Aller au contenu

Un chœur cacophonique : néoconservateurs, pseudo-traditionalistes, néo-FSSPX, UNA VOCE et tous les membres de la fausse résistance

2014 août 29

 

Nos confrères de Radio Cristiandad publient par la plume de leur talentueux Osko un article intéressant sur la cacophonie des traditionalistes de la “fausse majorité traditionnelle” (selon la très bonne expression de M. l’abbé Marchiset 😉 ) à partir d’exemples sud-américains. Nous avons jugé utile de vous offrir la traduction en français de cet article car il illustre bien le phénomène que nous rencontrons dans toutes les partie du monde de cette tradition…

 

QUAND SYLLABUS ACCUSE

 

Plutôt que « la même voix » c’est un chœur cacophonique

SYLLABUS" width="300" height="104" srcset="https://i2.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2014/08/banner-3.jpg?resize=300%2C104&ssl=1 300w, https://i2.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2014/08/banner-3.jpg?w=700&ssl=1 700w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" />

Par Osko de Radio Cristiandad

 

Le blogue SYLLABUS, qui fait partie de la résistance molle (très en pointe à l’heure actuelle dans l’antisédévacantisme), publie un article dont il ressort qu’existerait une connivence ou une étroite proximité entre la néo-FSSPX et Una Voce.

 

Mais ce qui nous incite à écrire (1) à ce sujet, c’est une autre similitude visible qui a échappé aux gens de SYLLABUS.

VOCE Argentine, n°36 - août 2014" width="600" height="793" srcset="https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2014/08/36-agosto-2014-1.jpg?resize=775%2C1024&ssl=1 775w, https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2014/08/36-agosto-2014-1.jpg?resize=227%2C300&ssl=1 227w, https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2014/08/36-agosto-2014-1.jpg?w=800&ssl=1 800w" sizes="(max-width: 600px) 100vw, 600px" />

 

 

Cette similitude rassemble tout le monde : néoconservateurs, pseudo-traditionalistes, néo-FSSPX, Una Voce et tous les membres de la fausse résistance, ainsi que nous le verrons.

C’est du reste logique, car quand on fait partie de telle ou telle fausse résistance, on perd généralement toute clairvoyance. Enfermés dans des idées préconçues d’origine bâtarde, ceux qui ont pour coutume soit d’ergoter presque systématiquement sur les textes, soit de les occulter ou de les tripatouiller, perdent bien souvent de vue que ce dont ils accusent autrui s’applique presque exactement à eux-mêmes.

Ainsi, non contents de leur impuissance, ils se rendent en plus incapables de se voir tomber dans les erreurs mêmes qu’ils dénoncent.

Selon Syllabus, les publications d’Una Voce

« … offrent de très bons textes écrits par des saints, des condamnations prononcées contre les protestants ou les musulmans, ou encore des articles rejetant l’œcuménisme, mais ils sont fous du « grand cardinal Joseph Ratzinger » (comme ils appellent ce moderniste) et ont à cœur de brosser un portrait positif de François. »

 

On peut dire exactement la même chose de l’ensemble de la fausse résistance à la fois fausse, schismatique et sectaire au sein de laquelle militent les gens de Syllabus et de Non Possumus, mais aussi – en général – de la totalité des sites et blogues Internet qui, tout en se définissant comme « traditionnels », manifestent avec frénésie et insistance leur antisédévacantisme.

La seule LÉGÈRE nuance qui les distingue du reste de la fausse résistance concerne la personne de Joseph Ratzinger, à propos duquel ils professent les mêmes idées que celles diffusées par leur chef, Mgr Williamson, à savoir que ledit Ratzinger aurait un cerveau moderniste, mais un « cœur traditionnel ». Du moins voient-ils en lui quelqu’un qui était mieux disposé que d’autres vis-à-vis de « la tradition ».

 

Quant à Bergoglio, ils sont plus ou moins d’accord entre eux, car tant Una Voce que la néo-FSSPX, Syllabus et, d’une manière générale, la fausse résistance critiquent l’intéressé avec modération, quoique certains se montrent évidemment plus critiques que d’autres.

