Aller au contenu

La théorie de L’illumination finale versus “sainte” Faustine…

2013 novembre 22

Nous avons vu la « Fausse dévotion à la miséricorde divine ».

Sœur Lucie nous a dit que la Très Sainte Vierge Marie apparut à Fatima a dit dans son message que « le Rosaire et la dévotion à son Cœur Immaculé étaient les Derniers moyens de salut que Dieu donne aux hommes ».

Ce sont les derniers : sœur Faustine fait donc mentir la Très Sainte Vierge.

Dans les années 1950, la dévotion à la Divine Miséricorde fut supprimée et le journal de Sr Faustine apparaissait sur l’Index des livres interdits. Il ne fut réhabilité à travers le monde que par l’antipape Jean-Paul 2.

Rien que cela devrait très largement dissuader de cette fausse dévotion… Mais revenons maintenant sur une théorie fumeuse qui valu à Sœur Faustina la condamnation et la Mise à l’Index…

 

La théorie de L’illumination finale
vs “sainte” Faustine…

On désigne sous le nom d’illumination finale une théorie qui affirme que, au moment la mort, chaque homme reçoit une illumination spéciale de la grâce de Dieu qui lui permet de choisir entre Dieu et le mal, entre le Ciel et l’Enfer. Qu’en est-il ? Qu’en dit l’Église ? Qu’en dit la théologie ? S’agit-il du cas des enfants morts sans baptême, ou bien s’agit-il, pour l’adulte, de l’acceptation ou du refus de la masse des péchés qu’on a commis pendant la vie ?

Si l’on recherche des documents sérieux, force est de constater que la moisson est bien maigre. Très maigre même. Les théologiens anciens n’en parlent pas, seuls quelques modernes y font allusion, et le plus souvent à propos des enfants morts sans Baptême, et encore pour dire qu’on ne peut pas dire grand-chose, sinon que cela est contraire à la pensée constante de l’Église. On peut le voir, par exemple, dans l’ouvrage d’Albert Michel Enfants morts sans baptême, Paris Téqui, 1954.

 

De cette recherche, on peut tout de même tirer ce qui suit.

1. Cette théorie est gratuite. Rien, ni dans la sainte Écriture, ni dans le Magistère de l’Église, ni dans l’enseignement des Pères et des théologiens, ni dans la prédication des saints, rien ne permet d’affirmer qu’une telle illumination existe. C’est à ceux qui l’affirment d’en apporter un commencement de preuve ou de vraisemblance.

Si l’on se reporte à ce que dit saint Thomas d’Aquin de la mort et de ses circonstances, on voit bien qu’il n’y a aucune place pour cette illumination ni pour sa possibilité. Ainsi Contra gentes, IV, 91, 92, 93, 95.

2. Cette théorie est suspecte. Si le Magistère ne s’est pas directement prononcé, il y a tout de même des indications très nettes sur ce qu’en pense l’Église.

a] Voici ce qu’écrit José Ricart Torrens, “Du nombre des élus”, Nouvelles éditions latines 1965, page 127 :

Luis G. Alonso Getino« Le 5 mars 1936, le Saint-Office inscrivait dans l’Index des livres prohibés le livre de Luis G. Alonso Getino, “Del gran numero de los que se salvan y de la mitigación de las penas eternas” (Madrid, f.e.d.a., 1934).

« Le 6 mars 1936, l’Osservatore Romano commentait ainsi cette mise à l’Index :

« Cette condamnation mérite qu’on y attache une importance particulière et qu’on la signale tout de suite à l’attention des fidèles pour le tort très grave que pourrait leur causer la lecture du livre en question. Dans ladite publication, en effet, on s’inspire d’idées mises en vogue depuis quelque temps, surtout par des théologiens protestants ; en s’appuyant sur des arguments spécieux et des interprétations arbitraires de textes de la sainte Écriture et en citant certaines phrases prononcées par quelques Pères et Docteurs, on attaque à fond la claire et précise doctrine traditionnelle catholique sur l’éternité et la nature des peines de l’Enfer. Et comme si cela ne suffisait pas, on défend en outre, ex professo, dans ledit volume, une étrange théorie concernant une prétendue illumination spéciale que les âmes humaines recevraient de Dieu au moment de leur séparation du corps, et grâce à laquelle elles se convertiraient intimement et parfaitement au Créateur et seraient ainsi justifiées et sauvées.

« Il n’est pas nécessaire, certes, de beaucoup de paroles pour faire comprendre combien grave est le danger caché sous ces théories qui, non seulement n’ont aucun fondement dans la Révélation, mais sont même en contradiction avec elle et avec le sentiment commun de l’Église. »

 

 

b] Voici ce qu’écrit Albert Michel, “Doctrine et vie chrétiennes”, Berche et Pagis, Paris 1946, p. 310 :

« C’est donc, pour le moins, une grave témérité d’imaginer qu’aussitôt après la mort un répit normal, accompagné d’une illumination de la grâce, sera encore accordé au pécheur pour se convertir. Le concile du Vatican avait préparé la définition suivante : « Après la mort, terme de notre vie, il nous faut tous paraître immédiatement au tribunal du Christ… et après cette vie mortelle, plus de pénitence possible pour se justifier. »

Voici le texte exact auquel fait référence A. Michel :

« Post mortem quæ est viæ nostræ terminus, illico omnes manifestari nos oportet ante tribunal Christi, ut referat unusquisque propria corporis prout gessit, sive bonum, sive malum (II Cor. v, 10) ; neque ullus post hanc mortalem vitam relinquitur locus pænitentiæ ad justificationem. » [Mansi LIII, 175. Cité dans le “Dictionnaire de Théologie Catholique”, article Mort, col. 2494]

Le concile Vatican (“I”) ayant été interrompu par la guerre franco-allemande de 1870, ce texte n’a pu être présenté ni voté. Il n’est donc pas, par lui-même, un acte du Magistère. Mais il est une bonne expression de l’enseignement constant de la sainte Église catholique.

3. Cette théorie est néfaste. Elle entretient le pécheur dans une fausse sécurité, contrariant la motion intérieure de la grâce qui l’attire au repentir et à la conversion. Elle s’oppose à la prédication chrétienne qui doit rappeler à temps et à contretemps les fins dernières et leur gravité. En effet, très souvent, Dieu se sert pour convertir les pécheurs de la crainte salutaire qu’inspire son jugement, de la crainte d’être surpris par la mort dans l’état de péché.

Cette théorie vient donc désarmer voire anéantir l’œuvre de Dieu, en laissant le pécheur s’imaginer qu’il peut toujours repousser la grâce puisqu’il lui reste une dernière chance qui rachètera tout.

Il ne faut pas croire qu’on exalte la miséricorde de Dieu en imaginant un systématique repêchage in extremis. La miséricorde de Dieu est infiniment plus grande : c’est pendant le cours de la vie ici-bas qu’elle convertit, qu’elle sanctifie, qu’elle élève l’ancien pécheur aux sommets les plus sublimes de l’union à Dieu – qu’on se souvienne de sainte Marie-Madeleine – par une grâce qui transforme intérieurement, et répand la paix et l’édification ; elle n’encourage pas le péché ni ne contredit ses propres avertissements.

 

Gratuite, suspecte, néfaste… La théorie de l’illumination finale n’a aucune chance d’être vraie. Il faut bien vite oublier cette invention des hommes à propos de réalités qui leur échappent totalement et qu’ils ne pourraient connaître que par Révélation Divine. Il vaut mieux se convertir que se rassurer, il vaut mieux prier pour les pécheurs que de les tromper sur leur état. Soyons les instruments de la vraie miséricorde de Dieu, non pas les propagateurs des forgeries des hommes.

Source : http://www.quicumque.com/article-1743976.html (Abbé Hervé Belmont)

 


 

« Il reviendra dans sa gloire pour juger les vivants et morts ». Eh bien cela ne se passe pas qu’à la fin du monde. Cela se passe aussi à l’heure de la mort… !

Est-ce quelque chose qui vient d’être défini par le magistère ? Est-ce partagé par un grand nombre de théologiens, ou est-ce une conclusion qui reste encore marginale dans l’église ?

C’est une conclusion absolument marginale dans l’Église. Elle n’est soutenue que par une “sainte”, qui dit l’avoir vue : “Sainte” Faustine :

Faustyna« J’accompagne souvent les âmes agonisantes et je leur obtiens la confiance en la miséricorde divine. Je supplie Dieu de leur donner toute la grâce divine, qui est toujours victorieuse. La miséricorde divine atteint plus d’une fois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. À l’extérieur nous croyons que tout est perdu, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. Elle ne nous donne à l’extérieur, aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagit plus aux choses extérieures. Oh! Que la miséricorde divine est insondable.

Mais horreur ! Il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment rejettent cette grâce et la dédaignent. C’est déjà le moment même de l’agonie, mais Dieu, dans sa miséricorde, donne à l’âme en son for intérieur ce moment de clarté. Et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu. Mais parfois il y a des âmes d’une telle dureté de cœur, qu’elles choisissent consciemment l’Enfer. Elles font échouer non seulement toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, mais même aussi les efforts divins. » Journal de sœur Faustine, édition Hovine 1985, p. 542.

 

Jean-Paul II et le Christ-de-la-MisericordeJean-Paul II et Vatican II (d’Eux) :

Vous devez savoir qu’au nom de la scolastique, le Cardinal Ottaviani fit mettre à l’Index les écrits de Faustina KOWALSKA en 1959. L’Osservatore Romano commentait ainsi la mise à l’Index d’un autre, le père Getino (pour le même motif) :

« Cet ouvrage défend en outre, ex professo, une étrange théorie concernant une prétendue illumination spéciale que les âmes humaines recevraient de Dieu au moment de leur séparation du corps, et grâce à laquelle elles se convertiraient intimement et parfaitement au Créateur et seraient ainsi justifiées et sauvées. Il n’est pas nécessaire, certes, de beaucoup de paroles pour faire comprendre combien grave est le danger caché sous ces théories qui, non seulement n’ont aucun fondement dans la Révélation, mais sont même en contradiction avec elle et avec le sentiment commun de l’Église. »

Et que Faustina KOWALSKA fut “réhabilitée” et “canonisée” par Wojtyła-Jean-Paul II en 2000 sous le nom de “sainte Faustine”. Que dire de cette mise à l’Index ?

Qu’elle est un effet de la foi excessive en la synthèse scolastique qui affirme que rien ne se passe dans la mort, qu’elle n’est pas un « PASSAGE » mais un instant. En outre VATICAN II contient un dogme nouveau et manifeste en Gaudium et Spes 22, 5 qui illumine toute la théologie :

“Puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal.”

* * *

Faustina :

« 810. En rentrant dans ma solitude, j’entendis ces mots de Jésus : « Je défends chaque âme à l’heure de la mort comme Ma propre gloire. » »

C’est un combat qui dure depuis 60 ans. Dès 1959, la future “sainte Faustine” est mise à l’index des livres prohibés par le cardinal Ottaviani qui est un scolastique strict car, selon lui, elle défend l’illusoire possibilité de l’illumination à l’heure de la mort qui, faisant espérer un salut au dernier moment, enlève la salutaire crainte de l’enfer. Sr Faustine sera retirée de l’index en 1983 par l’antipape Jean-Paul II car “on avait mal interprété les conséquences de ses dires.”
“Loin d’enlever la peur de l’enfer, ce qu’elle dit change la raison de cette peur. On ne doit pas craindre l’enfer à cause de Dieu (qui propose à tous son salut) mais À Cause de Soi car, face au Christ, notre égoïsme et nos péchés accumulés nous pousseront à mépriser son salut.”

 

L’histoire de sainte Faustine mise à l’Index des livres interdits

D’après Arnaud Dumouch (conciliaire convaincu Pro-V2)

Faustine Kowalska fut mise à l’index par le Saint Office à cause de ses œuvres suspectes d’hérésie. Elle est dans la ligne d’un certain Luis G. Alonso Getino : Le 6 mars 1936, l’Osservatore Romano commentait ainsi cette mise à l’Index de Luis Getino :

« Cette condamnation mérite qu’on y attache une importance particulière et qu’on la signale tout de suite à l’attention des fidèles pour le tort très grave que pourrait leur causer la lecture du livre en question. Dans ladite publication, on défend en outre, ex professo, dans ledit volume, une étrange théorie concernant une prétendue illumination spéciale que les âmes humaines recevraient de Dieu au moment de leur séparation du corps, et grâce à laquelle elles se convertiraient intimement et parfaitement au Créateur et seraient ainsi justifiées et sauvées. Il n’est pas nécessaire, certes, de beaucoup de paroles pour faire comprendre combien grave est le danger caché sous ces théories qui, non seulement n’ont aucun fondement dans la Révélation, mais sont même en contradiction avec elle et avec le sentiment commun de l’Église. »

Michel Sopocko

Michel Sopoćko
fait « Bienheureux » le 28 septembre 2008 à Rome par Benoît XVI

Les œuvres de Faustine ont été mises à l’index en 1959 par Jean XXIII. Avant 1966, les visions de Jésus ou de Marie nécessitaient l’approbation du Saint-Siège avant d’être rendue publique. Après une tentative avortée de convaincre le pape Pie XII de signer une condamnation, le cardinal Alfredo Ottaviani du Saint-Office a inclus ses livres sur une liste qu’il a présenté à Jean XXIII en 1959. Jean XXIII a signé le décret qui a placé ses œuvres dans l’index des livres interdits et ils y sont restés plus de 20 ans. Le Père Sopoćko a été durement réprimandée, et tout son travail a été supprimé. Toutefois, Mgr Eugeniusz Baziak (vrai évêque 1890-1962), l’archevêque de Cracovie (en 1950 ; c’est aussi Mgr Baziak qui a consacré Karol Wojtyła évêque en 1958), a permis aux religieuses de maintenir l’image du Christ miséricordieux dans leur chapelle pour que ceux qui voulaient continuer à prier avant de pouvoir le faire. Le motif de cette mise à l’index n’a jamais été précisé par le Saint Office mais on suppose que c’est dans la ligne de celle du Père espagnol Getino sur l’illumination finale dans la mort. “Canonisée” par Wojtyła-Jean-Paul II le 30 avril 2000, “sainte” Faustine Kowalska est avec Marthe Robin, une de celle qui “voit de ses yeux”, la mort comme un passage… Sr Faustine est donc « réhabilitée » et, dès 1985, dans l’édition en Français de son « Petit journal », il est écrit :

« En présentant ici l’édition du Petit Journal de Sœur Faustine Kowalska, j’ai pleine conscience de présenter un document de la Mystique catholique d’une valeur exceptionnelle, et cela, non seulement pour l’Église de Pologne, mais aussi pour l’Église universelle. Il s’agit de l’édition critique et authentique (digne de foi) faite par la Postulation de la cause de Sœur Faustine, sous la compétence territoriale de l’Archevêché de Cracovie. Le Petit Journal dont le contenu concerne la dévotion à la Miséricorde Divine est devenu ces derniers temps extrêmement actuel pour deux raisons. Premièrement, parce que la Congrégation de la Doctrine de la Foi a annulé, il y a deux ans (1983), les griefs et les réticences soulevés jadis par la Congrégation du Saint-Office contre les écrits de Sœur Faustine ; cette annulation de la Notification a eu pour résultat le renouveau de la Dévotion à la Miséricorde Divine sur tous les continents, dévotion présentée dans le Journal mentionné, ce que confirment sans cesse les témoignages qui parviennent à la Postulation et à la Congrégation à laquelle appartenait Sœur Faustine. […] Rome, le 20 décembre 1980 Andrzej Maria Deskur Archevêque »

 

Marthe Robin aussi a “enseigné” explicitement cette théorie : Marthe Robin insistait souvent sur cette « durée » du temps de la mort. Le père Maurice de Lesseps osb, moine de Fontgombault, rapporte le témoignage suivant (mai 2007) :

« Le neveu d’un de mes amis religieux (un confrère du Père André Rannou des Missions Étrangères de Paris), mourut dans un accident de la route dans des circonstances troubles, à la sortie d’une boite de nuit. Son oncle était fort inquiet pour son salut, et pensait qu’il était damné. Et voici le témoignage qu’il me rapporta. Il se rendit pour une retraite au foyer de charité de Châteauneuf de Galaure. Vers la fin de la semaine, on le prévint que Marthe voulait le rencontrer. Il se rendit donc dans sa chambre, mais avec une certaine défiance, étant naturellement prévenu contre le merveilleux. Or Marthe, qui était d’origine rurale, lui parla durant tout l’entretien de la nature, des travaux agricoles. Il voulut brusquer la fin de l’entretien et se leva pour prendre congé. Alors Marthe lui dit ceci :

« Vous savez, Père, l’âme reçoit une grande lumière au moment de la mort. Et peu d’âmes disent non à Dieu, surtout parmi les jeunes. » Mon ami prêtre est sorti de la chambre assez bouleversé. »

Il y a des dizaines de témoignages de ce genre. Cette hypothèse (qui n’est pas la foi) a été, 4 ans après sa publication, proposée à titre d’hypothèse à l’église Conciliaire par l’antipape Benoît XVI, qui reconnait que c’est une nouveauté dans l’ “Eglise” :

