Aller au contenu

Après un “pape” qui n’était pas évêque… y aura-t-il un “pape” non prêtre ?

2013 février 24

sede_1958

 

Après un “pape” qui n’était pas évêque

ratzinger

y aura-t-il un “papenon prêtre ?

 

Le nouveau rituel conciliaire des ordinations et des sacres

 

POURQUOI Notre Seigneur Jésus-Christ a-t-il voulu laisser sur terre Sa Sainte Église après Son Ascension, en la fondant – par le Saint Esprit – le jour de la Pentecôte ?

Pour rendre au Seul Vrai Dieu Trine le Seul Culte Sacrificiel « de la Nouvelle et Éternelle Alliance » Qu’Il Exige en Toute Justice, Seul Culte Sacrificiel Par Lequel Notre Seigneur Vrai Dieu et Vrai Homme Peut Sauver les Hommes :

« Pourquoi suis-je venu sur terre : Pour Rendre Témoignage de la Vérité »

Pour être présent, en Vrai Dieu et Vrai Homme, en Jésus-Christ Incarné avec son Corps et Son Sang, à toutes les générations des hommes jusqu’à la Fin du Monde, par le Saint Sacrement, Fruit du Seul Véritable Sacerdoce Sacrificiel de Melchisédek Sacramentellement Valide.

« Sans Moi, vous ne pouvez rien faire »

« Je ne vous laisserai pas orphelins »

« Je serai avec vous jusqu’à la Fin du monde »

* * *

Les bonnes questions à se poser

1. Qui a créé les rituels d’ordination et de consécration utilisés depuis toujours par l’Église de Jésus-Christ ?

2. Étaient-ils efficaces ?

3. Pourquoi changer ?

4. Était-ce utile ?

5. Était-ce indispensable ?

6. Qui les a changés ?

7. L’intention qui a présidé à ces changements était-elle celle de l’Église de toujours ?

8. Si oui, pourquoi ne pas avoir laissé les deux rites ?

9. Si oui, pourquoi avoir en pratique interdit le rite de toujours ?

10. N’y avait-il pas une autre intention, une autre idée ?

11. Laquelle ?

12. Quel est le résultat ?


Présentation du Dossier

Pourquoi ce dossier ?

Ce dossier pose de très graves questions absolument décisives, complètement occultées, bien qu’elles aient fait autrefois l’objet de quelques études effectuées en leur temps par divers auteurs, études évidemment soigneusement passées sous silence.

Un dossier solide, documenté, irréfuté !

 

Les termes du problème

Après le concile Vatican II, Montini-Paul VI a modifié les rites de tous les sacrements. Une réforme aussi générale est pour le moins risquée. En effet, si quelque chose d’essentiel a été modifié, le nouveau rite n’est plus efficace, il ne produit plus la grâce ni l’effet sacramentel, car il n’est plus le rite que le Christ a institué.

 

Des conséquences incalculables

En a-t-il été ainsi dans la réforme du sacrement de l’ordre ?

Cette question est de la plus grande importance, car, dans ce cas, la transmission du sacerdoce ne serait plus assurée.

Les conséquences en seraient incalculables :

— plus de sacerdoce catholique,

— plus d’eucharistie : il faut un prêtre validement ordonné pour dire la messe,

plus de Saint Sacrement, assurant la présence réelle de Notre-Seigneur Dieu incarné,

— plus de sacrement de pénitence pour remettre les péchés,

— plus de confirmation pour les baptisés,

— plus d’extrême-onction pour aider les mourants.

 

 

 

Sous la direction de feu M. le curé Schoonbroodt,

RORE-1_bleu_100http://www.rore-sanctifica.org

Les Pseudo « Consécrations Épiscopales » Sacramentelles Conciliaires Selon le Nouveau Rite Latin sont :

Absolument Vaines & Entièrement Nulles,
Mais Aussi Délibérément et Intrinsèquement Hérétiques et Sacrilèges

 

11 réponses
  1. Charles
    Charles lien permanent
    février 24, 2013

    Excellent dossier qu’il faut lire et relire quand nécessaire !

