Aller au contenu

Abbé Louis J. Campbell : les plus grands péchés sont ceux relevant du blasphème

2015 janvier 26

 

Voici un sermon qui explique clairement la situation de ces dernières semaines…

 

Abbé Louis J. Campbell (1)

Abbé Louis J. Campbell

Troisième Dimanche après l’Épiphanie, 25 janvier 2015

« … sages à vos propres yeux. » (Rom. 12 : 16b)

 

Au Dieu Tout-Puissant, notre Divin Créateur, nous autres humains avons le devoir d’adresser les plus grandes louanges et actions de grâces. Elles sont infiniment plus grandes que nous n’en sommes capables, mais du fait de la Miséricorde divine, notre Sauveur Jésus-Christ a adressé à Dieu Son Père d’infinies louanges et actions de grâces par Sa mort douloureuse sur la Croix du Calvaire. Et au moyen du Saint Sacrifice de la Messe, Il nous a permis d’agir de même en offrant – par les mains du prêtre et en union avec le Fils de Dieu – d’infinies louanges et actions de grâces à la Sainte Trinité. C’est à cela que nous sommes appelés par notre Baptême. C’est cela que nous devons faire.

D’autre part, les plus grands péchés sont ceux relevant du blasphème. C’est pourquoi le Catéchisme du Concile du Trente parle de l’énorme culpabilité de « ceux qui d’une bouche impure et souillée osent blasphémer et maudire le nom adorable de Dieu, ce nom digne de toutes les bénédictions et de toutes les louanges des créatures, ainsi que le nom des Saints qui règnent avec Lui dans le ciel. Ce crime est si horrible et si monstrueux, que parfois nos Saints Livres pour le nommer se servent du mot [contraire] bénédiction. » (Sur le Deuxième Commandement).

Lors de Son procès devant le Sanhédrin des Juifs, Jésus fut accusé de blasphème, et c’est sur la foi de cette charge – après qu’il eut admis qu’il était le Fils de Dieu – qu’il fut condamné à mort. Et le grand prêtre déchira ses habits en disant :

« “Qu’avons-nous besoin de témoins ? Vous avez entendu le blasphème ; que vous en semble ?” Tous prononcèrent qu’il méritait la mort. » (Marc, 14 : 63, 64)

 

 Blasphème

 

Or, le blasphème est à la une de l’actualité. Les musulmans sont outragés par les dessins représentant leur “prophète Mahomet” sur les couvertures de l’hebdomadaire satirique parisien Charlie Hebdo. Cela n’a rien de surprenant. Mais les chrétiens ont encore plus de raisons d’être outragés que les musulmans, à cause des dessins blasphématoires de “Charlie” sur la Sainte Trinité, sur Jésus-Christ, le Verbe fait chair, et sur la Très Sainte et Immaculée Vierge Marie. Ce sont les dessins les plus blasphématoires et les plus abominables que j’aie vus de toute ma vie, longue déjà de plus de quatre-vingts ans.

Ils partagent la culpabilité de Charlie Hebdo, tous ces dirigeants du monde qui se sont rassemblés à Paris pour célébrer la mémoire des victimes de l’attaque musulmane et manifester leur soutien à Charlie Hebdo. Coupables aussi sont ceux qui crient « Je suis Charlie » en brandissant des pancartes où figure le même texte. Ils crient en faveur de la liberté de parole et de la liberté de la presse, agitant des stylos et des crayons pour faire valoir leur point de vue. Mais la liberté de parole et la liberté de la presse doivent avoir leurs limites.

Certes, ceux qui publient des journaux ou des magazines ne doivent pas subir des pressions ou des injonctions de la part du gouvernement ou d’autres instances quant à ce qu’ils peuvent publier ou non. Mais cela ne signifie pas qu’ils soient autorisés à dire tout ce qui leur plaît. Ils sont tenus par les Commandements de Dieu tout comme le commun des mortels que nous sommes. Ils ne sont pas libres de publier des choses licencieuses qui pervertissent l’esprit des gens, ni de promouvoir de fausses idéologies qui éloignent ceux-ci de Dieu ou de Sa Sainte Église. Et il en va de la liberté d’expression comme de la liberté de parole.

