Aller au contenu

BABYLONE A VOLÉ LE NOM DE LA NOUVELLE JÉRUSALEM

2015 juin 19
tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
par Iéschoua incorrect

 

Important

 

Babylone a Volé le Nom de la Nouvelle Jérusalem

 

Comment l’Église est-Elle Éclipsée ?

 

L'Église éclipsée

par Amabilus Manziaci

 

« Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème,
ayant sept têtes et dix cornes » (Apo, XVII, 3).

 

 

Notre-Dame de La Salette aurait-elle confondu les Tartuffes de la « Tradition » et autres Bourgeois Gentilshommes de la théologie ?

ND de La Salette

Comprendre le Dépôt de la Foi implique de remonter aux principes les plus élevés. Le premier d’entre eux appartient au domaine de l’histoire : connaître et assimiler les circonstances historiques de la Révélation. C’est en vertu de l’acte de Foi que nous consentons à ne pas pouvoir remonter au-delà de ce premier axiome (1). Le deuxième principe qui lui est subordonné, dépend de l’ordre de la philosophie. L’intelligence théologique est bâtie avec et sur lui, mais c’est encore en vertu de l’acte de Foi que nous décidons d’assujettir notre discours philosophique au principe premier du donné transcendant et historique de la Révélation (2).

À partir de ces fondements, nous concevons en premier lieu, le Dépôt de la Foi, et en particulier, nous concevons l’Église sous son rapport semper idem ab initio. En second lieu, nous observons un fait nouveau ; ce fait peut être désigné sous le terme de « désordre », en ce sens qu’il signifie un fait où la pérennité d’une entité et l’intangibilité de sa définition, se trouvent confrontées à une conjoncture semblant les contredire. Cette réalité de scandale, — de « pierre qui risque de faire chuter » — reste pour nous à éclaircir et à qualifier au regard d’un ensemble de faits procédant antérieurement de l’entité de l’Église semper idem.

Et c’est à l’aune de ce rapport, double et hiérarchisé, que nous pouvons tenter de nous éclairer à l’unique lumière du Dépôt de la Foi, quittes à devoir jeter un regard critique sur les diverses thèses émises dans la « tradition ». Si chacune allègue rendre compte avec pertinence de la situation de l’Église depuis 1958, toutes participent d’une déficience commune ; vouloir accommoder toujours plus le Catholicisme à une agression qui devient de plus en plus intransigeante (3).

Notre propos veut compléter et préciser nos aperçus précédents intitulés : « Les mille erreurs des traditionalistes » et « Ces traditionalistes qui talmudisent le Droit divin »(4) sur le plan historique, théologique et métaphysiques. Il embrassera d’abord la portée du concept d’Église semper idem depuis 1958, puis les conséquences que le désordre suscite au sein de l’Église, et enfin les réactions autodestructrices qu’il inspire dans les esprits traditionalistes.

 

Sommaire :

  1. Voir l’Église semper idem en deçà de l’Église « en désordre ».

Pourquoi l’Église ne peut pas changer.

Ôter son masque à la Rome de Noé, Sodome et Babylone, qui prétend que l’Église change.

Nostalgie de l’Église « en ordre », les traditionalistes adhèrent au Leurre Conciliaire perpétuel.

  1. Le désordre, c’est l’Église éclipsée par le Leurre d’« un milieu Conciliaire organisé »

Comment se pose le problème entre les notions de « toujours » et de « désordre ».

La Thèse absurde d’une succession pontificale errant à long terme.

  1. Les diversions traditionalistes d’un grand désordre falsificateur.

 

EST Éclipsée" width="350" height="250" srcset="https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/06/350px-EgliseEclipsee.jpg?w=350&ssl=1 350w, https://i0.wp.com/wordpress.catholicapedia.net/wp-content/uploads/2015/06/350px-EgliseEclipsee.jpg?resize=300%2C214&ssl=1 300w" sizes="(max-width: 350px) 100vw, 350px" />

 

* * *

 

 

I.– Voir l’Église Semper Idem

En Deçà de l’Église En Désordre.

 

A. Pourquoi l’Église ne peut pas changer.

 

En se fondant sur le donné historique de la Révélation, dont nous avons d’abord l’intuition de la vérité en quelque sorte syncrétique, concomitamment au Don surnaturel de la foi, le Magistère de l’Église en délivre ensuite, pour notre raison, une synthèse théologique.

Or c’est par le truchement d’une analyse participant d’une saine philosophie que nous apprécions l’adéquation au réel de cet enseignement, et donc l’infaillibilité du Magistère.

 

1ent. – Récapitulons tout d’abord la chaîne de causalité historique des faits ab initio.

1/ N.-S. J.-C., Tête de l’Église, en est en toute certitude (« Amen, amen je vous le dis ! ») la source (5) et le fondateur ;

2/ Il a été attesté par la Tradition et les Écritures, qui expriment la connaissance de cette source (6) ;

3/ Il a été présent au milieu de ses apôtres et de ses disciples, présence qui a été source des sacrements (7) ;

4/ Il leur a enseigné la Vie surnaturelle qu’il vivait avec eux, il a délimité la connaissance intelligente de cette vie ; qui est donc la source intellectuelle de l’Église (8) ;

5/ Il a été leur Directeur spirituel, le Maître de leur prière, la source de leur vie contemplative dans le réel (9) ;

6/ Il les a convoqués au sein d’une Assemblée hiérarchiquement organisée, il est source de l’Autorité de Droit divin de l’Église (10) destinée à durer perpétuellement.

Je Crois !

 

2ent. – À cette série de faits historiques, répond par la suite une chaîne de causalité théologique, qui la reproduit dans l’ordre du discours intellectualisé ; la chronologie « épistémologique » suit la chronologie physique (11) et respecte le même ordre. Simplement à compter de la fondation de l’Église, c’est elle, succédant au Christ, qui lui est substituée, au point de départ.

La personne du Christ, transmise par la Tradition est créatrice de rites, — significatifs donc créateurs de Vie divine, — de connaissance, d’union contemplative et d’autorité.

Ainsi donc :

1/ L’Église possède une Tête, le Christ. (12) ;

2/ Elle est donc régie par la Tradition Apostolique (Écriture et Tradition) issue de son Fondateur ;

3/ Elle transmet à titre de corollaire la Grâce sanctifiante venue de son Maître (13) ;

4/ Elle enseigne donc le Royaume de Dieu, comme unique mode de salut des âmes.

5/ Elle est dès lors mère et maîtresse de la vie spirituelle ;

6/ Sa Hiérarchie discipline cette transmission à ses fidèles.

 

 

3ent. – À l’issue de cette recherche des facteurs théologiques fondamentaux, nous constatons l’enchaînement parallèle de plusieurs éléments et une totalité de ces éléments, en même temps logiques et physiques. Ils doivent être clarifiés par une analyse métaphysique thomiste.

 

1/ Les sacrements (3/ supra) :

Ce sont à la fois des choses sensibles et intelligibles, et des actes (14).

Comme choses, leur être renvoie à la catégorie de l’essence dont la cause générique (matérielle) est un signe physique rituel, qui est ressemblant à l’objet surnaturel à signifier (notion de « sacramentum »). Leur cause spécifique (formelle) est une parole, dont la ressemblance à l’objet surnaturel, est imposée non par la nature mais par la Révélation ; ce qui leur permet de réaliser ce qu’ils signifient (15). Dans la catégorie de l’action, en tant qu’acte, leur être renvoie à la catégorie de l’action.

 

2/ Le Dépôt de la Foi (4/ supra) :

Elle est une chose intellectuelle ; son être, dans la catégorie de l’essence, comporte quatre causes (16) comme les sacrements, dont le Dépôt de la Foi est le discours théologique sur leur mystère ontologique. Elle existe aussi dans la catégorie de la possession (ou non-possession) (17) comme appartenant à l’intelligence et à la foi des fidèles. L’existence par possession est aussi une existence dans la catégorie de la relation.

 

3/ La prière (5/ supra) :

Elle est un des actes intérieurs appartenant à la vertu de religion. « Selon St Thomas […] Elle est un acte de la raison pratique [qui est aussi] causative » (18). Cette action consiste à dialoguer avec Dieu. Elle établit donc une relation avec Dieu.

 

4/ La Constitution juridique de Droit divin de l’Église (6/ supra) :

Le droit, dans le résultat de son application, est une chose : il est le partage proportionnel (accompli) de biens indivis, selon la définition aristotélicienne ; lorsqu’il est en cours d’application, il s’agit d’une action, celle de partager les biens indivis.

Appliqué à la Constitution de l’Église, le droit est une chose (19) : la répartition hiérarchique et conforme à la sainteté de l’Église — entre les chefs enseignants sanctificateurs et les fidèles enseignés et sanctifiés — des biens surnaturels dévolus à l’Église par sa Tête, N-S. J-C. Il est une action, celle de répartir en permanence cette autorité (20). Dans la catégorie de la relation, il pérennise enfin les rapports interindividuels et collectifs de discipline, issus du partage susvisé.

 

5/ Les fidèles existent, dans la catégorie de la substance, comme personnes physiques donc dotées d’une substance individuelle composée d’une essence (logique) humaine et d’une existence tenant compte d’attributs essentiels et de certains attributs accidentels, constituant une quiddité individuelle (physique) : dont l’adhésion à la Foi de l’Église.

Par voie de conséquence, chacun des fidèles, en vertu de son baptême ET de la foi qu’il professe, existe dans la catégorie de la relation avec l’essence des sacrements, existe dans celle de l’action, avec leur action éventuelle, avec la possession éventuelle de la doctrine (relation), et avec encore dans la relation, celle de l’obéissance au Droit divin, et à la Constitution hiérarchique de l’Église.

 

6/ C’est en ce sens ainsi précisé que l’Église est un être dans la catégorie de la relation : l’union entre les fidèles d’une part, et les mêmes sacrements (un seul Baptême), la même certitude (une seule Foi), une seule Hiérarchie (l’Église Une) d’autre part.

 

 

4ent. – Ces éléments « physiques » de l’Église sont définis de la sorte par des concepts de métaphysique réaliste, qui formeront l’assise de tout raisonnement au sens aristotéli-thomiste, notamment visant à établir ultérieurement la persistance intangible de l’Église — contradictoire de la Rome Conciliaire. Il sera fondé sur eux d’une part, et de l’autre, sur le Donné révélé.

 

Ces notions garantissent par ailleurs, non une démonstration car l’Église est un être de relation « générique » à elle seule qui possède donc ses propres axiomes, mais une droite approche analogique de la notion de société humaine et divine que nous enseigne la théologie catholique. Comme elle n’est pas une personne physique, elle n’est pas le fruit des quatre causes ; elle ne peut exister dans la catégorie de l’essence, mais elle existe réellement dans la catégorie de la relation.

Il faut donc appliquer la voie du raisonnement dialectique, de l’analogie de proportion des choses (Aristote) et de l’analogie de l’être entre celui de la substance et celui des accidents. Ainsi, on peut dire que l’entité collective de l’Église, qui existe dans la catégorie de la relation en tant que personne morale formant un « genre » irréductible, et par rapport à une personne physique, possède pour « matière » : les éléments analysés ci-dessus, et pour « forme » : le Saint-Esprit. Par ailleurs, en vertu de l’analogie d’attribution de sens des termes employés, par rapport à un sens premier de série (Saint Thomas), l’Église possède des attributs essentiels, propriétés et notes, (21). L’Église est analogue à un organisme sui generis, elle est une personne morale, un être de relation et de vie naturelle et créée et de vie surnaturelle et incréée.

 

Surgiront plus loin dans notre propos les conséquences impliquées par l’inéluctable application de ces principes.

 

 

B. Ôter son masque à la Rome de Noah, Sodome et Babylone, qui prétend que l’Église change.

 

Nous nous bornerons ici à préciser certaines remarques de notre brève étude « Ces traditionalistes qui talmudisent le Droit Divin », sous le rapport historique.

 

1ent. – S’agissant de la Révélation, cette Rome occupante a promu officiellement depuis 1958 la construction idéologique frauduleuse (22) d’une chaîne de causalité historique renversée par rapport à la réalité. Cette chaîne s’ordonne comme suit.

 

1/ Au cours du 1er siècle palestinien, des « communautés » émergeraient par génération spontanée et « démocratique » ;

2/ En agitant des fantasmes supranaturels ou idéalistes surgis d’on ne sait où ;

3/ Puis elles conceptualiseraient collectivement cette exaltation affective à partir de représentations imaginaires codifiées ;

4/ Ensuite, elles simplifieraient à l’extrême ces concepts grâce à des rites symboliques populaires ;

5/ Elles « produiraient » enfin un équivalent de « journaux spirituels » qualifiés de « livres sacrés » (évangiles canoniques ET apocryphes) ;

6/ Le « Christ » personnifierait donc un idéal affectif communautaire, conçu comme le plus petit dénominateur commun symbolique de la représentation objectivée et collective de cet idéal.

 

 

2ent. – La Rome mondialiste, mafieuse et manipulatrice propage une transmission idéologique, concomitante à ce faux historique qui a été esquissé ci-dessus. Cette idéologie s’avère claire-ment être aujourd’hui d’essence naturaliste, postmoderniste et noachide.

Puisque l’apparition historique du Catholicismus origines, telle qu’elle est exposée par cette Rome antichrist est mensongère, il suffit à ses imposteurs de persévérer dans leur forgerie d’ « esprit » post-Conciliaire, et copier la même spécieuse chaîne dans la gestion théologique de sa coterie. Aussi prétend-elle donc que, savoir :

 

1/ des communautés convoquent, d’où des milliers d’églises, — d’où la profanation de l’Église fondée par NSJC — ;

2/ des attachements émotionnels et des opinions herméneutiques — d’où le Chemin de NSJC profané — ;

3/ des dogmes réduits à des mots, dont la définition propre a été pastoralement mais solennellement ôtée et donc devenus des homonymes sophistiques ;

4/ des rites paganisés, festifs, communs, et inexpressifs ;

5/ des textes déformés, trahis, subvertis (notamment par les traductions), et dégradés en repères psycho-sociaux de la communauté ecclésiale ;

6/ Un « Dieu », terme qui ne serait plus un nom propre ni même un nom commun pouvant exprimer un concept universel et objectif, mais désignerait une expérience psychique de l’espèce du sentiment religieux ou de l’opinion idéologique de son choix (23). Ce faisant, le sacré chrétien est profané « en haut-relief » creux et vide, et remplacé par le triomphant « bas-relief » du Nouveau Sacré (et sacrifice) noachide du Nouvel Ordre Mondial.

 

 

C. Nostalgiques de l’Église « en ordre », les traditionalistes cultivent le Leurre Conciliaire « perpétuel ».

 

 

1ent. En effet ils se bornent à transposer pour un milieu protégé, la même chaîne de causalités hérétiques, calquée sur la série des facteurs pseudo-historiques. En foi de quoi, Le Christ leur aurait promis qu’une « Église Hiérarchique » devrait subsister jusqu’à la fin du monde, alors qu’elle pourrait être composée à 99 % de ses pires Ennemis, comme c’est le cas en 2015.