« 47. Certains théologiens récents sont de l’avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec le Christ est l’acte décisif du Jugement. Devant son regard s’évanouit toute fausseté. C’est la rencontre avec Lui qui, nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes. Les choses édifiées durant la vie peuvent alors se révéler paille sèche, vantardise vide et s’écrouler. Mais dans la souffrance de cette rencontre, où l’impur et le malsain de notre être nous apparaissent évidents, se trouve le salut. Le regard du Christ, le battement de son cœur nous guérissent grâce à une transformation certainement douloureuse, comme « par le feu. » Cependant, c’est une heureuse souffrance, dans laquelle le saint pouvoir de son amour nous pénètre comme une flamme, nous permettant à la fin d’être totalement nous-mêmes et avec cela totalement de Dieu. Ainsi se rend évidente aussi la compénétration de la justice et de la grâce : notre façon de vivre n’est pas insignifiante, mais notre saleté ne nous tache pas éternellement, si du moins nous sommes demeurés tendus vers le Christ, vers la vérité et vers l’amour. En fin de compte, cette saleté a déjà été brûlée dans la Passion du Christ. Au moment du Jugement, nous expérimentons et nous accueillons cette domination de son amour sur tout le mal dans le monde et en nous. La souffrance de l’amour devient notre salut et notre joie. Il est clair que la « durée » de cette brûlure qui transforme, nous ne pouvons la calculer avec les mesures chronométriques de ce monde. Le « moment » transformant de cette rencontre échappe au chronométrage terrestre – c’est le temps du cœur, le temps du « passage » à la communion avec Dieu dans le Corps du Christ.[39. Cf. Catéchisme de l’Église catholique, nn. 1030-1032.] Le Jugement de Dieu est espérance, aussi bien parce qu’il est justice que parce qu’il est grâce. S’il était seulement grâce qui rend insignifiant tout ce qui est terrestre, Dieu resterait pour nous un débiteur de la réponse à la question concernant la justice – question décisive pour nous face à l’histoire et face à Dieu lui-même. S’il était pure justice, il pourrait être à la fin pour nous tous seulement un motif de peur. L’incarnation de Dieu dans le Christ a tellement lié l’une à l’autre – justice et grâce – que la justice est établie avec fermeté: nous attendons tous notre salut « dans la crainte de Dieu et en tremblant » (Ph 2, 12). Malgré cela, la grâce nous permet à tous d’espérer et d’aller pleins de confiance à la rencontre du Juge que nous connaissons comme notre « avocat » (parakletos) (cf. 1 Jn 2, 1). »

(Extrait de l’encyclique « Spe Salvi » du 30 novembre 2007 : http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben-xvi_enc_20071130_spe-salvi_fr.html)

(Voir aussi sur Ratzinger- Benoît XVI : Le purgatoire existe. Et il brûle par Sandro Magister : http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/1346327?fr=y)

Des théologiens thomistes pensent que cette thèse met trop en avant la miséricorde de Dieu et pas assez le risque de l’enfer. Le risque de l’enfer est grand, surtout pour celui qui joue avec le péché en croyant s’en tirer à bon compte. « Le Christ propose son salut à tout homme », comme l’indique ce “nouveau dogme” de Vatican d’Eux (Gaudium et Spes 22, 5). Mais beaucoup (plus qu’on ne le pense !) n’ont que mépris devant sa Parousie. Car son apparition est humble. C’est celle d’une gloire crucifiée. En comparaison, pour l’orgueilleux, la gloire de Lucifer et du monde de liberté solitaire qu’il propose est attirante…

Grâce à “sainte Faustine de Vatican d’Eux”, la question de la damnation est bouleversée ! Si le Christ fait tout pour sauver l’âme à l’heure de la mort, alors la parole de Jésus devient vraie pour EUX :

Matthieu 12, 31 « Aussi je vous le dis, tout péché et blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera pas remis. Et quiconque aura dit une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera remis ; mais quiconque aura parlé contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera remis ni en ce monde ni dans l’autre. »

Ce ne sont pas de sujets vains… Ils posent la question de la manière dont Dieu propose son salut à tout homme puisque cette vérité ancienne, définie par Vatican d’Eux en GS 22, 5, supprime définitivement l’opinion scolastique de la damnation éternelle des enfants morts sans baptême mais aussi des païen, des musulmans, etc. bref de tous ceux qui arrivent à la fin de leur vie sans la vie de la grâce…

Vatican II (d’Eux) : “Puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal” (Gaudium et Spes n° 22, 5)

 

D’après un illuminé : « Arnaud Dumouch » et sa “Thèse de l’Illumination à la Mort” dans “Les archives du Forum Catholique”…

À suivre…

 

115 réponses
  1. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    novembre 23, 2013

    L’illumination finale est une clairement une hérésie extrêmement pernicieuse. La responsabilité de ceux qu la diffusent est grande « Dumouch and co » (qui la tient, sauf erreur, de Marthe Robin). Le Christ veut le salut de tous les hommes, son sacrifice suffit au salut de tous, Dieu ne veut pas la perte des vivants, mais la dignité de l’homme réside dans son libre-arbitre capable, pour son malheur, de refuser la lumière, les ténèbres ne l’ont pas reçu. Tout homme venant en ce monde est doté, par le Créateur, de la lumière naturelle de la raison et du devoir de chercher le Seul vrai Dieu et de l’adorer. Toute la Création témoigne du Créateur, c’est pour cela, dit l’Apôtre, qu’ils sont sans excuse. Celui qui croit est sauvé, celui qui ne croit pas est déjà condamné, nous dit la Vérité incarnée. Toutes les voies du Seigneur sont Miséricorde et Vérité. Comment pourrait-il être sauvé celui qui méprise la Miséricorde divine, la Vérité de sa Charité ? Toute la vie ici-bas nous est donnée pour acquérir celle du ciel, en combattant le vieil homme, la chair et sa concupiscence et l’Ennemi du genre humain avec le secours du Christ.
     

  2. Vinkentios lien permanent
    novembre 23, 2013

    Faustine est une fausse prophètesse, une hérétique acharnée.

  3. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 23, 2013

    J’ai connu un vieux monsieur, fidèle d’une chapelle « semper idem », qui croit fermement à cela.
    Notre Seigneur apparaitrait d’une manière plus solennelle encore au moment de la mort, disait il.
    Il est exact que l’idée est réconfortante, surtout lorsqu’on a toute une famille complètement païenne et qu’on se fait des sueurs froides sur leur destinée Éternelle.

    Mais ce n’est hélas pas crédible du tout :

         1/ D’une part c’est trop facile : à ce compte là je rentre en loge, je gagne plein de pognon, je vis comme un patachon, je vole, je tue, et au moment de la mort hop je me repent et c’est gagné.
         2/ De plus comme appliquer cela à ceux qui meurent dans le sommeil, ou mieux d’une mort subite, comme par exemple accident de voiture ou tête tranchée nette ?

         3/ À quoi sert le mot épreuves ….

    Non vous avez raison de faire cet article, et je vais l’imprimer et l’envoyer à certaines personnes.
     

    • beta françois lien permanent
      novembre 23, 2013

      Pas crédible l’absolution de Jésus à Dismas, ce « patachon » de « voleur » et « d’assassin » ? Trop facile, en effet : un petit coup de contrition parfaite et « hop », au ciel. Seriez-vous envieux ?

       

  4. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 23, 2013

    Il est indéniable que Notre-Seigneur apparait à certaines personnes au moment de la mort, juste avant que l’âme ne soit séparée du corps. Mais attention ! Cela n’est ni automatique ni n’entraîne obligatoirement l’acquiescement de l’âme au salut qui lui est proposé. Dans ces cas il ne s’agit donc pas d’une illumination finale mais plutôt d’une « tentative finale de rattrapage in extremis »…
    Le Père de Chivré O.P. racontait qu’il avait assisté aux derniers instants de la femme d’un très haut franc-maçon.
    Cette femme refusait obstinément les derniers sacrements et affirmait au Père qu’elle avait beaucoup lu, qu’elle connaissait beaucoup de choses, etc… Peu de temps avant sa mort, le Christ lui est apparue et le Père a été le triste témoin d’un refus final !!! Il a vivement reproché à son mari, le très haut FM, l’influence mauvaise qu’il avait eu sur son épouse en lui déclarant : « si votre femme est en enfer, ce sera de votre faute ! »
    Cette extrême sollicitude de Notre-Seigneur pour les âmes en grand danger de perdition éternelle ne saurait en effet nous rassurer sur le sort final de telles âmes. Dieu respecte jusqu’à l’extrême limite notre liberté et n’entend forcer quiconque à l’aimer si ce n’est de notre propre mouvement.
    On peut en conclure que le poids des fautes non repenties et l’obstination orgueilleuse dans le refus de la miséricorde de Dieu produisent plus sûrement « la perdition finale » que le contraire….
    Veillons donc à nous mettre dans de bonnes dispositions d’esprit bien avant notre décès et demandons à Dieu de nous accorder la grâce d’une bonne mort, grâce qui n’est accordée ni automatiquement ni à ceux qui, leur vie durant, se sont obstinés dans l’impiété et le mépris de Dieu.
     

    En définitive, si illumination finale il y a, il semblerait plus logique de dire qu’elle est réservée aux saints et à tous ceux morts en odeur de sainteté. Mais ce n’est qu’une opinion personnelle………

     

  5. Louis-Hubert REMY
    Louis-Hubert REMY lien permanent
    novembre 23, 2013

    Tous les saints enseignent que généralement l’on meurt comme l’on vit.

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      novembre 23, 2013

      « L’arbre tombe du côté où il penche »… c’est plus cohérent en effet.

  6. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    novembre 23, 2013

    L’illumination finale n’est pas de foi, elle ne fait pas partie de la Révélation. La mort subite a toujours été considérée comme un châtiment. La Révélation nous enseigne qu’il faut être en état de grâce au moment même de la mort. Veillez et priez car vous ne savez ni l’heure, ni le jour. La vie éternelle c’est la connaissance (et la charité qui en découle) du Christ et l’adhésion à son message. « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie ; mais la colère de Dieu demeure sur lui. » Jn 3, 36.
     Qu’il existe des cas ponctuels, n’en fait pas une règle, la règle c’est que le salut est implicitement proposé à tout homme.
    L’on meurt pas forcément comme l’on vit, il y a l’exemple de saint Dismas, le bon larron, pour que personne ne désespère, jusqu’au dernier moment l’on peut se convertir, mais faut-il encore le vouloir.

     

    • Martial lien permanent
      novembre 23, 2013

      Cette croyance en tant que THÉORIE  n’est pas seulement « gratuite », mais elle est négatrice ; 
      elle n’est pas seulement « suspecte », mais elle est fausse ;
      elle n’est pas seulement « néfaste », mais elle est trompeuse !
       

  7. Charles
    Charles lien permanent
    novembre 23, 2013

    Merci, cher Louis-Hubert, Dieu vous a donné le don de la concision ! Amitiés.

  8. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    novembre 23, 2013

    Cet Arnaud Dumouch, est un meurtrier, un assassin qui ne mérite que la … Il répand la théorie sur Internet ce qui fait une large audience auprès des conciliaires. À l’époque ou j’étais dans les ténèbres je discutais de cette théorie fumeuse avec un charismatique et il me disait que c’était logique car ça donnait sa chance surtout aux païens. J’étais estomaqué, je n’avais pas su quoi répondre.
     
    M. Remy a raison de nous rappeler l’enseignement des saints ce qui nous donne une piqure de rappel, conformons nos vies à la Volonté Divine si nous ne voulons pas être surpris au jour de notre Jugement.
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      novembre 23, 2013

      Exactement cher JM, il y a des assassins avec qui on ne discute pas.

    • novembre 24, 2013

      C’est bien ce que disait le Christ : « SOYEZ PARFAITS COMME VÔTRE PÈRE CÉLESTE EST PARFAIT ».
      Pour vaincre le péché il ne faut pas pécher soi même.

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        novembre 24, 2013

        En fait j’avais pas fini ma phrase :
         
        On ne discute pas, on les liquide, où on demande à Dieu Sa Justice.

  9. beta françois lien permanent
    novembre 23, 2013

    Bonjour.
    Il ne s’agirait pas, dans le cas de cette « illumination » d’un pécheur formel qui penserait : je pèche un max, je me repentirais à ma mort. Comment un catholique peut-il dire une chose pareille ?
    Il pourrait s’agir d’un pécheur « matériel » qui ne réunirait pas les 3 conditions qui font que notre péché nous sépare absolument de Dieu. Auquel cas, ce dernier se trouverait dans la totale vision de Dieu à propos de sa vie et ce, cette fois, dans les 3 conditions qui font que l’on connait absolument l’état de son âme.
    Pour ces âmes là, pouvoir se jeter au purgatoire jusqu’à la fin du monde serait typique de l’infinie miséricorde de Dieu.
    Auriez-vous dans ce cas quelque reproche à faire à Dieu, vous qui avez (peut être) travaillé dur tout le jour ?
    Nous n’avons certes pas besoin ce ce genre de révélation pour nous sauver, le dépôt de la foi suffit. Mais une « illumination » sur l’état de nos langues serait pour certains, peut être, un jour pas mal venue.
    Merci de nous faire réfléchir.
     
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      novembre 23, 2013

      ET c’est reparti dans les délires matérialliter du vieux gourou laïc Bontemps.

      Un pécheur « matériel » n’est pas pleinement responsable de ses crimes.
      Les apostats du Vatican qui se prétendent être sa hiérarchie, le sont pleinement et en connaissance de cause …

      • beta françois lien permanent
        novembre 23, 2013

        Seul le péché mortel sépare de Dieu.
        Qu’est-ce que le péché mortel ?
        Le péché mortel est une désobéissance à la loi de Dieu
             1) en matière grave,
             2) commise avec pleine advertance et
             3) consentement délibéré
        (leçon de doctrine chrétienne, classe de 8°).

        En voilà encore un qui sonde les reins et les cœurs. Heureusement que lorsque je ne réunissais pas ces 3 conditions (de l’âge de 3 à 33 ans) vous n’étiez pas aux commandes des foudres de Dieu :-)

         

        • Edouard-Marie Laugier
          Edouard-Marie Laugier lien permanent
          novembre 23, 2013

          Le péché matériel c’est le fait de ne pas savoir qu’on pèche, de bonne foi. N’allez pas nous dire que les renégats du Vatican sont de bonne foi et n’ont pas la connaissance des péchés-hérésies qu’ils formulent.

          • beta françois lien permanent
            novembre 24, 2013

            Cher monsieur, soit vous êtes un saint, soit vous n’avez jamais été en état de péché matériel. Soit les deux ? Allez, cherchez un petit peu, à moins que vous ne soyez bien jeune, il y a bien une période de votre vie ou vous avez été livré à vous même et ou vous étiez en « déficit de grâce », pour reprendre une expression du Père Gruner à propos justement des « renégats » du Vatican. Pour vous aider dans votre examen de conscience, ce père indique que pour n’avoir pas révélé le 3° secret de Fatima, l’immédiat châtiment, avant celui matériel, mentionné dans le secret est celui spirituel : aveuglement et désorientation. Ce qui est précisément la définition du péché matériel. Donc, oui, monsieur, je viens tranquillement vous dire que  « les renégats du Vatican peuvent être de bonne foi et peuvent ne pas avoir la connaissance des péchés-hérésies qu’ils formulent ».

            • Edouard-Marie Laugier
              Edouard-Marie Laugier lien permanent
              novembre 25, 2013

              Monsieur,

              Vous êtes hors sujet.
              L’état de péché matériel concerne ceux qui ne savaient pas, de bonne foi, que telle chose est un péché.
              Par ignorance non coupable, par manque de compréhension, par inattention.
              Le cas des renégats est absolument pas celui du péché matériel.
              Ils ne peuvent pas y prétendre et ce pour plusieurs raisons évidentes : 

              – Leur niveau de connaissance (archevêque, évêque, prêtre, ou, pour le dernier, ayant été au séminaire donc formé un minimum)
              – Le temps pendant lequel ils sont restés dans leurs erreurs, et pendant lequel Dieu, qui ne prend personne en traitre, les a nécessairement éclairés.
              S’ils étaient déjà aveuglé et donc insensibles aux lumières de Dieu, c’est que précédent ils avaient déjà renié la Foi, ce qui explique leur aveuglement châtiment.
              – Le fait qu’ils aient été prévenu de leurs erreurs par une opposition qui, quoi qu’imparfaite, possède au moins le mérite d’avoir été publique et répétée (pas d’ignorance possible genre papou perdu dans la jungle) et de pouvoir à tout le moins les faire réfléchir, ce qu’ils auraient du faire s’ils étaient de bonne foi.
               