Nous ne sommes PAS libres d’appeler le mal bien et le bien mal. Nous ne sommes PAS libres de blasphémer le saint Nom de Dieu le Père, ni celui de Son Divin Fils Jésus-Christ, ni celui de Marie, la Très Sainte Mère de Dieu ! Nous ne sommes PAS libres de scandaliser l’innocent et d’insulter grossièrement d’autres êtres humains. Nous ne sommes PAS libres de voter des lois qui vont à l’encontre des Saints Commandements de Dieu ! Jésus a eu des paroles de colères pour les Pharisiens qui L’accusaient de manière blasphématoire de chasser les démons par le pouvoir du Prince des démons, et il les a conclues par ce sévère avertissement :

 

« Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront dite. Car tu seras justifié par tes paroles, et tu seras condamné par tes paroles. » (Mt. 12 : 36, 37)

 

Les gens de Charlie Hebdo ont une attitude de provocation frontale qui pourrait constituer le détonateur de la Troisième Guerre Mondiale, mais ils ne veulent pas en entendre parler. Les musulmans se préparent pourtant à un grand Djihad. Ils vont marcher sur l’Europe, ils la dévasteront de manière catastrophique, et le monde entier paiera en subissant des souffrances et des destructions inimaginables.

Le PÉCHÉ, ce n’est PAS DRÔLE ! Nous ne devons pas rire devant ces publications, ces émissions de télévision ou ces vidéos circulant sur l’Internet qui présentent le péché sous des dehors hilarants. Or, le blasphème est le plus grand de tous les péchés ! Les nations ont appelé sur leurs têtes la juste colère de Dieu. N’avons-nous pas nous-mêmes assisté tout dernièrement à cet appel, salué par les applaudissements d’un grand nombre ? Dieu nous avertit par le prophète Isaïe :

 

« Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal […] Malheur à ceux qui sont sages à leurs propre yeux, et intelligents à leur propre sens […] C’est pourquoi, comme la langue de feu dévore le chaume, et comme l’herbe sèche s’abîme dans la flamme, leur racine sera semblable à la pourriture, et leur fleur sera emportée comme la poussière […] car ils ont rejeté la loi de Yahweh des armées, et méprisé la parole du Saint d’Israël. » (Is. 5 : 20a, 21, 24)

 

Les anges guerriers de Dieu, avec leurs épées enflammées, volent au-dessus du monde coupable :

 

« Devant lui la terre tremble, les cieux s’ébranlent, le soleil et la lune s’obscurcissent, les étoiles perdent leur éclat. Yaweh fait entendre sa voix à la tête de son armée ; car immense est son camp, car puissant est l’exécuteur de sa parole. Car le jour de Yaweh est grand et très redoutable ; et qui pourrait le soutenir ? » (Joël 2 : 10,11)

 

Que vienne une guerre mondiale, un tremblement de terre ou le feu du ciel, Dieu ne laissera pas périr les Siens. Mais nous devons nous détourner du péché IMMÉDIATEMENT et chercher refuge dans le Sacré Cœur de Jésus ainsi que dans le Cœur Immaculé de Marie. Nous osons encore espérer qu’en nous tournant vers Dieu avec un vrai repentir, nous pourrons trouver un lieu sûr dans ce monde livré au chaos.

 

« Mais maintenant encore – oracle de Yaweh, revenez à moi de tout votre cœur, avec des jeûnes, avec des larmes et des lamentations. Déchirez vos cœurs, et non vos vêtements, et revenez à Yaweh, votre Dieu ; car il est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté, et il s’afflige du mal qu’il envoie. » (Joël 2, 12, 13)

 

 

 

*
*     *

 

 

 

 

 

Source : http://www.cathinfo.com/catholic.php?a=topic&t=35370&min=3&num=3

Traduction : le CatholicaPedia.net

(Que notre traducteur soit encore une fois et toujours remercié pour son travail professionnel)

 

 


[1] L’abbé Louis J. Campbell est né à Brooklyn, New York, le 1er Novembre, 1932. Pour éviter les effets de la Grande Dépression, ses parents l’ont ramené en 1934 à l’île du Cap-Breton dans leur Nouvelle-Écosse natale, où il a grandi. Il est diplômé de l’Université St. Francis Xavier à Antigonish, en Nouvelle-Écosse, en 1956, et la même année a rejoint l’Ordre de Saint-Augustin. Après des études de séminaire au séminaire St. Francis à South Milwaukee, Wisconsin, et de l’Université Saint-Paul à Ottawa, en Ontario, il a été ordonné à la prêtrise le 3 Septembre 1961.

