Aller au contenu

NORMALISATION !!! Retour à “la normale” ou régularisation d’une “Tradition” désintégrée ?

2016 avril 21
Print Friendly

 


NORMALISATION !!! Retour à “la normale” ou régularisation d’une “Tradition” désintégrée ?


 

 

« Si un ordre donné semble injuste, on a toujours la possibilité d’un recours à l’autorité supérieure, mais à la condition d’avoir d’abord obéi. Et, comme il n’existe ici-bas aucune autorité qui soit supérieure à celle du Souverain Pontife, vicaire de Jésus-Christ, Notre Seigneur, la conséquence logique, inévitable est qu’il faut se soumettre à ses ordres, à ses conseils et à ses désirs, en faisant abstraction complète de nos jugements particuliers. »
(Aventino – La doctrine de Léon XIII)

« Le Pontife Romain successeur de Saint Pierre dans sa primauté,
a non seulement la primauté d’honneur, mais le pouvoir de

juridiction suprême et entier sur l’Église Universelle,
tant dans les matières qui concernent
la foi et les mœurs,
que dans celles qui se rapportent à la discipline et au
gouvernement de l’Église répandue dans le monde entier. »

(Canon 218 – Codex 1917)

 

 

________________

 

 

Dans un document hallucinant de sophismes, d’erreurs et de dénis, l’Abbé Franz Schmidberger adresse à tous les membres de la FSSPX un document sous forme de Lettre dont on nous dit qu’il a été distribué à tous les prêtres de la Fraternité il y a quelques semaines…

La “Résistance” interne (et son organe officiel : France FidèleUnion Sacerdotale Marcel LefebvreNNSS Faure, Williamson, Thomas d’Aquin) y va de sa critique “catholique” et se dit terrifiée (sic!) au vu de « cette désintégration planifiée » sous prétexte de « normalisation » (on appréciera les relents historiquement nauséabonds de ce terme…).

Nous autres, catholiques semper idem, sommes aussi terrifiés mais, contrairement à la dite  “Résistance”, nous ne sommes pas surpris et ne mettons pas notre espérance chrétienne dans une illusoire conversion des prétendues “autorités” apostâtes et hérétiques de Rome et d’ailleurs…

Bien conscient que son document allait appeler pour le moins quelques réserves, notre Abbé et grand ami de Joseph Ratzinger *, consacre tout un chapitre pour répondre aux objections dont il présuppose par ailleurs qu’elles viendront principalement de la fameuse Résistance

Le petit travail d’analyse et de commentaires que l’on m’a suggéré en “haut lieu” semble assurément dépasser, et de très loin, mes forces et mes compétences personnelles. Néanmoins, suppliant l’Esprit Saint d’y mettre son petit grain de sel bénit, je vous propose , chers lecteurs forcément indulgents, de passer en revue les diverses assertions de l’Abbé, d’en démasquer l’esprit pervers, d’en débusquer les sophismes, oublis, dénis et raisonnements captieux. Et s’il s’avère que je n’ai pas été à la hauteur de mes prétentions, nul doute que d’autres catholiques se feront un devoir sacré de venir rectifier, compléter ou commenter mon modeste article. Car, comme dit l’Abbé, « la conversion réclame notre collaboration », étant bien entendu qu’il s’agit avant tout et principalement de …la nôtre !!!

Notons au passage que le titre lui-même requiert notre attention ; normalisation évoque un “retour à la normale” et rien que cela permet de savourer combien grande est la distance entre la coupe d’un retour de l’Église et les lèvres d’un clerc impatient de la retrouver dans toute l’ampleur de son « mystère », comme dit l’Abbé F. S. !

 

Fidèle à ma méthode de l’insert, qui vaut ce qu’elle vaut, je propose à mes lecteurs de lire ou relire ce document accablant en leur faisant profiter de mes petits commentaires, en mettant en relief (gras, italiques, couleurs) les incongruités de l’Abbé et les mots ou passages qui fâchent, persuadé que nos lecteurs prendront la plus grande part aux commentaires et réflexions qui leur reviennent au fil de leur lecture.

Pierre LEGRAND.

 

* : on peut d’ailleurs légitimement se poser la question de savoir si les bouquets de roses offerts par l’Abbé à “l’Abbé Ratzinger” n’ont pas donné des idées de bouquets “spirituels” à Mgr Fellay…quelle vilaine pensée n’est-ce pas !…        

 


 

Abbé Franz Schmidberger (à gauche) Mgr Fellay (à droite)

 

« Normalisation » (Régularisation)

Par M. l’abbé Franz Schmidberger de la FSSPX

 

Lettre à tous les membres de la FSSPX

 

I. L’Église est un mystère. C’est le mystère de la présence de Dieu parmi nous, notre Sauveur, Dieu, qui ne veut pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse et qu’il vive. La conversion réclame notre collaboration.

Le mystère de la conversion est avant tout quelque chose de personnel.

Mais si quelqu’un refuse de se soumettre aux impulsions gracieuses de l’Esprit Saint, préférant appeler le bien, mal et le mal, bien alors comment Notre-Seigneur peut-il le sauver? Le refus délibéré de la grâce de Dieu est le seul péché qui, par sa propre nature, soit irrémédiable…

 

II. L’Église est infaillible dans sa nature divine ; mais elle est dirigée par des personnes qui peuvent faire des erreurs et parfois font des erreurs. Nous devons distinguer la fonction de la personne. Ce dernier reste un certain temps en fonction et puis le quitte, que ce soit par la mort ou d’autres circonstances, mais la fonction demeure. Aujourd’hui, le pape François a le ministère papal et le primat de l’autorité. D’ici une heure, nous ne savons pas, il peut démissionner et un autre pape sera élu. Cependant, tant qu’il occupe le Siège Papal, nous le reconnaissons tel et nous prions pour lui.

Distinguer la fonction de la personne (consacrée !) pour une aussi mauvaise cause relève de la mauvaise foi la plus évidente ! Toute créature humaine est pécheresse, mais dans les personnes consacrées les soi-disantes erreurs seront des péchés personnels et non pas des hérésies contre la foi, hérésies qui scandalisent toute la communauté chrétienne et retranche ipso facto le clerc de cette communauté. La succession apostolique ne met pas en évidence seulement la continuité historique, mais manifeste aussi une réalité spirituelle actuelle. Et cette réalité spirituelle, si elle est rompue par l’hérésie notoire ou le schisme, ne manifeste plus la communion nécessaire à la vie de l’Église.

 

Nous ne disons pas que c’est un bon pape. Au contraire, il provoque avec ses idées libérales et il crée une grande confusion dans l’Église. Mais lorsque le Christ a fondé la Papauté, Il voyait toute la suite des papes de toute l’histoire de l’Église, y compris le pape François. Et pourtant, Il a permis son accession au trône papal.

Nous laisserons à l’Abbé la responsabilité de ses divagations blasphématoires sur le “champ de vision” du Christ ! Dire que Notre-Seigneur en instituant la papauté et son infaillibilité avait inclus parmi ceux-ci des personnages non catholiques et qui ne répondraient à aucun des critères requis relève de la fantaisie la plus méprisable… Dire et affirmer que ce n’est pas un bon Pape revient à dire que c’en est un de mauvais ! Souvenons-nous des promesses formelles de Notre-Seigneur : « J’ai prié pour toi pour que ta foi ne défaille point » (Somme théologique, supplément de la IIIe partie, q. 25, a. 1)

 

De même, Notre Seigneur a établi le Sacrement de Sa divine Présence, bien qu’Il ait prévu les nombreux sacrilèges de l’histoire.

 

III. Monseigneur Lefebvre a fondé la FSSPX au milieu de cette époque de confusion pour l’Église. Elle est appelée à donner une nouvelle génération de prêtres à l’Église, pour préserver le vrai Sacrifice de la Messe et proclamer le règne de Jésus-Christ partout dans la société, même contre les papes et prélats libéraux qui ont trahi la Foi. Aussi cela devait nécessairement aboutir à un conflit (sic!) : en 1975, la fraternité fut envoyée en exil. (À l’ile d’Yeu ou à Ste Hélène??!) Là, non seulement elle a survécu, mais elle a grandi et est devenue pour de nombreuses personnes un signe de contradiction contre la destruction de notre époque.

Des soi-disant “papes” et prélats, soi-disant catholiques, qui auraient trahi la foi, cette affirmation est en elle-même scandaleuse et relève du déni pur et simple de la non-catholicité de tels personnages ! L’Abbé ignore sans doute que aussi longtemps que durera la pierre sur laquelle le Christ fonda l’Église, aussi longtemps la religion catholique et la doctrine sainte seront gardées immaculées dans le Siège Apostolique, et ce de par le droit divin.

Par conséquent tous les actes posés par ces personnages « qui ont trahi la foi » sont nuls et non avenus.

 

L’opposition devint claire pour tout le monde le 30 juin 1988 quand, pour des raisons de nécessité, Mgr Lefebvre consacra quatre évêques.