              • beta françois lien permanent
                novembre 25, 2013

                On se demande à quoi sert de poster des commentaires, s’ils ne sont pas lus. Je recommence en le disant autrement. Vous vous posez en juge au lieu de vous en tenir aux constats et de laisser les conclusions s’imposer.
                Si vous aviez l’humilité et l’intelligence d’interroger la situation de l’Église dans les larmes et le sang de vos 2 genoux (en gros si vous saviez vous taire 5 minutes et accepter de souffrir un peu sans gémir) l’Esprit Saint vous décillerait de vos dangereuses certitudes et éteindrait le feu de votre zèle arrogant.
                Au lieu de cela, vous n’écoutez que vos sentiments et ne vous fiez qu’à vos sens. Votre seule façon d’asseoir votre hétérodoxe thèse, c’est de faire un jugement au for interne, ce qui est formellement (et non matériellement) proscrit dans l’Évangile. Ce qui juge d’emblée et d’autorité votre thèse et votre intelligence de la situation de l’Église, au temps du mystère d’iniquité.  Vous ne pouvez juger que le for externe. C’est la règle du jeu imposée par Dieu. Tenez-vous y avec rigueur. Si vous acceptez ce genre de crucifixion de votre intelligence, ce qui est le suprême honneur que Notre Seigneur fait à Ses élus, alors vous saurez que c’est par Ses blessures que nous sommes guéris et par Sa mort ignominieuse que nous sommes sauvés. Mais vous menez un tout autre combat. (redoutablement inspiré par Satan)
                Celui qui vous met hors de cette « abominable » Église. Il n’est pas nécessaire de vous diviser de cœur. Vous séparer de Ses péchés – matériels (c’est de foi) suffit. Parce que vous, vous savez. Vous pécheriez donc  formellement. Vous avez échappé, vous Mr Laugier …au « séminaire ». Il ne vous a été demandé que de sauver votre âme, non celles du troupeau.
                « Le cas des renégats est absolument pas celui du péché matériel » ? Voire ! Réserver son jugement est la seule attitude prudentielle pour ne pas pécher contre l’Esprit Saint. Assistez (tous les jours) à la crucifixion et à la mort de l’Église comme un fils ou comme une Mère, non comme un désespéré ou un excité. Debout, en silence. En méditant d’abord tout cela dans votre cœur, non en épousant adultèrement des solutions faciles. En vous occupant d’abord de prier avec larmes et en évitant de pécher, ce qui est le contrat principal de notre devoir d’état en cette fin des temps. A Dieu tout honneur, toute puissance et toute Gloire.

                • Edouard-Marie Laugier
                  Edouard-Marie Laugier lien permanent
                  novembre 25, 2013

                  Si vous faites des messages aussi inutiles que longs, ne vous étonnez pas de perdre votre temps.
                  Il n’a jamais été question de juger autrement qu’au For Externe, c’est en dire avec les éléments factuels, permettant de constater, de voir, de comprendre, et que sais-je, que les renégats du Vatican sont des apostats.
                  J’ai expliqué la chose dans mon précédent message, je vous laisse le relire avec un peu d’honnêteté car VOUS votre présupposé de départ c’est que nous ne pouvons pas avoir à faire à des apostats.
                  Et … pourquoi pas ?

                  Car en effet si moi, simple laïc, qui ne fait pas le séminaire, je comprend parfaitement que les enseignements de Vatican II (d’Eux) opposés à ceux de l’Église Catholique, sont hérétiques, comment eux, bien plus élevés en dignité (sacerdoce etc.) et doc en formation (séminaires) ne peuvent ils pas le comprendre ?

                  À moins que …
                   

                  • beta françois lien permanent
                    novembre 25, 2013

                    Vous n’entendez pas quand je fais court, vous n’entendez pas quand je fais long. Essayons de faire court à nouveau : « Père, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Allo ? Les 3 conditions qui font un péché formel ? Allo ? Il y a quelqu’un ?

                  • beta françois lien permanent
                    novembre 25, 2013

                    Pardonnez-moi. Il n’est pas possible qu’une personne enseigne une autre personne. C’est le Saint Esprit qui enseigne à condition de n’être pas déjà plein… de certitudes. Je suis d’accord qu’au for externe nous avons affaire à des hérétiques. Calmez-vous, retenez votre jugement encore un peu. Et reprenez les fondamentaux de la foi. Il n’y a qu’une solution raisonnable et même si cela vous est insupportable acceptez-la : la hiérarchie apostolique (celle à qui Notre Seigneur a dit : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps ») ne peut pécher QUE matériellement. La foi nous oblige. Une fois cela admis, poursuivez votre raisonnement.
                     

                    • Edouard-Marie Laugier
                      Edouard-Marie Laugier lien permanent
                      novembre 26, 2013

                      La hiérarchie (sic) ne peut pécher que matériellement (sic)

                      Autrement dit les renégats du Vatican seraient matériellement la hiérarchie (sic) malgré le fait qu’ils ne professent plus la Foi Catholique (mais une autre !!!! ) donc ils ne peuvent pas pécher formellement mais uniquement matériellement, sinon ils ne seraient plus la hiérarchie matérielle (sic) ….. et la thèse s’écroulerait définitivement.

                      Du Bontemps tout craché. Le malfaisant a fait des dégâts décidément dans les âmes.

                      Et si vous partiez tout simplement d’un postulat Catholique …. ??
                       

                  • Fert Fert Fert
                    Fert Fert Fert lien permanent
                    novembre 25, 2013

                    Je suis d’accord avec vous Édouard , ces gens là savent parfaitement ce qu’ils font !!! au moins pour la  « haute hiérarchie », il y en a peut-être qui sont de « bonne foi » mais gageons que Notre Seigneur leur ouvrira les yeux, en tous les cas il faut prier pour leur conversion ! 

                    • beta françois lien permanent
                      novembre 26, 2013

                      Commentaire du : « Ils ne savent pas ce qu’ils font » :

                        « Ils sont aveuglés. Ce qu’ils font n’est pas une œuvre logique au sens fort du terme. Ils perturbent profondément ce qui, de bon sens, devrait être logiquement. Ils veulent en finir avec une loi supérieure afin d’en rester à la leur propre ; et pour cela, il faut s’être drogué l’esprit jusqu’à ne plus savoir exactement la portée de ses gestes ».(tiré du commentaire des 7 paroles du Christ en croix).

                      Contrairement au Christ vous affirmez donc que la hiérarchie d’aujourd’hui, comme celle qui Le condamna il y a 2000 ans sait parfaitement ce qu’elle fait. Vous pouvez bien être d’accord tous les 2. Vous êtes en opposition formelle avec la Vérité même. Prenez garde que ce commentaire ne s’applique à vos esprits et que vous n’alliez ensemble dans le fossé.
                       
                       

  10. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 23, 2013

    Cher Ludovicus, chers vous tous,
     
    Est il avéré que TOUT les cas de mort subite sont des châtiments ?
    Si tel est le cas cela m’éclairerait sur certains cas de proches …. morts ainsi.
     
    Merci par avance.

    • Ludovicus
      Ludovicus lien permanent
      novembre 24, 2013

      Je n’ai pas autorité, mais les cas de mort subite ont toujours été considérés comme un châtiment, dans le sens qu’une bonne mort est celle à laquelle on se prépare, et l’on se met en règle avec Notre Seigneur Jésus-Christ.
      Il y a l’histoire du suicidé du saint curé d’Ars qui rassure l’épouse en lui disant qu’entre le pont et l’eau il a eu le temps de la conversion et d’un acte de contrition parfaite, mais cela reste vraiment exceptionnel.
      Tout l’Évangile nous incite à être prêt à rendre des comptes à tout moment, Notre Seigneur dit bien qu’il viendra comme un voleur.
      Le problème de la théorie « Dumouch » c’est qu’elle fait de l’instant de la mort un passage assez long pour offrir une deuxième chance, il est vrai que Dieu peut tout faire, mais cela ne fait pas partie de la Révélation, cela n’est pas de foi.
       

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        novembre 24, 2013

        Je vous crois, et d’ailleurs on peut penser à quantité d’exemple comme par exemple le « kamarade » Marty, mort d’un accident de voiture train, sur le coup.

  11. Martial lien permanent
    novembre 23, 2013

    À propos de discussion difficile ou impossible, j’ai noté récemment cet aphorisme :
    les hommes vrais donnent le goût de la vérité, à ceux qui la cherchent.

  12. Francesco lien permanent
    novembre 24, 2013

    Qu’en est-il de la grâce de la Pénitence finale ? Qui aurait une explication de cette grande grâce ?
     
    Est-ce que cette grâce est accordée à un juste où un pécheur ?
     
    Nous devrions tous avoir une dévotion à la Miséricorde Divine, car sans elle, l’enfer est notre terme final.
     

    En définitive, si illumination finale il y a, il semblerait plus logique de dire qu’elle est réservée aux saints et à tous ceux morts en odeur de sainteté. Mais ce n’est qu’une opinion personnelle……… ( Charles)

    Cela ne semble pas très évangélique, Il est venu pour les malades et non pour les biens portants.
    Arnaud Dumouch est sans doute un hérétique et fait partie de la bande des intrus, sa théorie sur la mort est stupide, selon lui, une âme pourrait recevoir une grâce x temps après son inhumation, c’est le salut après la mort… ce qui n’est pas du tout la question dans ce fil.
     
     

    • Ludovicus
      Ludovicus lien permanent
      novembre 24, 2013

      Tout est grâce, la grâce de la persévérance finale en est une aussi, personne ne la mérite, il faut prier pour la recevoir et en ces temps mauvais prier pour avoir la grâce de recevoir les derniers sacrements qui sont une aide précieuse pour ce moment difficile.
      Dans la litanies des saints l’ont prie pour être délivrez de la mort subite.

      • Francesco lien permanent
        novembre 25, 2013

        Je ne parle pas de la persévérance finale, mais de la pénitence finale (Sainte Marguerite Marie) votre réponse est donc hors sujet.
        Vous confondez ou assimilez deux termes complètement différents.
         
        Une âme qui persévère dans le bien et qui par malheur commet un péché mortel et meurt, où ira-t-elle ?
         
        La persévérance n’est plus, il lui faudra la grâce de la pénitence finale, (avant de mourir) d’autant plus que de nos jours, il est loin d’être certain d’avoir un prêtre à nos côtés…
         
         

    • Martial lien permanent
      novembre 24, 2013

      Il est venu pour les malades et non pour les biens portants.
       
      Il est venu :
           1/ pour les malades,
           2/ et  qui Lui demandaient la guérison.
       

      • Francesco lien permanent
        novembre 25, 2013

        Martial 
        novembre 24, 2013
        Il est venu pour les malades et non pour les biens portants.
          Il est venu :
             1/ pour les malades,
             2/ et qui Lui demandaient la guérison.

        Tout à fait d’accord, mais pourquoi cette demande de pardon ne pourrait-elle pas arriver à la fin de la vie ? Est-ce que Dieu est limité dans le temps, la condition physique d’une personne ou dans sa miséricorde ?

  13. gg
    novembre 25, 2013

    J’arrive un peu tard, donc… trois points (ne riez pas !)
         1/ la Tradition nous enseigne (st Augustin si j’ai bonne mémoire) que Dieu a voulu qu’il y ait un larron… à aller au Paradis, pour que nous sachions qu’Il est Miséricorde, mais pas les deux… pour que nous ne présumions pas de Sa Miséricorde et péchions par témérité !
    de plus, il est certain que nos actes nous suivent, et nous savons que le Bon Larron dû sa grâce de conversion in-extremis, à une grâce spéciale de la Sainte Vierge… qu’il avait protégé des intentions criminelles de ses complices es-crimes, lors de la Fuite en Égypte de la Sainte Famille !
         2/ Non, toute mort subite n’est pas un châtiment, mais peut être une Grâce : Dieu peut très bien nous retirer la vie, subitement, au moment qu’Il estime le plus opportun, notamment pour nous éviter de pécher par la suite !
    C’est le cas de beaucoup de petits enfants, mais j’ai connu personnellement trois cas, de jeunes, extrêmement vertueux, pris par Dieu à 5 ans , 13 ans, et 18 ans, au sortir des sacrements, au mieux de leur innocence ! 
         3/ Dieu n’est pas limité… puisqu’Il Est infini : à nous d’être des hommes de « grand désir », de sorte qu’étant sans cesse en Sa présence, Il se rappelle le meilleur de notre tension permanente vers lui !
    « l’arbre tombe du coté ou il penche! » si nous sommes sans cesse tendus vers Lui, Dieu ne peut l’ignorer, quoiqu’il en soit de nos (inévitables) péchés !
     
    Petit supplément : Dumouch est un salaud et un pervers : il connait la vraie doctrine et il la tord volontairement : c’est le propre du péché contre l’esprit !
    sur presque tous les sujets, il prêche l’hérésie et le péché, en matière de 6 et 9° commandement, en matière de divorce remariage, en matière d’illumination finale, en matière de jugement et d’enfer, il NIE tous les points de la Doctrine de salut !
    Il a été très bien étrillé par un « Abbé » conciliaire (à prendre avec les réserves d’usage !) dans plusieurs YouTube à lui dédiés par cet Abbé Pagès !

  14. Francesco lien permanent
    novembre 26, 2013

    @Ludovicus.
     
    Avez-vous trouvé une différence entre persévérance et pénitence finale. Il serait intéressant d’avoir votre point de vue.

    • gg
      novembre 27, 2013

      Cher Francesco,
       
      je ne suis pas Ludovicus, mais il apparait bien conforme au réel que la persévérance est le fait de ceux qui se sont toujours tenu dans la Foi catholique, et l’on gardé jusqu’au bout, alors que la pénitence finale est le fait de ceux qui n’étaient pas dans la pleine Foi … et Morale… et qui s’en rapprochent au moment de la fin !
       
      mais gardons nous de croire que cette pénitence est facile, car le démon, en ces terribles moments fait tout pour nous empêcher de nous réconcilier avec Dieu !
      et comme le disaient les vieilles cassettes de José Riccart Torrens, lors de mes retraites de mes jeunes années : « le repentir du mourant est aussi faible que celui qui l’exprime ! »

      • Francesco lien permanent
        novembre 27, 2013

        Merci de votre réponse.
         
        Bien que cette Pénitence finale ne soit pas facile, elle existe, car le Sacré-Cœur ne peut nous tromper.
         
        Cette grâce est si précieuse que nous le comprendrons seulement au Ciel.
         
         

  15. beta françois lien permanent
    novembre 26, 2013

    Comme je ne peux répondre à E-M Laugier à la suite de sa réponse syllogistique plus haut, je répond ici pour lui dire que tant qu’il partira de ses conclusions (fausses) pour « bâtir » ses « raisonnements », il aboutira aux même conclusions… fausses. Il me propose de partir d’un postulat catholique sans me dire lequel.  (?). Je lui répond que soit nous raisonnons et nous risquons de  nous tromper, soit nous avons la foi et nous  voulons la garder.
    La foi nous dit que l’Église est une, sainte, apostolique et siège à Rome. La foi nous dit qu’elle est le Christ répandu et communiqué jusqu’à la fin des temps. Vos raisonnements primaires détruisent tout ou partie de ce que vous appelez postulat et que j’appelle la foi en l’Église.
    Votre église « toute blanche » ou est-elle ? L’assemblée de ceux qui ont la foi ? Mais ou est votre foi ? Vous ne savez que fustiger cette Église (d’eux…sic!). Eh ! Notre Seigneur est-Il un minable qui perd les pédales et qui ne tiens pas Ses promesses ? L’Église est-ce vous, les sédévacantistes ? Voyez ce qui nous divise déjà ici sur ce blog. Belle unité que d’être tout seul, en vérité. Je suis catholique et j’ai été un sédévacantiste convaincu.
    Il est impossible à un homme de juger autre chose que des apparences. Alors, doit on juger des apparences ? Vous avez la foi, Mr Laugier de ceux qui ont suivi Notre Seigneur dans Ses miracles mais vous l’avez perdue à l’heure de la puissance des ténèbres en voyant une rupture d’identité entre le Jésus du jeudi saint et Celui du vendredi Saint.
     

  16. gg
    novembre 27, 2013

    Grand beta,
     
    Notre Seigneur Jésus Christ, Lui même, nous dit aussi que « lorsque le Fils de l’homme reviendra, trouvera t il la Foi sur la terre ? » cette forme interro-négative nous démontre bien que la Foi aura – en apparence – disparu de la terre ! De sorte que la promesse de Notre Seigneur : « voici que je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ! » ne signifie pas que Sa Présence sera dans un « appareil » bien visible et glorieux, mais bien plutôt comme La Présence intime et discrète du « voici que je frappe à la porte de votre âme : si vous le voulez nous y ferons notre demeure ! »
    De fait, lorsque Marie Julie et d’autres disent que l’Église sera réduite à une poignée de fidèles se connaissant presque tous, c’est quasiment déjà le cas !

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      novembre 27, 2013

      GG, merci, non pas pour moi, mais pour la Vérité. Ce bêta commence à (nous) fatiguer.

      La Foi est Une, Sainte, Catholique et Apostolique…. c’est entendu. 
      L’Église, qui a le dépôt de la Foi est constituée d’une hiérarchie servant cette Foi.

      Pour Beta, il suffirait de personnes ayant matériellement la Foi, ou étant « seulement » matériellement hérétique (quand bien mêmes ils s’emploient à essayer de détruire l’Église) pour conserver matériellement la Foi. 

      Mais alors … si Eux, ces renégats, apostats, criminels, (appelons un chat un chat) ne sont pas formellement apostats, malgré les dignités, et la science de la Vérité qu’ils ont reçu (et bafoué) alors …. ne nous inquiétons plus. Il n’y a personne, parmi le « petit peuple » ou le « petit clergé » qui finalement puissent être apostats. 
       
