Aller au contenu

Un troisième Évêque pour la deuxième “VOIE SANS ISSUE” est prévu…

2016 février 20

 

Mgr Richard Nelson Williamson vient d’annoncer par son dernier “Commentaire Eleison”, n° CDXLIX (449), qu’il donnera à la (fausse) “Résistance” un troisième Évêque le 19 mars prochain…

 

*
*     *

 

Commentaires Eleison

par Son Excellence Mgr Richard Williamson

 

Dom Thomas, père abbé du monastère Sainte Croix sera sacré évêque

 

Dom Tomás

 

Des Évêques.
La Fraternité est toujours en danger.
Les Évêques résistants doivent suppléer !

Depuis le Chapitre Général de juillet 2012, lorsque la Fraternité Saint Pie-X, sous la direction de Mgr Fellay, fit une embardée décisive vers un accord de compromission avec la Rome conciliaire, les Catholiques de la Tradition se sont demandé quelle était la position des deux autres Évêques de la Fraternité, Mgr Tissier de Mallerais (MgrT) et Mgr de Galarreta (MgrG), car les deux ont été plutôt discrets en public depuis ce temps-là. Or, de fermes paroles prononcées par chacun d’eux le mois dernier ont soulevé des espoirs pour le futur de la Fraternité. Ces espoirs sont-ils justifiés ? Les Catholiques risquent d’avoir à demeurer sur leur garde . . .
Le sermon de Confirmations de MgrT prononcé le 31 janvier à Saarbrücken en Allemagne ne pouvait être ni plus droit ni plus clair. Par exemple : Dans sa confrontation avec Rome, la Fraternité ne doit jamais s’engager dans le compromis ou le calcul. Nous ne pouvons jamais négocier avec Rome tant que les représentants de la Néo-église (sic) s’accrochent aux erreurs de Vatican II. Toute discussion de notre part avec Rome doit être sans ambiguïté aucune, et avoir comme but la conversion des représentants de la Néo-église à notre seule et unique véritable Tradition catholique. Aucun compromis ni calcul jusqu’à ce qu’ils aient surmonté leurs erreurs conciliaires et soient revenus à la Vérité.
Paroles admirables ! La droiture n’est pas le problème chez MgrT. Il n’est point politicien, que Dieu l’en bénisse. Mais lorsqu’il faut traduire les mots en action, son « Cinquantisme » le fait obéir à son Supérieur et retomber dans la ligne des politiciens de la Fraternité qui règnent depuis le QG de la FSSPX à Menzingen. Rien n’indique que cela ne se reproduira pas cette fois-ci aussi, mais on peut toujours prier pour que, comme dit le proverbe, « Même un ver de terre peut se retourner ». MgrT est loin d’être un ver de terre, mais il se cache à lui-même, ou ne peut tout simplement pas voir, toute la malice des actions de Menzingen. Ce n’est pas seulement l’unité et le bien-être de la Fraternité qui est en jeu, mais la continuation de l’Opération Survie de la Foi catholique qui a été l’œuvre de Mgr Lefebvre.
Au contraire, MgrG est un politicien. Malheureusement, on ne possède pas tout le texte de la conférence qu’il prononça à Bailly, en France, le 17 janvier, car les mots exacts comptent, et ainsi on ne peut le citer qu’à partir d’un résumé de sa pensée : les dernières propositions théologiques et canoniques de Rome pour un accord Rome-Fraternité demeurent inacceptables, mais le Pape veut certainement un accord et il est parfaitement capable d’ignorer ses propres subordonnés et d’imposer à la Fraternité une reconnaissance « unilatérale ». Une telle reconnaissance pourrait certainement faire du mal à l’intérieur de la Fraternité, mais si elle n’avait rien fait pour l’obtenir, elle ne pourrait rien faire à ce sujet. Mais la Providence sera capable de veiller une fois de plus sur l’œuvre de Mgr. Lefebvre.
Mais, Excellence, depuis plusieurs années Menzingen fait tout ce qu’elle peut par la négociation politique pour en arriver à une reconnaissance officielle de Rome, et son éventuelle arrivée « unilatérale » serait un simple faux-semblant pour tromper les traditionalistes. C’est ainsi qu’on liquiderait la Fraternité en feignant, sans doute avec la permission discrète de Rome, que cela avait été la faute de Rome. Mais le fait demeure que la Fraternité de Monseigneur Lefebvre aurait été définitivement trahie, et vous avec votre protestation feinte, « Non, non, mille fois non . . . mais, peut-être ben qu’oui » auriez à répondre de ne pas avoir fait tout ce que vous auriez pu et dû faire pour bloquer cette trahison.
Dom TomásBref, le système de lumières d’urgence de l’Église universelle dans les ténèbres Conciliaires, qu’est la Fraternité, vacille lui-même et est en danger de ne plus jeter de lumière. Par conséquent, l’équipe de réparation qu’est la « Résistance » pour sauvegarder le système d’urgence (!!!), est toujours nécessaire, et cette équipe a besoin d’une suffisance de bons contremaîtres. Un troisième Évêque pour la « Résistance » est prévu, comme l’an dernier le 19 mars au monastère près de Nova Friburgo au Brésil. Il est son Prieur, Don Thomás D’Aquin, fidèle guerrier et vétéran de la guerre post-conciliaire pour la défense de la Foi. Que Dieu soit avec lui et avec tous les humbles et fidèles serviteurs de Dieu.