Blog La Question

Penchons-nous sur le tissu d’absurdités suivant, très emblématique : « la valeur (sic) ontologique qui fonde l’Église ne dépend de ce que les fidèles croient ou de ce qu’ils ne croient pas, elle est d’essence surnaturelle puisque que provenant directement de Jésus Christ. Et cette valeur est une essence (sic) donnée, conférée éternellement » (24) :

1/

Ces traditionalistes mélangent la secte et l’Église, parce qu’ils présupposent que l’Église en sa Constitution, visible en son état pré-Conciliaire, serait antérieure ontologiquement à son Fondateur lui-même dans l’ordre de la Révélation : ils s’inscrivent dans la thèse rationaliste de la communauté primitive créatrice des Évangiles. Alors que si NS JC a fondé l’Église, c’est qu’il lui est antérieur aussi bien dans l’ordre chronologique, que dans l’ordre ontologique surnaturel. Ce n’est pas une assemblée première qui aurait inventé le Fils de Dieu et continuerait à fabriquer sa « transmission visible » sous l’actuel mode d’une apostasie, qualifiée ad libitum soit de « pratique », de « materialiter », ou de « Passion intérieure (sic) à l’Église », etc… Car la Grâce transmise vient de Dieu, par l’Église (25).

2/

D’un côté, ils semblent dire : l’existence sociale de l’Église ne serait pas suspendue à l’aléatoire foi ou mécréance des titulaires de sa Hiérarchie, ni de celle de ses fidèles. Sa visibilité sociale et divine ne pourrait pas être phagocytée puis éclipsée par un noyau dirigeant ayant nommé un nouveau Collège — émané d’un groupe réducteur — tous subrepticement ennemis de l’Église. La prééminence et la transmissibilité du Siège créé par NS JC, valideraient ipso facto tout titulaire apostat coopté par d’autres apostats. Pourtant la théocratie pontificale est un genre propre conditionné par le Droit divin Révélé. Or certains agitateurs propagent le délire de la réduire en prototype ou premier de série, du concept séculier de la monarchie absolue dont seule la légitimité est de droit divin (26).

3/

D’un autre côté, ils semblent aussi dire : L’Église, — qui est cependant un ensemble de choses de personnes et relations, toutes interdépendantes entre elles (notamment le Dépôt de la Foi), comme notre rappel historique supra l’atteste — subsiste (subsist in) dans l’église Conciliaire. Car en particulier, cette persistance ne dépendrait pas « organiquement » de la pérennité de l’intégralité des points de ce Dépôt (27). Selon certains, la promesse divine de perpétuité autoriserait la perpétuation future de contradictions internes aux propriétés de l’Église (28). Ou bien pour d’autres, l’exigence physique actuelle des quatre Notes ostensibles est évacuée au profit du seul recours rhétorique au fait d’avoir connaissance de cette exigence physique ou, pire, à une connaissance uniquement mémorielle.

4/

Une union entre des êtres humains n’est pas une essence. C’est une existence d’essences en relation entre elles. Et s’agissant de l’Église, cette existence n’est pas intersubjective, elle emprunte des médiations physiques, intellectuelles, surnaturelles, comme nous l’avons vu supra.

5/

Si la cause générationnelle divine de « la relation ecclésiale du commencement » suffisait à maintenir semper idem « l’essence divine » cette « relation », au fil du temps toute « désordonnée » et surtout impossible qu’elle advienne, c’est que la finalité que lui aurait assignée son fondateur aurait consisté à préserver une pérennité le cas échéant très trompeuse, puisqu’elle pourrait être devenue une réelle synagogue-de-Satan-ad-majorem-gloriam-Dei! Tandis que le salut des âmes ne serait pas réellement le but de la Gloire divine, et n’aurait pas du tout à être préservé, puisqu’il ne formerait qu’un prétexte pour faire perdurer une « monarchie » devenue la finalité ultime du Droit Divin.

6/

Il serait inutile que les hiérarques et les fidèles croient selon les critères catholiques de la foi, d’une part, et d’autre part par exemple en la divinité de NSJC, notamment en sa résurrection physique.

En revanche, l’unique condition sine qua non pour être catholique, serait de croire fermement que « l’homme (ou le rabbin, ou l’ectoplasme, selon les variantes Conciliaires) Jésus », ayant conféré un attribut (la relation) surnaturel, à des substances, évidemment adéquates, et cohérentes (apôtres, sacrements, prédication de Saint Paul…), aurait décidé que cet accident puisse demeurer dans le futur, surnaturel bien qu’il ne s’appliquât le cas échéant alors, qu’à des substances et des relations devenues inadéquates, naturelles, profanes, antichrists (29).

7/

N.S. J.C. a conçu son Église comme édifiée d’abord sur « les pierres » (matière) des apôtres et disciples qui avaient la certitude de ses physiques Résurrection et Ascension et de la physique réception de l’Esprit-Saint. Et il a construit (généré) « la maison » dont le plan (forme) est le Saint-Esprit, et la destination, « l’habitation » par les âmes sauvées (30).

 

 

2ent. – S’agissant des cinq autres points successifs de la chaîne de causalité, cantonnons-nous de à brosser à très gros traits leur version traditionaliste.

La piété des traditionalistes forme une sous-espèce du genre de la spiritualité postconciliaire ; au sein du fidéisme sentimental (31), elle en campe l’espèce ritualiste nostalgique.

De telle sorte que leur profession des dogmes revêt un mode nominal et superficiel en ce qu’il est disjoint des concepts catholiques clairs et précis. Ce processus d’adhésion « à vide » est identique à celui appartenant à la définition moderniste, car chez eux, le principe de non-contra-diction est bafoué (32).

Ils ne peuvent en conséquence qu’être affectivement et socialement « attachés » à la liturgie traditionnelle qu’ils ont choisie en qualité de libéraux mondains, et à titre d’option seulement contraire à la synaxe montinienne (33), au cœur d’un culte religieux ramené à un recueillement naturel et commun à l’humanité.

Ils affichent une indifférence libérale, donc pratique (34), au problème de la vérité, adéquation du discours au réel, et donc à l’exégèse et à l’apologétique catholiques.

Ils peuvent professer dès lors en théologie, et sans états d’âme, la croyance au même Dieu que leurs frères conciliaires modernistes et noachides.


 


II.– Le « Désordre » :

C’est l’Église

Éclipsée au-delà du Leurre

D’un « Milieu Conciliaire Organisé ».

 

Le « Désordre » : C’est l’Église Éclipsée

 

A. Comment se pose le problème entre les notions de « toujours » et de « désordre ».

 

Premier principe : L’Église est une société semper idem.

 

  1. Nous avons dit plus haut que L’Église est une société (ekklésia) mettant des fidèles en relation, entre eux et avec Dieu, au moyen de trois choses : une Constitution hiérarchique et successorale qui relie donc par la Tradition (35) et par l’Autorité de Droit divin (36), une liturgie (l’être – ontologique – surnaturel), et une doctrine (le discours – logique – sur la vérité).
  2. Si l’on considère ensuite l’Église sous le seul rapport de sa Constitution de Droit divin (37), elle comprend quatre relations : hiérarchie, perpétuité, monarchie, infaillibilité.
  3. Parmi elle et la première, la Hiérarchie dispose des trois pouvoirs (munera), qu’elle exerce :

— en relation avec la monarchie, d’où est issue la juridiction, dont elle use à l’intérieur d’elle-même sur les fidèles,

— en lien avec l’infaillibilité, sur la doctrine de vérité,

— et en liaison avec la perpétuité, sur la validité de ses sacrements.

 

  1. En descendant encore d’un cran, en cette Hiérarchie, la légitimité se manifeste par deux espèces de signes « ostentatoires », au sens où le signe est plus visible que la signification :

— un signe moral, la sainteté de ses principes et de ses membres ;

— un groupe de trois signes juridiques, c’est-à-dire appartenant à la Constitution de droit divin : unicité, catholicité, et apostolicité (signe positif) ; notons qu’« en tant que note, l’Apostolicité est seulement : l’identité d’une Église avec l’Église des Apôtres sous le rapport de la juridiction. » (38).

  1. Ainsi donc, si l’on récapitule les quatre éléments de l’entité Église désignées plus haut, et qu’on qualifie chacun d’eux au moyen de la propriété de sa Constitution qui lui est appropriée, ainsi que de la note visible qui lui correspond, on constate :

— qu’elle est une société hiérarchique Une,

— constituée en une Monarchie Apostolique,

— délivrant à perpétuité des sacrements saints,

— en transmettant infailliblement un discours catholique.

 

  1. Nous distinguons dès lors la notion de nécessaire indéfectibilité et pérennité de la société qu’est l’Église de toujours et depuis le commencement, d’une part, et d’autre part, la notion de légitimité de la société qui à telle époque de l’histoire prétend être, ou qui passe pour être, la même, ou la suite légitime de l’Église fondée par N.S. J.C.

Aucune des milliers de sectes protestantes, y compris la secte Conciliaire ayant squatté les fonctions depuis l’après-V2, ne possède cette légitimité consécutive aux réelles quatre notes cumulatives, elles en possèdent les notes faussement apparentes.

 

Or il faut bien que l’Église subsiste avec ses notes réelles. Mais elle ne peut subsister, sans que le degré d’extériorité de ces notes ne s’en trouve inéluctablement diminué. Là réside le « désordre » : la nécessaire subsistance de l’Église, revêtue des quatre Notes devenues moins visibles, presque occultées, voire « éclipsées », sous l’emprise des griffes de Satan de la secte intruse, par infiltration puis par cooptation, qui se déguise en Église, à la faveur fallacieuse de quatre Notes falsifiées depuis la chaire de Rome occupée.

 

  1. Ces quatre réalités doivent demeurer en leurs principes perpétuellement « semper idem», ou en ce sens « en ordre ». Lorsque Notre Divin Rédempteur compare son Église à un champ de blé (Matth. 13, 24), il ne file pas la métaphore, mais il en proclame le caractère si concrètement surnaturel (39). Voilà les réalités indissolublement naturelles, surnaturelles et de Droit divin, générées par la Révélation.

Or la première vérité de la Révélation enseignée par l’Histoire de l’Église est N.-S. J.-C. lui-même, qui est premier. Et ce qui est subordonné, c’est l’Église qu’il a fondée.

Si l’Église unit des personnes catholiques, unies par le Saint-Esprit, Dès lors,

— Les fidèles doivent persévérer semper idem dans leur adhésion (40). Dans le champ de blé de l’Église, chacune doit demeurer « un plant de blé ».

— Et leur union dans cette commune adhésion doit subsister semper idem. La permanence de chaque plant de blé concourt à ce que le champ demeure pleinement ce qu’il est.

 

 

Principe second : Or elle est confrontée au désordre conciliaire, et cependant, elle subsiste.

 

1. Préalablement, constatons que l’Église subit une violence.

Cette agression est intellectuelle, spirituelle, disciplinaire, pastorale ; cette terrible réalité humaine et préternaturelle contredit, censure, calomnie, trompe et persécute ; la constitution juridique de l’Église est désormais confrontée à une voie de fait, à un délit et une infraction permanents, avec le consentement ou du moins l’indifférence de l’immense majorité des catholiques.

Cette violence universelle tire sa cause de l’action malveillante de méchants (« l’ivraie » semée par l’Adversaire dans le champ) d’abord infiltrés à la fin du 19°s., puis agents « réducteurs » avant 1958, et enfin « noyau de dirigeants » cooptés après V2, (cf. les concepts d’A. Loubier) et de l’apostasie progressive d’un nombre croissant de fidèles :

Une majorité de personnes sont hérétiques, les « plants d’ivraie » envahissent, il règne une profusion incommensurable de « mauvaises herbes » nouvelles et incompatibles avec « le blé ».

Et leur union dans cette nouvelle adhésion à l’erreur s’avère si triomphante qu’un nouveau tapis d’ivraie semble bien avoir été semé sur le blé originaire, dont il conserve l’allure, tel un leurre (41). Nulle corruption du blé en ivraie, qui aurait expliqué la discrétion de la métamorphose (42), ni éclosion subito et ex nihilo en 1958 d’une Mafia Conciliaire organisée, qui se serait déclarée successeur distinct de l’« ancienne » Église catholique : sur le terrain cultivé s’est produite une substitution (43) progressive, insidieuse et concurrente par un « végétal » à l’apparence mystifiante (44).

 

Progressivement, a émergé une entité intrusive de « nouvelles herbes », qui a évincé du lieu, et le blé, et l’ancienne aire où il avait été semé. Il y a « éclipse » du champ de blé (45) réduit à quelques plants étiolés et épars, tels des vestiges de la plantation originairement une, sainte, catholique et apostolique. Le terrain, envahi de plants d’une autre espèce, n’arbore plus que des contrefaçons grossières des quatre Notes. Une opposition de contradiction règne entre le blé et l’ivraie et leurs plantations (46).

 

2. À cette observation, il convient donc appliquer le principe subordonné de l’impact du désordre sur le principe premier de l’indéfectibilité de l’Église et l’inerrance de son Magistère.

Cette variation sur le thème de la parabole du Semeur (47) nous aide à mesurer les effets :

Le premier effet du désordre consiste dans l’incertitude relative à l’identité du champ, si l’on ne se pénètre pas de cette réalité décisive : l’Adversaire sème l’ivraie, après et sur le blé semé en premier, qui en est donc agressé. Puis, le champ d’ivraie s’est développé à partir du lieu où était planté le blé. Et la secte a falsifié avec lenteur, prudence et dissimulation, au cœur « des plants de blé » subsistants, les quatre éléments de l’Église, société, sacrements, doctrine, Constitution. Ce champ re-semé par l’Adversaire a donné l’apparence de posséder les quatre propriétés — la hiérarchie successorale, la perpétuité, l’infaillibilité et la monarchie — qui correspondaient au champ originel. Ensuite, cette apparence est illusoire, car ces propriétés ne sont pas revêtues de leurs réelles quatre notes respectives — l’apostolicité, la sainteté, la catholicité, et l’unité, — mais simplement affublées d’un verbiage vide, contredit par les enseignements, les décisions et la pratique de la secte.

Dès lors, une mafia pratiquant une propagande antichrist dévoie une immense majorité de fidèles « conciliaires » et en réalité évince l’Église en son entité.

 

En contrepartie, l’Église Catholique, en ses quatre éléments, propriétés et notes, ne peut que subsister que dénuée en particulier de toute reconnaissance institutionnelle et sociale. À cet égard, les notes ne conservent par exemple leur nature de « signe voyant » que de manière négative : c’est parce que les fidèles semper idem sont rejetés et ostracisés à l’instar de l’Église Catholique semper idem, elle-même persécutée par les diverses tentacules du nouvel ordre mondial, que l’on peut discerner où se trouve l’Église et son unité fidèle au Siège dans le temps et l’espace, l’orthodoxie avec ce qui a été toujours cru partout et par tous, les perpétuels sacrements depuis leur institution, et la Constitution Hiérarchique de l’Église, attendant ses légitimes titulaires.

 

3. Les conditions d’impossibilité d’une « église catholique et hérétique ».

  1. À ce « champ » semper idem de l’Église, Corps du Christ dont le Saint-Esprit est l’âme — au sens propre et non par métaphore ou abstraction, comme les traditionalistes conduisent à le penser, — (premier principe énoncé), appartient le « blé » des catholiques, par le moyen terme des quatre éléments eux-mêmes semper idem, qui ont été désignés plus haut.

Au contraire, de ce « champ » de l’entité postconciliaire, dépend l’ivraie sectaire par le moyen terme des quatre éléments inversés : soit un canal invalide de sacrements, une porte doctrinale de l’enfer, un berger hiérarchique apostat, et un enclos romain esclave de Noah.