      Ah le drame  de ceux qui, se croyant bloqués à 1958 attendent une autorité pour trancher les questions d’une crise qui, si autorité il y avait présentement, n’aurait pas de raison d’être.

      François vous êtes formellement Béta. 

      • beta françois lien permanent
        novembre 27, 2013

        Mr Laugier, les constats que vous posez sont bons. Je vous ai dit que je faisais les mêmes constat en tant qu’ex-sédevacantiste. La hiérarchie, les derniers papes à sa tête, est hérétique, pas de doute, malgré les promesses de NSJC (sic. l’affaire est grave, vous semblez ne pas le mesurer, occupé que vous êtes à aboyer). De là vous tirez la conclusion qu’il ne s’agit pas de l’Église Catholique mais d’une fausse église. Pas si vite. Il y a une autre solution qui préserve l’honneur de Notre Seigneur et la foi dans les dogmes. Parce qu’avec votre solution, ces derniers sont bafoués. C’est la raison pour laquelle, après l’avoir bien étudiée j’ai abandonné votre thèse. Je suis juste un peu plus rigoureux que vous et plus exigeant, dirait-on.
        L’alternative qui ne terni pas la gloire de Dieu et de l’Église, c’est que l’Église vit Sa Passion et qu’Elle meurt d’un cancer généralisée avec métastases (= « Eux » !) et que nous sommes donc à la fin des temps. Médicalement parlant, une tumeur est une partie de l’organisme et non un corps étranger. Une fabrication du corps lui même pour prolonger ses jours et contenir la toxine mortelle.
        L’Église est une et métastasée. Disant cela, je respecte son Unité divine. Votre théorie de 2 Églises différentes, non. La tumeur est une boule de chair de l’organisme, fabriquée par lui, je le répète. Si l’Église est une ET métastasée, c’est que les temps sont accomplis et que nous devons attendre la seconde venue de NS pour la rétablir, après la grande purification. C’est « l’autorité » que j’attends, en effet. Surement que ce calendrier ne vous convient pas, (vous n’aimez pas vous en laisser compter, par principe) mais j’étais venu sur ce blog pour vous le dire, non pour vous le faire croire.
        Une dernière chose, vous vous doutez bien que je ne m’appelle pas beta françois. Je trouvais ce pseudo assez humiliant pour moi, ce qui est un bon antidote aux tentations d’orgueil quand on se met à écrire sur un blog et qu’on pense être mieux loti que les autres. Je crois que vous n’êtes plus en position d’apprendre autre chose que ce que vous savez déjà. Je vous laisse entre vous. Amitiés à Mr LHR dont j’ai lu plusieurs livres et qui m’avais fait l’amitié d’une longue conversation téléphonique.
        Jean, serviteur inutile.

      • novembre 28, 2013

        Quand nous arriverons devant St Pierre croyez vous qu’il vous demandera si vous étiez sédévac, fraternité ou conciliaire ???
        Je crois que nous serons jugés sur le respect des commandements de Dieu et des enseignements de Nôtre Seigneur.
        Que nous ayons cru que la personne qui se tient sur le trône de Pierre soit pape ou pas pape n’aura pas une grande importance.
        Ne pas adhérer aux hérésies de V2 et les dénoncer avec courage ne sert qu’a démonter nôtre acceptation de la vérité et sa mise en pratique.
        Hurler, vomir ,calomnier démontre que nous n’avons rien compris aux recommandation du Christ.
        S’instruire, se renseigner, débattre prouve nôtre attachement à la vérité.
        Nous n’avons pas suivi V2 et sommes devenus tradis afin de vivre dans la vérité et transmettre cette vérité à nos enfants.
        Si celui qui se prétend pape ne l’est pas c’est effectivement très grave (d’ailleurs il n’y a plus d’ambiguïté puisqu’il se dit seulement évêque de Rome).
        S’il est vrai pape et qu’il nous ment c’est aussi très grave.
        Des catholiques soit tradis ou conciliaires qui sous prétexte de ne pas dire du mal du pape, et pensant qu’il faut lui obéir, cachent ou falsifient les discours et les actes hérétiques de celui ci
        sont mal honnêtes et c’est aussi très grave.
        Mais que pouvons nous y faire ???
        Nous n’avons pas les moyens matériels de remplacer les papes  puisque tous les cardinaux électeurs sont pro V2 (ne pensant pas que le monde soit le mal et la religion catholique une solution aux problèmes).
        La seule chose qui soit en nôtre pouvoir c’est de vivre très chrétiennement pour prouver nôtre foi et nôtre attachement à la vérité.
        Les désaccords entre les différentes opinions dans la tradition devraient se traiter catholiquement de façon apaisée sans se jeter d’anathèmes.
         

        • Edouard-Marie Laugier
          Edouard-Marie Laugier lien permanent
          novembre 28, 2013

          L’étymologie du mot crise n’est t-elle pas « jugement » ? 
          Ne nous impose t-elle donc pas (la crise) à « juger », et donc à discerner ce qui est bon et ce qui est mauvais pour notre âme, avec la grâce de Dieu, qui ne fait jamais défaut ? 
          Le Bon Dieu veut il nous « préserver » de juger de la situation, des bons et des mauvais maîtres et nous « permettre » de rester una cum, pire conciliaire, donc dans l’erreur donc en route vers l’enfer ? 
          Vous aussi, bloqué en 1958 vous prétendriez qu’il faut attendre l’autorité pour juger ? Alors que précisément le retour de l’autorité, donc la fin de la crise, suivra l’éviction des malfaisants. 

          Faut-il donc, en attendant, se laisser et laisse contaminer autrui par l’erreur. 
           
          Revoyez votre copie, cher monsieur Jollo .. 

          • beta françois lien permanent
            novembre 28, 2013

            @ Jollo, voilà une réponse sincère et équilibrée d’un fidèle qui sait rester à sa place tout en ayant pleinement conscience de la situation de l’Église. Vous ne vous portez pas en juge bien au chaud du bout de votre clavier. Ce faisant vous évitez la tentation de vous croire un (très petit) docteur de l’Église. Votre bon sens risque d’être accueilli par des moqueries, mais persévérez, les béatitudes sont pour vous. Il n’est que temps en ces temps terribles de porter patiemment la croix. Il n’y a pas de « crise », il y a un temps d’épreuve unique dans l’Histoire de l’Église ou il nous est demandé de garder la foi en la Providence et de persévérer jusqu’à la fin dans la fidélité à notre devoir d’état. Nous devons nous garder de l’orgueil d’être soit même sa propre autorité et surtout de juger les œuvres de Dieu.
            Ce que Dieu permet est tout autant une œuvre de Dieu que ce qu’Il fait. Ce qui se passe dans l’Église est totalement sous Son contrôle, comme Sa propre Passion était totalement sous Son contrôle. Nous devons – et vous le faites – garder la foi et la charité, comme Jésus au temps de la fin de Sa vie d’homme (Sa propre fin des temps). Prenez garde, même si ce conseil semble inutile pour vous, de ne pas transférer dans votre esprit tout pouvoir à Satan comme le font certains. Satan est un instrument pour la chute et le relèvement d’un grand nombre. Notre épreuve est la charité qui est d’aimer Dieu et son prochain. Et surtout de ne pas pécher. Jeter des anathèmes, c’est le rôle de l’Église, des prophètes et de Notre Seigneur Lui-même dont nous devons guetter les signes de Sa seconde venue. Méfiez-vous des « évidences », ne « revoyez pas votre copie ». Continuez – si on vous le permet – d’étoffer et d’argumenter vos réponses sans insultes ni moquerie dans le respect des personnes.
             
             
             
             

          • novembre 28, 2013

            Vous êtes tout feu tout flamme, si j’ai bien compris vôtre conversion est assez récente.
            Combien de temps vous a-t-il fallu avant de vous convertir ?
            Par charité pouvez vous accorder au moins le même temps à ceux qui sont dans l’erreur et qui s’obstinent ?
            Les gens qui ont aidé à vôtre conversion n’ont ils pas usé de patience ?
            Voire de ruse ?
            Si le fait de dire que l’occupant du siège de Pierre n’est pas pape, mets à feu et à sang toute la tradition, ne faudrait-il pas ruser et leur présenter les choses autrement en disant seulement, que ces occupants nous ont  trahis, et continuent de nous trahir.
            En leur faisant voire que ce qui était vrai avant, ne l’est plus maintenant (et d’ailleurs faudrait il que nous sachions nous même depuis quand et pour quel motif tout a changé).
            Le fonctionnement de la frat sur le modèle de l’Église « d’avant » est il bon ?
            Combien de prêtres  adulent Mgr comme s’il était vrai pape infaillible ?
            Le devoir d’obéissance ne détériore-t-il pas parfois le jugement ?
            Ne devons nous pas user de patience envers eux ? Comme nous aimerions que Dieu en use avec nous ?
             

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              novembre 28, 2013

              RESPECT HUMAIN !
                   RESPECT HUMAIN !!
                        RESPECT HUMAIN !!!

               
              Jollo, une « bonne Retraite » avec l’abbé VÉRITÉ vous aurait fais le plus grand bien !!!

               
              Oh ! maudit respect humain ! que tu entraînes d’âmes dans les enfers ? …

               

              • novembre 28, 2013

                Ils sont dans l’aveuglement et vous les raidissez dans leurs erreurs.
                Lisez le commentaire de Charles dans le dernier article : « nous avons besoin de saints prêtres ».
                La citation de conclusion vous éclairera.

                • Cave Ne Cadas
                  Cave Ne Cadas lien permanent*
                  novembre 28, 2013

                  Quel rapport ???

                  Je vous dis que vous n’avez que du RESPECT HUMAIN !!!
                  et qu’une « bonne Retraite » avec l’abbé VÉRITÉ vous aurait fais le plus grand bien !!!

                  Oh ! maudit respect humain ! que entraînes-tu pas d’âmes dans les enfers ? …
                   

            • Edouard-Marie Laugier
              Edouard-Marie Laugier lien permanent
              novembre 28, 2013

              Du côté des renégats du Vatican, ils ont eu plus que le temps … Est ce une charité que de « laisser filer » les choses ? 
              Quel affreux respect humain que le votre, pire, quel affront à la Charité, que de vouloir taire la Vérité. 
               
              Le problème du Pape ? Surtout n’en parlons pas !!!
              Le problème de la secte conciliaire ? oula la encore moins malheureux.
              Le problèmes de l’invalidité des sacres conciliaires ? oulalaaaaaaaaaaaa non .

  17. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    novembre 28, 2013

    Monsieur, 

    Vous être peut être exigeant mais vous êtes surtout un gros libéral. Et tant pis pour les ulcères déclenchés chez les pleureuses, qui veulent l’unité.

    Pour assurer à tout prix l’unité, une fausse unité qui n’est dans la Vérité vous gardez coûte que coûte les membres apostats de cette.

    C’est une évidence qu’il y a d’un côté l’Église Catholique et de l’autre la secte conciliaire. L’apostasie des renégats ex-Catholiques les a fait membre de la secte et ils ne sont plus rien, formellement et matériellement, dans l’Église. 

  18. novembre 28, 2013

    La Providence me conduit aujourd’hui sur ce blog, où je lis les commentaires de Beta François, et… ça me fait beaucoup de bien.
    En fait j’ai écouté ces derniers jours des vidéos récentes de Mgr Williamson, des abbés Rioult, Chazal, et d’autres, parce que je suis troublé par ce qui se passe à la FSSPX. Là où j’habite, la messe en latin la plus proche est à 2h30 de route, et c’est à 9h du matin. Dur dur pour y conduire mes enfants. Donc je vais chaque dimanche à ma paroisse, et très souvent je pleure. Je pleure sur ce que j’y vois et sur ce que j’y entend. La liste des choses qui m’y font mal est longue. Je ne vais pas la dresser ici. Vous la connaissez tous.
    Pourtant j’y vais quand même, et j’y conduit ma famille. On est les seuls à communier dans la bouche… Après la messe, sur le chemin du retour ou le midi à table on commente les lectures pour compenser les sermons fades prodigués par ces curés modernistes/communistes/syndicalistes peu inspirés. Et puis ensuite, je vais sur le web, écouter les sermons de l’abbé Guépin, Lafitte, ou d’autres, pour nourrir ma Foi. Je me cultive par moi-même. Je lis la vie des saints, des ouvrages de référence du 18 et du 19ème, etc.
    Et je m’interroge.
    Comment trouver un sens à la crise que connaît l’Église ?
    Mgr Williamson a une analyse fine dans cette vidéo :

    et je le suis dans son raisonnement. Satan fait ce qu’il a toujours fait. Il sape, là où il peut saper.
    Mais tout comme Beta François plus haut, je ne peux pas croire que la messe moderne soit invalide. La stigmatisée Anne-Catherine Emmerich disait qu’elle voyait, lorsqu’elle était jeune, des anges suppléer au prêtre lors du sacrifice de la messe, et corriger ce qui devait être corrigé. C’est plausible.
    À présent je suis certain que Dieu permet cette sorte de Passion de l’Église afin qu’elle souffre comme Jésus a souffert. Dieu permet à Satan d’aveugler ces prêtres, ces évêques, ces cardinaux, ces papes, d’être aveuglés au point de ne pas voir l’hérésie là où nous simples fidèles sommes capable de la déceler.
    Il peut s’agir d’une sorte de cancer, d’un phénomène de métastases. Mais j’y vois aussi autre chose :
    Cette crise (pas seulement celle de la FSSPX, je parle de celle de l’Église en général depuis 1965), je crois qu’il faut la vivre comme une épreuve. Oui, c’est une sorte d’épreuve, comme dans Job. On imagine un dialogue céleste, ou Dieu permet à Satan de tromper son Église pour voir jusqu’à quel point il pourra détourner le peuple des chrétiens. Genre :
    Dieu : – Vois comme le peuple de la terre a accepté le Christ comme Seigneur.
    Satan : – Il l’accepte parce qu’il n’a pas le choix. Vois, tu le gouvernes avec des rois chrétiens, des papes qui maintiennent la doctrine, des prêtres fidèles. Mais retires-lui tout ça et je te parie qu’il se détournera de toi, qu’il retournera à ses anciens vices, et qu’il m’adorera en fin de compte.
    Dieu : – Soit, je te permet de tuer mes rois, d’aveugler mes papes, de détourner la doctrine, mais tu ne toucheras pas au dogme de la Vierge Marie.
    Voilà peut-être où nous en sommes.
    Fuir les églises au prétexte qu’elles sont conciliaires, c’est un manque de Foi. Il nous faut accepter cela.
    Il nous faut au contraire remplir nos églises. Prier pour ces prêtres modernistes.
    Comment je suis arrivé sur ce site au fait ? Ah, oui, je faisais une recherche sur Marthe Robin. Je crois qu’il y a là une clé. Si Marthe Robin est bien-aimée du Christ (ce que je crois après les nombreuses lecteurs que j’ai faites à son sujet), alors le concept des Foyers de Charité devrait nous éclairer. Si Satan a reçu le pouvoir d’aveugler le clergé, il n’a pas ce pouvoir sur les simples fidèles. Tout simplement parce que nous sommes l’enjeu. Nous pouvons donc user de notre intelligence pour travailler ensemble à discerner le Vrai et ensuite nous l’enseigner les uns les autres.
    Les Foyers de Charité, c’est un outil dont il faut comprendre la portée : aujourd’hui les familles chrétiennes doivent se retrouver et manifester leur Foi et leur désir de Dieu malgré les épreuves. C’est pour cela que la Manif Pour Tous et les Veilleurs font tant peur au pouvoir. Chaque drapeau agité, chaque veilleur assis ou debout, est un échec pour Satan dans cette grande partie de poker.
    Merci pour votre lecture de ce long et premier message.
    Merci surtout à Beta François, et bien sûr à l’Esprit Saint, l’ange, ou au pire Google, pour m’avoir conduit ici :) Andy

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      novembre 28, 2013

      Andy,

      Vous me désolez mon petit…

      Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir…
      Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

      Vous êtes venu ici pour Marthe Robin… et vous n’avez pas bien lu…
      « Si Marthe Robin est bien-aimée du Christ… » dites-vous…

      …Non, justement Marthe Robin ne peut pas être bien-aimée du Christ…puisque c’est Satanesque !!!

      FAUSSES MYSTIQUES : Sœur Faustine… Marthe Robin… Maria Valtorta… MÊME COMBAT ! (pour l’œuvre Satanesque)
      …relisez tout, depuis le début !

      Beta François (François Ø ; comme Bergo(go)glio !!!) raconte trop de bêtises…sur la fin des temps (lui aussi !) et sur une « Passion de l’Église »… « afin qu’elle souffre comme Jésus a souffert »… MAIS n’a pas compris l’éclipse de l’Église…
       
      Que l’Église vive la « Passion du Christ », c’est évident… mais pas comme Beta François (François Ø) et vous l’entendez.
      Parcourez ce bogue, lisez et comprenez… Ça crève les yeux… et vous tomberez de haut…
      Que le CatholicaPedia soit votre « chemin de Damas » !

