Le CatholicaPedia Blog

CatholicaPedia, une mémoire de la Tradition… en toute liberté

Posts tagged “paix

La doctrine sociale de l’Église (suite)

Posted on 10 mai 2016

 

Des réflexions et documents intéressants sur le sujet dans le site de l’abbé Belmont :

http://www.quicumque.com/tag/doctrine sociale de l’eglise/

http://www.quicumque.com/article-la-vertu-de-justice-coeur-de-la-doctrine-sociale-de-l-eglise-97446214.html

 

On apprenait autrefois que les fondements de la doctrine sociale de l’Église étaient :

  1. La propriété ;
  2. Le principe de subsidiarité ;
  3. Les corps intermédiaires ;
  4.  La vertu de justice (rendre à chacun ce qui lui est dû).

Je rajoute qu’avant tout pour passer de la question de cours à la réalité il fallait : 5. Un gouvernant catholique pour l’appliquer et je préciserai que ce 5 devait être le 1.

 

*
*     *

 

Note du CatholicaPedia :

Allegorie_Bon_Gouvernement_1024px

Lorenzetti Ambrogio
Allégorie du Bon gouvernement
(1337-40)
Palazzo Pubblico, Sienne

 

Elle doit être lue de gauche à droite et du haut vers le bas.
Cet ensemble symbolique commence par la figure de la Sagesse qui tient en main le livre biblique du même nom. De là descend une corde qui est passée à la Justice.
Les plateaux de la balance représentent, d’une part la fonction de distribution de la Justice qui donne à chacun suivant ses propres talents (pour certains c’est un coffre-fort ; pour d’autres, le bâton de commandement). D’autre part ces plateaux possèdent aussi une fonction de commutation : ils attribuent à chacun suivant ses mérites (on couronne le juste et on décapite le réprouvé).
Ensuite la corde passe dans les mains de la Concorde avec un rabot sur ses genoux pour aplanir les disputes et les controverses.
Puis la même corde arrive aux mains de vingt-quatre citoyens habillés et coiffés suivant la mode de l’époque. Ceux-ci symbolisent l’ancien gouvernement de Sienne que l’on appelait le Gouvernement des Vingt-Quatre.
Enfin cette corde finit dans les mains d’un vieillard imposant, vêtu de blanc et noir, c’est à dire aux couleurs de la ville. Il représente la Commune, donc aussi le Bien Commun. L’autorité et la légitimation de sa régence sont exprimées par les conseillères. Celles-ci se tiennent à ses côtés pour le guider. Il s’agit des Vertus Théologales (à partir de la gauche : la Foi, la Charité et l’Espérance) qui planent au-dessus de lui et des quatre Vertus Cardinales (la Force, la Prudence, la Tempérance et la Justice) qui sont assises à côté de lui avec la Magnanimité et la Paix.
En bas à droite, des hommes d’armes veillent à la sécurité des citoyens et un groupe de prisonniers liés montre ouvertement ce qui arrive aux rebelles et aux hors-la-loi.
Deux nobles avec de longs cheveux offrent à genoux leurs châteaux à la Commune, renonçant de la sorte librement à leur souveraineté en faveur de l’état siennois.

 

 

 

Sainte Pâque de Résurrection à tous !

Posted on 27 mars 2016

 

 

Sainte Pâque de Résurrection
à tous !

 

Résurrection du Christ

 

 

de la part de Mgr. Andrés Morello
Mgr Morello

 

 

Mercredi 23 mars 2016
Mercredi Saint

 

 

Chers Fidèles et Amis,

 

L’ordre de la société se corrompant, il est logique que la paix s’en évanouisse peu à peu puisque c’est de l’ordre que naît la paix. Les sociétés ne veulent pas, de par une volonté perverse et erronée, imposer et suivre les prescriptions de l’ordre surnaturel et de l’ordre naturel qui ont tous deux Dieu pour origine. Dieu a été banni de la vie quotidienne, de la législation en vigueur, de l’éducation, de la vie sociale et familiale. Du moins, les hommes croient qu’ils l’ont chassé à la manière de l’autruche qui, en se couvrant la tête de son aile, ne voit pas ce qui l’entoure.