  1. En revanche, « le blé » ne peut appartenir à ce moyen terme des quatre éléments inversés, hérétiques, et donc désordonnés par rapport au champ de l’Église. Et en corollaire, « l’ivraie », qui appartient à ce moyen terme désordonné, ne peut appartenir au moyen terme semper idem.
  2. Se superposent donc deux totalités de relations, l’une masquant l’autre, car une infranchissable frontière les séparent (48).

 

B. L’insigne absurdité de la thèse d’une succession pontificale errant à long terme.

 

Renouons avec le fil de notre analyse initiale afin de dénoncer le lit de Procuste théologique que le traditionalisme inflige aux éléments de l’Église : fidèles, papes, sacrements, doctrine, hiérarchie et constitution de l’Église, tout demeurerait catholique, malgré les « mouvements » qui les affectent.

Le mouvement désigne en métaphysique :

— soit une « modification » de la qualité en acte d’une même essence en puissance ;

— soit un « changement », qui est la corruption de l’essence et génération d’une nouvelle essence. Ce sont les mouvements afférents à ces éléments, qui affectent donc indirectement l’union qui rassemble (l’Église) les fidèles.

 

a) Sous le rapport de chaque élément :

  1. En ce qui concerne l’être du sacrement, qui est une chose. Dans la catégorie de la qualité, son être peut être modifié par altération seulement accidentelle, en passant d’un contraire à un autre, c’est-à-dire une différence qui reste intérieure à l’essence : le rite Tridentin (modifiant) peut être substitué au rite Grégorien. Les catégories de la quantité et du lieu sont hors-sujet en l’espèce. Dans la catégorie de la substance (49), le changement de forme implique destruction de la forme de la substance changée et la génération d’une nouvelle substance. Les rites du N.O.M. en 1969 et du sacre de 1968 ont corrompu et anéanti le rite Tridentin et celui du sacre, et ont généré de nouvelles substances rituelles. Il y a changement d’attributs essentiels et non modification d’at-tributs accidentels (cf. les faits et documents exposés par Rore Sanctifica).

Dans la catégorie de l’acte, la secte les administre désormais par parodie (50).

  1. En ce qui concerne la doctrine, qui est une chose intellectuelle, dans la catégorie de la substance, il y a également un changement (51) par anéantissement de la substance intellectuelle et spirituelle catholique, et la génération d’une substance idéologique syncrétique de dizaines de philosophies, modernes et antiques, incompatibles avec la Foi (52). Dans la catégorie de la possession, la secte conciliaire ne possède et ne professe plus la Foi.
  2. En ce qui concerne la constitution de droit divin, qui est une chose, il y a anéantissement de la substance de celle-ci dans la secte conciliaire et invention d’une nouvelle régissant adéquate-ment ladite secte ; le code de 1983 a aboli le code de 1917 et a créé une Constitution « ne partageant plus selon les convenances du Droit Divin les biens surnaturels de l’Église». L’action, et les relations qui lui sont consécutives, sont aussi nouvelles que l’est ce fallacieux partage de biens.
  3. En ce qui concerne les fidèles, apostasier dans son agir c’est perdre l’attribut accidentel qui fait le catholique, en constituant sa quiddité. Mgr Williamson (53) paraît ignorer que l’être du pape est nécessairement un accident de la profession catholique, comme chez tout fidèle, mais que s’agissant spécialement du pape, son agir constitue un attribut accidentel supplémentaire inhérent à la fonction.

 

b) Sous le rapport de l’entité totale :

  1. Chacun des fidèles doit impérativement exister dans la catégorie de la relation avec l’essence des sacrements. Or depuis 1969, les fidèles ne peuvent exister, dans cette catégorie, avec l’essence de sacrements non-catholiques. De même, depuis V2 et le « magistère authentiquement errant » de Rome, ils ne peuvent exister dans leur action désormais impossible, dans la possession dorénavant abolie du Dépôt de la Foi, (autre relation), dans la relation rompue (apostasie du Droit divin) avec la Constitution hiérarchique de Droit divin.
  2. Et, à titre de corollaire, l’Église Catholique ne peut plus subsister en existant dans la catégorie de la relation, lorsque les termes de la relation sont dorénavant d’une part des choses non-catholiques (les symboles rituels, le verbiage post-moderne, l’organisation collégiale), d’une seconde part, des adeptes « personnalisés » de l’Église faussement apparente, et de troisième part, l’adhésion « plurielle » de ces derniers, qui ne les unit plus aux mêmes sacrements (un seul baptême), à une même foi (une seule foi), et à une seule autorité Hiérarchique (l’Église Une).

 

c) Récapitulons la différence ici :

  1. Des « choses » et des « personnes », les unes et les autres changées, constituent une entité de relation, qui est nécessairement nouvelle, étrangère de l’entité de relation antécédente (Église Catholique), du fait du genre contradictoire opposant entre les choses conciliaires et les choses catholiques, et les adeptes changés aux fidèles toujours les mêmes.

 

Il y a différence d’entités.

 

Repoussons l’erreur de considérer la relation qui semblerait unir directement les personnes entre elles.

Cette erreur devient quasi-invincible lors qu’on affuble cette fausse « union directe » de la caution incomprise ou falsifiée du Saint-Esprit (54), du Corps mystique du Christ », et des Promesses d’indéfectibilité faites par N.-S. à son Église.

La relation existant entre les fidèles est en effet accidentelle et indirecte et passe par le rapport que chaque fidèle catholique a avec les mêmes sacrements (possession, et action d’un seul baptême) la même foi (possession d’une seul foi) une seule Hiérarchie (relation de « mobile » enseigné, au « moteur » l’Église Une et enseignante).

Et la relation entre les traditionalistes de l’église apparente de Rome est tout autant indirecte et passe par le rapport que chaque adepte, traditionaliste ou moderniste — c’est à dire chaque catholique lui-même changé en adepte —, entretient avec les mêmes rites changés, la même croyance changée, la même hiérarchie changée, et composant dès lors la même entité changée.

 

  1. Les « choses » catholiques semper idem, et les catholiques de bonne volonté, qui sont implicitement semper idem, continuent de constituer l’entité de relation qu’est l’Église Catholique.

 

  1. En conséquence, les éléments, « choses physiques » et personnes physiques, modernistes ou traditionalistes, de l’entité romaine apparente sont masqués par les choses et les personnes catholiques semper idem. Et l’entité de relation totalisant les premiers dissimule dès lors semblablement l’entité de relation totalisant les secondes.

 

Il n’y a pas modification, ou altération accidentelle d’éléments, dont la substance subsisterait et de totalité dont l’accident de relation persisterait, mais substitution par éviction physique, intellectuelle, mensongère, de la chose catholique et par génération de nouvelles choses, sources de nouvelles relations, et d’une nouvelle entité de relation satanique (55).

 

Il existe en effet une opposition de contradiction entre l’être de relation catholique noué par ses quatre éléments catholiques et l’être de relation d’union satanique noué par ses quatre éléments sataniques. La même opposition sépare l’être d’action, respectivement de l’Église et de l’église postconciliaire. Voilà une réalité conjoncturelle et physique qui ne peut pas être niée et qui a été prédite telle quelle par Notre-Dame de La Salette, et que nous nommons à sa suite, en fils obéissants que nous essayons de demeurer, « l’éclipse de l’Église ».

 

 

 

III. – Les Diversions d’un « Grand Désordre » Falsificateur.

 

Les Diversions d’un « Grand Désordre »

 

Négatrices du désordre et de l’éclipse, les sociétés de pensées traditionalistes s’activent à faire sombrer l’Église dans le chaos, en organisant une falsification de la Tradition, du Droit Divin, et de la perpétuité de l’Église. Pour ce faire, elles adhèrent à une variation de la méthode des quatre sens de l’Écriture (56), qui n’a plus rien de catholique mais, imitant objectivement la version du « Pardes » (PRDS), participe d’un esprit tradi-talmudiste.

 

 

1ent. – À l’instar de ses maîtres romains, le club de la tradition, bafoue l’intelligence littérale (cf. pashit) de la théologie et du droit canon de l’Église, spécialement en ce qui concerne l’Église et sa Hiérarchie. Il inverse l’ordre des facteurs, ainsi qu’il a été exposé au § C, 1°partie.

Il n y a donc pas lieu de s’étonner que l’antériorité ontologique et historique étant accordées à la nature humaine de la société que constitue l’Église au détriment de sa nature divine, on puisse lire cette erreur sous la plume de Mgr Tissier de Mallerais (57), lorsqu’il écrit « l’Église est la société des baptisés qui veulent sauver leur âme en professant la même foi, pratiquant le même culte et suivant les mêmes pasteurs successeurs des apôtres. L’Église est la société des baptisés qui suivent les directives [de la hiérarchie] actuelle, en épousant plus ou moins consciemment l’intention de réaliser l’unité du genre humain, et qui en pratique acceptent les décisions du concile, pratiquent la liturgie nouvelle et se soumettent au nouveau droit canon. »

S’agissant d’un fidèle individuel, la « matière » est constituée par ce que Mgr Tissier attribue étrangement à la « forme», et qui plus est, à la forme de l’Église. ET il procède à une transposition par analogie de cette erreur, à une personne morale. En fait, lorsqu’un homme professe la foi et est baptisé, il a reçu une nouvelle forme, l’adoption divine (58). Seul ce raisonnement peut être transposé par analogie à l’Église.

En effet, l’on peut discerner dialectiquement (59) par analogie, une « matière » en un être de raison (une société) existant au sens de la relation qui est établie entre ses membres par le truchement de choses et d’autres relations, comme nous l’avons vu plus haut, et par l’initiative du fondateur de ladite relation, et en vue d’un but déterminé. Mais cette matière ne se réduit pas au baptême reçu par les fidèles. À ce baptême sont liés la profession de foi, le culte divin et la soumission aux pasteurs légitimes de Droit divin : ce réseau, cet essaim de choses et de relations sont indissociables du sacrement du baptême reçu par chaque fidèle baptisé professant et pratiquant.

Ces relations empruntant le truchement de données cognitives et des facultés psychiques ne peuvent pas constituer « une forme collective » de cet être de raison, de cette personne morale qu’est l’Église et dont on évoque par analogie le corps et l’âme, la matière et la forme. En ce sens, la forme de l’Église est le Saint-Esprit lui-même, qui crée et unifie les « relations », dont nous parlons, avec chaque baptisé. C’est uniquement en vertu de cette réalité, et parce qu’elle est le Corps mystique du Christ, que l’Église est une société naturelle et surnaturelle. L’Église n’est pas divine de par sa seule fondation par N.S. J.C., mais parce qu’elle est le Corps dont la Tête est son Fondateur le Christ, et l’âme le Saint-Esprit, et la fin le salut des fidèles (lesquels ne sont pas uniquement ceux qui ont reçu le sacrement du baptême), dans le Christ Total.

 

À l’opposé, l’église Conciliaire possède pour « matière » des baptisés qui, au for externe, professent et pratiquent la nouvelle religion prétextée par le concile de V2 et obéissent aux instigateurs de la nouvelle église, lesquels, avec leurs successeurs cooptés en milieu d’apostasie, en constituent la cause motrice. Sa forme consiste en une collectivité uniquement naturelle, —schématiquement protestante hyper-libérale, — sa finalité est de servir l’ordre mondial et noachide.

Petrus Romanus is here !

Ainsi, entre l’Église et la secte : deux matières distinctes s’affrontent. Nuls fondateurs communs, mais d’un côté N.S. J.C. et les papes, et de l’autre exclusivement « les Révolutionnaires déguisés en chape et en tiare ». Nulles finalités qui ne seraient que différentes entre un « salut individuel » chez l’une et une « unité du genre humain » chez l’autre : non, il y a contradiction entre d’un côté le salut surnaturel, et de l’autre le salut psychosociologique collectif. Enfin nulles formes simplement différentes qui se feraient face : la forme de l’Épouse du Christ s’oppose contradictoirement à la forme de la prostituée du Diable.

 

 

2ent. – À partir de cette déficience d’intelligence métaphysique de la Foi, la « tradition » va sombrer dans une vision erronée de l’impératif de l’infaillibilité du Magistère de l’Église, perçu comme une invention sociologique, une consolation politique, ou une compensation morale face au libéralisme triomphant du 19°s. Ce principe est un attribut essentiel de l’être du Pape, successeur de Saint Pierre lequel a été divinement institué pour lutter contre les risques de déperdition de la Révélation originaire. Comme depuis 1960 le magistère conciliaire contredit dans les faits la Révélation, la mouvance traditionaliste ratifie l’innovation du magistère « authentique » (60), (il faut lire ici : « Libéral ») instauré par l’église postconciliaire. Ce concept consiste à légitimer la pratique libérale d’une interprétation faillible (cf. rezem) de tout ou partie de l’objet de la Foi, qui sera inspirée par une conception dévoyée de la pastorale, et revêtue de la tunique de Nessus de multiples fantaisies philosophiques modernes procédant généralement de l’idéalisme métaphysique objectif.

L’adoption de ce système d’herméneutique participe de l’esprit d’une secte luthérienne, où une hiérarchie devenue obsolète en soi, et reconvertie en une démocratie « protocolaire », serait en droit de pratiquer dorénavant en son magistère courant, un libre examen des éléments du Dépôt de la foi à conserver, modifier, falsifier ou oublier (61).

 

En cette palette herméneutique essentielle, certains traditionalistes réduisent donc le domaine de l’infaillibilité du pape au seul objet de Foi, cru toujours, partout, et par tous. En réalité, ce quod credimus ne se limite pas à un objet originairement « énigmatique », inaccessible, dont le développement dogmatique ultérieur se bornerait à être une promulgation rhétorique arbitraire. Il est logiquement d’abord, un donné originaire déconcertant pour la raison, hors du naturel, et saisi par une intuition docile à l’Autorité de l’Église. Face aux inexorables objections hérétiques, ce donné doit ensuite donner lieu à une analyse et une conceptualisation théologiques. Et enfin, pour préserver la transmission de l’intuition originaire, ce donné et cette analyse sont synthétisés par le Magistère en des formules faisant autorité.

Il est donc impossible que le donné originel puisse se transmettre semper idem sans l’existence d’un Magistère infaillible, institué pour tracer la ligne de démarcation entre ce qui a été toujours cru partout et par tous, et les mensonges des hérétiques et apostats.

— À cette impossibilité essentielle, s’ajoute cette absurdité qui aurait été, de la part de N.S. J.C., d’instituer un Pasteur Suprême inutile par définition. À en croire certains, en dehors de ce qui aurait été toujours cru, sans la seule nécessité de définitions dogmatiques ripostant à des agressions contre la Foi, ce Pontife serait toujours faillible, donc inutile. Inutile, car la présence d’un chef — comme l’est le roi dans l’ordre séculier — ne nécessite pas une institution historique de Droit Divin (62).

 

Dès lors, sous l’autorité d’un tel « pape-soliveau », les traditionalistes pensent que leur « église romaine » demeure une société régie par une Constitution hiérarchique de droit divin dont on peut refuser de fait la juridiction, par une liturgie « ordinaire » que l’on peut écarter, et par une doctrine, de laquelle on peut s’inspirer ad libitum.

 

 

3ent. – Nous voici confrontés à un magistère pseudo-authentique d’une secte conciliaire, enseignant perfidement, pratiquant effrontément, une Révélation différente de celle de l’Église catholique : une telle contradiction pourrait être soi-disant levée selon ces cercles de pensée traditionaliste, mais au prix d’un troisième effondrement théologique.