      La FSSPX (F$$PX) = Voie SANS ISSUE : http://wordpress.catholicapedia.net/?page_id=12
      Mgr Williamson ; (un leurre) = Voie SANS ISSUE : http://virgo-maria.org/D-Mgr-Williamson-leurre/index_mgr_williamson_leurre.htm
      les abbés Rioult, Chazal… = Voie SANS ISSUE

      ILS ONT… TOUT DÉTRUIT : http://www.a-c-r-f.com/documents/LHR-Ils_ont.pdf
      L’ÉGLISE EST ÉCLIPSÉE : http://www.a-c-r-f.com/documents/LHR-Eglise_EST_eclipsee.pdf

      Le Franc-Maçon, prêtre lazariste, et liturgiste moderniste, Annibale Bugnini trois points (affilié le mardi 23 avril 1963 au Grand Orient d’Italie sous le matricule 1365/75, et sous le nom de code « BUAN »), nommé par Montini-Paul VI Secrétaire Général du Consilium liturgique, c’est-à-dire Chef des équipes des « Réformateurs » liturgistes conciliaires, avait déclaré officiellement le 15 mars 1965 à l’Osservatore Romano (journal officiel du Vatican), un an après l’institution du Consilium le 25 mars 1964, et plus de trois ans avant la promulgation de Pontificalis Romani le 18 juin 1968 :

      « Nous devons dépouiller nos prières Catholiques et la Liturgie Catholique de tout ce qui pourrait représenter l’ombre d’une pierre d’achoppement pour nos frères séparés, c’est-à-dire pour les Protestants. »

      Y COMPRIS DONC DANS LES TERMES DE LA NOUVELLE FORME SACRAMENTELLE
      ESSENTIELLE DE LA CONSÉCRATION ÉPISCOPALE
      DÉFINIE PAR MONTINI-PAUL VI DANS PONTIFICALIS ROMANI LE 18 JUIN 1968 !

      http://rore-sanctifica.org/
      Le site Rore Sanctifica présente les travaux du Comité international et ses arguments, ainsi que les objections qu’il réfute. Il contient les analyses du Comité ainsi que les différentes sources qui lui ont permis d’élaborer ces analyses et qui éclairent la constitution Pontificalis Romani sous l’angle par lequel le Comité International Rore Sanctifica l’aborde. Ces différentes sources, à destination des chercheurs sur cette question, sont publiées dans la rubrique « Bibliothèque numérique ». Le site Rore Sanctifica est un site d’études religieuses et ne poursuit aucun but lucratif.

      >>>>>Rite de Paul VI – Invalidité du rite épiscopal : http://rore-sanctifica.org/biblio-num-04.html

      >>>>>Abbé Cekada – (tout est) Résumé en 2 pages : http://rore-sanctifica.org/bibilotheque_rore_sanctifica/04-rite_de_paul_6-invalidite_du_rite_episcopal/2006-05-30-abbe_cekada-resume_en_2_pages/Cekada-resume-officiel_2_pages.pdf

      « Donc je vais chaque dimanche à ma paroisse, et très souvent je pleure. »

      Malheureux !!! …et vous ne pleurez pas pour la bonne raison !!!
      …parce qu’en allant chaque dimanche dans « votre paroisse »… Vous n’adorez QUE DU PAIN !!!

      Même si vous ne pouvez avoir la Sainte Messe (l’oblation pure) qu’une fois par mois (comme nombres d’entre-nous)… Mieux vaut DES CENTRES DE MESSE “NON UNA CUM : http://ddata.over-blog.com/0/46/19/78/Centres-de-Messe.pdf

      Bonne lectures ET soyez ferme dans la Foi !

       

    • beta françois lien permanent
      novembre 29, 2013

      @ Andy, Bonjour. Dans mon image de l’Église métastasée, les tumeurs sont les hérésies. L’Église demeure sainte, mais Elle est néanmoins en « phase terminale ». D’un point de vue pratique, en tant que petites cellules de ce grand corps, nous devons migrer de préférence vers Sa partie qui reste saine, c’est à dire ce qu’Elle était avant Vatican II : sa Tradition. Le dernier rempart de la tradition de l’Église reste – combien de temps encore ? – la Fraternité Saint Pie X (FSSPX), radeau de sauvetage des sacrements et de la messe certainement valides. Les autres mouvements de la tradition pour la plupart « échappés » de la FSSPX officient également dans le rit le plus sûr (celui dit de Saint PIE V), ainsi que les chapelles sedevacantistes. Vous trouverez de quoi pratiquer votre foi indifféremment chez ces – en général – bons prêtres.
      La (majeure) partie « conciliaire » de l’Église est à éviter, même si l’Esprit Saint peut suppléer (des miracles eucharistiques y ont été reconnus). L’ennemi de nos âmes, c’est avant tout et surtout le monde et ses ravages pour nos enfants et nos familles. La hiérarchie actuelle y est totalement impliquée, donc elle vous y impliquera. Se mettre soit même et sa famille en « quarantaine » de l’esprit du monde est une attitude prudente.

      • Cave Ne Cadas
        Cave Ne Cadas lien permanent*
        novembre 29, 2013

        VADE RETRO, SATANAS !
        Vous participez à « La bataille finale du démon »… Andy cherche la Vérité…et vous, vous cherchez à le détourner de « la voie du Salut » !!!

        Je vous ai trop laissé élucubrer (Faire des élucubrations, et non point « travailler en veillant ») vos théories fausses !!!

        Votre « image de l’Église métastasée » (!!!)
        …Théories fumantes (fumistes !!!) de la F$$PX, Voie sans issue !!!
        de Mgr Fellay (2008) & Abbé de Cacqueray (2012)…
        À propos de l’église Conciliaire et de l’Église catholique, voici ce que Mgr Fellay enseignait du haut de sa chaire à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris le 15 août 2008 :

        « Or il me semble que ce n’est pourtant pas sans raison que nous voyons beaucoup de choses qui sont faites ou publiées à Rome et qui ne sont plus l’expression de la foi catholique. On peut aller jusqu’à dire que nous assistons à l’apparition d’une nouvelle Eglise, une Eglise qui se prétend catholique, mais qui n’a plus rien de catholique. Elle a ses rites, ses lois, sa bible, sa manière de faire, mais ce n’est plus ce que l’Eglise a enseigné depuis des siècles. Cette Eglise nouvelle nous l’appelons conciliaire, ou plutôt c’est elle-même qui se fait appeler ainsi. Toutefois il est presque impossible de la distinguer de la vraie. C’est un peu comme un cancer généralisé. Le cancer dans une personne ne s’identifie pas à cette personne, ce n’est pas sa vraie nature, c’est une maladie, mais qui est bien là en elle. Lorsque le cancer se réduit à une tumeur on peut le circonvenir pour l’exclure ; mais lorsque les métastases sont répandues dans le corps entier le médecin arrête, car il constate que le cancer est partout. Il n’ose plus prendre son bistouri pour extirper le corps étranger qui se trouve dans cette personne.

        C’est une image qui tente d’exprimer tant bien que mal un mystère, le grand mystère où l’on voit, dans l’Eglise, ce corps étranger qui propage autre chose que la foi catholique, qui veut être l’ami de toutes les religions, qui prétend qu’on peut se sauver dans toutes les religions, que le Saint-Esprit utilise comme moyen de salut toutes les religions. Tout cela est faux, cela n’a jamais été l’enseignement de l’Eglise ! Nous avons aujourd’hui une Eglise qui promeut ce qui a été condamné il y a moins de 50 ans. Et nous voyons que cela s’est produit au cours du concile Vatican II. Un concile qui n’a pas tellement inventé lui-même des nouveautés, mais qui a consacré et qui a légalisé ce qui était condamné comme erreur 10 ans auparavant. » (Mgr Fellay, sermon du 15 août 2008, Paris)

        L’abbé Régis de Cacqueray, Fideliter 208, écrivait quant à lui :

        « S’il décidait que nos évêques ou que nous-mêmes devions être « réexcommuniés », nous devrions alors nous demander : « Mais « réexcommuniés » par quelle Église ? » Par l’Église catholique ou par cette église conciliaire qui lui est une métastase ? » (abbé Régis de Cacqueray, Fideliter 208 – Éditorial de juillet-août 2012)

         


         

        La FSSPX, voie sans issue entachée d’erreurs et d’hérésies

        Logo FSSPX, Menzingen

        La FSSPX = IMPASSE où erreurs et hérésies obscurcissent les fidèles !

         
        http://wordpress.catholicapedia.net/?page_id=12

         

        • beta françois lien permanent
          novembre 29, 2013

          Bonsoir. Je suis surpris que Mgr Fellay, dont je ne partage pourtant pas les velléités de ralliement avec Rome utilise la même image médicale dont je pensais être à l’origine. Vous n’êtes pas obligé de m’insulter pour autant. Ma réponse à Andy était pour lui conseiller les bons sacrements. J’ai même cité les chapelles sédevacantistes mais il faudra que je vérifie s’ils ont aussi mauvais caractère que vous.
          Je suis catholique, vous prétendez l’être aussi. Le moins que l’on puisse dire c’est que le « voyez comme ils s’aiment » à quoi l’on reconnaissait les Chrétiens entre eux, n’est pas pour nous deux, cher monsieur. Êtes-vous si court d’argument que vous manquiez tant de douceur et de paix dans vos réponses et que vous finissiez toujours les uns et les autres par insulter vos interlocuteurs ?
          J’ai étudié à fond tout ce que vous étalez. Je suis désolé, je ne suis pas convaincu. À aucun moment vous n’avez argumenté sur mes objections sur ce blog et quand je soulève vos incohérences vous vous esquivez ou nous diabolisez, moi et ceux qui ne plient pas le genou devant vous. Bientôt vous me sortirez « l’Église sera éclipsé » comme l’argument massue de la Sainte Vierge Elle même, dont j’ai cru 1 an que l’objet « éclipsant » était … l’église conciliaire. Vous vous trompez également dans la signification de cette éclipse. Vous ne cherchez plus. Vous êtes sur d’avoir tout compris.
          Parce qu’initialement, vous passez très vite sur les dogmes et les paroles de Notre Seigneur Jésus Christ dont il ne vous gêne pas de les faire mentir. Jamais la Sainte Vierge n’a prévenu que l’Église serait remplacée par une autre. Jamais notre Seigneur n’a remis en question l’autorité de « l’église » qui Le jugea. Bientôt vous accuserez les clous et la croix d’avoir été la cause de la mort du Fils de Dieu.
           
           

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            novembre 29, 2013

            Où est l’insulte ?

            Notre Seigneur n’a-t-Il pas dis lui-même à Simon-Pierre « Va-t’en ! Arrière de moi, Satan ! » (VADE RETRO, SATANAS !)
            Mat. 16:23

            Mais lui, se tournant, dit à Pierre : « Va-t’en ! Arrière de moi, Satan ! tu m’es scandale ; car tu
            n’as pas le sens des choses de Dieu, mais (celui) des choses des hommes. »

            « J’ai étudié à fond tout ce que vous étalez. Je suis désolé, je ne suis pas convaincu. »
            …Vous n’êtes pas convaincu !!!
            Vous êtes aveuglé !
            Aveuglement effet du péché ???

            — Vous n’avez rien compris au problème de l’Éclipse (de l’Église)… Étudiez encore, veillez et priez…

             

            • novembre 30, 2013

              Le problème de l’éclipse c’est vous qui ne l’avez pas compris.
              L’astre éclipsé c’est l’Église
              L’astre éclipsant c’est Satan
              Le soleil c’est Dieu
              L’astre éclipsant passe entre Dieu et son Église, en la plongeant progressivement dans les ténèbres.
              L’Église comme tout astre éclipsé, pendant le temps de l’éclipse, NE CESSE PAS D’EXISTER, elle n’est seulement plus visible, et n’est plus audible, elle n’a pas changé de place, c’est le démon, en passant entre l’Église et Dieu, qui plonge l’Église dans les ténèbres.
              L’éclipse est un terme particulièrement choisi par la Vierge pour nous démontrer la progressivité de la visibilité de l’Église sans annoncer sa disparition.
               

              • Cave Ne Cadas
                Cave Ne Cadas lien permanent*
                novembre 30, 2013

                FOU-Thèse !!!

                kenzosmileys

                Fou-thèse ?
                …pourquoi ?

                Parce que Satan étant un « pur Esprit » N’EST PAS matériel… et NE PEUT en aucun cas être un « astre éclipsant » !!!

                L’Église n’étant pas un pur Esprit (Elle est bien matérielle puisque nous la composons…) ne peut pas être éclipsé par un esprit.

                CQFD

                 

                • novembre 30, 2013

                  Vous en faites quoi des adorateurs de Satan qui composent sa suite terrestre, la contre église, (qui pratiquent des sacrifices humains, pour obtenir les bonnes grâces de leur maitre)  c’est bien matériel non …? au même titre que l’Église du Christ.

                  • Cave Ne Cadas
                    Cave Ne Cadas lien permanent*
                    novembre 30, 2013

                    Une église Conciliaire !… avec leur Frères ∴ qui l’on infiltré et « (qui pratiquent des sacrifices humains, pour obtenir les bonnes grâces de leur maitre) »…

                    kenzosmileys

                     
                    Une église Conciliaire qui Éclipse l’Église Catholique…

                    kenzosmileys

                     

  19. Louis-Hubert REMY
    novembre 29, 2013

    « Quand nous arriverons devant St Pierre croyez vous qu’il vous demandera si vous étiez sédévac, fraternité ou conciliaire ???  Je crois que nous serons jugés sur le respect des commandements de Dieu et des enseignements de Nôtre Seigneur ».
    Je suis catastrophé par de telles bêtises ! Il a simplement oublié l’essentiel !
    Cet ami a-t-il oublié qu’au baptême on demande :

    Que demandez-vous à l’ÉGLISE DE DIEU ? – La Foi ; – Que vous procure la Foi ? – La vie éternelle.

    Et cet ami n’a pas compris que la foi des sédévac, des fraternités, des conciliaires est complètement différente.

    Chers amis, restons fermes sur le principe qui doit nous diriger et qui est inattaquable : CROIRE ET FAIRE CE QUI À TOUJOURS ÉTÉ CRU ET FAIT.
    (même et surtout avec le droit canon).
    Nous serons jugés 1. sur notre foi ; 2. sur notre fidélité aux commandements de Dieu ; 3. sur les œuvres de charité ; 4. sur nos talents.
     
     

    • novembre 29, 2013

      Ah bon …, on n’a pas la foi quand on respecte les commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur ????????????
      C’est pourtant le cœur de la foi, l’Église toute sainte qu’elle est, n’est que le véhicule de transmission de la foi.
      Le véhicule est en panne, mais la foi demeure (chez certains).

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        novembre 30, 2013

        Encore faut il bien comprendre ces commandements …

  20. gg
    novembre 29, 2013

    Pauvre Andy,
     
    juste un point, pour tenter de vous éclairer, vous écrivez : « La stigmatisée Anne-Catherine Emmerich disait qu’elle voyait, lorsqu’elle était jeune, des anges suppléer au prêtre lors du sacrifice de la messe, et corriger ce qui devait être corrigé. »
    Mais prenez conscience que – du temps d’AC EMMERICH, la Messe… était LA MESSE, et que les anges pouvaient suppléer certaines erreurs matérielles !!!
    Alors qu’avec le « rite de montini », RIEN ne peut être suppléé, car ce « rite » est invalide, intrinsèquement… et extrinsèquement !!!
    C’est une différence énorme !
    Quand à aller dans les synaxes conciliaires… et en plus avec des enfants, c’est une grande aberration ! Iriez vous dans les rassemblements de la loge voisine, ou les reunions du PC local… pour trouver « un supplément d’âme » ??? c’est exactement la même chose ! et… c’est grand scandale pour vos enfants.. qui y prennent l’habitude de très mauvais exemples, et surtout d’une duplicité et d’un mépris de l’Église !!! puisque – au repas familial – on détruit tout l’enseignement reçu aux ‘cérémonies’ du matin !!!

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      novembre 29, 2013

      GG, c’est bien dit tout cela…
      Mais là n’est pas le principal !

      On n’a pas le droit de risquer l’idolâtrie = adorer du pain !
       
      Un catholique ne peut pas assister à la nouvelle « messe » sous peine de péché mortel. Ceux qui persistent à le faire commettent l’idolâtrie (adorer un morceau de pain). Jésus-Christ n’y est pas présent. L’hôte est simplement un morceau de pain, pas le corps de Notre-Seigneur, Sang, Âme et Divinité. L’Église a toujours enseigné que d’approcher un sacrement douteux (qui emploie question douteuse ou forme) est mortellement pécheresse. En fait, le pape Innocent XI, le décret du Saint-Office, 4 Mars 1679, 36 condamne l’idée même que les catholiques peuvent recevoir des « probables sacrements ». Et la « nouvelle messe » n’est pas seulement douteuse, elle est invalide.