Kyrie eleison.

 


 

 

Ce à quoi “France-Fidèle” commente :

France Fidèle

Il est à prévoir une réaction négative de Menzingen (Mgr Fellay – Ennemond) et des libéraux de tout crin . Il est évident que le père Thomas qui s’était opposé fermement au ralliement du Barroux en 1988 ne correspond pas au profil diplomatique qu’aurait souhaité Mgr Fellay et ce dernier ne manquera pas de manifester son dépit et sa colère.
Comme les libéraux ont l’art d’attaquer les personnes pour éviter de se placer sur le terrain de la doctrine, le père Thomas sera sûrement gratifié de belles méchancetés par ces gens là.
L’autre attaque portera sur l’état de nécessité : pourquoi un troisième évêque puisque deux auraient pu suffire ? L’état de nécessité est d’abord doctrinal puisqu’il s’agit d’abord d’un péril quand à la disparition de la Foi catholique dans la mesure où Rome sombre plus profondément dans l’apostasie. Il n’y a pas besoin de lunettes noires pour le voir ! Dans la mesure où la fsspx ( qui était la colonne du combat de la foi) a rompu avec sa sage ligne en 2012 et que les 3 évêques de la fsspx sont effectivement et actuellement divisés sur les rapports à tenir avec cette Rome apostate, il semble de toute nécessité que soit constitué un petit corps d’évêques unis dans l’affirmation de la Foi et fermes ( en théorie et en pratique ) dans leurs positions à tenir vis à vis de cette Rome qui apostasie. Les bons catholiques sauront ainsi dans quelle direction regarder et quelle conduite à tenir jusqu’à ce que les choses reviennent en ordre à Rome (à moins que ce ne soit la fin des temps ).
Nous savons de Foi que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Église et ce petit noyau de trois évêques sera la manifestation de cette promesse de Notre Seigneur.

 

3_voies-sans-issues

 

 

  1. Charles
    Charles lien permanent
    février 21, 2016

    Quelle confusion ! Quel aveuglement général !

    Jadis l’on avait coutume de dire  que « tous les chemins mènent à Rome »…à présent il convient de dire que toutes les voies sans issue mènent à Menzingen !!!

