Aller au contenu

R.P. Roger-Thomas Calmel : BRUMES DU « RÉVÉLATIONISME » ET LUMIÈRE DE LA FOI

2014 octobre 6

 

Le R.P. Roger-Thomas Calmel, O. P.

 

Brumes du « Révélationisme »

Et Lumière de la Foi

Par le Père Roger-Thomas Calmel, O. P.

Itinéraires
Itineraires N° 181 (mars 1974)
N° 181 (mars 1974)

 

J’appelle « révélationisme » une confiance désordonnée dans les révélations privées ; confiance qui n’est pas assez éclairée et rectifiée par la raison et par la foi.

L’expérience montre que les chrétiens atteints soit d’« apparitionisme » soit de « révélationisme » sont gens difficiles à guérir.

Je voudrais au moins que leur maladie ne soit pas trop contagieuse, et c’est pourquoi je rédige cette note.

Pour sûr je ne reproche pas à ces frères dans la foi de croire au merveilleux d’ordre privé, ni à son rôle indispensable dans l’Église, mais bien de le situer pratiquement au-dessus de l’Écriture et de la Tradition ; ensuite d’équiparer les faits merveilleux les plus différents ; enfin de laisser désorbiter leur vie intérieure par le merveilleux, au lieu de la mettre sous l’empire des vertus théologales qui sont le centre véritable de toute vie dans le Christ.

***

On trouve donc certains chrétiens qui accordent à des révélations puériles et bizarres, reçues soi-disant par des âmes privilégiées, exactement le même crédit qu’aux messages de Lourdes si limpides, si sobres, si consonants avec le dogme catholique.

Et que dire de ces chrétiens qui, se prévalant des visions de ces fameuses âmes privilégiées, en savent beaucoup plus long sur la Passion du Seigneur que les évangélistes eux-mêmes. Un auteur nous accablait naguère de tracts de dévotion sur les douleurs secrètes de Notre Seigneur.

Ces tracts dénotent chez la visionnaire, qu’il est du reste impossible d’identifier, une imagination trouble, malsaine, et pour tout dire détraquée. Or le même auteur se met à diffuser maintenant une compilation copieuse qui nous est présentée tour à tour comme une « encyclopédie de prophétisme chrétien » et comme « le livre du siècle ».

« Hâtez-vous, dit le dépliant-réclame de six pages, hâtez-vous de le commander à Saint-Germain-en-Laye, France. »

Hâtez-vous d’autant plus qu’il est midi moins cinq. Il est midi moins cinq, tel est le titre de l’ouvrage prophétique et encyclopédique qui nous annonce que « Paris va bientôt brûler comme Sodome et Gomorrhe, que trois jours de ténèbres vont terminer les calamités annoncées et que, après des catastrophes de toutes sortes, il ne restera qu’un quart de l’humanité et même moins peut-être ».

Ces châtiments n’ont rien d’impossible, mais on voudrait que prophètes ou prophétesses produisent des titres suffisants pour leur donner créance. Pour accréditer leur propre message, des saintes aussi éminentes que Jeanne ou Bernadette, ne s’en étaient pas dispensées.

Et puis est-il bien convenable de mélanger dans un prospectus les intérêts commerciaux et le sens religieux ; de faire appel à la crainte de Dieu et en même temps de mettre en œuvre les astuces de la publicité, car on vous dit tout à trac que ce livre est « le livre du siècle… on a besoin de l’avoir sous la main à tout moment… il exerce sur le lecteur une influence calmante ». Tout cela ne paraît pas fort sérieux.

***

Mais combattre les marchands de révélations ne me passionne guère. Écarter les nourritures avariées ne suffit pas à nourrir les âmes. Cherchons plutôt la nourriture vivifiante des divines Écritures.

Et puisque les révélationistes nous parlent tellement des jugements du Seigneur sur l’histoire des hommes, rappelons-nous les enseignements de la Révélation tels que nous les rapportent les textes inspirés.

Rappelons-nous aussi, sur le même sujet, la doctrine solide des Pères et des docteurs.

Nous croyons au retour du Seigneur : « Credo… in unun Dominum Jesum Christum… et iterum venturus est cum gloria judicare vivos et mortuos, cujus regni non erit finis. »

Cependant nous ne sommes pas figés sur le jour et l’heure, car il n’est pas dans la mission du Seigneur de nous les faire connaître (Matth. XXIV, 36).

Nous savons que non seulement il viendra, à la fin, un suprême antéchrist mais aussi que, dans le cours de l’histoire, il y aura des préfigurations de l’antéchrist.

Non seulement il y aura la dernière apostasie générale prédite dans la seconde épître aux Thessaloniciens (II Thess. II, 3-12), mais, auparavant, on connaîtra des préfigurations de l’apostasie.

Non seulement à la fin des fins la foi sera presque éteinte et la charité ne sera vivante que chez un petit nombre, tellement la froideur et l’égoïsme auront répandu la mort dans l’âme des hommes, non seulement donc à la fin de l’histoire, l’humanité sera presque tout entière sans foi et sans amour, mais encore il y aura au cours de l’histoire des préfigurations de cet enténébrement et de cette sorte d’extinction de la vie spirituelle.

Nous savons, les chrétiens ont toujours su, en particulier l’apôtre saint Jean et depuis saint Augustin, qu’il viendrait un dernier antéchrist mais qu’il avait des précurseurs depuis les temps apostoliques (I Jo.II, 18).

Nous savons que l’Apocalypse n’est pas une chronologie anticipée mais une théologie de l’histoire sous forme de symboles qui se répètent, se récapitulent, se précisent mutuellement.

Nous savons que le chapitre XXIV de saint Matthieu, les chapitres XVII (dernière partie) et XXI de saint Luc ne concernent pas seulement et de façon exclusive deux générations : la génération contemporaine de la première venue du Seigneur, celle qui vit la ruine du temple et la dernière génération, celle qui verra le retour glorieux de Jésus-Christ ; mais ces chapitres s’adressent aussi, sous bien des rapports, aux générations qui se situent entre les deux.

Le Seigneur a jugé dignes de son enseignement infaillible, au sujet des jugements qu’il porte sur le déroulement de l’histoire, les nombreuses générations intermédiaires qui devaient être, de loin, celles qui compteraient le plus de fidèles, celles qui formeraient la part la plus importante de son Église.

Il est un signe de la fin qui n’aura pas de répétition antérieure : c’est la conversion du peuple juif au titre de peuple. Mais ce signe même, nul n’est en mesure de dire à quelle place exactement il faut le situer avant la fin du monde.

Pour les autres signes : apostasie, antéchrist, expansion de l’Évangile, mort spirituelle, guerres et cataclysmes, nous savons que même s’ils vont se développant selon une sorte de progrès linéaire, ils procèdent aussi par des répétitions comme cycliques. Vers laquelle des répétitions sommes-nous en marche : Dieu le sait.

***

Donc, aux générations intermédiaires entre celle qui connut la ruine de Jérusalem et celle qui verra la fin du monde, le Seigneur a donné une révélation double : en même temps qu’il annonçait les débordements de l’iniquité et les châtiments prodigieux, il nous garantissait la permanence des sources du courage et de la consolation.

Quels que soient en effet les perfectionnements historiques de l’iniquité, cependant ces jours d’épreuve, aussi dangereux soient-ils, seront abrégés à cause des élus (Matth. XXIV, 22) ; d’autre part nul ne pourra ravir les brebis de la main du Bon Pasteur (Jo. X, 28-29) ; troisièmement la Rédemption ne cessera pas d’être proche et il faudra lever la tête, levate capita vestra (Luc. xxi, 34) vers Celui dont le Cœur est ouvert pour nous (Jo. XIX, 37) ; quatrièmement le Saint-Esprit ne cessera de rendre témoignage du Christ (Jo. XVI, 1-15), même lorsque l’apostasie semblera tout submerger.

Pour tout résumer les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’Église (Matth. XVI, 18), contre Pierre et contre la foi ; contre la Messe (1) et contre les sacrements, alors même que l’homme d’iniquité siégera dans le lieu saint (II Thess. II, 4 et Matth. XXIV, 15).

Il est donc une double révélation au sujet des jugements et des châtiments divins. Les aspects contrastants ne doivent pas être isolés et séparés.

Lorsque des révélations privées portent sur les interventions de la justice divine, elles doivent s’inscrire fidèlement dans cette perspective de la révélation canonique.

Or ce n’est pas ce que l’on trouve dans les publications diverses des révélationistes.

Ces écrits ont tout juste ce qu’il faut pour affoler les âmes et les terroriser. Non seulement ils prétendent repérer le jour et l’heure où nous en sommes des préparations et des préfigurations de la fin, ce qui déjà ne manque pas d’audace ; mais dans leur rétention simpliste à pronostiquer le jour et l’heure ils habituent ceux qui les écoutent à vivre dans l’irrationnel, à préférer aux lumières du bon sens et de la réflexion sagement conduite des racontars sans garantie.

Ils n’ont pas le souci véritable et réaliste de préciser les remèdes qu’il est toujours en notre pouvoir d’apporter, quel que soit l’état où nous sommes de la répétition de la fin.

Par ailleurs ils sont beaucoup plus préoccupés de chercher curieusement quel laps de temps nous sépare de la fin que de s’affermir dans la foi, la foi dans la grâce de la rédemption, qui est toujours suffisante quels que soient l’éloignement ou la proximité de la Parousie.

Il est midi moins cinq nous racontaient les fabricants d’encyclopédie prophétique ; mais ils ne sauront pas nous dire ceci : midi moins cinq ou dix heures et demie, de toute façon il est l’heure de faire ce qui est en nous pour assister à la bonne Messe dans de bonnes dispositions ; il est l’heure de méditer et de réciter le chapelet ; il est l’heure de servir notre prochain sans complicité pour ses faiblesses, comme sans énervement pour ses misères ; il est l’heure de faire des sacrifices exceptionnels, pour préserver les enfants de la corruption et pour assurer l’existence de vraies écoles chrétiennes ; il est l’heure enfin, pour les clercs, de vivre encore plus selon la dignité de leur état et d’approfondir les sciences ecclésiastiques, au lieu de perdre leur temps à décrypter les coquecigrues dont nous submerge la publicité indiscrète des apparitionistes de tout acabit.

***

Nous ne repoussons évidemment pas les prophéties privées sous le prétexte qu’elles annoncent les châtiments divins : la peste et le feu, la guerre et la famine et des catastrophes de toutes sortes. Nous les repoussons d’autant moins sous un tel prétexte que les prédictions redoutables font partie intégrante de l’Évangile de Jésus-Christ.

Notre miséricordieux Sauveur s’est donné comme roi et comme juge ; juge non seulement à la fin du monde, mais encore juge sur le cours de l’histoire. Ipsius sunt tempora et sæcula.

Les prédictions sur la ruine de Jérusalem, sur la terrible fin du monde, sur les persécutions des chrétiens ne peuvent pas être enlevées des Évangiles et des Épîtres. C’est à plusieurs reprises que Jésus a parlé en prophète de malheur. Mais il est prophète de malheur dans un climat d’Évangile et c’est cela qui change tout, qui fait de sa prophétie une nourriture pour vivre de la grâce divine, une source de paix intérieure et de béatitude. Beati qui lugent quoniam ipsi consolabuntur.

Noter cet ad 2m dans IIa-IIæ, quest. 174, art. 6 : « Dieu est plus porté à écarter les fléaux dont il nous menace qu’à retirer les bienfaits qu’il nous promet. »

Ainsi, nous aurons garde de mépriser les prophéties privées quand elles sont prophéties de malheur et précisément pour cette raison ; mais nous demandons deux choses : d’abord des titres suffisants pour admettre que le messager ou la visionnaire nous parle de par Dieu, en nom Dieu, et non pas de son propre cru ; ce qui suppose cette deuxième condition que sa prophétie se situe dans cette ligne de paix, de conversion, d’équilibre surnaturel qui est la ligne de l’Évangile.

En un mot que les prophéties privées, même comminatoires, se tiennent à ce niveau d’élévation, de sobriété, de pureté qui est celui de l’Évangile.

***

Le Grand Monarque et le grand Pape : c’est l’un des chapitres de la fameuse encyclopédie. C’est bien beau, mais de toute façon si le Seigneur, dans sa miséricorde, veut une fois encore donner à la France un chef qui soit sage et saint, docile au siège de Pierre mais exempt de papisme, si le Seigneur daigne accorder à notre patrie cette miséricorde tout à fait extraordinaire, eh ! bien, une préparation est indispensable. Or cette préparation ne se fera pas si trop de chrétiens se laissent emporter par l’épidémie du révélationisme.

Il peut être bon de rappeler quelquefois « la prophétie de saint Pie X » :

« Que dirai-je, maintenant, à vous fils de France, qui gémissez sous le poids de la persécution ? Le peuple qui a fait alliance avec Dieu aux fonts baptismaux de Reims se repentira et retournera à sa première vocation… Les fautes ne resteront pas impunies mais elle ne périra jamais la fille de tant de mérites, de tant de soupirs et de tant de larmes. Un jour viendra, et nous espérons qu’il n’est pas éloigné, où la France, comme Saül sur le chemin de Damas, sera enveloppée d’une lumière céleste et entendra une Voix qui lui répétera : “Ma fille, pourquoi me persécutes-tu ?” Et sur sa réponse : “Qui êtes-vous Seigneur ?” la Voix répliquera : “Je suis Jésus que tu persécutes. Il est dur de regimber contre l’aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines toi-même.” Et elle, frémissante et étonnée, dira : “Seigneur que voulez-vous que je fasse ?” Et lui : “Lève-toi, lave-toi des souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, Fille aînée de l’Église, nation prédestinée, vase d’élection, va porter comme par le passé mon nom devant tous les peuples et tous les rois de la terre.” » (*)

Le rappel d’une telle prophétie peut être utile. Encore faudrait-il le faire avec logique et honnêteté, car il est malhonnête autant qu’illogique de laisser espérer la miséricorde de Dieu pour l’avenir de la patrie et de ne pas faire le peu qui est en nous dans l’heure présente.

L’heure présente c’est celle où la célébration de la Messe étant terriblement menacée, il faut d’autant plus la maintenir, donc la dire et y assister dans les dispositions requises.

C’est l’heure où le vrai catéchisme étant difficile à assurer, c’est une raison de plus de s’y mettre.

C’est l’heure où la législation familiale (si on peut dire) devient criminelle et monstrueuse, il faut donc la combattre de toutes nos forces.

C’est l’heure où les innovations de Paul VI sont frappées de la suspicion la plus légitime comme le prouve la liste accablante établie par le Libellus de l’abbé de Nantes ; ayons donc le courage de voir que, par les nouveautés de ce pontife-là, nous ne sommes pas liés.

C’est l’heure où les évêques malaxés et manœuvrés par la collégialité tentent de faire prévaloir un syncrétisme religieux simultanément maçonnique, communiste et chrétien ; nous n’avons pas à suivre de pareils évêques.

C’est l’heure, enfin, où nous devons témoigner de la foi de toujours avec des dispositions de force et d’humilité qui sont à renouveler sans cesse, car notre témoignage n’est point en face d’une persécution violente, ce qui précipiterait et simplifierait bien des choses, mais en face d’une révolution moderniste qui est inspirée par les démons des pires embrouillaminis.

Telle est l’heure présente. Or ce diagnostic, même incomplet, n’est pas celui que nous trouvons dans les bavardages confus et irrationnels des révélationistes ; c’est le diagnostic que nous faisons en nous servant de la raison que Dieu nous a donnée, éclairée par les lumières de la foi et de la réflexion théologique.

C’est donc dans l’heure présente, qui est telle, que nous avons à nous sanctifier et à rendre témoignage ; et cela d’autant plus que nous demandons à Dieu que, pour les années à venir, se réalise, de quelque façon, la prophétie de saint Pie X.

La période présente, autant et plus que les périodes antérieures, requiert du chrétien une attitude spirituelle de lucidité, de réalisme, de foi, de charité, d’espérance.

Or ce ne sont pas ces attitudes raisonnables et théologales que favorisent dans les âmes de bonne volonté les producteurs et les détaillants de papiers révélationistes.

***

Les révélationistes nous tympanisent les oreilles de messages nébuleux, enfiévrés, sentimentaux, mais ils ne s’attachent vraiment pas aux messages de sainteté des mystiques les plus autorisés : l’auteur de l’Imitation, saint Jean de la Croix, la petite Thérèse…

De la prophétie privée au sein de l’Église ils ne semblent connaître qu’un seul aspect : l’annonce des châtiments divins.

Or il est d’autres aspects : non opposés au premier sans doute, mais bien supérieurs : ce sont les charismes d’ordre doctrinal, comme l’enseignement de sagesse, le sermo scientiæ qui est accordé à quelques grands saints pour l’édification des âmes.

Ce sermo sapientiæ n’est pas à proprement parler un charisme accordé aux femmes. [Voir sur ce sujet la IIa IIæ, au traité des états (comme on l’appelle) la question 177. La fin de la IIa IIæ contient en réalité trois traités majeurs : celui des états de perfection, qui termine tout, vient après le traité des charismes (grâces gratis datæ) et des formes de vie (active ou contemplative).]

On doit dire cependant qu’un message comme celui de la voie d’enfance de la petite Thérèse relève d’un véritable charisme.

C’est trop restreindre les faveurs que l’Esprit du Christ accorde à l’Église de ne voir les charismes que dans les messages comminatoires donnés en des apparitions, même si le message est orthodoxe et le voyant digne de créance.

