Aller au contenu

23 avril : Saint Georges, chef et conducteur des armées chrétiennes

2015 avril 23

 

Dom Guéranger
Année Liturgique

St Georges tuant le dragon

Le XXIII Avril, Saint George, Martyr.

 

Couvert de sa brillante armure, monté sur son coursier rapide, et perçant de sa lance le dragon, George se montre aujourd’hui sur le Cycle, comme le valeureux champion du Christ ressuscité. L’Église d’Orient, qui ne l’appelle que le grand Martyr, a transmis de bonne heure son culte à l’Église d’Occident, et la chevalerie chrétienne l’a aimé et honoré comme l’un de ses plus chers patrons. Son martyre eut lieu en ces jours de la Pâque, afin qu’il apparût aux fidèles comme le gardien du glorieux sépulcre, de même qu’Étienne, le Proto-martyr, veille auprès du berceau de l’Enfant-Dieu.

L’Église Romaine n’a pas de Légende sur saint George dans son Office ; on lit en place un passage de saint Cyprien sur les combats des Martyrs. La raison de cette dérogation à l’usage ordinaire est fondée sur une particularité qui remonte jusqu’au V° siècle. En 496, dans un célèbre concile tenu à Rome, le pape saint Gélase donnant le catalogue des livres que les fidèles pouvaient lire sans danger et avec profit, et de ceux qu’ils devaient éviter, signale parmi ces derniers certains Actes de saint George, comme rédigés par un écrivain hérétique et inepte, et défend d’en faire usage. Il existait cependant d’autres Actes du saint Martyr en Orient, totalement différents de ceux qui avaient eu cours à Rome, mais on ne les connaissait pas dans cette ville. Le culte de saint George ne souffrit en rien dans la ville sainte de ce manque d’une Légende véridique. Une Église stationnale, Titre cardinalice, s’y éleva dès les premiers siècles, et subsiste encore sous le vocable de Saint-George-au-Voile-d’or ; mais la Liturgie a continué de porter la trace de la sainte sévérité du canon de Gélase, par l’omission du récit de la vie du Martyr dans son Office.

Les Bollandistes ont eu entre les mains plusieurs copies des Actes proscrits, qu’ils ont trouvés en effet remplis de détails absurdes ; mais ils se sont gardés de les reproduire. Le P. Papebrock a donné en place les véritables Actes, écrits en grec, cités par saint André de Crète, et dans lesquels se développe l’admirable caractère de saint George, qui exerça un haut emploi militaire dans les armées romaines, sous l’empire de Dioclétien. Il fut une des premières victimes de la grande persécution, et souffrit à Nicomédie. Son courage fit une telle impression sur Alexandra, femme de Dioclétien, que cette princesse se déclara chrétienne, et mérita de partager la couronne du saint guerrier.

Le culte de saint George s’introduisit de bonne heure dans les Gaules. On en trouve les traces dans Grégoire de Tours, en divers endroits de ses écrits. Sainte Clotilde avait une dévotion spéciale au saint Martyr, et lui dédia l’église de sa chère abbaye de Chelles. Mais ce culte prit son plus grand essor à l’époque des Croisades, lorsque nos chevaliers furent témoins de la vénération des peuples de l’Orient envers saint George, et qu’ils entendirent raconter les merveilles de sa protection dans les combats. Les historiens byzantins en rapportent plus d’un trait remarquable, et les croisés à leur tour ne tardèrent pas à éprouver les effets de la confiance qu’ils avaient placée dans le secours de ce puissant conducteur des armées chrétiennes. La république de Gênes se mit sous son patronage, et celle de Venise l’honora, après saint Marc, comme son protecteur spécial. Mais aucune province du monde catholique ne surpassa l’Angleterre dans les hommages rendus à saint George. Non seulement un concile national, tenu à Oxford, en 1222, ordonna que la fête du grand Martyr serait célébrée comme de précepte dans toute l’Angleterre ; non seulement le culte du vaillant soldat du Christ fut professé dans la grande île britannique par les premiers rois normands ; mais on est en mesure de soutenir, d’après les monuments antérieurs à l’invasion de Guillaume le Conquérant, que la vénération particulière de la nation anglaise envers saint George lui était déférée, dès les IX° et X° siècles, comme à un protecteur particulier. Édouard III ne fit qu’exprimer le sentiment pieux de sa nation envers le céleste guerrier, lorsqu’il plaça sous son patronage révéré l’Ordre insigne de la Jarretière qu’il institua en 1330. Nous devons aussi mentionner l’Ordre militaire de Saint-George que Frédéric III établit pour l’Allemagne en 1468.