Ce désordre généralisé trouvait une contradiction permanente dans la vérité catholique, dans la vie chrétienne, dans la sereine et ferme affirmation qu’en faisait la Sainte Église Catholique par ses Pontifes et ses prêtres. Le désordre antichrétien et antinaturel avait besoin d’une bénédiction, avait besoin d’être canonisé par l’Église pour vaincre les résistances du peuple chrétien.

Saint Pierre renierait-il à nouveau le Christ et, avec lui, les Évêques et les Clercs ? Cela est impossible ou nous devrions rejeter la Foi puisque le Christ a dit : « et tu conversus confirma fratres tuos » « et toi, quand tu seras converti, confirme tes frères » (S. Luc 22,32).

Si la Foi de Saint Pierre ne pouvait faillir, et il était impossible qu’elle faillît, alors il fallait quelqu’un qui parût commander, obliger, légiférer, qui menât les âmes paître non pas vers les prairies célestes, mais vers la zizanie empoisonnée de l’ennemi de Dieu. Saint Pierre n’a plus jamais trahi, et il ne pourrait le faire, il fallait donc quelqu’un sans son autorité mais qui parût la détenir pour obtenir l’obéissance du peuple chrétien.

Cette Pâque de Résurrection nous trouve confronté à la perplexité et à la confusion des chrétiens devant un enseignement qui n’est pas celui de Jésus-Christ, devant une morale laïque qui incite au péché et nous fait un devoir de consentir et de vivre avec le mal qui nous entoure.

Au milieu de ce désordre et en présence de ce magistère des méchants, les uns abandonnent la lutte, beaucoup s’enferment dans la solitude, d’autres s’érigent en docteurs et législateurs, bien peu persévèrent dans le bien, la plus grande partie se laisse aller à une frénésie à laquelle nous invitent le monde, ses maîtres et ses pontifes.

Et Dieu ? Dieu est toujours là, il continue de gouverner, de diriger les hommes comme il dirige l’univers, les astres, les montagnes et les marées. « Mes paroles ne passeront point » (S. Marc 13,31). « Qui n’amasse pas avec moi, dissipe » (S. Luc 11,23).

Que la Foi inébranlable en Notre-Seigneur Jésus-Christ nous trouve dans cette Pâque assemblés à son sépulcre sacré, attendant qu’Il ressuscite et élève sa main toute-puissante pour tout rétablir dans l’ordre et la paix. Que chacun soit à la place que Dieu lui a assignée !

 

Sainte Pâque de Résurrection à tous !

 

 

          † Monseigneur Andrés Morello           

 

 

 

 

Bonne & Sainte Année 2016

Posted on 1 janvier 2016

 

Bonne & Sainte Année 2016

 

Venez, Esprit-Saint, remplissez les cœurs de vos fidèles, et allumez en eux le feu de votre amour…

Toute la Rédaction du CatholicaPedia, auteurs, contributeurs et administrateur, vous souhaitent une bonne et sainte année, une bonne santé, et le paradis à la fin de vos jours…

 

 

Prière au Saint-Esprit

Venez, Esprit-Saint, remplissez les cœurs de vos fidèles, et allumez en eux le feu de votre amour.

V. Envoyez votre Esprit, Seigneur, et il se fera une création nouvelle.
R. Et vous renouvellerez la face de la terre.

Prions : Ô Dieu, qui avez instruit les cœurs des fidèles par la lumière du Saint-Esprit, donnez-nous par ce même Esprit, de comprendre et d’aimer ce qui est bien, et de jouir sans cesse de ses divines consolations. Par Jésus-Christ, notre Seigneur.

Ainsi soit-il.

 

 

Mons. Andrés Morello : In Memoriam S. Excia. Robert Fidelis McKenna O.P.

Posted on 29 décembre 2015

 

Monseñor Andrés Morello nous adresse, pour publication, les deux Lettres suivantes :

 

Compañía de Jesús y de María
Monasterio Nuestra Señora de Guadalupe

† Monseñor Andrés Morello

 

Son Excellence Monseigneur Robert Fidelis McKenna

 

8 juillet 1927 – 16 décembre 2015

 

Robert Fidelis McKenna O.P.

