Aller au contenu

30 mai : Sainte Jehanne d’Arc & Saint Ferdinand III

2015 mai 30

 

En ce jour béni de Dieu, nous fêtons spécialement deux Saints…

Notre bienheureuse Vierge Jeanne d’Arc, Reine de France éphémère et saint Ferdinand III, cousin germain de saint Louis.

Avant de voir notre très chère Sainte… prenez connaissance de Fernando III el Santo, rey de Castilla y León (Ferdinand III, roi de Castille et León)

III el Santo, rey de Castilla y León" width="300" height="454" srcset="https://i1.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/05/Fernando_III_el_Santo_rey_de_Castilla_y_Leon.jpg?resize=677%2C1024 677w, https://i1.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/05/Fernando_III_el_Santo_rey_de_Castilla_y_Leon.jpg?resize=198%2C300 198w, https://i1.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/05/Fernando_III_el_Santo_rey_de_Castilla_y_Leon.jpg?resize=600%2C908 600w, https://i1.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/05/Fernando_III_el_Santo_rey_de_Castilla_y_Leon.jpg?w=800 800w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" />

 

 

*
*     *

 

 

Sainte Jehanne d’Arc,
Reine de France en son supplice.

 

Nous fêtons avec ferveur la bienheureuse Vierge Jeanne d’Arc, Reine de France éphémère.

Chaque 30 mai nous ramène la fête de notre si chère et incomparable Sainte Jeanne d’Arc, au jour anniversaire de son supplice, le 30 mai 1431, sur la place du Vieux-Marché, à Rouen.

Aujourd’hui, lisons ou relisons les dépositions que les trois religieux de l’Ordre de Saint Dominique présents à ses derniers moments firent lors de la cinquante-sixième session de son procès, tenue après son exécution.

Témoignages des dominicains qui assistèrent
Jeanne d’Arc en son supplice.

 

Supplice de Sainte Jeanne d’ArcSupplice de Sainte Jeanne d’Arc
(détail d’un vitrail de l’église Notre-Dame des Vertus à Aubervilliers)

 

* * *

 

Déposition de frère Jean Toutmouillé,
frère prêcheur :

Le jour où Jeanne fut brûlée, je me trouvai dès le matin en la prison avec frère Martin Ladvenu que l’évêque de Beauvais lui avait envoyé pour l’induire à vraie pénitence et l’entendre en confession ; ce que ledit Ladvenu fit bien soigneusement et charitablement.

Quand il annonça à Jeanne la sentence des juges et qu’elle ouït la dure et cruelle mort qui l’attendait, elle cria douloureusement et piteusement, se tira et arracha les cheveux :

« Hélas, me traite-t-on ainsi horriblement et cruellement qu’il faille que mon corps net et entier qui ne fut jamais corrompu soit aujourd’hui consumé et réduit en cendres ! Ah ! ah ! j’aimerais mieux être décapitée sept fois que d’être ainsi brûlée. Hélas si j’eusse été en la prison ecclésiastique à laquelle je m’étais soumise et que j’eusse été gardée par les gens d’Église, non pas par mes ennemis et adversaires, il ne me fût pas si misérablement arrivé malheur. Oh ! j’en appelle devant Dieu, le grand juge, des grands torts et ingravances qu’on me fait ».

Et elle se plaignait merveilleusement des oppressions et violences qu’on lui avait faites.

Après ces plaintes survint l’évêque de Beauvais auquel elle dit incontinent :

« Évêque, je meurs par vous ».

Il commença à lui faire des remontrances, disant : « Ah ! Jeanne, prenez tout en patience, vous mourez pour ce que vous n’avez pas tenu ce que vous aviez promis et que vous êtes retournée à votre premier maléfice ».

Et la pauvre Pucelle lui répondit :

« Hélas ! si vous m’eussiez mise aux prisons de cour d’Église et rendue entre les mains de concierges ecclésiastiques compétents et convenables, ceci ne fût pas advenu. C’est pourquoi j’en appelle de vous devant Dieu ».