 

IV. Cependant, Mgr Lefebvre a toujours cherché une solution canonique pour la Fraternité et il n’évita pas les conversations avec les autorités romaines, qui demandaient de reculer. Il continua ses efforts même après les consécrations épiscopales, bien que dans son réalisme, il avait peu d’espoir de succès. Il demandait, usant d’arguments ad hominem, de le laisser « faire l’expérience de la Tradition ». Il acceptait tout à fait que la Fraternité était dans une situation exceptionnelle et que ce n’était pas de sa faute mais de celle de ses adversaires. Jusqu’en 2000, la situation demeura ainsi. À partir de ce moment, Rome pensa (car avant Rome ne pensait pas ? il est vrai que le “fruit” n’était pas encore assez mûr !) remédier à cette situation, parfois d’une manière astucieuse, parfois avec d’honnêtes intentions, selon la personne en charge du dossier du côté romain.

Quel chapitre fielleux à l’égard du regretté Pontife de la Tradition ! Malgré ses erreurs graves de jugement (et des hommes et de la situation réelle de l’Église) Mgr Lefebvre restait un authentique homme de foi et plus les années passaient plus il se rapprochait de la vision réaliste c’est à dire sédévacantiste… Son entourage immédiat, et l’Abbé lui-même, veillaient bien sûr à ce qu’il ne puisse, de son vivant, franchir cette ligne jaune !

Lorsqu’on demande de « laisser faire l’expérience » c’est qu’on se soumet à une autorité dont on reconnait la légitimité institutionnelle. Les arguments « ad hominem » remplaçant alors avantageusement, du moins dans le « dialogue », ceux de la doctrine. C’est ce que nous explique l’Abbé, en toute charité…! Se mettre volontairement en état de « situation exceptionnelle » c’est renverser l’ordre des choses et inverser le processus de diabolisation, en inter-changeant l’effet avec la cause : c’est la secte de Vatican d’Eux qui se mettait elle-même en situation exceptionnelle puisqu’elle était HORS de l’Église, tout en faisant croire aux traditionalistes apeurés ou naïfs que c’était toujours elle qui représentait l’Église….qu’elle avait elle-même ÉCLIPSÉE ! Belle démonstration d’un serpent qui se mord la queue !

 

V. Le déclin de l’Église, simultané au constant développement de la Fraternité, amena quelques évêques et cardinaux à être d’accord en tout ou en partie, bien que ce soit difficile à reconnaître. (sic!) Rome baissa progressivement ses exigences et les propositions récentes ne parlent plus de reconnaître Vatican II, ni la légitimité du Novus Ordo Missae. Aussi il semble que le moment d’une normalisation de la Fraternité est arrivé, et cela pour plusieurs raisons :

Décryptons ce galimatias clérical abscons : la simultanéité invoquée en dit long sur l’orgueil clérical inhérent à une Fraternité se plaçant en substitut d’Église et en dispensatrice de conversion, base nécessaire à la cohérence interne de tout son édifice pragmatique. C’est faire de la secte et de sa communauté une sorte de vases communicants : plus la FSSPX croît en sainteté et en catholicité plus l’Église officielle dépérit et touche à sa fin ! La preuve pour l’Abbé : elle (la secte moderniste et cranmérienne) baisse progressivement ses exigences !!!!! On ne peut mieux se moquer du chaland (le fidèle tradi) et divaguer sur le mode lyrique « We are the champions » et en appeler à une normalisation, mot magique qui permet de réintégrer la FSSPX dans tous ses privilèges acquis de longue lutte depuis un demi-siècle, étant bien entendu que si l’Église n’était pas éclipsée, elle n’existerait tout simplement pas ! On peut sourire de telles prétentions cléricales….mais seulement sourire…

 

1) Toute situation anormale conduit d’elle-même à la normalisation. C’est dans la nature des choses.

Cela ne colle pas avec la « situation exceptionnelle » d’une Fraternité reconnue comme telle par Mgr Lefebvre en personne. Alors doit-on en déduire que l’Abbé ne s’embarrasse pas de tels (pieux) souvenirs du passé et préfère appliquer sa propre doctrine du dynamisme à visée normative ? Oui, puisque c’est « dans la nature des choses » ! Mais au fait une Fraternité normalisée ne pourra plus être considérée comme dans une « situation exceptionnelle » !

Normalisation…que de crimes en ton nom……etc. !

 

2) Nous ne devons pas perdre de vue le danger que les fidèles et quelques membres se sont habitués à la situation et la voit comme étant normale. Les oppositions çà et là contre la participation à l’Année Sainte comme aussi le total mépris pour l’attribution d’une juridiction ordinaire par le pape François (Nous en appelons toujours à l’état de nécessité et avons recours à la juridiction extraordinaire conformément à la loi). Cela provoque des remous. Si les fidèles ou des membres de la Fraternité trouvent confortable cette situation de liberté de dépendance de la hiérarchie, alors cela implique une perte graduelle du « sensus ecclesiae ». Nous ne devons jamais argumenter : « Nous avons la saine doctrine, la vraie Messe, nos séminaires, prieurés et évêques, nous ne manquons de rien. »

Qu’est-ce que je vous disais !!! Le danger ce sont les fidèles qui considèrent que la FSSPX est dans une situation exceptionnelle et doit y rester ! L’habitude étant sans doute une seconde nature !

L’Abbé ne veut plus voir qu’une seule tête et encore moins de « seconde nature » !!! En disant cela il ne se rend pas compte qu’il fait de sa normalisation la véritable « situation exceptionnelle » de la FSSPX ! Et cela provoque des remous…car les fidèles se sont habitués à leur seconde nature…ce qui prouve que la FSSPX n’est pas une société sacerdotale ordinaire et se trouve encore dans une « situation exceptionnelle », puisqu’on y prône instinctivement la défiance vis à vis de l’establishment conciliaire que l’Abbé, en fin “jésuite” de pacotille, confond à dessein avec le « sensus ecclesiae » !!! Comme nous dit l’Abbé, « argumenter » c’est en quelque sorte perdre ce « sensus ecclesiae » !… Subtil non ?


 

3) Nous avons des sympathisants (sic!) parmi les prêtres et cardinaux, dont certains voudraient faire appel à nous pour les aider, ils nous donneraient des églises et peut-être confieraient un séminaire à nos soins. Mais actuellement, à cause de notre situation, c’est impossible pour eux de le faire. En tout cas, les obstacles qu’ont les fidèles craintifs vont diminuer. Dans les médias et partout, nous sommes considérés comme des schismatiques, nous rejetons ces affirmations.

Je ne sais pas pour vous, chers lecteurs, mais le concept de « sympathisant » en matière de religion me laisse particulièrement rêveur… Sont-ce des timides, voire…des tièdes !? Ça sent en tous cas la marchandisation à plein nez ! (j’ti donne une église, ti m’donne un séminaire !) Tout ça il est vrai à cause de ces maudits fidèles et de leur peur maladive, nous dit l’Abbé, qui les dénonce comme essentiellement « craintifs » ! Il est vrai qu’après un demi-siècle de recyclage una cum y’a de quoi avoir peur de l’avenir… Ce que je dis est illogique ? pas sûr, si on suit bien notre bon Abbé… Allez faites un effort !

 

4) Dans les années à venir, nous aurons un besoins urgent de nouveaux évêques. Il est certainement possible de sacrer sans mandat pontifical en cas d’urgence, mais s’il est possible de sacrer des évêques avec la permission de Rome, la dite permission doit être recherchée.

Ah bah…avec Rome c’est toujours mieux !… Je ne crois pas que l’Abbé se croit toujours dans l’Église en ordre… C’est bien pire : c’est LUI qui dicte à Rome ce qu’il serait bon de faire dans un avenir très proche ! Le chantage à l’urgence est vraiment délicieux ! Ne croyez-vous pas ?

 

5) Modernistes, libéraux et autres ennemis de l’Église, sont très intéressés par ce qui concerne la solution canonique pour la fraternité. Le discernement des esprits à cet égard ne suggère-t-il pas ce qu’est la bonne et la meilleure voie ?

Cette première phrase est vraiment exceptionnelle…comme la situation de la FSSPX ! Ah ! cette fameuse « solution canonique » qui intéresse tant le monde (pour lequel Notre-Seigneur n’a pas prié !) n’est-elle pas le remède souverain à tous les maux de la FSSPX ? ET pourquoi l’Abbé nous parle juste après du « discernement des esprits ». Il y a anguille sous roche comme on dit et je ne suis pas certain que les esprits en questions soient ceux qu’on croit !!! Mais comme tout semper idem je suis une mauvaise langue et un empêcheur de normaliser en rond !

 

6) Comment l’Église va-t-elle surmonter cette crise ? Dans l’état actuel des choses, on voit qu’il n’y a pas même une lueur d’espoir. En revanche, l’acte officiel de reconnaissance de la Fraternité déclencherait un trouble sain à l’intérieur de l’Église. Le bien serait encouragé, les malveillants subiraient une défaite.

