Aller au contenu

UN CLERC ENFIN CLAIR

2014 février 4

 

ENFIN UN CLERC ENFIN CLAIR

Abbé Florian Abrahamowicz

L’abbé Abrahamowicz fait le point

D’aucuns le traiteront de “simpliste” : on connait !

Il est tout simplement : simple, car la Foi catholique est simple. Seule l’erreur est compliquée.

Face aux angoisses antisedevacantistes de Mgr Williamson (voir plus bas), l’abbé expose les absurdités de Mgr Willianson et celles de ses confrères “résistants” opposés aux aventures de Mgr Fellay. Mais il y a des dizaines d’années que ces absurdités ont été reprochées à Mgr Willianson et qu’il s’en moque complètement. Il sait que ses positions sont absurdes, il ne changera pas. Il n’est pas du camp de la vérité et cela depuis le début !

Richard Nelson Williamson

Il ne suffit pas d’être contre Mgr Fellay pour être dans la vérité.

Profitons-en pour faire remarquer que les projets des anti-Fellay, Avrillé compris, sont sans avenir. Mgr Williamson parle de sacrer. Qui ? Pourquoi ? quelques évêques de plus pour confirmer et faire quoi ? un séminaire ? avec qui ? ouvrir de nouvelles chapelles ? avec quelles troupes ?

Il est trop tard ! tout cela est mort-né ! Plus personne ne se convertit !

Dans les chapelles non-una-cum on en sait quelque chose : aucune vocation, aucun prêtre converti au « non una cum ». Mgr Guérard en avait converti une centaine (?) dans le monde entier.

Depuis 35 ans, où sont les vocations, où sont les conversions de prêtres non-una-cum, où sont les conversions de fidèles, que ce soit de Verrua, des abbés Guépin, Belmont, Seuillot, du P. Raffalli ? Rien, rien. Œuvres sans fruit ! Chapelles sans fidèles ou presque.

Alors qu’attendre des ʺ40ʺ ? Ils n’ont pratiquement pas de fidèles. Qui les suivra ? Le travail des Adrien Loubier de Bonnet de Viller, Max Barré, Paul Chaussé, etc. arrive trop tard et n’était pas assez rigoureux. Leurs lecteurs ne sont pas assez formés et ne sont que des lecteurs, pas des combattants de la foi.

L’abbé Abrahamowicz est clair mais son message arrive trop tard lui aussi. Depuis vingt ans et plus nous répétons le même message. Nous n’en avons reçu que des quolibets, des moqueries, des injures, y compris de ces nouveaux adeptes soi-disant plus fermes. Ils vont découvrir combien rejeter tout Vatican d’Eux est peu partagé. Ils vont découvrir que Dieu vomit les tièdes et qu’à la fin du 5è âge il y a si peu de croyants qu’ils se connaissent par leur nom (Holzhauser).

Écoutez le sermon du dimanche de la Chandeleur
de l’abbé Florian Abrahamowicz :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

J’en profite pour préciser que le site qui diffuse ce sermon, http://sedevacantisme.wordpress.com est à suivre avec prudence : il y a du bon mais aussi du moins bon, et même du mauvais.

Source : http://sedevacantisme.wordpress.com/2014/02/02/abbe-abrahamowicz-mgr-williamson-et-le-sedevacantisme/

 

Mgr Williamson, Commentaire Eleison

Numéro CCCXLI (341)

25 janvier, 2014

 

Anxiété Sédévacantiste I

Les paroles et les actes du Pape François depuis son élection au début de l’année passée ont été si peu catholiques et si outranciers qu’ils ont relancé l’idée que les derniers papes ne furent pas réellement Papes (« sédévacantisme »). Remarquons d’abord que le Pape François ne fait qu’exprimer plus ouvertement que ses prédécesseurs la folie de Vatican II. La question demeure de savoir si les six Papes Conciliaires (excepté éventuellement Jean-Paul I) peuvent réellement avoir été Vicaires du Christ.