***

L’une des failles les plus graves des révélationistes est celle-ci : ils n’ont point médité sérieusement sur la vie et la mort des saints et des saintes qui furent engagés le plus avant dans la prophétie privée, dans les apparitions, dans le merveilleux et le miracle : une Jeanne d’Arc, une Marguerite-Marie, une Catherine Labouré, une Bernadette, les enfants de Fatima.

Dans la vie et la mort de ces privilégiés authentiques rien que de simple, de calme, de limpide ; ni affolement, ni exaltation. Leur message fut le moins entortillé qui soit, le moins compliqué. Pour ce message ils étaient prêts à donner leur vie et, de fait, sainte Jeanne d’Arc fut martyre.

Cependant ce n’est pas dans un merveilleux séparé et comme exorbité que Jeanne et les autres avaient situé et fixé leur âme ; c’est comme tous les chrétiens, comme tous les saints, dans la foi, l’espérance, la charité. Ils ne tenaient à leur message que parce que celui-ci faisait partie du devoir exceptionnel que Dieu leur commandait à eux de remplir – comme il commande à la plupart un devoir ordinaire ; devoir ordinaire qu’il faut remplir avec un amour parfait.

Ces messagers tenaient à leur message uniquement parce que cette fidélité première était pour eux la condition pour vivre des vertus théologales et des dons du Saint-Esprit ; là se situait l’âme de leur vie spirituelle. Leur vie ne se conçoit pas plus sans l’intervention du merveilleux que sans la fidélité à rendre témoignage de ce merveilleux, mais l’âme de leur vie c’est la charité, non le merveilleux.

Le merveilleux, révélations et prophéties, dont ils étaient les messagers fidèles, est indispensable à l’existence et à la sainteté de l’Église, à la conversion et à la survie de la France. Le corps mystique ne se passe point ici-bas des grâces gratis datæ. Mais c’est la grâce gratum faciens, la grâce des vertus et des dons, qui est son âme vivante.

Jeanne, Marguerite-Marie, Catherine Labouré, Bernadette, les enfants de Fatima, ces messagers du merveilleux le plus exceptionnel, ne cessèrent pas, en communiquant et défendant leur message, de s’affermir dans la grâce sanctifiante, dans l’amour le plus humble et le plus réaliste.

On comprend alors que leur message, non seulement par l’équilibre de son contenu mais par la manière de le transmettre, ne fut pas affolant mais pacifiant, aussi bien pour leur prochain que pour eux-mêmes.

L’Église ne rejette pas, ne peut pas rejeter le merveilleux, les révélations et les miracles ; mais l’Église place au-dessus, et sans comparaison, la vie théologale et la sainteté.

Fidèles à cette doctrine, nous gardant bien de faire fi par principe des manifestations du merveilleux, mais sans être sottement crédules ou vainement affolés, ayant mis à leur place les révélations privées qui méritent confiance (notamment les révélations privées de portée universelle), nous les utiliserons au mieux dans la lumière de la foi, – la foi qui est agissante par la charité (Gal. V, 6).

***

Pour vivre droitement dans l’Église il ne suffit pas au chrétien de se dire : l’enseignement du magistère hiérarchique suffit ; s’il y a autre chose je ne veux pas le savoir. Car le magistère lui-même est obligé de savoir qu’il y a autre chose ; non certes un autre enseignement que celui dont la hiérarchie a le dépôt et la garde vigilante mais d’autres voix miraculeuses de messagers fidèles, qui ont mission de parler pour attirer l’attention sur ce même enseignement que dispense le magistère.

Il n’y a pas un autre magistère que celui de la hiérarchie, un magistère inspiré qui lui serait supérieur et devant lequel le sien se devrait de baisser pavillon ; mais il y a d’autres messagers que ceux de la hiérarchie, des messagers inspirés, miraculeux, que les dignitaires hiérarchiques doivent accepter d’entendre, encore que ce soit à la hiérarchie de conclure et de trancher.

La notion catholique de l’Église n’exclut certes par les charismes (Relire Rom. XII, I Cor. XII, Eph.IV, I Thess. V, 16-22) mais elle les subordonne à la hiérarchie. Elle n’exclut pas les révélations privées, elle demande seulement que ce ne soit pas des illusions privées, ensuite que ces révélations soient en accord avec la Révélation.

En aucun temps de l’histoire de l’Église la voix de la hiérarchie véritable, non pas les insinuations de la hiérarchie moderniste, – donc en aucun temps la vraie hiérarchie que garantit à titre ordinaire et officiel le charisme de vérité (saint Irénée), n’a prétendu étouffer les voix inspirées et miraculeuses car ces voix, si elles viennent de Dieu, loin de contredire la Révélation, la redisent, la font comprendre, en persuadant les cœurs avec un accent plus pénétrant et comme sur un ton plus approprié aux situations nouvelles.

C’est ainsi que les paroles du magistère hiérarchique sur le Sacré-Cœur de Jésus n’ont pas été changées par les révélations privées de sainte Marguerite-Marie mais, après ces révélations, les mêmes paroles ont été dites avec plus de véhémence et répercutées avec plus d’enthousiasme.

En 1854 avait retenti la grande voix du Pontife romain dans la définition infaillible de l’Immaculée Conception, mais cette voix n’a mis en marche les foules et mobilisé les nations pour la prière et la pénitence qu’à la suite des apparitions de l’Immaculée à sainte Bernadette.

On ferait des remarques semblables pour la dévotion au Rosaire et pour la consécration au Cœur Immaculé de Marie : sans la voix inspirée des voyants de Fatima, la voix du magistère ordinaire ne se serait pas imposée aussi profondément aux âmes chrétiennes.

Et que dire des révélations privées comminatoires ?

Les avertissements du XXIV chapitre de saint Matthieu sont toujours là et l’Église les fait toujours entendre pour le dernier dimanche après la Pentecôte ; seule une liturgie d’inspiration et de fabrication modernistes tente de les faire oublier.

Donc, l’Église fait toujours retentir aux oreilles des fidèles les oracles du XXIV chapitre de saint Matthieu ; mais pour que ces avertissements soient pris au sérieux par tant de chrétiens modernes qui tournent en rond dans leurs péchés, avec une hébétude aussi épaisse que les contemporains de Noé à la veille même du déluge, pour réveiller les dormants, il est nécessaire que, selon les circonstances historiques, l’enseignement du magistère hiérarchique sur les jugements divins soit, non pas modifié, non pas infléchi dans un sens millénariste, mais répercuté fidèlement par des messagers ayant la charge de transmettre des révélations comminatoires.

On demande seulement à ces messagers de se présenter avec des garanties suffisantes, de même que l’on attend du message qu’il soit consonant à l’Évangile.

Tout ceci pour dire que les révélations privées et, d’une façon générale, tous les charismes ont une place dans la vie de l’Église, un rôle non négligeable, non surérogatoire mais nécessaire ; il faut donc les mettre à leur place : les subordonnant à l’autorité du magistère véritable (tout autre que le faux magistère moderniste), les situant dans la ligne de la Révélation divine, nous laissant réveiller, toucher, convertir, édifier par l’accent miraculeux avec lequel ils nous redisent les paroles de la vie éternelle.

 


* Note : Consistoire du 29 novembre 1911. [Note des dsb : le Père Calmel écrit « la prophétie de saint Pie X » entre guillemets, et il fait bien car il y aurait quelque abus d’affirmer que saint Pie X a prophétisé. Saint Pie X exprime là un vœu, un désir de son cœur paternel, et pour cela il emprunte ce texte à l’un de ses maîtres : le Cardinal Pie. Car ce texte « prophétique » est en réalité une citation de l’Oraison funèbre du général de Lamoricière prononcée par le Mgr Pie le 5 décembre 1865 (Œuvres, V, 506-507). Simple prêtre encore, en 1846, il avait déjà manifesté cet espoir de conversion (Œuvres sacerdotales II, 332-333). Le 28 septembre 1879, dans son Discours de prise de possession du titre presbytéral de N.-D. de la Victoire, le Cardinal Pie s’exprimera dans les mêmes termes (Œuvres X, 63-64)].

 

 

30 réponses
  1. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 7, 2014

    Il est bon, en ces temps troublés, de rappeler que la vie chrétienne est essentiellement une vie théologale, de foi, d’espérance et de charité, une vie d’union à la Très Sainte Trinité par Notre Seigneur Jésus-Christ.

    L’abbé Cériani est un fin connaisseur de la littérature Williamsonienne, en fait, il s’agit ici plus de révélationisme que d’apparitionisme, mais le fond est le même.

    Le plus grand des châtiment est peut-être celui du manque de prêtre, d’évêque et de l’occupation de l’Église par des intrus démolissant les fondements de la foi.
     

  2. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 7, 2014

    Le Père Calmel écrit aussi :

    « Le moderniste a ceci de commun avec d’autres hérétiques, qu’il refuse toute révélation chrétienne. Mais parmi ces hérétiques, il présente ceci de particulier qu’il dissimule son refus. Le moderniste, on ne le saura jamais suffisamment, est UN APOSTAT DOUBLÉ D’UN TRAÎTRE. Saint Pie X, dans sa lucidité, avait bien vu ce qui était en train de se préparer. Le modernisme n’est pas seulement une hérésie classique : pire encore, il est toutes les hérésies sans en être une en particulier, quoique la pire de toutes. C’est pour cela qu’on a tant de peine à trouver des hérésies explicites chez eux ; s’il était si facile de débusquer des hérésies évidentes dans les thèses modernistes, le modernisme ne serait pas si pernicieux. On ne doit donc pas considérer les modernistes comme des catholiques qui se trompent, mais, à l’instar de saint Pie X, les considérer comme LES TENANTS DE TOUTES LES HÉRÉSIES, et par conséquent les tenir pour LES PIRES ENNEMIS DE L’ÉGLISE dans laquelle ils se sont infiltrés pour la détruire. Le moderniste, pour ne pas être mis hors de l’Église, reconnaît d’abord toute sa doctrine et l’ensemble de la structure ecclésiastique ; ensuite et peu à peu, il travaille à vider de leur vraie signification tous les dogmes et à détourner de sa fonction la structure de l’Église ; enfin, une fois au pouvoir, il éjecte les vrais catholiques hors de cette même structure ; et pour couronner le tout, il va même jusqu’à mettre dehors le véritable Dieu pour le remplacer par une vague divinité panthéiste. On peut se demander avec saint Pie X, si une telle crise n’est pas celle qui doit précéder l’arrivée du fils de perdition. En effet, une fois le terrain bien disposé, le temps pour l’Antéchrist de s’asseoir dans le temple vide et de se faire passer pour Dieu lui-même devient propice. »

    ( R.P. Calmel préface du catéchisme de Lémius)

     
     Alors la question inévitable est :

    UN APOSTAT DOUBLÉ D’UN TRAÎTRE PEUT-IL ÊTRE PAPE ?
     

  3. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 7, 2014

    Excellents rappels du Père Calmel !!! Merci à Ludovicus qui puise toujours aux meilleures sources.

    Quelques brefs commentaires :

    1/ « il est toutes les hérésies sans en être une en particulier, quoique la pire de toutes ».

    Résultat ? Il (le modernisme) est d’une force incroyable puisqu’il réussit à éclipser la Sainte Église !!! Et quelle est sa plus diabolique caractéristique ? C’est que sa prodigieuse  apostasie, contrairement à toutes les autres des siècles passés, continue à occuper les institutions visibles de l’Église, rendant le combat extrêmement difficile car ce sont les clercs et les fidèles eux-mêmes qui se retrouvent instrumentalisés en leurre diabolique au sein de leur propre Église ! C’est le coup de maître de Satan !

    Cette hérésie, « la pire de toutes », reste ainsi invisible aux yeux du plus grand nombre……et contribue grandement au Mystère d’Iniquité du traditionalisme, accomplissant ainsi le châtiment d’aveuglement, fruit de cette cécité volontaire et coupable…

    2/ « Le moderniste, pour ne pas être mis hors de l’Église, reconnaît d’abord toute sa doctrine et l’ensemble de la structure ecclésiastique »

    Là réside le piège le plus subtil et le plus pernicieux ! Car doctrine (en apparence inchangée) et structure ecclésiastique sont les leurres les plus puissants pour entraîner une majorité des fidèles dans l’apostasie.

    3/ « On peut se demander avec saint Pie X, si une telle crise n’est pas celle qui doit précéder l’arrivée du fils de perdition ».

    À mon humble avis, il n’y a plus lieu en 2014 de se poser cette question mais de répondre oui, sans pour autant jouer, comme certains, aux prophètes de malheur ! Le « fils » attend que le fruit soit vraiment mur pour venir le cueillir… Le temple n’est pas encore assez « vide »………
     

    • Ludovicus
      Ludovicus lien permanent
      octobre 7, 2014

      Merci à Charles pour sa brève et solide analyse.

      J’ai adopté une fois pour toutes la règle de Saint Thomas d’Aquin, qui consiste à prendre ce qui est bon partout où je le trouve sans faire acception de personne, ce qui lui a permis de prendre tout ce qui était juste dans la philosophie réaliste du païen Aristote.

      Ce que je voulais aussi montrer, c’est que de nombreuses personnes se réclamant du P. Calmel, jusqu’à son biographe, refusent cependant de conclure ce qui est inévitable, comme par exemple Mgr Williamson.

      Maritain, disait aussi, que le moderniste du temps de Saint Pie X était par rapport à celui d’après le Concile, comme un simple rhume des foins, et l’on peut facilement le croire au moins sur ce point.
       

      • Avatar
        octobre 13, 2014

        Pour Ludovicus :

        L’Église Romaine a toujours averti les catholiques de ne pas courir après tout vent doctrinal, mais de fonder en elle seule, et en tout ce qu’elle approuve, leur foi et leur espérance ; c’est en cette Chaire de Pierre que nous pouvons trouver toute vérité divine qui ne faillit jamais :

        « Quand cet Esprit de vérité sera venu, Il vous enseignera toute vérité.  Car Il ne parlera pas de Lui-même, mais Il dira tout ce qu’Il aura entendu, et Il vous annoncera l’avenir. » (Saint Jean 16:13)

         

        « Mais le Paraclet, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en Mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que Je vous ai dit. » (Saint Jean 14:26)

         

        « On voit donc manifestement dans quelle erreur profonde se roulent ces esprits qui, abusant de la raison et regardant les oracles divins comme  des produits de l’homme, osent les  soumettre à l’arbitrage de leur interprétation particulière et téméraire. Puisque Dieu Lui-même a établi une autorité vivante, laquelle devait fixer et enseigner le véritable et légitime sens de sa révélation céleste, et mettrait fin, par son jugement infaillible, à toutes les controverses soit en matière de foi, soit en matière de mœurs, et tout cela afin que les fidèles ne fussent pas entraînés à tout vent dans les fausses doctrines, ni enveloppés dans les immenses filets de la malice et des aberrations humaines.

        « Cette autorité vivante et infaillible n’est en vigueur que dans cette seule Église que Jésus Christ a établie sur Pierre, le chef, le prince et le pasteur de toute l’Église, auquel il a promis que sa foi ne serait jamais en défaillance ; l’Église constituée de manière qu’elle a toujours à sa tête et dans sa chaire immuable ses Pontifes légitimes, lesquels remontent, par une succession non interrompue, jusqu’à l’apôtre Pierre, et jouissent comme lui du même héritage de doctrine, de dignité, d’honneur et de puissance sans rivale.

        « Et comme là  où est Pierre, là est l’Église ; comme Pierre parle par la bouche du Pontife romain, qu’il est toujours vivant dans ses successeurs, qu’il exerce le même jugement, et transmet la vérité de la foi à ceux qui la demandent, il s’ensuit que les divins enseignements doivent être acceptés dans le même sens qu’y attache et y a toujours attaché cette Chaire romaine, Siège du bienheureux Pierre, la mère et la maîtresse de toutes les Églises, qui a toujours conservé inviolable et entière la foi donnée par le Seigneur Jésus Christ ; qui  l’a toujours enseignée aux fidèles, leur montrant à tous le chemin du salut et l’incorruptible doctrine de la Vérité.

         

        « Cette Église est donc l’Église principale où l’unité sacerdotale a pris son origine, elle est la métropole de la piété, et dans laquelle reste toujours entière et parfaite la solidité de la religion chrétienne ; toujours on y a vu florissant le Principat de la Chaire apostolique vers laquelle toute l’Église, c’est-à-dire tous les fidèles répandus sur la terre doivent nécessairement accourir, à raison de sa principauté suréminente, Église sans laquelle quiconque ne recueille pas, disperse. » (S.S. Pie IX, « Qui pluribus », 8 novembre 1846)

         

        La Prohibition des livres

        Selon les lois générales de l’Index (Canon 1399), sont interdits « ipso jure » :

        — Les éditions du texte original de la Sainte Écriture établies par des non catholiques ainsi que les traductions composées ou éditées par eux.

        — Tous les livres qui défendent l’hérésie ou le schisme ou cherchent de quelque manière que ce soit à saper les fondements de la religion.

        — Tous les livres qui attaquent de parti pris (« data opera ») la religion ou les bonnes mœurs.

        — Les livres des non catholiques, dont le contenu principal traite de la religion, à moins qu’il ne soit certain qu’ils ne renferment rien contre la Foi Catholique.