    Ce qu’il y a d’extraordinaire avec nos bons « tradis una cum », toutes tendances confondues, c’est qu’ils s’auto-critiquent et s’auto-félicitent en permanence, tout en tenant la note de fond qui fait vibrer leur champ doctrinal et lexical  d’un unanimisme de bon aloi : le « Pape »…la conversion….l’état de nécessité….le retour à « l’ordre »…l’œuvre de Mgr Lefebvre…l’opération « survie »…l’unité et le « bien-être » de la FSSPX…les « erreurs » conciliaires…

    Un troisième évêque ? Bah….nous avions déjà Maître Willy, expert en leurres « populistes », cela fera un compère de plus pour son camp sans issue, copié-collé à prétention « résistante », de la ligne doctrinale officielle…

    Et ce qui est encore plus extraordinaire, c’est que nos tradis, non contents de se battre contre les moulins à vent conciliaires, secrètent leurs propres leurres à usage interne ! N’est-ce pas merveilleux ?!…

    Leurs voies étant sans issue, ils en mourront assurément et leurs fidèles itou, car ces derniers, à part consommer et obéir le petit doigt sur la couture du pantalon ou le pli de la robe, qu’ont-ils appris de ces dernières quarante années ? Il serait temps qu’ils se posent sérieusement la question…

    Quant à nous, catholiques semper idem craignons par dessus tout de ne plus être ces « témoins du bon exemple », l’exemplarité étant peut-être la seule vertu, par les temps qui courent, capable d’assurer véritablement l’inviolabilité du  dépôt sacré de la Tradition  et la conservation de la foi.

    Kyrie Eleison!
     

     
    P.S. : on notera avec intérêt dans le petit commentaire de France Fidèle, cette sorte de « restriction mentale » entre parenthèses : (à moins que ce ne soit la fin des temps)…ce qui veut dire en clair que si l’ordre (sic!)  ne revient pas à Rome, il y a de forts risques pour  que ce soit la fin des temps !!!
     

     

  2. DESCOLONGES lien permanent
    février 21, 2016

    Bonjour,

    Que penser de cette décision ? J’avoue ma perplexité. Ne serait-ce-pas le moyen d’accueillir les quelques fidèles qui quitteront la Fraternité, et de les garder en otages puisque c’est la tâche dévolue au Franc-maçon évêque ? Et/Ou une façon de déstabiliser le monastère en « coupant » sa tête par la nomination comme évêque de son prieur ?

    Merci de vos lumières

    Que Dieu vous garde

    Pierre Marie
     

  3. Charles
    Charles lien permanent
    février 21, 2016

    Cher Descolonges,

    Votre perplexité est toute humaine et bien compréhensible…n’en soyez pas dépité mais au contraire renforcé dans l’idée, dans l’assurance même que la solution  à cette apostasie générale viendra non des hommes, non des groupes et groupuscules mais de Dieu, en passant par Sa Très Sainte Mère.

    Rejetez en bloc (ne vous attachez pas aux détails, car c’est là que se cachent les œuvres du Malin) cette fausse « église » dite conciliaire, fourrier de l’apostasie de la foi, ET toutes ces composantes dites traditionalistes en union de fait (pragmatisme) et/ou de doctrine(hérésie/schisme)  avec tous ces modernistes qui ont quitté la Sainte Église depuis belle lurette ou qui n’y ont jamais appartenu !

    Pour ce faire, gardez-vous de vous laisser abuser par les nombreux et puissants leurres qui, jusque dans le camp traditionaliste, vous entraîneront irrémédiablement à « composer » tôt ou tard, peu ou prou,   avec les ennemis de la foi…

    Sachez qu’à l’heure actuelle ces ennemis, ces traîtres à la foi,  sont partoutmême là où on les attendrait le moins…

    Ce qui les caractérise tous, d’où qu’ils viennent, c’est que recouverts le plus souvent d’une peau de brebis, ce sont en réalité des loups qui déchirent quotidiennement la tunique sans couture de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

    Que Dieu vous garde !
     

  4. Louis-Hubert REMY
    février 22, 2016

    Oui, Charles, arrêtons d’être double.
    Le oui, mais, le oui, peut-être sont du camp du non.

