Aller au contenu

Chapitre Général de la FSSPX : “Sous controle” du commando allemand de Benoît XVI

2012 juillet 7

Alors que le Chapitre général de la Fraternité Sacerdotal Saint-Pie X (FSSPX) va s’ouvrir lundi, du 7 au 14 juillet, nous avons reçu la réflexions suivante d’un ami pharmacien, travaillant dans un laboratoire sur les neuroleptique. Il nous confiait que Mgr Fellay avec son sourire béat et son élocution (3 mots à la minute) présentait les symptômes d’une personne sous neuroleptiques :

Réflexions d’un laïc

Travaillant dans un labo sur les neuroleptique, je trouve que Mgr Fellay avec son sourire béat et son élocution (3 mots à la minute) présente les symptômes d’une personne sous neuroleptiques.

On peut supposer que, Mgr Fellay ne souhaitant pas rester dans l’histoire comme celui qui aurait la grave responsabilité de signer l’accord-apostasie détruisant la FSSPX, il a repoussé jusqu’à l’extrême limite la date de trahison, allant jusqu’au chapitre général de 2012, pour donner sa démission et ne pas se faire réélire.

Il est pensable alors que l’abbé Schmidberger lui succède et devienne LE traître officiel, après avoir été le traître officieux depuis longtemps et qui fut accusé, par Mgr Lefebvre, quelques jours avant sa mort de détruire son œuvre.

 

Le Chapitre Général de 1994 dans la cour du Séminaire d'Écône

 

* * *

Pierre LABAT dans Rivarol, n°3053, disait :

« (…)

Il n’est pas exagéré de dire que Mgr Fellay a été formé par l’abbé Schmidberger, dont il reste proche et qui n’hésite pas à le reprendre vivement quand les choses n’avancent pas à son goût.

L’abbé Schmidberger, issu d’une famille paysanne de Souabe, est aujourd’hui supérieur du district d’Allemagne de la FSSPX. Il a toujours gardé le contact avec le cardinal Ratzinger, dont il avait suivi les cours pendant ses études. D’après la rumeur, il enverrait chaque année des fleurs à son ancien professeur pour son anniversaire. Il avait joué un grand rôle lors des premières négociations de la FSSPX menées en 1988 par Mgr Lefebvre avec la Rome moderniste et apostate… représentée par le cardinal Ratzinger. Cette année-là Mgr Lefebvre signa un accord avec le cardinal qu’il renia le lendemain et procéda au sacre des quatre évêques ci-dessus.

Mgr Fellay, qui réside en Suisse allemande, aime à s’entourer de prêtres germanophones, comme son bras droit l’abbé Pfluger. En réalité, et alors même que la plupart de ses fidèles sont français, la FSSPX est dirigée par des Allemands.

L’abbé Schmidberger était présent lors de l’audience d’août 2005 au cours de laquelle Benoît XVI et Mgr Fellay ont mis en place les étapes du processus de ralliement de la FSSPX à l’église conciliaire. La brutale reprise en main de la FSSPX à laquelle nous assistons porte sa marque.

 (…)

Nous assistons à un hold-up sur l’œuvre de Mgr Lefebvre mené par le commando allemand de Benoît XVI. »

Pierre LABAT.

 

Réunion du chapitre général extraordinaire de la FSSPX, octobre 2011
Mgr Fellay, entouré des principaux responsables de la Fraternité Saint-Pie X à Albano (Italie)

 

Roger McCaffrey, ancien rédacteur en chef du magazine Latin Mass, quant à lui, déclarait le 8 juin au National Catholic Register qu’il :

juge tout à fait possible que le Pape consacre un cinquième évêque de la FSSPX, ce qui, selon lui, viendrait « solidifier » tout accord. La consécration d’un nouvel évêque, a-t-il dit, prouverait aux mécontents de la Fraternité la sincérité du Pape, mais aux yeux de ces mêmes personnes, l’évêque en question serait la vivante illustration de leur marginalité, dans la mesure où il dépendrait à la fois de Fellay et de Rome. McCaffrey estime que la présence d’un cinquième évêque garantirait la survie de la FSSPX en cas de décès de Mgr Fellay.