SYLLABUS écrit également ceci :

« Il apparaît clairement que selon eux, tout ce qui semble répréhensible chez l’intéressé ne procède que d’une mauvaise interprétation ; en effet, dans un numéro antérieur d’Una Voce, un éditorial nous informe que “Ces jours-ci et pratiquement depuis son élection au siège de Pierre, la presse anticatholique ne cesse de nous présenter un Pape François libéral et ultramoderne. Mais de leur côté, les chrétiens schismatiques militant dans la secte sédévacantiste s’efforcent non moins de défigurer la personne du Saint Père, et même – dirai-je – avec encore plus d’acharnement diabolique”, etc. »

 

SYLLABUS signale beaucoup de choses qui peuvent être reprochées à Bergoglio, mais pas toutes, car la revue s’abstient d’aller au fond des choses. SYLLABUS et, en général, toute la « fausse résistance » ne dit pas tout ce que sont réellement Bergoglio et l’église Conciliaire ou officielle.

De fait, ils s’attachent depuis peu à publier les plaidoyers antisédévacantistes des dominicains d’Avrillé ou de l’abbé Boulet. Ces plaidoyers visent à « maquiller » la véritable situation dans laquelle se trouve Rome, c’est-à-dire l’église Conciliaire ou officielle, en atténuant la prise en compte et l’analyse des conséquences théologiques de cette situation, de même qu’en se perdant dans des méandres canoniques par le recours à un juridisme ratiocineur.

D’autre part, la vive préoccupation que le sédévacantisme inspire aux blogues de la fausse résistance paraît découler directement des divergences qui existent entre eux quant à cette position théologique. Cela nous conduit à penser que les « résistants » n’ont pas tous la même position en la matière.

Leurs positions respectives peuvent se résumer de la manière suivante (sans préjudice d’autres positions) :

A : le Siège est peut-être vacant, question qu’il convient d’étudier et dont il faut débattre.

B : le Siège ne peut pas être vacant, mais il est respectable de croire en une telle vacance ou d’en admettre l’éventualité.

C : Une telle éventualité est INADMISSIBLE et ne doit pas même être envisagée.

D : Non seulement il est INADMISSIBLE de discuter de la question, mais il doit être imposé à tous de reconnaître publiquement que Bergoglio est un véritable successeur de Pierre.

 

Dans leurs publications, les auteurs susmentionnés (dominicains d’Avrillé et abbé Boulet) soulignent de nombreux points importants et même décisifs, peut-être parce qu’ils pensent dissimuler ainsi la totale incohérence de leur position.

Qu’il suffise de mentionner comme exemple de cette incohérence : le chef de la fausse résistance, qui soutient que tout pouvoir de juridiction doit provenir des autorités romaines, alors même qu’il admet qu’elles sont dans l’apostasie.

 

Selon la fausse résistance, les apostats auraient donc pouvoir de juridiction au sein de la véritable Église catholique.

Et SYLLABUS d’ajouter avec un zeste d’ironie :

« Tout est la faute de l’Internet, comme dans la crise de la FSSPX : Bien sûr, certains gestes ou attitudes de François ne leur plaisent guère, mais il ne faut quand même pas exagérer, et il n’y a pas de quoi en faire tout un plat. S’ils sont reconnus par Rome, ils ne vont pas tirer aussi fort sur les hérétiques, les apostats et les modernistes. Pourvu qu’on leur laisse leur Messe traditionnelle… Peut-être est-ce dans ce même état d’esprit sous-jacent qu’un autre article de la revue affirme ceci : “Présente dans plus de quarante pays, la Fédération internationale UNA VOCE, unie au Pape François, promeut et défend la Tradition catholique en se fondant sur les lettres apostoliques contenues dans le Motuo (sic) Proprio Summorum Pontificum”. Comment ils peuvent se débrouiller pour promouvoir et défendre la Tradition catholique en union avec François, le grand ennemi et le destructeur très efficace de la Tradition catholique, voilà ce que nous ne parvenons pas à imaginer. »

 

Selon SYLLABUS, « S’ils sont reconnus par Rome, ils ne vont pas tirer aussi fort sur les hérétiques, les apostats et les modernistes. »

Intéressant commentaire…

Et commentaire fort suggestif, car on est fondé à en déduire qu’il suffirait d’obtenir la « reconnaissance de Rome » pour justifier l’atténuation des critiques…

Il est donc permis de supposer que le jour où Mgr Williamson prendrait un avion pour Rome (car on se souvient qu’il a dit qu’il ne s’y rendrait pas en voiture si Rome l’appelait), Syllabus, Non Possumus et tous les autres organes de la fausse résistance atténueraient davantage encore leurs critiques et dénonciations.