Au cours de ses 40 années avec les Augustins au Canada, le Père Campbell servi comme maître des novices, et était avant le monastère à Delta, en Colombie-Britannique, Racine, Wisconsin, et King City, en Ontario. Après plusieurs années comme curé de la paroisse Sacré-Cœur à King City, il a été autorisé par les Augustins à se joindre à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, où il reprend la célébration de la messe traditionnelle latine. Avec la Fraternité il était pasteur pendant trois ans à la paroisse St. Michael à Scranton, Pennsylvanie, et pendant deux ans à Saint-Clément à Ottawa, en Ontario, avant d’accepter l’invitation d’un groupe de catholiques traditionnels dans la région de Houston pour être aumônier au Sanctuaire Saint-Jude à Stafford, Texas, son emplacement actuel.

Les sermons du père Campbell sont envoyés par e-mail aux personnes et aux groupes de catholiques traditionnels partout dans le monde, et certains d’entre eux ont été publiés dans un livre intitulé The Little Book of Sermons pour les derniers temps.

Le titre de ses sermons du quotidien catholique sont à juste titre appelé « Qui légitime, intelligat »« Que celui qui lit comprenne ! » — qui sont les mots Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ transportés dans des termes sans équivoque à ses disciples, enregistrées dans Matthieu 24: 15, en parlant de l’abomination de la désolation prédite par le prophète Daniel et ces temps qui, de tous les signes et les événements, nous sommes très proches ou à l’époque même où il se réfère.Cet Évangile est aussi le dernier Évangile de l’année liturgique, en cours de lecture chaque 24 dimanche après la Pentecôte, juste avant le premier dimanche de l’Avent.

(Matthieu 24: 15 : « Quand donc vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, dressée en un lieu saint, — que celui qui lit comprenne ! —)

Source : http://www.dailycatholic.org/frlcbio.htm

 

Mel Gibson qui a financé la construction de la chapelle “Église de la Sainte Famille” s’est procuré les services du Révérend Père Louis Campbell, prêtre catholique traditionaliste désormais indépendant.

 


 
Vous pouvez aussi suivre ce lien pour participer à la discussion sur le Forum du CatholicaPedia :
http://wordpress.catholicapedia.net/forums/sujet/abbe-louis-j-campbell-les-plus-grands-peches-sont-ceux-relevant-du-blaspheme/
 


 

10 réponses
  1. Nordland
    Nordland lien permanent
    janvier 26, 2015

    En ce 26 janvier, fête de saint Polycarpe :
     
    Année liturgique de Dom Guéranger :

    Cultivez encore du haut du ciel, ô Polycarpe, ce champ de l’Église, que vous avez fécondé par vos labeurs et arrosé de votre sang. Rétablissez la foi et l’unité au sein des Églises de l’Asie qui furent édifiées par vos mains vénérables. Hâtez, par vos prières, la dissolution de l’Islamisme, qui n’a dû ses succès et sa durée qu’aux tristes effets du schisme byzantin. Souvenez-vous de la France à qui vous avez envoyé d’illustres Apôtres, martyrs comme vous. Bénissez paternellement l’Église de Lyon qui vous révère comme son fondateur par le ministère de votre disciple Pothin, et qui prend elle-même une part si glorieuse dans l’Apostolat des Gentils, par son Œuvre de la Propagation de la Foi.