Le candidat favori de McCaffrey serait l’abbé Franz Schmidberger, Supérieur du District d’Allemagne de la Fraternité. « C’est quelqu’un qu’aucun mécontent ne peut critiquer en soi », a-t-il déclaré, ajoutant que ce « prêtre était Supérieur de la FSSPX en 1988, lorsque les autres évêques » – dont Mgr Fellay –« furent illégitimement consacrés par Mgr Marcel Lefebvre, fondateur de la Fraternité. »

Voila donc, la boucle est bouclée ! Et le hold-up sur l’œuvre de Mgr Lefebvre mené par le commando allemand de Benoît XVI serait achevé

 

* * *

 

Le journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung rapporte également que l’abbé Schimdberger a déclaré que : « (…) pour lui la nomination de Mgr Joseph Augustine Di Noia est “un bon signe”. Il fera avancer les choses selon les désirs du Pape (…) qui a approuvé la version du préambule présentée par Mgr Fellay en Avril. »

Schmidberger décrit la nomination de l’Américain Mgr Joseph Augustine Di Noia, mardi dernier, en tant que vice-président de la commission Ecclesia Dei comme un « bon signe ». Cette commission opère sous la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et est responsable pour le dialogue avec la FSSPX. Schmidberger suppose que Di Noia fera avancer l’affaire, selon la volonté du pape.

 
 

L’abbé Schimdberger “se fout pas mal” aussi de la validité du sacerdoce… car ce Monsieur Joseph Augustine Di Noia n’est rien d’autre qu’un laïc au yeux de l’Église Catholique ! (cf. son Pedigree sur www.catholic-hierarchy.org)

 

* * *

 

Nous avons reçu également par eMail, un autre commentaire :

Mgr Fellay n’a malheureusement pas les grâces d’état dans cette affaire

Voici un argument pour convaincre quelques prêtres et fidèles, qui posent comme argument principal : “Mgr. Fellay a les grâces, il est désigné par Mgr Lefebvre, il a les grâces d’état, il faut lui faire confiance”.
Réponse : Si Mgr Fellay procède en dehors de son mandat,  ce qui est prouvé ci-dessous, il n’a plus les grâces d’état. Et c’est très dangereux pour le bien commun dont il a la charge.
Preuve. Mgr Fellay procède en dehors de son mandat.

–  Chapitre de 2006 : sa motion et déclaration –

Selon la Tradition acceptée dans l’Église pendant toute son histoire, un Chapitre Général a les pouvoirs suprêmes dans une société de l’Église, il a plus de pouvoirs qu’un supérieur général, qui est élu par lui. Aucun membre d’une Société de l’Église ne peut arrêter une décision de son Chapitre Général, sauf un Chapitre Général Extraordinaire suivant. Ceci est une doctrine sure et certaine.
Le Chapitre Général de 2006 a déclaré de ne pas vouloir un accord pratique avec Rome sans accord doctrinal, et ses Actes (Cor Unum octobre 2006) donnent une Motion d’organiser un Chapitre Général Extraordinaire avant de traiter d’un accord concret avec Rome.

–  Menzingen  passe outre défense accord pratique –

Menzingen a manifesté ces derniers temps la volonté – sans mandat du Chapitre – d’accepter un accord pratique avec Rome sans accord doctrinal (même si cet accord est actuellement en discrédit). Menzingen a commencé de négocier avec Rome dans ce sens. Ce sont des faits publics.

–  Menzingen  passe outre le devoir de convocation d’un Chapitre Général Extraordinaire –

La Lettre Circulaire n° 2012 06 SP3 de Mgr. Fellay annonce la convocation d’un Chapitre Général d’Affaires (c’est une institution introduite par le Chapitre Général de 1994) qui aura lieu en juillet suivant.
Selon des juristes ce sont deux choses différentes :

– Un Chapitre Général d’Affaires
– Un Chapitre Général Extraordinaire

Donc  la conclusion est évidente :
Mgr Fellay et son conseil parlent et agissent clairement et publiquement, en deux point très importants pour la FSSPX et la Tradition de l’Église, contraires à une autorité supérieure (le Chapitre général extraordinaire de 2006) et ils n’ont par conséquence dans cette affaire pas les grâces d’état en agissant ainsi.

