Aller au contenu

Déni d’Éducation en France, Humour en Angleterre…

2014 février 18

 

En France, l’« Éducation Nationale » pourrie la jeunesse avec toutes les déviations sexuelles mises à l’honneur qui selon son “ministre” (sinistre) de tutelle Vincent Peillon doit « arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel »…en faisant la promotion de la Théorie du genre, de l’homosexualité, etc., etc., et maintenant, un travesti pour aborder le « transgenre » avec les CM1 !

En Grande-Bretagne à Haxby, on apprend aux enfants de primaire comment se déroule une cérémonie de mariage en créant un faux mariage. Et voilà, comment on se retrouve avec une alliance à 11 ans…

 

* * *

 

Cette Éducation nationale qu’on soupçonnait déjà de ne rien transmettre, ne transmet-elle pas en réalité pire que rien ? se demande Gabrielle Cluzel, écrivain (Prix Renaissance 2006), journaliste, mère de famille, sur le site Boulevard Voltaire :

« Travesti dans une école : des parents très choqués » titrait hier [Ndlr : le 12 février 2014] Le Figaro. On s’étonne. On s’étonne car à dire vrai, David Dumortier, le poète travesti dont l’intervention auprès de CM1 à Versailles vient de provoquer des remous, a déjà été vu dans nombre d’écoles primaires à travers toute France : Le Gers, les Charentes, le Berry, les Ardennes, la région parisienne… Il suffit pour en avoir confirmation de consulter sur Internet la presse locale.

Gay-Queer-Trans

Et David Dumortier n’intervient pas à l’école pour dispenser des cours de maths. Non, il vient là pour évoquer ses thèmes de prédilection : la poésie et les travestis. Ce dernier sujet d’exploration, étant, tout le monde, en conviendra, spécialement adapté aux 7-11 ans. Sans doute David Dumortier n’évoque-t-il pas avec eux son dernier roman, autobiographique, intitulé sobrement Travesti dont Marie-Claire nous dit que « de mots crus en images hard, du cynisme le plus abrupt aux vacheries les plus cinglantes, [il] ne recule devant aucune vérité, aucune dureté, aucune noirceur », mais il aborde le « transgenre » par son petit album Mehdi met du rouge à lèvres et ne dédaigne pas, à l’occasion, les allusions scatologiques comme dans cet extrait de Clarisse, texte « sélectionné pour les écoles » par le ministère de l’Éducation nationale : « (…) Clarisse pose son doigt partout. Elle s’est brûlée en introduisant son index dans le petit trou de la cuisinière, hier elle s’en est mis un dans le derrière puis elle a senti son odeur(…) »

À Versailles, il y a eu des « parents très choqués ». Ça alors… Parce qu’à Versailles, on doit être « crédule et peu éduqué », comme dans les ZEP de Jour de Retrait de l’École ? Le Figaro rapporte qu’on les a, eux aussi, « convoqués ». Allez hop, les Versaillais, dans le même sac que les tsiganes, les turcs et les maghrébins. Le gouvernement aura au moins réussi ce vivre ensemble-là. Mais certains parents ont préféré se taire : « On ne veut pas être traités d’homophobes… » Car que peuvent-ils dire, au juste, avec ce flingue « homophobie » sur la tempe, dont le moindre mot malheureux peut d’un coup actionner la gâchette ?

Ils peuvent au moins réclamer la vérité. La transparence. À aucun moment, les parents n’ont été prévenus de l’intervention dans la classe d’un tiers appelé David Dumortier. Ce sont les enfants, le soir, qui ont vendu la mèche. Comme dans d’autres écoles primaires, d’autres parents n’ont jamais été prévenus, ainsi qu’en témoigne une mère de famille sur le site de Famille Chrétienne (conciliaire bien sûr !), de la projection du film Tomboy sur le « transgenre ». Les parents seraient donc tenus à l’écart ? On leur demanderait une autorisation pour prendre en photo leurs enfants, mais pas pour les prendre en otage ? N’auraient pas le droit de savoir ? Savoir si cette Éducation nationale qu’ils soupçonnaient déjà, au vu de ses performances, de ne rien transmettre, ne transmet pas en réalité pire que rien ? Si, en plus de ne pas apprendre, elle ne « désapprend » pas aux enfants les quelques certitudes objectives acquises à la naissance, comme le fait qu’ils sont fille ou garçon ? Si plutôt que les faire grandir, elle ne les fait pas régresser au stade anal ?

La théorie du genre est une rumeur, les interventions de militants LGBT à l’école sont une invention, mais des enfants regardent Tomboy sur les horaires scolaires, des travestis interviennent sur l’ambivalence de sexe, et, dans un communiqué, l’association MAG jeunes LGBT se plaint d’avoir vu, ces derniers jours, 11 interventions « scolaires » annulées en Ile-de-France quand elle en compte, pour l’an passé, 122 à son actif… Il y a pire que la politique actuelle du gouvernement. Il y a son refus de l’assumer.

