Aller au contenu

San Lorenzo de Call Me Jorge… ou quand le foot devient religion…

2014 septembre 1

 

Document TF1 : San Lorenzo, ou quand le foot devient religion

 

 

Moins connu que Boca Juniors et River Plate, San Lorenzo est l’autre grand club de Buenos Aires. Soutenu par “Pape” François, le Cyclone a remporté cette année pour la première fois la Copa Libertadores, la Ligue des champions d’Amérique du Sud. Téléfoot était dans les coulisses de cette victoire historique. Plongez au cœur de la passion du football argentin, entre ferveur et folie.

Source de la vidéo :

 

En Images. Le “Pape” soulève le trophée de son club de cœur

 

Pendant l’audience générale, le “Pape” s’est vu présenter le trophée de la Copa Libertores par les joueurs de son club de cœur, San Lorenzo, dont il est “socios” depuis le plus jeune âge.

La visite au Vatican a été programmée dès le succès du club de San Lorenzo acquis. Le vice-président du club argentin et animateur-vedette de télévision, Marcelo Tinelli, avait annoncé durant les célébrations d’après-match qu’une délégation se rendrait au Vatican pour présenter la Coupe au pape, supporteur de ce club fondé par un prêtre.

 San Lorenzo apporte la Copa Libertadores à son supporteur : pape François

« Je le vis (le titre) avec joie mais ce n’est pas un miracle, non ! », avait précisé avec humour le pseudo-souverain pontife au moment de la victoire de San Lorenzo en finale.

(AFP/Gabriel Bouys)

San Lorenzo apporte la Copa Libertadores à son supporteur : pape François

Les responsables du club argentins et plusieurs joueurs présents ont longuement salué le “pape” qui a pris l’immense coupe en métal argenté dans ses mains, et a reçu des joueurs plusieurs maillots aux couleurs rouge et bleue du club, qu’il a déployés devant lui. Puis il s’est livré de bonne grâce à une photo de groupe, entouré des joueurs.

(AFP/Gabriel Bouys)

 

« Pour moi, San Lorenzo est l’équipe dont toute ma famille était supporteur. Mon père jouait dans l’équipe de basket. Et quand on était enfants, on allait aussi parfois avec Maman » au stade, a raconté le “Pape”.

 

L’anti-Pape est sur tous les fronts. De retour de son déplacement historique en Asie, le pseudo-souverain pontife a tenu mercredi comme à son habitude l’audience générale au Vatican. François Ø a eu le bonheur et la surprise de voir apparaître une partie de l’effectif de son club de cœur, « San Lorenzo de Almagro » de Buenos Aires, avec dans les mains le trophée de la Copa Libertadores (l’équivalent de la Ligue des Champions en Amérique latine) remporté de haute lutte contre le club paraguayen de Nacional d’Asuncion.

Avant de s’envoler pour la Corée du sud la semaine précédente, l’anti-Pape avait alors confié : « aujourd’hui est un jour spécial », en référence à la finale qui devait se tenir quelques heures plus tard.

LeParisien.fr

 

* * *

 

San Lorenzo apporte la Copa Libertadores à son supporteur : pape François

 

San Lorenzo apporte la Copa Libertadores à son supporteur : pape FrançoisUne délégation du club San Lorenzo de Buenos Aires a apporté mercredi à pape François, tifoso depuis son enfance de cette équipe, la Copa Libertadores remportée pour la première fois de son histoire, a constaté mercredi l’AFP à l’audience générale.

Les responsables du club et plusieurs joueurs présents ont longuement salué l’anti-pape qui a pris l’immense coupe en métal argenté dans ses mains, et a reçu des joueurs plusieurs maillots aux couleurs rouge et bleue du club, qu’il a déployés devant lui. Puis il s’est livré de bonne grâce à une photo de groupe, entouré des joueurs.

San Lorenzo de Almagro de Buenos Aires a battu en finale mercredi dernier les Paraguayens du Club Nacional d’Asuncion, une première dans l’histoire du club fétiche de Bergoglio.