En effet on connaît l’arbre à ses fruits : une pagaille sans égale dans la FSSPX.

Ensuite, la Sainte Providence est intervenue et a apparemment mis des bâtons dans les roues de Menzingen, car on peut croire que Dieu s’occupe en Personne(s) de la Tradition qui est essentiel pour Son Église. En effet Rome a exigé récemment des anciennes conditions, qui sont inacceptables – même pour Mgr. Fellay.

Donc en ce moment toute négociation est arrêtée. Deo gratias.

Réparation

Il faudra également en justice que le Chapitre Général extraordinaire convoque S.E . Mgr Williamson.
S.E. Mgr Williamson est évêque et donc en tant que tel il est de droit capitulant (et pas de moindre importance, ayant les grâces du sacre).

A) D’abord le Chapitre Général ayant le pouvoir suprême, a le droit et le devoir de vérifier la décision de Mgr Fellay d’exclure Mgr Williamson.

I) Les faits :
a ) – Mgr Fellay a pris des positions contraires à l’autorité suprême dans la FSSPX.
preuve :
Mgr Fellay est favorable à et négocie sur un accord pratique sans accord doctrinal.
Sources :
– Introduction de Cor Unum Mars 2012
Dici Entrevue du 08 06 2012

Il n’y a pas de conversion de Rome à la Tradition :
Mgr Fellay : « Les autorités officielles ne veulent pas reconnaître les erreurs du Concile. Elles ne le diront jamais explicitement. Cependant si on lit entre les lignes, on peut voir qu’elles souhaitent remédier à certaines de ces erreurs… »

Mgr Fellay est d’accord avec un accord sans conversion :
« Certains prétendent que pour travailler “en sécurité” dans l’Église, il faut préalablement qu’elle soit nettoyée de toute erreur. C’est ce qu’on dit quand on affirme qu’il faut que Rome se convertisse avant tout accord, ou que les erreurs doivent d’abord avoir été supprimées pour qu’on puisse travailler. Mais ce n’est pas la réalité. Il suffit de regarder le passé de l’Église, souvent et même presque toujours, on voit qu’il y a des erreurs répandues dans l’Église. »

[Ces « certains » sont entre autres le Chapitre de 2006 (déclaration à la fin des actes).]

« Dans cette situation, présentée actuellement par certains comme une situation impossible, on nous demande de venir travailler comme l’ont fait tous les saints réformateurs de tous les temps. Bien sûr cela n’enlève pas le danger. Mais si nous avons suffisamment de liberté pour agir, pour vivre et nous développer, cela doit se faire. Je pense vraiment que cela doit se faire, à la condition que nous ayons suffisamment de protection. »

On a vu plus haut que c’était interdit par le Chapitre Général de 2006.

Évidence : En ceci, Mgr Fellay parle et agit contre le Chapitre Général Extraordinaire de 2006.

b) Mgr Williamson a défendu les positions prises par le Chapitre Général Extraordinaire de 2006 contre la désobéissance de Mgr Fellay à ce chapitre.

Ceci n’est donc pas une rébellion, ni d’en parler aux autres. Au contraire c’est un droit et un devoir de réagir contre les abus, surtout s’ils nuisent fortement au Bien Commun.
Matthieu, 18.15 : « Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. »  18.16 : « Mais, s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l’affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins. » 18.17 : « S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église ; »

B) Par conséquent le Chapitre convoque Mgr Williamson car son exclusion décidée par Mgr Fellay est invalide.

Prions pour la plus grande Gloire de Dieu, et le plus grand Bien de la FSSPX et des âmes.

Pour éviter d’autres injustices, des mesures de représailles a volonté, je signe
Grandamand de Lavérité

 

Pas de commentaires pour le moment

Les commentaires sont fermés.