L’Abbé n’a pas peur du choc des mots ! Pas une lueur d’espoir nous dit-il car pour lui le seul espoir s’incarne dans la reconnaissance par une secte non catholique de la société fraternelle et traditionaliste des fidèles « craintifs » qui auraient donc le pouvoir incroyable de susciter un « trouble sain » à l’intérieur même de la secte qu’ils rejettent (par crainte n’est-ce pas !) …? C’est leur prêter, à ces malheureux fidèles apeurés, un pouvoir et des réflexes que leurs clercs ont tout fait pour leur confisquer depuis de lustres…!!! J’aime bien la religion fiction mais à ce niveau-là on nous cantonne dans le conte de fées pour grandes personnes !!! Eh ! l’Abbé…on a peut-être gardé nos âmes d’enfants, mais on n’est plus des bébés ! Na !


 

VI. Réponses à quelques objections (c’est l’hôpital qui se fout de la charité…comme si la “Résistance” n’était pas capable de le faire ! c’est d’ailleurs ce qu’elle va faire un peu plus loin !!!)

 

1) Comment peut-on aspirer à une reconnaissance par le pape François ?

 

Réponse : Nous avons déjà mentionné ci-dessus la nécessaire distinction entre la fonction et le titulaire de cette fonction. Il n’y a aucun doute que le pape actuel exerce son rôle établi par Dieu. Mais nous devons garder à l’esprit ce qu’était réellement le Concile et les conséquences qu’il a apportés dans l’Église : confusion, la dictature du relativisme, la pastorale supérieure à la doctrine, l’amitié avec les ennemis de Dieu et les ennemis du christianisme. Mais c’est précisément ici une des erreurs du Concile : séparer la cause des effets. Certains étaient trop sous le charme de la personne de Benoît XVI, au lieu de regarder d’abord la fonction papale et la personne ensuite, sa démission étant alors une douche froide pour beaucoup. Nous ne devons pas faire la même erreur d’être nous-mêmes trop sous le charme d’une personne plutôt que de l’institution divine. (Tu l’as dit bouffi !) Peut-être que le pape François est le seul en mesure de prendre cette décision (normalisation) par imprévisibilité et improvisation. (sic!!!) Les médias pourront lui pardonner d’avoir pris cette décision, mais n’auraient jamais pardonné à Benoît XVI.

En fait d’aspirer, notre Abbé “refoule” d’une manière réellement nauséabonde en oubliant tout simplement que ce sont SES pontifes modernistes qui ont convoqué le conciliabule, qui ont signé ses décrets et qui ont mis en pratique et fait appliquer ses résolutions les plus catastrophiques et les plus calamiteuses pour la foi et le salut des fidèles ! Mais comme « il n’y a aucun doute » n’est-ce pas, alors tout est bien dans le meilleur des mondes et le tyrannique François peut prendre sa décision de normalisation !!! Il vaut mieux lire ça que d’être aveugle !!! Quoique………

Chez notre Abbé le vice n’est pas seulement de forme… il l’est aussi de fond !!!

Mais laissons-nous emporter par le charme (hi !) puisque c’est l’Abbé qui nous le dit !

Saints médias…priez pour nous ! (j’ai la nausée…pas vous chers lecteurs ?)

 

Avec son style de gouvernement autoritaire, pour ne pas dire tyrannique, il serait en mesure de mettre en œuvre cette décision, même pour la Résistance.

Bon….là…il n’y a qu’une seule attitude possible : rire à s’en décrocher la mâchoire !!!!

 

2) Mais alors que diront les gens de « la Résistance » ? (Le qu’en dira-t-on ! et que fait-on du « Qu’en dira Dieu ?»)

 

Réponse : Nous ne pouvons guider notre action sur des personnes qui ont, de toute évidence, perdu le sens de l’Église et de l’amour de l’Église dans sa forme concrète. À l’heure actuelle, ils se battent entre eux.

Et voilà ! c’est ce qu’on appelle un assassinat en règle avec la petite dose de mépris en supplément qui sied à des non catholiques…puisqu’ils ont perdu le « sens de l’Église »…vous savez…celle (l’église) de Franz Schmidberger !!! Nous, les semper idem, on connait, on est habitués à bien pire encore…alors ça ne nous impressionne guère… Pauvres résistants…vont-ils s’en remettre !??? On ne rit pas !

 

3) À l’avenir, nous devrons garder le silence sur toutes les erreurs actuelles.

 

Réponse : Nous ne nous tairons pas, au contraire nous appellerons les erreurs par leur nom, avant comme après notre normalisation. Nous voudrions bien revenir de l’ « exil » où nous sommes maintenant.

La vertu des dites « erreurs » c’est d’être désincarnées… C’est pratique et ça ne mange pas de pain ! surtout après une normalisation… leur statut risque fort de changer…! Mais ça c’est une autre histoire…

 

4) Le pape François a une si mauvaise réputation parmi les catholiques qu’une reconnaissance de la Fraternité venant de lui provoquerait plus de tort que de bénéfice pour la Fraternité.

 

Réponse : Depuis le début, nous distinguons entre la fonction et la personne. Si François est le pape – ce qu’il est – alors il a aussi le primat de juridiction sur toute l’Église, qu’il fasse par ailleurs du bien ou du tort à l’Église. Nous devons suivre ce chemin, celui de faire du bien à l’Église ; ne nous laissons pas diriger par la recherche des faveurs humaines et Dieu nous bénira.

Et toc! La petite distinction magique semble réduire à néant l’objection des frères résistants ! Elle permet en outre d’asséner comme un dogme de foi que François EST le “pape”. En apparence oui, nous le savons bien ici que la Sainte Église est éclipsée et qu’un intrus occupe réellement le siège de Pierre alors qu’il n’a aucun titre à s’en réclamer. Les apparences sont donc du côté de l’Abbé, enfin jusqu’à un certain point car les fidèles « craintifs » n’y verront qu’un leurre qui occulte la vraie foi…et qui fait du bien comme du mal à l’Église… Voilà la misérable théologie qu’on enseigne à la F$$PX et qui fait dire à l’Abbé que Dieu Lui-même bénira cette autorité double, capable de faire le mal comme le « bien » ! Le discernement des esprits a sans aucun doute illuminé notre Abbé. On a beau être “blindés” on reste quand même effarés !…

 

5) Mais cette intégration de la FSSPX dans le système conciliaire va lui « coûter » son profil, peut-être même son identité.

 

Réponse : Tout cela dépend de la fermeté avec laquelle nous tenons et de qui convertit qui. Si nous agissons vigoureusement, nous appuyant sur la grâce de Dieu, alors notre situation pourra être une grâce pour toute l’Église. Y a-t-il un autre endroit où pourrait être la Fraternité pour être en mesure de rendre possible une telle conversion ? Évidemment, nous ne devons pas prendre appui sur nos qualités et nos forces, mais sur l’aide de Dieu. Pensez au combat entre David et Goliath. Faisons une analogie : comme chrétiens, nous sommes dans un monde méchant et corrompu et c’est là que nous devons faire nos preuves. Le danger de contagion est grand, mais nous pouvons et devons y échapper avec la grâce de Dieu.

« Qui convertit qui » la formule est lâchée mais l’Abbé devrait prendre garde qu’elle ne se retourne un jour contre lui ! Quant à Dieu, Le prendre comme alibi et comme témoin d’une telle fallacieuse et impossible conversion est quasiment blasphématoire ! L’esprit guerrier et germain de l’Abbé lui fait voir le monde comme un champ de bataille militaire alors que le combat est avant spirituel et surnaturel…


 

6) Toutes les congrégations qui se sont soumises à Rome se sont adaptées au système conciliaire ou ont même disparu.

 

Réponse : Notre position de départ n’est pas la même : dans notre cas, c’est Rome qui fait pression pour trouver une solution et s’approche de nous. Dans les autres cas, ces congrégations étaient les demandeurs, venant souvent à Rome avec un sentiment de culpabilité.

L’Abbé, dans son “délire distinctif”, croit fermement que c’est la secte conciliaire qui est demanderesse et qui va s’aplatir devant Nos Seigneurs Fraterneux, puisque EUX n’ont aucun sentiment de culpabilité !… Présomption…vous avez dit présomption ?

 

De plus, aucune d’elles n’avait un évêque, hormis l’administration apostolique Saint Jean-Marie Vianney de Campos au Brésil, où l’évêque Mgr Riffan est prêt à tous les compromis.

Ouf ! Mgr Riffan sauve la mise !…

 

Bien sûr, nous avons besoin d’une solide protection par une structure ecclésiale appropriée. Cela semble garanti par une prélature personnelle. Cette structure n’a été offerte à aucune autre congrégation. Après tout, l’objection soulevée n’est que partiellement exacte : par exemple, la Fraternité Saint-Pierre existe depuis déjà 27 ans et est restée fidèle, au moins dans les régions germanophones, à la Sainte Messe traditionnelle avec peu de concessions. Toutefois, la Fraternité Saint Pie X était son assurance-vie « en coulisses ».

La congrégation fraternelle, de par la vertu de sa « situation exceptionnelle », semble prémunie nous dit l’Abbé, contre le manque de protection, protection qui sera assurée au mieux par une prélature personnelle… Bon sang mais c’est bien sûr……c’est le remède miracle ! Et puis en tant qu’assurance-vie la F$$PX a de beaux jours et de belles finances devant elle…

 

VII. Conclusion

 

Si Dieu veut aider Son Église, Il a de nombreux moyens. L’un d’eux est la reconnaissance de la FSSPX par les autorités romaines. La FSSPX n’est-elle pas consacrée à la Très Sainte Vierge, qui la protégera et la guidera dans ses travaux dans la nouvelle situation ?