In Memoriam

 

 

Mgr Robert Fidelis McKenna

 

 

Le seize de ce mois, peu de temps avant la nuit la plus paisible et la plus sacrée de l’histoire, Son Excellence Monseigneur F. McKenna a rendu son âme à Dieu, Seigneur et Juge de chaque homme. Tout ce qui est passager et accidentel, tout les aléas pouvant surgir dans la vie de quelqu’un, tout ce qui est arrivé de grave à la Sainte Église au cours des dernières décennies, tout cela s’est effacé devant l’accès de son âme à l’éternité.

Tout homme – sauf ceux qui furent si intimement proches du Sauveur durant Sa vie mortelle – est redevable à Dieu. Le jugement d’une vie entière et, par-dessus tout, la détermination d’un destin éternel sont des choses qui appartiennent exclusivement à Dieu, mais ceux d’entre nous ayant connu les êtres qui ne sont plus ici-bas et sur lesquels s’est refermé le rideau de l’éternité peuvent du moins porter témoignage, afin que le souvenir des disparus resplendisse dans notre mémoire.

Mgr McKenna fut un prêtre, un évêque, un religieux. Ceux qui ont bénéficié de son sacerdoce savent combien il a œuvré pour soutenir les âmes chrétiennes confiées à ses soins, de même que tous ceux qui recouraient à ses services de près ou de loin. Il fut aussi un évêque qui, pour répondre aux besoins des temps que nous vivons, s’attachait à conserver la Foi intacte face au modernisme, à multiplier les prêtres et à préserver l’épiscopat catholique, contribuant ainsi avec succès à la pérennité de l’Église. Il fut enfin un religieux, et tous ceux d’entre nous qui l’ont connu peuvent témoigner qu’il l’était dans toute sa conduite comme dans sa manière de penser et de travailler. Tant son sacerdoce que son épiscopat furent marqués par son état de religieux, grâce auquel jamais il ne cherchait à se mettre en valeur ou à jouer un rôle de premier plan, se bornant à accomplir ses devoirs au service de la Vérité. Mgr McKenna a œuvré à la préservation du trésor de la vie religieuse avec ses sœurs, en aidant d’autres religieux, en soutenant – aussi longtemps que ses forces le lui permirent – les Dominicains de Lawrence (Massachusets) et en promettant d’aider au maintien de notre famille religieuse, avec tous les autres membres de l’Alliance des Évêques Catholiques (composée des évêques McKenna, Oravec, Vida Elmer, Hesson et Martinez), ce qui témoignait d’une volonté dont nous lui serons toujours reconnaissants.

La vie d’un homme de bien laisse derrière elle des leçons qui restent porteuses d’enseignements alors même que l’intéressé ne nous console plus de sa présence.

Devant son exemple, faisons le bien. Enseignons la bonne doctrine et faisons de notre vie quotidienne le meilleur de nos arguments.

Prions avec confiance pour que l’âme de Mgr McKenna soit dès maintenant et à jamais intimement proche de Dieu. Puisse Notre Seigneur bénir cette âme et toutes les nôtres.

Saint Noël !

Patagonie, 19 décembre 2015

† Mgr Andrés Morello

 

Traduction : le CatholicaPedia.net
(Que notre traducteur soit encore une fois et toujours remercié pour son travail professionnel)

 

 

*
*     *

 

 

Compañía de Jesús y de María
Monasterio Nuestra Señora de Guadalupe

† Monseñor Andrés Morello

 

À tous les membres de la Compagnie,

à nos fidèles et amis

21 décembre 2015

Saint Thomas, Apôtre

 

Dieu vous bénisse,

Par la grâce de Dieu, nous voici déjà aux portes de Noël, tout près des jours sacrés au cours desquels le Sauveur de l’humanité S’est rapproché de nous.

Ce Noël-ci arrive au milieu d’un monde qui devient chaque jour plus confus, plus violent et plus impitoyable. Ce monde dans lequel un jeu d’intérêts et d’ambitions personnels — dont nous avons une certaine notion, mais qu’il nous est difficile de discerner dans son ensemble — amène beaucoup de gens à parler de paix sans jamais s’efforcer vraiment de travailler à l’instaurer.