Le vice-président du club argentin et animateur-vedette de télévision, Marcelo Tinelli, avait annoncé durant les célébrations d’après-match qu’une délégation se rendrait au Vatican pour présenter la Coupe au “pape” Conciliaire, supporteur de ce club fondé par un prêtre.

« Vous faites partie de mon identité », a d’ailleurs lancé François Ø durant l’audience aux joueurs de San Lorenzo. Avant de s’envoler pour la Corée du Sud mercredi, François Ø avait lâché : « aujourd’hui est un jour spécial », en référence à la finale.

Puis, dans l’avion qui le ramenait de Séoul, l’anti-pape avait estimé qu’ « après la deuxième place (de l’Argentine) au Brésil (lors du Mondial, ndlr), c’était une bonne nouvelle ».

« Je le vis avec joie mais ce n’est pas un miracle, non ! », avait-il cependant précisé avec humour.

« Pour moi, San Lorenzo est l’équipe dont toute ma famille était supporteur. Mon père jouait dans l’équipe de basket. Et quand on était enfants, on allait aussi parfois avec Maman » au stade, avait-il raconté.

 Escudo de San Lorenzo de Almagro

(Belga)

 

 

12 réponses
  1. Cave Ne Cadas
    septembre 1, 2014

    Match pour la paix : “de frères à frères”

    Quand sport et religion s’unissent (texte intégral)

    Pape François

    ROME, 1 septembre 2014 (Zenit.org) – « Élargissez vos cœurs de frères à frères ! » : c’est l’exhortation du pape François qui invite religion et sport à « collaborer » pour « l’édification d’une civilisation fondée sur l’amour, sur la solidarité et sur la paix ».

    Quelques heures avant le « match interreligieux pour la paix » organisé ce soir au Stade olympique de Rome, le pape François a reçu les participants en la salle Paul VI du Vatican, à 16h ce 1er septembre 2014.

    Inspiré par le pape, ce match amical verra s’affronter à 20h45 des champions du football international représentant diverses cultures et religions, pour la cause de la paix dans le monde (cf. Zenit du 26 août 2014).

     

    Le pape s’est réjoui de cet évènement sportif « hautement symbolique » pour la construction d’une « culture de la rencontre et d’un monde de paix, où les croyants de diverses religions, en conservant leur identité, puissent vivre ensemble en harmonie et dans le respect réciproque ».

    Il a encouragé le monde du sport à « favoriser la loyauté, le partage, l’accueil, le dialogue, la confiance en l’autre », des valeurs qui « rapprochent toute personne indépendamment de la race, de la culture et de la foi ».

    « Avec ce match d’aujourd’hui, vous direz “non” à toute discrimination », leur a également déclaré le pape, soulignant que les religions « sont appelées à véhiculer la paix et jamais la haine, car au nom de Dieu on ne peut apporter que l’amour ».

    Discours du pape François

    Chers amis, bonsoir !

    Je suis heureux de vous rencontrer à l’occasion du match interreligieux pour la paix, que vous jouerez ce soir au Stade olympique de Rome. Je vous remercie parce que vous vous êtes promptement ralliés à mon désir de voir des champions et des entraîneurs de divers pays et religions se confronter lors d’une compétition sportive, pour témoigner des sentiments de fraternité et d’amitié. J’exprime en particulier ma reconnaissance aux personnes et aux réalités qui ont contribué à la réalisation de cet événement. Je pense spécialement à la “Scholas occurrentes”, qui œuvre au sein de l’Académie pontificale des sciences, et à la “Fondation Pupi Onlus”.

    Le match de ce soir sera certainement l’occasion de recueillir des fonds pour soutenir des projets de solidarité, mais surtout de réfléchir sur les valeurs universelles que le football et le sport en général peuvent favoriser : la loyauté, le partage, l’accueil, le dialogue, la confiance en l’autre. Il s’agit de valeurs qui rapprochent toute personne indépendamment de la race, de la culture et de la foi religieuse. L’évènement sportif de ce soir est un geste hautement symbolique pour faire comprendre qu’il est possible de construire la culture de la rencontre et un monde de paix, où les croyants de religions diverses, en conservant leur identité – car quand j’ai dit “indépendamment” cela ne signifie pas “laisser de côté” : non – les croyants de religions diverses, conservant leur identité, puissent vivre ensemble en harmonie et dans le respect réciproque.

    Nous savons tous que le sport, en particulier le football, est un phénomène humain et social qui a beaucoup d’importance et d’incidence dans les coutumes et dans la mentalité contemporaine. Le monde, spécialement les jeunes, vous regarde avec admiration pour vos capacités athlétiques : il est important de donner un bon exemple, sur le terrain comme hors du terrain. Dans les compétitions sportives vous êtes appelés à montrer que le sport est joie de vivre, jeu, fête, et comme tel doit être valorisé en retrouvant sa gratuité, sa capacité de nouer des liens d’amitié et d’ouverture des uns envers les autres. Par vos attitudes quotidiennes, chargées de foi et de spiritualité, d’humanité et d’altruisme, vous pouvez rendre un témoignage en faveur des idéaux de coexistence pacifique civile et sociale, pour l’édification d’une civilisation fondée sur l’amour, sur la solidarité et sur la paix. Et cela est la culture de la rencontre : travailler ainsi.

    Que la rencontre de football de ce soir puisse raviver en ceux qui y prendront part la conscience de la nécessité de s’engager pour que le sport apporte une contribution valide et féconde à la coexistence pacifique de tous les peuples, en excluant toute discrimination de race, de langue, et de religion. Vous savez que discriminer peut être synonyme de “mépriser”. La discrimination est un mépris, et avec ce match d’aujourd’hui, vous direz “non” à toute discrimination. Les religions, en particulier, sont appelées à véhiculer la paix et jamais la haine, car au nom de Dieu on ne peut apporter que l’amour. Religion et sport, compris de cette façon authentique, peuvent collaborer et offrir à toute la société des signes éloquents de cette nouvelle ère où les peuples “ne lèveront plus l’épée l’un contre l’autre” (cf. Is 2,4).

    En cette occasion si particulière et significative, qui est le match de football de ce soir, je désire vous remettre à vous tous ce message : élargissez vos cœurs de frères à frères ! C’est l’un des secrets de la vie : élargir les cœurs de frères à frères ; c’est aussi la dimension la plus profonde et authentique du sport. Merci.

    Traduction de Zenit, Anne Kurian

    Lire en ligne | Envoyer à un ami | Commenter en ligne

     

  2. Louis-Hubert Remy
    septembre 1, 2014

    Et au même moment des centaines de chrétiens en Iran et dans d’autres pays sont martyrisés par un autre sport !

    Quel scandale et quelle honte !
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      septembre 1, 2014

      Oui, le sport actuel, et tout particulièrement le “football”,  me donne la nausée ainsi que des boutons d’allergie. Je frise l’œdème de Quincke  dès que j’aperçois la tronche  cubiste de certains footballeurs !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      Tant pis ! Au risque de devoir décevoir mes chères  groupies cachées (!!!) , je n’en dirai pas plus ce soir. Je ne  me sens déjà pas bien……… http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
       

  3. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    septembre 2, 2014

    Le foot est la nouvelle religion du néo-paganisme apostat, ce sont les nouveaux jeux du cirque, livrés à domicile, c’est une des tentacules du mondialisme. C’est le triomphe de la chair contre l’Esprit.

    Le temps que l’homme moderne passe à jouer à la baballe est assez sidérant.
     

  4. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    septembre 3, 2014

    Oh là oh là chers amis ne crions pas haro sur le baudet de cette façon là. “Footballeurs cubistes !” “Football néo-apostat” Détendons-nous.

    Alors chers amis il faut distinguer les footballeurs de ceux qui ont pourri le football : j’ai nommé les diffuseurs télé, les sponsors, les ligues nationales, certaines fédérations et les carnivores que sont les agents de joueur (Jorge Mendes agent de Ronaldo, Di Maria, Falcao, James Rodriguez entre autres).

    Pourquoi le football est-il le sport numéro 1 ? Outre le fait que c’est un sport facile à pratiquer, et praticable quasiment partout et de toutes saisons. N’omettant pas le fait que sa création comme mentionné sur le site de la Fédération internationale s’est faite dans un pub de francs-macons. La raison principale est qu’il a bénéficié des droits télé toujours plus chers d’années en années et qu’avec la vitrine de la Coupe du Monde et de la Ligue des Champions les sponsors ont mis la main dessus pour se faire un maximum d’argent.

     

    Les joueurs dans tout cela me demanderiez-vous. Eh bien ce sont des jeunes garçons qu’on arrache entre 12 et 15 ans du cocon familial, ce qui va tuer leur éducation, d’un niveau intellectuel général faible, la majorité a une aversion pour les études et vient d’un milieu pauvre. Ce ne sont pas les joueurs qui ont pourris le football, ils sont trop bêtes pour cela. Leur seul tort et leur trop grande capacité a être manipulé et leur appât du gain. Mais pour des personnes de condition modeste c’est normal dans un système vicié et capitaliste à outrance d’avoir un faible pour Mammon.

    Les agents ces sangsues sont la cause de la folie des transferts et autres prêt de joueurs.

    Voila j’aurais pu être professionnel. Dieu merci je suis catholique providentialiste ami du Christ Roi de France. En effet combien de nos footeux sont en état de grâce ? Une anecdote Medhi Benatia avec qui j’ai joué à l’age de 10 ans à l’AS Évry va toucher d’ici 5 ans 40 millions d’Euros au Bayern Munich, d’ici 5 ans je serai loin de toucher ce montant, ou Demba Ba avec qui j’ai joué a Montrouge et qui a joué a Chelsea et maintenant en Turquie mais si nous mourrons qui sauvera son âme ? Non s’il vous plait n’enviez pas les joueurs, ne leur jetez pas la pierre ayez pitié d’eux.

    Enfin je m’inscris en faux et je condamne avec la plus grande fermeté le propos de dire “jouer à la baballe”, on dit Jouer au ballon. Mais il y a pire regarder des heures la télé, se gaver de films, n’écoutez que de la musique être pendant des heures sur les réseaux sociaux et autres mondanités dont le monde moderne regorge.

     

    C’est tout pour moi chers amis, c’était ma défense du football.
     

  5. Charles
    Charles lien permanent
    septembre 4, 2014

    Cher Jean-Marie !

    Je suis touché par votre défense du foot-ball en TANT QUE SPORT POPULAIRE ET AMATEUR.

    Comme vous avez raison de fustiger tous ces nantis télévisuels et autres qui ont insufflé à ce sport le virus mortel de Mammon. Ainsi va le monde et toutes ses gloires… Non ! Il ne s’agit pas de cracher sur ce qui n’est qu’un jeu, qui a eu ses lettres de noblesse, ni sur tous ces jeunes qui veulent assurer leur avenir mais de remettre cet engouement à sa juste place. Mais est-il encore possible de revenir à une véritable conception du sport telle qu’elle le fut du temps du baron de Coubertin ? Cela me parait très très difficile, voire utopique… Qu’en pensez-vous cher Jean-Marie ?
     

  6. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    septembre 4, 2014

    Cher Charles,

    L’Église a parlé par l’intermédiaire de ses vicaires légitimes (dans le lien que je vais vous soumettre il y a les imposteurs de Jean XXIII à François) de la pratique raisonnée du sport

    comme étant un remède à l’oisiveté (comme le souligne saint Pie X) mais rappelle toujours que l’exercice du corps est toujours au service de l’esprit pour bien sur élever l’âme au Bon Dieu. Nous en sommes à des années lumières de cette sage conception.

    Quant au Baron de Coubertin même si il fut reçu au début du Pontificat de saint Pie X, c’est un franc-maçon notoire et loué comme tel par ses pairs. J’ai toujours haï son leitmotiv de looser (perdant) “L’important c’est de participer”.

    Je peux moi même être contaminé par cette mauvaise conception du sport et de la gagne à tout prix.

    Quant au futur, j’ai plusieurs fois réfléchi à savoir est-ce qu’il y aura le sport tel que nous le connaissons au règne du Sacré Cœur ? J’en suis arrivé à la conclusion que ce n’était pas possible et serait malsain car la société tout entière tendra à faire la volonté de Dieu sur la terre comme au Ciel.

    Le sport ne sera peut être qu’un moyen d’entretien du corps. Il faudrait lire toutes les allocutions depuis saint Pie X jusqu’à Pie XII pour voir ce que le Vicaire du Christ en pense.

    Le lien :

    http://www.egliseetsport.fr/papes.html

     

    S’arrêter à Pie XII bien sur.

     

    C’est tout pour moi.
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      septembre 4, 2014

      Merci, cher Jean-Marie, pour toutes ces sages précisions que vous nous apportez, en bon spécialiste du sport que vous êtes. Bonne nuit !

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      septembre 5, 2014

      L’abominable Churchill disait, quand on l’interrogeait sur le secret de sa longévité : le sport ! jamais de sport !

      Il est certain que le sport de compétition, à haut niveau, en plus d’être le creuset de l’orgueil est aussi le tremplin vers d’innombrables complications et maladies dues à une usure prématurée des articulations etc. etc.
      On imagine mal qu’un rugbyman, un cycliste, passe la cinquantaine (tout court) ou au moins en parfaite santé.

      Ce culte du corps et de la performance est malsain.

      Il y aura tellement à faire pour reconstruire et faire perdurer la société Chrétienne, qu’ils (que nous) n’auron(s)t pas le temps de taper dans un ballon.

      Ce qui est important c’est l’exercice physique, et comme le dit Saint Pie X, empêcher l’oisiveté.
      La marche à pied, le jardinage, le potager sont autant d’activité permettant de se dépenser, de s’occuper, sainement et avec profit. Évidement pas le Dimanche.

      • Charles
        Charles lien permanent
        septembre 5, 2014

        ÉVIDEMMENT PAS LE DIMANCHE…! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

        Alors…si on ne peut  plus “marcher” le dimanche… http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif. Il va falloir s’acheter ces petites carrioles “pour vieux” http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif, qui ont 3 roues et dont les batteries se rechargent la nuit !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif Hihihi !!! Votre vision un peu talmudique du “Shabbat” est sévère cher Édouard !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

        Jardiner, “potager”…interdits ! Tout comme faire la cuisine, conduire, téléphoner, couper du papier toilette (ne riez pas !), manipuler des euros (ah ! ça c’est peut-être une bonne chose…?), fermer les lumières, arroser les plantes, cueillir des fleurs (tant pis pour votre dulcinée Édouard !!), écrire, dessiner, effacer des lettres, etc… http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

        Heureusement, avec le “Saint Talmud”, il existe de nombreuses petites astuces pour contourner tout cela !   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

        Alors, “ça marche”, cher Édouard ??? Faute d’exercice physique, il nous restera l’exercice neuronique !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

        Post Scriptum : il ne vous aura pas échappé, cher Édouard, que ce message est le résultat exclusif et lamentable de mon espièglerie !!!

        Bon week-end !
         

        • Edouard-Marie Laugier
          Edouard-Marie Laugier lien permanent
          septembre 5, 2014

          Il est taquin ce Charles.

          http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

          Il s’agit surtout de ne pas aller à la Messe de 6 heures 30 ou de faire ses dévotions dominicales à l’aube pour ensuite faire sa journée de païen avec une randonnée dans la foret ou une journée complète de jardinage.

          Il est pas exclut d’arroser ses tomates, et de passer un temps raisonnable à l’entretien du potager, ou à faire une petite ballade.

           

          Mais ainsi que nous le racontait un ami, le dimanche reste le jour du Bon Dieu et donc prioritairement orienté, autant que faire se peut, vers le Bon Dieu.

           

           

  7. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    septembre 5, 2014

    Il est évident que la pratique raisonnable d’un sport n’est pas ici condamnée. Le problème étant que la course à pied, le vélo, le foot……le dimanche matin remplacent pour la majorité des français l’assistance à la Sainte Messe, sans parler des Vêpres devenues quasi inexistantes, en tout cas la sanctification du dimanche.

    Le deuxième problème, est que les fédérations sportives, et autres instances internationales, sont gangrénées le plus souvent, par la secte bien connue et que les mass-médias utilisent aussi ce spectacle de façon rarement chrétienne pour ne pas dire autre chose.
     

Les commentaires sont fermés.