Aller au contenu

Abbé Bruno Schaeffer — R.I.P. —

2013 août 12

Prions pour le repos de l’âme de M. l’abbé Bruno Schaeffer

 

Le District de France de la F$$PX à publié le Communiqué suivant :

Communiqué du District de France

Avis de décès et de funérailles Suresnes, le 9 août 2013

 2903326603

Décès de M. l’abbé Bruno Schaeffer, 

moine bénédictin, le vendredi 9 août 2013

 

 

Nous confions à vos prières le repos de l’âme de M. l’abbé Bruno SCHAEFFER.

Monsieur l’abbé SCHAEFFER est décédé très saintement dans la nuit du 8 au 9 août à 3 heures du matin, toute la communauté bénédictine étant présente autour de lui.

Il avait fait sa profession monastique le mardi 6 août dernier en la fête de la Transfiguration.

La messe d’enterrement, célébrée par M. l’abbé Régis de Cacqueray, aura lieu le : Mardi 13 août 2013 à 10 H 30 en l’abbaye bénédictine de BELLAIGUE

Il sera également enterré dans le cimetière de la communauté.

* * *

Ab-Bruno-Schaeffer_Ordination-SacerdotaleOrdonné validement par Mgr Ngo Dinh Thuc, il a officié à l’église Saint Nicolas du Chardonnet (où il était réputé non una cum). Gravement malade depuis quelques années, opéré en août 2010, Virgo-Maria avait lancé deux neuvaines pour l’abbé Bruno Schaeffer, les 21 mars 2010 et 25 juillet 2010. L’abbé de Cacqueray (supérieur du District de France de la FSSPX, aux ordres des abbés Celier et Lorans) s’était à ce moment là abstenu de toute démarche spirituelle semblable, à propos de son confrère l’abbé Bruno Schaeffer, très malade…

VM n°826: http://www.virgo-maria.org/articles_HTML/2010/007_2010/VM-2010-07-25/VM-2010-07-25-A-00-Neuvaine_abbe_Schaeffer.html

Depuis lors, les relations entre l’abbé de Cacqueray et l’abbé Schaeffer ont semble-t-il évoluées suite peut-être (certainement ? $$) au don de l’abbé de son Prieuré de Notre Dame de le Sainte Espérance à Couloutre :

En mars 2012, après ses nombreux soucis de santé, Monsieur l’Abbé Schaeffer s’est déchargé du Prieuré de Notre Dame de le Sainte Espérance. Depuis la rentrée de septembre 2012, il a donné le château aux Dominicaines de Fanjeaux, qui y tiennent une école. Il continue d’habiter la ferme et a donné le Prieuré à la Fraternité Saint Pie X, l’aumônier actuel étant l’Abbé Joël Malassagne après l’Abbé Nicolas Pinaud.

chateau-couloutre

Une école catholique hors contrat ouvre dans un mois (Le J.D.C. du 31/01/2012) :

http://www.lejdc.fr/nievre/actualite/departement/nievre-local/2012/01/31/une-ecole-catholique-hors-contrat-ouvre-dans-un-mois-183271.html

* * *

Prêtre atypique et très érudit, l’abbé Schaeffer était apprécié par tous (de l’una-cum aux non-una-cum…) (!!!)

Entrée à Écône en 1976, prié de se retirer en Mars 1977 (expulsé !) sous la profession de professeurs libéraux dont plusieurs disent depuis la nouvelle Messe. Sous l’autorité du RP Dom Gérard jusqu’en Décembre 1979, chassé au Monastère Ste Madelaine (du Barroux) pour n’avoir pas voulu accepter la validité de la “Nouvelle messe” et la légitimité de Jean-Paul II. Il recevra néanmoins l’Ordination Sacerdotale de Mgr. Ngô-dinh-Thuc le 19 Décembre 1981 à Toulon.

Oblat bénédictin, il est enfin devenu moine avant d’entrer dans son éternité. Bellaigue lui doit beaucoup. On se souviens d’avoir vu le Père Ange chez l’Abbé Schaeffer à Paris, en 1999, alors que les moines cherchaient à fonder en France.

 

 

Ab-Bruno-Schaeffer_Ordination-Sacerdotale_3

Ordination Sacerdotale de l'Abbé Bruno Schaeffer par Mgr. Ngô-dinh-Thuc le 19 Décembre 1981 à Toulon.

 

Ab-Bruno-Schaeffer_Ordination-Sacerdotale_2

L'Abbé Bruno Schaeffer, prêtre pour l'éternité.