    Le seul oui, est le oui, oui. Tel est le oui de la TSVM.

    Soyons un avec la TSVM, et non marrane avec tous ces frileux ; ce n’est quand même pas compliqué !

    Avez-vous lu la dernière de l’abbé Ricossa qui fait dire à saint Antonin de Florence, ce qu’il ne dit pas ? C’est n’est encore que de l’enfumage !
     

     

  5. Louis-Hubert REMY
    février 22, 2016

    L’article de l’abbé Ricossa dans le dernier Sodalitium, n° 66 :

    http://www.sodalitium.eu
     
         1° À la page 21, note 8, l’abbé rappelle que les laïcs ne peuvent pas élire le Pape.

    Or dans le sacre-collège conciliaire il n’y a que des laïcs ; cf. nullité enseignée par Verrua des rituels d’ordination et de sacres.

    Cet argument suffit à rendre caduque la Thèse.

         1 bis) p. 6 il ose écrire : …je rappelais qui a le droit de faire partie du dit collège des cardinaux et qui ne l’a pas (note 8), mais la question pour l’heure ne nous intéresse pas.

    Comment : La question ne nous intéresse pas ! ? L’abbé se fiche du monde et de ses lecteurs.

         2° p. 6 saint Antonin parle de l’aspect matériel de l’élection, point barre.

    En aucun cas il ne parle du formaliter. Rien à voir avec la thèse de Mgr Guérard.

         3° Il ne fait pas cas de la distinction formaliter-materialiter

         4° rappelons que si le materialiter et le formaliter peuvent être distincts, ils ne être séparés. Un pape seulement materialiter n’existe pas.

         5° mais la grande erreur de ces clercs est de toujours nous ramener au problème du Pape.

    Oui ce sont des ‘papes’ conciliaires et non des Papes catholiques.

         6° l’abbé Ricossa est un exemple de ceux qui sont doubles, c’est-à-dire marranes.

     

    Il est obsédé par la Thèse. Nous sommes obsédés par cette erreur funeste à combattre.
    Il est inconvertissable, mais ses fidèles sont heureusement convertissables, ce qui explique notre obstination.

    Il en est de même pour sa position sur La Salette.
     

     

  6. Charles
    Charles lien permanent
    février 23, 2016

    Dans ce numéro 66 (achevé en décembre 2015) , l’éditorial nous parle des « dérives ‘conclavistes’ ou eschatologistes d’un certain ‘sédévacantisme’. »

    Nous voilà donc rassurés ! Il ne peut en aucun cas s’agir de nous autres, catholiques « semper idem »

    On eut aimé que Sodalitium nous expliquât  davantage ce qu’il entend par dérives « eschatologiques » car nous avons la faiblesse de penser que si ces dérives existent réellement, elles sont loin de toucher exclusivement le « camp » dit sédévacantiste… Nous sommes devenus d’une nature méfiante, le « camp » traditionaliste nous ayant trop habitué à ce qu’il faut bien appeler le « haro sur le baudet » !!!… Nos lecteurs fidèles comprendront ce à quoi je fais allusion…

    Notre cher Louis-Hubert Remy nous impose donc une vraie pénitence de Carême…car à lire et relire M. l’Abbé Ricossa et son très long article sur le Pape, la Papauté et le Siège Vacant, on en viendrait presque à ressentir les affres de la Passion si un étrange mal de tête ne venait nous tirer de notre torpeur intellectuelle et nous rappeler énergiquement à quel point notre misérable condition humaine, même souffrante, ne saurait être comparée, et de loin,  à celle d’un Dieu fait Homme mort par Amour pour nous sur la Croix d’infamie en rémission de tous nos péchés passés, présents et à venir.

    …« personne n’est certain de persévérer sans Son aide, et sans l’aide de Notre-Dame du Bon Conseil » nous assure-t-on avec raison dans les premières pages de ce numéro 66.