Si Dieu……on goûtera à sa juste mesure ce « si » plus qu’impudent…et c’est encore plus impudent de prêter à Dieu une « reconnaissance » impie et criminelle, offensant tout ce qu’il y a de plus sacré dans l’Église. Et je n’ose évoquer qu’en tremblant la finale de l’Abbé — ô sacrilège des sacrilèges — où il ose avec une effronterie véritablement satanique prendre à témoin la Très Sainte Vierge de ses élucubrations folles, téméraires et blasphématoires.

N’en doutons plus un instant, la Fraternité par la voix de son mentor l’abbé Schmidberger, vient de signer son arrêt de mort !

 

Dignare me laudare te, Virgo sacrata ; da mihi virtutem contra hostes tuos.

Permettez, ô Vierge sainte, que je chante vos louanges ; donnez-moi la force contre vos ennemis.

 

Zaitzkofen, le 19 février 2016

abbé Franz Schmidberger

Recteur

 

 

Voici à présent, chers amis lecteurs, la réponse de la “Résistance” à ce qu’elle appelle, non sans raison, les sophismes de l’Abbé Schmidberger

À lire cette réponse, on se dit de prime abord que la résistance semble obnubilée par cette fameuse « reconnaissance canonique » qu’elle dit être unilatérale. Axée sur son opposition ouverte à Mgr Fellay, digne successeur « dynamique » de Mgr Lefebvre, la résistance traite le problème par le petit bout de la lorgnette, oublieuse qu’elle est que son « point de départ », son déni du réel, est commun avec ses frères ennemis et que sa voie est forcément, avec un tel départ, une voie sans issue.

 

par le petit bout de la lorgnette

 

 

 

Voici la réponse catholique à tous ces sophismes :

« Reconnaissance canonique unilatérale : quel danger pour la Foi ? »

 

Peut-être pourra-t-on penser qu’après tout, si cela plaît à Rome de nous reconnaître officiellement sans rien nous demander en échange, tout est très bien et cela va même nous permettre d’avoir un plus grand rayonnement. Était-ce ce que pensait Mgr Lefebvre ?

 

  1. Une reconnaissance canonique nous met sous de nouveaux supérieurs

 

« Ce transfert d’autorité, c’est cela qui est grave, c’est cela qui est excessivement grave. Il ne suffit pas de dire : “On n’a rien changé dans la pratique (1) C’est ce transfert qui est très grave, parce que l’intention de ces autorités, c’est de détruire la Tradition” » (2)

Pour affirmer qu’il y a transfert d’autorité, il faudrait commencer par considérer que ces autorités ont une existence réelle, catholique et par conséquent légitime, que ce soit sur le plan institutionnel que sur le plan spirituel et surnaturel. Or il n’en est rien ! la foi elle-même nous enseigne que dévier de la foi même d’un iota retranche le plus sûrement de la communion catholique. Comment des hiérarques qui ont quitté l’Église pourraient-ils être investis de la moindre autorité par cette même Église qu’ils combattent, transmutent ou renient ? C’est le moment de faire appel — pour un usage catholique — au fameux « sensus ecclesiae » brandi par l’Abbé !


 

« Ce ne sont pas les sujets qui font les supérieurs, mais les supérieurs qui font les sujets » (3)

Sauf que cette remarque est valable dans une Église dite “en ordre”……


 

« Nous éprouvons la nécessité absolue d’avoir des autorités ecclésiastiques qui épousent nos préoccupations et nous aident à nous prémunir contre l’esprit de Vatican II et l’esprit d’Assise. » (4)

Avec des citations de ce genre, que veulent nous démontrer ces messieurs les clercs de la “Résistance” ? Si ces dites « autorités » ecclésiastiques sont du bon côté de la tradition alors c’est qu’elles n’appartiennent pas et ne peuvent appartenir et se compromettre avec celles de la fausse église Moderniste. On ne voit pas alors comment elles pourraient « épouser nos préoccupations » et « nous aider » si elles sont restées du mauvais côté ! Ce serait faire bon marché de la vertu d’obéissance que l’on doit aux autorités hiérarchiques sous peine de péché grave… Tout cela n’a aucun sens ! Nous sommes dans le rêve éveillé… Nul ne peut servir deux maîtres.

 

À ceci s’ajoute le fait que, les évêques de la Fraternité vieillissant, lorsqu’il y aura besoin de sacrer de nouveaux évêques pour les remplacer, il faudra, pour le choix de ceux-ci, avoir l’aval de la Rome actuelle, laquelle, si elle n’est toujours pas convertie, n’acceptera jamais de candidats antilibéraux et antimodernistes. C’est courir au suicide de la Tradition.

Il faut être logique pour faire preuve de bon sens et j’avoue que l’expression « Rome actuelle » a une saveur inopinée. Lorsque j’étais enfant j’entendais parler de la « Rome éternelle »…les temps ont bien changé ! À tel point qu’à présent la “tradition” risque le suicide sur le simple fait que Rome ne donne pas son aval !!! On est en pleine folie !!! Ah… j’oubliais le fin mot de nos clercs, toutes tendances confondues : oui, mais c’est de la Rome non convertie dont nous parlons ! Alors là c’est au-delà de la folie…je n’ai plus de mot !!! Aidez-moi chers amis lecteurs !… Au secours !!!


 

  1. Une reconnaissance canonique, même unilatérale, dans les circonstances actuelles, fait inévitablement arrêter le combat de la foi

 

Il y a un processus psychologique évident : lorsqu’on s’est mis sous de nouveaux supérieurs, on arrête de critiquer ses nouveaux maîtres pour ne pas risquer de perdre un statut qui a été obtenu après tant d’années de labeurs. Mgr Fellay a d’ailleurs arrêté depuis longtemps ses attaques de la Rome conciliaire, à la demande même de Rome : « Rome souhaite que nous attaquions moins ; et je suis d’accord »(5) À Arcadia en Californie le 10 mai 2015, Mgr Fellay précisera : « Quand nous voyons le pape, des cardinaux, des évêques, dire des choses mauvaises, ne sommes-nous pas prêts à les critiquer rapidement ? Mais pensez-vous que cela les aidera ? Une prière pour eux les aidera davantage. »

C’est curieux, mais nos bons amis de la Résistance, semblent faire peu de cas du socle pragmatique et dynamique de cette Fraternité désormais objet de toutes leurs critiques. Ils semblent accroire que les changements observés dans la stratégie de Mgr Fellay, notamment depuis 2012, représentent une ligne dorénavant éternelle et qui n’est plus destinée à changer au cours du temps et des événements de ce monde. Nous dire que les fraterneux vont comme par magie arrêter de critiquer leurs nouveaux maîtres relève du vœu pieu comme de l’illusion intellectuelle. On ne se départit pas aussi rapidement et facilement d’habitudes vicieuses contractées dans les décades glorieuses de cette auguste congrégation sacerdotale ! Naturellement, il y aura toujours les craintifs de nature qui n’oseront faire marche arrière même sils reconnaissent à demi-mots qu’ils se sont trompés, et puis il y aura aussi tous les faux-culs qui joueront le jeu pour garder prébendes et avantages de toutes sortes… « Paris vaut bien une messe », non ?

Et puis il y aura les scrupuleux, les vertueux qui ne se contiendront plus dès que leur Rome fera un pet de travers et ne pourront s’empêcher de leur faire, même respectueusement, la leçon ! La confusion sera le châtiment mérité de cette fausse tradition schismatique…

 

Mais le simple fait de ne plus dénoncer les scandales de Rome, ou de ne plus le faire que timidement et sous la pression des fidèles et des prêtres inquiets, en évitant de s’attaquer nommément au pape, fait ressembler de plus en plus la Tradition aux communautés ralliées qui ont abandonné le combat de la foi.

Les critères d’analyse psychologique appliqués par les résistants à leur congrégation mère risquent de ne pas être tout à fait les mêmes dans leurs effets que pour les autres communautés ralliées. Qui vivra verra.