Source : Boulevard Voltaire : http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/maintenant-travesti-pour-aborder-le-transgenre-avec-les-cm1,50659

 

* * *

 

Dans le New (Anglican !!! « Entièrement nul et totalement vain ». {selon les paroles mêmes de Léon XIII}…) diocèse de York il y a eu un mariage totalement différent à l’église de St Mary, Haxby, le 11 février dernier – les jeunes mariés étaient seulement âgés de six et sept ans.

Headlands School Wedding, St Mary's ChurchLe Revd Ron Smith « a marié » Freddie Wilson, 7 ans, et Phillipa Cranmer, 6 ans, à l’église de St Mary devant leurs camarades de classe et parents de la Headlands Primary School (école primaire).

Louise Pearce, directrice adjointe à l’école Headlands, a dit que « le mariage faisait partie d’un projet scolaire sur les personnes, les lieux et les fêtes. Il n’y a aucune meilleure fête qu’un mariage et les enfants ont planifié celui-ci eux-mêmes. Ils ont écrit au Révérend Ron pour réserver l’église, ils ont conçu les invitations, cousues leurs propres boutonnières de feutre et ont écrit les vœux qu’ils ont faits l’un à l’autre.

« L’assistance était composée des 89 enfants des années 1 et 2 de l’École primaire d’Headlands et des parents des enfants. Après la cérémonie, les jeunes mariés sont rentrés à l’école dans une voiture de mariage pour le repas de mariage, et les traiteurs de l’école ont fait avec gentillesse le gâteau de mariage approprié pour les enfants. »

Headlands School Wedding, St Mary's ChurchLe Revd Ron Smith a dit, « j’ai célébré de nombreux mariages pendant mes vingt années en tant que prêtre. Pendant que vous vieillissez, les jeunes mariés semblent devenir de plus en plus jeunes. Mais normalement pas aussi jeune que ceci !

« Tout était comme un vrai mariage, indépendamment des parties juridiques – j’ai même lu les Bans factices à l’église dimanche. Les jeunes mariés ont porté les vêtements appropriés de mariage, les invités étaient eux aussi dans leur meilleure parure, et il y avait des confettis à jeter sur les pas de l’église après la cérémonie.

« Je pense que cette cérémonie est une belle idée, et une remarquable façon de montrer aux enfants et à leurs parents à quoi un mariage religieux ressemble. Si vous faites la promesse de vous aimer – ou dans le cas de Phillipa et de Freddie, être des amis – il n’y a aucun meilleur endroit pour faire cela qu’une église. »

 

 

Vous pouvez voir les photos du jour ici : Headlands School Wedding, St Mary’s Church

La Perfide Albion me semble quand même moins vulgairement pourrie !!!

 

Source : The Diocese of York : http://www.dioceseofyork.org.uk/news-events/news/news-from-the-diocese-of-york/02344.html

10 réponses
  1. charles
    charles lien permanent
    février 19, 2014

    Si le fameux David Dumortier ressemble à la photo en tête d’article, on peut comprendre que les enfants -et même meurs parents- aient eu très peur !!!!! Les films d’épouvante risquent de perturber le psychisme de nos chères têtes blondes (?) !!!!!…
    Homophobe ? Vous avez dit homophobe ?
    Avez-vous remarqué que la substance des mots est de plus en plus réduite à néant dans notre monde égalitariste moderne ? SAUF les mots clés de la subversion infernale (homophobe en fait partie !) car ces mots ne sont plus des mots mais des ARMES IDÉOLOGIQUES DE DESTRUCTION MASSIVE !
    À vos abris souterrains !

  2. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 19, 2014

    Seul un État totalitaire s’occupe de l’éducation des enfants, en France, « l’éducation nationale » sans Dieu, contre Dieu, a pourrie des milliers, des millions de futurs citoyens, et cela n’est pas d’hier, on s’approche seulement du fond. La grenouille est cuite depuis longtemps.

  3. charles
    charles lien permanent
    février 19, 2014

    Merci cher Cave Ne Cadas de ce lien très instructif !!!
    “Je m’habille en femme chez moi pour recevoir des hommes, et des hommes, j’en ai accueilli des wagons”
    Que voilà un beau poète doublé d’un pervers sexuel d’un genre très…particulier ! On imagine le(s)  genre(s) d’hommes que ce monsieur accueille chez lui…. On dépasse là, et de loin, les schémas de l’inversion classique…
    Le bonhomme a l’air tout à fait masculin sur la photo mais l’on sait que les travestis professionnels ont un art consommé de la transformation, du grimage et du maquillage.
    Çà vous transforme un homme !!!!!!!!!!……
    Comme il est dit dans l’article, la vie privée perverse et sexuelle de ce monsieur ne nous regarde pas…tant qu’elle reste dans l’ombre… Mais mettre un tel personnage au contact ouvert et public avec des enfants est sans doute un acte d’une haute portée morale !!!
    HONTE à l’« Éducation (???) » dite nationale !!!!!!!!!!
    Il y aura sans doute en haut lieu beaucoup de pleurs et de grincements de dents….
     

