Aller au contenu

Les très Saints Cœurs de Jésus et de Marie sont irrémédiablement liés…

2013 octobre 15

Le Sacré-Cœur a demandé à sainte Marguerite-Marie que le roi lui consacre la France. Louis XIV a désobéi, Louis XV et Louis XVI aussi… et la Révolution Française est arrivée, cent ans après cette demande, qui a été méprisée. C’est Notre-Seigneur Lui-même qui nous enseigne à Rianjo (Rianxo en galicien et officiellement) le lien qu’il y a eu entre cette demande du Sacré-Cœur non exaucée et la Révolution Française… La même erreur est en train de se reproduire vis-à-vis de Fátima. Jésus, à Rianjo, fait le parallèle entre les deux révélations privées de Paray-le-Monial et Fátima. En effet, après avoir demandé la consécration au Sacré-Cœur à Paray, ce qu’il demande à présent, c’est la consécration  de la Russie au Cœur Immaculé de Marie par le pape, en union avec tous les évêques du monde entier : une consécration pour éviter un châtiment terrible qui arrivera, puisque les papes se sont entêtés à désobéir…

Le Sacré-Cœur a demandé à sainte Marguerite-Marie que le roi lui consacre la France

Lettre du 29 août 1931 de Sœur Lucie à Mgr Correia da Silva, évêque de Leiria :

« … il me sembla que sa divine Majesté me dit : (…) “Fais savoir à mes ministres, étant donné qu’ils suivent l’exemple du roi de France, qu’ils le suivront dans le malheur. Jamais il ne sera trop tard pour recourir à Jésus et Marie”. »

Lettre de 1936 de Sœur Lucie au Père Gonçalves :

« Plus tard, par le moyen d’une communication intime, Notre-Seigneur me dit, en se plaignant : “Ils n’ont pas voulu écouter ma demande !… Comme le roi de France, ils s’en repentiront, et ils le feront, mais ce sera tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir”. »

Entretien de Sœur Lucie du 03 février 1946 avec le Père Jongen :

« En 1931, de Rianjo où, par ordre de mes supérieures je suis allée me reposer un mois, j’écrivis une lettre à S. Exc. l’évêque de Leiria, en insistant sur cette même demande, et j’y mentionnai les paroles de Notre-Seigneur : “Comme le roi de France, ils n’écoutent pas mes demandes ; le Saint-Père consacrera la Russie, mais ce sera tard”. »

Lorsque le Père Alonso la questionna sur la parole de Notre-Seigneur : « Le Pape consacrera la Russie, mais ce sera tard », la voyante lui indiqua que « la consécration de la Russie et aussi le triomphe final du Cœur Immaculé de Marie qui lui fera suite sont absolument certains et se réaliseront en dépit de tous les obstacles ».

Pour tous les septiques des “révélations privées” nous faisons la simple remarque que :

Si Dieu a pris la peine de faire un miracle cosmique d’une telle ampleur devant 70.000 personnes (les personnes des villages avoisinants ont vu le miracle), c’est que l’importance du message de Fátima est capitale et qu’il ne faut pas mettre Fátima au même plan que les autres révélations privées.

Lire le « Récit de l’apparition de Notre-Dame de Fátima le 13 octobre 1917 »

 

Le châtiment s’approche inexorablement : 100 ans :

1917 ~ 2017

Le temps de Dieu n’est pas le nôtre… 100 ans n’est rien dans l’éternité…

 

L’entretien authentique de sœur Lucie avec le Père Fuentès

Nous publions cette discussion très instructive et qui a fait couler beaucoup d’encre. Il faut veiller cependant à ne pas mal interpréter le texte et croire que sœur Lucie fait allusion à la bataille finale de l’Antéchrist. Il ne faut pas séparer ce texte du texte du secret de Fátima. On sait en effet avec certitude (Lucie l’a fait imprimer dans ses mémoires) que le troisième secret se termine par ces mots : “A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et un certain temps de paix sera accordé au monde.” Il ne s’agit donc pas de la dernière bataille du temps de l’Antéchrist, mais de la dernière bataille qui doit clore le cinquième âge de l’Église et précéder la conversion momentanée du monde, des russes orthodoxes et des musulmans (les juifs c’est pour la fin des temps…), conversion qui fera rentrer triomphalement l’Église dans “Le Règne du Sacré-Cœur”…