La question n’est pas d’une importance primordiale. S’ils n’ont pas été Papes, de toute manière la Foi catholique et la morale, au moyen desquelles je dois « faire mon salut avec crainte et tremblement » (Filip.II,12) n’ont pas changé d’un iota. Et, s’ils ont été Papes, de toute façon je ne peux leur obéir dans la mesure où ils se sont éloignés de cette Foi et de cette morale, car « nous devons obéir à Dieu avant que d’obéir aux hommes » (Actes V,29). Néanmoins je crois qu’il convient d’offrir quelques réponses à certains arguments des sédévacantistes, car il y a des sédévacantistes qui paraissent désirer faire de la vacance du Siège de Rome un dogme que les Catholiques doivent absolument croire. À mon avis ce n’est pas le cas. « Dans les choses douteuses, la liberté » (Saint Augustin).

Je pense que la clef du problème dont le sédévacantisme n’est qu’une expression entre autres, c’est que Vatican II a été un désastre sans précédent dans toute l’histoire de l’Église de Jésus-Christ, tandis qu’en même temps il fut la conclusion logique pour les prélats catholiques d’une longue décadence qui remonte à la fin du Moyen Âge. D’un côté la nature divine de l’Église Catholique et les principes qui gouvernent toutes ses crises, y compris la crise Conciliaire, ne peuvent changer. D’un autre côté, l’application de ces principes doit prendre en compte les circonstances humaines toujours changeantes à l’intérieur desquelles ces principes jouent. Et le degré de la corruption humaine de nos jours n’a pas de précédent.

Ceci dit, deux des principes qui ne changent pas sont d’un côté que l’Église est indéfectible, puisque Notre Seigneur a promis que les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre elle (Mt.XVI,18). D’un autre côté Notre Seigneur s’est aussi demandé s’il trouverait encore la Foi sur la Terre lors de sa Seconde Venue (Lc.XVIII,8), citation importante car elle suggère clairement que l’Église aura presque complètement déserté à la fin du monde, tout comme elle paraît être en train de le faire en 2014. En effet si aujourd’hui nous ne vivons pas la fin du monde, nous sommes certainement en train de vivre la répétition générale de cette fin du monde, ainsi que Notre Dame de La Salette, le Vénérable Holzhauser et le Cardinal Billot l’ont tous suggéré.

Par conséquent aujourd’hui, comme à la fin du monde, la défection peut aller très loin. Certes elle ne peut aller plus loin que Dieu Tout-puissant ne l’aura permis, afin de garantir que son Église ne disparaisse pas totalement. Mais la défection peut aller aussi loin que Dieu le permettra – en d’autres mots rien n’empêche que son Église ne disparaisse pas presque complètement. Et jusqu’où exactement ce « presque complètement » peut-il aller ? Dieu seul le sait, aussi n’y a-t-il que le temps qui puisse nous le dire, car nul d’entre nous autres hommes ne sonde l’esprit de Dieu, et seulement les faits peuvent nous révéler après coup ce qui était prévu dans l’esprit divin. Mais Dieu nous révèle en partie son esprit dans l’Écriture Sainte.

Or, en ce qui concerne la fin du monde, bon nombre des interprètes du Chapitre XIII,11-17 de l’Apocalypse pensent que la Seconde Bête, semblable à un agneau et au service de l’Antéchrist, n’est autre que les autorités de l’Église, car si celles-ci tenaient tête à l’Antéchrist, jamais il ne serait en mesure de vaincre – mais l’Écriture dit qu’il vaincra. Donc : est-il si extraordinaire que lors de la répétition générale de la fin du monde les Vicaires du Christ parlent et se comportent comme des ennemis du Christ ? À la lumière de ces antécédents nécessaires, le « Commentaire » de la semaine prochaine proposera des réponses à quelques-uns des principaux arguments des sédévacantistes.

Kyrie eleison.

* * *

Numéro CCCXLII (342)

1 février, 2014

 

Anxiété Sédévacantiste II

1

 Ou bien on accepte les Papes Conciliaires en bloc (comme le font les libéraux – Dieu nous en préserve !) ou bien on les rejette en bloc (comme le font les sédévacantistes). Les accepter partiellement oui et partiellement non, c’est sélectionner et choisir ce que l’on acceptera, comme le fit Luther, et comme le font tous les hérétiques (du Grec : celui qui choisit). Cela est vrai si l’on sélectionne et choisit selon son propre choix personnel, mais cela n’est pas vrai si, comme Monseigneur Lefebvre, on juge selon la conformité ou non à la Tradition catholique, laquelle se trouve dans le trésor de 2000 ans de documents magistériels de l’Église. Dans ce cas on juge en accord avec 260 Papes contre seulement six, mais cela ne prouve pas l’invalidité de ces six derniers Papes.