Pour lors je sortis et n’ouïs plus rien.

Frère Martin Ladvenu communie Jeanne dans sa prisonFrère Martin Ladvenu communie Jeanne dans sa prison
(basilique de Donremy)

 

 

* * *

 

Déposition de frère Martin Ladvenu,
frère prêcheur :

La Pucelle me révéla qu’après son abjuration, on l’avait tourmentée violemment en la prison, molestée et battue, et qu’un lord anglais avait tenté de la violer. Elle disait publiquement et elle me dit à moi que c’était la cause pour laquelle elle avait repris l’habit d’homme.

Avec la permission des juges, avant le prononcé de la sentence, j’entendis Jeanne en confession et je lui administrai le corps de Notre-Seigneur. Elle le reçut avec grande dévotion et beaucoup de larmes. Son émotion était telle que je ne saurais l’exprimer.

Le matin de ce jour qui était un mercredi, tandis que j’étais avec Jeanne pour la préparer au salut, l’évêque de Beauvais et quelques chanoines de Rouen entrèrent. Quand elle vit l’évêque, Jeanne lui dit :

« Vous êtes cause de ma mort, vous m’aviez promis de me mettre aux mains de l’Église et vous m’avez remise aux mains de mes pires ennemis ».

Près de sa fin elle disait encore à l’évêque :

« Hélas ! je meurs par vous, car si vous m’eussiez donnée à garder aux prisons d’Église, je ne serais pas ici ».

Au lieu de procéder régulièrement, on s’en tint à la sentence épiscopale et il n’y eut pas de sentence laïque. C’est là un fait dont je suis certain, car je ne quittai pas Jeanne depuis sa sortie du château jusqu’au moment où elle rendit l’esprit. Après qu’elle eut été abandonnée par l’Église au bras séculier, deux sergents anglais la contraignirent de descendre de l’échafaud, la menèrent au lieu de l’exécution et la livrèrent au bourreau. Pourtant le bailli et la cour séculière étaient présents, assis sur un échafaud. Mais, je le répète, il n’y eut pas de condamnation portée par eux.

Le bourreau disait : « Jamais l’exécution d’aucun criminel ne m’a donné tant de crainte que l’exécution de cette pucelle ; d’abord à cause de sa réputation et du grand bruit fait autour d’elle, puis à cause de la manière cruelle dont elle a été liée et affichée ». De fait les Anglais avaient fait faire un haut échafaud en plâtre, et au dire du bourreau, il ne la pouvait bonnement ni facilement expédier, ayant peine à atteindre jusqu’à elle. De tout cela il était fort marri et il avait grande compassion de la façon atroce dont on faisait mourir Jeanne.

Je puis attester la grande et admirable contrition de Jeanne, sa continuelle confession et repentance. Elle prononçait toujours le nom de Jésus et elle invoquait dévotement l’aide des saints et saintes du paradis.

Jusqu’à sa dernière heure, comme toujours, Jeanne affirma et maintint que ses voix étaient de Dieu, que tout ce qu’elle avait fait elle l’avait fait par ordre de Dieu, et qu’elle ne croyait pas avoir été trompée par ses voix ; enfin que ses révélations étaient de Dieu.

Supplice de Sainte Jeanne d’Arc à Rouen le 30 mai 1431Supplice de Sainte Jeanne d’Arc à Rouen le 30 mai 1431
(basilique de Donremy)

 

 

* * *

 

Déposition de frère Isambard de la Pierre,
frère prêcheur :

La dernière Communion de Jeanne d’ArcÀ son dernier jour, Jeanne se confessa et communia. La sentence ecclésiastique fut ensuite prononcée. Ayant assisté à tout le dénouement du procès, j’ai bien et clairement vu qu’il n’y eut pas de sentence portée par le juge séculier. Celui-ci était à son siège, mais il ne formula pas de conclusion. L’attente avait été longue. À la fin du sermon, les gens du roi d’Angleterre emmenèrent Jeanne et la livrèrent au bourreau pour être brûlée. Le juge se borna à dire au bourreau, sans autre sentence : « Fais ton office ! »