Notre-Dame de Fatima

* * *

Dans les nouveaux ouvrages sur Fátima, dans la droite ligne de l’imposture du faux 3 ème Secret, on tente désormais par tous les moyens de discréditer le “message” de sœur Lucie donné au Père Fuentès le 26 décembre 1957. Le compte rendu de cet entretien était trop clair pour qu’il ne subisse pas lui aussi une certaine « mise au placard ». C’est ainsi que l’on peut lire désormais :

« La première hypothèse est émise par un père mexicain, Agustin Fuentès. Après avoir parlé à sœur Lucia, il donne, dans son pays, le 22 mai 1958, une conférence à propos du contenu apocalyptique du secret : il affirme que la justice de Dieu va châtier le monde, que beaucoup de nations vont disparaître de la face de la Terre et que les temps de la fin sont proches. Ces déclarations, traduites dans diverses langues, passent de main en main et font naître chez les fidèles des idées alarmistes, à un point tel, que l’année suivante, la hiérarchie de l’Église prend position. Ainsi, le 2 juillet 1959, l’évêque auxiliaire de Coïmbra, Mgr Manuel de Jesus Pereira, rend publique une note dans laquelle sœur Lucia dément toutes les déclarations qui lui ont été attribuées.  »

Lors d’un entretien avec Carlos Evaristo, le 11 octobre 1992, entretien ahurissant comme nous le verrons au prochain chapitre –VIII–, la prétendue sœur Lucie déclare à ce sujet : « Il y a beaucoup de mauvaises interprétations au sujet de Fátima » Question de Carlos Evaristo : « Je crois que le reportage du Père Fuentès en est un exemple. Ai-je raison ? » Réponse : « Oui, bien qu’il y ait toujours eu beaucoup de guerres dans l’histoire du monde dues aux péchés des hommes ; et il y en aura probablement encore d’autres, parce que c’est un cycle. Mais je n’ai parlé d’aucune de ces choses qu’il a propagées comme appartenant au troisième secret… » Carlos Evaristo : – Ce qui est triste, c’est que beaucoup de gens croient que le contenu du secret… Sœur Lucia : « Même après que j’ai apporté un démenti catégorique par l’évêque de Coïmbra et que ma déclaration a été publiée dans la presse. »

Après de telles affirmations publiées dans des livres « grand public » largement diffusés, comment peut-on encore prendre en considération cette conférence pourtant importante du Père Fuentès et en faire état dans des ouvrages sérieux ? Se baser sur ce texte douteux pour argumenter, est-ce bien raisonnable ? Sommes-nous crédibles ? Rome, d’ailleurs, mena une guerre implacable contre ce texte, surtout à partir de l’élection de Jean XXIII, sans doute parce qu’il laissait trop percevoir le véritable contenu du 3 ème Secret ?

Qu’en est-il donc exactement ? Laissons le Père Alonso, expert officiel de Fátima, répondre à cette question et rétablir la vérité bien utilement :

« Le texte du Père Fuentès est plus compliqué et tout d’abord il a fait le tour du monde en mille et mille variantes causant terreur partout. A-t-il, lui, toute la faute ? Quel est le texte original ? Peut-on l’attribuer à Lucie ?

« Ce Père Fuentès, prêtre mexicain, vice-postulateur des causes de béatification des voyants a eu une conversation avec Lucie le 26 décembre 1957 . Retourné au Mexique le 22 mai suivant, il fait une conférence à la maison-mère des Sœurs Missionnaires du Sacré-Cœur et de Notre-Dame de Guadaloupe dans laquelle il leur fait part de cette entrevue. Nous possédons deux textes authentiques de cette conférence, l’un en espagnol, l’autre en anglais. Le premier texte est plus long que le second puisque ce dernier est une traduction abrégée, bien qu’essentiellement identique au premier.

« Nous donnons quelques paragraphes, ceux qui se réfèrent aux communications de Lucie. On commence en parlant d’un message reçu “des lèvres mêmes de la voyante principale” (…). Voici donc ce texte du Père Fuentès [les titres sont de nous] :

« Je veux vous raconter seulement la dernière conversation que j’ai eue avec elle le 26 décembre de l’an passé :

« Nul n’en fait cas »

« Je l’ai rencontrée dans son monastère, très triste, pâle, émaciée. Elle me dit : “Père, la Très sainte Vierge est bien triste, car personne ne fait cas de son Message, ni les bons, ni les mauvais. Les bons continuent leur chemin mais sans faire cas du Message. Les mauvais, ne voyant pas tomber sur eux le châtiment de Dieu continuent leur vie de péché sans se soucier du Message. Croyez-moi, Père, Dieu va châtier le monde et ce sera d’une manière terrible. Le châtiment céleste est imminent.