La complète inversion des valeurs — tant celles du christianisme que celles du simple bon sens — ne fait qu’ajouter à la violence ambiante. En acceptant des choses qui vont à l’encontre de leur identité, de leur nature et de leur inclination logique, les hommes suivent des voies qui les conduisent automatiquement à l’immodestie et à l’indécence, à la débauche et à l’abjection, comme à la perte de toute sérénité, de toute quiétude, des facultés de sain raisonnement et du respect mutuel.

Dans les relations sociales, on ne voit que confusion et égoïsme, et dans les relations internationales ne règne que l’ambition.

Au lieu d’être le dictateur des normes, le phare servant à écarter les âmes des écueils, l’exemple de la conduite à tenir, l’église officielle s’est ouverte à tous les normes du monde, et en acceptant ces dernières, de même que la manière de parler du monde, elle a perdu la paix, donc aussi l’ordre et la capacité de pacifier comme de mettre de l’ordre.

Parmi toute cette confusion dans les idées, les expressions et la conduite, parmi les non-croyants et même les croyants, la règle suprême est toujours l’Évangile, car c’est lui qui recèle ce qu’il nous faut croire et enseigner, de même que la manière dont nous devons vivre. Tout ce qui nous détourne ou nous sépare de cette règle doctrinale et morale n’est ni chrétien, ni catholique. Il s’agit non seulement d’enseigner ce que Notre Seigneur Jésus-Christ nous a enseigné, mais de le faire fidèlement et avec l’intention et la manière de Jésus-Christ. Son intention était d’honorer Son Père et de sauver les âmes ; Sa manière était évangélique et vertueuse comme celle de nul autre, ce qui Lui permettait de dire : « Apprenez de moi » (saint Matthieu, 11 : 29).

Apprenons la leçon que Notre Seigneur nous a donnée, et comme Lui, traversons cette vie en faisant le bien. (cf. saint Marc, 7 : 27).

Dieu vous bénisse et vous permette de passer un Saint Noël.

† Mgr Andrés Morello

 

Traduction : le CatholicaPedia.net
(Que notre traducteur soit encore une fois et toujours remercié pour son travail professionnel)

 

 

 

Il LEUR fallait que la France mourût

Posted on 4 octobre 2015

 

Un livre à lire, même en 2015 ; il y aurait quelques commentaires à faire, mais le lecteur est assez intelligent pour comprendre.

Le Fil d'Ariane. Il leur fallait que la France mourût – 1944, par Ch. Fronzac

 

L’auteur écrit en POSTSCRIPTUM :

Ce livre est un livre d’assemblage dont les pièces maîtresses sont les grands événements historiques vécus par nous-mêmes. C’est sa force.

Mais il peut se trouver des lecteurs qui, plus exigeants, voudraient qu’à cette puissance soit régulièrement ajoutée la preuve par le document sensationnel.

À ceux-ci, il convient de rappeler qu’en matière de société secrète et à l’exception, avons-nous dit, des documents saisis par surprise dans les loges au cours des perquisitions de 1940, et de quelques autres, auxquels des circonstances exceptionnelles ont attaché une présomption particulière d’authenticité, tout document de société secrète peut toujours être contesté, parce qu’il peut toujours être vrai ou faux, et, s’il est vrai, il peut encore avoir été volontairement créé et égaré par les loges pour dérouter l’OPINION.

Il ne faut jamais l’oublier, la société secrète, c’est le mensonge sous toutes ses formes ; et elle ne serait pas secrète si ce n’était pour mentir. Cela va de soi.

Aussi n’est-il jamais arrivé, peut-on dire, que la publication d’un document maçonnique sensationnel n’ait aussitôt provoqué l’explosion d’un vacarme de dénégations, qui finissaient bien souvent par jeter le doute sur sa valeur et réduisait à peu de chose, sinon à rien, l’œuvre du commentateur.

Que faire, donc ?

Renoncer, déclarer forfait, et laisser le champ libre aux assassins de la France et de la civilisation chrétienne, c’eût été une solution, et la plus simple assurément.