2

 Mais ces six Papes Conciliaires ont empoisonné la Foi et ont mis en danger le salut éternel de millions de Catholiques : cela est contraire à l’indéfectibilité de l’Église. Lors de la crise Arienne du 4ème siècle, le Pape Libère (!!! toujours la même erreur !!! pourtant réfutée mille fois !!!) mit la Foi en danger en condamnant Saint Athanase et en accordant son appui aux évêques Ariens de l’Est. Alors pour un certain temps l’indéfectibilité de l’Église n’était plus assurée par l’intermédiaire du Pape mais par son adversaire apparent. Cependant cela ne signifie pas que Libère ait cessé d’être le Pape, ni qu’Athanase ait été le Pape. De même aujourd’hui, l’indéfectibilité de l’Église passe par ceux qui suivent fidèlement la ligne de conduite établie par Monseigneur Lefebvre, mais cela ne signifie pas nécessairement que Paul VI n’ait pas été le Pape.

3

 Ce que les évêques du monde enseignent, unis au Pape, c’est le Magistère Ordinaire Universel de l’Église, lequel est infaillible. Or voici que, au cours des 50 dernières années, les évêques du monde unis aux Papes Conciliaires ont enseigné le délire Conciliaire. Par conséquent ces Papes ne peuvent avoir été de vrais Papes. Si le Magistère Ordinaire de l’Église devait s’éloigner de la Tradition en opposition avec elle, il ne serait plus « Ordinaire », mais plutôt tout ce qu’il y a de plus extraordinaire, parce que la doctrine de l’Église n’admet pas de nouveautés, devant être « Universel » autant dans le temps que dans l’espace. Or la doctrine Conciliaire s’écarte de beaucoup de la Tradition (par exemple la liberté religieuse et l’œcuménisme). Par conséquent la doctrine qui est propre au Concile ne tombe pas sous le Magistère Ordinaire Universel, et elle ne peut servir de preuve que les Papes Conciliaires ne furent point Papes.

4

 Le Modernisme est « la synthèse de toutes les hérésies » (Saint Pie X). Or, les Papes Conciliaires furent tous des modernistes « publiques et manifestes », c’est-à-dire des hérétiques d’une nature telle que Saint Robert Bellarmin déclarait qu’ils ne pouvaient être membres de l’Église, et à plus forte raison en être la tête. Voyez le « Commentaire » de la semaine dernière. Aux jours de Saint Bellarmin les choses étaient beaucoup plus claires, à savoir « publiques et manifestes », qu’elles ne le sont de nos jours où c’est la confusion qui règne dans les esprits et les cœurs. L’hérésie objective des Papes Conciliaires (c’est-à-dire ce qu’ils disent) est publique et manifeste, mais ce n’est pas le cas de leur hérésie subjective ou formelle (c’est-à-dire leur intention consciente et résolue de nier ce qu’eux savent être l’immuable dogme catholique). La preuve de leur hérésie formelle ne peut être obtenue que par une confrontation avec l’autorité doctrinale de l’Église, par exemple l’Inquisition ou Saint Office (quelque soit son nom). Mais le Pape est lui-même l’autorité doctrinale la plus haute de l’Église, au dessus et au-delà de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Comment donc pourrait-il être lui-même prouvé coupable d’appartenir à cette classe d’hérétique dont on suppose qu’elle seule peut le rendre incapable d’être le chef de l’Église ?

5

 Mais dans ce cas-là l’Église a fait naufrage sans possibilité de s’en sortir. Encore une fois, voyez le « Commentaire » de la semaine dernière. Les esprits sont aujourd’hui si universellement embrouillés que Dieu seul peut débrouiller un tel chaos. Plutôt que de prouver que ces Papes embrouillés ne sont pas Papes, cette objection suggérerait que Lui seul doit intervenir (et vite, dirait-on !). Mais patience. Dieu nous soumet tous à l’épreuve, et Il a parfaitement le droit de le faire.

Kyrie eleison.

  1. Télécharger en PDF

 

* * *

 

Mgr Williamson est absurde ! L’abbé Florian Abrahamowicz dit tout clairement

Abbé Florian Abrahamowicz

« L’angoisse est plutôt de ceux qui ne se sont pas fait définitivement une raison de ce qui est l’Église catholique et de ce que n’est pas l’Église catholique…

« L’angoisse est plutôt chez ceux qui essayent à tout prix encore de combiner l’église Conciliaire (dont Mgr Lefebvre disait ce n’est pas l’Église fondée par le Christ) …et l’Église catholique, qui parlent de l’Église catholique dans l’église Conciliaire… C’est l’Église catholique ou ce n’est pas l’Église catholique !