Le Secret non dévoilé

« Que manque-t-il, Père, pour 1960 et qu’arrivera-t-il alors ? Ce sera bien triste pour tous, nullement réjouissant si auparavant le monde ne prie pas et ne fait pas pénitence. Je ne peux donner d’autres détails puisque c’est encore un secret. Seuls le Saint-Père et Monseigneur l’évêque de Fátima pourraient le savoir de par la volonté de la Très sainte Vierge mais ils n’ont pas voulu pour ne pas être influencés.

« C’est la troisième partie du Message de Notre-Dame qui restera secret jusqu’à cette date de 1960.

La Russie, châtiment de Dieu

« Dites-leur, Père, que la Très sainte-Vierge, plusieurs fois, aussi bien à mes cousins François et Jacinthe qu’à moi-même nous a dit : que beaucoup de nations disparaîtront de la surface de la terre, que la Russie sera l’instrument du châtiment de Dieu pour tout le monde (les nations) si nous n’obtenons pas la conversion de cette pauvre nation. (…)

« La bataille décisive » entre Marie et Satan

La défection des âmes consacrées et des prêtres

« Sœur Lucie me disait aussi : “Père, le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge, et comme il sait ce qui offense le plus Dieu et qui en peu de temps lui fera gagner le plus grand nombre d’âmes, il fait tout pour gagner les âmes consacrées à Dieu, car de cette manière il laisse le champ des âmes désemparé et ainsi s’en emparera plus facilement.

Ce qui sanctifia Jacinthe et François

« Dites-leur aussi que mes cousins François et Jacinthe se sont sacrifiés parce qu’ils ont toujours vu la Très sainte Vierge très triste en toutes ses apparitions. Elle n’a jamais souri avec nous et cette tristesse, cette angoisse que nous remarquions chez Elle, à cause des offenses à Dieu et des châtiments qui menacent les pécheurs nous arrivait à l’âme et nous ne savions qu’imaginer en notre petite imagination enfantine comme moyens pour prier et faire des sacrifices (…).

« L’autre chose qui sanctifia les enfants vint de la vision de l’enfer (…).

La Mission de Sœur Lucie

« Voilà pourquoi, Père, ma mission n’est pas d’indiquer au monde les châtiments matériels qui arriveront certainement si le monde ne prie pas et ne fait pas pénitence. Non. Ma mission est d’indiquer à tous l’imminent danger où nous sommes de perdre notre âme à jamais si nous restons obstinés dans le péché.

L’urgence de la conversion

« Père –me disait encore Lucie– n’attendons pas que vienne de Rome, un appel à la pénitence de la part du Saint-Père pour tout le monde ; n’attendons pas non plus qu’il vienne de nos évêques dans leur diocèse, ni non plus des Congrégations religieuses. Non. Notre-Seigneur a déjà utilisé bien souvent ces moyens et le monde n’en a pas fait cas. Maintenant il faut que chacun de nous commence lui-même sa propre réforme ; il doit sauver non seulement son âme, mais aussi toutes les âmes que Dieu a placées sur son chemin. (…)

Les derniers temps du monde

« Père, la Très sainte Vierge ne m’a pas dit que nous sommes dans les derniers temps du monde, mais Elle me l’a fait voir pour trois motifs : le premier parce qu’Elle m’a dit que le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge et une bataille décisive est une bataille finale où l’on saura de quel côté est la victoire, de quel côté la défaite. Aussi, dès à présent, ou nous sommes à Dieu ou nous sommes au démon ; il n’y a pas de moyen terme.

« Le second parce qu’Elle a dit, aussi bien à mes cousins qu’à moi-même, que Dieu donnait les deux derniers remèdes au monde : le Saint Rosaire et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, et ceux-ci étant les deux derniers remèdes cela signifie que ce sont les derniers, qu’il n’y en aura pas d’autres.