 

Il est intéressant de relire ce qu’écrivait Mgr Fellay après la reconnaissance unilatérale du clergé traditionnel de Campos (Brésil) par la Rome conciliaire :

« Une attitude de duplicité implicite est devenue comme la norme dans la situation où ils se trouvent : on souligne les points du pontificat actuel qui paraissent favorables, on passe sous un révérencieux silence ce qui ne va pas. On pourra dire tout ce que l’on voudra : le 18 janvier 2002 à Campos, il n’y a pas eu seulement une reconnaissance unilatérale de Campos par Rome, mais il y a une contrepartie : la complicité du silence. Ainsi, petit à petit, le combat s’estompe, et on finit par s’accommoder de la situation. À Campos même, tout ce qui est positivement traditionnel est conservé, certes, donc les fidèles ne voient pas de changement, sauf les plus sagaces qui remarquent la tendance à parler davantage et respectueusement des déclarations et événements romains actuels en omettant les mises en garde d’autrefois et les déviations d’aujourd’hui »(6)

 

Mgr Fellay reprocha en particulier au clergé de Campos de n’avoir pas réagi publiquement lorsque Jean-Paul II avait organisé la même réunion dans la cité de saint François (ce clergé venait de se rallier à la Rome conciliaire) :

« Il faut bien distinguer un manque à la vertu de foi elle-même d’un défaut dans la confession publique de la foi qui est nécessaire dans certaines circonstances comme l’a si bien rappelé Mgr de Castro Mayer le jour des sacres [de 1988]. Or une prévarication comme celle d’Assise réclame cette confession publique… que nous n’avons pas entendue venant de Campos (7) [et que nous n’entendons plus de Menzingen.] »

Ces citations de Mgr Fellay, déjà datées (2002 et 2003) montrent à l’envie que la Résistance reproche étrangement à Mgr ses évolutions dans le temps et sa dynamique de dialogue, celle-ci ayant forcément évolué dans le temps c’est à dire une bonne dizaine d’années ! Ce qui démontre que Mgr œuvre pour le dialogue et les rapprochements avec Rome, en pratiquant la technique du « je t’aime moi non plus », bien connue de nos lecteurs habituels. Les citations citées en référence devraient rassurer les résistants sur la sûreté doctrinale dont est capable Mgr… Le pragmatisme originel de la FSSPX et son « point de départ » l’obligent à se plier aux circonstances et événements plus ou moins dictés par Rome. Bien sûr nous ne croyons nullement à ce jeu de dupes à long terme et savons bien qui en sera le vainqueur !

 

Cependant, les conséquences de ce silence sont très dangereuses pour la foi elle-même, ainsi que le faisait remarquer Mgr Lefebvre :

« Dès que [ces communautés ralliées] se taisent, elles commencent à glisser, même très lentement, jusqu’à ce qu’elles finissent par admettre les erreurs de Vatican II. (8) »

 

Benoît XVI lui-même l’avait constaté. Après la levée des «excommunications» et pour rassurer les évêques du monde entier sur une possible reconnaissance de la Fraternité Saint-Pie X, il leur écrivit :

« Moi-même j’ai vu, dans les années qui ont suivi 1988, que, grâce au retour de communautés auparavant séparées de Rome, leur climat interne a changé ; que le retour dans la grande et vaste Église commune a fait dépasser des positions unilatérales et des durcissements, de sorte qu’ensuite en ont émergé des forces positives pour l’ensemble » (9)

Cet “appel” aux mânes de Mgr L. et à Benoit XVI, de rusée et triste mémoire, est particulièrement cocasse de la part d’une résistance si pointilleuse sur les sources mêmes des fondements de sa résistance…

 

  1. La prélature personnelle nous fait rentrer de fait dans l’Église conciliaire

 

Ajoutons que La Prélature Personnelle qui serait accordée à Mgr Fellay, comme Rome le laisse entendre, et qui est une innovation du nouveau Code de Droit Canon, ne donne juridiction au prélat que sur ses prêtres. Pour ce qui est de l’apostolat, le canon 297 précise : « Les statuts déterminent également les rapports de la prélature personnelle avec les Ordinaires des lieux des Églises particulières où, avec le consentement préalable de l’évêque diocésain, la prélature accomplit ou désire accomplir ses tâches pastorales ou missionnaires (10) » Si cette prélature était accordée, la reconnaissance dite unilatérale serait donc, ni plus ni moins un ralliement puisqu’elle mettrait prêtres et fidèles sous la dépendance du nouveau Code qui est la mise en lois des nouveautés de Vatican II.

Mais c’est précisément ce que veulent nos clercs et Mgr Fellay ! Messieurs de la Résistance n’avez-vous jamais entendu parler du Cheval de Troie ? Rien de mieux en effet qu’une prélature personnelle pour faire de l’entrisme au sein même de la secte conciliaire, accomplir des tâches pastorales et missionnaires et surtout surtout s’assurer d’une position privilégiée pour CONVERTIR ceux d’en face ! Bien entendu, nous savons que tout cela ne sera qu’illusion diabolique et que la secte a plus d’un tour dans son sac pour déjouer les ruses de ce cheval-là ! Les conversions n’atteindront que quelques poignées de fidèles qui viendront grossir les rangs des fidèles… craintifs ou sagaces !!!!

 

  1. Une reconnaissance canonique supprime nos protections en nous mettant dans une cohabitation dangereuse avec le clergé et les fidèles conciliaires

 

Donnons ici un extrait des quelques notes que Mgr Lefebvre avait remises aux supérieurs religieux lors d’une réunion qu’il avait tenue au prieuré du Pointet le 30 mai 1988 pour leur demander leur avis sur la possibilité d’une reconnaissance par Rome :

« Relations avec les évêques, un clergé et des fidèles conciliaires :

« malgré l’exemption très étendue, les barrières canoniques disparaissant, il y aura nécessairement des contacts de courtoisie et peut-être des offres de coopération, pour les unions scolaires – union des supérieurs – réunions sacerdotales – cérémonies régionales, etc… Tout ce monde est d’esprit conciliaire – œcuméniste – charismatique.

« Nous étions jusqu’à présent protégés naturellement, la sélection s’assurait d’elle-même par la nécessité d’une rupture avec le monde conciliaire. Désormais, il va falloir faire des dépistages continuels, se prémunir sans cesse des milieux romains, des milieux diocésains. C’est pourquoi nous voulions trois ou quatre évêques et la majorité dans le Conseil Romain (11). Le problème moral se pose donc pour nous : prendre les risques de contacts avec ces milieux modernistes, avec l’espoir de convertir quelques âmes et avec l’espoir de se prémunir, avec la grâce de Dieu et la vertu de prudence, et ainsi demeurer légalement unis à Rome par la lettre, car nous le sommes par la réalité et l’esprit ? Ou faut-il avant tout préserver la famille traditionnelle pour maintenir sa cohésion et sa vigueur dans la foi et dans la grâce, considérant que le lien purement formel avec la Rome moderniste ne peut pas être mis en balance avec la protection de cette famille, qui représente ce qui demeure de la véritable Église catholique ? »

« Si nous avions accepté [un accord], nous serions morts ! Nous n’aurions pas duré un an. Il aurait fallu vivre en contact avec les conciliaires » (12)

 

Citons encore ce qu’il avait dit au cardinal Ratzinger le 14 juillet 1987 :

« Éminence, même si vous nous accordez un évêque, même si vous nous accordez une certaine autonomie par rapport aux évêques, même si vous nous accordez toute la liturgie de 1962, si vous nous accordez de continuer les séminaires et la Fraternité comme nous le faisons actuellement, nous ne pourrons pas collaborer, c’est impossible ; parce que nous travaillons dans des directions diamétralement opposées : vous, vous travaillez à la déchristianisation de la société, de la personne humaine, de l’Église. Nous, nous travaillons à la christianisation. On ne peut pas s’entendre. Vous venez de me dire que la société ne peut pas être chrétienne (13) »

 

C’est pourquoi, après tant d’années où il avait essayé en vain d’obtenir une reconnaissance avec toutes les protections nécessaires, Mgr Lefebvre n’envisageait plus d’accord possible avec Rome sans la conversion du pape et de la hiérarchie actuelle. Il écrivit ainsi aux futurs évêques avant les sacres :

« Je vous conférerai cette grâce [de l’épiscopat], confiant que sans tarder le Siège de Pierre sera occupé par un successeur de Pierre parfaitement catholique (14) en les mains duquel vous pourrez déposer la grâce de votre épiscopat pour qui la confirme (15) »

 

Il confirmera cette nécessité de la conversion de Rome à plusieurs occasions, par exemple : « C’est un devoir strict, pour tout prêtre voulant demeurer catholique, de se séparer de cette Église conciliaire tant qu’elle ne retrouvera pas la Tradition du Magistère de l’Église et de la foi catholique » (Itinéraire Spirituel, écrit en 1990). « Quand on nous pose la question de savoir quand il y aura un accord avec Rome, ma réponse est simple : quand Rome recouronnera Notre-Seigneur Jésus-Christ »(16)

 

Parlant de la tentative d’accords qu’il fit en 1988, il écrira :

« Je suis allé plus loin même que je n’aurais dû aller. » (17)

On appréciera le passéisme de bon aloi (1988…) d’une résistance qui semble vouloir figer dans le “temps lefebvriste”  une Fraternité pourtant bien vivante, assoiffée de conversions et désireuse de mettre en pleine lumière son héritage… C’est de la nature même de son pragmatisme d’évoluer au gré des impératifs du moment…

 

On ne comprend donc pas comment Mgr de Galarreta, à Bailly, le 17 janvier 2016, a pu dire : « Refuser la possibilité d’un accord n’était pas la position de Mgr Lefebvre » (et oui pour la bonne raison qu’il posait en préalable « le retour de Rome à la Tradition ») ; et Mgr Tissier de Mallerais, le 21 mars 2016 : « Mgr Lefebvre n’a jamais posé, comme condition de notre nouvelle reconnaissance, que Rome abandonne les erreurs et les réformes conciliaires » (18) alors qu’un an auparavant, dans un très beau sermon donné à Chicago le 1er janvier 2015, Mgr Tissier avait ces fortes paroles : « Nous allons mettre en œuvre ce que Mgr Lefebvre, notre fondateur, a écrit dans son Itinéraire Spirituel et qui est son testament spirituel : « C’est un devoir strict pour tout prêtre voulant demeurer catholique, etc. » (supra). »

Le sermon est beau ou vilain au gré de l’entendement du moment ! Que voilà une “tradition” empêtrée dans ses contradictions mais ne variant pas d’un pouce, toutes sensibilités confondues, sur cette logique infernale qui la pousse à vouloir convertir une Rome dont elle se dit la servante respectueuse mais indisciplinée. Marcher sur la tête permet de dire tout et n’importe quoi ! Les contradictions invoquées de NNSS Galarreta et Tissier ne le sont que dans la perspective d’une grille de lecture d’opposition, donc forcément partisane et en rupture volontaire avec le pragmatisme constitutif de la Fraternité originelle.