« C’est dans la F$$PX et la “Résistance” qu’il y a des angoisses !

« L’angoisse de ne se sentir pas capable de juger avec 260 Papes le fait que c’est derniers six ne l’ont pas été…

« L’angoisse de croire que l’indéfectibilité de l’Église existe seulement dans les fidèles de Monseigneur Lefebvre…

« L’angoisse de croire que puisque la doctrine du concile (conciliabule) Vatican II (d’Eux) n’est pas catholique « …on ne peut pas juger ceux qui la professent »

« L’angoisse de croire qu’il faut un tribunal ecclésiastique qui condamne comme hérésies, hérétiques formels ces derniers papes pour dire qu’ils ne sont pas Catholiques et pas membres de l’Église…

« L’angoisse de penser et de dire que nous ne pouvons et devons rien faire, que tout doit être fait par Jésus-Christ…

« C’est cela qu’affirme Mgr Willianson…

« Mais cela, pour de vrai, ça cause de l’angoisse !

« Par contre ceux qui disent “Mais non, c’est le contraire ! avec 260 Papes, nous nous sentons très certains de dire que ces derniers six ne sont pas Catholiques”

« Ça nous donne beaucoup de sérénité… mais surtout ça ne nous donne pas l’angoisse de la contradiction

 

 

F$$PX ou néo-Résistants à la F$$PX

Voie sans Issue !!!

Dead End - Voie sans Issue

 

11 réponses
  1. Louis-Hubert REMY
    février 4, 2014

    L’abbé Abrahamowicz découvre les « absurdités » de Mgr Williamson.
    Ce sont les mêmes depuis plus de trente ans, et pour en avoir souvent parlé avec Mgr Williamson, il ne changera pas et conduira les quelques rares prêtres et fidèles qui le suivront dans une triste impasse.
    J’ai été long à comprendre cette obstination dans l’erreur, longuement démontrée dans Virgo Maria, mais je crois vraiment que Mgr n’est pas du camp de la Vérité, est malhonnête et se moque des fidèles. Il est trop intelligent pour ne pas le savoir.
    Je prie pour lui car nous fûmes très amis.

  2. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    février 5, 2014

    Mieux vaut tard que jamais.

    De toute façon c’est dans l’ordre des choses que toutes les entreprises cléricales échouent.
    Il y a quelques années, deux brillants clercs, dont un qui était le « meilleur sur le marché » ont tenté, avec de brillants laïcs de qualité, d’entreprendre un projet pour les vocations.
    C’était la plus fine équipe et ça a échoué. Rien donc ne peut réussir mieux qu’eux.

    Si déjà nous pouvons avoir des clercs ( un seul ? ) qui, faisant un retour sur eux mêmes, comprennent le châtiment qui s’abat sur eux, et par ricochet sur nous, et se comportent à l’aune de ces éléments là il y aura de l’espoir.

    Un seul clerc, détaché complètement de l’esprit éconien, du poison de la thèse, mais au contraire clairement antilibéral, saint sur la doctrine et les mœurs … cela serait déjà énorme.

    • Charles
      Charles lien permanent
      février 5, 2014

      Cher Édouard vous mettez à juste titre l’accent sur les difficultés majeures qui menacent tous les clercs de la tradition :
           1/ comprendre que le châtiment de l’aveuglement s’applique principalement aux clercs (catholiques !)
           2/ se détacher de l’esprit éconien (ou de celui -pour les plus proches de nous- de la « thèse ») et revêtir un esprit authentiquement antilibéral.

      Autant dire que la tâche est, à vue humaine, quasiment insurmontable…..
      J’en veux pour preuve, parmi d’autres, aussi innombrables que les étoiles dans le ciel, cet état d’esprit très spécifique qui est la marque personnelle de Mgr Lefebvre et qui berça d’illusions intellectuelles l’ensemble du traditionalisme. Je crois que cela fait partie de l’économie même du châtiment et qu’il fallait, pour la plupart d’entre nous, que nous errions pendant près de quarante ans, l’œil fixé sur une chimère et l’esprit subjugué par l’abondance (« psycho-affective »…dirait Pierre Legrand !) des biens liturgiques. Ce temps est révolu et le châtiment accentue la gravité de l’aveuglement, notamment clérical.