    Nous sommes là au cœur du cœur du mystère d’iniquité !
    Les « âmes de bonne volonté » seront précisément celles qui se conformeront aux paroles du Notre Père « Que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel »et non celles qui voudront sauver ou « rêver » l’Église en oubliant que la Passion est certes le gage de la Résurrection mais qu’elle passe aussi par la mort.

  2. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 25, 2013

    En bref :
    POURQUOI LES SACREMENTS « RÉFORMÉS » NE PEUVENT ÊTRE NI BONS, NI VALIDES
    Les Sacrements ne sont autre chose que des instruments merveilleux qui nous communiquent la justice, il est évident que nous sommes obligés de reconnaître le même Dieu comme Auteur en Jésus-Christ de la justification et des Sacrements. D’ailleurs ces Sacrements possèdent une vertu et une efficacité qui pénètrent jusqu’au fond de notre âme. Or Dieu seul a le pouvoir de descendre ainsi dans les esprits et dans les cœurs. C’est donc Dieu Lui-même qui a institué les Sacrements par Jésus-Christ, comme nous devons croire d’une Foi ferme et inébranlable, que c’est Lui qui en dispense intérieurement les effets. C’est le témoignage que Jésus-Christ Lui-même en donna à Saint Jean-Baptiste « Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit », assure le précurseur, « Celui sur qui vous verrez le Saint-Esprit descendre et se reposer, Celui-là baptise dans le Saint-Esprit. Mais quoique Dieu soit le véritable Auteur et Dispensateur des Sacrements, Il n’a pas voulu qu’ils fussent administrés dans l’Église par des Anges, mais par des hommes. » Et la tradition constante des saints Pères nous apprend que pour produire un Sacrement, l’office du Ministre est aussi nécessaire que la matière et la forme. Or, ces Ministres, dans l’exercice de leurs fonctions saintes, n’agissent pas en leur propre nom, mais au nom de Jésus-Christ, dont ils représentent la Personne. Et c’est pourquoi, qu’ils soient bons ou qu’ils soient mauvais, pourvu qu’ils emploient la matière et la forme que l’Église Catholique a toujours employées, d’après l’institution de Jésus-Christ, et qu’ils aient l’intention de faire ce que fait l’Église elle-même en les administrant, les Sacrements qu’ils produisent et confèrent, sont de véritables Sacrements. D’où il suit que rien ne peut empêcher le fruit de la Grâce, si ceux qui reçoivent les Sacrements ne veulent se priver eux-mêmes d’un si grand bien, et résister au Saint-Esprit. Telle a toujours été la Foi très explicite de l’Église. Catéchisme du Concile de Trente
    Donc, les nouveaux sacrements, fruits d’un bricolage d’« experts » dans une intention œcuménique ne peuvent en aucun cas être valables.

    En conclusion : plus de prêtres, plus d’évêques, plus de pape, plus d’église là il semble que cela soit plus qu’une éclipse et les juifs ne sont pas encore convertis.

  3. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 25, 2013

    Autre question : Pourquoi certains se refusent obstinément à examiner la chose ?

  4. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    février 25, 2013

    Il reste des évêques et des prêtres …

  5. Louis-Hubert REMY
    Louis-Hubert REMY lien permanent
    février 26, 2013

    Ces conciliaires se croient papes, évêques, prêtres de la sainte Église Catholique.
    Ils nous font croire qu’ils sont papes, évêques, prêtres de la sainte Église Catholique.
    Ils ne sont que des “papes”, “évêques”, “prêtres” de la secte conciliaire.
    Et ce n’est pas par défaut d’autorité comme l’enseignent certains clercs, mais par la nullité des nouveaux rites.
    C’est autrement plus grave : c’est ontologique.

  6. Avatar
    UnVrainChretien lien permanent
    février 26, 2013

    Vous pourriez me rappeler combien des papes élus avant la renaissance étaient évêques, et même simplement prêtes, au moment de leur élection ? Et combien d’évêques, jusqu’à la fin de la renaissance étaient prêtres ?