« Et troisièmement parce que toujours dans les plans de la Divine Providence, lorsque Dieu va châtier le monde, il épuise auparavant tous les autres recours. Or, quand Il a vu que le monde n’a fait cas d’aucun, alors comme nous dirons dans notre façon imparfaite de penser, Il nous offre avec une certaine crainte le dernier moyen de salut, Sa Très Sainte Mère. Car si nous méprisons et repoussons cet ultime moyen, nous n’aurons plus le pardon du Ciel, parce que nous aurons commis un péché que l’Évangile appelle le péché contre l’Esprit-Saint, qui consiste à repousser ouvertement, en toute connaissance et volonté, le salut qu’on nous offre. Souvenons-nous que Jésus-Christ est un bon Fils et qu’Il ne permet pas que nous offensions et méprisions sa Très-Sainte Mère. Nous avons comme témoignage patent l’histoire de plusieurs siècles de l’Église qui par des exemples terribles nous montre comment Notre-Seigneur Jésus-Christ a toujours pris la défense de l’honneur de Sa Mère.

Prière et sacrifice. Le saint Rosaire.

« Deux moyens pour sauver le monde, me disait sœur Lucie : la prière et le sacrifice (…).

« Ensuite le saint Rosaire. Regardez Père, la Très sainte Vierge, en ces derniers temps que nous vivons, a donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire. De telle façon qu’il n’y a aucun problème, si difficile soit-il, temporel ou surtout spirituel, se référant à la vie personnelle de chacun de nous ou à la vie familiale, familles du monde ou Communautés religieuses ou bien à la vie des peuples et des nations. Il n’y a aucun problème, dis-je, si difficile soit-il, que nous ne puissions résoudre par la prière du Saint-Rosaire. Avec le Saint Rosaire nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, nous consolerons Notre-Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes.

La dévotion au Cœur Immaculé de Marie

« Enfin, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, notre Très Sainte Mère, en la considérant comme le siège de la clémence, de la bonté et du pardon, et comme la porte sûre pour entrer au Ciel (…).

Le Père Alonso poursuit son explication :

« Ce sont-là des textes authentiques, que, par un terme impropre, le Père Fuentès a appelé “Message de Lucie“. Ils furent publiés dans leur texte original espagnol et en traduction anglaise avec toutes les garanties d’authenticité et toutes les garanties hiérarchiques, parmi lesquelles figurait celle de Monseigneur l’évêque de Fátima. Malheureusement, les événements postérieurs pervertirent absolument des textes très dignes d’être médités par le peuple chrétien. En passant dans d’autres revues de vulgarisation pieuse, ils furent horriblement transformés et même déformés. Ils sont devenus un texte faux qui n’était plus non seulement de Lucie, mais même du Père Fuentès. Dans les textes divulgués, on y annonçait de la manière la plus grotesque tous les cataclysmes de fin du monde…

« Lorsque ces textes, parcourant le monde ébranlé, arrivent au Portugal, la Curie épiscopale de Coïmbre intervient par une note officielle de forte condamnation :

“Pour tranquilliser tous ceux qui en lisant la documentation de A Voz se sont alarmés, sont restés effrayés par les cataclysmes qui d’après cet article s’abattront sur le monde en 1960 et surtout pour mettre fin à une si tendancieuse campagne de prophétie dont les auteurs, peut-être sans se rendre compte font tomber le ridicule sur eux-mêmes et sur les déclarations de sœur Lucie, la Curie diocésaine de Coïmbre rend publiques les paroles de Lucie comme réponse à des questions qui lui furent posées. Voici ce que répond Lucie :

“Le Père Fuentès s’est entretenu avec moi en tant que postulateur de la cause de béatification des serviteurs de Dieu, Jacinta et Francisco Marto. Nous avons parlé uniquement de choses en relation avec ce sujet. Pour le reste auquel il se réfère, ce n’est ni exact, ni vrai. Ce que je déplore, car je ne comprends pas quel bien on peut faire aux âmes avec des choses qui ne se basent pas sur Dieu qui est la vérité. Je ne sais rien, et par conséquent je ne pouvais rien dire sur de tels châtiments, comme faussement on veut m’attribuer.” »

« Qui avait raison dans cette lamentable affaire : le Père Fuentès, la Curie diocésaine de Coïmbre ou sœur Lucie ? Nous voudrions nous expliquer en donnant notre modeste opinion :

« 1°/ Ce que dit le Père Fuentès dans le texte authentique de sa conférence à la Communauté religieuse mexicaine en décembre 1957 répond certainement dans ce qui est essentiel à ce qu’il a entendu de Lucie pendant sa visite. Car, quoique mêlés de considérations oratoires de la part du prédicateur, quoique arrangés littérairement, ces textes ne disent rien que sœur Lucie n’ait dit dans ses nombreux écrits livrés au public. Peut-être l’erreur consiste-t-elle à avoir présenté ces textes littéralement comme sortant de la bouche de Lucie, expressément et formellement comme un “message d’elle” adressé au monde. La sœur Lucie n’avait certainement pas cette intention.