Saint Georges et le Dragon (Raphaël, National Gallery of Art)Saint George est représenté terrassant un dragon, et délivrant par cet acte de bravoure une princesse que le monstre allait dévorer. Cette scène, dont l’art catholique a su tirer un grand parti, est purement symbolique, et dérive des monuments de l’iconographie byzantine. Elle signifie la victoire que saint George a remportée sur le démon par sa généreuse confession ; la princesse figure Alexandre, que la constance du Martyr conquit à la loi. Ni les Actes de saint George, ni les Hymnes de la liturgie grecque, ne disent un mot du dragon qu’aurait eu à combattre le saint Martyr, ni de la princesse qu’il aurait eu à délivrer d’un péril temporel. Cette fable n’a eu cours que dans l’Occident, à partir du XIV° siècle, et sa source est dans l’interprétation trop matérielle des types consacrés à saint George par les Grecs, et qui s’introduisirent dans nos églises à l’issue des Croisades.

Honorons le sublime athlète du Christ, en répétant à sa gloire quelques-unes des strophes que l’Église grecque lui consacre dans ses Menées.

 

(Die xxiii Aprilis.)

 

Fidèle ami du Christ, prince de ses athlètes, splendide flambeau de la terre, astre brillant entre tous, protecteur vigilant de ceux qui t’honorent, ô George, ô Martyr, aie-nous sous ta garde.

Nous célébrons aujourd’hui les combats dans lesquels tu as détruit les vaines idoles, et réduit à néant l’erreur propagée par les démons, ô George, glorieux Martyr du Christ !

Tu es entré dans les rangs de l’armée céleste, bienheureux George ! tu contemples maintenant la divine essence, autant qu’il est possible à la créature : daigne nous protéger, nous tous qui te vénérons avec foi.

George, le grand guerrier, a aimé avec ardeur le Christ-roi qui a donné sa vie pour le salut du monde : il s’est empressé de mourir pour lui ; enflammé d’un zèle divin, il s’est livré lui-même.

Célébrons-le donc avec foi dans nos cantiques comme notre ardent défenseur, comme le glorieux serviteur du Christ, le fidèle imitateur de son Maître, le constant intercesseur auprès de Dieu, afin qu’il obtienne à tous la rémission et le pardon des péchés.

L’armée des Anges elle-même admire tes exploits, ô prince de la milice, le Roi des Anges, satisfait de ton courage, a désiré embellir son palais de ta présence, ô Martyr ! et il est allé jusqu’à t’associer pour jamais à son royaume.

Imitateur de ton Seigneur, tu t’es élancé spontanément dans les combats, ô Martyr ! À ton retour victorieux, tu as mérité d’être proclamé le champion de l’Église du Christ ; garde-la et défends-la toujours par ta protection.

Comme un invincible martyr, comme un soldat couronné, comme un vaillant défenseur de la foi, sois maintenant comme une citadelle inébranlable pour tous ceux qui célèbrent tes louanges, ô George plein de sagesse ; protège-les en tous lieux de ton intercession.

Le front ceint d’une brillante couronne, honoré du diadème royal et du sceptre, couvert de la pourpre éclatante de ton sang, heureux Martyr, tu règnes maintenant dans les cieux avec le Roi des armées angéliques.