      Et pire, aujourd’hui, où l’on voudrait faire célébrer la très sainte Messe par des faux prêtres, des faux évêques, habitués à offrir le sacrifice de Caïn. Se rend-on compte de l’abomination de tels actes !
      Que penser de cette synaxe montinienne que Benoît XVI a promu comme « rite ordinaire », rabaissant la Messe éternelle au rang de rite « extra-ordinaire ». La synaxe n’a pas été appelée sans raisons, la messe de Caïn ou encore la messe de Luther, appellations qui en démontrent l’horreur. Alors comment ne pas être effrayé par ces faux prêtres qui célèbrent ces parodies et sur des autels définitivement souillés. Combien méritent-ils plus encore l’appellation de cloaques d’impureté.
      Comprenons-nous que la sanction d’avoir confondu le sacrifice de Caïn avec la très SAINTE Messe en est donnée par Romain, I, 18-32 ? que la secte conciliaire est châtiée depuis Vatican II ? que ces faux prêtres sont indignes de célébrer les saints mystères ?

      UNE CONCLUSION S’IMPOSE :
      ON NE PEUT PAS, ON NE DOIT PAS ASSISTER À LA MESSE DE N’IMPORTE QUI.

      En aucun cas, il ne faut assister à la messe – même dans le rite éternel – d’un conciliaire : en effet, en lien (en communion) avec des autorités hérétiques, il est lui-même hérétique ; en outre, s’il est ordonné dans le rite montinien (après 1970), il n’est pas prêtre ; s’il est ordonné dans le rite traditionnel, il peut l’être par un pseudo-évêque de rite montinien, donc son ordination est nulle.
      De même, on doit s’interdire toute messe d’un prêtre rallié-apostat, ainsi que d’un prêtre una cum Benoît XVI.
      Ce n’est pas encore suffisant, car le prêtre non una cum Bergo(go)glio-François Ø, mais attaché à un évêque non déclaré non una cum n’est pas innocent, n’est pas sûr et tombe sous la condamnation d’impiété de la très Sainte Vierge Marie.
      Le choix est donc très, très limité pour recevoir les grâces de la sainte Messe.

      Avant le concile, on pouvait pratiquement assister à la Messe n’importe où : tout prêtre célébrait la bonne Messe. Mais bien sûr, la prudence imposait de n’assister point à la Messe de prêtres irrévérencieux et impies. Aujourd’hui, la prudence s’impose plus que jamais. N’oublions pas que la Révolution en tiare et en chape sévit et que donc nous vivons à l’heure de LA RÉVOLUTION : les vrais catholiques, sous la Révolution dite Française, désertaient la messe des jureurs, vrais prêtres pourtant, schismatiques seulement et non pas hérétiques.

      Après avoir vu depuis Vatican II tant d’apostasies, dont la sanction est la damnation éternelle, que les réflexions inspirées par le message que la très Sainte Vierge Marie a eu la bonté de faire pour nous prémunir à La Salette, nous donnent le courage de ne faire, quoi qu’il en coûte, que la volonté de Dieu. Faire et croire ce qui a toujours été fait et cru : tels sont notre devoir, notre sécurité, notre Foi.

       

  21. novembre 29, 2013

    Cave Ne Cadas,

    Je suis allé voir vos liens. J’avais déjà lu certains de ces documents.
    Tous ces arguments qui s’appuient sur la tradition sont parfaitement logiques et j’ai souvent été tenté de rejoindre ce point de vue.
    J’y ai été tenté d’autant plus que l’évêque de mon diocèse est manifestement franc-maçon. L’une de ses premières actions lorsqu’il est arrivé ici a été de céder un terrain de l’église à une commune du département afin que la parcelle soit attribuée à une association musulmane pour y construire une mosquée. On peut pas faire plus clair. De même, il écarte systématiquement les laïques qui ont des vues un tant soit peu fidèles aux écritures. Par exemple, une dame du caté qui évoque l’existence de l’enfer à ses élèves est rapidement mise au placard. Ma fille ainée qui a préparé sa confirmation a été abasourdie d’entendre le diacre ou l’animateur parler de légende à propos d’Adam et Eve et du péché originel. Pris à part pour des explications, le prêtre m’a assuré que la Création doit être comprise sur le plan symbolique, et qu’en réalité l’univers a des millions d’années, Big Bang et tout le tralala, limite si l’homme ne descend pas du singe (ça, il ne l’a pas prononcé mais il était pas loin). Il est resté sourd à mes arguments scientifiques qui attestent d’une Terre jeune, du Déluge, etc…
    Il est clair que ce clergé-là est TOTALEMENT égaré, et qu’il professe des hérésies.
    Pour autant, ce clergé se présente aux yeux du monde comme l’Église Catholique et Apostolique officielle. Il fait tout ça au nom du Christ. Ainsi, il trompe les fidèles sur la vraie doctrine et ses dégâts sont visibles : à quelques exceptions près, AUCUN des enfants qui ont été au caté avec les miens ne sont revenus assister à la messe après le baptême ou la Profession de Foi. Évidemment. Si on leur dit que tout le monde va au ciel grâce à l’infinie bonté de Dieu, pourquoi faire l’effort d’aller assister à la messe, de faire les sacrements, de faire pénitence.
    Il est manifeste que ces gens-là sont dans l’erreur la plus totale. Et qu’ils sont incapable de raisonner avec logique alors que les faits confirment les prophéties de la Sainte Vierge.
    C’est scandaleux, proprement inimaginable et pourtant, ça se produit. Là, aujourd’hui.
    C’est donc que Dieu PERMET cela.
    Hors, Dieu ne peut pas permettre à Satan de damner son peuple au nom de son Église.
    Vous êtes capable de raisonner, et d’avoir accès à des documents qui confrontent les textes de Vatican II à la Tradition, et vous avez l’esprit assez ouvert pour mettre en question une autorité que l’énorme majorité des catholiques tiennent pour légitime.
    Mais tout le monde n’a pas cette grâce.
    Que deviennent tous ces gens ? Je fréquente des sœurs qui ont consacré leur vie à Dieu et qui sont envoyées faire de l’humanitaire en Afrique. Toutes ces personnes seront-elles damnées pour avoir suivi en toute bonne Foi ce qu’on leur a enseigné et demandé de faire AU NOM DU CHRIST ?
    Et bien, je ne le crois pas. Elles seront jugées selon les grâces qu’elles auront reçues.
    Je ne suis pas subjectiviste. Il y a une Vérité. Point.
    Pourtant dans les faits, je suis tenté d’admettre que dans les temps que nous vivons cette Vérité va être vécue différemment selon les individus, précisément selon les grâces qu’ils auront reçues et leurs propres capacités de raisonnement.
    Par exemple : vous êtes convaincu qu’une messe moderne est une hérésie et que vous commettez un pêcher d’y assister. Vous allez vous sanctifier en vous privant d’assister de façon hebdomadaire à la messe du coin et en faisant 200 km pour communier deux fois par an dans un centre Non Una Cum.
    De mon côté, je m’inflige d’assister à un Saint Sacrifice peut-être invalide, dans une église dont on a déplacé le grand et magnifique crucifix dans un coin pour le replacer par un objet moche et symbolique, où la Vierge et Sainte Jeanne d’Arc sont mises à l’écart des regards. Un lieu à proprement parler de désolation et d’abomination. Mais si je déserte cette église (où le grand et beau crucifix, les reliques d’un saint, et les statues de nos protecteurs restent présents même s’ils sont mis à l’écart, et devant lesquels je peux me recueillir), alors je ne vaux pas mieux, dans les faits, que tous ces baptisés qui n’y mettent jamais les pieds et tournent le dos à Notre Seigneur. Et si cette église est vide, alors elle sera un jour démolie. Et Satan aura remporté une victoire sur le monde.
    Comprenez-vous ce raisonnement ?

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      novembre 29, 2013

      Cher Andy,

      NON ! je ne comprends pas CE raisonnement !!!
      Car il est faux !!!

      Reprenez-vous cher « frère »… Vous devez FAIRE VOTRE salut, celui de votre épouse et celui de vos enfants (que le Bon Dieu vous a confié !)…
      Tout cela est « ABSOLUMENT NUL ET ENTIÈREMENT VAIN ». (http://www.virgo-maria.org/articles/2006/VM-2006-04-12-1-00-Abbe_Cekada_declare_invalide_rite_episcopal.pdf)

      « Pour autant, ce clergé se présente aux yeux du monde comme l’Église Catholique et Apostolique officielle. »
      Et alors !
      Cela n’en fait pas pour autant l’Église Catholique et Apostolique de Notre Seigneur Jésus-Christ !!!

      « C’est donc que Dieu PERMET cela.
      Hors, Dieu ne peut pas permettre à Satan de damner son peuple au nom de son Église. »

      OUI, Dieu permet cela !!!
      Voir la prière, composée par le pape LÉON XIII, le 13 octobre 1884 :

      « Selon la version la plus largement acceptée de ce qui s’est passé, le 13 octobre 1884, après que le Pape Léon XIII eut terminé de célébrer la Messe dans la chapelle vaticane entouré par quelques cardinaux et membres du Vatican, il s’arrêta soudainement au pied de l’autel. Il se tint là environ dix minutes, comme en extase, son visage blanc de lumière. Puis, partant immédiatement de la chapelle à son bureau, il composa la prière à saint Michel avec instructions pour qu’elle soit dite partout après chaque Messe basse.

      « Lorsqu’on lui demanda ce qui était arrivé, il expliqua qu’au moment où il s’apprêtait à quitter le pied de l’autel, il entendit soudainement des voix : deux voix, une douce et bonne, l’autre gutturale et dure ; il semblait qu’elles venaient d’à-côté du tabernacle. Comme il écoutait, il entendit la conversation suivante :

      « La voix gutturale, la voix de Satan dans son orgueil, criant au Seigneur : « Je peux détruire ton Eglise ».

      « La voix douce du Seigneur : « Tu peux ? Alors, fais le donc ».

      « Satan : « Pour cela, j’ai besoin de plus de temps et de pouvoir ».

      « Notre Seigneur : « Combien de temps ? Combien de pouvoir ? »

      « Satan : « 75 à 100 ans et un plus grand pouvoir sur ceux qui se mettent à mon service ».

      « Notre Seigneur : « Tu as le temps, tu auras le pouvoir. Fais avec cela ce que tu veux » ».

      (Revue de l’ordre séculier de Saint-Augustin, décembre 1981, New-York)

      Vous dites encore :
      « Mais tout le monde n’a pas cette grâce.
      Que deviennent tous ces gens ? »

      …Si tout le monde reçoit ces grâces du Bon Dieu !!!
      Mais tous, ne correspondent pas à la grâce… (Tous ne les acceptent pas)
      — Pourquoi ?
      Comme le disait Louis Bourdaloue – 1823 :

      Je distingue, avec le docteur angélique Saint Thomas, trois sortes d’aveuglements : un aveuglement qui de lui-même est péché, un aveuglement qui est la cause du péché et un aveuglement qui est l’effet du péché…

      Vous dites enfin :
      « Par exemple : vous êtes convaincu qu’une messe moderne est une hérésie et que vous commettez un pêcher d’y assister. Vous allez vous sanctifier en vous privant d’assister de façon hebdomadaire à la messe du coin et en faisant 200 km pour communier deux fois par an dans un centre Non Una Cum.
      De mon côté, je m’inflige d’assister à un Saint Sacrifice peut-être invalide, dans une église dont on a déplacé le grand et magnifique crucifix dans un coin pour le replacer par un objet moche et symbolique, où la Vierge et Sainte Jeanne d’Arc sont mises à l’écart des regards. Un lieu à proprement parler de désolation et d’abomination. Mais si je déserte cette église (où le grand et beau crucifix, les reliques d’un saint, et les statues de nos protecteurs restent présents même s’ils sont mis à l’écart, et devant lesquels je peux me recueillir), alors je ne vaux pas mieux, dans les faits, que tous ces baptisés qui n’y mettent jamais les pieds et tournent le dos à Notre Seigneur. Et si cette église est vide, alors elle sera un jour démolie. Et Satan aura remporté une victoire sur le monde. »

      NON cher « frère » !!! …car « en désertant » cette église VOUS GARDEREZ LA FOI !
      Puisque vous êtes dans la région Rhône-Alpes, contactez l’abbé Thomas Cazalas de ma part pour en parler de tout cela… (e-mail : thomas.cazalas@aliceadsl.fr)

       

  22. Francesco lien permanent
    novembre 29, 2013

    Pour comprendre, Andy, éloignez-vous des temples profanés où ce célèbre la cène de Montinienne, et priez et lisez.
     
    Votre salut en dépend.

  23. Martial lien permanent
    novembre 29, 2013

    beta François écrit plus haut :
    Parce qu’initialement, vous passez très vite sur les dogmes et les paroles de Notre Seigneur Jésus Christ dont il ne vous gêne pas de les faire mentir. Jamais la Sainte Vierge n’a prévenu que l’Église serait remplacée par une autre. Jamais notre Seigneur n’a remis en question l’autorité de « l’église » qui Le jugea. Bientôt vous accuserez les clous et la croix d’avoir été la cause de la mort du Fils de Dieu
     
    Savez-vous que les dogmes et les paroles de Notre-Seigneur Jésus-Christ, que nous ferions mentir (sic) selon vous, nous apprennent que :
         1/ le Saint-Esprit absorbe en quelque sorte en lui l’âme des fidèles, en effusant sur leur volonté le désir de voir Dieu, (ils seront « heureux » disent les Béatitudes) désir qui se traduit dans l’inscription des « commandements et normes de Dieu et de l’Église » précisément dans leur volonté (« leur cœur de chair » dit le prophète). Ces fidèles en attestent par leur effort de prière et d’action spécifiques en conséquence.
    Oubliez-vous que la secte conciliaire, sa « nouvelle » religion, ses simagrées rituelles,  et sa pastorale psychologique et humanitaire, ne peuvent vous parler que de l’humaine et universelle « joie » (ou « amour », ou « esprit ») de convivialité ?   
         2/ Dieu Notre Père leur fait voir Dieu, en commençant dès ici bas pour les âmes en état de grâce, énergiques et sous la motion des grands désirs effusés du Saint-Esprit. Il les fait participer à Sa propre nature divine, en infusant leur âme (inhabitation) par le truchement de leur mémoire, (cf. l’analogie de St Augustin sur la Trinité) la réalité surnaturelle objective  de Son être à contempler, qui les transforme en des « cœurs purs »  des Béatitudes.   
    Or que vous propose comme spiritualité la secte conciliaire hormis des délires millénaristes, névrotiques, quoique culturellement catholiques,  de femmes hystérico-mystiques, ignorantes du catéchisme, démunies de directeurs spirituels catholiques, ayant sombré dans l’orgueil et la  concupiscence  spirituels dans le meilleur des cas ?   
         3/ Notre-Seigneur identifie à Lui Ses disciples, qui ont choisi de perdre leur vie pour Lui, lorsqu’ils ont  décidé de conformer leur intelligence à l’intelligence de la Norme nouvelle et éternelle du Verbe. En contemplant le  Divin Maître,  leur âme se nourrit de la certitude objective, – les Béatitudes disent qu’ils « verront Dieu » – certitude qui s’incarne nécessairement et surnaturellement dans le Sacrement du Saint-Sacrifice de la Messe. Ce qui leur permet de dire qu’ils sont Enfants de l’Église.   
    Et là encore, que vous offre donc la secte conciliaire, à part le sacrifice cynique de Caïn, le commentaire auto-satisfait de ses  nouvelles sous-synagogues noachides, et la niaiserie de sa pastorale affective, congédiant toute intelligibilité de la Révélation ?
        
    L’Église, comme chacun de ses enfants,  vit de la Sainte Trinité, ni plus ni moins : en sa nature, en ses normes, en son enseignement. 
    Il faut apprendre, apprendre en priant, (et notamment la T.S.V.M.), et apprendre en étudiant, à la connaitre pour l’aimer.
    ENSUITE, IL SERA AISÉ*  de voir que la secte et sa fraction « tradi » constituent tout simplement l’antithèse, trait pour trait, de l’Église, aussi bien dans l’origine,  dans la doctrine, que dans les œuvres.  
    Non, ce ne sont pas les affidés de la secte conciliaires, ni leurs gogos, ni les responsables aveugles et bouchés à l’émeri de la F$$PX, ni les clercs  précieux ridicules, ringards et fourbes, « matérialiter » qui feraient « agoniser » l’Église dans son propre être semper idem ab initio. C’est une impossibilité métaphysique, théologique, dogmatique, historique, sacramentelle !  
     
    (*) Cave Ne Cadas a  rappelé à propos ce qu’a dit Saint Thomas sur le rapport entre l’aveuglement et le péché      

  24. Louis-Hubert REMY
    novembre 30, 2013

    À Monsieur Jollo :
    « Ah bon …, on n’a pas la foi quand on respecte les commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur ???????????? »
       Il ne suffit pas de respecter les commandements de Dieu et les enseignements de Notre-Seigneur, il faut beaucoup plus :

    « Celui qui, même sur un seul point, refuse son assentiment aux vérités divinement révélées, très réellement abdique tout à fait la foi, puisqu’il refuse de se soumettre à Dieu en tant qu’Il est la souveraine vérité et le motif propre de la foi ». Léon XIII, Satis cognitum

       Et suite : http://www.a-c-r-f.com/documents/Critique_catechisme_conciliaire.pdf
    On est loin avec la secte conciliaire, on est loin avec les papes de la secte conciliaire, on est loin avec certaines branches dites tradis de ce que doit croire un catholique.
    http://www.a-c-r-f.com/documents/LHR-Ils_ont.pdf
     

    • novembre 30, 2013

      Mais qui donc a divinement révélé les vérités qu’il faut croire, si ce n’est le Christ, et il a tout dit.
      L’Église ne fait que reprendre les enseignements du Christ en nous les expliquant.
      Les dogmes sont des vérités à croire basés sur les enseignements de Nôtre seigneur, rien ne peut être inventé.
      Et la citation de Léon XIII ne fait que préciser qu’il ne faut rien retrancher aux enseignements de Jésus,
      vous enlevez une pierre et tout l’édifice de la foi s’écroule.
      Ce n’est pas « beaucoup plus » c’est TOUT, tout simplement.
      Je ne vois donc pas en quoi vôtre précision annule ce que je vous ai dit : les commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur ; qu’y a-t-il a ajouter de plus ???