        — Les livres qui paraissent sans l’autorisation ecclésiastique prescrite, quand il s’agit des livres de la Sainte Écriture, de remarques, de commentaires, de traductions en langue vulgaire ou bien de livres qui rapportent de nouvelles apparitions, des révélations, des visions, des prophéties, des miracles ou bien introduisent des dévotions nouvelles.

        — Tous les livres qui attaquent ou ridiculisent n’importe lequel des dogmes catholiques, qui soutiennent des erreurs proscrites par le Saint Siège (p.ex., comme proches de l’hérésie, fausses, erronées), qui discréditent le culte divin, qui s’efforcent de ruiner la discipline ecclésiastique, qui méprisent tendancieusement la hiérarchie, le clergé et les Ordres religieux.

        — Tous les livres qui enseignent ou recommandent la superstition, la divination, la magie, le spiritisme et choses semblables.

        — Les livres qui représentent comme permis le duel ou le suicide ou le divorce ; ensuite les livres qui traitent de la franc-maçonnerie et des sociétés analogues et les présentent comme utiles ou comme inoffensives pour l’Église et l’État.

        — Les livres qui traitent expressément de choses lascives ou obscènes, les racontent ou les enseignent.

        — Les livres liturgiques auxquels on a fait subir des changements non autorisés, si bien qu’ils ne concordent pas avec les éditions approuvées par le Saint-Siège.

        — Les livres qui publient des indulgences rejetées ou révoquées par le Saint-Siège.

        — Toutes les images, reproduites par impression, du CHRIST, de la Sainte Vierge, des anges et des saints ou d’autres serviteurs de Dieu qui sont contraires au sentiment et aux prescriptions de l’Église.

        — La permission de lire des livres défendus peut être accordée en raison des règles générales du droit ou bien par une faveur particulière du supérieur compétent.

         

        La transgression de la prohibition des livres selon la loi mentionnée ci-dessus est, en soi, un péché grave ; mais en cas de matière légère, il n’y a qu’un péché véniel.

        En lisant, on fait un péché grave, quand on lit quelque chose qui constitue pour de nombreuses personnes un grand danger de péché, même si pour celui qui lit il n’y a aucun danger. Par conséquent, selon le contenu du livre, on pourra en lire une partie plus ou moins grande sans pécher gravement. S’il s’agit de choses obscènes, la lecture d’une demie-page peut déjà constituer un péché grave ; mais si le livre n’est pas très dangereux, on peut lire une trentaine de pages sans péché grave.

         

        — En conservant des livres défendus on pèche gravement, si on le garde plus d’un mois. Mais on ne commet pas de péché si on conserve le livre que peu de temps, parce qu’on veut le remettre bientôt au supérieur ecclésiastique ou bien parce qu’on attend prochainement la permission.

         

        (Jone, « Précis de la théologie morale catholique », pages 263-265 ; Jombart, « Manuel de droit canon », pages 421-425)
         

    • Avatar
      octobre 12, 2014

      Les prophéties catholiques approuvées par l’Église Romaine, surtout Fatima, enseignent que la restauration de l’Église et « La Paix de Fatima », promise par Notre-Dame, auront lieu avant l’arrivée du fils de perdition.

      • Ludovicus
        Ludovicus lien permanent
        octobre 13, 2014

        Mais c’est justement en fils de la Sainte Église qu’il faut comprendre mon commentaire.

  4. Avatar
    hagetmau lien permanent
    octobre 7, 2014

    Je suis bien d’accord avec le RP Calmel qu’on ne doit pas verser dans la « révélationite » ni dans « l’apparitionite » mais il ne faut pas mépriser les prophéties comme le recommandait Saint-Paul. Depuis le XIX° siècle quantité d’ouvrages sont parus avec l’autorisation de l’Ordinaire et nous ont bien renseigné sur les temps mauvais où nous sommes actuellement. Je trouve dommage que le P. Calmel expédie un peu vite à la trappe l’ouvrage de Michel Servant : « Veillez & Priez car l’Heure est proche. Prophéties de tous les temps pour notre Temps. Il est midi moins cinq » (1973, 3 tomes) qui fut au XX° siècle ce que furent les « Voix Prophétiques » de l’Abbé Curicque pour le XIX°.  Encore une fois il faut garder la tête froide en notre époque de « désorientation diabolique » comme le disait si bien Sr Lucie de Fatima. Les clercs n’aiment guère les prophéties, c’est bien connu et les aiment encore moins depuis La Salette (à cause de la sévère correction que leur a donnée la TSV Marie).

    Raison de plus pour les laïcs de défendre ce qu’ils méprisent sans verser pour autant dans une crédulité outrancière, surtout depuis que le sinistre Paul VI (du réseau Rampolla) a supprimé deux canons du Code de Droit Canonique qui permirent à n’importe qui de publier n’importe quoi bien après le Concile, notamment la super fumisterie du « Sosie de Paul VI » par la prétendue possédée-expiatrice de Suisse, origine de ce monstrueux bobard.

    Alors, tenons-nous en à l’essentiel (Lourdes, La Salette, Fatima, Pontmain, …), étudions les ouvrages qu’agréa l’autorité légitime avant le Concile et soyons prudents avec les mises en garde de clercs réfractaires aux prophéties (comme le P. Calmel) même s’ils ont pu dire de bonnes choses par ailleurs !

  5. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 7, 2014

    Il me semble qu’il ne s’agit pas de mépriser les prophéties, les apparitions…mais de les mettre à leur vraie place, c’est à dire subordonnées à la Révélation.

  6. Louis-Hubert Remy
    octobre 7, 2014

    Cela n’a pas empêché au Père Calmel d’écrire lui aussi de graves bêtises !

    http://www.a-c-r-f.com/documents/Pere_CALMEL-De_lEglise_et_du_Pape.pdf
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 8, 2014

      Merci à Louis-Hubert de toujours nous rappeler que si les clercs disent souvent plein  de bonnes  choses, ils déraillent malheureusement sur l’essentiel pour 99,98 % d’entre eux……! Le châtiment du clergé est, hélas, bien une réalité, que nous vivons presque tous les jours….

  7. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 7, 2014

    « La Justice Divine ne pourra pas tolérer plus longtemps le triomphe de l’iniquité et le mépris de Sa Sainte Loi. »
     

    « PARCE QUE TU AS GARDÉ MA PAROLE, JE TE GARDERAI MOI AUSSI HORS DE L’ÉPREUVE QUI VA VENIR POUR ÉPROUVER LES HABITANTS DE LA TERRE ENTIÈRE » (Apocalypse III : 10)

     
    Le père Calmel enseignait particulièrement l’Écriture sainte, les encycliques des papes, saint Thomas d’Aquin et ses meilleurs commentateurs, soit ! et alors ! Ça ne fait pas de lui un docteur de l’Église, comme tout homme c’est un humain limité, un mortel n’est ni prescient ni omniscient ; un puits de science comme Saint Thomas s’est trompé sur le principe de la conception immaculée du salut du monde dans l’Immaculée Conception de la Femme qui écrase la tête du péché racine du mal, du reste Notre Seigneur le complimenta, dit la théologie mystique tant décriée, si méprisée des clercs orgueilleux rejetant d’office le surnaturel divin authentique à l’aune des Dogmes, en disant de lui qu’il a bien écrit sur la personne du Christ.
    Le père Calmel, vénérable écônien, révérence parlée, n’était certes assurément pas pape pour se prévaloir de l’infaillibilité pontificale suprême, don mystique exclusif du Christ à la personne du seul Pierre pour révéler opportunément une vérité ou dogme à l’instar de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.
     
    Le père Calmel enseignait-il aussi la Théologie mystique, crème de la Théologie scolastique ? Permettez-moi d’en douter !?
    Un clerc écônien ou verrualien, hier comme aujourd’hui, qui se flatte pompeusement de sa science biberonnée au séminaire savamment apprêtée et qui dans le nauséeux vaticand’eux ultra moderniste  reconnaît cependant les Notes de l’Église dans ses chefs cooptés dans la contre-Église comme papes légitimes et rejette dédaigneusement les véridiques prophéties des prophètes du Seigneur dont un pape Léon XIII qu’annonce la Reine des prophètes à La Salette, est indigne de toute confiance et son autorité de membre médiat enseigné disqualifié à jamais.
     
    La Théologie mystique est à l’image du fil d’Ariane dans les eaux boueuses afin de pouvoir retrouver la Théologie dogmatique en milieu trouble où confine la confusion satanique, comme de toute grâce divine, est la gratification personnelle de l’union graduée à la divinité de Dieu, notre principe et notre fin, dans la dotation de pouvoirs surnaturels dès cette vie temporelle (bilocation, lévitation, thaumaturgie, prophétisme etc.) à l’imitation des divers talents d’exception donnés par l’Esprit Saint à l’Église dite primitive pour attester son origine divine (Saint Paul) ou lorsque l’Église militante est en danger, soit pour la secourir, la conseiller ou la consoler…etc.
     
    Mort en 1975, théologien de Mgr Lefebvre qui tels les délires d’un Vincent Morlier soutenait mordicus que l’Église Catholique subsiste dans vaticand’eux, que ses papes sont de vrais papes, que sa messe est valide, que ses sacrements sont bons etc.
    Se trompait-il, était-il trompé ou trompait-il pour tenir l’insoutenable opinion commune du phantasme écônien d’un pape pape et antichrist à la fois comme il apparaît dans ce brûlot qui se déclare ni sédévacantiste (de nos jours dépassé car tous les sièges sont vacants) ni lefebvriste… il est quoi alors ce Morlier ! un hybride mi-conciliaire mi-lefebvriste, un mutant trieur-calibreur de lentilles conciliaires en communion avec Bergoglio and Co.
     
    http://www.eglise-la-crise.fr/index.php/component/joomblog/printblog?index_php?view=article&id=2&tmpl=component&print=1
     
    Attendu que, au for externe, selon Morlier le magicien (à ne pas confondre avec Simon) ce n’est pas vaticand’eux qui éclipse l’Église mais le « Peccata mundi » du « Mysterium Iniquitatis » en action dans le « manteau de malédiction » [de Noé sans doute] donné à l’Église qui recouvre entièrement le corps de l’Église dénudée par Montini depuis précisément le 7 décembre 1965, comparant même l’Église à une vierge folle qui a des crises de folie qui se surajoute accidentellement à sa personnalité. [schizophrène] (sic !)
    En somme, une crise affreuse totalement désincarnée [parle à ma main, mon esprit n’est pas responsable] au mépris du Magistère (Paul IV) du Droit (canon 188) et des Docteurs (St Alphonse) bien qu’il conclut par ailleurs que, je cite : « Donc, l’obstacle [de la papauté] est levé » Un bon décrassage s’impose, il y a du boulot … diantre !!!
     
    Dans l’Apostasie que, par grâce de Dieu nous éprouvons (méritoire) et que nous ont provoquée nos lâches pères attiédis, nous sommes et nous avons été confrontés à toute une panoplie hétéroclite de clercs variables plus ou moins hétérodoxes, plus ou moins hérétiques et jamais totalement orthodoxes, une palette de clercs allant des Mgrs Lefebvre, Dolan, abbés Bisig, Laguérie, Ricossa et tout dernièrement Marchiset… etc. mais le plus significatif d’entre tous fut incontestablement dom Gérard, voilà un moinillon qui fuit ostensiblement l’hérésie générique des siècles dite moderniste, élève un beau monastère tout neuf de style provençal pour in fine l’offrir à ceux dont il a évité et fui l’hérésie destructrice, onomatopée de Cambronne !!!
     
    C’est un châtiment révélateur plein d’avertissements pour tous ceux qui surtout parmi les clercs orgueilleux de leur petite personne ordonnée, desservent ainsi le Sacerdoce du CHRIST-ROI, qui n’écoutent et méprisent ouvertement (Tacite mulier ! de Léon Bloy) la Reine des Apôtres et des Prophètes : « Qui vous écoute, M’écoute, qui vous méprise, Me méprise et méprise Celui qui M’a envoyé » a fortiori, Notre Seigneur qui se donne la peine de nous parler dans le Temps et l’espace par la bouche maternelle de Notre Dame à La Salette et à Fatima ou d’ailleurs, or, la Révélation est dans l’Écriture et la Tradition, c’est entendu, l’Écriture est close, certes, en ce qui regarde l’Incarnation-Rédemption du Messie ainsi que la révélation presciente de l’Avenir prophétique dit Apocalypse, consignée par le Bienheureux Apôtre Saint Jean, mais, la Tradition divine-apostolique du Magistère pétrinien, tant Spirituel que Temporel, c’est-à-dire le commerce entre le Ciel et la Terre, est toujours vivante…à preuve à titre de simple exemple :

    De la demande du Sacré-Cœur à Louis XIV pour le rendre victorieux de ses ennemis et par ce simple moyen surnaturel sauver la France catholique et de par la France le monde entier jusqu’au Vatican, de la convoitise mondialiste de la Loge talmudo-maçonnique, aujourd’hui totalement triomphante du temporel comme du spirituel, rieuse sardonique à s’en rendre malade… et mourir de rire,

    on se riait alors et l’on se moquait de Sa Volonté,

    De la demande du Sacré-Cœur au pape (Pie XI / XII) en faveur de la Russie consacrée au Très Saint Cœur Immaculé, Il prophétisa une deuxième guerre pire que la première en attendant l’accomplissement de la troisième décrite dans la plus époustouflante intelligence géopolitique ci-dessous,

    on se riait encore et l’on se moquait de Sa Volonté.
     
    IL EN SERA COMME AU TEMPS DE NOÉ ET DE LOTH.
     

    « Ce qui arriva aux jours de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. Les gens mangeaient, buvaient, se mariaient, étaient donnés en mariage, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint et les fit tous périr. Il en sera comme au temps de Loth. Les gens mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient, mais le jour où Loth sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba du ciel et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme se révélera » Saint Luc XVII : 26-30

     

    La corruption du cœur dans la sexualité humaine chez les enfants est un  signe avant-coureur qui provoqua insensiblement la Justice de Dieu à l’époque de Noé comme celle de Loth :

    « Dieu Jéhovah vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la Terre ; et que chaque jour les pensées de son cœur étaient uniquement tournées vers le mal. » (Gen.VI : 5)

     

    « La Terre était corrompue et pleine de violence ; car toute chair avait perverti sa voie » (Genèse VI : 11-12)

    En hébreu, il s’agit d’une formulation euphémique voulant signifier : « avait sexuellement corrompu sa voie. » derechef, Satan dans la bouche du ministre de la culture en France déclarait dans le journal « La Croix » du 21/03/2013 : « Il faut être capables d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel » (sic !)
    Prétend t-il selon l’idéalisme des faux philosophes francs-macs que en niant diablement la réalité physique, l’identité sexuelle ne serait qu’une construction genrée et variable de l’esprit (la créature pouvant choisir à loisir d’être un homme un jour ou une femme un soir et inversement !)
     
    On se riait toujours et l’on se moquait d’eux (les prophètes et prophétesses),

    … « des moqueurs à la Fin des Temps, qui marcheront dans l’impiété selon leurs convoitises » (Saint Jude I : 18)
    et qui diront : « Où est la promesse de son avènement ? » (II Saint Pierre 3: 3) Ceux-là ont choisi leur maître, et « ils devront rendre compte de leurs actes et de leurs paroles au jour du jugement » (Jude 1:15), car « Le Seigneur ne retarde pas l’accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns le pensent. Il use de patience, Il ne veut pas qu’aucun périsse, mais que tous arrivent à la repentance. » (II Pierre 3: 9)

    On se riait sans réserve et l’on se moquait d’eux.
     
    L’Apôtre Saint Pierre prévient :

    « Si Dieu n’a pas épargné le monde ancien, … lorsqu’Il fit venir le déluge, … s’Il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et Gomorrhe, les donnant en exemple aux impies à venir, … les injustes sont réservés pour être châtiés au jour du jugement, ceux surtout qui, dans un appétit de souillure, recherchent les plaisirs charnels et méprisent l’autorité du Seigneur. » (II Saint Pierre 2:5-9)

    Plus fort que l’abbé Souffrant :

    « L’Empereur [ou son président] de Russie se convertira à la Foi catholique… Celle-ci fleurira dans tout l’Univers, excepté en Palestine, pays de malédiction où doit naître l’Antéchrist… tout finira par un Concile général et décisif auquel se soumettra tout l’Univers, jusqu’à la dernière persécution, celle de la Bête, ou de l’Antéchrist… Il n’y aura qu’un seul troupeau et qu’un seul pasteur, parce que tous les infidèles et tous les hérétiques, mais pas les juifs dont la masse ne se convertira qu’après la mort de la Bête, entreront dans l’Église latine… »

     
    Plus grand encore que le père Pel ou le vénérable Barthélémy Holzhauser,
     

    SŒUR LUCIE DE FATIMA, après Attila, demain, le fléau de Dieu sera pour châtier l’U.E. antichrist-légion, chinois et russe

     

     

    « la Très Sainte Vierge est très peinée parce que l’on a pas donné l’importance voulue au Message qu’Elle a adressé au monde il y a des années.
     
    Ni les bons, ni les méchants ne font cas de ce message ; les bons continuent leur chemin et les méchants le leur. Ni les uns ni les autres n’entendent SÉRIEUSEMENT ses exhortations, méprisant le châtiment qui les menace.
     
    Dieu fera retomber sur le monde le châtiment qui, très CERTAINEMENT, surviendra ; le châtiment matériel et d’autres. Nous pourrons nous imaginer toutes les âmes qui se précipiteront en Enfer. Ce sera une réalité si les hommes ne prient pas et ne font pas pénitence. C’est la cause de la tristesse de la Très Sainte Vierge.
     