 

Curriculum Vitae de l’abbé Bruno Schaeffer

Publié dans EINSICHT “Jahrgang-12” Mai-1982, page 9

 

Né le 20 Janvier 1948 à St. Nazaire (44).
Études primaires et secondaires chez les Frères de Ploërmel et chez les Pères Eudistes.
Études Supérieures à l’Université de Nantes (Licence en Droit Privé).
Études de Doctorat en Histoire du Droit et en Sciences Politiques à l’Université de Paris.
Diverses postes d’Enseignement : Professeur École des Langues et des Affaires, Moniteur travaux Pratiques à l’Université de Nantes puis de Paris.
Direction de Camps de Jeunes depuis 1968.
Fondateur de la Fraternité St. Joseph et des Scouts-Notre-Dame de France.
Entrée à Écône en 1976, prié de se retirer en Mars 1977 sous la profession de professeurs libéraux dont plusieurs disent depuis la nouvelle Messe.
Fondation au Prieuré Notre Dame de Fonsalette en Octobre 1977 devant devenir la Maison des Oblats Réguliers de St. Benoît.
Sous l’autorité du RP Dom Gérard jusqu’en Décembre 1979, chassé au Monastère Ste Madelaine pour n’avoir pas voulu accepter la validité de la “Nouvelle messe” et la légitimité de Jean-Paul II.

Ordination Sacerdotale par Mgr. Ngô-dinh-Thuc le 19 Décembre 1981.

http://catholicapedia.net/Documents/Einsicht/documents/FR/1982-05_EINSICHT_Jahrgang-12_Heft-01_Mai-1982_FR_Page9.pdf

 

Schaeffer001

L’Abbé Bruno Schaeffer, oblat régulier de saint Benoît, rejoint néanmoins la F$$PX où il est finalement accepté comme prêtre auxiliaire…

Ami de la F$$PX, en 2009 il est doyen des études d’Histoire à l’Institut Universitaire Saint-Pie X et ensuite vicaire à Saint Nicolas du Chardonnet.

“Non una cum” ou pas ?

 

Les avis sont partagés comme toujours en pareil cas lorsque la situation n’est pas claire et affichée franchement… La Fraternité professant publiquement son una cum, Mgr Fellay – anti sédévacantiste acharné (au moins pour les plus démunis “sans patrimoine immobilier” !) l’ayant accepté…

En réalité, on peut être sédévacantiste au sein de la Fraternité, comme le sont les abbés Guéguen au Canada où l’abbé Schaeffer (un guérardien) qui confesse à saint Nicolas du Chardonnet. Seulement, il ne faut pas le mentionner publiquement.

D’aucun disent qu’il chantait Oremus pro Pontifice nostro Benedicto à Saint Nicolas du Chardonnet d’autres, comme l’abbé Grossin le classait dans le camp “de ceux qui cherchent un accord avec le Vatican d’Eux”…

Oblat bénédictin de longue date, il est enfin devenu moine avant d’entrer dans son éternité à Bellaigue où il reposera, mais l’Abbé Chazal dans sa lettre du 21 septembre 2012 ayant dit que deux moines avaient quitté l’Abbaye de Bellaigue parce qu’ils sont (à l’Abbaye) en faveur de l’accord…

Dieu à jugé !…

Voici les différents avis :

“Une juste notion de l’autorité”

Article de l’abbé Xavier Grossin, dans La Tour de David, n° 28 Septembre-Octobre 2004

http://frat.canalhistorique.free.fr/200412/20041201_grossin.htm

Cette Fraternité a toujours été divisée en deux camps :

1- Ceux qui cherchent un accord avec le Vatican d’eux, une reconnaissance canonique (juridique) par « eux », afin de ne pas devenir soi-disant « schismatiques » à plus ou moins long terme. Les prêtres qui se reconnaissent dans ce courant sont les abbés Aulagnier, de Tanoüarn, Célier, Schaeffer, Laguérie, Héry, Bonneterre, pour les plus connus.

2- Ceux qui ne veulent en aucun cas, et sous aucun prétexte, être récupérés par « eux ». De ce courant sont Mgr Williamson, Mgr de Galaretta, l’abbé Pivert, l’abbé Vignalou, l’abbé François, l’abbé André.

(…)

La nature ayant horreur du vide, certains se sont autoproclamés « maîtres à penser » de Tradiland. Je veux parler de l’abbé de Tanoüarn, l’abbé Célier, l’abbé Schaeffer : le trio infernal de l’Institut Saint Pie X, tous les trois « doyens » d’une section.