  25. Louis-Hubert REMY
    novembre 30, 2013

    suite : http://www.a-c-r-f.com/documents/Abbe_ZINS-Face_a_face.pdf
    M. Jollo, tous ces gens sont-ils des catholiques.
    Nous n’avons qu’un seul trésor notre Foi, dont le résumé est tout simplement dans l’acte de Foi :

    Mon Dieu, je crois fermement TOUTES les vérités que Vous nous avez révélées et que Vous nous enseigner par Votre sainte Église, parce que c’est Vous ne pouvez ni Vous tromper, ni nous tromper.

    On ne peut transiger sur aucun point.

     

    • novembre 30, 2013

      Tous ces gens sont ils Catholiques, oui … , bien sur, s’ils sont baptisés, par contre s’ils transgressent les vérités ils commettent des péchés dont ils devront répondre.
      Un pécheur baptisé ne cesse pas de devenir Catholique, et Dieu attend avec patience qu’il regrette ses fautes jusqu’à la dernière minute de sa vie, comme le bon larron.

      • Cave Ne Cadas
        Cave Ne Cadas lien permanent*
        novembre 30, 2013

        JOLLO,
        arrêtez de dire des bêtises… Vous perdez le sens des mots…

        Un « catholique » qui SE MET hors de l’Église… N’EST PLUS Catholique !!!

         

        • décembre 1, 2013

          Je devrai tout de même ajouter : sauf cas d’excommunication.
          Mais pour l’instant qui voudra ou pourra excommunier ?

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            décembre 1, 2013

            Là ! vous redevenez (à moitié) raisonnable…

            À moitié seulement ???
            …Oui, car il ne faut pas toujours (le Pape, l’Évêque) …pour excommunier !!!

            L’excommunication latæ sententiæ (excommunication encourue du fait même de la commission du délit)…
            Elle est simplement aggravée quand l’excommunication est notoire, c’est-à-dire qu’elle a fait l’objet d’une déclaration…

            — l’apostasie : « le rejet total de la foi chrétienne » ;
            — le schisme : « le refus de soumission au Pontife Suprême ou de communion avec les membres de l’Église qui lui sont soumis » ;
            — l’hérésie : « la négation obstinée, après la réception du baptême, d’une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité »
            entre autres.

             

  26. décembre 1, 2013

    Donc pour vous un pécheur n’est plus Catholique, vous prenez des libertés, c’est donc vous le LIBÉRAL de service.

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      décembre 1, 2013

      JOLLO, vous le faites exprès !!!

      Ne vous rendez pas plus idiot que vous ne l’êtes…

      De quel péché parlons nous ?
      …un voleur de poules ???

      Oui, le voleur de poules reste Catholique après son vol… (Qui bien sûr déplais à Dieu.)

      Un hérétique NE RESTE PAS Catholique après son péché d’hérésie formel et public…puisqu’il se met de lui-même HORS DE L’ÉGLISE !!!
       

      • décembre 1, 2013

        Tout a fait d’accord, mais actuellement quelle autorité légalement constituée peut juger et délibérer ???

        Ce ne sont pas les hérétiques qui vont se déclarer hérétiques, et chez les tradis, quelle autorité légalement constituée peut intervenir ???
        Nous sommes dans une impasse totale ou humainement nous ne pouvons plus rien faire, seulement constater.
        La situation est aussi dramatique et confuse qu’avec Charles VII, et ce n’est pas un laïc ou un clerc autoproclamé qui pourra agir légalement, mais une autorité venant directement de Dieu.
        Certains parlent de la mission posthume de Jeanne d’Arc.
         
         

        • Don Leger
          Don Leger lien permanent
          décembre 1, 2013

          En effet, Jollo, ce ne sont pas les hérétiques qui diront, texto ; « Nous sommes hérétiques/apostats, nous renions notre foi/telle ou telles vérités, et nos embrassons telle religion autre que Catholique ». 
           
          Évidemment cela nous arrangerait grandement mais ce n’est pas le cas.
           
          Il ne faut pas compter non plus, à cette heure H, sur l’Autorité pour dénoncer ces voyous et cette crise puisque cette crise, par définition consiste voir disparaître, et en tout cas rendre invisible l’autorité.
          Nous ne pouvons pas raisonner comme si nous étions en septembre 1958 ou avant.  
           
          Aujourd’hui il n’y a pas besoin d’autorité pour déterminer que ces gens sont des renégats et des apostats puisqu’ils vivent en tant que tel publiquement, et professent publiquement des hérésies. 
          De même qu’aujourd’hui il n’y a « pas besoin » d’autorité pour déclarer que le rite montinien de Sacre et d’Ordination est nul, absolument nul. 
          C’est même pas douteux c’est nul, c’est invalide c’est absolument rien. 

          L’Église ne dira pas autre chose quand elle retrouvera un Pape à sa tête.
          Il en va de même pour Vatican II ses pompes, ses œuvres, et ses promoteurs, ils seront condamnés et leur noms voués non à la canonisation mais à l’opprobre. 

          • décembre 1, 2013

            Et une fois que nous les aurons décrétés hérétiques, on fait comment pour les virer ???
            Nous n’avons aucun pouvoir sinon la patience, la prière et mener une vie exemplaire.
            Nous constatons qu’ils sont hérétiques, un point c’est tout.
            Vatican II nous trompe, le pape n’est pas pape, la messe n’est plus valide, les sacrements dénaturés,
            nous en avons toutes les preuves, et on ne peut humainement rien y changer.
            AVEZ VOUS UNE SOLUTION ???

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              décembre 1, 2013

              Jollo,
              on vous a dit que les hérétiques se mettent d’eux-même hors de l’Église…

              Qu’est-ce que vous voulez « virer » ?? Les intrus usurpateurs qui occupent les structures (bâtiments) de l’Église ??? (je parle pas des bâtiments horribles qu’ils ont construit depuis les années 60’…ils peuvent conserver ces temples Maçonniques  !!!

              Et je vous assure qu’il vont déguerpir tout seul… quand « ça va sentir le roussi » pour Eux !!!

              En attendant, Veillons…et Prions…

               

  27. septembre 30, 2014

    Je trouve votre page aujourd’hui.

    Deux petites rectifications :

    1° L’hypothèse de la Parousie du Christ accompagné des saints et des anges se passe À L’HEURE DE LA MORT et non APRÈS la mort, car la mort est définies par moi selon son sens Biblique et non selon son sens Aristotelicien : Elle est le Passage entre ce monde et l’autre, qui dure un certain temps.

    2° Loin de supprimer l’enfer, cette hypothèse fait peur car ce n’est pas le Christ qui nous chasse. C’est nous qui face à lui, comprenant son mystère d’immense humilité et d’amour, le méprisons volontairement (blasphème contre l’Esprit). Et cela semble fréquent…

    3° Cette hypothèse n’est pas opposée à la foi car la définition de la mort n’a jamais été donnée dogmatiquement par l’Église. Prendre celle de saint Thomas d’Aquin est donc une hypothèse.

    Débat à poursuivre donc.

     

  28. Abenader lien permanent
    septembre 30, 2014

    Tiens ?! Mais c’est mister Dumouch qui vient étaler son vomi hérétique jusqu’ici !!!

     

    Débat à poursuivre mon œil (pour ne pas dire autre chose).

     

    Le débat est clos, votre fou-thèse a été condamnée par l’Église lorsqu’elle condamna celle du P. Getino, qui en avait une bien plus light que la vôtre.

     

    Mais vu que vous aimez godiller, répondez donc à cette question :

    Le Christ apparaît-Il selon vous avant ou après l’arrêt cardiaque définitif avec un électroencéphalogramme définitivement plat ?
     

    • septembre 30, 2014

      D’après sainte Faustine, cela se passe après la disparition de tout signe vital. Voici son texte :

       

      Citation:

      « Sainte Faustine, Petit journal 1697. J’accompagne souvent les âmes agonisantes et je leur obtiens la confiance en la miséricorde divine. Je supplie Dieu de leur donner toute la grâce divine, qui est toujours victorieuse. La miséricorde divine atteint plus d’une fois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. A l’extérieur, nous croyons que tout est fini, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. Elle ne nous donne à l’extérieur aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagit plus aux choses extérieures. Oh ! Que la miséricorde divine est insondable !
      Mais horreur! Il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment, rejettent cette grâce et la dédaignent. C’est déjà le moment même de l’agonie. Mais Dieu, dans sa miséricorde, donne à l’âme dans son for intérieur ce moment de clarté. Et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu.
      Mais parfois, il y a des âmes d’une telle dureté de cœur qu’elles choisissent consciemment l’enfer. Elles font échouer non seulement toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, mais même aussi les efforts divins. » 

  29. septembre 30, 2014

    Cave Ne Cadas, dans ce cas vous préférez le grand pape Innocent III :

     
    – Le pape Innocent III (1160-1216) : l’apparition glorieuse du Christ crucifié à l’heure de la mort [1]
    In Innocent III, De contemptu mundi sive de miseria conditione humanae, Libri III
     
    CAPUT 43
     
    D’Innocent III, Le mépris du monde ou la misère de la condition humaine, Livre 3
    Chapitre 43.
    De adventu Christi ad diem mortis cujuslibet hominis.
    Au sujet de la venue du Christ au jour de la mort de chaque homme.
    Videt etiam tam bonus quam malus, antequam egrediatur anima de corpore, Christum in cruce positum. Malus videt sibi ad confusionem, ut erubescat se non esse redemptum sanguine Christi, sua culpa exigente. Unde de malis dicitur in Evangelio: « Viderunt inquem pupugerunt », quod intelligitur de adventu Christi ad judicium, et de adventu ejus ad diem mortis cujuslibet hominis. Bonus vero videt ad exsultationem. Et hoc habemus ex verbis Apostoli, qui ait: « Usque in adventum Domini nostri Jesu Christi », id est ad diem mortis, quando apparet tam bonis quam malis Christus in cruce positus; et ipse Christus de Joanne Evangelista ait: « Si eum volo manere donec veniam » scilicet veniam ad obitum ejus. Quatuor namque leguntur adventus Christi, duo visibiles, et duo invisibiles. Primus adventus visibilis fuit in carne, quando natus est de Virgine; alius adventus visibilis est ad judicium, quando judicabit bonos et malos, quando statuet oves a dextris, haedos vero a sinistris. Primus adventus invisibilis fit in mente justi, per gratiam; unde Christus de viro justo ait: « Ad eum veniemus, et mansionem apud eum faciemus.» Est ergo anima justi sedes et habitaculum Dei, sicut scriptum est: «Anima justi sedes Dei », quia sedet Deus in eo per gratiam. Secundus adventus invisibilis est in obitu uniuscujusque fidelis; unde Joannes in Apocalypsi, desiderans liberari a carcere corporis, ad Christum ait: « Veni Domine Jesu » scilicet ad obitum meum; unde dicitur quod in die obitus sui, obviam venit ei Christus.
    « Tant le bon que le méchant voit le Christ en croix, avant que l’âme ne sorte du corps. Le méchant le voit à sa confusion, pour rougir de ne pas avoir été racheté par le sang du Christ, comme sa faute l’exige. C’est pourquoi il est dit des méchants dans l’évangile : « Ils verront celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37), ce qui s’entend de la venue du Christ au jugement, et de sa venue au jour de la mort de chaque homme. 
    Le bon, lui, le voit pour son exultation. Et nous tirons cela des paroles de l’Apôtre qui dit : « Jusqu’à l’avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ » (1Tm 6, 14), c’est-à-dire au jour de la mort, quand le Christ en croix apparaît tant aux bons qu’aux méchants ; et le Christ lui-même dit à propos de Jean l’évangéliste : « Si je veux que celui-ci demeure, jusqu’à ce que je vienne » (Jn 21, 22), c’est-à-dire « jusqu’à ce que je vienne à sa mort ».
    De fait, nous lisons qu’il y a quatre venues du Christ : deux visibles et deux invisibles. 
    La première venue visible fut dans la chair, quand il est né de la Vierge ; la deuxième venue visible est au Jugement, quand il jugera les bons et les méchants, quand il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.
    La première venue invisible se fait dans l’esprit du juste par la grâce ; c’est pourquoi le Christ dit de l’homme juste : « Nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jn 14, 23). Donc l’âme du juste est le siège et la demeure de Dieu, ainsi qu’il est écrit : « L’âme du juste est le trône de Dieu », parce que Dieu siège en lui par la grâce. La deuxième venue invisible est à la mort de chaque fidèle ; c’est pourquoi Jean, dans l’Apocalypse, désirant être libéré de la prison du corps, dit au Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap 22, 20), c’est-à-dire à ma mort ; c’est pourquoi on dit qu’au jour de sa mort, le Christ vint à sa rencontre. »
     

    [1] Voir l’’ami du clergé, 1932, page 133. 

  30. septembre 30, 2014

    Cave Ne Cadas,  ou saint Thomas d’Aquin :

     

    SAINT THOMAS D’AQUIN, De Veritate, 14, 11, 1. 

     

    « A un homme qui, sans y mettre d’obstacle, suivrait la raison naturelle pour chercher le bien et éviter le mal, on doit tenir pour très certain que Dieu révélerait par une inspiration intérieure les choses qu’il est nécessaire de croire ou lui enverrait quelque prédicateur de la foi, comme Pierre à Corneille. »

  31. Abenader lien permanent
    septembre 30, 2014

    Bien joué ! Vous citez Innocent III (si tant est que votre citation est exacte, avec les hérétiques, on ne sait jamais)  et qu’est-ce qu’il dit ?

     

    Que le Christ vient À LA MORT pour juger l’âme !!! À LA MORT !!! À LA MORT !!! CAPISH ?!?!

     

    Mais je vois qu’ici comme dans votre forum vous êtes incapable de répondre, et pour cause, vu que si vous répondiez, vous seriez obligé de fouler aux pieds votre fou-thèse :

    Le Christ apparaît-Il selon vous avant ou après l’arrêt cardiaque définitif avec un électroencéphalogramme définitivement plat ?

     

    P.S. Quant à votre Faustine, elle-même vous donne tort : elle dit ceci :

     

    « À l’extérieur, nous croyons que tout est fini, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. »

     

    À l’extérieur on croit que tout est fini, sous entendu que la personne est morte, « mais il n’en est pas ainsi » !!!! Ce qu’elle dit est relatif aux derniers instants de l’agonie, donc AVANT la mort, et pas APRÈS !!!

     

    Donc, je réitère : Le Christ apparaît-Il selon vous avant ou après l’arrêt cardiaque définitif avec un électroencéphalogramme définitivement plat ?

     

  32. septembre 30, 2014

    Oui le Christ vient À LA MORT, cher Abenader ! Et ceci est conforme à la foi.

    • Abenader lien permanent
      septembre 30, 2014

      Dumouch, le Christ apparaît-Il, selon votre thèse pourrie, avant ou après l’arrêt cardiaque définitif avec un électroencéphalogramme définitivement plat ?

       

      • septembre 30, 2014

        Avant et après, durant tout le passage de la mort qui se prolonge jusqu’à l’arrivée dans l’autre monde, comme dans le désert pour le peuple Hébreux entre l’Egypte et la terre promise. Là, dieu apparut au peuple sous forme d’une colonne de Lumière dans la nuit et le peuple vit la gloire de Dieu.

      • Fert Fert Fert
        Fert Fert Fert lien permanent
        octobre 1, 2014

        Cher Abenader,

        Il faut poser la question autrement : la mort, précisément, est le moment où l’âme se sépare du corps. La question est en fait de savoir —lors même que l’institution médicale a décrété la mort— si l’âme est encore présente dans le corps. En d’autres termes, la mort médicale n’est pas nécessairement la mort réelle, celle de la séparation entre le principe vital (l’âme) et son support (le corps). En effet, l’Église permet à un prêtre d’administrer l’extrême onction tant que le corps n’est pas froid. En réalité, nous sommes face à un mystère. Personne ne sait précisément quand. Ce qui est certain, c’est que la mort telle que les docteurs l’entendent (absence d’activité neuronale ; pas de pouls ; pas de respiration) n’est pas identique à la mort telle que j’en parlais plus haut.

         

        • Abenader lien permanent
          octobre 1, 2014

          Certes, cher Fert. Je suis d’accord avec vous.