    1er extrait de la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens

    Quiconque, en effet, ne confesse pas que Jésus-Christ est venu dans la chair, est un antichrist ; et celui qui ne confesse pas le témoignage de la Croix vient du diable ; et celui qui détourne les paroles du Seigneur selon ses propres désirs et ne reconnaît ni résurrection ni jugement, celui-là est premier-né de Satan. C’est pourquoi abandonnons la vanité des foules et les enseignements mensongers pour revenir à la parole qui nous a été transmise dès le commencement ; restons sobres pour pouvoir prier, persévérons dans les jeûnes, supplions dans nos prières le Dieu qui voit tout de ne pas nous induire en tentation, car, le Seigneur l’a dit, l’esprit est prompt, mais la chair est faible.

    2ième extrait de la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens

    Quand vous pouvez faire le bien, ne différez pas, car l’aumône délivre de la mort. Soyez tous soumis les uns les autres, gardant une conduite irréprochable parmi les Païens, pour que vos bonnes œuvres vous attirent la louange, et que le Seigneur ne soit pas blasphémé à cause de vous. Mais malheur à celui qui fait blasphémer le nom du Seigneur. Enseignez donc à tous la sagesse dans laquelle vous vivez vous-mêmes.

     

  2. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    janvier 27, 2015

    De quoi ramollir les plus endurcis :

     

    La Prière de Saint Augustin d’Hippone 

    « Sous vos yeux, ô Seigneur, nous portons le fardeau de nos fautes » : 

    « Sous vos yeux, ô Seigneur, nous portons le fardeau de nos fautes,
    et nous portons en même temps les plaies qu’elles nous ont faites.
    Si nous pesons le mal que nous avons fait, ce que nous souffrons n’est rien et nous méritons bien plus. Grave est le mal que nous avons commis ; léger ce que nous avons à souffrir.
    Nous éprouvons la peine du péché ; et cependant, nous ne renonçons pas à notre obstination dans le péché.
    Vos châtiments écrasent notre faiblesse, et notre iniquité reste toujours la même.
    Notre volonté mauvaise se sent torturée, mais nous ne courbons pas la tête.
    Notre vie se passe dans les soupirs de la douleur, mais elle ne s’amende pas dans ses actions.
    Si Vous temporisez, point de retour de notre part ; si votre bras vengeur nous frappe, nous nous rebutons.
    Dans les châtiments, nous confessons nos fautes ; mais à peine Vous êtes-vous éloigné, que déjà nos larmes sont oubliées.
    Si votre bras s’abaisse, nous promettons tout ; mais le glaive reste-t-il suspendu nous ne tenons plus aucun compte de nos promesses.
    S’il arrive que Vous frappiez, nos cris de peine s’élèvent vers Vous ; à peine avez-Vous pardonné, que déjà nous provoquons de nouveau votre juste vengeance.
    Ah ! Seigneur, voilà devant Vous des coupables en aveu : si Vous ne nous faites grâce, nous le savons, une juste sentence nous frappera.
    Ô Père tout-puissant, nous ne méritons rien, mais accordez-nous ce que nous demandons, Vous qui avez fait de rien les hommes, pour implorer votre Nom !
    Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.
    Amen. » 

    Saint Augustin d’Hippone (354-430)
     

  3. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    janvier 27, 2015

    L’astuce infernale a été : Je suis Charlie = Je suis un blasphémateur, principalement de la vraie religion, accessoirement  de l’Islam, car  je suis du Grand-Orient.
     

    • Edouard Marie Laugier
      Edouard Marie Laugier lien permanent
      janvier 27, 2015

      Peut-on parler de blasphème pour les fausses croyances ?

      • Avatar
        janvier 27, 2015

        Il y a encore beaucoup de « tradis » qui croient que l’Islam est une religion.

        Nôtre seigneur Jésus Christ serait alors le fils d’Allah, mais pas de bol, dans le coran Jésus n’est pas le fils d’Allah, seulement un prophète.

        De plus toujours d’après le coran toute conversion au Christianisme est punie de mort.

        « qui n’est pas avec moi est contre moi »

        L’Islam n’est qu’une secte satanique !
         

        • Edouard Marie Laugier
          Edouard Marie Laugier lien permanent
          janvier 27, 2015

          Parfaitement !!