Frère Martin Ladvenu et moi suivîmes Jeanne et restâmes avec elle jusqu’aux derniers moments. Sa fin fut admirable tant elle montra grande contrition et belle repentance. Elle disait des paroles si piteuses, dévotes et chrétiennes que la multitude des assistants pleurait à chaudes larmes. Le cardinal d’Angleterre et plusieurs autres Anglais ne purent se tenir de pleurer ; l’évêque de Beauvais, même lui, versa quelques pleurs.

Comme j’étais près d’elle, la pauvre pucelle me supplia humblement d’aller à l’église prochaine et de lui apporter la croix pour la tenir élevée tout droit devant ses yeux jusqu’au pas de la mort, afin que la croix où Dieu pendit, fût, elle vivante, continuellement devant sa vue.

C’était bien une vraie et bonne chrétienne. Au milieu des flammes, elle ne s’interrompit pas de confesser à haute voix le saint nom de Jésus, implorant et invoquant l’aide des saints du paradis. En même temps elle disait qu’elle n’était ni hérétique, ni schismatique comme le portait l’écriteau. Elle m’avait prié de descendre avec la croix, une fois le feu allumé, et de la lui faire voir toujours. Ainsi je fis.

À sa fin, inclinant la tête et rendant l’esprit, Jeanne prononça encore avec force le nom de Jésus. Ainsi signifiait-elle qu’elle était fervente en la foi de Dieu, comme nous lisons que le firent saint Ignace d’Antioche et plusieurs autres martyrs. Les assistants pleuraient.

Un soldat anglais qui la haïssait mortellement avait juré qu’il mettrait de sa propre main un fagot au bûcher de Jeanne. Il le fit. Mais à ce moment, qui était celui où Jeanne expirait, il l’entendit crier le nom de Jésus. Il demeura terrifié et comme foudroyé. Ses camarades l’emmenèrent dans une taverne près du Vieux-Marché pour le ragaillardir en le faisant boire. L’après-midi, le même Anglais confessa en ma présence à un frère prêcheur de son pays, qui me répéta ses paroles, qu’il avait gravement erré, qu’il se repentait bien de ce qu’il avait fait contre Jeanne, qu’il la réputait maintenant bonne et brave pucelle ; car au moment où elle rendait l’esprit dans les flammes il avait pensé voir sortir une colombe blanche volant du côté de la France.

Le même jour, l’après-midi, peu de temps après l’exécution, le bourreau vint au couvent des frères prêcheurs trouver frère Martin Ladvenu et moi. Il était tout frappé et ému d’une merveilleuse repentance et angoissante contrition. Dans son désespoir il redoutait de ne jamais obtenir de Dieu indulgence et pardon pour ce qu’il avait fait à cette sainte femme : « Je crains fort d’être, damné, nous disait-il, car j’ai brûlé une sainte ».

Ce même bourreau disait et affirmait que nonobstant l’huile, le soufre et le charbon qu’il avait appliqués contre les entrailles et le cœur de Jeanne, il n’avait pu venir à bout de consumer et réduire en cendres ni les entrailles ni le cœur. Il en était très perplexe, comme d’un miracle évident.

Croquis représentant Jehanne d’Arc, exécuté de son vivant dans la marge d’un registre du Conseil du Parlement de ParisCroquis représentant Jehanne d’Arc, exécuté de son vivant dans la marge d’un registre du Conseil du Parlement de Paris en date du 10 mai 1429, par le greffier
Clément de Fauquenbergue.

 

 

* * *

 

L’exemple de Sainte Jeanne d’Arc n’est-il pas bien propre à nous encourager quand les avenirs terrestres paraissent chargés de lourds nuages, à nous fortifier dans la foi, à nous entretenir dans l’espérance surnaturelle, à nous élever à une compréhension spirituelle de notre histoire, à nous stimuler à la générosité pour le sacrifice et la pénitence, à nous porter à collaborer de toutes nos forces aux desseins divins, et – en un mot – à nous sanctifier ?