    Ce qui n’empêcha pas Mgr Guérard, en son temps, d’ajouter, en guise de conclusion : « “L’Institut ‘Mater Boni Consilii’ est conçu et né dans la Charité de la Vérité. Dominus incipit. Ipse perficiat”. »

    Or, il ne suffit pas d’être conçu et de naître dans la Vérité, pourrait-on ajouter, mais de s’y maintenir afin de garantir le dépôt sacré de la foi dans tous ses aspects et composantes. C’est précisément le rôle de la Charité, informée par la grâce sanctifiante, de permettre aux baptisés de rester, fidèlement attachés aux vérités de foi de toujours, celles précisément que l’Église a toujours crues et enseignées au fil des siècles. Un Institut n’est pas en soi un « véhicule de la grâce et de la Charité », tout au plus un instrument témoin lié aux circonstances et aux fidélités précaires d’hommes d’Église et de fidèles de plus ou moins bonnes volontés.  L’expérience nous apprend la profonde vanité des pensées et raisonnements humains s’ils ne s’appuient pas sur le socle indestructible de la parole de Dieu et de Ses commandements.

    L’Abbé Ricossa commence par nous dire, à titre d’exergue, qu’il ne veut surtout pas s’arrêter sur les actions… « l’action » du pseudo-pape Bergoglio ni sur celle(s) de son gouvernement dont il nie par ailleurs et rejette l’existence, comme si le Siège de Pierre n’était pas réellement occupé par des ennemis très puissants, sachant manier comme personne les leurres à usage « catholique » et même « traditionaliste ». On serait presque à se demander le pourquoi du comment d’un si long article, si lui-même, l’Abbé, et ses séides, n’étaient pas tourneboulés au premier chef par cet intrus bien gênant qu’ils qualifient de « materialiter » tout en le reléguant au grenier des spectres qui n’existent que pour ceux qui veulent bien y croire.

    Quelle surprise d’apprendre par ailleurs que le Père Guérard n’a rien inventé au sujet de la distinction « materialiter-formaliter », ce qui, si on y réfléchit bien peut se révéler quelque peu fâcheux pour des inconditionnels, en tant que collectif idéologique humain à prétention explicative, qui brandissent la Thèse comme la seule « explication » possible ET catholique…de l’absence de Pape !!! Que l’on me permette de rire un peu, malgré cette période pénitentielle, et de considérer qu’il n’est point besoin d’être sorti de St Cyr (ou de Menzingen ??!)  pour observer tout simplement qu’il y a du coq à l’âne entre les actes d’un pseudo-pape et un véritable Souverain Pontife qui n’est là que pour transmettre et expliciter le dépôt de la foi.

    Il devient bateau de dire et de répéter que tous ces illustres docteurs du temps passé raisonnaient sur une Église  a priori en ordre… Sans doute un peu dépité de na pas avoir l’exclusive contemporaine de ce fameux binôme sacré qu’est le « materialiter/formaliter », notre cher Abbé va donc éprouver le besoin de nous impressionner avec toute sa science de la gestion des contraires, allant jusqu’à grossir le trait d’une complexité déjà intrinsèque au sujet en question.

    Car enfin, comme le rappelle à juste tire notre ami Louis-Hubert, l’on ne saurait séparer dans la personne du pape l’aspect matériel d’avec l’aspect formel… Dans un vrai pape, ils sont un et inséparables.

    …« inventer » (ce qui n’est même plus le cas !) une distinction, c’est bien…nous dire à quoi elle sert ce serait encore mieux !!! Il faut croire que la tâche en est ardue et « abracadabrantesque » pour nous pondre de tels articles de brillance cléricale, mais qui, comme nous le verrons, ne débouchent concrètement que sur du vent ! Je reste persuadé que les fidèles « guérardo-ricossaniens »  pourraient être les meilleurs catholiques semper idem du monde, s’ils savaient vraiment à quoi sert leur fameuse Thèse en …2016 !