Ils accentuent encore la libre herméneutique dans un sens totalement figuratif et protocolaire du statut du pape : il serait destiné à unifier, selon un mode allégorique, la multitude des opinions et de pratiques conciliaires, en ce compris l’option traditionaliste. Ils cautionnent de la sorte l’hérésie moderniste « classique » qui supplante toutes les anciennes en ce que son lieu intellectuel n’est pas le simple objet de la foi, mais le mode d’adhésion du fidèle à cet objet ; ce fidèle doit adapter cet objet à sa conscience psychique ou éthique, et à ses préjugés intellectuels ou affectifs. Une telle hérésie autorise ce milieu infesté de traditionalisme primordial : « [à poser] l’incompétence comme principe intrinsèque et privatif du Magistère et c’est donc soutenir que le Christ a institué un magistère totalement inutile » (63). Ainsi se trouve résolu par le vide, le problème insoluble de la contradiction, on ne peut plus « désordonnée », entre la nouvelle religion et le Catholicisme.

 

Ainsi la diversité culturelle de la religion postconciliaire se voit apparemment légitimée et pérennisée au moyen d’une définition de facto moderniste et symbolique (cf. darasch) de la Papauté, et de l’Église en général, mais qui recèle l’inestimable bénéfice de garantir ainsi sa constance nécessaire. Cette position s’inscrit en une singulière harmonie dans l’ordre politique visé par Maurras lorsqu’il écrivait : « ce terme de catholicisme n’exprime rien ici de proprement dogmatique, ni qui touche à la conscience ; […] il veut simplement désigner une communauté de mœurs et de pensées, fondée sur des rites précis, organisée par des institutions séculaires : c’est moins de la philosophie individuelle que de l’histoire, de l’histoire sociale » (64). Puisque les traditionalistes « possèdent une discipline du plus grand prix » (Maurras), ils s’obstinent à proclamer que l’Église conserverait des institutions abstraitement intangibles. Cependant, ils ignorent que dans la catégorie de l’action, l’Église existe comme entité ou totalité qui est supérieure à ses éléments. Le « désordre » conciliaire ne peut pas affecter que ces éléments, de façon séparée et contingente. A fortiori, des traditionalistes ne peuvent opposer une résistance partielle et empirique, même en excipant un recours pragmatique à des accommodements relatifs.

 

 

4ent. – Cette inintelligence de la foi a conduit l’extrême-droite de la secte conciliaire à octroyer aux faussaires de Rome un domaine en puissance de libre-examen luthérien quasi-illimité, et à lui reconnaitre simultanément, une autorité moderniste en acte, cantonnée à gérer un symbolisme doctrinal et liturgique (65). Les discrets maîtres à penser de ces fumeux laboratoires d’idées nostalgiques ne nourrissent pas d’autre dessein que faire chuter les catholiques semper idem. Ils œuvrent à promouvoir la Hiérarchie Conciliaire, comme succursale masquée de la secte maçonnique (cf. sôd) et d’aucuns ne craignent pas de conjuguer à cette fin, la réalité du Droit divin, à la spécieuse thèse « apocalypto-charismatique » (66).

Dans ce cadre, « lÉglise catholique » demeurerait une société réunissant d’un côté quelques fidèles de choix, auto-proclamés uniques vecteurs de « la Tradition dans l’Église » (société unique), tous les autres seraient affectés de « désordre » sur le plan humain, et non pas en qualité de « fidèles de l’Église (unique) ». Celle-ci resterait seule toujours « en ordre », alors qu’en tant que relation, elle n’est qu’accident par rapport aux fidèles physiques « désordonnés », et que dans l’action, elle ne peut primer sur ses éléments, qu’en tant qu’elle est totalité catholique, dont elle possède toutes les parties. Or une relation hiérarchique ostensible mais accidentelle à des égarés, apostats et faussaires, ne peut rien remplacer, ni constituer aucune entité catholique.

Il suffit de se reporter aux Deux Cités de Saint Augustin. Le P. Emmanuel écrit : « Il arrive donc que les habitants de la cité de Dieu cessent d’être fidèles à leur Créateur et à leur Sauveur et deviennent les enfants de Babylone. […] ainsi le déserteur de la cité de Dieu est dépouillé des dons de la grâce, et blessé dans tout ce qui lui reste. […] tel encore l’enfant prodigue […] tels sont encore les hérétiques et les schismatiques qui après avoir reçu le baptême, se séparent de la communion catholique, rompant les liens de la foi, et de la charité qui les faisaient citoyens de Jérusalem, et s’en vont habiter la cité qu’ils se sont bâtie eux-mêmes, en cela pareils à Caïn » (67).

 

Selon une variante apocalypto-surnaturaliste de cette église Primordialiste (68), un vrai pape (ex. Bergoglio) enseignerait infailliblement l’apostasie, assisté en cela par le Saint-Esprit, qui aurait décidé que l’Église s’infligerait à elle-même, par sa doctrine, sa Constitution, et ses sacrements, la Passion que sa Tête, N.S. J.C. a subie seulement de l’extérieur de la part des fils du Diable (69).

 

Au terme de cette approche, que diront alors les catholiques semper idem ?

 

Nous voyons la masse du traditionalisme en cours de ralliement, caresser l’illusion de préserver l’Église en ordre dans toute son ampleur physique antérieure, en niant le caractère réel et officiel de la violence qui lui est faite, ou en en imaginant freiner celle-ci par une résistance interne.

De leur côté, diverses officines d’esprit apocalyptiste, entretiennent la chimère de sauvegarder l’Église en ordre en ramenant sa dimension à celle d’une poignée de rescapés, gratifiés de charismes extraordinaires qui rendraient obsolètes dans les faits la Constitution physique de l’Église, et même sa liturgie et sa doctrine immuables.

De fait, cette fallacieuse alternative peut réjouir « la synagogue de Satan, qui veut s’élever sur les ruines de l’Église Catholique » (70), car ces dernières se trouvent niées dans la première branche, laissant libre cours à l’édification du Temple Maçonnique, tandis qu’elles sont utilisées, dans la seconde, à en édifier divers avatars.

 

En bref,

Premièrement, l’Église demeure une société semper idem.

Car elle est la société des catholiques, unis par sa Constitution hiérarchique de Droit divin, par sa liturgie et par sa doctrine, quatre réalités qui demeurent perpétuellement « semper idem » ou « en ordre ». Voilà les réalités indissolublement naturelles et surnaturelles et de droit divin (71), qui s’en racinent en la Révélation.

Deuxièmement, elle est aujourd’hui éclipsée par une société ennemie et violente.

Le « désordre » engendré par les méchants signifie que sa Constitution se trouve physiquement évincée par une mafia structurée de violence satanique, s’étant emparée sans droit ni titre des fonctions. Mais l’heure de la fin du monde n’a pas sonné, la Doctrine de l’Église perpétuelle commande que la liturgie subsiste aussi semper idem grâce à la juridiction de suppléance concédée par l’Église individuellement et au cas par cas.

La Salette

À La Salette, la Très Sainte Vierge a dit que l’Église demeurerait semper idem ; ce qui désigne le premier impératif ; et il n’est pas préjugé de l’ampleur physique de l’Église en cette tribulation. Ensuite, Notre-Dame prend acte du « désordre » que suscitera l’intrusion de la violence officielle dans l’Église, et elle le qualifie d’éclipse. Mais « la ville [Jérusalem céleste] n’a pas besoin du soleil ni de la lune pour qu’ils l’éclairent, car c’est la gloire de Dieu qui l’illumine et l’Agneau en est le flambeau. » (Apoc, XXI, 23).

 

Amabilus Manziaci, 15 juin 2015.

 

 

 


[1] cf. Pierre Aubenque, le problème de l’être chez Aristote, (PUF, 5e édition, 2009, page 56). Aristote enseigne que (dans le monde naturel), « c’est l’intuition qui appréhende les principes ». Aubenque commente : « ce sans quoi le principe [c’est à dire le principe premier, ou l’axiome] ne peut pas être connu ». Pour l’Église, cela correspond à la Révélation.

[2] Léon XIII a désigné le thomisme comme le système d’intelligibilité catholique. L’Incarnation et la Trinité semblent requérir irrésistiblement cette philosophie dont la célèbre devise est : « distinguer pour unir ».

[3] Il s’agit de l’Écône fellayiste, dernier rallié à la secte conciliaire, des « résistants » williamsoniens, mais encore de l’Institut ricossaïte, et de la mouvance V.Zins-V.Morlier.

[4] Publiés sur notre blogue origines catholicism-ieschoua-incorrect, en février 2014 et avril 2014, sur le site A.C.R.F. en 2014, et sur le CatholicaPedia Blog en février et avril 2014.

[5] En se référant à la comparaison ontologique surnaturelle, que par NS JC conduit au fil des paraboles relatives aux épisodes successifs du Banquet nuptial, créé par lui-même (« le royaume de Dieu ressemble à un Roi qui fit des noces pour son fils » (St Math, XXII, 2), on discerne un fondement scripturaire de la Révélation à la chaîne de causalité indiquée. L’anthropologie religieuse parlerait ici de la source du « sacré ».

[6] « Et ceux que tu trouveras, oblige-les à entrer [dans la salle des noces] » (St Luc, XIV, 23) : il invite à l’intérieur de la connaissance du « sacré ».

[7] Cf. « au milieu de la nuit, on cria « voici le marié, allez à sa rencontre ! » alors toutes ces vierges se réveillèrent et préparèrent leur lampe, etc. » (St Math. XXV, 6-7) : voir l’explication donnée par la Chaîne d’or concernant la communication sacramentelle de la Grâce sanctifiante. Ce canal est la source ontologique du « chemin sacré ».

[8] Cf. « lorsque tu es invité par quelqu’un à des noces, ne te mets pas à la meilleure place de peur qu’il n’y ait parmi les invités une personne plus importante que toi » (St Luc, XIV, 10). Bède (Chaine d’Or) commente ici : « celui qui se trouve en union par la foi avec les membres de l’Église ne s’enorgueillisse pas de ses mérites comme s’il était plus élevé que les autres » : c’est l’humilité et la ressemblance à l’enfant qui font repousser les choix (hérésies) de l’intelligibilité orgueilleuse et fausse dont on prétend affubler le Dépôt de la Foi, base de la Foi une et catholique.

[9] Cf. « Comment as-tu pu entrer ici [dans la salle du banquet] sans avoir mis la robe des noces ? » (St Math., XXII, 12) Aux termes de la Chaîne d’or, il s’agit notamment de la charité théologale, et des œuvres du changement de vie donné par la Grâce ; c’est la marche réelle sur la Voie qu’est le Christ, le chemin « sacré ».

[10] Cf. « heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera éveillés […] il mettra sa ceinture, les fera prendre place à table et s’approchera pour les servir » (St Luc XII ,37).

L’Église, la communauté « sacrée ».

[11] Cf. par exemple Pierre Aubenque, op. cit., page 55.

[12] Il est la Tête du Corps de l’Église (Coloss. I, 18)

[13] « Le moindre degré de grâce sanctifiante contenu dans l’âme est quelque chose de plus précieux que le bien naturel de tout l’univers, car il est de l’ordre de la vie intime de Dieu, supérieure à tous les miracles et à tous les signes extérieurs de la Révélation divine » (St Thomas, cité par le RP R. Garrigou-Lagrange).

[14] « Les sacrements ressemblent au Verbe incarné, en ce que la parole s’unit à une chose sensible, comme dans le mystère de l’Incarnation, le Verbe de Dieu a été uni à une chair sensible » (St Thomas, Summa, IIIa, q. LX, a 6)

[15] « En même temps […] ils effectuent, ce qu’ils signifient » […] « dans la mesure où ils sont ordonnés aux choses sacrées » (St Thomas, IIIa, q. LXII). cf. aussi Jean de Saint-Thomas : Le sacrement agit, – sanctifie le fidèle, – non par le signe qu’il est (matière), mais par la chose sacrée, – La Passion de NSJC en dernier ressort – dont il est le signe.

[16] En vue du Salut, N-S J-C a révélé les Vérités enseignées par l’Écriture, la Tradition, le Magistère.

“Beaucoup de choses te sont montrées qui dépassent la compréhension humaine.” C’est en ces choses que consiste la doctrine sacrée. » (St .Thomas, primas pars, q. I, art.1er)

[17] Cf. Aristote, Logique, les Catégories, ch. XV § 1 et 2 : « avoir s’emploie de plusieurs façons, d’abord comme manière d’être, disposition ou toute autre qualité : on dit en effet qu’un homme a de la science, de la vertu. »

[18] Cf. le D.T.C., qui cite notamment la définition de Saint Jean Damascène : « élévation de l’esprit en Dieu », mais comme le rappelle Suarez exclusivement au moyen de l’acte de l’intelligence et de la volonté, ce qui élimine l’auto-hypnose, de type gnostique, commencée sur la concentration de la conscience à partir d’images.

[19] « La hiérarchie est la répartition de l’autorité dans un ordre subordonné, et pour un but déterminé. Cette définition s’applique dans l’ordre de la société civile comme à la société religieuse » (D.T.C., article Hiérarchie, I. notion)

[20] « Une ordination sacrée, science et opération, à reproduire autant que possible la déiformité, et à monter […] jusqu’à l’imitation de la divinité » (Pseudo-Denys, cité ibid.)

[21] Cf. par exemple Saint Thomas : « Le Chef et les membres, ne forment ensemble qu’une seule personne mystique ; et c’est pour­quoi la satisfaction du Christ appartient à tous les fidèles comme aux membres de Jésus-Christ, etc… » (Sum. IIIa q. XLVIII, a.2), et le R.P. Garrigou-Lagrange (in le Christ chef mystique de l’Église) :« La multiplicité des organes fait ressortir davantage la cohésion vitale du corps humain et l’interdépendance de toutes ses parties ; ainsi en va-t-il du Corps mystique : « La diversité des états et des offices, dit saint Thomas, ne détruit pas l’unité de l’Église, qui est garantie par l’unité de foi et de charité ; et par les services mutuels, selon la doctrine de saint Paul aux Éphésiens (IV, 16). »

[22] C’est ici le schéma de la thèse historico-critique classique qui oscille entre les deux contraires classiques : Soit Jésus était un illuminé qui a été divinisé ; soit il était un « Dieu » qui a été personnifié en ectoplasme.

[23] Cette théologie est une espèce de rhapsodie intellectuelle fondée sur une multitude de systèmes philosophiques antichrétiens : « devenir », « dialectique », « phénoménologie », « personnalisme », « existentialisme », relation personnelle, etc… Ces systèmes procèdent eux-mêmes de postulats métaphysiques qui sont dès lors, de façon équivoque seulement, compatibles avec la Révélation (Platon), ou encore de manière clairement antinomiques (Plotin, et pire Scot Eriugène), contrairement à la métaphysique réaliste adéquate à la théologie de la Révélation.

[24] Voir le blogue Internet La Question, son affirmation en date du 11 mars 2015.

[25] En amont de leurs assertions, maints traditionalistes présupposent ce qui suit. Pour ce qui concerne la société humaine universelle, La Révolution a inauguré, en commençant par la France, son œuvre de Destruction intégrale en faisant table rase des institutions du passé. Pour ce qui concerne l’Église, ils imaginent qu’il devrait en être de même, et afin que les Révolutionnaires de Vatican d’Eux n’aient pu amorcer leur œuvre de Destruction antichrist, il faudrait et il suffirait qu’ils n’aient pas affecté l’institution ecclésiale dans son état visible antérieur à 1958.