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      février 26, 2013

      LA QUESTION N’EST PAS LÀ
      En effet, (dans une Église en ordre) un laïc peut être élu… MAIS il ne peut pas le rester !!! or dans la secte conciliaire, les “sacrements” sont dorénavant INVALIDES (cf. RORE SANCTIFICA) et leur laïc élu ne sera JAMAIS prêtre ni évêque !!! il restera toujours un LAÏC ! et ne sera donc jamais PAPE

       

       

      « Une fois l’élection conclut, le plus jeune diacre cardinal appelle le secrétaire du collège des cardinaux et le Maître des Célébrations liturgiques pontificales dans le hall. Le Cardinal Doyen demande alors au pape élu s’il consent à l’élection : « Acceptez-vous votre élection canonique en tant que Souverain Pontife ? ». S’il le fait, et qu’il est déjà un évêque, il prend immédiatement le poste. S’il n’est pas un évêque, cependant, il doit être d’abord sacré évêque avant qu’il puisse assumer la charge. Si un prêtre est élu, le doyen des cardinaux le sacre évêque ; si un laïque est élu, alors le doyen des cardinaux l’ordonne d’abord prêtre, et le sacre évêque après. C’est seulement après être devenu évêque que le Pape nouvellement élu prendra ses fonctions. »

      Qui est éligible au conclave ? lire ICI

      Le pape Pie XII confirme l’inégibilité des non-catholiques au souverain pontificat : lire ICI

       

       

      « Sont éligibles tous ceux qui, de droit divin ou ecclé­siastique, ne sont pas exclus. Sont exclus les femmes, les enfants, les déments, les non-baptisés, les hérétiques et les schismatiques » (Raoul Naz : Traité de droit canonique, Paris 1954, t. 1, p. 375, repris par le Dictionnaire de théologie catholique, article « élection »).

       

       

      Le plus jeune laïc a avoir été élu est Benoît IX (1ère élection : 21 octobre 1032) …laïque élu Pape a 12 ans… — il avait atteint la puberté, car Sont exclus les femmes, les enfants, les déments, les non-baptisés, les hérétiques et les schismatiques — Il est le fils d’Albéric III, l’influent comte de Tusculum, et le neveu des papes Benoît VIII et Jean XIX…
      Benoît IX est certainement l’un des plus jeunes papes de l’histoire avec son lointain parent Jean XII, pape à 16 ans.
      Benoît IX a été élu 3 fois pape : le 21 octobre 1032, le 10 mars 1045 et le 8 novembre 1047.

      En 1378, VI Urbain est devenu le dernier pape qui n’était pas un cardinal à l’heure de son élection…

  7. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 26, 2013

    @ ELM
    Cela est vrai, je forçais un peu le trait, néanmoins pas de pape = pas de cardinaux et donc impossibilité de « refaire » un pape légitime.

  8. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    février 26, 2013

    Le Rat singer ( singer comme les machines à coudre ! ) n’est pas catholique donc il n’est pas pape !!! qu’est-ce qu’il vous faut de plus il ( et avec lui ses prédécesseurs depuis « Jean vient de troie » jean vingt trois ) n’en ont encore pas assez fait ??? quelles preuves faut-il encore ?

  9. charles
    charles lien permanent
    mars 10, 2013

    Voici, sous toute réserve, la liste des douze « salopards » qui risqueraient fort d’être écartés de la liste des papabili.

    Oscar Rodriguez Maradiaga (Honduras)
    Norberto Rivera Carrera (Mexique)
    Marc Ouellet (Canada)
    Peter Turkson (Ghana)
    George Pell (Australie)
    Tarsicio Bertone (Italie)
    Angelo Scola (Italie)
    Leonardo Sandri (Argentine)
    Dominik Duka (République tchèque)
    Sean O’Malley (États-Unis)
    Timothy Dolan (États-Unis)
    Donald Wuerl (États-Unis).

     
    Parmi eux, deux sont souvent cités parmi les « papabili », il s’agit de Marc Ouellet, cardinal de Québec, et Angelo Scola, de Milan. Seront-ils évincés de la liste des potentiels successeurs de Benoît XVI, par volonté d’éviter un nouveau scandale?

Les commentaires sont fermés.