Sainte Jeanne d’Arc sur le bûcherJules-Eugène Lepneveu : Sainte Jeanne d’Arc sur le bûcher

 

Déposition de Jean Massieu, huissier :

Pierre Cauchon« Le mercredi suivant eut lieu l’exécution. Dès le matin, après avoir ouï deux fois Jeanne en confession, frère Martin Ladvenu m’envoya trouver l’évêque de Beauvais pour l’informer qu’elle s’était confessée et demandait la communion.

L’évêque réunit quelques docteurs.

Après qu’ils eurent délibéré il revint me dire : « Dites à frère Martin de lui donner la communion et tout ce qu’elle demandera ». Je revins au château et avisai frère Martin.

Certain clerc, messire Pierre apporta à Jeanne le corps de Notre-Seigneur, mais avec bien de l’irrévérence, sur une patène enveloppée du conopée dont on couvre le calice, sans lumière, sans cortège, sans surplis et sans étole.

Frère Martin en fut mécontent. Il envoya quérir une étole et de la lumière, puis il communia Jeanne. J’y étais. Elle reçut l’hostie très dévotement et en répandant beaucoup de larmes.

Cela fait, Jeanne fut conduite au Vieux-Marché ; frère Martin et moi nous la conduisîmes. Il y avait plus de huit-cents hommes d’escorte portant haches et glaives. Sur le chemin, Jeanne faisait de si pieuses lamentations que frère Martin et moi ne pouvions nous tenir de pleurer.

Au Vieux-Marché, Jeanne ouït le sermon de maître Nicolas Midi bien paisiblement.

Le sermon fini, maître Midi dit à Jeanne : « Jeanne, va en paix, l’Église ne peut plus te défendre et te livre au bras séculier ».

À ces mots, Jeanne, s’étant agenouillée, fit à Dieu les plus dévotes oraisons. Elle eut une merveilleuse constance, montrant apparences évidentes et grands signes de contrition, pénitence et ferveur de foi, tant par ses piteuses et dévotes lamentations que par ses invocations de la benoîte Trinité, de la benoîte glorieuse Vierge Marie et de tous les benoîts saints du paradis, parmi lesquels elle en nommait expressément plusieurs. Au milieu de ses lamentations, dévotions et attestations de vraie foi, elle demandait merci très humblement à toute manière de gens, de quelque condition ou état qu’ils fussent, tant de l’autre parti que du sien, en requérant qu’ils voulussent prier pour elle et en leur pardonnant le mal qu’ils lui avaient fait. Elle continua ainsi longtemps, environ une demi-heure.

À cette vue les juges assistants se mirent à pleurer avec abondance. Plusieurs des Anglais présents reconnaissaient et confessaient le nom de Dieu au spectacle d’une si notable fin. Ils étaient joyeux d’y avoir assisté, disant que ç’avait été une bonne femme.

Quand Jeanne fut abandonnée par l’Église, j’étais encore avec elle.

Elle requit avec grande dévotion qu’on lui donnât une croix. Un Anglais en fit une avec le bout d’un bâton et la lui donna. Jeanne la reçut dévotement, la baisa tendrement, faisant de piteuses lamentations et oraisons à Dieu notre Rédempteur qui souffrit en la croix pour notre salut ; de laquelle croix elle avait le signe et la représentation. Elle mit cette croix en son sein, entre sa chair et son vêtement.

De plus, elle me demanda humblement de lui faire avoir la croix de l’église afin qu’elle la vît continuellement jusqu’à la mort. Je fis tant que le clerc de la paroisse Saint-Sauveur la lui apporta. Quand on la lui eut apportée, Jeanne l’embrassa bien fort et longuement en pleurant, et elle la serra dans ses mains jusqu’à ce que son corps fût lié au poteau.