* * * * *

L’abbé Schaeffer est chaque année aux ordinations à Écône, par ailleurs, aux saluts du Saint-Sacrement dudit abbé à Saint-Nicolas, vous ne manquerez pas le : Oremus pro Pontifice nostro Benedicto.

Pour “Pluchon” (sur les fora)  cela ne fait pas de doute : « …J’ajouterais également que si on lui demande s’il est ou non una cum, il ne se défile pas, et qu’il suffit d’être son cérémoniaire (ainsi que cela m’arrive régulièrement) pour s’en rendre compte… »

http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=34545&sid=0d6702e54902c3cb84699fc987fb3f45&mforum=lelibreforumcat#34545

Ennemond, le perroquet de Suresnes, “l’homme qui saute sur les cercueils” (voir ci-dessous) rapporte aussi le fait :

« On dit que je suis un guérardien tradi-oecuméniste ! En fait, de guérardien, il n’en avait que l’ombre puisqu’à Saint-Nicolas on ne peinait nullement à l’entendre entonner l’oremus pro pontifice nostro Benedicto lors des saluts. »

* * *

Ennemond a de suite récupéré sous forme de panégyrique, la mémoire de l’Abbé Schaeffer sur le Forum Catholique :

En 1974, Chaban-Delmas avait publié une dépêche annonçant sa candidature aux élections présidentielles, alors que les funérailles de Georges Pompidou n’étaient pas encore terminées. Un député s’était fendu d’un mot cruel mais juste : il a sauté à pieds joints sur le cercueil du défunt.

Voilà exactement la démarche d’Ennemond. On connaissait “l’homme qui rit dans les cimetières” (Poincaré d’après Bernanos).  Voici “l’homme qui saute sur les cercueils”.

 

Schaeffer003

9 août 2013

[Ennemond] M. l’abbé Bruno Schaeffer, oblat de saint Benoît

SOURCE – Ennemond – 9 aout 2013

R.P. Bruno Schaeffer, osb, devrais-je dire.

Ceux qui ont franchi l’entrée du parc de Couloutre ou traversé le parvis de Saint-Nicolas du Chardonnet n’ont pas manqué de croiser un jour cette silhouette familière dont la grande discrétion cachait le charisme débordant. L’abbé Schaeffer avait ceci de commun avec Mgr Lefebvre. Préférant laisser parler son sourire plutôt que d’élever la voix, il s’était attiré le respect de tous, privilégiant toujours les encouragements, évitant systématiquement l’emportement. D’une grande culture, à la mesure de sa modeste bibliothèque, il avait ce don de mettre aussi sa mémoire au service de la charité. N’oubliant jamais un prénom, il était surprenant par sa capacité à connaître les gens et leur environnement familial avant même que ceux-ci sachent à qui ils avaient affaire.
Il y a du Don Bosco dans l’abbé Schaeffer tant il était avide de s’occuper des jeunes. Les camps chantiers, les retraites de Notre-Dame de la Sainte-Espérance, les jeudis au parloir, ses réunions de juristes et d’historiens rythmaient ses mois et ses semaines. Il formait ainsi patiemment les générations de demain qu’il accompagnait toujours avec joie dans leurs préparations au mariage ou au sacerdoce. A cet égard, deux questions me taraudent : Quelqu’un saura-t-il nous révéler le nombre d’invitations de mariage qu’il a pu recevoir ? Y a-t-il des années où il n’était pas prêtre assistant lors des ordinations à Écône ?
Il faut reconnaître que ses filets il les jetait sans examiner la couleur des flots. Ses relations lui faisaient croiser les sédévacantistes comme les progressistes. Il a même reçu à déjeuner l’archevêque de Clermont-Ferrand dans sa grande salle du rez-de-chaussée de la rue Galande, où il nous a tant conviés ! Ces repas qu’il enchaînait, ces numéros qu’il griffonnait sur son carnet lui permettaient de se dispenser d’internet et du portable. Il était très vite au courant des faits de ce monde sans que cela semblât l’affranchir pour autant des réalités surnaturelles. Ces têtes qu’il croisait au bureau de garde de Saint-Nicolas, à une université d’été de Renaissance catholique, et même à un BBR, étaient variées. Avec grand amusement, il disait un jour : On dit que je suis un guérardien tradi-oecuméniste ! En fait, de guérardien, il n’en avait que l’ombre puisqu’à Saint-Nicolas on ne peinait nullement à l’entendre entonner l’oremus pro pontifice nostro Benedicto lors des saluts.
Où trouvait-il le temps ? Toujours est-il qu’il y avait à côté du Don Bosco un curé d’Ars dont le sens sacerdotal était particulièrement profond. L’une de ses plus grandes douleurs fut de ne pas parvenir à retenir l’un de ses confrères qui quittait sa congrégation. Car, cette Fraternité Saint-Pie X, dont il n’était pas membre, quoi qu’il en devint l’un des fils les plus loyaux, lui doit beaucoup. Lors des dernières crises qu’elle traversa au cours de la décennie, il ne ménagea pas sa peine pour relever ceux qui tombaient et retenir ceux qui se décourageaient. Lui qui avait connu l’isolement lors de ses périples provençaux et bourbonnais, savait pour l’avoir vécu ce que coûte l’isolement. Inlassablement présent au confessionnal, malgré l’heure tardive, malgré la maladie qui avançait, il a sans doute vécu dans le silence et l’abnégation son purgatoire sur terre. Souvent, avant de se quitter, il disait : « Prie pour moi ». Nous continuerons à prier pour l’abbé Schaeffer comme nous lui demandons ardemment de prier pour nous qui continuons notre route ici-bas.
Notre-Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous !
Notre-Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous !
Notre-Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous !

 

http://tradinews.blogspot.fr/2013/08/ennemond-m-labbe-bruno-schaeffer-oblat.html

Schaeffer005

 

27 réponses
  1. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    août 12, 2013

    Le fait n’est pas nouveau que la fraternité est Una Cum sauf pour les successions.

    Prendre le pognon (aussi) chez les non una cum et ne pas en donner à la Rome conciliaire, ce vatican apostat que cette fraternité tapine en permanence, pour obtenir des mitres et une prélature.
    Une bande de pourriture, des salopards qui confisquent le Sacerdoce Catholique tout en le profanant par le sacrilège de l’Una Cum.
    Et qui se taisent, qui prévariquent sur la Vérité en ne disant pas, en occultant la terrifiante questions de l’invalidité ontologique des rituels de Bugnini.

    Et à l’occasion de la mort de l’abbé Schaeffer, on s’attristera à juste titre de cette disparition, on rendra un juste hommage à ce prêtre qui aura eu le mérite de faire du bien aux âmes, le don de ses biens pour le culte de Dieu, d’assurer l’Oblation Pure sur cette pauvre ville de Paris.
    Et évidemment on priera pour le repos de son âme pour que de son purgatoire, il intercède pour nous.
    De là où il est il voit clairement la situation et par la grâce de Dieu pourra nous obtenir les lumières pour mener le bon combat.
     
    Mais pas un seul communiqué d’un seul prêtre non una cum ou d’une organisation de laïc pour dénoncer la lâcheté et la malice de cette fraternité corrompue, prévaricatrice et sacrilège.
     
    Rien !! Jamais !!

    Personne n’ose attaquer l’erreur et ceux qui la propagent.

    Par contre la critique courageusement anonyme , hypocrite, et dans le dos de ceux qui eux dénoncent cela, sur le CatholicaPedia, fidèle héritier de l’excellent Virgo Maria, cette critique là se fait de plus en plus entendre.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 12, 2013

      Les prochains sur les tablettes de la F$$PX… sont…

      L’Œuvre de Notre Dame de Salérans du Père Avril… 90 ans cette année.

      L’Œuvre de l’Étoile du Père Raffalli… plus de 80 ans maintenant.

      …Deux Père Maurice !

  2. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    août 12, 2013

    Comme on peut l’entendre dans un grand classique du cinéma d’Audiard :

    «  , ah ça part sévère les droits de succession. » 

  3. Charles
    Charles lien permanent
    août 12, 2013

    Après une session hautement vitaminée (Vitamine V comme vérité !!) je vois que notre Édouard national repart en pleine forme pour pourfendre l’ennemi ! Nous lui souhaitons amicalement  bonne chasse ! :P :wink: :idea:

  4. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    août 13, 2013

    Il faut dire que nous n’avons pas “travaillé du chapeau” bien au contraire.

  5. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    août 13, 2013

    R.I.P

    Questions :
    Comment reconnait-on dans un ciboire, à Saint Nicolas, les hosties una cum et  les non una cum ?
    Le monastère de Bellaigue est-il un monastère bénédictin sédévacantiste sous la houlette de Mgr de Galarreta ?