      Vous voulez toucher du doigt une fois pour toutes le nœud gordien de ce fameux esprit éconien ? Alors voici une petite piqure de rappel :

       Mgr Lefebvre : Nous n’avons pas le droit d’abandonner les autorités de l’Église
       

      SOURCE – Credidimus Caritati – 15 décembre 2013

      Mgr Lefebvre

      Nous avions précédemment exposé la fausse idée se répandant parmi quelques esprits, laquelle estime que les autorités ecclésiastiques seraient les membres d’une nouvelle Église dite conciliaire et non ceux de l’Église catholique. Il faudrait également évoquer une pensée tout aussi dangereuse qui, sans pour autant embrasser le sédévacantisme, consiste de manière désabusée à refuser tout contact avec les autorités de l’Église. Loin de sombrer dans la peur, mais toujours animé par l’esprit d’apostolat qui fait le missionnaire, Mgr Lefebvre, à l’occasion d’un sermon qu’il dispense à Lyon à l’été 1982, exhorte au contraire les fidèles à ne jamais abandonner les autorités, pas même les évêques. Tout mauvais pasteurs qu’ils peuvent être, ils demeurent ceux que Dieu a confiés à l’Église catholique et romaine. Ce sont pourtant ceux qui ont poussé à la condamnation de la Fraternité. Le désespoir ou l’animosité ne sont pas pour autant des réponses valables pour un catholique : 

       

      « Nous sommes persuadés qu’un jour viendra (quand ? Dieu seul le sait) où l’Église nous encouragera et nous félicitera d’avoir maintenu cette Tradition. C’est pour cela que je me rends à Rome mardi. Après de nombreuses et nombreuses démarches, celle-ci aboutira-t-elle plus que les autres ? Je n’en sais rien. Mais je le fais par devoir de conscience pour que lorsque le Bon Dieu me rappellera, il ne puisse pas me dire n’avoir rien fait pour rétablir la Tradition. J’aurai tout fait pour la rétablir. Si le Bon Dieu veut que nous soyons encore d’une certaine manière abandonnés par ceux qui devraient être nos pères, eh bien, ce sera la grande épreuve de l’Église… Mais nous n’avons pas le droit de nous décourager et de dire : « puisqu’il n’y a pas moyen d’être entendus, abandonnons les évêques, il n’y a plus d’Église, c’est fini. » Non l’Église est toujours debout et si ceux qui sont chargés de la conduire ne font pas leur devoir, ce sont de mauvais pasteurs, ce n’est pas pour cela que nous devons les abandonner. Nous devons avoir confiance dans la Providence. Le Bon Dieu soutient Son Église, nous n’avons pas le droit d’abandonner cette Église catholique et romaine. En faisant tout ce qui est notre devoir, demeurons dans la paix. »

       Mgr Marcel Lefebvre, chapelle Saint-Irénée à Lyon, sermon du 18 juillet 1982

  3. Charles
    Charles lien permanent
    février 5, 2014

    « triste impasse » nous dit très justement LHR…édulcorant sans doute un peu sa pensée profonde…..
    L’état du clergé catholique et de la catholicité est tellement accablant qu’on peut se demander si la foi en 2014 ne consiste tout simplement à faire  cet acte de confiance et d’amour dans les 260 successeurs de St Pierre, en ramassant les miettes que Notre-Seigneur veut bien encore nous accorder, en attendant que Sa Justice nous prive définitivement de tout et que nous accompagnions l’Église au tombeau en attendant la glorieuse résurrection ?
    Oui l’Abbé le dit bien : angoisse et sérénité ne font pas bon ménage ! mais de quel camp avons-nous choisi d’être ? L’obstination dans l’erreur prend sa source dans l’angoisse qui est elle-même générée par la corruption morale et spirituelle (cloaque d’impureté) de la contradiction…fruit du péché d’orgueil qui est lové en chacun de nous et que l’enfer prend un malin plaisir à réactiver en ces temps d’apostasie…surtout chez les personnes consacrées, objet d’une haine toute particulière……….
    Ainsi comprendrons-nous mieux pourquoi il nous faut prier pour nos prêtres sans nous lasser malgré l’aveuglement indécrottable dont ils nous font trop souvent la démonstration humainement désespérante….
     