 

Mais il faut pourtant revenir sur un point : SYLLABUS écrit que ceux de Rome sont « hérétiques, apostats et modernistes » ; ai-je bien lu ? Oui, MONSIEUR, vous avez bien lu.

La chose est à noter. Et l’on peut constater ici le genre d’aveuglement obstiné de ceux qui militent dans la « fausse résistance ».

Soulignons bien ce point.

SYLLABUS affirme que ceux qui dirigent Rome sont des HÉRÉTIQUES, des APOSTATS et des MODERNISTES.

Cela inclut assurément Bergoglio, car l’auteur ne fait pas le distingo, et dans le même article, il définit François comme étant « … le grand ennemi et le destructeur très efficace de la Tradition catholique. »

Or on sait que tous, sans exception, reconnaissent Bergoglio comme étant le « Saint Père », le pontife de la Véritable Église, qui a le Christ pour Fondateur.

Un « SAINT père » qui, en même temps, est « hérétique, apostat et moderniste », de même que « grand ENNEMI et destructeur Très Efficace de la Tradition catholique… » Décidément très logique, tout ça…

Étrange notion de la sainteté, qui ne peut s’expliquer que par une ardeur antisédévacantiste aussi aveugle qu’obsessionnelle, attitude qui – elle – est bel et bien sectaire et schismatique en plus d’être stupide.

On est donc en présence d’une absurdité majeure.

 

Après la lecture de cet article de SYLLABUS, nous ne pouvons plus douter le moins du monde de la justesse de notre interprétation : la revue Syllabus dénonce dans la fsspx et le groupe Una Voce ce qu’elle pratique de son côté. Elle nous semble même faire pire encore.

 

Pour finir, voyons en quoi tous les faux résistants se rejoignent et s’identifient entre eux sans le moindre doute possible :

Una Voce écrit ceci :

« Mais de leur côté, les chrétiens schismatiques militant dans la secte sédévacantiste s’efforcent non moins de défigurer la personne du Saint Père, et même – dirai-je – avec encore plus d’acharnement diabolique », etc.

 

Le groupe Una Voce traite donc en fait de SCHISMATIQUES et de SECTAIRES ceux qui soutiennent la position théologique selon laquelle « le Siège apostolique se trouve vacant à cause de la terrible apostasie de ceux qui font office d’autorités romaines ».

Or, c’est ce que font aussi beaucoup d’autres représentants de la fausse résistance : Non Possumus et Syllabus, notamment.

Des nuances ici ? Pas la moindre. Seulement une légère différence qui n’a rien d’essentiel. Tandis qu’Una Voce nie l’évidence, à savoir que Bergoglio EST un apostat, la fausse résistance nie les inévitables conséquences théologiques de l’apostasie évidente de l’intéressé et de toute l’église Conciliaire ou officielle, tombant ainsi dans les incohérences et les absurdités que nous avons signalées.

 


 

 

Source : Radio Cristiandad : http://radiocristiandad.wordpress.com/2014/08/20/osko-syllabus-acusa/

Traduction française du CatholicaPedia

 


[1] L’auteur de l’article est Osko de Radio Cristiandad

 

Une réponse
  1. Charles
    Charles lien permanent
    août 29, 2014

    « Absurdité majeure……frénésie et insistance »…… le mal est si grand et si incurable qu’il contient en lui-même tous les principes de son égarement-châtiment !

    Le châtiment suprême étant d’être en déni de son propre châtiment, et de l’attendre du Ciel pour les autres, alors même que Dieu nous livre à notre propre égarement, nous ôtant même l’espoir d’une conversion aussi soudaine qu’illusoire…

    Dieu n’interviendra que lorsque les justes crieront vers le Ciel et que tout semblera perdu !

    Autant dire qu’on a encore du souci à se faire pour la « fausse majorité traditionnelle »
     

Les commentaires sont fermés.