Pendant que Jeanne faisait ses dévotions et pieuses lamentations, les soldats anglais et plusieurs de leurs capitaines nous harcelaient, ayant hâte qu’elle fût mise entre leurs mains pour la faire plus tôt mourir.

Je réconfortais Jeanne sur l’échafaud du mieux que je pouvais quand ils me dirent : « Comment, prêtre, nous ferez-vous dîner ici ? » Et incontinent, sans aucune forme ni signe de jugement, ils l’envoyèrent au feu en disant au bourreau : « Fais ton office ! ».

Accompagnée de frère Martin, Jeanne fut conduite et liée, et jusqu’au dernier moment elle continua les louanges et lamentations dévotes envers Dieu, saint Michel, sainte Catherine et tous les saints.

En mourant, elle cria à haute voix :

« Jésus ! »

Je tiens de Jean Fleury, clerc et greffier du bailli, qu’au rapport du bourreau, le corps étant réduit en cendres, le cœur de Jeanne était resté intact et plein de sang.

On donna ordre au bourreau de recueillir tout ce qui restait de Jeanne et de le jeter à la Seine, il le fit. »

 

 


 

En complément dans le PDF de l’article vous trouverez :

« … le cœur de Jeanne était resté intact et plein de sang. »

« Le plus riche patrimoine de notre nation, la première de nos gloires et la première de nos nécessités sociales, c’est notre sainte religion… »

Pour marquer la célébration de la fête nationale et la solennité de Sainte Jeanne d’Arc, nous vous livrons aujourd’hui à votre méditation quelques lignes extraites de l’éloge de Jeanne d’Arc (elle n’était alors même pas béatifiée) prononcé dans la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans le 8 mai 1844 par Monseigneur Louis-Édouard Pie, qui n’était encore que vicaire général du diocèse de Chartres, et deviendrait quelques années plus tard évêque de Poitiers.

Et aussi le discours (dans son intégralité) du Cardinal Eugenio Pacelli sur la Vocation de la France, prononcé dans la chaire de Notre-Dame de Paris le 13 juillet 1937…

 

 

2 réponses
  1. Louis-Hubert REMY
    mai 31, 2015

    Saint Ferdinand intact dans la cathédrale de Séville

    Ora por nobis !

     

  2. Pierre LEGRAND
    juin 1, 2015

    Litanies de Sainte Jeanne d’Arc : Seigneur, ayez pitié de nous. Jésus-Christ, ayez pitié de nous. Seigneur, ayez pitié de nous. Jésus, écoutez-nous Jésus, exaucez-nous. Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
      Sainte Marie, priez pour nous.  Sainte Jeanne d’Arc, choisie par Dieu à Domrémy, priez pour nous. ,, avertie par Saint Michel et ses anges, priez pour nous. ,, confiante et soumise à vos voix, …… ,, pieuse ouvrière des champs,…… ,, modèle de vos compagnes,…… ,, fidèle dévote à Notre-Dame de Bermont, …… ,, qui faisiez vos délices de l’Eucharistie, …… ,, docile à l’appel de Dieu, … ,, vierge et guerrière, … ,, modèle de bravoure et de pureté dans les camps, … ,, salut d’Orléans, … ,, gloire de Reims, … ,, trahie à Compiègne,… ,, pure et patiente en votre prison, … ,, héroïque et vaillante devant vos juges, … ,, seule avec Dieu à l’heure du supplice, … ,, martyre de Rouen, … ,, modèle de nos soldats, … ,, libératrice de la Patrie, … ,, patronne de la France, …
     
    Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur. Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur. Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.
     — Priez pour nous Sainte Jeanne d’Arc. — Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.
     
     
    Prions : Ô Dieu qui avez suscité la Vierge de Domrémy, Sainte Jeanne d’Arc, pour la défense de la Foi et de la Patrie, faites, nous vous en supplions, que par son intercession l’Église triomphe des assauts de ses ennemis et jouisse d’une paix durable. Nous vous le demandons par Jésus le Christ, Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.
     

Les commentaires sont fermés.