    Il est NÉCESSAIRE de communiquer à tout le monde ce que la Vierge a manifesté à plusieurs reprises, à savoir, beaucoup de nations disparaîtront de la surface de la Terre.
     
    Elle a dit que Satan avait commencé la bataille décisive contre la Mère de Dieu, se fondant sur la décadence de l’esprit religieux et sacerdotal, ce qui tourmente le plus le Cœur de Jésus et le Sien. Le démon sait très bien que l’abandon des vocations sacerdotales et religieuses sera la cause de la condamnation de beaucoup d’âmes. Il nous reste un peu de temps pour pouvoir retenir le cours de ces maux, au moyen de deux remèdes très puissants :
     
    La prière et toutes sortes de sacrifices.

    [remarquez que la Messe n’est pas mentionnée comme si l’on se doutait qu’elle manquerait un jour]
     

    Satan fait tout pour éloigner les hommes de la prières, leur faisant croire qu’elle n’est pas nécessaire pour obtenir la Miséricorde de Dieu. En conséquence, nous nous sauverons ou nous serons condamnés. Pour cette raison, il faut dire à tous qu’ils ne doivent pas attendre d’être appelés

    [sous Pie XI /XII]

    à la prière ou à la pénitence par le Pape, les Évêques, les prêtres ou  les supérieurs, mais que chacun de sa PROPRE initiative, réalise de bonnes œuvres et ajuste sa vie aux désirs de la Très Sainte Vierge. Satan domine beaucoup d’âmes consacrées, les tente pour que leur chute conduise d’autres âmes à l’insensibilité envers Dieu. Il emploie toutes sortes d’arguments, insinuant que la vie spirituelle parfaite pourrait se réaliser plus tard, que l’attachement à l’esprit de religion serait un manque de réalisme et que la prière serait inefficace pour résoudre utilement les questions pratiques de la vie quotidienne. Cela provoque chez les hommes, l’aridité de la vie intérieure, et par conséquent, de la nonchalance pour se consacrer à Dieu et se mettre sous Sa protection.
     
    La Très Sainte Vierge m’a dit — et Elle me l’a répété souvent — que Satan s’est mis sur son pied de GUERRE, de manière décisive ; il sera VAINCU mais à quel prix !!!
     
    Nous approchons de la Fin des Temps. Si nous ne nous décidons pas à vivre AVEC DIEU, nous tomberons sous la domination de Satan !
     
    Elle m’a répétée que le dernier recours accordé au monde consiste en la prière, et particulièrement la prière du Rosaire ainsi que la dévotion à Son Cœur Immaculé.
     
    La Vierge Très Sainte est notre ancre de Salut.
     
    Nous ne voulons pas en transmettant Ses paroles, effrayer les humains, nous voulons les PRÉPARER à une réalité imminente. Si la Vierge obtient que les hommes récitent le Saint Rosaire, si expressif et efficace, les difficultés matérielles ou spirituelles, nationales ou internationales s’aplaniront, sinon, la suite POURRAIT être la suivante :
     
    La guerre des nations annonçait dans l’Apocalypse, deviendra la terrible réalité.
    Même la Chine,

     

     

    qui a été absente des conflits mondiaux précédents, s’y mêlera, et, lorsqu’elle s’élancera hors de ses frontières, la Russie et les pays autour d’elle seront ses premières victimes.
    Les Chinois attaqueront la Russie d’une manière terrible…jusqu’à la raser !
    Dès le commencement de l’agression, les hostilités croîtront, de manière violente et cruelle.
    L’agression des Chinois sera une cause de grande panique. De grands contingents de troupes occidentales seront envoyés sur le continent asiatique, d’où ils ne pourront se retirer.
     
    Les Chinois disposeront d’une puissante force aérienne et l’utiliseront, ils bombarderont beaucoup de villes et emploieront leurs bombes atomiques pour détruire les centres nucléaires et les centres d’investigations nucléaires.
    L’explosion des armes nucléaires, en plus d’une terrible destruction provoquée par des tremblements de terre et par d’autres perturbations de la Nature, provoqueront sa déroute finale.
    Les armées chinoises seront décimées par les effets même de l’énergie nucléaire qu’elles utiliseront pour détruire le monde.
    Malgré tout, elles avanceront victorieuses, attaqueront sur beaucoup de fronts et la Russie se verra obligée de combattre tout au long de ses frontières (plus ou moins 2000 Kms).
    Elle sera envahie de l’intérieur du pays par de grands contingents de troupes aéroportées.
     
    Au début, les Nord-américains ne voudront pas s’immiscer dans le conflit, penchant toutefois en faveur de la Russie à la vue des ravages et des atrocités commises par l’armée chinoise.
     
    L’Allemagne obligera les États-Unis à prendre part au conflit comme allié au sein de l’OTAN. L’aide Nord-américaine sera très tardive et insuffisante parce que toute l’attention mondiale sera concentrée sur le continent asiatique où débarqueront de nombreuses troupes américaines et anglaises pour contrecarrer l’avancée chinoise.
     
    La Chine, grisée par une possible victoire, tuera et dévastera toutes les villes, massacrant massivement LA POPULATION BLANCHE. Ce sera un véritable carnage.
    Elle épargnera, en partie, les républiques des peuples asiatiques qui se lèveront contre la Russie pour se battre aux côtés des Chinois.
    Ce sera, d’une façon générale comme une « croisade »

    [Attila mais sans Léon]

    contre la race blanche ! Ils s’autoproclameront : « la MAIN de la JUSTICE du destin ».
     
    La sympathie de l’Occident penchera en faveur de la Russie, mais elle se retournera contre l’Europe. Les Allemands se battront entre eux. La Russie, désespérée par ses déroutes en Extrême-Orient, et pour se venger de l’attitude des Allemands, occupera l’Europe jusqu’à l’Océan Atlantique.
     
    Les nations en périls se lèverons et se défendront courageusement…
    Quelles sont ces nations !?
    L’Espagne, le Portugal, la France, la Belgique, etc…
    Les Russes commenceront leur repli, laissant derrière eux des terres brûlées et des villes en ruine.
    L’Ukraine et la Lituanie ne seront pas tout à fait détruites. La Lettonie, la Pologne et la Hongrie ne souffriront pas de destructions majeures, mais la Tchécoslovaquie souffrira beaucoup. Dans la région du Caucase, il y aura une insurrection générale.
     
    Tous ces évènements annoncés par Marie, Reine du monde, démontreront que l’Humanité n’est pas arrivée à se régénérer par le repentir et le désir de se convertir, afin d’éloigner le mal qui menace la Terre et qui maintenant, est retenu par la main de la Divine Providence.
     
    La Justice Divine ne pourra pas tolérer plus longtemps le triomphe de l’iniquité et le mépris de Sa Sainte Loi.
     
    Les cataclysmes qui surviendront mettront fin aux fureurs de la guerre, sauvant de l’anéantissement le reste de l’Humanité. Ils provoqueront une telle terreur et de tels malheurs qu’ils EMPÊCHERONT la poursuite de la guerre.
    Ces cataclysmes ne surviendront pas partout en même temps, ni avec la même intensité.
    Ils seront provoqués par des oscillations de la croûte terrestre et seront très violents, et beaucoup de volcans entreront en activité, commençant par ceux que l’on croyait éteints.
    L’Etna et d’autres provoqueront de véritables ravages dans l’atmosphère ; des pluies intenses de cendres volcaniques, des ouragans dévastateurs et des débordements de rivières qui provoqueront de grandes inondations.
    Dans le fond de la mer et des océans, les mouvements de la croûte terrestre provoqueront de grandes perturbations, occasionnant la formation de vagues gigantesques qui envahiront les rivages, leur donnant une nouvelle conformation ; ces mêmes perturbations feront apparaître de grands continents et des îles nouvelles

    [où Charles, Édouard Marie, François, Ludovicus, et le voyant qui se dit aveugle Gilbert et tous les autres semper idem iront plaise à Dieu y passaient leurs vacances]

     
    Les tremblements de terre et les raz-de-marée continueront en faisant de grands dégâts.
    L’Europe, l’Amérique du Nord et beaucoup de grandes îles en seront particulièrement affectées. Ces phénomènes se dérouleront pendant plusieurs jours. La Hollande, la Belgique et la Suisse en subiront les effets. L’Allemagne, dans une plus petite mesure. L’Amérique du Nord subira les plus violents tremblements de terre, encore après qu’ils auront cessé en Europe.
     
    Beaucoup de villes, comme Los Angeles et d’autres, seront envahies par les flots. La destruction de ces villes peut être ÉVITÉE s’il y a parmi ses habitants, un désir de pénitence.
    Mais, parmi elles, il y en a qui, à cause d’une telle accumulation d’iniquités seront dévastées entre autres New York, Washington et d’autres qui ont toléré l’iniquité.
    En Pologne, les villes avoisinant la mer Baltique, seront partiellement détruites.
    Au cours de la guerre, aucune de ces villes ne sera anéantie par des bombes nucléaires. L’ancien empire Ottoman ne sera pas détruit, mais certaines de ses villes seront bombardées et il faudra penser à l’évacuation de la population civile.
    Après quelques jours d’opérations militaires dans ces secteurs, les actions guerrières se déplaceront vers le territoire allemand où les Allemands continueront à se détruire mutuellement.
     
    Pour en revenir aux cataclysmes, les villes d’Allemagne et du Danemark, proches de la mer, seront envahies par les flots. La Norvège en souffrira moins. En Suisse aussi, les villes souffriront, il y aura des inondations, des ruptures de barrages et des tremblements de terre, de même qu’en Australie, en Italie et en France.
    Les violents mouvements de la croûte terrestre provoqueront des changements dans le fond des mers et des océans, aux contours des continents et aux cours des fleuves. Ces cataclysmes et phénomènes telluriques SURPRENDRONT les troupes chinoises en Europe. Effrayées devant de tels dégâts, elles commenceront leur repli.
     
    Paris sera changé en un tas de cendre et de ruines. La totalité de ses habitants périra par le feu.
    ____
     
    Tous ces évènements changeront la face de la Terre et son aspect géographique sera transformé.
    La terrifiante guerre mettrait l’Humanité dans la tombe sans l’intervention de la Miséricorde de Dieu qui enverra opportunément des cataclysmes d’une telle ampleur qu’ils mettront fin aux actes des belligérants.
     
    Il est nécessaire d’accepter humblement ces calamités, causées par la méchanceté des hommes, qui dévasteront la surface de la Terre. Les crimes collectifs, l’envie, l’orgueil, l’égoïsme, l’exploitation et la domination des peuples, le mépris envers eux et le manque de compassion constituent les délits de ce monde qui s’écroule.
     
    La cause principale : L’APOSTASIE et L’ORGUEIL des nations, déchaînera le coup de LA JUSTICE !!!…
     
    Quand !?
     
    Il n’est pas permis de le dire !
     
    MAIS, avant que n’éclate LA GUERRE,

    [mettant fin à la Révolution dite française jusqu’à vaticand’eux, les djihadistes de la secte assassine de Mahomet ne sont en définitive que des amuse-gueules]

    un grand signe lumineux apparaîtra la nuit, dans les cieux, que tout le monde pourra voir »

    [même l’incrédule Édouard Marie et le sceptique Charles]
     

    « Noé était un homme juste et intègre au milieu de sa génération » Genèse VI : 9
    Il crut à la Parole de Dieu et entra dans l’arche afin d’échapper au déluge. Ainsi le Seigneur vient enlever les siens, ceux qui l’attendent et qui se sont sanctifiés, comme une épouse  pure qui s’est préparée pour son époux. Eph. V : 27

     

    « Ainsi, mes bien-aimés, travaillez avec crainte et tremblement à votre salut… pour être irréprochables et purs, des enfants de Dieu sans reproche au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde. » Phil. II : 12-15

     

     

    • Cave Ne Cadas
      octobre 8, 2014

      Merci ! Omnibus Orthodoxis…
       
      Pour cette mise au point détaillée !!!
       
      « L’Encyclopédiste Omnibus Orthodoxis… »
       
      Pouvez-vous me préciser les dires de SŒUR LUCIE DE FATIMA ?
      …La vraie ???
      …Quand ?

       
      Merci d’avance.
       

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      octobre 8, 2014

      D’où vous tenez, Monsieur, que je serais incrédule et Charles Sceptique.
      Il est uniquement question de dire que le père Pel n’est pas sérieux et ses révélations (privées) non reconnues et douteuses.
      Mais elle n’ont rien à voir avec celles d’un Abbé Souffrant ou d’un Vénérable Holzhauser.

      Pourtant vous les mettez, plus haut, dans le même panier. 

      Personne ici ne doute que les péchés des Hommes et des Peuples depuis tant d’années mériteront une colère gigantesque du Bon Dieu, et par ailleurs bien méritée.

      Il s’agit de s’en tenir à ce qui a été prédit par des gens d’Église, et/ou reconnu par l’Église.
      Et je n’ai pas souvenance qu’il est prédit un un pareil chaos, et surtout en France qui est un Royaume — et là certains s’en arracherons les cheveux mais tant pis — bénis de Dieu et qui est appelé à redevenir un grand et beau Royaume.

      Difficile à concevoir après un tel massacre de ravageur …
      Je vois mal le Bon Dieu faisant un « jeu de massacre » où tout serait laissé dans un état irréversible.

      Dieu étant le Bien, le Beau, le Bon et le Juste, il est donc difficile de concevoir que ses châtiments puissent être désordonnés, sauvages, laids, à la manière de Barbare qui détruisent pour détruire.

      Prenez le sud de la France par exemple, où les péchés contre les 6e et 9e commandements sont plus forts encore, surtout sur les plages, le châtiment du Bon Dieu, d’engloutir Marseille et la Côte, est TERRIBLE, tous seront noyés, mort épouvantable, engloutis/oubliés.
      Ainsi sera t-on puni par là où on a péché, et l’eau jadis si douce sur les plages où se produisirent tant de péchés, sera l’instrument de la punition.

      Mais ce châtiment n’est pas irréversible et permet une fois que les survivants auront fait pénitence, et que l’eau sera retirée, de retrouver à peu près intacte cette terre si « sainte » où sont venus, tout de même, les saintes femmes, sainte Marie Madeleine, Saint Lazare, et où est apparu Saint Joseph.

      La France est belle parce qu’elle fut sainte et qu’elle a vocation à le redevenir.

      Je me trompe peut être mais je ne crois pas aux châtiments destructeurs et irréversibles, nous ne sommes pas encore à la Fin du Monde où tout doit disparaitre.
      Je me trompe peut être mais je ne vois pas, au motif de punir les Hommes, le Bon Dieu saccagé Sa Création et la traumatiser de manière irréversible.

      Sinon vous parliez de nos vacances :

      [où Charles, Édouard Marie, François, Ludovicus, et le voyant qui se dit aveugle Gilbert et tous les autres semper idem iront plaise à Dieu y passaient leurs vacances]

      J’espère bien aller en passer de très belle en Bavière, dans les Alpes …
       

    • Jean-Marie de la Salle
      Jean-Marie de la Salle lien permanent
      octobre 11, 2014

      Cher omnibus,

      Merci de m’avoir éclairé sur ce passage :
      Il nous reste un peu de temps pour pouvoir retenir le cours de ces maux, au moyen de deux remèdes très puissants :
       
      La prière et toutes sortes de sacrifices.
      [remarquez que la Messe n’est pas mentionnée comme si l’on se doutait qu’elle manquerait un jour]
       
      Nous connaissons tous la situation désastreuse a ce sujet. Il y a un an, une sentence terrifiante de la Reine des Cieux a fait « tilt » en moi. La sentence la voici :

      IL NE SE TROUVE PLUS PERSONNE DIGNE D’OFFRIR LA VICTIME SANS TACHE À L’ÉTERNEL. (Très Sainte Vierge Marie à Mélanie 19 septembre 1846)

      Ce qui je pense renvoie au problème de l’oblation pure soulevée par Mgr Guérard des Lauriers même pour la messe una cum. Quand je repense à cette déclaration de la Très Sainte Vierge et regarde la situation du Saint sacrifice je tremble.
       
      Que dites-vous a ce sujet ? Quelle est votre réflexion ? Bien cordialement.
       

      • Charles
        Charles lien permanent
        octobre 12, 2014

        Cher Jean-Marie,

        Vous avez bien raison de mettre l’accent sur ce problème qui va devenir de plus en plus crucial: celui de l’oblation pure.

        Mais dans ce passage « Ce qui je pense renvoie au problème de l’oblation pure soulevée par Mgr Guérard des Lauriers même pour la messe una cum. » n’aviez-vous pas plutôt l’intention de dire « …même pour la messe NON UNA CUM » ?

        Veuillez m’éclairer sur ce point ! Merci.

        • Jean-Marie de la Salle
          Jean-Marie de la Salle lien permanent
          octobre 12, 2014

          En effet j’ai écrit vite, pardonnez moi je voulais dire aussi pour la messe non una cum

          J’attends la réflexion de notre cher Omnibus.

          • Charles
            Charles lien permanent
            octobre 13, 2014

            Merci cher Jean-Marie pour cette petite rectification !

  8. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 8, 2014

    Je n’ai jamais dit qu’il n’a pas écrit de graves bêtises, nous sommes parfaitement d’accord.

    Le combat pour la Vérité, consiste autant à dénoncer l’erreur qu’à proclamer la vérité, et cela partout où elles se trouvent.