 

Accourez tous, ô fidèles, pour célébrer par vos cantiques la splendide et glorieuse résurrection du Seigneur ; fêtons en même temps la mémoire solennelle de George le Martyr ; couronnons-le des fleurs du printemps comme un athlète insurmontable, et méritons d’être, par ses prières, affranchis de nos tribulations et de nos péchés.

Le printemps est venu, livrons-nous aux transports de la joie ; la résurrection du Christ a lui sur nous, tressaillons d’allégresse ; la fête du martyr George couronné pour sa bravoure apparaît aujourd’hui pour réjouir les fidèles ; nous tous qui aimons cette solennité, célébrons-la par des chants mystiques. Comme un vaillant soldat, George a déployé contre les tyrans un mâle courage, et ils ont été couverts de confusion. Imitateur des souffrances de Jésus-Christ notre Sauveur, il n’a pas eu pitié du vase d’argile de son corps, et le livrant aux tortures, comme s’il était d’airain, il l’a transformé. Chantons donc à sa gloire : Ô Martyr entré en possession de la récompense, supplie le Seigneur de sauver nos âmes.

Ô George ! vous êtes l’honneur de la milice chrétienne. Le service du prince temporel ne vous a pas fait oublier ce que vous deviez au Roi du ciel. Votre sang généreux a coulé pour la foi du Christ, et en retour le Christ vous a établi chef et conducteur des armées chrétiennes. Soyez leur appui devant les bataillons ennemis, et assurez la victoire aux défenseurs de la cause juste. Protégez-les sous les plis de votre étendard, couvrez-les de votre bouclier, et répandez la terreur devant eux.

Le Seigneur est le Dieu des armées, et la guerre entre souvent dans les plans de sa Providence, tantôt dans un but de justice, tantôt dans des vues de miséricorde. Chefs et soldats ont besoin de l’appui céleste. En faisant la guerre, ils semblent souvent faire l’œuvre de l’homme, tandis qu’ils font en réalité l’œuvre de Dieu. C’est pour cette raison qu’ils sont plus accessibles que les autres hommes aux sentiments généreux, que leur cœur est plus religieux. Le sacrifice, le péril, les élèvent au-dessus d’eux-mêmes : aussi les soldats occupent-ils une large place dans les fastes des Martyrs.

Veillez en particulier sur la milice française, ô George ! rendez-la aussi chrétienne qu’elle est valeureuse ; nous savons que ce n’est pas en vain que les hommes de guerre ont espéré en vous.

Mais, ô puissant guerrier, la milice temporelle n’est pas la seule qui s’exerce ici-bas : il en est une autre dans laquelle sont enrôlés tous les fidèles du Christ ! Le grand Paul, parlant de nous tous, a dit « qu’il n’y aura de couronnés que ceux qui auront légitimement combattu » (II Tim. II, 51). Nous avons donc à compter sur la lutte en ce monde, si nous écoutons les exhortations que nous adresse le même Apôtre :

« Couvrez-vous, nous dit-il, de l’armure de Dieu, afin de pouvoir tenir contre les embûches du diable. Ayez pour ceinture la vérité, pour cuirasse la justice, pour chaussure la résolution de marcher dans la voie de l’Évangile, pour bouclier la foi, pour casque l’espérance du salut, pour glaive enfin la parole de Dieu » (Eph VI, 13-17).

Nous sommes donc des guerriers ! comme vous, ô George ! Notre divin Chef ressuscité veut, avant de monter au ciel, passer en revue son armée ; présentez-nous à Lui. Il nous a admis dans les rangs de sa garde malgré nos infidélités passées ; c’est à nous maintenant de nous rendre dignes d’un tel honneur. Nous possédons le gage de la victoire dans le divin aliment pascal : comment pourrions-nous nous laisser vaincre ? Veillez sur nous, vaillant guerrier ! Que vos prières nous aident, pendant que vos exemples nous encourageront à marcher comme vous contre le dragon infernal. Chaque pièce de notre armure lui est redoutable ; c’est Jésus lui-même qui l’a préparée pour nous, et qui l’a trempée dans Son Sang : fortifiez notre courage, afin que nous puissions, comme vous, la lui présenter entière, au jour où il nous invitera à son repos éternel.