  4. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 5, 2014

    Oui, l’abbé Abrahamowicz fait une bonne analyse  des propos de Mgr Williamson, pour ma part j’ai suggéré que puisque Mgr Williamson n’était pas sédévacantiste il aille faire confirmer son épiscopat par François, comme l’avait recommandé Mgr Lefebvre.
    Les « Commentaires Eleison » sont sans argument, sans théologie la plupart du temps. Mgr Williamson dénonce les dérives de Mgr Fellay, car lui seul aurait compris la pensée de Mgr Lefebvre, mais il a été directeur de deux séminaires et quels sont les fruits ? Il nous parle de la mort de l’intelligence qui est en fait une perte de la relation au réel. Il avoue qu’il ne peut pas faire un séminaire, se demandant même autour de quoi le faire, quel naufrage.
    Il ne suffit pas de résister à Mgr Fellay, passé à l’ennemi ; il ne suffit pas d’être non una cum avec l’ennemi, il faut être una cum la Sainte Église, una cum sa Tête d’où découle toutes les grâces. Le désespoir n’est pas chrétien, dans la tempête à l’heure du péril, quand le Maître semble dormir il nous demande d’augmenter notre foi. L’abbé Abrahamowicz vient de la FSSPX « sans issue », donc, il faut essayer dans gagner d’autres, tout le monde n’a pas la science infuse. Il faut combattre jusqu’à la fin, Dieu ne nous demande pas de remporter la victoire, mais de combattre pour que nous soyons victorieux avec Lui et en Lui.
     

  5. Cave Ne Cadas
    février 5, 2014

    Reçu par eMail ce matin :

    ABRAHAM-owicz  !!! Il vous faut quoi de plus pour mettre en route vos cellules grises ?

     

    • Ludovicus
      Ludovicus lien permanent
      février 5, 2014

      Oui, et alors. Il a un frère très en vue dans le milieu conciliaire. Que voulez-vous ? Vous fournissez la corde aussi ? Tous les juifs convertis sont-ils des marannes ? Notre Seigneur Jésus-Christ n’est pas venu pour sauver les stoïciens ataraxiques de marbre, mais ce qui est en danger de périr.

      • Cave Ne Cadas
        février 5, 2014

        Oh ! Ludovicus

        Quelle mouche te pique ?

        NB :L’expression est attestée au XVIIème et fait référence à la piqûre de l’insecte, qui procure une sensation désagréable et donc, parfois, un sursaut involontaire qu’on peut assimiler à un geste de colère.

        L’expression originelle, vers 1410, était Quelle mouche le point ?

        Il est à noter également qu’au XVIème siècle l’une des significations du mot mouche était « pensée brusque, souci ».

         

         
        Ce n’est pas parce que je relaie un message reçu…
         
        D’autant plus que j’ai toujours eu une bonne impression de l’abbé Abrahamowicz !!! …fut-il « fils d’Abraham !!!
        …et ce fut souvent un point de désaccord avec mes confrères et amis de V.M. …

         

        • Ludovicus
          Ludovicus lien permanent
          février 5, 2014

          Je regarde à ce qui est dit et non à celui qui le dit. Le message relayé sans les explications était  pour le moins curieux, surtout après le titre de l’article.
           
          Par correction je ne tutoie jamais mes interlocuteurs, et je vous rassure nul souci.

          • Cave Ne Cadas
            février 5, 2014

            Rassurez-vous Ludovicus,

            Par correction je ne tutoie pas non plus mes interlocuteurs…sauf mes parents et amis.
            (Quoi que le Flamant –mon origine– n’a pas de vouvoiement… et donc quand il parle en français, il te tutoie ! une fois…)

            La locution était simplement reprise dans son intégrité d’origine…

             

  6. Charles
    Charles lien permanent
    février 5, 2014

    Cher Cave Ne Cadas ! Aucun lien bien sûr avec cette petite info que je trouve sur le Net :
    « The Recusant nous apprend la bonne nouvelle suivante : « M. l’abbé Steven Abraham a rejoint la semaine dernière la Résistance dans la maison achetée par Mgr Wiliamson. Il a célébré la messe pour la Résistance le dimanche 26 janvier. »
    Celui-là au moins il n’est pas « owicz » !!!!   :P :mrgreen: :lol:

     

Les commentaires sont fermés.