efforts dont ils étaient modestement capables.    
    ET c’est dans cette perspective, que nous souscrivons pleinement  à vos ferventes exhortations, telle celle-ci : 
    « J’ai soif ! » soif des âmes, une soif ardente et inextinguible disent les pères de l’Église. Prions le de nous faire sentir cette soif, redisons la belle devise de saint Jean Bosco : « Ô mon Dieu, donnez-moi des âmes, et prenez tout le reste », et alors, au lieu de chasser les âmes perdues à coup de pieds, nous ne nous lasserons jamais de leur dire et redire et redire encore les mêmes paroles de vérité… et il n’y en aura jamais assez à nous écouter, même si « autre est le semeur, autre le moissonneur ». Crions dans le désert…
    « J’ai soif »… ; « donne-moi à boire » à La Samaritaine qui fait dire à Ste Thérèse de Lisieux, que le Bon Dieu mendie notre amour…
     
    Personnellement, je me souviens d’un traditionaliste au ton plein de dédain et qui ne ménageait pas ses railleries arrogantes sur une forum vers les années 2005 (sous Ratzinger) à l’endroit de sédévacs, et même de ceux essayant de pratiquer vos recommandations suivantes « laissons les cracher leur venin, et offrons cela pour leur salut et en réparation de nos fautes. Répondons à l’erreur par la vérité, et aux insultes par la prière ».
    Or ce traditionaliste, ayant ouvert les yeux en 2012 notamment sur Mgr Fellay, s’est confessé alors de son erreur, publiquement sur un autre forum et a demandé pardon auxdits sédévacs !
    Par ailleurs, puisque la mode est au « témoignage » et au « partage » des anecdotes, en ce qui me concerne encore, ce ne sont pas aux  charitables de service et aux « unis dans la prière », ou aux « alors prions »  Traditionalistes,  guérardiens, ou ralliés, à qui je dois quelque chose !!! 
    J’ai ouvert vraiment les yeux grâce à l’action de M. LR Remy, et d’autres à qui on se plait à faire la leçon, (leçon que je ne vois faite sur aucun autre forum d’ailleurs !) et en particulier grâce à une dizaine de lignes écrites sur un forum par un certain Wiking. Il m’a contredit d’une manière si simple, si claire, et si charitable, que peu de temps après j’ai  enfin compris qu’un pape ne peut pas être apostat…
     

  16. novembre 20, 2013

    Nous sommes donc tout à fait d’accord ! et devons notre conversion aux mêmes personnes.
    Mon commentaire avait juste pour but de rappeler l’exhortation mais avec une calme certitude, sans amertume.
    Encore une fois nous sommes donc tout à fait d’accord.

Les commentaires sont fermés.