« 2°/ Le texte authentique, le seul attribuable au Père Fuentès, en justice, à mon opinion, ne contient rien qui ne donne occasion à la note condamnatoire de Coïmbre. Bien au contraire, il renferme une doctrine bien apte à édifier pieusement le peuple chrétien.

« 3°/ La Curie diocésaine de Coïmbre –et à travers elle sœur Lucie– n’a pas distingué entre le texte originel, le seul attribuable au Père Fuentès et cette énorme documentation dont il est ici question. On a ainsi commis une erreur de jugement en confondant tout dans une seule et globale condamnation. »

« Le Père Fuentès était donc accusé publiquement d’avoir inventé lui-même des propos qu’il aurait attribués à sœur Lucie, autrement dit, d’avoir menti effrontément. Au Mexique, les archevêques de Vera Cruz et de Guadalajara, Mgr Manuel Pio Lopez et le cardinal José Garibi y Rivera, prirent sa défense. Cependant, rien n’y fit. Le Père Fuentès fut destitué de ses fonctions et, le 19 mars 1961, le Père Luis Kondor, émigré hongrois, de la Société du Verbe Divin, fut nommé pour le remplacer. (…)

« Nous pouvons donc à sa suite [du Père Alonso], sans crainte de nous tromper, contester l’authenticité de la déclaration de la voyante publiée par la curie épiscopale. Ténébreuse affaire où ce n’est ni Lucie ni le Père Fuentès qui a menti ! Et si la curie épiscopale de Coïmbre a produit cette note mensongère, ce fut probablement pour obéir à un ordre venu de Rome même. Oui, tout s’explique si une autorité romaine a exigé de l’évêque de Coïmbre ce démenti. »

Voilà donc la mise au point très claire du Père Alonso, complétée par le Frère François de Marie des Anges, qu’il est important de faire connaître pour rétablir la vérité des faits face aux nouveaux ouvrages sur Fátima qui vont s’évertuer désormais à discréditer totalement cet important entretien du Père Fuentès, en supprimant par ailleurs du marché toute source authentique de référence critique (le livret du Père Alonso « La vérité sur le Secret de Fátima », qui est le seul à avoir fait une impartiale mise au point à ce sujet, est d’ores et déjà épuisé chez l’éditeur –Téqui– et n’est donc plus disponible !).

Cette mise au point est d’autant plus importante que si les propos de sœur Lucie rapportés –même approximativement– par le Père Fuentès sont authentiques, alors la présentation du cardinal Sodano et la glose du cardinal Ratzinger, dans leur négation du contenu apocalyptique du 3 ème Secret, sont une inversion totale du sens du vrai message.

Lucie explique en substance que Notre-Dame et Son Fils sont affligés par la chute des âmes consacrées qui entraîne celle du monde. Elle ne fait là d’ailleurs que redire ce qui figurait dans les cinglants avertissements du Secret de La Salette en 1846 , et aussi ce qu’elle avait déjà écrit à son confesseur le 1 er décembre 1940 : « Notre-Seigneur se plaint surtout de la vie tiède, indifférente et trop commode de la majeure partie du clergé, des religieux et des religieuses. Il est très petit et très limité le nombre des âmes avec lesquelles Il se rencontre dans le sacrifice et dans la vie intime de l’amour. »

Les cardinaux soutiennent, au contraire, dans leur commentaire, que c’est leur solidité dans la foi face à un monde persécuteur qui conduit les âmes consacrées au Martyre !

C’est radicalement incompatible. Et c’est justement la nécessité de voiler cette incompatibilité qui explique les innombrables bizarreries de la “divulgation” du 26 juin 2000.