[26] J. Barbey d’Aurevilly (Les œuvres et les hommes, 3e série, XXI Lemerre 1906 page 225) commente, à propos de l’origine philosophique de cette erreur : « Pour ce génie mystiquement politique, la souveraineté était un fait de l’ordre supranaturel et divin que les fautes, les excès, les aveuglements, les folies des familles dépositaires de cette chose – la souveraineté – ne pouvaient elles-mêmes jamais invalider, et contre lequel tout ce qu’on faisait était, comme le dit Bossuet, nul de soi. Telle était l’idée de Joseph de Maistre, que vous retrouverez sous toutes les pages qu’il a écrites. (…) Cette idée est le sol, le sous-sol et la superficie de toutes ses théories politiques, de toutes ses dissertations d’histoire. Eh bien, cette idée immense, utopique ou fausse si vous voulez, mais sublime, de la souveraineté ». Se bornant à transposer à l’Église cette théorie, incompatible avec la Tradition Catholique, mais compatible avec la tradition Primordiale et certes conforme à la monarchie politique de droit divin, ces traditionalistes sombrent dans l’hérésie d’un pape apostat, à l’instar de Mgr Williamson osant séparer en lui « l’homme apostat », de l’immarcescible « titulaire » source de juridiction.

[27] C’est pour ce motif que les Pères de l’Église enseignent que « tomber sur un seul point de la Foi c’est tomber sur toute la Foi » ; ce principe se trouve ainsi flétri.

[28] De plus ce sophisme contient une autre contradiction interne : alors que chacun des éléments du Dépôt de la Foi serait par principe facultatif en tant qu’objet de l’adhésion « intérieure et personnelle » des hiérarques, pourquoi un seul, serait-il par définition obligatoire, à savoir celui de « l’essence divine de la fondation » de la Constitution imposant en soi une possible succession perpétuelle d’apostats et hérétiques ?

[29] Une telle absurdité est évidemment balayée par le rappel au « Pasteur éternel » évoqué par l’encyclique Pastor Aeternus. Ce Pasteur éternel, fondateur de l’Église éternelle n’est pas la dénomination ambigüe « Jésus », (favorite chez les apostats comme Bergoglio), mais N.S. J.C., physiquement ressuscité, monté aux cieux, et qui a visiblement envoyé son Esprit.

[30] La métaphysique réaliste nous apprend en effet que pour concevoir de construire une maison, il faut avoir préalablement conçu cette maison elle-même. Logiquement la forme de la maison précède la possibilité de sa construction, même si temporellement, l’acte de construction est premier, et ce n’est que lorsque l’édification est achevée, qu’apparaît alors l’idée de maison. Il en est de même pour l’Église.

[31] Par ex. le pseudo-mysticisme de Mgr Fellay, niais et parfois perfide (cf. « les bouquets »).

[32] Cf. le jésuite hyper-moderniste Christoph Théobald, auteur du Concile Vatican II, quel avenir ? (Le Cerf, 2015), soutient que la véritable réception ou herméneutique de ce concile consiste à le voir comme un acte fondateur symbolique d’une conception future et irréversiblement post-moderne du catholicisme. Or l’intervenant « Scrutator Sapientiæ » sur le Forum Catholique (6 juin 2015) présente cette thèse en tant qu’espèce « réformatrice » de la réception de ce « concile », dont un autre espèce, l’« herméneutique de continuité » chère au faussaire Ratzinger lui paraît plus appropriée à l’esprit personnaliste de ses rédacteurs de l’époque ; il refuse de comprendre que ces deux visions appartiennent en réalité à une réception radicalement antinomique d’une réception qui serait catholique (à supposer qu’elle fût possible) de ce conciliabule V². Le statut qu’accorde Théobald à la littérature de V² reproduit deux millénaires après, celui dont bénéficie le Talmoud de Babylone écrit vers le 3e ou 4e siècle, par rapport à l’herméneutique rabbinique plurielle et indéfinie qu’il a inspirée jusqu’à ce jour.

[33] Ratzinger-B16, le sinistre « ami » des traditionalistes, discerne une espèce ordinaire et une espèce extraordinaire au cœur d’un genre rituel défini comme « unique ».

[34] Les catholiques semper idem sont faussement englobés parmi des sédévacantistes à stigmatiser comme « dogmatiques ».

[35] Cette réalité théologique traduit les postulats (Révélation) et méthodes (Magistère indéfectible et infaillible) du discours théologique (c’est ce qu’exprime en philosophie le concept savant d’« épistémologie »), qui relie l’être (ou « l’ontique physique ») au discours théologique. Ce discours sera donc le canal fidèle et adéquat aux choses révélées.

[36] Cette réalité théologique traduit le concept de qualité donnée comme objectivement estimable et désirable (concept philosophique d’axiologie) qui relie de même l’être (physique) au discours théologique ; ce discours d’Autorité sera donc approprié et fidèle aux choses Révélées.

[37] Nous nous référons ici à l’analyse succincte faite aux termes de son Manuel d’Apologétique, par le chanoine Boulanger, (3E partie), lequel avertit au surplus : « § 301, — Nota. — I. Il est facile de voir, par les deux notions qui précèdent, que le concept du Royaume est beaucoup plus étendu que celui de l’Église. L’Église est quelque chose du Royaume. Elle en est le côté visible et social, mais elle n’est pas tout le royaume, celui-ci ayant deux aspects : l’aspect terrestre et l’aspect céleste ou eschatologique (N° 299). Cependant l’Église, entendue au sens large, se confond avec le royaume de Dieu. Les théologiens distinguent en effet le corps et l’âme de l’Église, etc. ». Certains trafiquants d’une fourbe « tradition » sur Internet, copient-collent, — et en falsifient de façon effrontée le sens restreint —, cette analyse de la Constitution de Droit Divin. Ils trompent leurs lecteurs en leur laissant accroire que la définition de la Constitution serait la définition en plénitude de l’Église, et se moquant du Dépôt de la Foi et de la validité des sacrements, de la Grâce et de la Révélation.

[38] R.P. J. Falcon, S.M., la crédibilité du dogme catholique, apologétique.

[39] Saint Rémi (Chaîne d’Or, Matth, 13, 24-30) « Le Royaume des cieux, c’est le Fils même de Dieu. Et le Royaume est semblable à un homme qui a semé de bon grain dans son champ. »

[40] Rappelons le lien indissociable entre le baptême et la foi : lorsqu’il anathématise, le Concile de Trente affirment a contrario que la vie de Foi postérieure au baptême est nécessaire au salut, et que le grand Catéchisme de Saint Pie X énonce au § baptême, article 564 : « Quand celui qui est baptisé a atteint l’âge de raison, quelles sont les dispositions qu’il doit avoir ? réponse : l’adulte qu’on baptise doit, outre la foi, avoir la douleur au moins imparfaite des péchés mortels qu’il aurait commis. »

[41] Saint Chrysostome (Chaîne d’Or, ibidem) : « Notre-Seigneur ne dit pas que [l’Adversaire] y sème une autre semence, mais de l’ivraie parce qu’elle a quelque ressemblance pour la forme avec le grain de froment. »

[42] Cf. la thèse d’une Église « corps physique corruptible » soutenue notamment par les traditionalistes Jean Arfel, Mgr Fellay et Mgr Williamson.

[43] Cf. Saint Augustin (Chaîne d’Or, ibidem) : « lorsque le démon en répandant […] ses fausses doctrines, eut semé de l’ivraie au milieu du blé, c’est-à-dire eut jeté les hérésies sur la vérité, en se couvrant du nom du Christ. »

[44] La « Néo-thèse de Cassiciacum » argue du défaut de formalités juridiques afférentes à une constitution d’Église œcuménique, pour alléguer que la mafia Conciliaire ne constituerait pas une personne morale autre que l’Église Catholique, la « personne morale » étant ramenée par elle à la seule « personnalité juridique », qui signifie « capacité juridique ».

[45] L’observation de la réalité indique la division entre les quatre éléments de l’Église Catholique et le Milieu Conciliaire, ainsi que l’autre division régnant entre les quatre éléments apostats de la secte Conciliaire et les Catholiques semper idem.

Et seule la captation de l’héritage théologique antérieur à 1958 autorise les imposteurs de la Tradition à professer une union fictive en lieu et place de ces divisions, par la magie de la rhétorique qui tourne à vide dès lors que les apostats ont supplanté les catholiques. Ce principe fondamental du discours faux, par rapport à la vérité physique, car refusant de « l’imiter », soit dans la division, soit dans l’union de cette vérité physique, a été énoncé par Aristote (cf. op.cit. supra, et commenté par P. Aubenque).

[46] Cf. Saint Augustin (Chaîne d’Or, ibidem) : « C’est peut-être à cause des différentes sortes d’hérétiques qui non seulement sont séparés du bon grain, mais qui sont encore séparés entre eux. [N-S J-C] a donc voulu exprimer par ces bottes d’ivraies, les conventicules de chaque hérésie dont tous les membres sont unis entre eux par des liens communs. Or ils sont liés ensemble et sont destinés au feu du moment qu’ils se séparent de la communion catholiques et qu’ils forment des églises séparées. »

[47] Nous nous exprimons dans l’esprit de la Parabole du Semeur, et à l’instar de Notre-Dame de La Salette qui a dû parler d’« éclipse » pour se faire comprendre théologiquement. Répétons encore qu’il faut exprimer en premier lieu des choses surnaturelles ; en second lieu, le discours théologique doit être vrai, il doit contenir des propositions qui expriment soit l’union soit la division, en conformité, et selon le cas, soit de l’union soit de la division régnant entre les choses surnaturelles. La réalité révèle une division entre la secte conciliaire et l’Église Catholique. Les propositions énoncées dans le discours théologique doivent affirmer cette division.

L’image des deux champs superposés et concurrents est donc une proposition métaphorique éclairant la dichotomie réelle des deux sociétés. Au contraire, la rhétorique fausse d’un Mgr Williamson contient des propositions unificatrices qui prétendent que les deux sociétés sont mélangées et confondues « en un seul champ ».

[48] Notez que cette vérité n’est occultée qu’à la faveur d’artifices dont le caractère spécieux peut ne pas entraver le salut des catholiques cherchant avec une réelle bonne volonté la Vérité. En revanche les clercs sont soumis à une présomption irréfragable de la connaissance de la fraude, « qui corrompt tout » selon l’adage ; cette connaissance pourrait risquer de constituer les arrhes définitifs de leur perte éternelle (cf. « ces traditionalistes qui talmudisent le droit divin », dernière partie).

[49] S’agissant de la substance, de l’espèce et du genre du sacrement :

  1. Selon Saint Thomas, le sacrement catholique est une substance dont la signification de Grâce crée cette Grâce sanctifiante. Comme il est un geste physique revêtu de cette signification, c’est bien le geste qui crée cet effet surnaturel.
  2. Jean de Saint-Thomas a précisé que c’est en vertu de la volonté intentionnelle de N-S J-C que le sacrement crée ce qu’il signifie, et qu’il appartient donc à une espèce de signes aptes à causer ce que son fondateur a conçu au départ. La signification du sacrement résulte de cette volonté révélée et attestée par l’Écriture ET par la Tradition. C’est pour cette raison que la signification du sacrement possède cette faculté de créer la grâce.
  3. Les théologiens en général (cf. le D.T. Denzinger) enseignent enfin que les sacrements de l’Ancienne Alliance signifiaient la présence de Dieu et qu’ils appartenaient donc au genre des signes (rites dotés de sens). Or c’est N.-S. J.-C. qui transfiguré certains d’entre eux et en a institué d’autres complémentaire, car il voulait expressément que ces nouveaux sacrements possèdent une signification créatrice de la Grâce qu’ils expriment.

C’est dans ce raisonnement que le Pape Pie XII s’inscrit au sujet de la matière des sacrements.

[50] Contra : « Ces admirables instruments de la grâce ne sont à ses yeux que des moyens dont se sert la divine Bonté pour établir et fortifier toujours plus, entre Jésus et nos âmes, ces liens organiques et cette union spirituelle qui nous soumettent à l’action bienfaisante de notre Chef mystique » (R.P. Garrigou-Lagrange, le Christ chef mystique de l’Église, lire vers la note 19 de ce texte).

[51] En revanche, il n’y a seulement « modification » d’intelligibilité théologique entre le concept-clé de l’analogie d’attribution chez Saint Thomas, et celui du « miroir » par participation chez Saint Bonaventure.

[52] L’agnosticisme et l’immanentisme vital du modernisme théologique historique de la fin du 19es n’est pas la simple éviction de la raison au profit du sentiment. Mais, et surtout, la nouvelle doctrine (outre ses sacrements, son gouvernement, et sa « conscience collective ») de la secte conciliaire ne se réduit pas à ce modernisme historique. Elle est une doctrine éclectique synthétisant une multiplicité de systèmes philosophiques, y compris celui de la postmodernité (cf. le R.P. Théobald déjà cité) et notamment fondés sur une métaphysique du sujet, donc tous fondés sur la raison. Et le fait que ces systèmes semblent accorder à l’affectivité une place erronée et trompeuse (comme l’illustrent le « charismatisme » ou la mièvre « miséricorde » universelle) n’avilit pas cette « nouvelle religion » à de primaires « subjectivismes émotionnels » comme le prétend en particulier l’abbé H. Belmont, de la mouvance guérardo-ricossaïte.

[53] Cf. notamment ses divers billets « Kyrie Elesion » publiés en 2014 et 2015.

[54] Par les trois Personnes divines, et notamment (par appropriation par la charité) par le Saint-Esprit, l’âme de chaque fidèle est informée, recréée, inhabitée adoptée, infusée de grâce sanctifiante, et des vertus théologales (Dieu objet concret de connaissance et d’amour), effusée de Dons. En cette relation, Les trois Personnes sont la cause efficiente, et le terme, l’infusion et la conservation de la grâce habituelle sont la matière, et la possession intentionnelle de Dieu par la connaissance et l’amour est la forme de cet état de grâce du fidèle catholique. Cela résulte de l’enseignement de Saint Thomas (voir le Denzinger, article « grâce sanctifiante » § 4). Or par ce fait même observé en chaque fidèle, la Sainte Trinité édifie, en même temps, le Corps du Christ, et le Saint-Esprit informe l’Église. On mesure donc l’absurdité de la thèse d’une église Conciliaire qui aurait, en dépit de tout cela, pour âme le Saint-Esprit.

[55] En conséquence nulle modification « physique » des attributs prétendus accidentels de la Constitution de Droit Divin (modification en réalité « matérialiter »), ou du Dépôt de la Foi (modification dite « mentevacantiste ») ou de la liturgie (modification dite « périlleuse en pratique ») et nul prétendu maintien « en puissance » des substances d’origine, qui seraient seulement affectées de corruption.

[56] Les quatre sens de l’Écriture mis au jour par Saint Augustin, ont été utilisés parallèlement puis postérieurement par les doctrinaires de la Kabbale. Ils semblent provenir antérieurement d’un schéma de réflexion propre à la philosophie grecque. Nous analysons ici les quatre types d’opinions reprises à leurs compte par les candides traditionalistes, – certainement à leur insu –, en remontant à leur principe supérieur respectif lequel se trouve originellement et exactement défini aux termes de la doctrine kabbaliste. Peshat : connaissance sensible du texte du Pentateuque ; remez : connaissance de l’allusion contenue dans le texte ; derash : interprétation allégorique (mi-drash) ; sôd : connaissance qu’un sens secret serait contenu dans le texte, le secret lui-même n’étant jamais dévoilé.