Nos amis résistants m’agacent profondément car ils font mine de ne rien comprendre et restent fixés sur leurs petites obsessions traditionalistes ! Ils oublient que chacune de ces citations est toujours conditionnée par cette fameuse conversion qui est si bien exprimée par ce passage de Mgr Lefebvre « (…) tant qu’elle ne retrouvera pas la Tradition du magistère de l’Église et la foi catholique ».


 

La Fraternité Saint Pie X confirmera la position de Mgr Lefebvre à son Chapitre Général de 2006 : « Les contacts que [la Fraternité] entretient épisodiquement avec les autorités romaines ont pour seul but de les aider à se réapproprier la Tradition que l’Église ne peut renier sans perdre son identité, et non la recherche d’un avantage pour elle-même, ou d’arriver à un impossible « accord » purement pratique ».

Le terme « se réapproprier » est ici d’une importance extrême pour bien comprendre le processus de décomposition lente qui a gangréné tous les rouages internes de la Fraternité, tout en conservant sauves toutes les plus belles apparences, tant liturgiques que pastorales ou missionnaires. La secte Conciliaire, en se réappropriant ce qui fait la spécificité de la Fraternité, et cette dernière ayant comme vœu final cette réappropriation, quitte même à aller jusqu’à un « accord pratique », cette secte se comporte comme un véritable vampire en aspirant le sang de tous ceux qui, de près ou de loin, reconnaissent son « autorité » et font allégeance par le fait même, de gré ou de force, aux formulations de son conciliabule, chef d’œuvre de modernisme où se mêlent, en une épopée apoclyptique, passages catholique et hérésies modernistes.

 

Cette position fut gardée jusqu’en 2012, et Mgr Fellay la prêchait clairement : « Il est impossible et inconcevable d’envisager des accords avant que les discussions [doctrinales] n’aient abouti à éclairer et corriger les principes de la crise » (Fideliter, mai/juin 2006).

Des accords non, mais une “prélature personnelle” oui ! Que voulez-vous, en ce bas monde, même les meilleurs voient midi à leur porte !!!… « Honi soit qui mal y pense ! »

 

La situation se serait-elle tellement améliorée à Rome, que tout ce que nous venons de rappeler ne soit plus vrai aujourd’hui ?

Mais oui ! Habemus François !!!!!! C’est tout dire……… Le charme a dit l’Abbé………

 

Parce Domine !

Pierre Legrand.

 

 

 

 

 

 

 


[1] — C’est ce que disent tous les ralliés au début pour se justifier.

[2] — Mgr Lefebvre, Conférence à Écône le 8 octobre 1988.

[3] — Mgr LEFEBVRE, dans Fideliter n° 70, p. 6. Nous en avons eu une preuve nouvelle avec les Franciscains de l’Immaculée, vigoureusement sanctionnés par le pape François (tous les supérieurs importants démis de leur charge) pour être passés à la Messe traditionnelle en s’appuyant pourtant sur le Motu Proprio de Benoît XVI. On fait maintenant signer aux novices un papier où ils s’engagent à célébrer la messe nouvelle plus tard.

[4] — Mgr LEFEBVRE, Lettre au pape Jean-Paul II, 2 juin 1988. Est-ce François qui nous protégera de l’esprit de Vatican II et de l’esprit d’Assise ?

[5] — Mgr Fellay, conférence au séminaire de Winona (USA) en février 2015.

[6] — Mgr FELLAY, Lettre aux amis et bienfaiteurs de la Fraternité Saint-Pie X n° 63, janvier/février 2003

[7] — Nouvelles de Chrétienté n° 73, mars/avril 2002.

[8] — Mgr LEFEBVRE, Entretien paru dans Fideliter 79 au mois de mars 1991

[9] — Benoît XVI, Lettre aux évêques de l’Église catholique au sujet de la levée de l’excommunication des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre, 10 mars 2009.

[10] — Le commentaire du nouveau Code par le chanoine Paralieu (Bourges, Tardy, 1985) dit clairement : « Le prélat qui est à la tête de la prélature n’a donc pas son propre peuple » (p. 113). Les fidèles demeurent donc sous la juridiction de l’évêque diocésain. Le commentaire de Caparros (Montréal, Wilson et Lafleur Itée, 1999) précise encore : « Les tâches pastorales ou missionnaires auxquelles le Code fait ici allusion constituent la finalité pour laquelle le Saint-Siège érige les prélatures personnelles. Ces tâches […] doivent s’insérer harmonieusement dans la pastorale commune de l’Église universelle tout comme dans la pastorale organique des Églises particulières » (p. 231). Il ne restera plus grand chose de la liberté des prieurés. La prélature est un véritable piège. Mgr Lefebvre n’avait jamais envisagé de prélature personnelle, mais un « Ordinariat », structure qui existait avant le Concile, par exemple pour l’évêque aux Armées, et qui exempte les fidèles de la juridiction de l’évêque local (voir la vie de Mgr Lefebvre par Mgr Tissier à la page 580). Rome se garde bien de soulever cette possibilité aujourd’hui.

[11] — Pour nous protéger en cas d’accord, Mgr Lefebvre voulait une Commission à Rome comportant une majorité de traditionalistes pour régler les différends entre les évêques diocésains et la Tradition. Rome n’a jamais accepté ; et il n’en a plus jamais été question, ni pour aucune communauté ralliée ni dans les tractations entre Mgr Fellay et la Rome moderniste. Or c’est le minimum qu’il devrait exiger.

[12] — Conseils aux futurs évêques avant les sacres, publiés dans Le Sel de la terre 28.

[13] — Mgr LEFEBVRE, Conférence aux prêtres à Écône pour la retraite sacerdotale, 1er septembre 1987. Mgr Lefebvre y relate, entre autres, l’entretien qu’il avait eu à Rome avec le Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi le 14 juillet 1987.

[14] — Nous en sommes loin avec François !

[15] — Mgr LEFEBVRE, Lettre aux futurs évêques, 28 août 1987. Si une reconnaissance canonique est acceptée, cela va directement contre l’intention de Mgr Lefebvre lorsqu’il a sacré les quatre évêques.

[16] — Mgr LEFEBVRE, Conférence à Flavigny, décembre 1988. Fideliter n° 68, p. 16.

[17]Entretien, Fideliter 79, janvier/février 1991, deux mois avant sa mort.

[18] — Publié sur La Porte Latine le 22 mars 2016.

 

 

 

 

  1. Ultima Ratio lien permanent
    avril 21, 2016

    Si on peut résumer simplement, des hérétiques ou des schismatiques se partagent le nom de catholiques, qu’ils soient conciliaires ou traditionalistes, on se retrouve a cette formule lapidaire du Cardinal Pie, « l’église dans la crise a venir sera réduite a l’état domestique ». Sauve qui peut.  :mrgreen:
     

  2. REMY Louis-Hubert
    avril 21, 2016

    Peut-on compter sur la conversion de la secte conciliaire ?

    Non, la conversion de la contre-Église, dans son ensemble et avec ses chefs, est tout à fait exclue. Seules quelques rares personnes peuvent individuellement se convertir [1].

    Saint Paul dit :

    Car il est impossible pour ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la douceur de la parole de Dieu et les merveilles du monde à venir, et qui pourtant sont tombés, de les renouveler une seconde fois en les amenant à la pénitence, eux qui pour leur part crucifient de nouveau le Fils de Dieu et Le livrent à l’ignominie ». (Hb vi, 4-6)

    [1] Les laïcs peuvent être trompés, mais les clercs se trompent difficilement sans être de mauvaise foi, surtout si cela dure longtemps (Mgr de Castro-Meyer).
     

     

  3. Édouard-Marie
    Édouard-Marie lien permanent
    avril 21, 2016

    On ne saurait mieux illustrer les propos de Mgr Fèvre sur la polémique qu’à l’aune de cet énième fil réchauffé sur des questions déjà maintes fois exposées.

    Ceux qui veulent voir ont depuis longtemps matière, ceux qui ne veulent pas voir peuvent rester la tête dans le trou, « les jeux sont faits ».

     

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      avril 21, 2016

      Combattons donc sans relâche, même sans espoir de gagner la bataille. Qu’importe le succès !»
      (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus).