    Mais notre foi n’est pas fondée sur des apparitions et révélations privées, mais sur la Révélation donnée par la Vérité incarnée et transmise par les Apôtres et leurs légitimes successeurs.

    Il est bien évident pour tout catholique que La Très Sainte Vierge ne peut contredire son fils, son Dieu.

    Il est aussi bien évident que l’Adversaire se sert de tout pour faire perdre aux âmes, la foi, l’espérance et la charité, pour les détacher de Notre Seigneur Jésus-Christ.

  9. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 8, 2014

    Voilà un exemple trouvé sur Le Salon Beige :

    Se méfier de ce goût si répandu pour « l’extraordinaire » dans le surnaturel : visions, révélations, voyantes, prophéties… Ne cherchons pas à avoir notre « fil spécial » avec le Ciel. Contrairement à ce que pense le plus grand nombre, il n’y a pas là un « mieux ». Le mieux, c’est de chercher à vivre de pure foi.
    « Le juste vit de la Foi » nous dit saint Paul.
    Tendons à cette perfection qui est LA perfection ici-bas. Voilà le grand secret de la sainteté ; beaucoup plus que ces courses intempestives à « l’extraordinaire » et à la « prophétie ». Courses ou rencontrent si facilement la recherche de soi, la curiosité, la vaine complaisance et un secret orgueil.
    Se rappeler l’exemple de saint Louis refusant d’aller voir l’apparition miraculeuse de l’Enfant Jésus au cours d’une messe.
    Aimons à vivre de Foi !
    Avoir par-dessus tout l’amour et le sens de l’Église pour avoir exactement le sens de Dieu.
    À son lit de mort, sainte Thérèse d’Avila ne trouvait qu’un seul argument à son espérance, celui d’avoir vécu et de mourir en « fille de l’Église ».
    Être fils de l’Église, voilà le sûr.
    Et l’Église, enseigne le catéchisme, ce sont les fidèles, les prêtres, les évêques unis au Pape.
    « Ubi Petrus, ibi Ecclesia ».

     
    Mais pour eux l’Église est celle de François. Donc une très traditionnelle doctrine au service de la révolution.
     

  10. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 10, 2014

    Bonjour Cher Cave,

    Désolé de vous répondre qu’à présent, je vous demande excuse.

    Je comprends parfaitement vos interrogations, elles sont tout à fait légitimes et conviens que la trame prophétique qui se déroule sous nos yeux sidérés, ferait à l’évidence un scénario à succès à Hollywood, les « Expendables : Unité spéciale » auraient du fil à retordre pour sauver le monde catastrophé ; l’appareil médiatique hollywoodien croit aux prophéties divines, il leur suffit de lire l’Apocalypse que détaillent diverses prophéties mystiques de saints catholiques pour nous mettre à loisir tout en scène et insidieusement préparer ainsi psychologiquement le monde entier à la soumission antichristique espérée par entre autres la détresse économico sociale des nations en proie aux chaotiques évènements politico belliqueux futurs, évidemment, de leurs espérances planétaires nous ne sommes pas dupes de leur jeu morbide « du petit coq qui regarde les grands coqs se battre à leur place et qui à l’issue rafle leurs belles plumes nationales », ils exploitent, les fourbes, le Livre prophétique de l’Apocalypse pour faire servir à leur profit ambitieux avec la bénédiction maligne d’un Bergoglio, les vues démoniaques des enjeux mondialistes de notre désirable assujettissement politique et esclavage idolâtrique à l’Antichrist de Satan.

    « Tout est certifié casher, la taxe rabbinique est grassement payée, bon Roch Hachana 5775, mon frèèèEEEèèèrrrre !!! »

    http://www.tribunejuive.info/international/vous-avez-souffert-a-present-cest-notre-tour-dit-le-pape-aux-juifs

    Dans le cas qui nous préoccupe, à regret, malgré mes propres investigations, je n’ai pu remonter à la source référencée du corpus de la prophétie citée.
    Je rappelle aux détracteurs dont les vues surnaturelles sont parfois déclinantes que ces prophéties dans l’ensemble comme dans un détail certain, ne s’éloignent ni ne digressent en rien de  l’Apocalypse mariale de La Salette, Notre Dame parle bien d’une guerre générale (ou mondiale).
    À Fatima et non plus à La Salette puisqu’il s’agit non pas de notre chère Mélanie du reste Maximin a prophétisé aussi des détails, mais de notre non moins chère sœur Lucie qui n’est comme ses prédécesseurs que le scribe de Notre Dame. N’oublions jamais l’Auteur ni de perdons de vue que c’est toujours Notre Dame, Notre Reine et Notre Mère qui nous parle en Nom Dieu.

    Pour revenir à l’objet de votre demande, à vue humaine, nous restons confondus par le luxe des détails circonstanciés en l’intelligence des évènements mondiaux qui s’enchaînent inexorablement et que nous délivre maternellement Notre Dame. Personnellement j’y adhère parce que plus que vraisemblable, à vrai dire il n’y a rien de merveilleux la dedans, Dieu laisse toujours aux hommes leur souverain libre-arbitre, Il les abandonne à leur volonté de se faire la guerre, car pour Dieu qu’Il n’agisse ou pas, c’est toujours Sa Volonté qui s’accomplit, sauf qu’Il interfèrera directement par des cataclysmes pour y mettre fin sinon les hommes de notre époque feraient péter la planète, scénario pertinent.
    Notre Dame par Sœur Lucie est beaucoup plus clair que l’Apocalypse de Jean, n’est-ce pas cher Cave.

    Je pensais retrouver ce texte complet qui est un extrait, dans le livre du frère Michel à moins d’avoir mal cherché mais il n’en est rien.

    http://www.a-c-r-f.com/documents/Frere_Michel_de_la_SAINTE_TRINITE-Fatima_Verite.pdf

    C’est aussi un mystère pour moi car je ne vois trace nulle part de ce document qui était au fond d’un des tiroirs de mon bureau et que j’ai saisi tout spécialement pour vous le mettre en ligne.
    Ce document je ne l’ai pas hélas vérifié sur le moment car je le dois, il y a des années maintenant à une vieille connaissance laïque fiable qui est dorénavant ad patres. De qui le tenait-il !?
    Est-ce un épisode inspiré du fameux Message fuité tenu arbitrairement secret !!!? depuis 1960… désolé, je ne saurais vous en dire davantage.

    Quoiqu’il en soit, « Au sixième âge, annonçait le Vénérable curé de Bingen, il y aura des calamités déplorables et de terribles guerres, […] les Catholiques [semper idem] seront opprimés par les mauvais chrétiens [conciliaires]…l’Église et ses ministres seront dépouillés [vaticand’eux]

    « Parce que les désordres et les crimes des hommes perceront la voûte des cieux. » La Salette ; « que beaucoup de nations disparaîtront de la surface de la terre » Fatima

    http://www.virgo-maria.org/Livres/laurent_morlier/Doc/node17.htm

    Mon cher Édouard, la personne morale des nations n’a pas la réserve que Dieu destine aux hommes ; le salut de l’âme pour l’individu est fait en son particulier, bien sûr, seules les personnes et non pas leur somme indifférenciée sont appelées à remplacer la défection des anges déchus mais il n’en demeure pas moins vrai que le Christ enjoint toutefois aux Apôtres de baptiser les nations parce que la Rédemption n’est pas une affaire strictement privée mais sa publicité foncièrement publique en tant que communauté de destin ouverte à tous, or le salut n’est jamais collectif, irresponsable, si ce n’est que tous mutualisent cependant leurs efforts privés dans le commun public de la communion des saints pour y parvenir, c’est la raison même de l’existence terrestre de l’Église militante dans l’espace sociogéographique d’une nation, communauté de familles dans des peuples ethniques.

    Rassurez-vous cher Édouard-Marie, si dans le Jugement des nations ou Fin des temps des nations annonçant l’avènement du futur Empire catholique mondial que jalouse et imite aujourd’hui le démon — aucun détail ne lui échappe — et dans un empire il y a bien des nations n’est-ce-pas dont beaucoup disparaîtront dans ce Jugement prochain, la France qui est le Royaume du Christ consacré à la B.V. Marie, Caput mundi, demeurera à jamais selon la Théologie mystique, source de la Vertu théologale d’Espérance que mésestiment les clercs infatués (voir les prophéties de St Pie X sur la France).

    Alors, de vous faire avocat à l’imitation du Saint Patriarche Abraham, cher Édouard-Marie, hic et nunc, afin d’atténuer le cours des rigueurs de l’exigence de la Justice divine à défaut de les éviter, d’invoquer les Saints, d’employer la Défense mariale du Rosaire pour infléchir  la clémence de la Miséricorde divine en faveur des pauvres pécheurs privés d’Église (éclipsée) et en commuer les peines par vos prières et sacrifices à commencer par être plus aimable avec Cavehttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

    Pour consoler notre bien aimé Édouard-Marie, spéciale dédicace de Bavière :


    « Collines que j’aime
    Vous chantez au monde
    Des airs qu’autrefois
    J’entendais chez moi


    Ces airs du passé
    Forment une ronde
    Mon cœur aime tant
    Ces chansons d’antan


    Mon cœur tel l’oiseau
    Voudrait battre des ailes
    Monter jusqu’au ciel qui s’irise
    Mon cœur se voudrait un léger soupir
    Emporté par la brise


    Mon cœur voudrait rire
    Comme un clair ruisseau
    À travers les roseaux


    Chanter dans le soir
    Comme l’alouette la chanson de l’espoir


    Chanson des collines
    Quand mon cœur est triste
    Venez m’apporter un peu de gaîté


    Portez dans le vent
    À travers le monde
    Tous ces chants d’amour »

    _________________

    Mais avant que tout cela n’arrive, il faut voter Sarko, votez Sarko !!! dit Bernadette la catholique :

    V O T E Z   S A R K O ! ! !

     

  11. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 11, 2014

    Chers lecteurs,

     
    Quand on vit en France, on se rend compte que le pays va mal. Et ce n’est pas une nouveauté, mais cela va en empirant un peu plus chaque jour. Scandales de tous genres, gouvernements incapables, hommes politiques corrompus, injustices, explosion du chômage, classes défavorisées, hausses des prix, et tant d’autres maux qui font le quotidien de notre société actuelle. Tout cela mêlé à un climat souvent maussade, une insécurité alarmante, en particulier dans les grandes villes du pays, une islamisation grandissante, des vols, des agressions, des crimes, et d’autres faits divers atroces et parfois minimisés, voire passés sous silence par les Médias. La question est la suivante : jusqu’où cela va-t-il aller ? La France tiendra-t-elle encore longtemps dans un tel état ?
     
    Si l’on se réfère aux prophéties, il semblerait qu’un jour, ça va éclater. Notre pays connaîtra l’anarchie et il serait le premier à connaître la colère divine. En d’autres termes, ce sont les malheurs en France qui inaugureront la Révolution Universelle, celle qui verra le Monde se transformer radicalement et cette transition ne se fera pas en douceur bien entendu. Comment cela va-t-il commencer ? Eh bien, des émeutes menant ensuite à une grande guerre civile, courte mais violente, seraient ce à quoi nous devons nous attendre. La Révolution Française de 1789 a amené la République, celle qui vient l’anéantira (au profit de la Monarchie ensuite), et ce sera bien pire que ce que le pays a connu lors du fameux « Mai 68 ». Je ne pense pas que qui que ce soit, y compris vous les lecteurs, puisse affirmer avec certitude que la France ne va pas si mal et qu’elle s’en sortira très prochainement sans passer par la case « guerre civile ». Vous regardez sans doute les informations, et vous vous rendez compte que les manifestations et les émeutes se multiplient ces dernières années. Le peuple est de plus en plus mécontent face aux politiciens qui le trahissent à chaque nouvelle élection. La République Française est corrompue jusqu’à l’os, tout est question d’argent de nos jours, il n’y a plus de bonnes mœurs, plus d’honnêteté, plus de respect de l’Homme en général. C’est dommage de constater cela, mais il semblerait bien que la guerre soit le seul remède efficace aux maux de la société, et je ne parle pas que de la France, je parle à l’échelle mondiale. D’ailleurs, dans l’un de ses Sixains, Nostradamus parle de la guerre (plus précisément la 3ème Guerre Mondiale, qui doit bientôt éclater) en disant : « Médecin du grand mal ». Autrement dit il considère lui-même, homme érudit du XVIème siècle, que la guerre est un mal pour aboutir à un bien, mais aussi un bien pour mettre fin au mal, et que l’éviter ne servirait à rien, ce serait « reculer pour mieux sauter ».
     
    Ainsi, je vais vous présenter quelques prophéties suivies d’interprétations personnelles, qui se rapportent à cette future guerre civile que notre pays devrait connaître très bientôt. Mais avant cela, je vais vous citer celles qui parlent des prémisses, des signes qui précéderont ce conflit. Ce sont surtout les prophéties de Marie-Julie Jahenny, la stigmatisée de la Fraudais dont j’ai déjà cité quelques prophéties dans mes précédents articles, qui sont explicites et détaillées au sujet de cette anarchie que la France s’apprête à connaître.
     
    Prémisses du conflit civil :
     

    Marie-Julie Jahenny (fin du XIXème siècle) :
     
    « Sur un fond général de confusion et de désordre, se détachent des « époques », qui sont comme les degrés d’une progression. C’est d’abord comme un orage qui gronde, puis éclate pour se terminer sur un « grand coup » qui ramène la paix. » La première époque, dit le Seigneur, c’est l’étendue des maux sur la Fille aînée de l’Église, la France. »
     
    Alors que l’on connaîtra une continuelle dégradation des valeurs morales, spirituelles, économiques et qu’il semblera qu’il n’y aura plus un endroit sans confusion et désordre, les vrais maux commenceront et cela marquera le déclenchement de la colère divine. Il y a trois grandes époques de châtiments. La première viendra avec le déclin de la situation en France, autrement dit l’éclatement de la guerre civile dans ce pays qui aura connu une décadence progressive, sur tous les plans, dans les années précédentes.
     
    « La grande révolution universelle, le commencement en sortira d’abord en France : c’est elle qui, la première, marchera à l’abîme et aussi à la résurrection. »
     
    La grande révolution universelle fait allusion au renouvellement complet sur Terre, la purification exigée par Dieu, dont la colère se déclenchera très bientôt. Et il nous est rappelé que c’est la France qui connaîtra la première de grands maux. Cependant, c’est également ce pays qui se relèvera en premier, grâce au Grand Monarque dont la venue ne tardera pas, mais seulement après la destruction de plusieurs grandes villes françaises dont Paris.
     
    « Les militaires seront éloignés de France, (dans l’Est et les terres arabes) et les forces de l’ordre seront réduites. C’est pendant cette période troublée, que seront promulguées des lois infâmes, visant entre autres à établir une mainmise du pouvoir sur la religion, asservissant le clergé au pouvoir révolutionnaire, persécutant toute opposition, coupant tout lien hiérarchique avec Rome. Des révolutionnaires instaureront la mise en place d’un pouvoir totalitaire avec son régime de justice expéditive des opposants, de surveillance, de dénonciations, etc. ceci sur fond de disette du fait des récoltes insuffisantes et des calamités. (Tremblements de terre, épidémies sur les hommes et les animaux). Des pluies torrentielles entraînant de grands retards dans les cultures seront un des signes précurseurs de cette révolution. J’avertirai Mes amis par des signes de la nature. Je les préviendrai. La guerre civile et les épidémies feront beaucoup de victimes surtout dans les grandes villes. »
     
    Les armées françaises seront à l’étranger quand viendra la guerre civile, occupées à régler les conflits dans les terres arabes (au Proche-Orient sans doute), et il n’y aura pas beaucoup de forces de l’ordre non plus. Des lois qualifiées d’infâmes seront votées à l’Assemblée Nationale et mises à exécution par le gouvernement. Ce sera le signe d’une décadence morale et spirituelle en France, un pays devenu athée et irrespectueux envers la religion. Des révolutionnaires voudront instaurer leur propre régime totalitaire en France, et l’on connaître également des calamités naturelles avec un retard dans les cultures, des séismes, un climat désolant et des épidémies. La nature nous donnera des signes comme le mentionne la prophétie. Les conflits seront terribles entre les français et les épidémies causeront elles aussi beaucoup de morts, et plus particulièrement dans les villes les plus importantes de France.
     
    « Un an avant que ces choses terribles ne viennent, remarquez bien ce qui arrivera une année d’avance :
     
    Beaucoup d’arbres fruitiers ne fleuriront pas ; ils ne boutonneront même pas ; les feuilles ne leur pousseront pas ; ils resteront dépouillés, comme sous la rigueur de l’hiver.
     
    Les feuilles de la vigne ne paraîtront point, ni aucun bouton : elle restera sèche comme en plein hiver.
     
    Les foins ne monteront pas ; ils resteront en herbe toute petite, pas plus longue que le doigt ou la main jusqu’au poignet.
     
    Le seigle ne lèvera pas ; le grain du seigle pourrira en terre ou sera dévoré par un « reptile noir » qui charmera la terre pour trouver ces grains et en faire sa nourriture.
     
    Le froment poussera encore dans les terres sèches ; mais tous les champs bas et humides seront atteints par le même reptile qui est de la grosseur du doigt le plus petit de la main de l’homme. Il est fort long, avec une espèce d’aile jaune, rouge devant et derrière…
     
    La nourriture des bestiaux sera rare cette année-là, signe et annonce du grand déluge des punitions. Tous les choux pourriront ; les pommes de terre ne lèveront pas : elles sècheront dans le fumier qui les enveloppe.
     