Il convient en outre de ne pas oublier un point capital : Qui est responsable des catastrophes annoncées par la sainte Vierge dans le texte du 2 ème Secret ? Pourquoi donc ces guerres, ces martyrs, ces souffrances, ces persécutions ? A t-on bien lu le message à ce sujet ? En tout premier lieu, la cause des malheurs vient certes des « offenses faites à Dieu », autrement dit des péchés, qui vont déclencher la seconde guerre mondiale : «  La guerre va finir. Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu, sous le pontificat de Pie XI en commencera une autre pire encore. Lorsque vous verrez une nuit illuminée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’Il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre.. . »

Mais, ajoute aussitôt la sainte Vierge, dans sa grande Miséricorde : «  Pour empêcher cette guerre [méritée par nos péchés], je viendrai demander [au pape Pie XI donc] la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis [dévotion à répandre par les évêques dans chaque diocèse]. Si on accepte mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant [dans un avenir qui nous concerne encore !] des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. (…) Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l’on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d’âmes seront sauvées et on aura la paix… »

Sœur Lucie le rappellera clairement dans une lettre du 19 mars 1939 : « De la pratique de cette dévotion unie à la Consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, dépendent pour le monde LA PAIX ou LA GUERRE. » Et elle ajoutera le 21 janvier 1940, à propos de la guerre en cours : « Si cet acte de la Consécration de la Russie, par lequel nous sera accordée la paix, n’intervient pas, la guerre cessera seulement lorsque le sang répandu par les martyrs sera suffisant pour apaiser la divine justice. »

La responsabilité de nos malheurs incombe donc à ceux qui n’ont pas voulu accomplir les demandes de la Très Sainte Vierge, à savoir les papes et la hiérarchie en tout premier lieu : ce sont les premiers responsables !

Dès 1929-1930, tout dépendait du Pape. Si la Russie avait été consacrée au Cœur Immaculé de Marie, elle se serait convertie et ni la deuxième Guerre mondiale, ni la foudroyante expansion du communisme ne se seraient produites. Mais comme cela n’a pas été fait, au lieu des promesses, ce sont les châtiments qui commencèrent à se réaliser : effondrement de la monarchie en Espagne en 1931, prélude à la terrible guerre civile de 1936 , organisation en 1931 par Staline d’une immense famine en Ukraine pour détruire la paysannerie qui refusait la collectivisation, etc… « Les bons seront martyrisés » Oui, mais à qui la faute ? Les remèdes étaient donnés par la sainte Vierge mais la « Haute hiérarchie de l’Église » n’en a pas voulu, précisément parce que ces remèdes contrariaient leur politique du moment… La fameuse “Ostpolitik” chère à Pie XI…

« L’accomplissement d’un acte solennel de réparation et de consécration de la Russie par le Pape et tous les évêques du monde ne supposait-il pas d’abord une condamnation formelle, doctrinale, du marxisme-léninisme et une politique ferme, souverainement indépendante à l’égard de la Russie bolchevique ? Or, depuis 1917, le Saint-Siège, à la suite des démocraties occidentales, s’était engagé avec audace, dans une tout autre voie, celle du compromis et de la conciliation, et jusqu’à un point que l’on ne soupçonne guère. (…) Cette politique “d’ouverture à l’Est” menée résolument (…) et qui faisait corps avec l’ensemble de la politique vaticane, fut sûrement l’obstacle majeur à l’accomplissement du grand dessein de Miséricorde révélé à Tuy pour la conversion de la Russie et la paix du monde. »

Ainsi l’expression du 2 ème Secret, « sous le règne de Pie XI », n’est pas seulement une indication chronologique du commencement de la guerre. La Vierge de Fátima nous a surtout révélé ainsi quel était le Pontife qui en porterait, pour sa part, la lourde responsabilité. Le Pape Pie XI a reçu ces deux requêtes de la Consécration de la Russie et de la communion réparatrice, avec la promesse conjointe de conversion de la Russie, dès 1930, puis de nouveau en 1937. La responsabilité du pape qui ne daigna pas y porter intérêt et décida de n’en tenir aucun compte, pas même à l’heure du péril imminent, est certaine.

On en arrive ainsi à la révélation de Rianjo en août 1931 rapportée par Lucie à son évêque : « Fais savoir à mes ministres, étant donné qu’ils suivent l’exemple du Roi de France en retardant l’exécution de ma demande, qu’ils le suivront dans le malheur… » Effectivement, à cause de leur indocilité à la voix du Ciel, les papes – comme il y a deux siècles les derniers Rois de France – attirent le malheur sur eux-mêmes, ainsi que sur l’Église et la chrétienté assaillies de partout par les forces du Mal. Et ces maux se poursuivent plus que jamais de nos jours ! Mais la responsabilité leur en incombe.