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 13, 2013

      Bonnes questions !

      1) : À St-Nic il n’y a que des “Oremus pro Pontifice nostro Franciscus” ! kenzosmileys

      2) : kenzosmileys “Le sédévacantisme est un péché” !

      • Ludovicus
        Ludovicus lien permanent
        août 13, 2013

        Saint Nicolas c’est bien l’église où Mgr Fellay ordonne un prêtre avec une chasuble avec les armes de Benoit XVI ?

        “Le sédévacantisme est un péché” ! Ce n’était absolument pas le sens de la question.

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          août 13, 2013

          Je sais que ce n’était pas le sens de votre question (2)…
          mais c’est m’a réponse !

          Car il n’y a pas de “monastère bénédictin sédévacantiste” sous la houlette de la F$$PX !

          …bien que la F$$PX tolère (et participe comme à Nîmes aux Messe non una cum Papa nostro… mais bien sûr una cum Alfonso !!! — cf. Messe solennelle des 50 ans de l’Œuvre avec Régis de Cacqueray “diacre” et Jacques Laguérie “sous-diacre” ! kenzosmileys )
          …mais ça c’est pour le patrimoine immobilier… kenzosmileys

          • Ludovicus
            Ludovicus lien permanent
            août 13, 2013

            Merci pour votre réponse. Ce que je voulais souligner c’est qu’il existe des sédévacantistes “utiles”.
            Avec François la FSSPX va, espérons pour elle, être obligée de clarifier sa position et l’imprudence suicidaire de Mgr Fellay en est que plus flagrante.

            • Charles
              Charles lien permanent
              août 13, 2013

              Oui Ludovicus, nous sommes environnés de “sédévacantistes” utiles… La question qui se pose est : utiles à qui et à quoi ? Poser la double question, c’est y répondre !

              Par ailleurs, il existe aussi de faux sédévacantistes qui proclament, par exemple que Bergoglio est un FAUX pape et un apostat et qui en même temps reconnaissent la secte conciliaire comme l’Église Catholique et ne disent pas que tous ses rites sont nuls et non avenus. On trouve ce genre de faux sédévac dans certains blog à sensibilité “fin des temps”. Méfiance donc… tout est corrompu ! Bon ! J’en ai assez dit, à vous de faire un petit effort de recherche et d’être prudents !

              L’Église, épouse de l’Agneau Immaculé, la voici saturée d’amertume et abreuvée de poison, par des ennemis très rusés ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé. Ô saint Michel, chef invincible, rendez-vous donc présent au peuple de Dieu qui est aux prises avec l’esprit d’iniquité, donnez-lui la victoire et faites le triompher.
              (exorcisme de Léon XIII)

          • Avatar
            août 13, 2013

            Faut demander son avis à Édouard, sur cette “Œuvre” ???

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              août 13, 2013

              Ne mettez pas Édouard en difficulté !…

  6. Avatar
    août 13, 2013

    Que penser de cela :
     
    “En fait, de guérardien, il n’en avait que l’ombre puisqu’à Saint-Nicolas on ne peinait nullement à l’entendre entonner l’oremus pro pontifice nostro Benedicto lors des saluts.”
     
    l’Abbé Bruno Schaeffer était il “double” ????

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 13, 2013

      Dieu seul le sait. Dieu a jugé.

  7. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    août 13, 2013

    L’œuvre du père Raffalli se résume à une SCI.

    C’est de l’ordre du constat, et des faits, hélas.
    Il y aurait pu avoir quelque chose de gigantesque mais non.
    C’est un signe des temps.
     
    Et effectivement tout semble “réglé” niveau succession.
     
     

    • Ludovicus
      Ludovicus lien permanent
      août 14, 2013

      C’est ce qu’on appelle la succession matérielle. 8)