C’est la solution des « attentistes ».

Nous en avons choisi une autre, parce que, pour prouver ce que nous savons être la vérité, il restait le procédé dit de recherche scientifique, le procédé qui, partant des données acquises, tourne et retourne la matière, et, par l’observation, la déduction et la confrontation, pose et repose inlassablement les questions :

« Il n’y a pas d’effet sans cause, et rien ne se fait tout seul. Quelle est la cause ? »

Puis, la cause entrevue :

« Est-ce logique ? Y a-t-il confirmation ou contradiction ? Le Tout est-il Cohérent ? »

Supprimez ce procédé, et il n’est plus ni science, ni tribunal qui subsistent.

 

C’est pourquoi, prenant notre point d’appui sur des bases solidement établies, notamment :

a) La franc-maçonnerie, invention et création uniquement anglaise ;

b) Le despotisme, maçonnique, régnant sur les francs-maçons aussi bien que sur la France, au cours de DEUX siècles de notre Histoire, et ce despotisme agissant invariablement pour l’Angleterre contre la France ;

c) La Révolution russe, préparée, menée et réussie par les juifs, payés de surcroît par l’or juif du milliardaire américain Jacob Schiff, et quelques autres ; et le juif devenu par elle, le féodal, et le féodal exclusif de la Russie ;

d) Le juif, pareillement roi et féodal des révolutions communistes hongroises et espagnoles ;

e) Les incohérences effarantes, mais en apparence seulement, de la Diplomatie anglaise, souveraine maîtresse de l’Europe de 1918 à 1939,

Notamment :

Au traité de Versailles : L’Autriche dépecée et l’Allemagne unifiée et renforcée mais affamée ;

Par la suite : La Victoire saccagée, en même temps que le réarmement allemand voulu et protégé par l’Angleterre,

nous avons démontré l’obligation, pour atteindre les Buts harmonisés de L’État Juif, de l’Angleterre et de l’Amérique, de passer préalablement par la mort de la France.

Après avoir dégagé au passage la concordance de ce programme avec les enseignements du Talmud, nous avons consacré DEUX chapitres à vérifier sa concordance avec tous les grands événements nationaux français et inter­nationaux européens intervenus depuis la guerre de 1914-1918, événements que nul ne peut nier, puisqu’il les a vécus, mais auxquels, en dehors des BUTS précités de L’État Juif, de l’Angleterre et de l’Amérique, nul ne peut trouver non plus, ni une signification valable, ni un enchaînement, ni encore moins, une liaison qui fasse du tout, un TOUT, UN et COHÉRENT.

Libre à chacun, d’ailleurs, de se livrer à la contre‑épreuve et de démontrer, par exemple :

Que ce fut uniquement par hasard ou pour toute autre raison – à dire et justifier – qu’à l’encontre de l’attente unanime du monde entier, qui tenait pour acquis l’amoindrissement de l’Allemagne et le renforcement de l’Autriche, l’Angleterre, souveraine maîtresse du Traité de Versailles, dépeçait l’Autriche et renforçait l’Allemagne unifiée, en attendant de favoriser ensuite son réarmement par tous moyens en son pouvoir, mais tout cela en ayant bien soin de l’affamer.

Libre à chacun de prouver que, ce faisant, l’Angleterre ne voulait que la paix et la grandeur de la France.

Que ce fut encore pour que la France jouît en paix de sa victoire et restât une Nation forte qu’elle nous fit saccager cette victoire et pulvériser toutes les garanties – cependant bien faibles – que nous y trouvions pour que « cela ne recommençât pas », cependant que, par sa franc‑maçonnerie, elle ameutait L’OPINION contre le seul homme d’État français qui osât vouloir et tenta une entente définitive de la France avec l’Allemagne et l’Italie. À ce point que, parlant du président LAVAL, le chef de la propagande anglaise en France put dire après le triomphe du Front Populaire, en 1936 : « Il nous a coûté cher, mais nous l’avons eu. »

Que l’or juif ne fut pour rien dans la Révolution russe.

Que les juifs n’ont aucun pouvoir en Russie.