    Car il subsiste un vrai mystère d’iniquité : comment parler du « pape » (quel qu’il soit !!!) sans parler de l’institution faite d’hommes d’église qui est censée agir sous l’impulsion et l’autorité d’un tel personnage ? Eh bien, semble-t-il, M. l’Abbé Ricossa, qui est très fort, réussit cet exploit les doigts dans le nez et l’autre main dans le pli de sa soutane !

    Que de dépenses de méninges pour un personnage « intrus » qui, pour un guérardien (?) bien né…n’existe pas !

    Notez bien chers amis lecteurs, que tout ce fatras, de très haute tenue (apparente), se transforme illico en poudre de perlinpinpin, dès que l’on y applique une formule « magique » qui consiste tout simplement de remonter des effets aux causes et non l’inverse comme le font la plupart des traditionalistes. Cela dégage le cerveau, évite le rhume des foins, et ouvre la route toute belle au repos de l’âme et à la contemplation des mystères divins.

    Je vais finir par croire, moi qui n’ai pas fait de hautes études, que le bon sens a déserté certaines cervelles dans l’explicitation et l’interprétation de telles belles formules évangéliques comme « Qui vous écoute, M’écoute ! » Notez bien chers amis lecteurs que le christ aurait pu être « tenté » de dire « Qui M’écoute, devra vous écouter forcément…même lorsque je ne serai plus là en chair et en os » Non ! Il n’a pas dit cela, car dans ces paroles divines, l’identification du Vous avec la Personne Divine non seulement ne fait aucun doute, mais est un préalable indispensable à toute écoute. Celui qui n’est pas du Christ, aussi haut soit-il dans la hiérarchie ecclésiale et institutionnelle, ne peut avoir AUCUNE prétention à être écouté !

    Est, est, non, non. Il est du Christ ou il n’en est pas ! Ses « effets » permettent avec une certitude absolue de remonter aux « causes » qui font qu’il ne peut en aucun cas prétendre être écouté.

    Que nous sommes loin des petits « problèmes » (lesquels au juste ?) de collectif électif, de collège cardinalice ou autres billevesées qui ne sont là que pour impressionner le fidèle et lui faire mordre à l’hameçon passéiste d’une « Église » rêvée et fantasmée…à la mode ricossa… (pardon M. l’Abbé !)

    Ce dernier nous rebat les oreilles avec une « vacance du siège » qui est trop honnête ou trop sujet d’exégèse pour ne pas nous paraître en fin de compte hors sujet au regard des enjeux formidables du mystère d’iniquité qui devrait tous nous préoccuper dans sa singularité propre et non pas dans ses extrapolations diverses et variées.

    Il est quasi impossible à un clerc « affectif » et, qui plus est, ayant connu la véritable Église de Jésus-Christ, de s’abstraire intellectuellement de cette permanente tentation de croire que l’Église, même défigurée est toujours là, ou que si elle est éclipsée c’est la volonté humaine mue par une foi invincible, qui va la faire renaître et comme la ressusciter comme elle était avant… Tous ces affectueux tomberont de haut, lorsque de figure déformée et avilie, il ne restera plus, devant leurs yeux ébahis, que la face hideuse d’une institution grimaçante, invertie et sous l’emprise de Lucifer et de tous ses antéchrists. C’est pour avoir parfois une vision trop « mélangée » de l’enfer que beaucoup d’hommes d’église s’imaginent les « méchants » à 100 % méchants, à l’instar des démons, qui eux le sont toujours, même lorsqu’ils se déguisent en anges de lumière ou, à tout le moins, revêtent une peau de brebis pour mieux tromper leurs ouailles, leur faisant ainsi croire que leurs œuvres sont bonnes …

    Car pour notre bon Abbé sédéprivationniste, il s’agit surtout de répondre aux attaques contre la Thèse qui est devenue au fil du temps SA THÈSE, puisqu’il l’a érigée au statut honorable de vérité unique et salutaire. Je les entends hurler et m’agonir de quolibets très « juridiquement divins ». « Quoi ? Que dit ce misérable ? Nous avons toujours accepté dans nos rangs et à nos offices des fidèles qui ne sont pas partisans de la Thèse… , enfin celle de notre (père) Abbé. »

