Aller au contenu

L’Étrange Théologie d’un Étrange Dominicain

2014 mars 25

 

L’Étrange Théologie d’un Étrange Dominicain

 

« Après le concile Vatican II, l’Église est entrée dans le domaine de l’étrange.

« Étrange fut le Concile, car il n’a pas voulu être comme les conciles précédents un concile dogmatique, mais un concile pastoral [Cela c’est le rideau de fumée pour faire passer la nouvelle doctrine]. Refusant de définir des dogmes, il n’a pas bénéficié de l’infaillibilité [Un concile œcuménique légitimement convoqué et présidé par le pape EST infaillible]. Ses enseignements sont une suite de longs sermons étranges et ennuyeux [Nostra ÆtateLumen Gentium, Gaudiume et spes]. Il faut connaître l’histoire du Concile pour voir comment ce fut l’occasion pour une minorité soutenue par les papes conciliaires [Qu’est-ce qu’un pape conciliaire ? Qu’est-ce qu’un pape  qui impose une nouvelle théologie ?] d’imposer à l’Église une “nouvelle théologie”. Le but étant d’adapter l’Église au monde moderne issu de la Révolution et inspiré par la franc-maçonnerie.

« Les deux premiers papes postconciliaires (si l’on excepte l’éphémère pape Jean-Paul Ier) se sont occupés de propager cette doctrine conciliaire. Cela a donné l’étrange théologie de Jean-Paul II analysée par le professeur Johannes Dörmann, puis l’étrange théologie de Benoît XVI décrite par Mgr Tissier de Mallerais.

« Mais, comme les actions suivent les pensées [et les pensées suivent l’être], nous avons maintenant l’étrange pontificat du pape François. Le pape François est le premier pape qui n’a jamais célébré la messe traditionnelle, qui n’a pas connu, du moins comme prêtre, l’Église d’avant le Concile (il a été [douteusement pour ne pas dire invalidement] ordonné prêtre en décembre 1969). Il applique donc le Concile franchement, sans arrière-pensée, dans les faits. Il n’y a pas vraiment de hiatus entre le pape François [pas] Ier et ses prédécesseurs. Simplement il applique leur pensée[Il va même un peu plus loin, mais reste-t-il catholique celui qui déclare que son Dieu ne l’est pas et que Jésus-Christ est l’Incarnation de Dieu ? Et moi, je crois en Dieu. Pas dans un Dieu catholique, CAR IL N’EXISTE PAS DE DIEU CATHOLIQUE, il existe un Dieu. Et je crois en Jésus Christ, son incarnationJésus est mon maître et mon pasteur, mais Dieu, le Père, Abbà, est la lumière et le Créateur. Tel est mon Être. Dites-moi, sommes-nous si éloignés l’un de l’autre ?”]

L'étrange pontificat du pape-FrancoisExtrait de la préface L’étrange pontificat du pape François R.P. Pierre-Marie O.P.

Éditions du Sel des Bonshommes d’Avrillé


En résumé : l’étrange « pape » François applique l’étrange nouvelle théologie de l’étrange nouvelle église.

 

 

8 réponses
  1. charles
  2. Avatar
    ledogme lien permanent
    mars 25, 2014

    Comment peut-on soutenir que le concile n’est pas dogmatique, quand deux de ses principales encycliques sont elles-mêmes dogmatiques ?
     
    – Constitution dogmatique sur l’Église Lumen Gentium, promulguée le 21 novembre 1964, 
    – Constitution dogmatique sur la révélation divine Dei Verbum, promulguée le 18 novembre 1965.
     
    Constitution dogmatique, c’est écrit dedans, il suffit juste de lire le titre de ces textes.
     

    • Avatar
      François lien permanent
      mars 26, 2014

      C’est bien en cela que réside tout le vice de l’affaire : on commence par placer ses pions sous couleur de “concile pastoral”, et ni vu, ni connu, je t’embrouille : on farcit ensuite le conciliabule et ses suites de textes parfaitement dogmatique allant dans le sens de ce “pastoralisme” de pure façade. C’est du grand art. C’est l'”Art Royal” des francs-maçons. C’est l’histoire du loup couvert d’une peau de brebis. On les applaudit bien fort.

  3. charles
    charles lien permanent
    mars 25, 2014

    Eh ! oui ! cher Ledogme…le bon sens de la foi devient une denrée très rare chez les catholiques traditionalistes…. À force d’en avoir fait fi pendant près de 40 ans, ils ont le plus grand mal à le retrouver en 2014 ! Beaucoup d’ailleurs ne le retrouveront pas….car ils ont franchi la ligne rouge !

    • Edouard Marie Laugier
      Edouard Marie Laugier lien permanent
      mars 30, 2014

      Le juridisme prend le pas sur la Foi, le “bon sens” Catholique.
      Chez la frat comme chez les thésards du reste.

  4. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    mars 26, 2014

    Merci à Cave ne cadas d’avoir complété judicieusement mon petit commentaire dans le sens implicite.
    Il faudrait que le Père Pierre-Marie nous définisse le mot “étrange” et nous explique ce qu’est un “pape conciliaire”.
    Il est curieux de voir comment Madiran, de Nantes, Avrillé, et Mgr Lefebvre ayant en mains les éléments n’arrivent cependant pas à conclure.

  5. charles
    charles lien permanent
    mars 26, 2014

    Cher Ludovicus, vous écrivez Il est curieux de voir comment Madiran, de Nantes, Avrillé, et Mgr Lefebvre ayant en mains les éléments n’arrivent cependant pas à conclure.”
    Curieux sans aucun doute, mais pas du tout surprenant ! Car cette convergence que vous évoquez avec tant de justesse, est le fruit le plus visible du châtiment spécifique qui s’est abattu sur le traditionalisme défaillant et hérétique…et imbu de lui-même.
    Et si beaucoup d’entre nous, n’avions pu les voir, ces mauvais fruits, dans toute leur ampleur, depuis quelques décades, il ne fait plus aucun doute qu’ en 2014 il faille un aveuglement pertinace ou une insondable bêtise pour ne pas en percevoir  tous les ténébreux effets !

  6. Avatar
    ledogme lien permanent
    mars 26, 2014

    Chef, chef ! Les fidèles critiquent les nouveaux dogmes. Toutes ces nouveautés conciliaires, où est le vrai, le juste ? 
     
    Pas de soucis, on a les affaires en main. Il suffit de leur répondre “autre jour, autre dogme”, ou “vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà”, quelque chose comme ça. Ou alors pour les autres “nouveau dogme, mais interprété à la lumière de la tradition”. Vous saurez bien trouver.
     
    Oui, chef, pas évident tout ça, à expliquer.
     
    Mais c’est simple pourtant : deux dogmes contradictoires s’annulent, il ne reste plus que le pastoral.
      
    Oui, chef, il n’y a plus de dogme alors ?
       
    Mais si, voyons. Le seul dogme acceptable, c’est l’absence de dogme, érigée en dogme. Le relativisme bref, dans la foi, les rites, la discipline, les mœurs, etc. comme horizon indépassable de la nouvelle religion.
      
     Ah c’est plus claire comme ça, en effet.
     

Les commentaires sont fermés.