          Une de plus. Il faut être ignorant ou de mauvaise foi pour prétendre le contraire. Un ami est en train de copier des passages de la RISS à propos de Guénon. Je vais voir si c’est possible de les mettre en ligne.
           

      • Ludovicus
        Ludovicus lien permanent
        janvier 28, 2015

        De fait, on ne peut pas parler de blasphème pour les fausses religions, telles la secte mahométane et la secte judaïque, qui sont elles-mêmes des injures à la Vérité, mais je m’exprimais selon leur mode, ce qui est mauvais, vous faites bien de le remarquer.

        Voilà ce que disait saint Jean Chrysostome, docteur de l’Église, à propos des injures envers Dieu, qui ne blessent que ceux qui les profèrent :
         

        « Qui est béni dans les siècles.
        Ainsi soit-il.
        Mais Dieu n’en a point souffert, ajoute-t-il ; car il est béni dans les siècles. Il montre ici que si Dieu les a abandonnés, ce n’est point pour se venger, puisqu’il n’a éprouvé aucun dommage. S’ils lui ont fait injure, leur injure ne l’a point atteint ; sa gloire n’en a point été diminuée, mais il demeure toujours béni. Car si souvent un philosophe ne souffre point des injures qu’on lui adresse, à bien plus forte raison Dieu, nature indestructible et immuable, gloire invariable et immortelle. Et c’est en cela que les hommes ressemblent à Dieu, quand ils ne souffrent point des outrages, des injures, des coups, des railleries dont on les poursuit. Et comment cela se peut-il, direz-vous ? Cela est possible, très-possible : c’est en ne s’affligeant point de ces accidents. Et comment, dites-vous encore, ne pas s’en affliger ? Eh ! comment peut-on s’en affliger au contraire ? Dites-moi : si votre petit enfant vous injuriait, prendriez-vous ses injures pour des injures ? Vous en affligeriez-vous ? Pas le moins du monde ; autrement, ne seriez-vous pas ridicule au dernier point ? Soyons dans les mêmes dispositions à l’égard du prochain, et nous n’éprouverons rien de fâcheux, (ceux qui injurient ont moins de raison que des enfants) ; ne cherchons point à éviter les injures, supportons courageusement celles qu’on nous adresse, car c’est là le véritable honneur. Pourquoi ? parce que vous êtes le maître de souffrir l’injure, et un autre est maître de vous l’infliger. Ne voyez-vous pas le diamant renvoyer les coups dont on le frappe ? mais, direz-vous, c’est sa nature. Vous pouvez par volonté devenir ce qu’il est par nature. Quoi, n’avez-vous pas vu les trois enfants rester sains et saufs dans la fournaise ? Daniel ne rien souffrir dans la fosse aux lions ? Cela peut se reproduire encore aujourd’hui, car nous avons encore des lions, la colère, la concupiscence, armés de dents terribles et prêts à déchirer leurs victimes. Soyez donc semblable à Daniel, et ne souffrez point que les passions portent la dent sur votre âme. Mais, direz-vous, la grâce faisait tout chez Daniel. C’est vrai, mais soit parce que sa volonté la dirigeait. En sorte que si nous voulons lui ressembler, la grâce est encore là pour nous aider ; et quoique tourmentées par la faim les bêtes féroces ne vous toucheront pas. Si elles ont respecté le corps d’un esclave, comment ne s’apaiseraient-elles pas à la vue des membres du Christ ? (Car, en qualité de fidèles, nous sommes les membres du Christ). Si donc elles ne s’apaisent pas, la faute en est à ceux qui deviennent leur proie. Il en est, en effet, beaucoup qui fournissent une abondante pâture à un lion, en entretenant des femmes perdues, en commettant l’adultère, en se vengeant de leurs ennemis ; en sorte qu’ils sont déjà déchirés avant de toucher le sol. Cela n’arriva point à Daniel, et ne nous arrivera point non plus si nous le voulons ; nous serons même encore plus favorisés que lui. »

         
        Extrait Homélie 3 sur l’épître aux Romains

         

Les commentaires sont fermés.