  8. Avatar
    Gustavo lien permanent
    août 15, 2013

    L’abbé Schaeffer n’entonnait JAMAIS l’oremus pro Pontifice, c’est un mensonge d’Ennemond ; mais si la chorale l’avait entonné il changeait discrètement l’oraison… un peu comme le R.P. Guérard l’avait proposé (dans un cahier de Cassiciacum, me semble t il).
    L’abbé Schaeffer n’était pas double du tout ; il m’a rapporté certaines discussions qu’il avait eu avec des confères una cum à St Nicolas, et il restait très ferme, bien que discret pour différentes raisons (bonnes ou insuffisantes, là n’est pas mon propos) ; et je l’ai vu témoigner fermement de son non una cum, et du maintien de sa position de toujours lors d’un mariage, juste après l’élection de Benoit XVI.
    Juste avant sa mort il a expliqué encore très clairement à un jeune qui se posait des questions sur la crise de l’église quel était sa position, et ce jeune a été surpris de la netteté et de la précision d’une position qui, bien que tenue discrète devant le grand public et la plupart des fidèles, n’en restait pas moins entière et catégorique !
    Patientez un peu… tout le monde n’a pas votre réactivité ni votre disponibilité pour écrire si vite après la mort d’un être cher. Je pense que des témoignages viendront, mais ils ne s’écrivent pas forcément en 5 minutes sur un forum ni sur les pages “commentaires” d’un article du Net.
    Dommage d’avoir cité les avis de certaines personnes ou mal informées, et/ou aux conclusions exagérées… Notamment, l’abbé Schaeffer n’a évidemment jamais été pour un ralliement, pas plus qu’on ne peut l’assimiler aux abbés Célier etc… ce n’est pas toujours faire son juste portrait que de citer les dires de tel ou tel, fussent les dires d’un prêtre ami et non una cum.
    Il est dommage qu’un article de CatholicaPedia qui se veut informatif recourt aux citations d’un prêtre qui n’entretenait pas les relations suffisantes avec l’abbé Schaeffer pour parler de façon autorisée ; pour moi l’abbé Grossin livre davantage ses impressions, dues aux incompréhensions que suscitent les silences de l’abbé Schaeffer là où l’on aurait aimé le voir témoigner publiquement.

    Dieu a jugé l’abbé Schaeffer selon les faits, pas selon les dires de X ou Y.
    Les faits appartiennent désormais à l’histoire, et ils ne seront pas toujours aisés de les redécouvrir, venant d’une personne aussi discrète devant le grand public que l’était l’abbé Schaeffer sur ses convictions personnelles.
    Prions donc pour lui, j’aurais aussi préféré que l’abbé témoigne clairement avant de nous quitter.
     
     
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 15, 2013

      Cher Gustavo,

      Le CatholicaPedia n’a jamais prétendu être “informatif” !
      Le CatholicaPedia se veut seulement une “mémoire de la Tradition”… et à ce titre, il ne compte pas étouffer les voix “discordantes” !…
      L’abbé Xavier Grossin avait son opinion et même si elle diffère des voix élogieuses entendues de partout, elle “a voix au chapitre”(*)…

      Toujours est-il que l’abbé Schaeffer, qui du avoir recours à Mgr Ngo Dinh Thuc (évêque de grande qualité [d’après moi…et d’après Pie XI et Pie XII qui l’un l’ont fait légat universel et l’autre confirmé…] qui subit une fin de vie très éprouvante [c’est un euphémisme] dans la douleur, l’exclusion et la misère) pour son ordination VALIDE dans des conditions misérable (cf. les photos de l’article et l’appartement de Toulon de Mgr Thuc) parce qu’il avait été rejeté de la Frat’ et du Barroux… est allé se fourvoyer avec cette même f$$px de notoriété UNA CUM.

      Alors s’il était vraiment non una cum (je ne sais ; Dieu Le sait !), il avait d’autres possibilités dans la “ligné Thuc” qui lui aurait offert “une visibilité” plus claire (et honnête) d’affirmer SA position de prêtre NON UNA CUM !

      __________
      (*) Fait référence au chapitre (dans son sens religieux), où on pouvait éventuellement s’exprimer pour donner son avis. Pouvoir donner son avis, faire entendre sa voix et influer sur la décision à prendre.

      Mgr Thuc (résumé) :

      Mgr Thuc est né à Phu-Cam, en Indochine, le 6 octobre 1897 d’une famille aristocratique d’origine mandarinale et profondément catholique, il rentre à 12 ans au petit séminaire d’Anninh, puis au grand séminaire de Hué, et poursuit ses études sur Rome ; doctorats en philosophie, droit canonique et théologie de l’Université Grégorienne et enfin sur Paris, à la Sorbonne qui lui délivrera aussi un doctorat.

      Ordonne prêtre, on le voit à Hué comme professeur au grand séminaire. Rome commençant à créer à cette époque un épiscopat autochtone, il est choisi pour devenir le troisième évêque vietnamien. Pie XI le nomme évêque titulaire de Saesina le 8 janvier 1938. Il fonde la première Université Catholique du Vietnam à Dalat.