    Il y aura une abondante récolte d’orge, trop petite pour tout le monde et tous les bestiaux.
     
    C’est dans cette année-là que se trouveront les jours noirs, où le jour sera fermé sous les ténèbres. »

     
    Pour résumer cette prophétie qui n’est pas à prendre à la légère, Marie-Julie nous dit qu’un an avant le déclenchement des événements terribles, c’est-à-dire la grande révolution universelle qui commencera d’abord par la France (guerre civile), la nature donnera des signes. Certains arbres, surtout les arbres fruitiers, ne produiront aucun fruit et resteront même dépouillés, sans feuilles, alors que l’hiver sera pourtant passé. La vigne restera sèche quant à elle, les foins ne monteront pas comme à l’accoutumée, le seigle ne se lèvera pas et le froment ne poussera que dans les terres sèches. Une petite créature qualifiée de « reptile noir » sera apparemment friand de s’accaparer le peu de récoltes qu’il y aura à ce moment-là et constituera un véritable fléau pour les récoltes. La nourriture pour les animaux se fera rare également, on aura bien du  mal à trouver des choux et des pommes de terre comestibles cette année-là. Mais il y aura tout de même une abondante récolte d’orge, qui restera néanmoins trop petite pour satisfaire tout le monde. Cette année-là sera terrible et marquera le début des fléaux. Bizarrement, en cette année 2013, on a rarement connu une situation où le temps est si maussade (neiges tardives, pluies, inondations, gelées, froid persistant, etc.), ce qui a des conséquences assez lourdes sur les récoltes et les floraisons :
     
    Pluie : les récoltes en retard… et les prix en hausse
     
    Union Européenne : Retards et pénuries pour les principales cultures européennes de légumes
     
    Retard de floraison due à la vague de froid
     
    Le printemps le plus froid depuis 25 ans
     
    Si l’année 2013 correspond bien aux critères de la prophétie ci-dessus, cela signifie donc que le début du chaos interviendrait en 2014. Voici la suite :
     

    « L’année de l’entrée dans les évènements est une année de pluies aussi régulières que violentes ; il sera quasi inutile de semer et de planter, à part des terres saines, haute et irriguées. Les plantes arriveront à leurs fleurs sans produire de fruits. Il n’y aura que le quart des récoltes. On aura un hiver dans l’été. Cette année mouillée qui nous introduira dans les évènements sera suivie d’un hiver rigoureux qui sera lui-même suivi d’une année de sècheresse telle que tout sera desséché, excepté la mer qui restera très basse. Un soleil de feu nous introduira dans une série de fléaux, entre autres de terribles maladies et des mortalités subites. »
     
    L’année où les événements terribles débuteront verra des épisodes de pluies fortes et régulières se produire. Les récoltes seront très mauvaises et la nature restera insensible face à l’arrivée du printemps, puisqu’aucun fruit ne paraîtra. L’été de cette année-là, on connaîtra des températures glaciales qui feront penser à la période hivernale. Un hiver rigoureux suivra cette année pluvieuse, auquel succèdera alors une année de grande sécheresse et de fortes chaleurs. C’est alors que viendront les maladies, les fléaux de toutes sortes et la mort.
     
    « Mon peuple, les lois vont prendre leur détermination et la France, avant deux ans – je te donnerai le jour fixé – avant deux ans, la France presqu’entière sera devenue « Mahomète » et sans religion. »
     
    « Ô France, on apportera, jusque dans tes lieux, la poussière de l’étranger. Tu ne pourras renvoyer ces étrangers. Tu fus si noble, ta noblesse sera perdue. »

     
    L’islamisation de la France fait partie des prémisses de la guerre civile en France. À l’époque de Marie-Julie, il était impensable que la France soit devenue ce qu’elle est actuellement : athée et terre d’accueil d’une immigration massive sans limite, ayant des conséquences très négatives pour le peuple français.
     

    « Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal. Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. »
     
    « Beaucoup de  « coureurs » appellent les ouvriers à la révolte, à cause du manque de travail qui est leur pain de chaque jour. Les petites villes, comme les grandes, seront bientôt perdues par des groupes d’ouvriers. »

     
    La hausse du chômage est aussi un prémisse à cette guerre civile qui nous attend. Le gouvernement, composé en grande partie de franc-maçons athées et corrompus, ne cherche qu’à détruire la classe moyenne, à l’appauvrir et à l’asservir. Des Révolutionnaires inciteront les ouvriers à se soulever contre l’État, ce qui provoquera de grands moments de paniques dans beaucoup de villes de la France.
     

    « Mes enfants, n’attendez rien de ces hommes qui ont, pour gouverner, une apparence de puissance. Je vous préviens qu’un assaut épouvantable ne va pas tarder à sortir de cette salle de l’enfer, comme je l’ai déjà nommée. C’est le grand moment… déjà ces hommes corrompus sont entrés dans l’infernal corridor qui conduit à l’heure du crime effroyable.
     
    Les bons catholiques, qui combattent dans cette salle de Satan, ne vont pas remporter la victoire qu’ils désirent. Ils seront combattus et noircis par le grand nombre… Que leur défaite ne vous affaiblisse donc pas ! Tout est écrit dans mon Cœur… Le lys sera pour la France, ressuscitée après bien des maux. »

     
    Marie-Julie voyait dans cette extase les hommes politiques corrompus qui seront à l’origine de la ruine de la France. Elle blâme souvent la « salle de l’enfer » dans ses extases prophétiques, qu’elle considère être à l’origine des nombreux maux de la société, car c’est là que sont décidées et votées les lois. Vous l’avez compris, c’est l’Assemblée Nationale. Elle nous dit que quelques bons catholiques font partie des députés, mais qu’ils ne seront pas entendus, qu’ils seront même combattus par les autres et mis à l’écart par la grande majorité. Cependant, elle rappelle que plus tard, la France retrouvera son Roi après bien des maux.
     

    « Dans cette salle de l’enfer — la Chambre des Députés —, on travaille à tous les métiers. Il y en a de toutes races, de toutes manières — je ne veux pas dire manières de quoi, car je ne veux empester personne — En ce moment, on prépare les filets… on travaille sans repos ni paix. Sans paix… je veux dire qu’ils ne s’entendent même pas… c’est un véritable hurlement…
     
    Dans ce fourneau de tous les venins, de toutes les vermines, je sépare un moment ce qu’il y a de respectable : ceux qui ont la foi. Ceux-là seront combattus, contredits, à l’étroit. On prend des mesures pour les renvoyer, si c’est possible. Ces moyens réussiront… Et tous les assistants ne demandent qu’à entendre la parole du Président Infernal. Il est sur le trône de l’enfer ; il y grille et ne sent pas le feu… »

     
    Nous avons une description péjorative de l’Assemblée Nationale et de ce qui s’y trame. Comme dans la précédente extase, Marie-Julie nous dit que quelques députés parmi ces « vermines » sont de bons catholiques respectables. De ce fait, ils seront combattus moralement, contredits et mis à l’écart. La majorité cherche même à les renvoyer afin qu’ils ne nuisent plus aux plans diaboliques en préparation dans cette salle de l’enfer. Ces députés corrompus sont sous la direction du chef de l’État qui est ici nommé le « Président Infernal » (voir la prophétie du « Poteau de Boue », qui concerne François Hollande, plus bas dans cet article).
     

    « La Flamme dit que ce sera vers le temps où une loi Périlleuse donnera la liberté de laisser sortir les scélérats maintenus jusque-là en captivité. Rien ne s’y opposera au Parlement, car l’homme seul sera déjà dans l’étendue de son triomphe, d’un triomphe immense qui couronnera son désert, en renversant la terre et le monde. »

     
    Les premières émeutes (du côté de Nantes, selon d’autres extases) menant à la guerre civile éclateront lorsque l’Assemblée Nationale aura voté une loi bien spécifique, que Marie-Julie nous dévoile dans cette extase : la libération des prisonniers. En d’autres termes, des mesures alternatives seront prises afin que l’incarcération soit vraiment le dernier recours. Le Parlement ne s’opposera pas à cette loi périlleuse, cela ne fera qu’accentuer la décadence du Monde et accélérer sa chute infernale vers le chaos.
     
    Et figurez-vous que depuis son arrivée au gouvernement en mai 2012, la Garde des Sceaux Christiane Taubira propose des alternatives à l’incarcération. Sa réforme pénale, lorsqu’elle sera adoptée par le Parlement (probablement début 2014), ne fera que précipiter la France dans son agonie et l’insécurité atteindra son paroxysme.  Voici quelques liens intéressants qui sont à mettre en parallèle avec cette extase de Marie-Julie :
     
    Le « grand soir » judiciaire de Taubira
     
    Les clés de Taubira pour vider les prisons
     
    Prisons : Taubira sur le chemin des peines alternatives
     
    Prison : Christiane Taubira annonce la fin des peines plancher
     
    Ce projet de loi pourrait donc se concrétiser davantage dans les mois qui viennent, et puisqu’il s’agit d’un prémisse à la guerre civile française, il est évident que l’heure de la Révolution approche dangereusement …
     
    Voici maintenant les prophéties qui concernent la guerre civile en elle-même :
     
    Guerre civile en France
     

    Marie-Julie Jahenny (fin du XIXème siècle) :
     
    « Première crise en France. Il y a quelque temps, le Seigneur a marqué trois mois de fatals et terribles châtiments. Il abrégera beaucoup. Le prochain commencement de la mortelle crise révolutionnaire durera quatre semaines, mais l’étendue en sera immense. Le nombre de ceux appelés « meurtriers du peuple » sera d’une immensité inconcevable. Lors de cette heure terrible, les étrangers, dont le désir est rempli d’une violence qui ne se possède pas, seront maîtres en France. Dès la nouvelle du fatal événement, leurs oreilles ne seront pas sourdes ! Pendant cette lutte première, en toute l’étendue de la France, il y aura liberté pour tout. Il n’y aura plus de captifs retenus pour crimes. »

     
    Une mortelle crise révolutionnaire, donc une révolte générale et sanglante en France. Celle-ci devrait s’étendre sur une durée de trois mois, mais ce sont surtout quatre semaines durant ce laps de temps qui devraient s’avérer terribles. Les français se battront entre eux et ils seront nombreux d’après la prophétie. Les étrangers vivant en France ne seront pas indifférents aux événements qui toucheront le pays à ce moment-là. Eux, belliqueux et adeptes du conflit, seront maîtres en France, c’est-à-dire que la France sera en quelque sorte islamisée. De plus, on courra un vrai danger partout, car même les personnes retenues prisonnières (pour crimes) seront libres lorsque viendra la guerre civile. Ce sera un véritable carnage et il faudra donc être prudent et préparé pour y survivre.
     

    « Les cris de désespoir et d’alarme monteront jusqu’au Ciel. Les mois du Sacré-Cœur (juin) et de Mon Sang (juillet), ce sera le signal des châtiments, guerre civile. Quand le gouvernement verra ces bouleversements, il fera comme l’oiseau, il s’envolera et passera dans un autre pays et la France se verra libre dans sa révolution. C’est à ce moment qu’il faudra fuir Paris. »

     
    Les gens seront si désespérés et perdus à ce moment-là, qu’ils imploreront le Ciel pour que tout cela cesse. Après des prémices, la guerre civile éclatera vraiment en France et s’étendra en juin et juillet. Aussitôt, le gouvernement français prendra la fuite et s’exilera dans un autre pays, effrayé par la révolte de son peuple et se sentant incapable de gérer la situation. La France connaîtra une grande anarchie, seule dans sa révolution et sans aucun dirigeant à sa tête. Paris sera bien menacée de destruction à ce moment-là, la mortalité sera très élevée dans notre capitale.
     

    « À mesure qu’elle s’étendra en France, la persécution recevra beaucoup d’aide de la part des puissances qui l’environnent, de tous ceux qui ressemblent à ceux qui, en France, livrent tout, sans pitié, au feu et au sang. »

     
    De terribles heures attendent les français d’après ces quelques lignes. Une véritable persécution suite à la mise en place d’un régime totalitaire par les révolutionnaires. Et ces derniers recevront de l’aide de d’autres révolutionnaires étrangers des pays alentours, afin d’asservir encore davantage le peuple. Ce sera effroyable et sanglant.
     

    « Un repos fort court suivra cette grande entrée dans le mal qui sera complet, surtout au Centre (Paris) et dans les environs. Le 24 mai, il se passera entre les hommes qui se disent vainqueurs et élevés en science, un éclat qui ébranlera cette Grande Ville où le sang a tant de fois rougi le pavé et ce branle ne s’apaisera pas. Tu sais que le nombre 14 a été choisi par Moi. »

     
    L’entrée dans le mal, c’est la mise en place d’un régime totalitaire par les révolutionnaires en France. Alors que ces derniers feront beaucoup de tort au peuple, particulièrement en région parisienne, la guerre civile éclatera, mais une courte période de repos interviendra entre temps. Le 24 mai sera une date marquante pour Paris, qui connaîtra un grand châtiment qui ne s’apaisera pas ensuite, et qui au contraire prendra vigueur. La mention du nombre 14 est intéressante, peut-être signifie-t-elle que cela arrivera durant l’année 2014 ? Cela concorderait donc avec mes précédentes analyses : celle qui parle d’une année médiocre en termes de climat et de récoltes, un an avant les événements, et celle qui parle de la loi périlleuse qui permettra aux scélérats de sortir de prison.
     

    Saint-Jean Bosco (XIXème siècle) :
     
    « La guerre viendra du sud, la paix du nord. Les lois de la France ne reconnaîtront plus le Créateur. Le Créateur se révélera lui-même en la visitant trois fois du fléau de sa colère.
     
    La première fois, il détruira sa fierté par la défaite, le pillage et la destruction des cultures, du bétail, et les hommes.
     
    Lors de sa deuxième visite de la grande prostituée de Babylone, les fidèles endeuillés appelleront. La maison de prostitution Européenne qui a perdu son chef est en proie au chaos. « Paris ! Paris ! Paris ! Au lieu de vous édifier au nom du Seigneur, vous vous entourez de maisons de mauvaise réputation. Faute d’avoir détruit vous-même, votre idole, le Panthéon, sera rasé au sol, de sorte qu’on pourra dire que « l’iniquité s’est menti à elle-même. À cause du mépris de ma vérité, vos ennemis vous plongeront dans l’angoisse et la famine, dit le Seigneur. »

     
    La guerre arrivera du sud et la paix du nord, nous dit le prophète. Les lois votées à l’Assemblée Nationale iront à l’encontre des principes divins, c’est pourquoi Dieu le Créateur châtiera la France trois fois (cela rappelle l’extase de Marie-Julie Jahenny dans laquelle elle annonce que la France vivra trois époques chaotiques bien distinctes). La première punition sera la dégringolade des mœurs dans notre pays, l’augmentation des actes barbares, la destruction des cultures et du bétail. Je pense que nous y sommes déjà depuis un moment. Le deuxième châtiment, c’est la guerre civile en France. La capitale, qualifiée de « grande prostituée », connaîtra des heures sombres et les fidèles endeuillés prieront pour que la colère divine s’apaise. La France est appelée « maison de prostitution Européenne », et il est écrit qu’elle perdra son chef (d’État), puisqu’il aura fui le pays (cf. prophéties de Marie-Julie). Nous sommes dans un pays totalement perdu et égaré, qui a perdu la Foi et qui a mauvaise réputation. Ensuite, le prophète nous prédit la destruction totale de Paris lorsqu’il dit que le Panthéon sera rasé, de nombreuses prophéties annoncent depuis très longtemps l’anéantissement de notre capitale par le feu, un prochain article y sera d’ailleurs consacré. La France connaîtra alors la famine et l’angoisse.
     

    Anna Maria Taïgi (1837) :
     
    « La France tombera dans une effroyable anarchie. Le français connaitra le désespoir de la guerre civile au cours de laquelle les hommes âgés prendront les armes. Les partis politiques, après avoir épuisé leur sang et leur rage sans être en mesure d’arriver à tout règlement satisfaisant décideront à la dernière extrémité d’avoir recours au Saint-Siège. »

     
    Cette prophétie annonce l’anarchie que la France connaîtra sous peu. La guerre civile sera violente et impliquera tout le monde, même les plus âgés. Les partis politiques tenteront, tant bien que mal, de mettre un terme à cela mais en vain, et iront jusqu’à chercher recours auprès du Pape.
     

    La Salette (1846) :
     
    « La France, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre seront en guerre ; le sang coulera dans les rues ; le Français se battra avec le Français, l’Italien avec l’Italien ; ensuite, il y aura une guerre générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne se souviendra plus de la France, ni de l’Italie, parce que l’Évangile de Jésus-Christ n’est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera mutuellement jusque dans les maisons. Au premier coup de son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d’épouvante, parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux. Paris sera brûlé et Marseille englouti ; plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu’homicide, on n’entendra que bruits d’armes et que blasphèmes. »

     
    Cette prophétie, assez explicite pour se passer d’une interprétation, annonce clairement la guerre civile en France mais aussi dans les pays frontaliers : Angleterre (qui doit connaître une période troublée avant la nôtre, rappelez-vous), Italie, Espagne. Et si l’on prend en compte d’autres prophéties, on sait que l’Allemagne et la Russie devraient également connaître une guerre civile. Mais comme l’annonçait si bien le voyant sud-africain Van Rensburg, il y aura en fait la guerre civile dans tous les pays d’Europe. Ces guerres seront le prélude à la Troisième Guerre Mondiale. Paris sera rayée de la carte et Marseille engloutie. Le Monde saura donc que la Révolution Universelle a commencé quand la France sera châtiée sévèrement.
     