    • Wiking
      février 19, 2014

      « Mais celui qui scandalisera un seul de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui pendît au cou une meule de moulin et qu’on le jetât au fond de la mer.  Malheur au monde à cause des scandales ! Car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive. »

      On comprend mieux la vision qu’eurent les petits bergers de Fatima sur le nombre d’âmes qui tombe en enfer : comme les flocons de neige !
      Ce constat d’un monde qui appelle le bien mal et le mal bien doit nous amener à accroître nos prières :
           — Sans la prière, on ne peut se sauver, nous enseigne St Alphonse de Liguori.
           — L’abbé Vérité considérait comme strict minimum une heure de prières par jour. Étant donné les temps actuels, on ne peut que lui donner raison. Les moyens mis en œuvre par l’ennemi étant de plus en plus puissants et pervers, il nous faut donc augmenter la lutte.
           — Le nombre d’âmes en état de damnation augmentant continuellement (regardons autour de nous : dans nos familles, chez nos amis, chez nos collègues de travail, …), il nous faut augmenter nos prières pour ces âmes. C’est un devoir de stricte charité.
           — Ne pas oublier que la prière est toute puissante. (Demandez et vous recevrez, …). À vue humaine, c’est la dernière arme que nous semblons posséder. Arme beaucoup plus puissante que toutes celles de l’ennemi. Encore nous faut-il employer cette arme ! Et cette arme ne pourra être efficace que si nous nous mourrons au monde. Programme bien difficile mais ô combien nécessaire. Puisse le temps de Carême qui commence dans deux semaines puisse nous y aider !
       

  4. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    février 19, 2014

    Merci Wiking pour ces paroles d’exhortation et de réveil.
    Que Dieu vous bénisse.

  5. Avatar
    François lien permanent
    février 20, 2014

    TERRIFIANTE, CETTE GROSSE TARLOUZE SUREXCITÉE !!!!……… 

  6. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    février 21, 2014

    — L’abbé Vérité considérait comme strict minimum une heure de prières par jour.

    Vraiment ?

    Qu’un « ours » célibataire se contraigne à renoncer à voir un match de rugby ou de foot pour prier davantage qu’une heure, cela s’entend aisément.
    Mais un père de famille, dont les deux travaux (rémunéré, et père de famille) lui prennent temps et énergie, peut il prier une heure (minimum) par jour ??

    • Cave Ne Cadas
      février 21, 2014

      Allons donc !?

      Édouard…n’avez-vous donc jamais fait de Retraites avec notre cher Abbé Vérité !!! paix à son âme
      Effectivement c’était un de ses leitmotiv…une heure minimum : – prière du matin, – prière du soir, (selon le livre des Exercices = 10′ chacun) ; le chapelet = 15 à 20 minutes ; et une demi-heure de méditation… = 1 heure pour le Bon Dieu !!!

       

    • Wiking
      février 21, 2014

      J’ai suivi plusieurs retraites avec l’abbé Vérité dont la dernière qu’il prêcha pour les hommes. Lors d’une de ces retraites, il insista a plusieurs reprises sur la prière et la place que chacun doit lui consacrer.
      Il considérait la méditation comme quasi-indispensable et ce même pour les laïques. La raison en est simple : nous sommes plongés dans un monde de plus plus anti-chrétien. Il nous faut donc lutter avec des armes à la mesure de celles de l’ennemi. Parmi ces armes, il y a la méditation. Il insistait pour que nous faisons nos méditations selon la méthode ignatienne avec les fameux 5 points. 
      10 minutes de prières le matin + 10 minutes de prières le soir… un chapelet de 20 minutes (car ajout de quelques prières supplémentaires telles le Salve Regina, l’exorcisme de St Michel ou le Souvenez-Vous, …). Il reste alors 20 minutes que l’on peut consacrer à la méditation.
      Certes la méditation n’est pas aisée… C’est la première chose que le démon va vouloir nous faire abandonner. Au début, tout est facile et puis on lâche peu à peu. À part de rares et heureuses exceptions, je pense que nous avons tous ces périodes ou nous arrêtons la méditation… pour la reprendre heureusement ensuite.
      La méditation, c’est le cœur à cœur avec Dieu. Certaines choses ne peuvent être apprises que par la méditation.
      Certes, il n’est pas demandé aux laïques de vivre comme des prêtres ou des moines. Telle n’est d’ailleurs pas sa vocation. Sachons néanmoins réserver une partie importante de notre journée au Bon Dieu. Les loisirs tout légitimes qu’ils puissent être, ne doivent pas être des obstacles à notre sanctification.
      Par exemple, un chapelet non dit a cause d’un match de rugby, cela signifie qu’il y a un désordre dans notre vie.
      Dès que l’on sent que notre vie de prières devient moins fervente, qu’on l’abandonne petit à petit, il devient, à mon avis, urgent d’aller se confesser. La confession permettra de comprendre et d’analyser le pourquoi de notre dégringolade. Ensuite la grâce du sacrement fera que nous serons plus forts, mieux armés, pour reprendre cette vie de prières. À nous ensuite d’être fidèles à la grâce. Vaste programme.
       

Les commentaires sont fermés.