           

          Mais une chose est sûre : il n’y a pas de « pendant » la mort, un pendant qui durerait indéfiniment et où on serait comme dans une troisième dimension pour deux semaines, et où le Christ tout chétif vient se présenter à nous ensemble avec Lucifer tout glorieux (eh oui, c’est ça la big Dumouch’s and Barnum Theory) pour nous redemander de choisir le ciel ou l’enfer, comme si la vie ici bas ne servait à rien.

           

          • Fert Fert Fert
            Fert Fert Fert lien permanent
            octobre 1, 2014

            Nous sommes parfaitement d’accord !

            C’est sur terre qu’il faut faire son salut car c’est sur terre que la miséricorde divine s’exerce, à notre mort c’est la justice qui intervient, nous sommes prévenus !
             

          • Edouard-Marie Laugier
            Edouard-Marie Laugier lien permanent
            octobre 2, 2014

            C’est en effet une « théorie » absurde.

            De même qu’il n’y a que deux camps celui de NSJC, celui de Satan et aucun autre.
            De même il n’y a que deux état : vivant et mort.
            Dans le temps (vie humaine) et dans l’éternité (vie de l’âme, sauvée ou damné, après la mort).

            Une fois que nous sommes mort nous sommes à jamais fixé dans notre éternité.

            C’est tellement évident.

             

            Mais j’ai bien entendu des modernistes dirent qu’il fallait 48 heures à l’âme pour monter au Ciel et y être jugé …
            sic
             

  33. Martial lien permanent
    septembre 30, 2014

    Monsieur Dumouch,

    1/ Le Catéchisme du Concile de Trente nous enseigne :

    § II. — DEUX JUGEMENTS, L’UN PARTICULIER ET L’AUTRE GÉNÉRAL.  Pour bien mettre en lumière cette vérité, les Pasteurs auront soin de distinguer deux temps différents où chacun de nous doit nécessairement comparaître devant Dieu, pour rendre compte de toutes ses pensées, de toutes ses actions, de toutes ses paroles, et pour entendre, séance tenante, la sentence de son Juge.  
    Le premier arrive au moment où nous venons de quitter la vie. À cet instant-là même, chacun paraît devant le tribunal de Dieu, et là il subit un examen rigoureux sur tout ce qu’il a fait, tout ce qu’il a dit, tout ce qu’il a pensé pendant sa vie. C’est ce qu’on appelle le Jugement particulier.
     
    2/ C’est dans ce cadre, et non dans un autre,

    que le Pape  Célestin III, cité par vous,  évoque le cas de l’apôtre Saint Jean :

    La deuxième venue invisible est à la mort de chaque fidèle ; c’est pourquoi Jean, dans l’Apocalypse, désirant être libéré de la prison du corps, dit au Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap 22, 20), c’est-à-dire à ma mort ; c’est pourquoi on dit qu’au jour de sa mort, le Christ vint à sa rencontre. »

    Saint Jean soupire de rencontrer son Divin Juge, à sa MORT, car il aspire au « bonheur des élus [qui ] consiste à voir, à aimer et à posséder pour toujours Dieu, source de tout bien ». (Catéchisme de Saint Pie X).
     
    3/ Lorsque Saint Thomas enseigne que le Bon Dieu « révélerait [à l’homme de bonne volonté] par une inspiration intérieure les choses qu’il est nécessaire de croire », cela ne nous autorise pas à fabriquer de la théorie théologique, sous couvert d’illusoire concordance avec un état provisoire et évolutif des connaissances médicales et scientifiques du moment (cf. Les expériences de mort imminente). 
     

    Car Notre-Seigneur Jésus-Christ est le Souverain Juge de tout homme, lors du jugement particulier ;  et il n’a pas attendu la béquille de nos pauvres préjugés compassionnels à la mode, pour l’aider de façon dérisoire, à « sauver » tout homme à sa mort  qu’ il  Lui plaira de sauver.

     

    • octobre 1, 2014

      Cher Martial, donc, si je vous comprends bien, la recherche théologique au service du Magistère s’arrêterait le 7 mars 1274, jour de la mort de saint Thomas d’Aquin ?

       

      Tout ce qui viendrait après (surtout si cela contredit sur quelques point le docteur Commun) serait de l’invention ?

      • Abenader lien permanent
        octobre 1, 2014

        Non, mais VOUS n’avez rien inventé, vous avez remâché le vomi de Getino, en l’aggravant.

         

        Or, si la thèse de Getino a été condamné, la vôtre l’est encore plus.

         

        Désolé.
         

      • Fert Fert Fert
        Fert Fert Fert lien permanent
        octobre 1, 2014

        Cher M. Dumouch,

        Il semblerait que depuis Vatican d’Eux se soit effectivement une nouvelle façon de faire chez les modernistes ! En effet selon Jean Paul « dieu » des vérités nouvelles remplacent les vérités anciennes ! Rien que ça ! Le besoin de mentir pour faire de la  religion moderniste (condamnée par St Pie X) la religion catholique, décidément les ennemis de Notre Seigneur ne reculent devant rien, évidemment ils servent le père du mensonge ! La vérité est éternelle  cher M. Dumouch !
         

        • Christian LE VAGUERESSE lien permanent
          avril 11, 2016

          Monsieur,

          La raillerie procède-t-elle de la grâce divine ?

          Que signifient ces jeux de mots douteux : Vatican d’Eux, Jean-Paul Dieu ?

          Je conviens que, même en cherchant la Vérité, on peut être dans l’erreur. Je m’en remets à la miséricorde divine.

          +++
           

  34. Martial lien permanent
    octobre 1, 2014

     

    Cher M. Dumouch,

     

    Je dois comprendre alors que vous ne vous consacrez qu’à de « la recherche théologique au service du Magistère« , lorsque néanmoins vous professez vos thèses, notamment la « réductio ad communicationem pastoralem » de la transmission du Dépôt de la Foi, ou encore le rêve de l »illumination finale ».

    En dehors d’un quelconque principe de progrès, les théologiens catholiques postérieurs à Saint Thomas, et reconnus,

    — respectent en première instance l’Autorité de la vérité factuelle et extrinsèquement surnaturelle du Donné Révélé, et cantonnent leur recherche intellectuelle à un strict développement homogène de la Prédication originaire et intangible des Apôtres ;

    — en second lieu, en obéissants fils de l’Église, ils pratiquent une ascèse contemplative, qui est un sacrifice existentiel quotidien en soi, et qui de surcroît mortifie l’imagination convulsionnaire, et les fantasmagories romantiques, nostalgiques ou futuristes ;

    — C’est donc à travers ce double filtre, affectant et l’intelligence et le cœur, qu’ils soumettent en effet  leur ré-exposition du Dogme, au jugement du Magistère de l’Église.

    1. L’étude, 2. la contemplation, 3. l’action :

    l’étude et la contemplation se complètent, l’action conclut.

     

    Or le cas spécial  de l’idée de Getino  relative à une « illumination finale », ou des témoignages anecdotiques et émotionnels de certains contemplatifs atypiques comme Faustine, ou encore des témoignages médicaux de ceux qui ont approché de la mort, n’entre nullement dans les paramètres indiqués ci-dessus.

    Il ne possède aucun intérêt théologique, car il ne forme pas le fruit ordinaire et valide de la vie contemplative, et il n’en est pas le fruit ordinaire, car il ne s’inscrit pas dans les limites du domaine surnaturel  qui sont rigoureusement définies par la Révélation !

     

  35. Christian LE VAGUERESSE lien permanent
    avril 11, 2016

    Je vous trouve bien téméraires de qualifier les Papes en exercice d’Antipapes.

    Et je vous trouve bien téméraires de présumer de la miséricorde ou de la sévérité de notre créateur. La sévérité que certains attribuent à notre Père s’appliquera à eux-mêmes.

    Pour ma part, j’ai compris que la grâce et une révélation spéciale de Dieu s’adresse à des hommes et des femmes au moment de leur agonie — donc avant leur mort, afin qu’ils puissent opérer un choix éclairé au moment de leur passage. Comme je confesse la foi en Dieu et en l’Église catholique, j’ai pu à de multiples reprises vérifier que cette proposition de choix entre Dieu et l’adversaire m’était faite dans les choix et décisions que j’avais à prendre dans ma vie et il m’est arrivé de refuser Dieu pour de multiples raisons. Si j’avais été mourant à ce moment, il est probable que j’eus été damné. Et je me réjouis que Notre Dieu ait été patient avec moi et qu’il m’ait donné de connaître un peu d’humilité pour pouvoir le choisir enfin, m’agenouiller devant un prêtre et me confesser, accorder à tous ses Saints Sacrements l’importance qu’ils méritent.

    Dieu nous bénisse et nous sauve.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      avril 11, 2016

      Cher Monsieur,
      … moi je « vous trouve bien téméraire de qualifier de Papes » le Clown Blanc qui USURPE le Siège Apostolique actuellement en étant qu’un pitre laïc déguisé en Pape… ainsi que les Francs Maçons USURPATEURS (Eux aussi) qui l’on précédé depuis la mort violente du Très Saint Père PIE XII en octobre 1958 !!!
       
      Anti-Papes ils sont selon les critères multiséculaire de la Sainte Église… et ce n’est pas votre fausse opinion qui changera la Vérité !!!
      Vous avez beau dire que l’Enfer n’existe pas… il brule quand même tous les jours et éternellement !
       
      Vous pensez « confesser la foi en Dieu et en l’Église catholique »… De quel Dieu ? mais certainement pas de l’Église catholique !!!
      …vous parlez de la Secte marrane (qui est double) Conciliaire.
       
      Méfiez-vous et convertissez-vous à la Vrai Foi catholique dans la Vrai Église de Jésus-Christ… car lorsque vous vous « agenouillez devant un ‘prêtre’ pour vous confesser »… dans la Secte marrane Conciliaire… c’est un laïc qui vous donne une pseudo « absolution » qui est NULLE et VAINE… et ne vous enlève pas vos péchés réels !
       
      Renseignez-vous sur cela :http://rore-sanctifica.org/
       

       

  36. Ultima Ratio lien permanent
    avril 12, 2016

    (Conciliaire… c’est un laïc qui vous donne une pseudo « absolution » qui est NULLE et VAINE… et ne vous enlève pas vos péchés réels !)

    Vous avez raison, toutefois expliquez moi a l’occasion comment des clercs Lefebvro-sédévacs puisent absoudre validement sans aucune Juridiction !? :roll:
    Car la Juridiction fait partie de la nature même du dit sacrement .http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      avril 12, 2016

      …on ne va pas encore une énième fois, revenir (revenir… et revenir…) sur ce problème de « juridiction » qui n’est valable que dans « l’Église en ordre… »
       
      Et en plus ! Bergo(go)glio, le Clown Blanc étendra la validité de confessions aux prêtres de la F$$PX au-delà de l’année de la miséricorde…
       
      http://www.riposte-catholique.fr/non-classe/pape-va-proroger-pouvoir-de-confesser-pretres-de-fsspx
      http://lesalonbeige.blogs.com
       

      Le 10 Avril, 2016, le Supérieur Général de la F$$PX, Mgr Bernard Fellay, a annoncé au cours de son sermon au Puy-en-Velay (France) que le «Pape» François [Ø] lui avait dit lors de la récente réunion au Vatican qu’il allait étendre les facultés qu’il avait donné à la F$$PX d’entendre les confessions valablement, au-delà du «Jubilé de l’Année de la Merci», qui se termine le 20 Novembre de cette année.
       


       
      Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la F$$PX a célébré, en présence de ses deux assistants généraux, la messe du dimanche du Bon-Pasteur.
       
      Quelques jours auparavant, il avait rencontré le «pape» François au cours d’un entretien très positif qui a resserré les liens entre le Saint-Siège et la Fraternité fondée par Mgr Marcel Lefebvre. Malgré la publication de l’exhortation post-synodale, laquelle « nous fait pleurer », il a révélé quelques « joies » issues de cet entretien : (à partir de la minute 18′ de l’audiophone ci-dessus)

      • le «pape» a confirmé que la FSSPX était catholique à ses yeux
      • Il a confirmé que jamais il ne la condamnerait
      • Il a confié vouloir étendre les facultés de la FSSPX, à commencer par le pouvoir de confesser de ses prêtres

       
      Enfin, au cours de ses entretiens à Rome, Mgr Fellay a été encouragé à fonder un séminaire en Italie.

       

       
      Tout se déroule donc selon le plan ! cela est la première étape à une réconciliation officielle entre les Modernistes du Vatican et les lefebvristes…
       

      Tout se déroule selon le plan prévu !

       

       

       

      • Ultima Ratio lien permanent
        avril 12, 2016

        on ne va pas encore une énième fois, revenir (revenir… et revenir…) sur ce problème de « juridiction » qui n’est valable que dans « l’église en ordre… »

        Donc, une loi divine et institution divine n’est valable que pour une (église en ordre !?) !?

        Pour temps le Saint Concile de Trente Dogmatique a Anathématiser votre opinion qui a déjà été avancé par les protestants !

        Mais possible que les Dogmes aussi sont valable que pour une église en ordre !????    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

         

         

        • Édouard-Marie
          Édouard-Marie lien permanent
          avril 12, 2016

          À vous lire, plus de confession, plus de Messe évidement, plus rien. Et ce quand demeurer en état de grâce est le plus difficile, avec la Foi attaquée de toute part, intérieure comme extérieure.

          Autrement dit, selon vos dires, au moment où la grâce (sacramentelle)  est plus que jamais ultra indispensable, le Bon Dieu la retirerais  (puisqu’il n’y a plus de juridiction) nous « laissant » la seule contrition parfaite, difficile à obtenir.

           

          Catéchisme du Concile de Trente à l’appui.

           

          C’est bien, c’est beau. Vous êtes Catholique, et moi je suis stupéfait. Nos ennemis aussi doivent l’être, car vous travaillez bien pour eux.

           

          Ils n’auraient même pas du se casser la tête à faire des rites invalides puisque selon vous l’absence de juridiction interdit le recours à tout sacrements.

           

          Dites moi Ultima Ratio, quand vous avez été baptisé, il y avait une synagogue pas très loin ? J’en suis certains, vous avez l’esprit talmudique, comme l’ignoble Zins.

           

          Ce milieu est vraiment à vomir !
           

           

  37. Ultima Ratio lien permanent
    avril 12, 2016

    C’est que vous ne comprenez pas que je ne nie  pas qu’il y ait un sérieux problème actuellement, mais ce problème ne change pas la nature des choses !

    En ce sens, si le Magistère stipule qu’il y aura des prêtres jusqu’à la fin des temps et que le sacerdoce doit se perpétuer, cela me permet-il de m’auto-ordonner prêtre sous prétexte que nous n’avons plus accès à des prêtres ???? Vous faites le même raisonnement que les Lefebvristes : À Rome siège un antichrist, et l’antichrist ne peut être chef de l’Église, mais il doit toujours y avoir un Pape, donc l’antichrist est Pape !

    le Pape est-il essentiel à l’Église !??????

    Le fait que les fidèles soient privés du saint sacrifice de la Messe et de la plus grande partie des sacrements change-t-il la nature des sacrements ? non ! C’est un peu comme si les modernos invoqueraient cet argument pour valider leurs faux sacre épiscopaux. Jésus-Christ a institué une autorité vivante dans son Église, Jésus-Christ a institué un Magistère vivant dans son Église, pourtant cela ne vous empêche pas d’affirmer qu’il n’y a plus d’autorité dans l’Église et plus de Magistère vivant, quand bien même que l’Église subsistera jusqu’à la fin des temps telle que l’a fondée Jésus-Christ … alors pourquoi maintenant cette débandade, quand quelqu’un affirme que les clercs sédévacantistes sans juridiction ne peuvent absoudre validement, en invoquant le passage du catéchisme de Saint Pie X disant que l’Eglise subsistera jusqu’à la fin des temps telle que Jésus-Christ l’a instituée ?

    Que cela nous dépasse certes, mais lorsque certains essaient de nous faire passer une crêpe pour une tarte à la crème.

    Ecclesia supplet !! :P
    Ecclesia supplet, est-ce que je vous l’ai dit ???

    Ecclesia supplet, juste pour être sûr.    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
     

     

    • Édouard-Marie
      Édouard-Marie lien permanent
      avril 12, 2016

      Nous ne parlons pas le même langage.

      Qu’est ce qu’un Sacrement : c’est le signe sensible de la grâce !

      À quoi sert la grâce : à sanctifier les âmes pour les conduire au Ciel.

       

      Nous sommes au bord du chaos, l’Église Catholique est réduit à une dimension domestique, avec des foyers de religion, ça et là, et bientôt les catacombes.

      Et tout ce que vous trouvez à défendre, c’est la nécessité de la juridiction pour dispenser des sacrements qui, plus que jamais, sont capitaux pour sanctifier au mieux l’âme.

      L’art du détail, la maison brûle, mais vous préférez savoir si le tuyaux des pompiers est bien aux normes NF/CEE.

      Le Bon Dieu n’exige pas de ses fidèles serviteurs qu’ils ait recours à quelque chose qu’Il leur a retiré, à savoir la juridiction ordinaire.

       

      D’ailleurs je me demande comment vous vous comporterez, à l’heure de la mort, s’il y avait un clerc à côté de vous.
       

       

Les commentaires sont fermés.