      Le 24 novembre 1960, le Pape Jean XXIII le nomme Archevêque de Hué, ancienne capitale de l’Empire de l’Annam et Assistant au Trône Pontifical. Il part pour Rome en tant que Père Conciliaire (Vatican II) mais ne pourra plus jamais rentrer au Vietnam. En effet le 1er novembre 1963, son Frère, Diem, Président de la République est renversé par un coup d’État et toute la famille est massacrée. C’est au Concile Vatican II que Mgr Ngo-Dinh-Thuc doit d’être en vie. Commence pour l’archevêque un long et pénible exil.

      Le 17 février 1978, le Pape Paul VI exige sa démission. Dépourvu de la moindre pension, l’archevêque survivra dans la misère aidant certains prêtres dans leur ministère.

      Trompé par certains, il consacrera hors juridiction de Rome certains prêtres à l’épiscopat, excommunié pour ces faits puis absous, il trouva la paix aux USA au Monastère d’un évêque de sa lignée avant d’être enlevé de force par des membres réfugiés de la communauté vietnamienne. Mis au secret, ce n’est que le 11 juillet 1985 que le monde consterné apprendra par un entrefilet laconique de l’Observatore Romano, organe de presse du Vatican, le décès du vénérable archevêque survenu le 13 décembre 1984 à Carthage dans l’État du Missouri (USA).

      (sources : Le feu & l’encens f. Luz ; Journal l’Illustration, Encyclopédie Catholique Théo)

      À lire également son CURRICULUM-VITAE, écrit par lui-même en 1978.

  9. Cave Ne Cadas
    Cave Ne Cadas lien permanent*
    août 15, 2013

    Pour l’abbé Guillaume de Tanoüarn, « l’abbé Schaeffer cultiva la thèse sédévacantiste, telle que l’exposa Mgr Guérard des Lauriers, dominicain »….

    Disons-le tout net, l’abbé Schaeffer cultiva la thèse sédévacantiste, telle que l’exposa Mgr Guérard des Lauriers, dominicain. Pour lui la papauté était quelque chose de si grand – un droit divin ! – que les papes, depuis Jean XXIII, avaient perdu l’exercice de ce Munus. Le Père Guérard fit sensation au tout début des années 80, en distinguant la papauté “materialiter et la papauté “formaliter”. Selon cet intellectuel de haute volée,  les papes, après Pie XII, parce qu’il n’avaient pas eu l’intention de recevoir la plénitude de pouvoir qui caractérise la papauté, restaient en-deça du pontificat. Ils étaient pape matériellement, non formellement. Le théologien précautionneux, au moment même où tel l’éléphant, il écrasait allègrement une porcelaine multiséculaire, éprouva le besoin de finasser en précisant que sa thèse, selon laquelle le pape n’était pape que matériellement et non formellement, revêtait une “certitude probable” qui permettait à un chrétien d’agir en conséquence avec une assurance suffisante. C’est ainsi qu’inquiet pour l’avenir de l’Eglise, le Père Guérard des Lauriers se fit lui-même sacrer évêque par un Viêt namien controversé, frère de l’ancien président Diem, archevêque de Saïgon en son temps, qui fit au Concile plusieurs interventions sur le dialogue avec les bouddhistes, Mgr Ngo Dinh Tuc, celui-là même d’ailleurs qui ordonna prêtre Bruno Schaeffer.

    jeudi 15 août 2013

    L’abbé Bruno Schaeffer : il avait la noblesse de Dieu

    Que n’est-il donc pas allé à l’Institut MBC… ?

    …ou alors c’est Don Ricossa qui n’en a pas voulu ???

     

  10. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    août 18, 2013

    @Édouard-Marie, petite précision un peu rabat-joie, si le regretté abbé Schaeffer est au purgatoire ce que nous pouvons espérer et souhaiter au minimum, il ne peut rien nous obtenir car totalement passif, il souffre et purifie par le feu, nous pouvons tout pour lui en lui obtenant des suffrages et le soulagement des peines du purgatoire et une fois au Ciel, il ne nous oubliera pas.
    Je crois que c’est en substance ce que j’ai retenu du Traité de l’enfer de sainte Françoise Romaine.
     
    Bien Cordialement, n’hésitez pas a me corriger.

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 18, 2013

      Bien sûr, J.-M. de la Salle ! c’est tout à fait cela…

  11. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 18, 2013

    C’est exact Jean-Marie de la Salle que de son purgatoire il ne peut rien pour nous … j’ai écrit une sottise.
    Merci de la précision qui a son importance.