    L’Abbé Souffrant (1827) :
     
    « La République sera proclamée, mais elle durera peu. Vous entendrez alors plusieurs cris ; les trois qui domineront seront : Vive la République, Vive Napoléon et le dernier de tous sera : Vive le Grand-Monarque que Dieu nous garde. La venue de ce Grand-Monarque, y est-il dit, sera très proche, lorsque le nombre des légitimistes restés vraiment fidèles sera tellement petit qu’à vrai dire on les comptera. Avant le Grand-Monarque, des malheurs doivent arriver. Le sang coulera par torrents, dans le Nord et le Midi ; l’Ouest sera épargné à cause de sa foi. Mais le sang coulera tellement au Nord et au Midi, que je le vois couler comme la pluie dans un jour de grand orage, et je vois les chevaux ayant du sang jusqu’aux sangles. Paris sera détruit, tellement détruit que la charrue y passera. Alors, entre le cri : « tout est perdu » et « tout est sauvé », il n’y aura pour ainsi dire pas d’intervalle. »

     
    Nous avons un rappel chronologique des faits majeurs qu’a connu la France : la proclamation de la République (1792), le règne de Napoléon Ier (1799-1814), et plus tard le règne du Grand Monarque, suite à l’agonie de la République. Le reste de la prophétie est plutôt explicite et détaillé, l’Abbé nous donne des indications sur ce qui doit arriver bientôt en France. Et une fois de plus, nous avons la confirmation que Paris sera détruite, mais cela viendra un moment après la guerre civile.
     

    Jean de Vatiguerro (XIIIème siècle) :
     
     « Et la gloire des Français se convertira en opprobre et en confusion ; car le lys sera privé et dépouillé de sa noble couronne et on la donnera à un autre à qui elle n’appartient pas et il sera humilié jusqu’à la confusion.
     
    Et plusieurs diront : la paix, la paix, la paix, et il n’y aura point de paix et alors paraîtront à découvert des séditions judiciaires, des conspirations, des confédérations inouïes de cités plébéiennes, et il y aura dans le monde une si grande désunion que personne ne saurait en aucune manière s’en faire une idée.
     
    Le royaume des Français sera envahi de toutes parts et presque détruit et anéanti, parce que les administrateurs de ce royaume seront si aveuglés qu’ils ne pourront trouver un défenseur, et la main et la colère de Dieu s’appesantiront furieusement sur les Français et contre tous les grands et les puissants de tout ledit royaume. Les cités les plus fortes et les plus puissantes seront prises, et l’on se livrera des batailles.
     
    Il apparaîtra dans le corps céleste des signes nombreux et frappants qui annonceront les événements prédits et beaucoup d’autres qui doivent les suivre. »

     
    Je pense que cette prophétie peut se passer d’une interprétation, elle est très explicite. On y voit l’annonce de la chute de la Monarchie au profit d’une République destructrice et corrompue. Le dernier paragraphe parle de signes dans le ciel, cela est intéressant et n’est pas sans rappeler le Grand Avertissement et sa fameuse comète qui doit illuminer les cieux (voir l’article du 18 juin à ce sujet).
     

    Pape Pie XII :
     
    « La France : Après une période de dix années de prospérité et de prestige retrouvé, la France, que nous aimons paternellement, retournera à ses jeux politiques favoris, à ses obsessions destructrices. Une succession de gouvernements faibles, laxistes, démagogues, laisseront se désagréger le sentiment national et les valeurs élémentaires. Une réaction brutale des forces vives et populaires du pays mettra fin à cette déliquescence voulue par certains, tolérée par d’autres. Pour ne pas sombrer, la France changera de régime sans douceur. »

     
    La période de dix années de prestige et de prospérité évoquée ici correspond aux dix ans durant lesquels le Général de Gaulle était au pouvoir en France : de décembre 1958 à avril 1969. Après lui, se succéderont des gouvernements corrompus, faibles et en sans égard pour la France et les français. C’est alors qu’éclatera brutalement une révolte, ce qui mettra fin à ce laxisme. Ce sera un changement radical et sans douceur que la France connaîtra alors, et qui débutera donc par un conflit civil.
     

    Nostradamus (XVIème siècle) :
     
    Quatrain I.03
     
    « Quand la lictiere du tourbillon versee, Et seront faces de leurs manteaux couuers, La republique par gens nouveaux vexee, Lors blancs & rouges iureront à l’enuers. »

     
    Quand les médias déverseront et révéleront les dossiers nauséabonds (scandales, corruption, etc.) issus du tourbillon politique, les deux faces du manteau de la République française (à savoir la Droite et la Gauche) seront couvertes de honte. La République sera déshonorée et les électeurs vexés par les nouveaux politiciens. Alors les gens de Droite et de Gauche voteront à l’envers (c’est-à-dire que les gens voteront pour un autre parti que celui qu’ils soutiennent habituellement – cf. montée des extrêmes).
     
    Ce quatrain ne concerne pas la guerre civile en elle-même, mais s’inscrit dans la chronologie des événements et il semblerait que nous sommes à l’époque des faits prédits ci-dessus. La République est corrompue et les politiciens sont de vraies girouettes, tant leurs orientations politiques sont instables et contradictoires, et cela montre bien qu’ils ne sont pas crédibles pour gouverner un pays comme la France.
     

    Quatrain VI.23
     
    « D’esprit de regne munismes descriés, Et seront peuples esmeuz contre leur Roy, Paix sainct nouueau, sainctes loix empirees, Rapis onc fut en si tredur arroy. »

     
    À cause de la dépréciation de la monnaie (crise économique), la ligne politique du gouvernement sera désapprouvée. Le peuple se soulèvera alors contre le chef d’État (guerre civile). Afin de ramener la paix, de saintes décisions seront prises, mais les lois sacrées (de Dieu) seront alors méprisées encore pire qu’avant. La ville de Paris n’aura jamais été plongée dans un tel chaos et dans un si profond désarroi.
     

    Quatrain IX.52
     
    « La paix s’approche d’vn costé, & la guerre, Oncques ne fut la poursuitte si grande : Plaindre homme, femme sang innocent par terre, Et ce sera de France a toute bande. »

     
    La paix s’approchera d’un côté et la guerre de l’autre. Jamais les deux n’auront été tant recherchées qu’à cette époque. C’est alors qu’on plaindra les hommes et les femmes, dont le sang innocent sera répandu en France de toutes parts.
     
    Je terminerai cet article avec deux dernières prophéties qui concernent celui qui doit conduire la France à la ruine, achevant le travail déjà méprisable de ses prédécesseurs. C’est sous la présidence de ce personnage que l’anarchie devrait commencer en France :
     

     

  12. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 11, 2014

     
    Je terminerai cet article (qui n’est pas de moi, mais vous l’aviez deviné !!! et que vous trouverez ICIavec deux dernières prophéties qui concernent celui qui doit conduire la France à la ruine, achevant le travail déjà méprisable de ses prédécesseurs. C’est sous la présidence de ce personnage que l’anarchie devrait commencer en France :
     
     

     

     

    Marie-Julie Jahenny (1878) :
     
    — L’heure de Dieu n’est pas loin, dit Saint Michel, cette terreur profonde fera ressortir le triomphe de la nouvelle France. Mais ce triomphe ne peut venir avant que la Justice ne se soit appesantie sur cette terre gâtée.
     
    — N’attendez rien de celui qui règne comme un roi et qui, aujourd’hui, est assis dans le même fauteuil que les autres — fauteuil qui ne porte aucune marque d’un pouvoir spécial et plus grand.
     
    — Sa pensée est accordée à la pensée des autres, sa parole à leur parole, sa volonté à leur volonté. Sa puissance et ses pouvoirs ne sont pas plus que ceux de celui qui est le dernier. N’attendez rien de ce côté : il ne mérite pas plus de respect que tout le reste.
     
    — Dans la tempête, sa voix criera aussi fort que les autres, contre tout ce que Dieu a établi. Il n’y a pas de fermeté en lui : ils l’ont mené ; ils l’ont dirigé. Voilà le portrait de cet homme : c’est un poteau de boue. Plaignons-le, mais n’y pensons guère.
     
    — Je n’y pense point, bon Saint Michel.
     
    — Pour ramener le Roi choisi et destiné par Dieu, il faut que tous ceux qui sont à présent soient balayés.

     
    Cette extase de Marie-Julie est intéressante. De nombreux interprètes ont compris qu’elle annonçait l’arrivée d’un mauvais chef d’État en France. Cependant, beaucoup l’ont assimilé à Nicolas Sarkozy en particulier à cause de l’expression « Poteau de Boue », qui selon certains, serait à peu près la traduction du nom « Sarkozy » en hongrois, lorsqu’on décompose les syllabes. Mais puisque ce chef d’État semble être le dernier et qu’il doit connaître durant son mandat la ruine de la France (guerre civile), ce n’est pas Sarkozy.
     
    François Hollande, son successeur, semble répondre lui aussi aux caractéristiques annoncées dans ce message prophétique. On nous parle d’un président qui règnera comme un roi, alors que son pouvoir ne sera pas plus grand que celui de ses prédécesseurs. Sa pensée, sa parole et sa volonté s’accordent à celles « des autres ». Les autres, ce sont ceux qui ont les mêmes plans que le Poteau de Boue, ceux qui ont les mêmes objectifs, c’est-à-dire son gouvernement mais aussi les nombreux partisans de la secte dont la plupart des ministres, élus, et François Hollande lui-même, font partie : la Franc-maçonnerie. La prophétie nous dresse un portrait péjoratif de ce personnage, dont la puissance est quasi nulle, il ne mérite aucun respect, en tout cas pas plus que tous les autres. Durant la période troublée (nous y sommes déjà), il fera tout ce qui est en son pouvoir pour séduire le peuple et établira des lois qui vont à l’encontre de celles de Dieu. Ce n’est qu’une marionnette, un pantin mené à l’Élysée par la Franc-maçonnerie, afin que le pouvoir de celle-ci gagne du terrain en France. Il n’est qu’un Poteau de Boue, c’est-à-dire un homme mou et inefficace face aux problèmes, couvert de boue dans le sens où rien en lui n’est digne de respect. Et quand la République agonisera, et que tous ces personnages corrompus seront balayés, le Roi de France fera son entrée (ce fameux Grand Monarque). Dernière anecdote : « Poteau de Boue » peut être assimilé à François Hollande, car le pays qui porte le même nom (la Hollande) a été construit sur des terrains marécageux et boueux, et les grand édifices de ce pays sont construits sur des pilotis (soit des poteaux debout dans la boue). C’est une sorte de jeu de mots qui nous est livré ici et qui peut sembler tirée par les cheveux, pourtant tout semble correspondre.
     

    Marie-Thé (2005) :
     
    « Un homme va se lever en France, sous l’apparence d’un protecteur des droits, de la sécurité ; mais il se révèlera être despotique, calculateur, manquant d’amour pour son prochain et méprisant les plus petits. Il gouvernera avec une main de fer, qui en écrasera un bon nombre. Il privilégiera certaines communautés, pour en assujettir d’autres.
     
    Un vent de révolte se lèvera contre lui.
     
    Dans un premier temps il écrasera celui-ci par une intervention quasi-militariste. Mais dans un second temps, le vent de révolte deviendra un feu dévorant et la France sera à feu et à sang. Alors beaucoup partiront, quittant le pays pour toujours.
     
    La France ne se relèvera pas de ce bain de sang !
     
    Dans ces années de terreur, l’Esprit de Dieu se répandra au milieu des hommes et tout particulièrement au milieu des enfants. C’est par eux, que le Seigneur conduira l’Église à se sanctifier, dans ce pays, à se positionner pour Lui, envers et contre tout, dans l’opposition terrible qui se fera contre elle ; en premier lieu par cet homme, en deuxième lieu par la nouvelle religion mondiale qui commencera à se mettre en place ouvertement.
     
    Dans ces temps-là, la véritable Église se tiendra fermement au côté d’Israël et des communautés persécutées. La France sera comme séparée en deux, comme au temps de son invasion durant la seconde guerre mondiale, secouée par des « purges », des attentats de toutes origines !
     
    Elle ne sera que champs de ruines dans certaines grandes villes : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Ajaccio, Reims, Lille, Rouen … et d’autres…
     
    Elle perdra toute autorité au sein de l’OTAN, dont la tête pensante et directrice sera l’Allemagne, comme pour l’Union Européenne. »

     
    Nous avons ici une prophétie explicite et plutôt récente. Je ne proposerai donc pas d’interprétation puisque tout est compréhensible, mais je vais tout de même évoquer mon avis. Cet homme dont nous parle Marie-Thé, c’est sans doute François Hollande, et si c’est le cas cela rejoint la prophétie de Marie-Julie. C’est un homme d’abord considéré comme juste et protecteur pour la France, mais au fur et à mesure il s’avèrera qu’il est tout l’inverse de ce que les gens pensaient et les contestations se multiplieront, les gens se révolteront, au point de nous mener à la guerre civile où le pays sera à feu et à sang. Cela correspond bien à l’époque où nous vivons, n’est-ce pas ?
     
    Voilà donc pour cet article. Le conflit civil français me paraît proche, plus proche qu’on ne le croit. Va-t-il éclater l’année prochaine ? C’est possible, mais même si 2014 reste encore à peu près calme, il n’y aura pas longtemps à attendre avant que ces événements ne surviennent. Beaucoup de pays tombent les uns après les autres dans la tourmente, c’est une sorte d’effet domino qui ne semble pas vouloir s’arrêter, mais qui au contraire prend de l’ampleur. Le Printemps Arabe, la guerre en Syrie, les tensions entre Israël et ses voisins arabes (surtout l’Iran et le Liban), les émeutes en Turquie, en Égypte et au Brésil, sans oublier les nombreuses guerres du passé et toutes celles qui nous attendent encore. En tout cas, la situation est critique aussi dans notre pays et cela est indéniable. Certains médias et politiciens évoquaient déjà le spectre d’une guerre civile, un climat très tendu, lors des manifestations contre le Mariage pour Tous ou lors des émeutes du Trocadéro, en ce premier semestre de l’année 2013. On parle même de dictature socialiste à l’époque actuelle, comparable au Parti National-Socialiste d’Adolf Hitler ! C’est dire, combien la politique du gouvernement actuelle fait couler beaucoup d’encre, sauf que ce n’est pas pour lui faire des éloges, bien au contraire. Mais tout cela ne constitue qu’un début, nous n’avons encore rien vu, le pire est à venir. La France n’est plus ce qu’elle a été, elle est souillée de toutes parts, rabaissée, méprisée et prête à imploser. En tout cas, s’il était toujours de ce monde, Charles Trenet constaterait lui-même que les paroles mélodieuses de sa chanson légendaire ne sont désormais plus d’actualité : « Douce France, cher pays de mon enfance, bercée de tendre insouciance … »
     
    Source : « À l’aube du conflit civil en France » : http://letempledespropheties.wordpress.com/2013/07/01/a-laube-du-conflit-civil-en-france/
     

  13. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 12, 2014

    Cher Jean-Marie, vous m’interrogez sur la privation du Sacrifice chrétien selon le libellé marial :

    « IL NE SE TROUVE PLUS PERSONNE DIGNE D’OFFRIR LA VICTIME SANS TACHE À L’ÉTERNEL »

    « Il ne se trouve plus personne » justement parce que l’Église est totalement éclipsée.

    À vaticand’eux malgré les railleries des clercs, le Saint Prophète Daniel prophétise dans l’éternel présent « la bête s’élèvera jusqu’à la puissance du Ciel et elle fit tomber des étoiles ; et elle les foula au pied [ces mêmes étoiles dont Notre Dame nous parle à la Salette dans : « ils sont devenus ces étoiles errantes que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr. »

    Pourquoi ?

    demandait un jour notre bon Morin qui désirait ardemment connaître les causes spirituelles de vaticand’eux quand nous en sommes aux conséquences conclusives ; comme toujours la réponse d’actualité est invariablement dans le Message prophétique marial : « Les chefs, les conducteurs du peuple de Dieu ont négligé la PRIÈRE [l’Office divin liturgique au Chœur cathédral] et la PÉNITENCE [la conversion intellectuelle et morale au travail quotidien de leur sanctification], et le démon a obscurci leurs intelligences »

    La bête, prophétise notre Bon Prophète Daniel : « elle s’éleva jusqu’au Prince de la Force et enleva par lui le Sacrifice perpétuel, [avons-nous encore besoin de commenter, le démon s’arrogea par Roncalli l’Office papal] « et le lieu de son sanctuaire fut renversé » prophétise encore Daniel.

    Daniel ajoute : « Et une armée [de fols con-ciliaires] se livra par INFIDÉLITÉ s’opposant au Sacrifice perpétuel, et jeta la Vérité à terre ; et elle réussit dans son entreprise »

    […] « Comprends, fils d’homme, que la vision est POUR LE TEMPS DE LA FIN »

    Attention ! ces considérations toutes personnelles n’engagent que son auteur mais censément toute personne de bonne volonté ne me démentira peut-être pas :

    Le sacrifice au nom du diable offert par les lefebvristes en communion directe avec sa créature initiatrice roncallienne sous la figure d’un Bergoglio, me répugne ad nauseam ! (je ne suis plus dans l’ignorance invincible de ma jeunesse… ad Deum qui laetificat juventutem meam)

    Le sacrifice au nom du diable offert par les ricossaniens en la perfide communion indirecte avec la même créature, me dégoûte aussi ad nauseam !