      Cf. le document du R.P. Vinson
       

       

      • Charles
        Charles lien permanent
        avril 21, 2016

        Oui, et si les « jeux » sont effectivement  faits, ce qui n’est nullement  contestable, ce n’est pas une raison pour ne pas chercher à éclairer son prochain, soi-même et tous ceux que la grâce n’a pas encore éclairés ! Combattre sans relâche, c’est en effet Ste Thérèse de l’Enfant Jésus qui a trouvé la bonne formule……

        L’état domestique évoqué par le Cardinal Pie nous donne l’indépendance suffisante et nécessaire sur les opportunités de saisir ce qui dans l’actualité nous permet, ad majorem gloriam Dei, de remettre sans cesse sur le métier notre ouvrage…
         

  4. REMY Louis-Hubert
    avril 21, 2016

    Le R. P. Vinson sur la polémique :

    http://www.a-c-r-f.com/documents/R_P_VINSON_La-polemique.pdf
     

     

  5. Édouard-Marie
    Édouard-Marie lien permanent
    avril 21, 2016

    La question n’est  pas le bien fondé de la polémique, dont personne n’a besoin d’être convaincu.
    Je connais le texte du Père Vinson, merci.

    Mais aussi les chapitres 21 à 24 de Don Sarda Y Salvany, « Le Libéralisme est un Péché », sur la nécessité de l’attaque  ad hominem de ceux qui propagent les erreurs (et non simplement des erreurs) y compris et surtout celle des « Catholiques » libéraux.

     

    Connu aussi le fait que la première pédagogie est celle de la répétition.

     

    Cela ne s’oppose en rien à ce qu’exprime Mgr Fèvre, sans ambiguïté. On ne vit pas de la polémique permanente.

    On peut voir d’ailleurs ce que cela donne chez un Pierre Legrand, qui vire à l’idolâtrie de sa personne et de ses écrits, narcisse V 3.0, qui se regarde dans le miroir et s’adresse à ses lecteurs.

    Plus vaniteux, et plus grotesque, c’est difficile.

     

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      avril 21, 2016

      …si vous vous y mettiez ??? mon cher Édouard…
       
      On verrai comment vous rédigeriez vos articles… et comment vous vous adresseriez à vos lecteurs
       

      « La critique est aisée, mais l’art est difficile », certes, mais sans « liberté de blâmer, il n’est pas d’éloges flatteurs »

      …écrivait Beaumarchais.
       

       

    • Charles
      Charles lien permanent
      avril 21, 2016

      Plus méchant (gratuitement) et plus hargneux c’est – en effet – difficile !    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif
       

    • Pierre LEGRAND
      Pierre LEGRAND lien permanent
      avril 21, 2016

      Je vous cède bien volontiers ET la place ET la plume cher Édouard-Marie…au cas où cela vous tenterait de commenter des écrits nouveaux et non polémiques !

      Vous avez raison : il est vaniteux et grotesque d’idolâtrer ma petite personne narcissique et d’oser instaurer un dialogue — même imaginaire — avec mes lecteurs dont je n’ai, à ce jour, pas reçu de leur part de  très nombreuses critiques… Qui ne dit mot consent, n’est-ce pas !? Ainsi mes lecteurs, à part vous semble-t-il, cautionnent au moins tacitement mes articles , y compris l’administrateur ce ce blogue et ses conseils. On ne peut donc pas plaire à tout le monde et nul n’est parfait, moi le premier !

      Cela dit, si sur le fond vous n’êtes pas satisfait des remarques et observations de mes articles, vous avez toute latitude pour exposer vos motifs et vos critiques constructives sur le  fond ici même ! Notre ami Cave Ne Cadas, que je sache, ne contingente pas trop nos messages et dans leur longueur et dans leur teneur…

      Néanmoins était-il vraiment nécessaire d’adresser des termes quelque peu blessants à l’égard de quelqu’un qui fait ce qu’il peut…surtout lorsqu’on le lui demande…?

      Vous avez pris la liberté de me blâmer et même si , sur la forme,  je déplore certaines expressions de votre part, il m’est un devoir de vous en remercier car d’une part c’est bon pour l’humilité et d’autre part si éloges il y a, ils seront obligatoirement flatteurs !!!!

      Je vous pardonne bien volontiers vos petits excès (ou accès… pour vôtre supposée « crise soudaine » !) de langage, alors souffrez que je vous demande à votre tour de bien vouloir me pardonner d’avoir osé (dans un excès de narcissisme sans doute…) écrire sur ce blogue !!!
       

       

  6. Guillaume lien permanent
    avril 21, 2016

    Jeudi Saint de l’An de grâce 2018 – Paris

    La FSSPX est devenue depuis un an déjà une prélature personnelle de Bergoglio.

    Ce dernier pour fêter ce premier anniversaire décide de venir à l’Église de Saint Nicolas du Chardonnet laver les pieds de 12 personnes.

    Mgr Fellay est aux « anges » !

    S’avancent alors les 12 personnes. Aucune bien-sûr n’est catholique. Parmi elles, figure même un musulman revenu du djihad, mais bien-sûr déradicalisé par la République…

    Le tonnerre gronde parmi les fidèles et certains prêtres, mais que faire ? Dire non à Bergoglio ? Impossible, la sanction vaticane serait telle que la FSSPX serait rayée définitivement de la carte.

    Devoir d’obéissance oblige, Mgr Fellay, les prêtres et les fidèles assistent finalement à ce spectacle sans broncher.

    Les médias, les politiques et les loges maçonniques exultent !!!
     

     

  7. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    avril 22, 2016

    Donc, le dogme est : Hors des semper idem point de salut.

    Pour qu’il y est « normalisation » il est nécessaire que la Société normalisante soit-elle même dans la norme, or la norme c’est la Tradition, la vraie, celle de la Sainte Église catholique apostolique et romaine.

    Rappelle aux fidèles le devoir d’être soumis aux magistrats et aux autorités, de leur obéir, d’être prêts à toute bonne œuvre, de ne dire du mal de personne, d’éviter les contestations, mais d’être condescendants, et de témoigner la plus grande douceur à l’égard de tous les hommes.  Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, indociles, égarés, esclaves de toutes sortes de convoitises et de jouissances, vivant dans la malignité et l’envie, dignes de haine, et nous haïssant les uns les autres. (Tt 3, 1-3)

    C’est un devoir évident de charité de combattre l’erreur et de proclamer la vérité.

    Combats le bon combat de la foi, assure-toi la vie éternelle en vue de laquelle tu as été appelé et as fait la belle confession de foi devant un grand nombre de témoins. (1Tm 6, 1)

     

     

    • avril 22, 2016

      Quid d’un « semper idem » qui divorcerait ?

      d’un autre qui mentirait ?

      d’un autre qui volerait ?

      ou d’un autre qui n’aurait aucune charité ?

      et encore d’un autre qui … etc.

      Hé bien il en irait de  même  que d’un « non semper idem », qui commettrait les mêmes péchés sans s’en confesser, lui aussi.

      Nous n’avons pas voulu suivre la Rome moderniste afin de garder intact et de mettre en pratique les Commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur.

      Et si Dieu décidait de sauver un « conciliaire » qui aurait intégralement gardé et mis en pratique les enseignements de Jésus, qu’y aurait-il à redire ???

      Si les gens de la FRAT rallient pour plus de tranquillité, pour espérer monter dans la hiérarchie, pour les honneurs, ou  toutes autres sortes de  bassesses humaines, il va de soit qu’ils succomberaient sous le rouleau compresseur satanique de la Rome apostate.

      Mais s’il s’avérait que parmi eux il y ait deux ou trois prêtres de la trempe d’un St curé d’Ars, rien ne serait impossible à Dieu.

      Ce n’est pas tant de savoir de quel bord se trouvent les gens, qui compte … , mais de garder et de pratiquer la vraie foi enseignée par Nôtre Seigneur.

      Sachant bien évidemment que cette vraie foi a plus de chance de se développer dans un milieu propice plutôt  que dans un cloaque.

       

       

      • Cave Ne Cadas
        Cave Ne Cadas lien permanent*
        avril 22, 2016

        Morin !…
         
        Vous continuez à délirer…
         
        « Rien d’impossible à Dieu », bien sûr !
         
        …mais, un vrai Catholique Semper Idem sait qu’il n’a pas le droit de « divorcer » !!!
         
        …et s’il y avait dans « la Frat' », comme vous dites… « deux ou trois prêtres de la trempe d’un St curé d’Ars » (!!!!!)
        Ça se saurait !!!
         

         

        • avril 22, 2016

          Un semper idem peut commettre un péché comme n’importe qui, même s’il sait comme tout Chrétien qu’il n’a pas le droit de le faire au regard de Dieu.

          Ce n’est pas le fait de déclamer la vérité de toujours qui peut nous exempter de pécher, c’est la force que nous mettons en face du péché qui nous empêchera de succomber.

          Si  deux ou trois prêtres de la trempe d’un St curé d’Ars, nous font cruellement défaut aujourd’hui, n’est-ce pas plutôt à cause des faiblesses et des bassesses humaines, qu’à cause d’un dogme défaillant. Autrement dit : à cause de la pratique qui ne suit pas la théorie.