[57] Mgr B. Tissier de Mallerais, (son article « Y-a-t’il une église conciliaire ? » publié in le Sel de la terre, en sa livraison de l’été 2013, numéro 85), écrit : « une société est un être moral de la catégorie relation, laquelle fait le lien entre les membres. On peut distinguer la cause matérielle : ce sont les personnes unies dans la société. Dans le cas de l’Église comme dans le cas de l’église conciliaire, nous dirons que ce sont les baptisés. La cause efficiente est le chef de la société, dans le cas de l’Église, N.S. J.C., et les papes ses successeurs, dans le cas de l’église conciliaire, les papes du concile, si bien que la même hiérarchie semble gouverner deux églises. La cause finale est la recherche du bien commun par les membres. [Elle est] pour l’Église […] le salut, et pour l’église conciliaire […] l’unité du genre humain. La cause formelle est l’union des esprits et des volontés dans la recherche du bien commun de ses membres. Dans l’Église Catholique par la profession de la même foi Catholique, par la pratique du même culte, et par la soumission aux mêmes pasteurs et donc aux lois qu’ils font. Dans l’église Conciliaire, par l’acceptation de l’enseignement du concile, et du magistère qui se réclame de lui, par la pratique de la nouvelle liturgie et l’obéissance au nouveau droit canon. »

[58] Cf. à ce sujet notre note contre le feeneysme, intitulée « un baptême de désir pour un jour, un baptême d’eau pour toujours » publié sur le CatholicaPedia Blog en septembre 2014.

[59] En dehors des substances physiques, susceptibles de syllogismes démonstratifs, les autres « étants » peuvent être définis « dialectiquement » par des prémisses qui ne sont qu’universellement admises et non « démontrées » (cf. Aristote et le problème de l’être, op.cit.).

[60] cf. la Constitution LG (de V²) n° 25, le CIC de 1983 c. 753, et le CEC 1993 n° 892.

[61] Ce à quoi « Inquisidor » a objecté en février 2015, article consacré au Droit divin, sur le CatholicaPedia Blog : « si L’Autorité en possession de son objet propre, pouvait errer, qu’on ne pourrait alors trouver aucun critère extérieur pour discerner le vrai du faux, la vérité étant devenue relative et impossible de fait à prononcer au sein même de l’Église !… Alors la vérité ne serait seulement perçue comme je l’ai dit que par un jugement privé audacieux mais devenu nécessaire, bien que n’ayant en soit aucune autorité. »

[62] La notion absurde d’« infaillibilité conditionnée » des opportunistes lefebvristes présuppose en réalité la nécessité de ce qu’ils nient précisément : l’existence indispensable et préalable de papes définissant l’objet de foi, et préservant les définitions antérieures et préservées par leurs prédécesseurs.

[63] Cf. Inquisidor (ibidem. Article précité)

[64] Ch. Maurras, « notre révolution nationale » in « revue le soleil » 1895 cité par P. Vandromme, Maurras, l’Église de l’ordre, éditions Le Centurion 1965.

[65] D’après la Kabbale, lors du « tsim-tsoum », l’infini de Dieu se serait autolimité. En créant le monde, il deviendrait un invité du monde, sous une forme finie. Le passage de l’infini au fini est opéré par le texte (les cinq livres de la Torah Écrite, Pentateuque), par lequel l’homme apprendre à connaître Dieu. Grâce à l’interprétation, aux permutations (guématria, combinaison des lettres), ce texte fini deviendrait potentiellement infini. Le texte serait la libération du Divin. Connaître ces paradigmes permet d’éclairer les véritables enjeux dissimulés derrière le consentement indigne des traditionalistes (naïfs ou complices) à la « faillibilité » de la doctrine professée par leurs « papes » conciliaires.

[66] Notamment la C.R.C., Mgr Williamson, etc., et aussi Vincent Morlier, le diacre Zins, etc.

[67] Cf. « Les Deux Cités », par le Père Emmanuel (§ IX, de « Jérusalem à Babylone »).

[68] Bafouant Saint Augustin, le blogue lefebvro-nantiste La Question ose écrire en son article du 29 mars 2015 cet impudent et mensonger blasphème (cf. les affirmations aux § IV et VII: En substance, les Deux Cités dont le combat est exposé par Saint Augustin lutteraient depuis l’origine et de façon ontologique dans le Corps mystique même du Christ, dans le Saint-Esprit donc, afin d’insinuer une définition dualiste gnostique de l’Église qui lui permettrait de rendre compte du « mystérieux désordre » actuel.

[69] Par la Passion, ont été imputées à crime à N.-S. J.-C. des abominations qui ne lui ont jamais été attribuées en revanche. (Voir le commentaire que donne Saint Thomas de l’Évangile de St. Mathieu à cet égard). En l’espèce, la secte de Rome et Babylone commet des crimes qui sont propres à ses papes confondus parfois par ces tradi-millénaristes à l’Antéchrist, la « fin du monde » étant en même temps confondue avec « la fin des temps ».

[70] Mgr H. Delassus, La Conjuration Antichrétienne (Éditions Saint-Remi).

[71] La Révélation oblige que subsistent des fidèles en état de grâce. Il faut donc que la grâce sanctifiante puisse toujours être transmise, par le baptême et par la sauvegarde de l’état de grâce, (les invités admis dans la salle du Banquet nuptial) qu’à cette fin, les vertus théologales soient communiquées aux facultés correspondantes, (afin que les invités soient revêtus de la robe nuptiale), et que les Dons du Saint-Esprit (afin que certains invités puissent être promus à la première place à table) les rendent efficaces dans la sanctification. C’est pourquoi, la Révélation commande que subsiste l’Église semper idem.

 

 

29 réponses
  1. Avatar
    juin 21, 2015

    Non…non, la Vierge à La Salette n’a pas dit « que ça » (l’Église sera éclipsée), et d’ailleurs, il me semble que les termes exacts sont : « l’Église sera COMME éclipsée ».

    Elle a dit aussi : « Rome perdra la foi « , « Rome deviendra le siège de l’antéchrist ».

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juin 21, 2015

      Et voila Morin…qui veut encore (!!!) faire LE MALIN !…
       
      Bien sûr que la Très Sainte Vierge n’a pas dit que cela…
       
      Mais quand il est dit :

      La très Sainte Vierge Marie a dit :

      « L’ÉGLISE SERA ÉCLIPSÉE ».

      Elle n’a dit que cela.
      Aucune autre expression ne résume mieux la situation.
      Aucune autre expression n’explique mieux la crise.
      Aucune autre expression ne donne mieux la solution.
      LOUIS-HUBERT REMY (L’Église est éclipsée)

      …c’est au sujet de l’ÉCLIPSE !!!
      …c’est PAS sur Ses autres paroles !
       
      D’ailleurs la Très Sainte Vierge N’A PAS DIT : « l’Église sera COMME éclipsée » !
       
      La très Sainte Vierge Marie a dit : « L’ÉGLISE SERA ÉCLIPSÉE ».
      http://virgo-maria.org/Documents/la-salette/secretsalette.htm
       

  2. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    juin 21, 2015

    Morin vous êtes pénible, on vous supporte mais vos leçons de pseudo humble, charitable, miséricordieux n’ont qu’assez duré. Il y en a assez dans le camp d’en Face et à Rome un certain usurpateur a déjà pris le créneau.

    En plus là vous parlez dans le vent ou totalement en hors sujet pour faire plus savant ou plus spécialiste.

    Si vous êtes plus tradition « orale », je vous livre et à tous cet astuce pour connaitre et être imprégné du secret de Mélanie.

    Audio intervention réalisé par un (prêtre ?) ermite oriental (Égypte) à une communauté (de fidèles catholiques ? orientaux) à Paris entre 2005 et 2010 :



    Le cœur du message n’est pas « L’Église sera comme éclipsée » mais bien l’Église sera éclipsée.

    Et puis réfléchissez deux secondes quand vous observez outre l’immoralité, la corruption, l’absence de Foi  etc. Mais comment les Fidèles qui veulent croire et faire ce qui a toujours été cru et fait de par le monde doivent faire des pieds et des mains pour se sanctifier, pour résister au torrent d’égout qui inonde tout.

    Je ne rentre pas dans les détails, les plus anciens ou les pères de famille peuvent témoigner eux qui ont le souci du salut de leurs enfants.

    Vous appelez cela faire semblant, ils s’amusent, ils jouent  des jeux de rôles ?

    D’ailleurs tout le monde les prend pour les vrais catholiques… Vous vous êtes déshonoré gravement.

    Les Grands Bretons disent « Speech is silver, but Silence is GOLD »*

     

    L’Église est éclipsée, c’est net, précis définitif et permet de comprendre tout le reste, la nature de la crise et du Mystère d’Iniquité.

     

    Un grand patriarche de l’Occident Français a coutume de dire que la crise est l’expression du Mystère d’Iniquité et comme devant tout mystère on se tait et on CONTEMPLE.

    Avec toute ma considération.

    Petite astuce écouter le message avec le pdf (sous titres) du message pour être bien attentif.

     

     

     

    (*) Pour les non anglophiles : La Parole est d’argent, mais le Silence d’Or.

     

    • Avatar
      juin 22, 2015

      Mais pourquoi donc vous focalisez vous uniquement sur : « l’Église sera éclipsée » et négligez tout le reste : « Rome perdra la foi » et « Rome deviendra le siège de l’antéchrist » ???

      Quant à la citation exacte, j’ai bien dit : « il me semble » et j’ai fait une erreur en ne mettant pas le conditionnel à suivre.

      • Avatar
        Amabilus Manziaci lien permanent
        juin 25, 2015

        Grand merci à Cave Ne Cadas, pour la publication, et la mise en page rigoureuse et parfaitement adéquate, qu’il a faites pour cet article !

        Notre Saint Religion ne peut pas changer, mais elle semble changer en même temps ;  sous un rapport elle demeure en ordre, et sous un autre elle est en désordre :  voila des notions qui sont l’enjeu presque quotidien de nos débats. C’est pourquoi nous devons être extrêmement reconnaissants à Louis-Hubert Rémy d’avoir mis en exergue très tôt cette formule donnée par la T.S.V.M. , « l’Eglise sera éclipsée ».

        Cette formule est à la fois si simple et si profonde, en même temps si simplement et profondément naturelle ET surnaturelle, — signe distinctif de toute la Révélation Évangélique et qui se retrouve chez les plus grands saints que nous chérissons comme Sainte Jeanne d’Arc —, qu’elle méritait de notre part quelques réflexions.

        De plus une formule, qui  semble bénéficier d’une affiliation spirituelle avec celle ci-dessus, c’est celle de « semper idem »,  que nous devons au si cher et extraordinaire l’abbé J. Vérité. —  « restez fidèles ».  Son usage, promu également promu par LHR et les ACRF, le CatholicaPedia,  et ESR…  nous permet ainsi de porter le nom beau et authentique de ce que nous sommes : ni traditionalistes, ni sédévacantistes, etc., mais catholiques demeurant semper idem durant l’éclipse subie par l’Église

        C’est à la lumière de ces distinctions qu’il faut comprendre ces révélations :  « l’Église sera éclipsée », « Rome perdra la foi » et « Rome deviendra le siège de l’antéchrist ».

         

         

  3. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    juin 21, 2015

    L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation.
     
    Mais voilà Énok et Élie remplis de l’Esprit de Dieu ; ils prêcheront avec la force de Dieu ; et les hommes de bonne volonté croiront en Dieu, et beaucoup d’âmes seront consolées ; elles feront de grand progrès par la vertu du Saint Esprit et condamneront les erreurs diaboliques de l’Antéchrist.
     
    Malheur aux habitants de la terre ! 

    etc……

    C’est suffisamment clair.
    L’Eglise sera éclipsée, et le monde dans la consternation.

    Notre Dame disant « l’Église sera comme éclipsée », ce serait beaucoup trop vague et sujet à interprétations.
    Le message serait indéfendable.

    Déjà que même là, avec « l’Église sera éclipsée » il y a toujours des personnes qui ne veulent pas y croire, où qui se refusent à dire que cela concerne la situation actuelle …
    Dès lors il est légitime de se demander pour quelle époque pourrait être l’Éclipse désignée par Notre Dame ?

    Et pourquoi Notre Dame apparaitrait en 1846, pour éclairer le Monde, si ce n’est de la crise qui suivra peu de temps après ?
    Peut-on concevoir que le Bon Dieu envoie sa sainte Mère nous avertir en 1846, d’une crise lointaine et indéterminée, tout en permettant une crise d’une gravité absolue de manière prochaine.

    Tout cela va contre la plus élémentaire logique, le Bon Dieu étant simple, il ne cherche pas à piéger ni à embrouiller ses enfants.

    Moi ce qui me consterne c’est le manque de clairvoyance, pour des choses aussi simple. On est là devant un grand mystère, de voir que ce qui est limpide n’est pas du tout compris.
     

  4. Avatar
    Michel Louis lien permanent
    juin 22, 2015

    Je viens de parcourir une bonne partie de l’article : il y a beaucoup de choses intéressantes et VRAIES : Paul VI et ses successeurs ont déserté la Mission de l’Église ; l’Église a été violentée par Paul VI et ses successeurs qui ne sont pas les Vicaires du Christ, cela découle de la Foi ; la Mission de l’Église continuent avec les prêtres et les évêques fidèles à la Foi et donc ne reconnaissant pas la fausse autorité de ces personnes. Etc…

    Cela ne suffit pas pour exclure dans une petite note, de façon subreptice (sans argument) mais bien réelle, la Thèse de Cassiciacum de Mgr Guérard des Lauriers au même titre ou, en tout cas, « dans le même sac » que la FSSPX, ou l’abbé Zins, ou Morlier, ou autres. Ce n’est objectivement pas honnête. L’Institut ricossaïte (! ??? : voir cette petite note subreptice) n’a en effet rien à voir avec les thèses de la FSSPX (ou autres), mais bien avec Mgr Guérard des Lauriers : il est guérardien, si vous voulez, oui ! Même s’il est avant tout CATHOLIQUE INTRANSIGEANT (mais il me semble que leurs prêtres laissent venir à leur Messe sans rancœur les CSI qui écrivent pourtant contre eux, contre l’Institut ricossaïte !…)   ;)
    Si cette Thèse (de Cassiciacum) est fausse (d’après cet article), elle est fausse depuis son origine : est-ce la Thèse des CSI (car c’est bien une Thèse sur la situation actuelle de l’Église qu’ils soutiennent ?) ? Dans ce cas, il y a plusieurs CSI qui devraient battre leur coulpe et l’avouer… Mais je ne pense pas que certains aient le « courage » (ou plutôt l’inconscience) de mettre le P. Guérard « dans le même sac » cité plus haut (celui de la FSSPX ou autres).

    Il est bien de parler de la constitution divine de l’Église. Mais alors où est passée la hiérarchie selon la Juridiction selon Ïeshoua incorrect et CSI ? Elle en fait bien partie qu’ils le veuillent ou non.

    Conclusion : cet article est incomplet (en plus que d’être malhonnête vis-à-vis de la Thèse de Cassiciacum et de l’Institut IMBC) : il ne parle que de certains aspects de la constitution divine de l’Église et, comme cela, peut avancer sa propre Thèse comme apparemment apparemment imparable…

    P. S. 1 : On a avancé bien souvent les multiples mises à l’index de la version du secret de La Salette cité dans cet article, mise à l’index par 4 Papes successifs (dont S. Pie X, Pie XI et Pie XII). Mais cela ne semble pas avoir eu beaucoup de portée.

    P. S. 2 : Merci au webmaster gentleman… de ne pas laisser passer les injures (ou calomnies) qui pleuvent facilement de la part de certains dès qu’on parle de Thèse de Cassiciacum, ou d’Institut Mater Boni Consilii.