5° Qu’ils ne furent pour rien dans les Révolutions communistes hongroises et espagnoles.

Que les colossales usines russes, dont le monde vient d’apprendre l’existence au loin, en Sibérie, qui, en dix-huit mois, ont pu jeter 18.000 tanks dans la bataille, sortirent de terre par hasard, ou sans aucune autre intention que de prémunir la Russie contre une attaque de l’Esthonie ou de la Finlande.

Que c’était enfin pour plaisanter que le juif Salomor Ash écrivait dans les Nouvelles littéraires du 10 février 1940 : « Cette guerre est la nôtre, et vous la faites pour nous ».

À tous ces faits, à tant d’autres, il faut trouver des raisons solides et valables. Mais ce résultat atteint, il n’y aura encore rien de fait si ces explications ne font pas un TOUT. Le TOUT, qui est UN et COHÉRENT. Le TOUT qui donne réponse à TOUTES les objections.

Voilà ce qu’il faudra encore échafauder, et le propos de cette étude deviendra alors un néant, auquel l’auteur s’engage à souscrire sur-le-champ.

 

* * *

 

André Le Sage de La Franquerie de La Tourre (1901-1992) (de son nom de plume Marquis de La Franquerie)Le Marquis de La Franquerie écrivait en note 37, page 48 de son célèbre « Lucifer & le pouvoir occulte » :

L’Angleterre a toujours été le principal ennemi héréditaire de la France et le roi d’Angleterre se permettait de s’intituler Roi d’Angleterre et de France. (…)

On conçoit que, dans ses Révélations, Marie-Julie Jahenny, la stigmatisée bretonne, ait reçu pour la France la mise en garde suivante :
« La France devra toujours se méfier de l’Angleterre ! »
Sur ce sujet, voir les ouvrages suivants :
(…)
Ch. Fronzac, Le Fil d’Ariane « (il leur fallait que la France mourut) » 1944.

 

 


 

Le Fil d'Ariane. Il leur fallait que la France mourût – 1944, par Ch. Fronzac

 

 

 

(suite…)

FRANÇOIS-LE-DESTRUCTEUR :
PETIT FLORILÈGE DU « MAGISTÈRE » BERGOGLIEN

Posted on 16 octobre 2014

 

Un fidèle lecteur de notre blogue et de celui de notre confrère Radio Cristandad a fait une recension de l’ « enseignement » atypique du clown blanc qui préside la secte conciliaire depuis un peu plus de dix-huit mois (13 mars 2013)…

 [stextbox id= »info » image= »null »]

« Un an et demi d’enseignements de François »

En attendant une éventuelle traduction française, dont il n’est pas du tout sûr qu’elle verra le jour, voici une sélection de citations que j’ai faite des enseignements dispensés par François durant sa première année et demie de séjour à la Casa Santa Marta, au Vatican. Pour tout vous dire, au début je comptais intituler ce recueil « Les dix-huit mois de François en dix-huit citations ». Quand je me suis aperçu que j’en étais déjà à la cinquantième, je me suis dis qu’il valait sans doute mieux interrompre momentanément mon enquête… Je vous salue bien cordialement.

Alejandro.

[/stextbox]

 

Radio Cristandad a publié récemment l’original en espagnol :

Alejandro Sosa Laprida: Francisco el Destructor: una antología del «magisterio» bergogliano.

 

 

Notre traducteur et ami nous en a fait une version française… et n’a pu s’empêcher de mettre mon grain de sel çà et là en diverses notes. Nous avons jugé que ces piques pouvaient et devaient être conservées. Il conclu par :

[stextbox id= »info » image= »null »]

Encore merci à Cave ne Cadas d’avoir mis en ligne cet invraisemblable florilège d’âneries bergogliesques, car il importe que le maximum de gens sachent qui est l’actuel pétomane (1) du Vatican.

[/stextbox]
 


 

François-le-Destructeur :

Petit Florilège du « Magistère » Bergoglien

 

(Traduit de l’espagnol à partir d’une compilation réalisée par Miles Christi, 5 octobre 2014)

Bergoglio fait allégeance aux Rabbi

(suite…)