  12. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    août 18, 2013

    Il n’y a pas de quoi.

  13. Charles
    Charles lien permanent
    août 20, 2013

    Je viens de lire tous ces derniers messages concernant feu l’Abbé Schaeffer. Requiescat in pace !
    D’aucuns vont encore dire que je mets mon grain de sel (amer) mais je veux élargir le débat et dire qu’il y a plus d’un Abbé Schaeffer dans la Fraternité St Pie X !!! Mie à part son statut très particulier au sein de cette “organisation”, nombre d’autres prêtres sont, en secret, non una cum au sein de cette même FSSPX. C’est là qu’est le véritable scandale ! Dieu a en sainte horreur l’esprit double et le langage qui va avec.

    GUSTAVO vous dites en dernière phrase : “Prions donc pour lui, j’aurais aussi préféré que l’abbé témoigne clairement avant de nous quitter.”
    Lorsqu’un prêtre se met volontairement dans les liens obscurs qui lui interdisent de proclamer publiquement et ouvertement la vérité à ses ouailles, il se met en état de péché mortel. Nous aussi Gustavo nous aurions préféré que l’Abbé témoigne ouvertement…mais cela lui était rigoureusement impossible !!! Enfermé dans ce dilemme mortel, l’Abbé a fait le choix que nous savons. Dieu jugera et Son jugement sera parfait. Nous devons prier pour ce prêtre dont le salut ne me paraît pas évident.

    Un esprit double, hésitant, ira presque toujours à la solution la plus facile, la plus confortable, en harmonie avec son statut social et …financier. C’est dû à la faiblesse humaine qui fuit autant qu’elle peut la Croix, sans vouloir pour autant renoncer à ses convictions les plus intimes et les plus sincères. Nul n’a le droit au for interne de mettre en doute les convictions de l’Abbé Schaeffer. Mais ce que je veux faire comprendre, c’est que le problème n’est pas là et qu’il dépasse infiniment la simple personnalité de cet Abbé.

    À Dieu seul le jugement car les motivations et les choix de l’Abbé échappent, de par leur complexité, à tout jugement humain. Rendons à Dieu ce qui Lui revient :le salut des âmes.
    Il n’en reste pas moins que la “visibilité” de l’Abbé Schaeffer, aux yeux du monde catholique, s’exprimait dans la FSSPX. ET cela, à mon sens, c’est assez grave.
    Le secret et le silence n’ont jamais fait partie des valeurs défendues par l’Église. Tout doit y être dans la lumière !

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 20, 2013

      Cher Charles,

      Je ne crois pas que nombre d’autres prêtres sont, en secret, non una cum au sein de cette même FSSPX”

      Depuis la direction Lefebvre & Schmidtberger, les “non una cum” ont subit “l’épuration”… et depuis la direction Fellay tous les prêtres et l’évêque dissidents (en désaccord personnel, doctrinal ou anti-ralliement) qui ont été exclus ou sont partis d’eux-mêmes… sont restés soit sur la position non una-cum ! soit sur une position “bancale” (tel l’abbé Méramo entre autres) que le “pape” peut “se tromper” ou “nous tromper” !

  14. Avatar
    Gabriel lien permanent
    juin 18, 2015

       Une petite précision au sujet de l’Abbé Schaeffer :

    Il a été, pendant quelques années, aumônier chez les Sœurs de Crézan dans la Nièvre (« non una cum »). Celles-ci — qui se posaient quelques questions sur lui, sur sa sincérité à ce sujet — ont été obligées de le renvoyer, quand elles se sont aperçues qu’il était réellement “una cum” le pantin qui siège au Vatican.

    Du coup, depuis, elles ont une Messe dominicale à 18h (par un autre prêtre), tandis que l’Abbé Schaeffer, installé à 15 km de chez elles, célébrait sa Messe le dimanche matin, comme d’habitude. Les paroissiens des Sœurs, pour la facilité, le confort et l’attachement au prêtre peut-être… ont presque tous suivi l’Abbé Schaeffer. Très peu (hélas !), fidèles au « non una cum », sont présents à la Messe (chez les Sœurs) du dimanche à 18h.

    J’en suis témoin, et j’étais même présent chez les Sœurs le jour précis du décès de l’Abbé Schaeffer. Aussitôt cette nouvelle, bien qu’il leur ait beaucoup nui, elles ont prié très charitablement pour le repos de son âme.
     

Les commentaires sont fermés.