La chrSaint George, 1472, par Carlo Crivelliétienté tout entière a besoin, ô George ! que vous vous souveniez des hommages qu’elle vous prodiguait autrefois. L’antique piété envers vous s’est, hélas refroidie, et pour beaucoup de chrétiens votre fête passe inaperçue. Ne vous irritez pas, ô saint Martyr ; imitez votre Maître qui fait lever son soleil sur les bons et sur les méchants ; ayez pitié de ce monde au sein duquel l’erreur a été semée, et qui s’agite en ce moment dans des convulsions si terribles. Considérez avec compassion votre Angleterre que le dragon infernal a séduite, et qu’il fait servir à ses noirs desseins contre le Seigneur et contre son Christ. Armé de la lance avec laquelle vous l’avez autrefois terrassé, courez sur le monstre et affranchissez enfin l’Ile des Saints de son joug ignominieux. Au ciel, les ancêtres vous le demandent, ô puissant guerrier ! Sur la terre, leurs derniers et rares neveux vous en supplient. C’est au nom de Jésus ressuscité que nous vous conjurons tous d’aider à la résurrection d’un peuple qui fut le vôtre.

 

 

 

4 réponses
  1. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    avril 23, 2015

    Une pensée et une prière pour ces pauvres Anglais élites, peuple et nos pauvres frères dans la foi des rares centres de messes non una cum spécialement celui d’Ely. Merci d’avoir promu cette grande fête. Saint Georges priez pour l’Église, la France et votre Angleterre.

  2. Charles
    Charles lien permanent
    avril 24, 2015

    Oui, cher Jean-Marie bien volontiers…d’autant que j’ai toujours pensé que l’Angleterre, malgré ses forfaits, ses monarques indignes et son apostasie, bénéficiait de grâces très spéciales en raison de son catholicisme passé…… St Georges ne doit pas être complètement étranger à cet état de fait… Alors prions afin que cette nation, chère à Dieu et à tous les saints, puisse un jour retrouver sa foi des anciens jours…
     

    • EML
      avril 24, 2015

      Cette nation, la “perfide Albion”, contre laquelle les Rois ont toujours du lever leur Ost, même quand de part et d’autres ils étaient Catholiques (enfin de notre côté surtout), qui a toujours persécuté nos frères Écossais et Irlandais, qui a colonisé la Guyenne.

      Dont un Roi a été un sodomite sans vergogne, tandis qu’un autre créa une “religion”  qui damne le plus grand nombre, pour le seul motif de pouvoir avoir le “droit” de changer de femmes “légalement”.

      Pays aujourd’hui terreau du mondialiste luciférien, avec la famille “Royale”, et les Rothschild, initié à un niveau qu’on réalise même pas, et qui est le fer de lance de toute la haine talmudique dans le monde.

       

      Que ce “pays” là, bénéficie de grâce “très spéciale” pour son Catholicisme passé, et bien nous pouvons alors en dire de même de l’Éthiopie, un des premiers pays Christianisé. Et on peut le dire de beaucoup de pays.

       

      Ce pays se convertira, comme tout les autres, grâces à la France, et ne sera rien d’autre qu’un pays à la remorque de la France.

      On peut plutôt se demander si, à la fin du 6è âge, ce n’est pas à partir de ce cloaque infect que le peuple qu’on ne peut plus nommer, nous fera retomber de plus belles.

      C’est une terre maudite. Si seulement le Bon Dieu pouvait l’engloutir.
       

      • Fert Fert Fert
        Fert Fert Fert lien permanent
        avril 26, 2015

        Le bon Dieu sait ce qu’il a à faire !!!  Que ceux qui souhaitent du mal aux autres prennent garde de ne pas être “engloutis” eux-même, le poids de leur haine risquent de les entraîner dans l’abîme éternel s’il n’y a pas la charité !!!

        On doit prier pour nos ennemis pas leur souhaiter le malheur ! Laissons le Juste Juge Juger !
         

Les commentaires sont fermés.