    P. S. 3 : Avant d’écrire contre la Thèse de Cassiciacum, veuillez en prendre connaissance. Si vous ne la lisez pas directement, lisez quelques articles l’exposant, ou renseignez-vous à de bonnes sources. Sinon, gardez le silence en attendant d’approfondir la question… Merci beaucoup !

     

    P.S. 4 : Je travaille, donc ne vous étonnez pas si je ne m’accroche pas pour répondre à toutes les objections de ceux qui peut-être travaillent, ou peut-être ne travaillent pas… J’ai seulement essayé de pointer du doigt pour les personnes honnêtes qu’il est facile d’évincer cette Thèse sans la connaître, ou y répondre.

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juin 23, 2015

      Cher Michel Louis,
       
      Je laisserai à l’auteur, Amabilus Manziaci le soin de répondre à la polémique « ricossaïte », ne connaissant pas le fond de sa pensée, je ne puis le faire à sa place… mais il ne me semble pas qu’il fasse partie des CSI qui assistent aux Messes de l’Institut !
       
      Ce qui retient particulièrement mon attention — étant un grand dévot de La Salette, tout comme le regretté Mgr Guérard des Lauriers (†), paix à son âme ! — c’est votre « P. S. 1″…
       

      La mise à l’index par 4 Papes successifs (dont S. Pie X, Pie XI et Pie XII)

      Cette allégation a été plus d’une fois mise en avant par des partisans de l’Institut pour nous « moucher »… sur la question mais sans nous apporter la moindre preuve historique de (condamnation) « mise à l’index par 4 Papes successifs »… dont aucun CSI n’en a jamais entendu parler !
       

      • Avatar
        l'index lien permanent
        juin 29, 2015

        La S.C. du Saint-Office, par Décret du 21 décembre 1915, concernant ce qu’on appelle vulgairement “Le Secret de La Salette” (A.A.S. 7 [1915], p. 594) a écrit :

        Il est parvenu à la connaissance de cette Suprême Congrégation qu’il ne manque pas de gens, même appartenant à l’ordre ecclésiastique, qui, en dépit des réponses et des décisions de la Sacrée Congrégation elle-même, continuent – par des livres, brochures et articles publiés dans des revues périodiques, soit signés soit anonymes – à traiter et discuter la question dite du “Secret de La Salette”, de ses différents textes et de ses adaptations aux temps présents ou aux temps à venir ; et cela non seulement sans l’autorisation des Ordinaires, mais même contrairement à leur défense. Pour que ces abus, qui nuisent à la vraie piété et portent une grave atteinte à l’autorité ecclésiastique, soient réprimés, la même Sacrée Congrégation ordonne à tous les fidèles, à quelque pays qu’ils appartiennent de s’abstenir de traiter et de discuter le sujet dont il s’agit, sous quelque prétexte et sous quelque forme que ce soit, tels que livres, brochures ou articles signés ou anonymes, ou de toute autre manière. Que tous ceux qui viendraient à transgresser cet ordre du Saint-Office soient privés, s’ils sont prêtres, de toute dignité qu’ils pourraient avoir, et frappés de suspens par l’Ordinaire du lieu, soit pour entendre les confessions, soit pour célébrer la messe ; et s’ils sont laïcs, qu’il ne soient pas admis aux sacrements avant d’être venus à résipiscence. En outre, que les uns et les autres se soumettent aux sanctions portées soit par Léon XIII dans la constitution “Officiorum ac munerum” contre ceux qui publient, sans l’autorisation régulière des supérieurs, des livres traitant de choses religieuses, soit par Urbain VIII dans le décret “Sanctissimus Dominus Deus noster”, rendu le 13 mars 1625, contre ceux qui répandent dans le public, sans la permission de l’Ordinaire, ce qui est présenté comme révélations. Au reste, ce décret n’est pas contraire à la dévotion à la Très Sainte Vierge, invoquée et connue sous le titre de “Réconciliatrice de La Salette”. Donné à Rome, au Palais du Saint-Office, le 21 Décembre 1915.

         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          juin 29, 2015

          Je ne vois pas là de condamnation explicite (mise à l’Index…) du “Secret de La Salette” !!!
           

          • Avatar
            l'index lien permanent
            juin 30, 2015

            Qui, en dépit des réponses et des décisions de la Sacrée Congrégation elle-même, continuent – par des livres, brochures et articles publiés dans des revues périodiques, soit signés soit anonymes – à traiter et discuter la question dite du “Secret de La Salette”. 

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              juin 30, 2015

              Mon p’vauve p’ti index

              Dans le numéro du 31 Décembre 1915 des « Acta Apostolicae Sedis » parut, Comme émanant du Saint-Office en date du 21 Décembre 1915, un “Décret” ne portant la signature d’aucun des Cardinaux dignitaires ou membres de la Sacrée-Congrégation, mais seulement celle de son notaire Louis Castellano, et, de plus, sans aucune mention de date, ni du vote du “Décret” en réunion de la Congrégation du Saint-Office, ni de sa présentation à l’approbation du Pape Benoît XV

               

            • Cave Ne Cadas
              juin 30, 2015

               

              Le Secret de Mélanie a-t-il été censuré par Rome ?

              Les deux enfants de La Salette

              Dans le Bulletin du Diocèse de Reims du 25 Mai 1912, M. le Chanoine Frézet affirmait ce qui suit :

              « …Nous disions en effet… que le tissu de grossièretés et de sottises publié sous le titre de Secret de La Salette etc… ou de Secret de Mélanie etc… avait été mis à l’Index, le 7 Juin 1901 et le 12 avril 1907 ».

              Sachant que ces affirmations étaient erronées, le Marquis de la Vauzelle en écrivit, le 6 novembre 1912 à Son Éminence le Cardinal Luçon, Archevêque de Reims. Par sa lettre du 27 novembre 1912, Son Éminence lui répondit : « …Les articles du Bulletin reproduisent bien mon propre sentiment ». Et le Cardinal ajoutait qu’il transmettait au R. P. LEPIDI, Maître du Sacré Palais, Membre du Saint-Office et de l’Index, les trois questions posées par le Marquis de la Vauzelle, pour savoir si les mises à l’Index dont le Bulletin de Reims donnait les dates, visaient l’opuscule de Mélanie ou seulement des ouvrages où il était cité et commenté. Son Éminence lui mandait en outre : « Dès que j’aurai la réponse du P. LEPIDI, s’il veut bien me répondre, je vous la ferai parvenir. »

              Le 19 Décembre 1912, le Cardinal Luçon écrivit au Marquis de la Vauzelle :

              « Monsieur le Marquis,

              «Voici la réponse que je reçois du R. P. LEPIDI aux trois questions posées dons vos lettres des 6 et 25 Novembre et 13 Décembre :

              « Voici ce qui m’a été donné de recueillir par des informations séreuses sur l’affaire du Secret de La Salette vis-à-vis des Congrégations Romaines, INDEX et SAINT-OFFICE :

              Le Secret de La Salette n’a jamais été condamné d’une manière directe et formelle par les Sacrées Congrégations de Rome.

              2° Deux livres de M. Gilbert-Joseph-Émile Combe ont été condamnés par l’Index :

              L’un en 1901 : Le Grand Coup avec sa Date Probable, étude sur le Secret de La Salette, augmenté de la brochure de Mélanie et autres pièces justificatives.

              L’autre livre en 1907 : Le Secret de Mélanie et la Crise Actuelle.

              Ces condamnations regardent directement et formellement les deux livres écrits par M. Combe et nullement le Secret.

              Je prie V. É. d’agréer, etc…

              Vatican, 16 Décembre 1912.

              Albert LEPIDI, O. P.

              « En vous transmettant cette réponse, je vous prie, Monsieur le Marquis, d’agréer l’expression de mes respectueux sentiments. »

              J. Card. Luçon, Archev. de Reims »

              Dans le numéro du 31 Décembre 1915 des « Acta Apostolicae Sedis » parut, Comme émanant du Saint-Office en date du 21 Décembre 1915, un “Décret” ne portant la signature d’aucun des Cardinaux dignitaires ou membres de la Sacrée-Congrégation, mais seulement celle de son notaire Louis Castellano, et, de plus, sans aucune mention de date, ni du vote du “Décret” en réunion de la Congrégation du Saint-Office, ni de sa présentation à l’approbation du Pape Benoît XV…

              Or, il est vrai que ce “Décret” défend « de traiter et discuter la question du Secret de La Salette ». Mais il ne porte absolument aucune censure, ni sur l’opuscule de Mélanie, ni sur le Secret en particulier, ni aucune défense de le posséder, de le lire et de le répandre.

              Ce “Décret” laisse donc les catholiques en jouissance des hautes autorisations conférées à l’opuscule de Mélanie par les Imprimatur d’abord du Cardinal RIARIO SFORZA, Archevêque de Naples, puis de Mgr ZOLA, Évêque de Lecce ; sans compter les approbations des Cardinaux FERRIERI et GUIDI, et même du Pape Léon XIII qui, non seulement agréa par deux fois l’opuscule de Mélanie à lui offert par l’auteur, mais encore chargea M. Amédée NICOLAS, avocat à Marseille, « de rédiger une brochure explicative du Secret tout entier afin que le public le comprenne bien ».

              Ces Pages Ont Été Écrites Pour La Pure Vérité.

              Romæ, die 6° Junii 1922.

               
              http://wordpress.catholicapedia.net/?p=15632
               

  5. Avatar
    Michel Louis lien permanent
    juin 23, 2015

    Bien cher Monsieur,

    Vous faites bien de demander : l’Institut a publié, il y a plusieurs années en arrière, une plaquette qui est un simple recueil de toutes les mises à l’index tirées des « Acta Apostolicae Sedis » que tout un chacun peut donc vérifier (l’IMBC s’est contenté de traduire ces documents du latin au français). Cette plaquette « Le Saint Siège et le « Secret de La Salette » » est signalée par exemple dans tous les calendriers annuels de l’IMBC (cf. celui de 2015, p. 31) et peut donc être commandée depuis des années (5€). Vous y trouverez toutes les preuves historiques que vous cherchez (que taisent malheureusement certains à qui il a été signalé à plusieurs reprises l’existence de cette plaquette). Que je sache aucune maison d’édition n’a jamais relayé ces documents regroupés dans cette plaquette…

    Je précise de suite, afin de clarifier cette question, que l’apparition de La Salette, quant à elle, a bien été approuvée par l’évêque de Grenoble à l’époque et que le message « public » est d’une grande actualité (rappel par la Ste Vierge Marie des châtiments liés au nom respect des commandements de Dieu et de l’Église !). Il s’agit ici de la mise à l’index de la 3ème version du Secret écrit par Mélanie environ 30 ans après les apparitions, et c’est cette 3ème version qui circule un peu partout dans les milieux de la Tradition (au début, il est vrai, sans que n’ait jamais été rappelée et donc connue cette mise à l’index : il est donc très probable en effet que Mgr Guérard ne la connaissait pas).
     

  6. Avatar
    Michel Louis lien permanent
    juin 23, 2015

    Pour ce qui est de l’attaque injuste de cet Institut cité par Ïeshoua incorrect en le mettant « dans le même sac » sans aucun argument — quels arguments aurait-il ? — que la FSSPX, sans doute n’aviez-vous pas fait attention à cette minuscule note 3 en publiant l’article et donc que vous ne vous étiez pas aperçu que Ïeshoua y était vraiment et gravement incorrect !

    De plus, tout au long de l’article, l’auteur présente SA Thèse ( = celle de l’Église éclipsée = celle des CSI ) comme la seule valable et la seule vraie, mais ne se soucie pas de préciser à ses lecteurs de ce que dit réellement la Thèse de Cassiciacum qui affirme aussi la Vacance du Saint Siège.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juin 23, 2015

      N’en déplaise… la thèse de « l’Église éclipsé » est parfaitement logique et de pleine actualité !!! alors que la Thèse de Cassiciacum logique au moment où elle a été émise par le Père Guérard à perdu toute sa valeur et son actualité !!!
       
      Mgr Guérard a confirmé à LHR que la thèse s’éteignait dans le temps (les actes d’un pape materialiter étant nuls)…
      Lire l’interview de Mgr Guérard à Sodalitium : http://www.a-c-r-f.com/documents/soda-13_Mgr-G-de-L.pdf
       
      D’autant plus que maintenant le problème de l’invalidité de la « hiérarchie » conciliaire est avéré. (Suite à Pontificalis Romani du 18 juin 1968)
       
      La différence essentielle entre les CSI et les partisans (actuels) de la Thèse de Cassiciacum c’est que pour nous, il y a deux entités différentes entre l’Église catholique ET la secte Conciliaire… et la thèse de « l’Église éclipsé » est parfaitement logique.
       
      La secte conciliaire N’EST PAS l’Église catholique. Sa « hiérarchie » est totalement invalide (pour nous) et ne peut en aucun cas devenir « légitime » en cas de conversion… (Selon votre Thèse de Cassiciacum)
       
      Une fois comprise et assimilée la thèse de « l’Église éclipsé » donne (nous a donné) l’explication factuelle (et la lumière pour comprendre) de ce que le monde appelle « la crise de l’Église »… Alors que l’Église, qui est Sainte, ne peut pas être « en crise »… C’est la confusion entre les deux entités bien différente qui provoque une « crise » !
       

      • Avatar
        juin 24, 2015

        @ Cave

        Vous dites : « la secte conciliaire n’est pas l’Église Catholique ».

        Si pour dire cela vous n’utilisez que l’image de « l’Église éclipsée »,

        ce n’est pas possible.

        DANS UNE ÉCLIPSÉ L’ASTRE ÉCLIPSÉ NE CESSE PAS D’EXISTER, IL EST SEULEMENT DE MOINS EN MOINS  VISIBLE, C’EST TOUJOURS LE MÊME ASTRE.

        C’est factuel, ce n’est pas de l’idéologie, c’est ce que nous avons pu constater dans toutes les éclipses, quand la lune est passée devant le soleil, la terre n’a pas cessé d’exister, quand l’éclipse s’est terminée c’est bien la même terre qui est réapparue.

        Pour dissuader les « aveugles » de rallier la Rome apostate actuelle, utilisez donc les paroles de St Paul : « si un ange du Seigneur venait vous dire le contraire de ce que je vous ai toujours enseigné, qu’il soit ANATHÈME ».

        Les nouveautés enseignées depuis cinquante ans ne manquent pas et suffisent à discréditer les « conciliaires », sans avoir besoin d’invectiver qui que ce soit, et si cela ne fonctionne pas, il n’y a plus qu’à passer son chemin en secouant la poussière de nos sandales.

         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          juin 24, 2015

          V’là Morin qui découvre que l’eau bout à 100° !!!
           
          …et il veut m’expliquer le principe de l’éclipse !

           
          Où avez-vous lu que l’Église catholique disparaissait ??? quand on dit que « la secte conciliaire n’est pas l’Église Catholique » ???
           
          L’Église catholique (l’Église de Dieu) a les promesses de Jésus-Christ (son fondateur) Elle sera présente jusqu’à la « fin du monde »… mais pendant l’éclipse les gens (aveuglés) la voient moins…
           
          Quant aux très bonnes paroles de Saint Paul, elles ne contredisent EN RIEN l’éclipse actuelle de l’Église… puisque nous avons affaire à deux entités différentes ! est bien sûr les sectaires de l’« église » Conciliaire sont ANATHÈMES !!!
           