Ce point essentiel dans la compréhension du message de Fátima n’est bien-sûr même pas évoqué dans les commentaires et analyses du Vatican (d’Eux), qui se donne la part belle … Or, un tout petit peu d’histoire permet de remettre les pendules à l’heure…

http://www.virgo-maria.org/Livres/laurent_morlier/Doc/node17.htm

http://virgo-maria.org/D-3eme_secret_de_Fatima/index_3em_secret_de_Fatima.htm

Saints Cœurs de Jésus et de Marie

6 réponses
  1. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    octobre 15, 2013

    Cave Ne Cadas ou un autre !
    Y-a-t-il eu une consécration faite de la Russie par Pie XII, si oui est-elle bonne, et si non pourquoi, et dans le cas présent il ne se trouve aucun pape, alors comment pourrait-il y avoir une consécration même tard ?
     
    Remarquez on peut toujours demander au “pape” Ricossa, ou au “pape” Guépin” ou au “pape” Roger ou au “pape Fellay” de faire la consécration, finalement ce n’est pas le choix qui manque ! et je n’ai pas cité tout le monde ! 

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 15, 2013

      En 1952, à la suite de démarches de catholiques russes, Pie XII voulut enfin effectuer une consécration de la Russie. Il la formula dans la lettre apostolique Sacro vergente anno, publiée le 7 juillet, à l’occasion de la fête des saints Cyrille et Méthode, glorieux apôtres des peuples slaves.

      Cette fois, la Russie était explicitement nommée, mais hélas ! la consécration ne fit l’objet d’aucune cérémonie particulière et le Pape n’avait pas donné l’ordre à tous les évêques catholiques de s’unir à lui dans un acte public ! Cette “consécration” ne répondait donc pas aux demandes de Notre-Dame et fut aussitôt oubliée.

      À propos de cet acte, Sœur Lucie écrivit dans l’une de ses lettres de l’été 1952 : « Je vous remercie également de la coupure de journal qui rapporte la consécration de la Russie. Je suis peinée qu’elle n’ait pas encore été faite comme Notre-Dame l’avait demandée. »

      Vous lirez avec profit : Le point sur la Consécration de la Russie demandée par la sainte Vierge à Fatima
      http://www.virgo-maria.org/Livres/laurent_morlier/Doc/node16.htm

      Les trois Consécrations effectuées en 1952, 1982 et 1984 répondent-elles à toutes les conditions demandées par le Ciel ?

      Et Bergo(go)glio qui vient de faire un « Acte de confiance » à la Vierge de Fatima…

      Le pape place le monde sous la protection de Marie (Attention ! le langage EST conciliaire…)
      http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-pape-place-le-monde-sous-la-protection-de-Marie-2013-10-13-1040920

      “ABSOLUMENT NUL ET ENTIÈREMENT VAIN”

  2. Avatar
    Raoul de Gerrx lien permanent
    octobre 15, 2013

    Aux Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie il faut impérieusement ajouter celui de saint Joseph, comme l’ont demandé plusieurs spirituels portugais dès le XVIIIe siècle.
    Il existe de belles gravures portugaises de cette époque montrant, justement, les trois Cœurs réunis.
    Du reste, à Fátima, le 13 octobre 1917, saint Joseph était présent :

    « Notre-Dame ayant disparu dans l’immensité du firmament, nous avons vu, à côté du soleil, Saint Joseph avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus semblaient bénir le monde avec des gestes qu’ils faisaient de la main en forme de croix. »

    Il faut, de toute urgence, diffuser le culte des Trois Cœurs, qui forment, comme disait, dans une belle image, le père João Baptista de Castro (1700-1775), “la sainte trinité d’ici-bas, reflet de celle du Ciel”.

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 15, 2013

      Un grand merci pour ces précisions cher Raoul… venant du Portugal !

      Très bonne idée en effet :

      Il faut, de toute urgence, diffuser le culte des Trois Cœurs, qui forment, comme disait, dans une belle image, le père João Baptista de Castro (1700-1775), « la sainte trinité d’ici-bas, reflet de celle du Ciel ».

  3. Avatar
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 16, 2013

    « Le châtiment s’approche inexorablement : 100 ans :
    1917 ~ 2017
    Le temps de Dieu n’est pas le nôtre… 100 ans n’est rien dans l’éternité… »

    Cave Ne Cadas, je vous remercie beaucoup de cette intuition interprétative que je partage…en effet, j’abonde dans votre sens.