    N’en croyez rien amis lecteurs, car en secret, aux yeux de ces thésards, vous serez toujours et resterez des « sédévacantistes complets » (donc « sectaires » !!!) de deuxième zone…

    Il y a encore sans doute un autre secret dans l’explication à cet acharnement à défendre une thèse qui, comme nous le dit et redit à temps et à contre-temps Louis-Hubert, n’est plus en 2016 d’actualité, si tant est qu’elle ne le fut jamais. Une thèse éteinte est une thèse qui n’existe plus. R.I.P. !

    Et ce secret c’est le refus d’étudier et d’interpréter clairement l’enseignement de Saint Pie X sur le Modernisme. Je dis et j’affirme que l’analyse, même brillante,  du modernisme par les adeptes (cléricaux ou laïcs) de la « Thèse » est incomplète voire même peut-être erronée du moins dans ses implications les plus évidentes.

    Le Modernisme se résume à deux mots : ILLUSION (diabolique of course) et (par voie de conséquence) LEURRE. D’aucuns me diront que c’est la même chose ! Pas du tout car l’illusion sert à tromper  les âmes tièdes ou en voie d’avilissement certes, mais sert aussi à donner bonne conscience aux hérétiques eux-mêmes afin qu’ils se glorifient aux yeux du monde de leurs œuvres de ténèbres. Quant aux leurres, dont la puissance est inversement proportionnelle à la malice mise en œuvre, ils servent uniquement à tromper les vrais fidèles (ceux qui ont gardé la foi catholique) en leur laissant croire que tout n’est pas absolument à rejeter dans la contre-façon d’église qui est mise en place. Le leurre le plus puissant restant bien entendu celui qui englobe tout la liturgie sacrificielle de la sainte Église et des sacrements qui vont avec.

    Je viens de faire ma toute petite pénitence de ce jour, chers lecteurs, en vous disant ma première impression à la lecture de ce long et épuisant article. Mais tout reste à faire, en ce sens que chacun (ceux qui sont a fortiori plus compétents que moi)  fera, s’il le souhaite et la plume à la main, une analyse de texte rigoureuse qui je l’espère arrivera aux mêmes conclusions que moi, bavard impénitent, à l’inverse de Louis-Hubert, grand laconique devant l’Éternel, mais qui a le mérite de dire l’essentiel !!!!

    « Il est obsédé par « sa » Thèse » ! dixit LHR.

    Oui et c’est pour cela que nous la combattons …même si les bavards de mon espèce s’en donnent  à cœur joie !

    À plus tard chers lecteurs et pardon de vous avoir un peu trop distrait !
     

     

  7. François Rémi Antoine Norbert Carolus lien permanent
    mars 1, 2016

    Car enfin, comme le rappelle à juste tire notre ami Louis-Hubert, l’on ne saurait séparer dans la personne du pape l’aspect matériel d’avec l’aspect formel… Dans un vrai pape, ils sont un et inséparables.
    Il conviendrait peut-être de préciser :

    Dans le Souverain Pontificat Catholique on ne saurait séparer la papauté matérielle, et la papauté formelle.

    Dans le Souverain Pontificat Catholique, on ne saurait séparer le vrai Pape — au stade où il est matériellement élu (Pape Materialiter) — du vrai Pape au stade où il est formellement élu (Pape Formaliter).

    Nous savons tous que si ce sont deux étapes distinctes, elles sont indissociables, sinon il n’y a pas de souverain Pontificat.
    Et que par conséquent il est impossible de parler de Pape matériellement élu sans parler du Pape formellement élu.

    Mais tout ceci a surtout pour but de couper l’herbe sous le pied d’un sinistre personnage connu sous le nom de 
    Bontemps / Pélikan / Veilleur / 
    T d’Apremon/d’Arrancy/Théodore/Octavo etc …. qui agit sur un forum peu recommandable.