    Imaginez donc un instant recevoir l’offrande d’une corbeille de fruits pourris de quelqu’un qui se prétend votre meilleur ami ou bien alors offrir à Notre Dame des fleurs fanées nauséabondes,
    personnellement, j’enverrais le tout en pleine tronche !!!

    Il y a aussi par ailleurs des clercs qui offrent à Dieu le Très Saint Sacrifice au Nom du Christ sans communion avec un Bergoglio mais sont en revanche libéraux (ça nous rappelle entre autres une certaine étoile qui a perdu le nord près de Nîmes) hélas avec des clercs qui reconnaissent légitime la canonicité de l’élection à l’intronisation d’un Bergoglio comme pape catholique bien que ne jouissant pas du charisme sacramental de l’infaillibilité pontificale parce que ce dernier nonobstant hérétique notoire pré et post élection se réclame pertinace du conciliabule moderniste de vaticand’eux, (vous avez reconnu évidemment les perfides ricossaniens succédanés du non moins lefebvrisme enjôleur)

    Alors que faire !?

    Mon bien cher frère,

    de vaticand’eux acquis à son pouvoir de nuisance, le démon souille d’une manière ou d’une autre l’intégrité même du Sacrifice en l’exercice de l’Offertoire de « l’Oblatio munda » qu’il gâte subrepticement jusque dans les rangs des clercs indolents qui rejettent grosso modo le conciliabule moderniste afin de La rendre toujours moins pure, en cela plus « caïnne qu’abélienne » en tout cas beaucoup moins agréable à Dieu par de petits malins procédés vicieux, ainsi que judicieusement le rappellent fort opportunément les fameux dossiers édifiants de LHR (le diable se cache sans cesse incontinent dans les moindres replis et détails, c’est son domaine de prédilection, son intelligence supérieur non discursive sait très bien qu’on attaque toujours et détruit le tout en commençant par les détails et c’est plus vrai que jamais), en somme, tourne tout par respect humain d’une amitié ou sympathie ecclésiastique indigne à son profit contempteur jusqu’à circonvenir ces pauvres clercs Marchiset et Dolan qui ne voient aucune hérésie à dénoncer et condamner chez les feeneysistes ou  les ricossaniens avec qui ils frayent complaisamment… (« vous ne pouvez servir Dieu et Mammon…!??? »)

    Louis Hubert a traité de son mieux la question hautement délicate et casuistique de ceux qui psychologiquement faibles (entendre aussi spirituellement fragiles par défaut de vie intérieure sérieuse) ne peuvent humainement parlant supporter dans l’interminable durée de la traversé aride du désert spirituel, la privation manifeste de la communion sacramentelle eucharistique sensible,

    à ceux-là, dire en son particulier l’Ordinaire et le Propre soi-même (ou bien sinon entendre la messe en ligne d’un don Floriano par exemple et suivre la liturgie comme si vous étiez présent dans leur tabernacle près d’un chemin de fer bruyant)

    et conseille plutôt de s’abstenir d’offrir dans « l’Orate fratres : « Priez, frères, pour que mon sacrifice, QUI EST AUSSI LE VÔTRE, puisse être agréé par Dieu, le Père tout-puissant », le sacrifice plus ou moins compromis par le ministère indélicat de ces prêtres hétérodoxes dont nous venons de parler mais de leur demander et, c’est votre droit, la communion en dehors de la messe et ce n’importe quel jour, dimanche ou pas.

    Toutes proportions gardées, que valait donc bien le sacrifice d’un Talleyrand indigne nommé pour l’épiscopat par Louis XVI, prenant la chose à la légère grâce à sa naissance plutôt qu’à sa vocation, ordonné validement, investi validement, sacré validement et sacrifiant validement … schismatique, hérétique, apostat, il dit la messe devant 300 000 personnes le 14 juillet 1790, inhabituel à célébrer, montant sur le socle des degrés surélevant l’autel, il aurait dit à La Fayette : « Par pitié, ne me faites pas rire »
     

     
    J’espère Cher Jean-Marie avoir suffisamment répondu humblement à votre difficile question.
    Que Dieu vous appelle Son ami !
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 13, 2014

      La Providence, cher Jean-Marie vous tend ses perches sous les traits et les plumes des amis qui vous entourent et tentent (en y réussissant, je pense) de vous dé-montrer ce qu’est vraiment la religion et ce culte de latrie sans lequel le monde devient un enfer… Et que ce culte va bien au-delà de nos misérables personnes pécheresses et néantesques…bien au-delà de nos affects pervertis par le péché originel (et nos péchés personnels !)…bien au-delà des observances par trop formatées de réflexes et d’exigences automatisées par nos consciences amoindries et dévirilisées de ce siècle décadent…

      Vous allez pouvoir puiser dans les dires d’Omnibus tout ce qui peut entretenir chez vous une saine approche des problèmes sans mélanger les genres et les affects, dont il ne s’agit pas tant de gommer les incontournables effets (nous sommes et resterons éternellement des créatures incarnées) mais de les faire servir à la gloire de Dieu en les remettant à leur juste place et en leur assignant une parfaite finalité. Le vieil homme ne demande qu’à renaître sans cesse dès que nous arrêtons de prendre les remèdes qui seuls sont susceptibles de le re-plonger dans une bienheureuse léthargie. Ces remèdes sont connus : la foi, la prière, les bonnes œuvres de charité, une conscience épurée par la pénitence et l’étude, et surtout un amour à la fois intransigeant et sans limite pour le recherche de la vérité.

      Je partage avec notre ami Omnibus ses illusions perdues sur la pureté intellectuelo-affective de la plupart de nos prêtres. Quant à l’ensemble des fidèles catholiques, ils sont « spirituellement fragiles et/ou psychologiquement faibles » nous dit avec beaucoup d’acuité Omnibus.

      Qui ne se reconnaîtra peu ou proue dans ces deux expressions, l’honnêteté intellectuelle et morale étant les premières marches indispensables à une saine lucidité (= le contraire de l’aveuglement, volontaire ou pas !) ? Lorsqu’une âme n’a pas les bases essentielles qui lui apportent la Paix et l’Espérance, elle peut se gausser d’être forte psychologiquement mais sera emportée par le vent de la séduction infernale si sa spiritualité n’est pas à la hauteur de son challenge intellectuel et doctrinal (et c’est avec douleur que nous prenons acte de ce rappel d’Omnibus concernant l’Abbé Marchiset, par exemple…).

      L’illusion est en effet l’un des dangers qui guettent le plus souvent nos amis catholiques ; comme nous l’explique si bien Omnibus, le démon d’une intelligence très supérieure à la nôtre, repère très vite ces petits détails (dont on dit  trop souvent par boutade qu’il se loge dedans…) qui nous « accrochent » et nous lient, mêlant, en un chaudron infernal d’une  mixture de sorcier, qui consiste à saupoudrer d’affect, de piété et de raisonnements intellectuels tous nos petits volontarismes humains qui tendent toujours à voir le monde qui nous entoure non comme il est mais nous voudrions qu’il soit !… Il faut savoir que le démon se sert de tout, même des choses les plus nobles et les plus établies dans la Tradition immémoriale, pour les détourner à son seul profit (qui se résume à nous entraîner dans sa Révolte et donc à nous agréger à sa damnation éternelle), leur donnant facilement, par cette inversion qui est sa marque spécifique,  l’apparence du bien, le terreau « psychologiquement faible » et l’affect fragilisé par un passéisme et un ritualisme du passé des fidèles traditionalistes lui offrant alors comme sur un plateau d’argent, cette mortifère ILLUSION sans laquelle ne semble plus pouvoir vivre chrétiennement la plupart de nos contemporains… « Vous serez comme des dieux » semble être le message subliminal qui prédomine jusque dans nos milieux…… Alors que, dans l’absolu, nous devrions être sur la Croix (et en premier nos prêtres !) et nous couvrir de cendres…

      Et la « durée de la traversé aride du désert spirituel, la privation (toute relative !) manifeste de la communion sacramentelle eucharistique sensible » ajoutent encore leurs lots d’ILLUSIONS dans les rangs des catholiques de tradition…

      Lorsque les problèmes à résoudre deviennent si pesants, si grands, si complexes et semblent  impossibles à résoudre par les seules forces humaines, cela s’appelle…un CHÂTIMENT !!!

      Il serait néanmoins encore illusoire de penser que la créature n’a plus rien à faire et que c’est à Dieu de prendre le relais. Car le premier travail de cette même créature c’est de s’atteler à penser clair et marcher droit ! C’est un boulot harassant et à temps complet. Seule une petite élite intellectuelle et morale est capable de le mener à son terme. Ce qui ne veut pas dire que les autres doivent rester à la porte ! On peut penser clair même et surtout si l’on est rien du tout à condition de faire preuve d’une grande humilité et de s’en remettre sans cesse à la divine Providence. N’avoir jamais renoncé à marcher droit, selon son état, aide évidemment considérablement à trouver ou re-trouver ce penser clair… C’est parfois juste un manque d’information et de réflexion correctement orientée (au bon sens du terme !). Que de convertis l’ont été parce qu’un jour une âme prédestinée a placé sur leur route tel bon livre, telle étude capable d’illuminer leur intelligence de la foi ! Il y a bien sûr des âmes tordues, rétives à la vérité et, pire encore, de mauvaise foi constituée en habitus. Ne pas perdre son temps (au détriment des bonnes âmes) avec ces âmes-là en vaines discussions, mais leur prodiguer la charité de la vérité sous la forme de la prière et de l’admonestation selon les circonstances.

      Je note enfin la suggestion d’Omnibus de pouvoir communier en dehors de la Messe, notamment si l’on considère que la Messe n’est pas à la hauteur de l’oblation pure que l’on est en droit d’en attendre. Mais les prêtres sont-ils prêts à satisfaire cette légitime demande des fidèles ?

      Mais n’a-t-on pas aussi parfois mis un peu trop vite de côté, même dans nos milieux, les grâces attachées à la pieuse pratique de la COMMUNION SPIRITUELLE ?

      Comme vous le constatez, notre cher Omnibus a l’art et la manière de  rendre bavard et prolixe votre serviteur !

      J’espère n’avoir pas trop dit de bêtises et de n’avoir choqué personne…sauf ceux qui auraient éventuellement besoin d’être recadrés…ad majorem gloriam Dei !!!! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      Merci de votre patience !
       

  14. gg
    octobre 13, 2014

    Cher Omnibus,

    Votre intelligente et vraiment spirituelle incise sur le manque de prière (I.E. Office Divin) réveille en moi un thème qui m’est cher depuis plus de 30 ans : les deux faces d’un même Sacrifice : le « Sacrificium Crucis », et le « Sacrificium Laudis » ;

    En effet, j’ai été frappé – tout jeune – par le coté « utilitariste » d’une énorme majorité de fidèles : dès les années 60, qui ne voyaient en la Messe que le « moyen » d’obtenir la communion : en bref, Dieu est à leur service pour leur distribuer des douceurs ! D’où le fait que certains, dès les années 60, se barraient sitôt la communion reçue !!!

    Idem, cette erreur commune — même parmi les anti-libéraux — amateurs et pratiquants des exercices : « l’homme est fait pour louer honorer et servir Dieu, ET PAR CE MOYEN, sauver son âme » : Non et mille fois NON : « louer et honorer Dieu n’est pas un MOYEN, mais bien la FIN même de l’homme ! Son salut éternel n’en est que la conclusion logique…

    Bref, l’homme à tendance à autocentrer… au lieu de se « theocentrer »

    D’où cette manie de tous les hérétiques à renverser les choses, et à vouloir que la Liturgie, en ces deux grandes actions (Office Divin et Messe) qui n’en sont qu’Une : l’Offrande Du Fils à son Père, soit homocentrée plutôt que théocentrées !

    d’où, très « logiquement » qu’ils veuillent tout « comprendre » (vernaculaire, traduction de tout et traductions simplistes) et « jouir » de tout, par ressenti, émotion, « communion sympa entre potes, etc…) Chansonnettes, rondes, et tout le cirque… y compris avec nez rouges désormais !

     

    ALORS QUE, si nous considérons les choses en Vérité, la gravité de l’unique offrande du Fils à Son Père,  nous impose de comprendre que l’Office divin, et le Sacrifice de la Messe sont les deux faces d’une même offrande, et que nous le faisons pour honorer Dieu, dans l’offrande des mots même du Verbe (écriture Sainte qui constitue l’Office Divin) et de Son Corps (dans l’oblatio munda, non sanglante à l’autel !)

    De sorte qu’il n’est pas nécessaire que notre esprit comprenne chacun des mots psalmodiés, ni que notre cœur s’émeuve de la sublimité de chacune des divines considérations qui y sont contenues !

    D’où la NÉCESSITÉ du mystère, et l’indispensabilité d’une langue sacrée, réservée pour ces deux faces de l’unique Sacrifice ! Le latin pour les rites latins, le grec ancien pour les melkites, le slavon pour les byzantins, l’araméen pour le canon de la messe maronite, etc…

    Il s’en suit que l’on comprend mieux le mépris et l’abandon du sacrificium laudis par tous les hérétiques, à commencer par Luther, alors que la Sainte Église a toujours demandé un soin jaloux à ses clercs, dès leur tonsure, pour le célébrer, soit en particulier par le bréviaire, soit au chœur, comme toute église locale avait son « chapitre Cathédral » dont la fonction propre était (et devrait être !) ce « service public » (leyturgia : je ne sais pas écrire les caractères grecs…) qu’est l’Office Divin !

    Rappelons nous qu’en plusieurs endroits de la chrétienté (dont l’Abbaye de Flavigny) la « Laus perennis » a retenti pendant mille ans, chantant la Gloire de Dieu, Gratuitement !

     

  15. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 13, 2014

    Je vois avec grande satisfaction que le syndrome Omnibus ne touche pas que votre serviteur !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    Merci à gg pour toutes ses considérations dignes d’intérêt qui complètent très pertinemment celles d’Omnibus et de votre serviteur.   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    Ce que nous décrit gg au début de son message sur les années 60, n’est rien moins que ce que je nomme la mentalité (utilitariste)  de superstition liturgique et sacramentelle de beaucoup (trop) de fidèles. L’illusion est encore à la base d’une telle dérive… Le remède magique est ainsi une survivance du paganisme ancré au plus profond du vieil homme qui sommeille en chacun de nous… Il remplace alors le remède spirituel et surnaturel

    Mais en 1960, le ver était déjà largement dans le fruit !!!!!

    Il nous faudra revenir — de gré ou de force — à l’ADORATION qui est la clé et le remède à beaucoup de dérives subtiles et intimes de l’âme humaine.

    Saurons-nous présenter cette exigence à nos prêtres? La question est pendante…
     

    • Jean-Marie de la Salle
      Jean-Marie de la Salle lien permanent
      octobre 14, 2014

      Merci Omnibus, Charles et GG pour vos réflexions.

      J’ai noté la possibilité de communier en dehors de la Messe. Mais ça me mets mal à l’aise de communier en dehors de la Messe, dans mon passé de conciliaire ceux qui communiaient (au pain et non a NSJC,  pour qu’il n’y ait pas de malentendu) en dehors de la synaxe étaient les mal-portants, les infirmes.

      Bon ça c’est une réaction à chaud.

      En y réfléchissant bien c’est quelque chose qui peut se concevoir surtout la semaine. Le Dimanche non par contre.

      Après je ne dis pas ce que je ferai, je me laisse le temps de la réflexion.

      À vous trois, je vous souhaite de combattre le bon combat, un jour achever votre course et surtout garder la Foi.

       

  16. gg
    octobre 14, 2014

    J’ai oublié de préciser que cette dérive utilitariste des années 60 perdure de façon flagrante aujourd’hui, dans les chapelles « tradies », ou beaucoup de fidèles ne viennent pas pour adorer Dieu, mais pour recevoir les Sacrements, afin de se rassurer, et aussi pour se « sentir bien », avec une liturgie potable et tout le tralala décoratif et sentimental qui va avec !

    Ils ne se posent aucune question doctrinale ! C’est ainsi que beaucoup — notamment de ralliés — ne s’interrogent pas sur la validité du sacerdoce de leur prêtres, par exemple !

     

    Pour vu qu’ils aient : les sacrements, les beaux ornements, la belle chorale, les « catéchismes », le scoutisme… et tout cela : station service à proximité de la maison !!

    On est bien loin du « estote perfecti sicut Pater meus ! »

    J’essaye bien de les choquer en leur disant que la Foi nous impose de préférer l’oblatio munda, avec Messe basse dans une cave ou une grange, plutôt que le somptueux service avec diacre et sous diacres chamarrés au pinacle d’une cathédrale baroque, agrémenté d’une brillante chorale qui chante du Palestrina !

     

    Et Dieu sait pourtant, combien j’aime la belle architecture et la musique de contre-réforme !
     

  17. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 14, 2014

    Cher gg !

    Comme vous parlez d’or !!! Ce qui était parfaitement légitime dans une Église en ordre, ne l’est plus ou beaucoup moins dans une Église éclipsée ! Il va falloir sérieusement envisager de nous mettre sur la Croix, avant que les événements nous y conduisent …de force !
     

Les commentaires sont fermés.