    Notre Seigneur promettait donc à la France, sa “fille aînée”, une puissante protection moyennant trois choses :
    que le Sacré-Cœur soit mis sur les armes du Roi et les étendards de la France ;
    que lui soit élevée une église nationale ;
    et que dans cette église, la France lui soit solennellement consacrée par son souverain.

    Rien ne sera fait finalement par Louis XIV (légitime) et 100 ans jour pour jour après le message du 17 juin 1689 qui restera sans réponse, des clercs impies se rallièrent au Tiers-État et se proclamèrent Assemblée Constituante et emportèrent dans la tourmente révolutionnaire par la terreur sanguinaire, le trône indigne des Bourbons de la Monarchie française.

    Rien ne sera fait non plus finalement pour le Très Saint Cœur Immaculé de Marie selon les prescriptions du Ciel, savoir : la consécration nominative de la Russie pour la sauver du péril criminel du communisme impie et d’Elle seule et non pas du monde, pas seulement par le pape seul mais l’ensemble de tous les évêques en leur cathédrale ou en une assemblée conciliaire en communion avec le pape.

    — Il ressort de cette exigence céleste que le pape ne saurait représenter à lui seul toute l’Église militante, il en est seulement la tête dont l’office est au service du bien commun du corps et non pas tête et corps à la fois, ne s’appelle t-il pas du reste, le Serviteur des serviteurs de Dieu, les portes de l’Enfer ne prévaudront jamais sur la surface de la Terre contre l’Église totale (tête et corps) mais elles peuvent par permission divine (épiphanie de Léon XIII) l’emporter sur la tête sans prévaloir par les ruses et artifices de l’apostasie scélérate sur le petit reste du corps de l’Église (clercs comme laïcs) fidèle au Credo des Saints Apôtres, quand bien même, il y aurait extinction extraordinaire de la tête que le corps épiscopal, presbytéral et laïque, quelque soit la durée de l’interrègne, est le corps visible de l’Église sous la gouvernance de l’Esprit Saint dont la Tête invisible est toujours le Christ en l’occurrence dépourvu de vicaire visible bien que en l’espèce par principe cette privation est en soi défectueuse, constitue et demeure un châtiment divin comme une épreuve pénitentielle et purgative —

    C’est pourquoi, l’Église universelle est requise par le Ciel en faveur de la conversion de la Russie à la Communion de l’Unité catholique, bref, comme Louis XIV, par des pontifes romains (légitimes) et 100 ans jour pour jour après la demande du 13 Mai 1917 qui est aussi restée sans réponse…

    Attendu que, l’Apostasie générale des nations et du Vatican travaillent de concert pour un gouvernement mondial antichrétien, d’ici 2017, nous sommes à même d’établir sans vaticiner, attendu que la divine Providence fait toutes choses avec poids et mesures, de fonder l’espoir mystique que notre délivrance est proche, tous conscients, hic et nunc, sauf les vierges folles, que tôt où tard, une guerre urbaine, civile, militaire, européenne, entraînera en la Chute de l’Europe, la planète entière dans le tumulte d’une troisième guerre mondiale indicible dont les Russes et les Chinois auront la plus grande part et qui avec les cataclysmes solaires et terriens (à Fatima, le choix du Soleil ébranlé comme objet du miracle n’est pas vain) échappera totalement au contrôle des utopies fantasques de l’apatride hyper-classe talmudique des forces ténébreuses mondialistes de l’international maçonnique antinationales et antichrétiennes.

    Car,

    La Bienheureuse Vierge Marie a dit :

    « À LA FIN MON CŒUR IMMACULÉ TRIOMPHERA… »

    Parce que assurément, le futur véritable pape s’empressera de faire ce que le Ciel demande et attend, de par le miracle de son élection, tel celui de Jeanne D’Arc, l’Élu impétrant avec ou sans corps épiscopal idoine, car, l’Église hiérarchique est comme défunte à présent, procédera néanmoins validement à la consécration de la Russie.

    Et si Notre-Dame l’a dit c’est que c’est vrai !!!

  4. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    octobre 16, 2013

    Excellente analyse cher Omnibus, que je partage entièrement, et quel régal de vous lire ! mais gare à l’orgueil !!!

Les commentaires sont fermés.