    Qui prétend qu’il existerait un élu « légitime » au souverain Pontificat du conclave (sic) qui ne serait pas un vrai Pape (il l’admet) mais qui, selon cette Thèse perfide, serait matériellement Pape, donc un faux pape, un demi pape, un sous-pape.

    Le souverain Pontificat Catholique, cette fonction sacrée, ne peut qu’être détenue et matériellement et formellement par une seule et même personne, 100 % Catholique. 
    Tout le reste, toute autre appellation de « pape » donné à qui ne remplit pas ces critère, n’est qu’une fraude honteuse contre le principe de base du Thomisme, le Principe de Non Contradiction.
    Ce n’est rien d’autre qu’une usurpation sacrilège, un schisme, un attentat contre l’unité de la Sainte Église Catholique.

     

    Et c’est ce dont Bontemps se fait fort avec sa thèse démoniaque.
     

  8. François Rémi Antoine Norbert Carolus lien permanent
    mars 1, 2016

    Voilà d’ailleurs ce que dit Bontemps et qui suscite l’intervention :

     
    « Là aussi », car également lorsqu’il écrit « […] comme le rappelle à juste tire notre ami Louis-Hubert, l’on ne saurait séparer dans la personne du pape l’aspect matériel d’avec l’aspect formel… Dans un vrai pape, ils sont un et inséparables », il croit sans doute faire une découverte digne d’Archimède dans sa baignoire ! 
    Dans un vrai Pape
    , l’aspect matériel et l’aspect formel « sont un et inséparables » ! 
    Mais nous n’avons jamais dit le contraire !

    Et dans l’élu du conclave qui n’est pas vrai Pape ? scratch 
     

  9. REMY Louis-Hubert
    mars 3, 2016

    Surtout que ce n’est en aucun cas le problème du pape.

    Quand comprendront-ils ?

    Répétons une millionième  fois que c’est un problème beaucoup plus grave : une secte gnostique a éclipsé la sainte Église catholique :

    http://www.a-c-r-f.com/documents/Mgr_TISSIER_Sermon-de-Econe-2002.pdf

    et a mis ses papes, ses évêques qui ne sont en aucun cas catholiques même s’ils essaient de nous le faire croire avec la complicité des Ricossa and Co.

     

    • François Rémi Antoine Norbert Carolus lien permanent
      mars 4, 2016

      D’où l’importance des termes.

      Il faut croire qu’il y a une focalisation volontaire de la part des défenseurs de la thèse de Cassiciacum, sur le problème du Pape. Ce qui laisse une « fenêtre de respiration » à cette fameuse Thèse que la Charité impose d’étouffer.
      Tout cela pour y glisser ce « pape » qui n’est pas « vrai Pape », du propre aveu de ses partisans.
      Mais qui est, le clament-ils, l’élu du conclave. Lequel conclave ? Celui de la secte des marranes du vatican, très  certainement ! 
      Ce pauvre Révérend-Père Guérard des Lauriers s’est laissé avoir et a élaboré une thèse bien farfelue. Il ne savait sans doute pas que les choses allaient glisser sur un terrain aussi vaseux.

       

  10. Louis de Castel lien permanent
    mars 3, 2016

    Ce soir j’ai pensé à vous Monsieur REMY quand j’ai lu cette nouvelle : le retour en France de l’anneau de Sainte Jehanne d’Arc ! Bravo au passage pour votre livre magnifique sur « La vraie mission de Sainte Jehanne d’Arc ».  http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/03/03/01016-20160303ARTFIG00221-l-anneau-de-jeanne-d-arc-de-retour-en-france.php

     

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      mars 4, 2016

      Oui !!!
       
      …je peux vous le dire, maintenant que la nouvelle est connue… Louis-Hubert est à l’origine de cette grande acquisition par les de Villiers (Père & fils)…
       

Laisser une réponse

Nota : Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ces commentaires par l'intermédiaire du flux RSS

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif