Aller au contenu

RÉFLEXION sur l’Église…

2012 septembre 6

POUR RÉFLEXION

Jésus, notre Rédempteur a établi pour Son Église, en plus et au-dessus des nombreux ministres particuliers, un ministre universel unique, un Vicaire visible, qui est seul à jouir de la juridiction suprême. Il l’a comblé de prérogatives : « Tu es Pierre et sur cette pierre Je bâtirai Mon Église et les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre elle ». Mt 16, 18-19 – « Oui, Seigneur, Vous savez que je Vous aime. Jésus lui dit : Pais Mes agneaux… Pais Mes brebis ». Jn., 21, 16-18 – « J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas, et toi, une fois converti, confirme tes frères ». Lc, 22, 32.

Pierre est le Fondement, l’Église est indéfectible,
Pierre possède le gouvernement Suprême,
La foi de Pierre ne peut défaillir, c’est à lui que revient la charge de confirmer ses frères.

Question : Le Pape n’a-t-il pas qu’une seule mission : TRANSMETTRE LE DÉPÔT ? NON

Les trois fonctions principales de l’Église :

1 MUNUS DOCENDI

Conserver intact, transmettre intégralement, expliciter et défendre le dépôt de la Foi contre les nouveautés, telles sont les missions du Magistère Suprême relevant du munus docendi.

« Je promets de ne rien diminuer ni changer de ce qui m’a été transmis par mes vénérables prédécesseurs. Comme leur fidèle disciple et successeur, je m’engage à n’admettre aucune nouveauté, mais, au contraire, à vénérer avec ferveur et à conserver de toutes mes forces le dépôt qui m’a été confié. En conséquence, qu’il s’agisse de nous ou d’un autre, nous soumettons au plus sévère anathème quiconque aurait la présomption d’introduire une nouveauté quelconque qui serait opposée à cette tradition évangélique ou à l’intégrité de la Foi et de la Religion Catholique. » Un des trois serments prononcé lors du couronnement du pape.

2 MUNUS SANCTIFICANDI

Par la vertu des sacrements issus de la triple victoire du Christ sur la Croix. La vie de la grâce alimente le Corps Mystique.

3 MUNUS REGENDI

L’Église société parfaite est sous le gouvernement de Pierre, Vicaire de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Aporie : Une éclipse n’entraîne ni une destruction, ni le remplacement par un autre corps céleste.

* * *

APORIE : n. f (du grec aporia, « situation sans issue »). Se dit d’un raisonnement logique aboutissant à une contradiction insoluble. Il y a aporie lorsque les deux conclusions (opposées) auxquelles conduit le raisonnement semblent également logiques. Par exemple, il semble logique de penser qu’à l’origine d’une poule, il y a l’œuf dont elle est sortie. Mais à l’origine de l’œuf, il y avait forcément la poule qui l’a pondue. Qu’est-ce donc qui est à l’origine, la poule ou ? L’aporie n’est parfois qu’un raisonnement provisoire : il faut trouver un élément supplémentaire qui permette de poser la question autrement (par exemple, les principes de l’évolutionnisme résolvent l’aporie de la poule et l’œuf). Mais les philosophes ou les écrivains adorent poser certains problèmes sous forme d’apories, pour stimuler leurs lecteurs et interlocuteurs… ou les embarrasser (ce fut le cas de Socrate). NDLR : Et DIEU dans tout ça ?

Pas de commentaires pour le moment

Les commentaires sont fermés.