Aller au contenu

Méditation sur la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

2015 mars 23

 

Cher amis lecteurs, pour bien finir ce saint Carême en cette première semaine de la Passion et avant d’aborder la Semaine Sainte…

Je vous offre un document exceptionnel pour nourrir votre méditation :

 

La Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ par l’Abbé Joseph Vérité

 

Dans ce document audio — de 3h 40 —, notre très cher et très regretté Abbé Vérité (†) nous donne plusieurs méditations sur la Passion, de la Cène, le Jeudi soir, à La Mort sur la Croix le Vendredi après-midi.

 Abbé Joseph Vérité, 1979

Téléchargez le fichier audio ci-dessous pour plus de facilité afin d’effectuer en une ou plusieurs fois la méditation chez-vous tranquillement.

Bonne fin de Carême à tous !

 

 

Image_Ste_Face_NSJC_800px

 

8 réponses
  1. Avatar
    abbé Marchiset lien permanent
    mars 24, 2015

    Cave Ne Cadas, puisque vous dites « première semaine de la Passion » c’est donc qu’il y a un premier dimanche de la Passion, et que vous vous alignez alors en cela sur la réforme liturgique de la semaine sainte de 1956. C’est vraiment étonnant de votre part puisque vous m’aviez fait remarquer cela il y a quelques années à propos de l’intitulé d’un de mes sermons…précisément celui du dimanche de la Passion.

    Fidem servavi

    Abbé Michel Marchiset
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      mars 24, 2015

      Cher Monsieur l’Abbé,
       
      je ne me souviens plus quelle remarque je vous avais faite…mais vous avez dû êtres « piqué » puisque vous vous en souvenez.
       
      Si j’ai pu vous blesser par quelques vaines paroles, je vous pris de m’en pardonner !
       

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      mars 24, 2015

      Et vous, M. l’abbé, vous vous référiez à la liturgie de Saint Pie X ?

      • Avatar
        Abenader lien permanent
        mars 24, 2015

        Ben non, vu que saint Pie X est « hérétique » car il croit au baptême de désir et de sang, ainsi qu’à l’ignorance invincible

        • Edouard-Marie Laugier
          Edouard-Marie Laugier lien permanent
          mars 24, 2015

          Ach ! remontons à Saint Pierre ça sera plus commode !

  2. Charles
    Charles lien permanent
    mars 24, 2015

    Ces quelques commentaires, un peu aigres, sur ce si bel article de la Passion qui méritait mieux, m’inspirent quelque amertume et me fait dire que nous sommes tous pour le moins des serviteurs inutiles…

    Je préfère cette méditation empruntée à Angèle de Foligno (1248-1309) :

    Jésus, Fils de Dieu, n’était pas soumis à la Loi. Mais le Père voulut que son Fils devint sujet de la Loi, et que « Lui qui était libre devint esclave. C’est pourquoi ceux qui veulent servir le Christ doivent se conformer à la vie du Christ… en se soumettant à la Loi, aux préceptes et même aux conseils divins… car, plus la grâce divine plonge l’âme dans l’humilité, plus cet approfondissement de l’humilité fait grandir la grâce divine. »

    Angèle nous confie aussi les enseignements de Jésus sur la « nécessité de partager la compagnie du Christ, c’est-à-dire sa pauvreté, sa douleur, son état de méprisé et son obéissance véritable. » Jésus prend d’ailleurs la peine de lui faire comprendre qui sont ceux qui sont appelés par Dieu, et par quel chemin ils sont venus : « Ils sont venus par les chemins de la tribulation : ce sont les vierges, les chastes, les pauvres, les souffrants et les malades… Ceux-là sont ceux qui savent qu’ils sont beaucoup aimés de Dieu, mais savent aussi qu’ils en sont indignes. Pour apprendre cela, ils vont à la Croix ; ils restent là à contempler et apprennent l’amour. » Jésus dira aussi à Angèle : « Souffre et ressens de la douleur, âme qui dois passer près de la croix sur laquelle est mort le Christ. Il faut que tu t’y places et t’y reposes, car la croix est ton salut et ton lit. » Dieu dit encore : « Que tous ceux qui veulent rester en état de grâce ne quittent pas la croix des yeux, quoi que je leur donne ou permette, joie ou tristesse. » Jésus montra également à Angèle « la profondeur de l’humilité de Dieu à l’égard des hommes. » Angèle comprit ainsi « pourquoi il y eut dans l’âme du Christ une douleur non mitigée. » En effet, « lorsque l’âme d’Angèle fut transformée en la Passion du Christ, elle découvrit une telle douleur dans cette Passion du Christ qu’elle ne trouva en elle aucun adoucissement. » Angèle dit encore : « C’est le signe du travail du véritable amour que d’apporter la Croix à l’âme, c’est-à-dire une pénitence aussi longue que la vie, et aussi grande et dure que possible… » Après, quand tout sera fini, nous nous apercevrons que nous ne sommes que des serviteurs inutiles.

     

  3. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    mars 24, 2015

    Nous le savons déjà que nous sommes inutiles, puisque nous faisons tout le mal que nous ne voudrions pas faire et nous ne faisons pas tout le bien que nous aimerions faire, comme le dit le grand Saint Paul.
    Et puis que dire après de telles méditations hein ?

    Après l’Abbé Vérité, tout est dit fermons le ban !
     

    • Fert Fert Fert
      Fert Fert Fert lien permanent
      mars 24, 2015

      Il y a aussi malheureusement tout le mal que nous voulons faire, et tout le bien que nous ne voulons pas faire ! qui que nous soyons un jour ou l’autre nous le faisons !

      Premier mystère douloureux : l’Agonie de Jésus, fruit de ce mystère la contrition de nos fautes.

      Seigneur venez à notre aide.

       

Les commentaires sont fermés.