      • Avatar
        juin 30, 2015

        @ Cave

        De plus vous dites : « la secte conciliaire n’est pas l’Église … et ne peut en aucun cas devenir légitime en cas de conversion ».

        Vous déniez le droit à la repentance, ce droit qui est même un devoir vers lequel Nôtre Seigneur a axé toutes son enseignement.

        Un péché pardonné c’est comme s’il n’avait pas existé.

        Vous allez contre la parabole du fils prodigue qui à son retour fut accueilli dans la joie par son père et qui de plus le rétablit dans son droit d’ainesse.

        Et vous vous allez vous comporter comme son frère qui déplorait la décision de son père en disant : « ce n’est pas juste, je suis resté fidèle à mon père, j’ai travaillé jour et nuit, je n’ai pas dilapidé le patrimoine familial et voilà que je vais devoir me soumettre à mon frère. »

        Avec vôtre fausse interprétation de « l’éclipse » vous vous fourvoyez. Les paroles de St Paul jetant l’anathème sur ceux qui enseignent des choses différentes sont suffisantes pour se détacher de « la secte conciliaire ».

         

        • Cave Ne Cadas
          juin 30, 2015

          Et V’là Morin…qui continue (!!!) à faire LE MALIN !…
           
          Partisan de « la Thèse »…? l’morin ???
           
          Morin fait l’âne… en utilisant de bonnes chosesmal à propos !!!
           
          Car je ne déni en rien « le droit à la repentance » en disant ne peut en aucun cas devenir légitime en cas de conversion
           
          Car chacun sait que dans l’Église catholique, les apostats ou les hérétiques… s’ils étaient clercs, étaient expulsés du clergé et relégués dans un monastère pour y faire pénitence ; s’ils étaient laïcs, excommuniés et totalement retranchés de la communion des fidèles…
           
          Donc la logique pour ces faussaires conciliaires qui « reviendraient » (pour les plus anciens…que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître !!!), ou qui viendraient (pour les plus jeunes), serai qu’ils soient éloignés de l’ordre clérical et obligés de faire pénitence dans un monastère (jusqu’à la fin de leur vie !)…
          Je parle pour la « hiérarchie » conciliaire bien sûr… pas pour les « fidèles » aveugles…
           

          • Avatar
            juin 30, 2015

            Le Morin n’est partisan d’aucune thèse, le Morin cherche seulement à éclairer les évènements et les disputes à la lumière des enseignements du Christ qui nous a appris à juger selon l’esprit qui vivifie, plutôt que par la lettre qui tue.

            Tout les érudits se balancent à la figure des textes qui contredisent d’autres textes ; ils se contredisent car ils sont de « fabrication » humaine. Ce qui est sorti de la bouche du Christ n’est qu’Esprit.

            Il est toujours désolant de voir les « tradis » se déchirer, se dénigrer et s’invectiver.

            Que valent devant Dieu les invectives, pour défendre une juste cause.

            Du temps des premiers Chrétiens, les païens disaient d’eux : « voyez comme ils s’aiment ».

            Utiliser l’anathème que voue St Paul à ceux qui disent le contraire de ce qui a toujours été enseigné, pour combattre la Rome apostate est très certainement supérieur  aux interprétations hasardeuses d’une « éclipse »  afin de garder intact l’Esprit de l’enseignement de Nôtre Seigneur et l’unité des opposants aux nouveautés introduites par le concile.

            Le commun des mortel a vu un concile, voit un pape, des évêques, des cardinaux et des prêtres et vous vous dites : « ce n’est pas un concile, pas un pape …etc. » ;ce faisant, vous ne faites qu’ajouter une difficulté supplémentaire à la compréhension  d’une situation passablement compliquée.

            Rassembler la tradition autour de l’enseignement de St Paul sur l’anathème résoud tous les problèmes de compréhension liés à la nature humaine.

            Mais je ne me fais guère d’illusions, beaucoup de ceux qui ont émis des thèses selon la lettre, auront par orgueil du mal à s’en défaire au profit d’une humble pensée guidée par l’Esprit.

             

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              juin 30, 2015

              Il n’y a pas de « tradis » ici Morin… il n’y a que des catholiques semper idem !!!
               
              …et vous pensez « Utiliser l’anathème que voue St Paul » au « commun des mortel [qui] a vu un concile, voit un pape, des évêques, des cardinaux et des prêtres »… ça leur ouvre les yeux !!!
               
              Vous êtes bien niais ! en plus…
               

  7. Charles
    Charles lien permanent
    juin 23, 2015

    Monsieur Michel Louis…votre ton comminatoire, joint à votre repli « laborieux » en dit long sur votre état d’esprit vis à vis du catholicisme semper idem !!! Vous avez une idole : la Thèse de Cassiciacum…souffrez que nous n’ayons nous qu’un seul Dieu en Trois personnes, ce qui nous rejette à vos yeux dans le camp des « malhonnêtes »…des « incomplets »……des « injurieux » (= ceux qui ne partagent pas ou plus votre idolâtrie)…des « sans arguments »…des « inconscients »………etc…j’en passe et des meilleures ! ET vous avez le toupet de venir nous dire en face, que votre « charitable bonté » va jusqu’à accepter à vos Messes les quelques égarés semper idem qui se retrouvent à leur corps défendant  constituer la caution de vos propres égarements « ricossaniens » que vous prétendez confondre à dessein avec la thèse éteinte dans le temps de Mgr Guérard des Lauriers, de respectable mémoire. Vous ne tromperez que les idiots utiles — s’il y en a — et les quelques « addicts » à la Messe à tout prix et aux Sacrements, que je m’abstiendrai bien sûr de juger au for interne.

    Après la belle journée de Saint-Benoît-sur-Loire pendant laquelle notre clerc officiant, le Père Rigoberto,  puis Louis-Hubert Remy ainsi que Thierry Martin ont, par leurs édifiantes et instructives interventions, remis du baume au cœur aux quelques fidèles présents, vous venez jeter votre petit caillou au milieu de l’eau claire et salvatrice de la Mission Divine de la France et de la nécessité du règne du Christ Roy de France… Soit ! Mais nous n’avons pas besoin de donneurs de leçons qui nous font passer pour des lépreux qui quémandent des offices auprès de leurs frères tellement intelligents qu’il semblerait que nous ayons tout à apprendre et tout à gagner à rallier vos idoles… Le vrai visage des théseux de votre acabit se montre d’ailleurs sous son vrai jour dans un site scandaleux et de « droit divin » que vous connaissez tout aussi bien que moi !

    Pardonnez-moi mais « on » ne me la fait plus : on sait de quel camp vous êtes !

    Je laisse très éventuellement le soin à l’auteur de l’article de répondre — s’il a du temps à perdre — sommairement à vos allégations.

    J’ignore (et ne veux le savoir !) si vous étiez présent à St Benoît-sur-Loire, mais ce que je sais, c’est que le Saint Esprit ce 20 juin 2015 ne vous y avait fixé aucun rendez-vous !   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      juin 24, 2015

      Cher Charles,

      C’est quasiment certain que ce « Michel Louis » là, n’était pas présent le 20 juin, quoi que, s’il est celui auquel je pense, il n’habite pourtant pas loin du tout.

      Mais c’est une très bonne chose !

      Discuter de ce sujet avec certaines personnes n’a aucun intérêt, dialogue avec un sourd, goutant la provoc’. Nous avons déjà donné !

      Laissons les morts enterrer les morts, et, comme on le dit si bien …

       

      Vae Victis ! 

       

  8. Avatar
    Michel Louis lien permanent
    juin 24, 2015

    Je me doutais que le ton allait vite dégénérer… Aussi, je ne compte pas continuer ensuite… Je n’ai pas lu les messages de Charles et Laugier dont je connais le ton, les méthodes et l’esprit… Transeamus

    Je réponds par contre à Cave ne Cadas dont le ton (au moins cela) est plus respectueux. Je vous réponds, cher Monsieur, tout simplement qu’on ne répond pas à des pétitions de principe : vous exposez votre Thèse dans votre message, fort bien (je la connais), mais vous n’y donnez aucun argument, vous ne répondez pas aux quelques objections importantes que j’ai mis dans mon premier message… Pour ce qui est du « Secret de La Salette », il me semble que je vous ai montré que nous n’avons jamais essayé de « vous (les CSI !) moucher » comme vous me l’avez dit, avec des affirmations sans fondements, ni preuves, n’est-ce pas ?

    Pour ce que dit LHR, il est bien évident que la Thèse s’éteindra dans le temps ! car c’est un situation tout-à-fait anormale et violente !… que « les portes de l’enfer ne prévaudront pas » contre l’Église ! Qui peut être catholique et affirmer le contraire ???  Dans l’interview (que je connais, je pense, assez bien — attention les notes de LHR ne font pas partie de l’interview de Mgr Guérard ! —, Mgr Guérard affirme à plusieurs endroits, comme dans beaucoup d’autres de ses articles sur la situation de l’Église, qu’il faut absolument tenir que la succession apostolique aussi selon la Juridiction, et pas seulement selon l’Ordre doit continuer materialiter (et formaliter pour la 2ème évidemment), malgré la disparition progressive des sacres valides (qui vous a contredit sur l’invalidité in praxi des sacres Novus Ordo ?).

    Enfin, cher Monsieur, ai-je parlé de « crise de l’Église » ??? NON. Jamais. Je parle de crise dans l’Église : c’est différent. Car des crises dans l’Église, il y en a eu tout au long de son histoire.

    Je clos la discussion de mon côté pour beaucoup de motifs. Laugier, Charles et Compagnie peuvent continuer à écrire, sans problème… Je prie pour vous tous.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juin 24, 2015

      Mais puisque Mgr Guérard et vous-même mon cher Michel Louis, reconnaissez l’extinction de la Thèse dans le temps (qui pour nous est advenue) le problème souvent évoqué de toutes parts et par vous présentement…de la succession apostolique et de la Juridiction ne peuvent pas continuer formellement et matériellement sans la validité de l’Ordre…
       
      Pour la « succession apostolique », elle est présente matériellement dans les Évêques non una cum validement sacrés… et formellement dans les Évêques una cum de Mgr Lefebvre validement sacrés…
       
      Quant à la « Juridiction », Notre Seigneur Jésus-Christ y pourvoit puisque c’est une notion dans l’Église en ordre… (là je vous rejoint : Église en désordre = Église « en » crise !)
       

  9. Avatar
    Michel Louis lien permanent
    juin 24, 2015

    Cher Monsieur,

    Je fais une entorse à mon annonce en vous répondant rapidement puisque vous m’objectez réellement cette fois-ci (et sans user d’injures – cf Ch. et L. –  ou d’affirmations gratuites !)

    Nous nous rejoignons sur deux autres points (DEO gratias) :

    — pas de Juridiction habituelle puisque pas de Pape,

    — une crise sans précédent dans l’Église.

    Je nie le reste de vos affirmations :

    — la succession apostolique doit durer jusqu’à la fin du monde dans sa Hiérarchie selon l’Ordre et selon la Juridiction car ces deux aspects de la Hiérarchie font partie de la constitution divine de l’Église.

    — Selon l’Ordre, elle continue chez les évêques fidèles, donc qui ne reconnaissent pas l’autorité de Bergoglio (en fait, vous êtes d’accord avec nous là-dessus, dans votre dernier message, il y a juste une inversion involontaire dans les mots employés, c’est évident http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif ).

    — Selon la Juridiction, elle continue chez les modernistes matériellement (et non formellement bien sûr). Vous ERREZ (de bonne foi sans doute) en pensant qu’il soit nécessaire pour cela les Ordres sacrés valides : il y a une distinction réelle entre les deux aspects de la Hiérarchie catholique (Ordre – Juridiction) qui sont faits en effet pour être unis, ce qui est le cas dans l’Église en Ordre, mais qui peuvent être de façon extraordinaire séparées. Cela arrive aussi, mais de façon ponctuelle, dans l’Église en ordre : par exemple, des évêques étaient nommés dans des diocèses et ils les gouvernaient avec entière Juridiction habituelle (qui leur venait évidemment du Pape) en attendant le Sacre qui parfois leur était conféré des mois après.

    — Oui, Notre-Seigneur pourvoit aujourd’hui à la Juridiction dans l’administration des Sacrements de façon non habituelle, mais per modum actus* (ce qui est bien différent !), mais Il ne peut pas se contredire et faire que ce qu’Il institua comme faisant partie de la constitution divine de l’Église disparaisse : la Hiérarchie selon la juridiction. Si vous pensez qu’elle n’existe plus matériellement, vous affirmez sans le vouloir et indirectement que l’Église a changé dans sa constitution divine !!!  http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif ABSIT, disent les théologiens ! C’est impossible ! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    Enfin, je finis par une analogie qui ne se veut pas méchante, même si un peu ironique, je l’admets volontiers !  :

    de quel droit ceux qui adhèrent à la Thèse de l’Église éclipsée affirment-ils être les seuls Catholiques Semper Idem à l’exclusion des catholiques adhérant à la Thèse du Père GUÉRARD des LAURIERS ? comme de quel droit les Républicains de Sarkozy affirment-ils être les seuls indignes (dans ce cas) de ce nom ? http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    Vous m’excuserez, cher Monsieur, de rentrer désormais dans mon silence, laissant Charles ironiser ( de façon un peu plus méchante… http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif ) sur celui-ci !
     

     


    (*) PER MODUM ACTUS, c’est-à-dire à chaque particulier posé par les évêques et les prêtres fidèles dans l’Église en état de privation d’Autorité, contrairement à la Juridiction qui réside de façon habituelle dans le Pape, les évêques et les Curés unis à lui.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juin 24, 2015

      Une dernière remarque moi aussi,
      …pour la Juridiction non lié à la validité de l’ordre ; soit ! (j’attends la réponse d’un théologien qui a travaillé sur Rore Sanctifica)
       
      Mais le problème est tout autre. Pour les tenants de la thèse de l’Église éclipsé ; la secte Conciliaire et l’Église catholique sont deux entités différentes (sinon il n’y a pas « éclipse » !!!).
      Donc pour nous, les Modernistes — comme vous les appelez — ne peuvent avoir Juridiction (même materialiter) dans l’Église catholique puisqu’ils n’en font pas partie
       
      C’est comme si vous acceptiez qu’un Anglican ou un Protestant puisse avoir Juridiction matériellement dans l’Église catholique sous prétexte que l’un ou l’autre était catholique (vient du catholicisme) dans le passé [50 ans pour les conciliaires, 1500 pour les protestants ou les anglicans…c’est tout même ! le Bon Dieu ne compte pas, bien que c’est lui qui a créé les mathématiques… (ou du moins, son temps n’est pas le nôtre !!!)] et s’ils envahissaient nos églises ou nos institutions Catholiques… Rome et Cie…
       

  10. Avatar
    Laurent Henri lien permanent
    juin 24, 2015

    Merci de nous rappeler de nouveau votre position, nous la connaissons ! La question est de fournir des preuves de ce que l’on avance, comme vous le disait Michel Louis plus haut ! Sinon, c’est une pétition de principe.

    Le théologien qui a travaillé aussi sur cette question de la distinction réelle entre Hiérarchie selon l’Ordre et Hiérarchie selon la Juridiction existe déjà, mais vous ne l’avez pas lu sans doute, et ceux des « CSI » qui l’ont lu l’ont oublié… si ce n’est peut-être son interview fait par l’Institut Mater Boni Consilii en 1985 à Mgr GUERARD avec… les notes bien sûr de… LHR…
     

Les commentaires sont fermés.