          (La tradition étant censée connaitre le dogme puisque n’ayant pas voulu suivre V2)
           

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            avril 22, 2016

            Un Catholique Semper Idem peut bien sûr commettre des péchés comme n’importe qui…
            Mais s’il « divorce »… ce n’est pas un semper idem… c’est un apostat !
             
            Pauvre Morin ! qui voudrai « deux ou trois » Saint Curé d’Ars aujourd’hui… alors qu’en 2000 ans de christianisme il n’y en a eu qu’un !!!
             
            … ce n’est pas à cause de « dogme défaillant » mon pauvre Morin !
            …c’est à cause de la formation… il ne sortira jamais rien de bon d’Écône… ni de Verrua… ni d’ailleurs !!!
             
            Un Saint Curé se prépare dès avant le sein de sa mère… dès l’enfance de la mère… et avec toutes les mondaines de la tradition
             

             

            • Ultima Ratio lien permanent
              avril 22, 2016

              @ il ne sortira jamais rien de bon d’Écône… ni de Verrua… ni d’ailleurs !!!

              Comment voulez-vous qu’il sorte de bon dans des fausses églises, une fausse église est une fausse mission dixit St François de Sale !
               

               

  8. Ultima Ratio lien permanent
    avril 22, 2016

    Une formidable citation qui anéantit la prose des  guérardiennes !  :arrow:

    R.P. Gerald V. McDevitt, S.T.L., J.C.L., The renunciation of an Ecclesiastical Office, p.139-140, 1946 a écrit :

    Donc, un clerc, s’il devait renoncer tacitement à son office, doit avoir dévié de la foi par l’apostasie ou l’hérésie d’une manière publique selon les explications données plus haut. Et puisque votre serviteur maintient l’opinion selon laquelle la renonciation tacite n’est pas de la même nature qu’une peine, il maintient également que les prescriptions du canon 2229 qui établissent les causes (ignorance etc.) permettant d’éviter d’encourir les peines latae sententiae ne s’appliquent pas dans le cas d’une renonciation tacite d’un office pour le clerc qui commet les actes mentionnés au canon 188, n. 4. Et donc, votre serviteur croit que même s’il était imaginable qu’un clerc puisse éviter d’encourir l’excommunication impliquée dans la défection de la foi selon les prescriptions du canon 2229, § 3, n. 1, CE MÊME CLERC PERDRAIT QUAND MÊME SON OFFICE PAR LA RENONCIATION TACITE. À cet égard, une renonciation tacite est comme une irrégularité, laquelle, bien que sous plusieurs aspects ressemble à une peine, n’en est néanmoins pas une au sens véritablement canonique.

     

     

  9. Charles
    Charles lien permanent
    avril 23, 2016

    Rappels :

    On distingue deux types d’excommunication (can. 1314) :

    ferendæ sententiæ : excommunication qui ne frappe pas le coupable tant qu’elle n’a pas été intimée par une décision judiciaire ou administrative ;
    latæ sententiæ : excommunication encourue du fait même de la commission du délit 

     

    188 (codex 1917)
    En vertu de la renonciation tacite admise ipso jure, sont vacants ‘ipso facto’ et sans aucune déclaration, quelque office que ce soit si le clerc :
         n1) Fait profession religieuse, sauf si doit être tenu compte des prescriptions du Can. 584, en ce qui concerne les bénéfices ;
         n2) Est négligent à prendre possession de l’office qui lui a été conféré dans le temps utile établi par le droit, ou si le droit ne dit rien, dans le délai fixé par l’Ordinaire ;
         n3) Accepte un autre office ecclésiastique incompatible avec le premier et obtient la possession pacifique de celui-ci ;
         n4) Apostasie publiquement la foi catholique ;
         n5) Conclue un mariage, même s’il est seulement civil ;
         n6) Conclue un engagement dans l’armée contrairement au Can. 141 p.1.
         n7) Abandonne sans juste cause, de sa propre autorité, l’habit ecclésiastique, et, averti par son Ordinaire, refuse de le reprendre dans un délai de un mois à partir de la monition reçue.
         n8) Abandonne illégitimement la résidence à laquelle il est tenu, et sans aucun empêchement légitime, n’obéit ni ne répond, dans le délai fixé par l’ordinaire, à la monition reçue de celui-ci.

     

    2229 (codex 1917)
         p.1 L’ignorance affectée de la loi, ou seulement de la peine, n’excuse jamais d’aucune peine ‘latae sententiae’.
         p.2 Si la loi emploie les mots : ‘praesumpserit, ausus fuerit, scienter, sponte, studiose, temerarie, consulto egerit’, ou d’autres semblables qui exigent pleine connaissance et pleine délibération, toute diminution d’imputabilité du coté de l’intelligence ou du coté de la volonté exempte des peines ‘latae sententiae’.

         p.3 Si la loi ne contient pas de termes de ce genre :
              n1) L’ignorance crasse ou supine de la loi, ou seulement de la peine, n’excuse d’aucune peine ‘latae sententiae’ ; l’ignorance qui n’est pas crasse ou supine excuse des peines médicinales mais non des peines vindicatives ‘ferendae sententiae’.
              n2) L’ébriété, l’omission de la diligence requise, la faiblesse d’esprit, l’ardeur de la passion, n’excusent pas des peines ‘latae sententiae’ si malgré la diminution de l’imputabilité, l’action reste gravement coupable.
              n3) La crainte grave n’exempte nullement des peines ‘latae sententiae’, si le délit tourne au mépris de la foi ou de l’autorité ecclésiastique ou au préjudice des âmes.

         ‘latae sententiae’ conformément au Par.3 n.1, rien n’empêche, s’il y a lieu, qu’il soit frappé d’une autre peine convenable ou d’une pénitence.

                                        _________

    Quelques commentaires, sur la notion d’ignorance :

    L’ignorance. 1. Notion. Sous le nom d’ignorance on entend ici le manque de connaissance nécessaire.

    Ce qu’on dit de l’ignorance vaut aussi pour l’erreur (c’est-à-dire le jugement faux sur quelque chose), ainsi que pour l’inadvertance qui se produit lorsque quelqu’un connaît très bien une chose, mai n’y pense pas au moment.
    Les idées fausses dans les questions religieuses et morales ne se distinguent pas de l’erreur.

    2. Espèces. L’ignorance peut être :
    a) Une ignorance dedroit (juris) ou de fait (facti) selon qu’on ignore la loi ou son application actuelle.
    b) Antécédente, conséquente et concomitante.

    Elle est appelée antécédente quand elle n’est pas voulue et par conséquent précède l’adhésion de la volonté. Dans ce cas, il est indifférent quelle ait de l’influence sur l’action, si bien que celle-ci n’aurait pas eu lieu si on avait eu la connaissance nécessaire (ignorance antécédente au sens strict) ou qu’elle n’ait aucune influence sur l’action si bien que celle-ci aurait eu lieu aussi bien si l’ignorance n’avait pas existé (ignorance concomitante).

    On appelle l’ignorance conséquente quand elle est directement ou indirectement voulue et procède par conséquent de la volonté libre.

    c) Vincible ou invincible.

    L’ignorance est appelée vincible quand on peut s’en débarrasser en employant la diligence morale proportionnée aux aptitudes de la personne et aux circonstances de fait. Quand, en employant cette diligence, on ne peut s’en débarrasser elle est dite invincible, même si on pouvait en triompher au moyen d’une diligence plus grande.
    — Selon le degré plus ou moins grand de négligence dont on se rend coupable, l’ignorance vincible peut être : simplement vincible ou bien crasse ou supine (nonchalante).
    — Si quelqu’un veut rester intentionnellement dans l’ignorance, cette ignorance est affectée.

    3. Influence sur la volonté et par conséquent sur la responsa­bilité.
    a) L’ignoranceinvinciblesupprime la liberté et par conséquent la culpabilité.

    Celui qui, le vendredi, mange de la viande dans la persuasion que c’est le jeudi, ne pèche pas. On a donc tort de s’inquiéter d’actions passées dont on ignorait la culpabilité.

    b) L’ignorancevinciblediminue la liberté et la culpabilité, sauf toutefois quand elle est affectée.

    La liberté n’est pas cependant diminuée au point de transformer une action gravement coupable en une action légèrement coupable, sauf le cas où la négligence qu’on a a se reprocher serait insignifiante.

    La gravité du péché se mesure à l’importance de la négligence dont on s’est rendu coupable et non d’après les conséquences qui résultent de la négligence. Cependant, plus les conséquences sont mauvaises, plus on doit apporter de vigilance.
     

     

    • Ultima Ratio lien permanent
      avril 23, 2016

      Que les lois ecclésiastiques requérant l’intervention de l’autorité pour s’appliquer (telles les peines ferendae sententiae) aient perdu leur force exécutoire, soit !

      Que ce soit le cas également pour les lois ecclésiastiques qui s’auto-exécutent … on est plutôt loin de le prouver !

      D’autant plus que le loi ne cesse d’obliger devant le for externe que lorsque l’autorité renverse la présomption sur laquelle était basée la loi en administrant dans les formes légales la preuve que cette même présomption n’existe effectivement plus … :D
       

Laisser une réponse

Nota : Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ces commentaires par l'intermédiaire du flux RSS

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif