Aller au contenu

5 minutes de bonheur… (dans ce monde de brutes)

2015 novembre 29

 

Cinq minutes sublimes… on ne s’en lasse pas !

et ce depuis 1000 ans !

 

Deus Meus, adiuva Me

 

Une vieille prière irlandaise en chanson. Elle a été composée par Máel Bhrolcháin, décédé en 1086.

Voici les paroles de cet hymne bien aimé dans le latin irlandais et médiéval moderne suivie par la traduction en anglais du professeur Gerard Murphy (1901 – 1959)

Deus Meus, adiuva Me

Deus meus adiuva me
Tabhair dom do shearc,a Mhic ghil Dé
Tabhair dom do shearc,a Mhic ghil Dé
Deus meus adiuva me.

Domine da quod peto a te,
Tabhair dom go dian a ghrian ghlan ghlé,
Tabhair dom go dian a ghrian ghlan ghlé,
Domine da quod peto a te.

Domine, Domine, exaudi me,
M’anam bheith lán de d’ghrá, a Dhé,
M’anam bheith lán de d’ghrá, a Dhé,
Domine, Domine exaudi me.

Translation

My God, help me 

— 1. My God, help me.
Give me love of thee, O Son of my God.
Give me love of thee, O son of my God.
My God, help me.

— 2. (not sung) Into my heart that it may be whole, O glorious King, swiftly bring love of thee. Glorious King, swiftly bring love of thee into my heart that it may be whole.

— 3. Lord, give what I ask of thee
Give, give speedily, O bright and gleaming sun
Give, give speedily, O bright and gleaming sun
Lord, give what I ask of thee.

— 4. (not sung) This thing which I hope and seek, love of thee in this world, love of thee in that, love of thee in this world, love of thee in that, this thing which I hope and seek.

— 5. (not sung) Love of thee, as thou wishest, give me in thy might (I will say it again). Give me in thy might (I will say it again) love of thee, as thou wishest.

— 6. (not sung) I seek, I beg, I ask of thee that I be in Heaven, dear Son of God. That I be in Heaven, dear Son of God, I seek, I beg, I ask of thee.

— 7. My Lord, hear me.
May my soul, O God, be full of love for thee.
May my soul, O God, be full of love for thee.
My God, help me.

Source : Gerard Murphy, Early Irish Lyrics: Eighth to Twelfth Centuries, (repr. Dublin 1998), 52-59

 

*
*     *

 

Croix Celtique

 

Le Christianisme celtique

 

Dans les 5èmes et 6èmes siècles (et même au-delà !) L’église celtique a été l’une des églises les plus spirituellement dynamique dans le monde.

Les chrétiens irlandais sont tous les enfants et petits-enfants spirituels de Patrick, l’homme qui a apporté le christianisme en Irlande. S’il n’était pas venu en Irlande, ils seraient encore tous perdus dans leur culte des idoles. Les Irlandais ne l’ont jamais oublié. Seize cents ans après sa mort, Patrick est toujours de leur héros national.

Cependant, le reste du monde avait déjà oublié Patrick au moment où il est mort. En fait, en dehors de l’Irlande, peu de gens avaient même entendu parler de lui. Et ceux qui avaient entendu parler de lui, avaient sans doute entendu des choses essentiellement négatives. Si quelqu’un leur avait dit qu’un jour, Patrick serait la personne la plus célèbre de leur époque, ils auraient ri de dérision. Aujourd’hui, leurs noms ont tous été oublié, mais son nom vit toujours. La raison pour laquelle dont on se souvient si bien de lui est qu’il a édifié son travail sur « l’or, l’argent et les pierres précieuses » (1 Cor. 03:12). Son nom a perduré parce que son travail a duré. L’église qu’il a laissée derrière lui était une église dynamique désireuse de diffuser l’Évangile dans le monde entier, quel qu’en soit le prix.

Saint Patrick, saint-patron de l’Irlande

Saint Patrick, saint-patron de l’Irlande

 

Un des plus remarquables “petits-fils” spirituels de Patrick est Columba (connu en Irlande par son nom celtique, Colum Cille(1). Il était né dans le Donegal, Irlande du Nord, environ soixante ans après la mort de Patrick. Descendant des rois irlandais, il a apparemment appartenu au même clan que Milchu, ancien maître de Patrick. Néanmoins, il choisit de renoncer à son rang, à sa puissance et à sa richesse pour vivre dans la pauvreté comme un eunuque pour le Christ (2). Il travailla parmi ses collègues Irlandais pendant dix-neuf ans, prêchant l’Évangile et fondateur de nombreuses communautés religieuses. En fait, pendant beaucoup d’années, il fut à la tête de l’une des communautés spirituelles fondées par Patrick.

Saint Columba (Colum Cille)

Église St. Colmcilles de Brinaleck ~ Vitrail de St Colum Cille (521-597)

En 563, lorsque Columba avait quarante-deux ans, lui et douze autres hommes ont embarqué dans une petite “currach” (barque couverte pour se cacher) (3) pour porter l’Évangile à l’Écosse. Quitter l’Irlande était un sacrifice difficile pour Columba, comme il aimait profondément son pays natal. Comment lui manquerait les vallées vert émeraude, les collines velouteuses couvertes de moutons, les tourbières spongieuses, et la beauté étrange du Burren. Néanmoins, toute l’Irlande avait maintenant été soigneusement évangélisée. L’Évangile devait être porté sur les terres non-atteintes.

L’Écosse était le choix évident comme champ de mission pour plusieurs raisons. Pour commencer, c’était le pays païen le plus proche à l’Irlande. Deuxièmement, Columba pourrait parler la langue des Écossais, car ils étaient des émigrants en provenance d’Irlande. Le terme “Scot” était à l’origine le nom que les Romains avaient donné aux irlandais. Toutefois, dans le cinquième siècle, un certain nombre de clans du nord de l’Irlande ont migré vers ce qui est aujourd’hui connu comme l’Écosse. À l’époque de Patrick, ce pays était appelé Calédonie. Mais après que les Écossais (“Scot”) de l’Irlande, s’y sont établis, le pays fini par être appelé Écosse.

Durant la vie de Columba, l’Écosse a été habitée à la fois par les Écossais (“Scot”) païens de l’Irlande et les Pictes idolâtres. Au cinquième siècle, un missionnaire britannique nommé Ninian avait converti la plupart des Pictes. Cependant, la plupart de ses églises avaient finalement apostasiées, et les gens étaient retournés à leurs idoles païennes. Columba réalisa que ce serait un vrai défi que de porter l’Évangile à ces deux races belliqueuses. Cependant, avec une foi semblable à Patrick, Columba savait que tout était possible à Dieu.

Comme base de mission, Columba choisi l’île sauvagement cruelle et mystique de Iona, au large de la côte ouest de l’Écosse. Il n’avait pas pu choisir un endroit plus désolé et aride que cette bande déboisée de sable et de rochers. L’île était inhabitée, car même les robustes Scots et Pictes n’avaient eu aucune désir de s’installer dans ce lieu solitaire attaqué par le vent et les vagues. Pourtant, elle s’est avéré être un site stratégique pour un centre de mission.

Bien sûr, la première tâche de Columba fut d’établir une base là avant le début des tempêtes de l’Atlantique féroces en l’hiver. Bien que de sang royal, Columba a donné l’exemple en mettant sa force dans le lourd travail manuel nécessaire pour construire une communauté sur Iona. Lui et ses hommes construisirent des huttes brutes individuelles de bois flotté et de gazon de tourbe pour leur donner une protection contre le vent violent. Ils ont également construit un bâtiment en bois plus grand pour le culte communal. Le sol sablonneux était si pauvre qu’il fallait mélanger des algues en décomposition avec les cultures pour tout cultiver.

La vie à Iona était ardue, primitive, et austère. Les hommes ont survécu en pêchant dans les eaux et travaillant dans leurs maigres jardins. Se souvenant de l’exemple de Patrick, ils ont passé des heures chaque jour dans la prière individuelle et communautaire. Ils savaient bien que l’Écosse ne pourrait être gagnée que par la prière. Quand ils ne priaient pas ou ne travaillaient à l’extérieur, les hommes lisaient les Saintes Écritures et des manuscrits de la Bible copiés. Une fois que leur communauté fut bien établie, ils ont commencé à se rendre dans les îles voisines des Hébrides, pour apporter l’Évangile aux Écossais habitants là. Dieu bénit la prédication de Columba, comme il l’avait fait à Patrick, et ces résidents de l’île reçurent l’Évangile avec impatience. Certains de ces nouveaux convertis rejoignirent la communauté à Iona. D’autres formèrent de nouvelles communautés sur certaines des Hébrides, sous la direction de Columba.

Hébrides

Après avoir remporté ces îles pour le Christ, Columba et ses hommes se mirent à gagner l’Écosse continentale pour le Christ. En fait, les Scots du continent avaient contemplé la communauté sur Iona pendant un certain temps avec un grand intérêt. Ils ne pouvaient à peine imaginer pourquoi quelqu’un voudrait choisir de vivre dans un tel endroit — sans parler de quelqu’un de sang royal. Quelle quête ferait déplacer des hommes pour faire un tel sacrifice ? Lorsque les Scots apprirent comment Columba et ses hommes enduraient la vie par amour pour eux, ils ouvrirent leur cœur à l’Évangile. Plus de trente ans, Columba parcourut à pied les montagnes de bruyères d’Écosse, fondateur de plus de cinquante églises et communautés religieuses.

Columba frappant à la porte de Brude

Columba frappant à la porte de Brude, fils de Maelchon, roi de Fortriú.

Le courage, la sainteté et le zèle missionnaire de Columba ont impressionné tous ceux qu’il rencontrait. À sa prédication, des milliers de Scots détruisirent leurs idoles et abandonnèrent leurs vies païennes. Malgré le risque considérable pour sa propre vie, Columba se rendit même à Inverness en Écosse du Nord pour rencontrer le roi Brude des Pictes sauvages. Dieu a ouvert le cœur de Brude, et bientôt l’Évangile fut répandu dans tout le pays des Pictes. Lorsque les jambes de Columba ne purent plus le porter pour prêcher l’Évangile, il se retira dans la communauté d’Iona, qui alors était connu des Scots comme la “Holy Island” (L’île Sainte). Il passa ses derniers jours là, en priant et en conseillant les autres missionnaires. Quand il sentit que la mort était proche, il s’est fait porter par ses hommes à l’église, où il rompit le pain de communion avec eux. Trop faible pour se déplacer plus loin, il se coucha finalement sur le sol froid et humide de l’église pour accueillir la mort. Comme ses frères se pressaient autour de lui, il essaya de lever sa main droite pour les bénir, mais sa force était parti. Donc, l’un des frères a soulevé la main de Columba pour lui, et avec beaucoup d’effort, Columba bénit les autres hommes. Ensuite, il ferma les yeux et rejoint Patrick au paradis.

 

* * *

 

Saint Columbanus (Columbán en Irlandais)Un autre “petit-fils” spirituel remarquable de Patrick fut le missionnaire irlandais, Columbanus (Columbán en Irlandais). Un grand homme chaleureux à la chevelure flamboyante et des taches de rousseur, il était un jeune contemporain de Columba. Pendant des années, il avait travaillé dur en Irlande, fondateur différentes communautés religieuses et prêchant un Évangile sans compromis. À cette époque, les chrétiens de tout l’Empire romain visitaient l’Irlande en raison de sa réputation de sainteté. Ces visiteurs révélèrent à Colomban les tribus germaniques païennes de l’Europe qui n’avaient pas encore entendu l’Évangile. Bien qu’il fût maintenant dans la quarantaine, Colombanus pria longuement pour ces personnes perdues. Discernant la main de Dieu, lui et douze autres hommes résolurent de leur apporter le christianisme.

 

Colombanus en merPour commencer leur mission, ils firent tout d’abord un bateau simple permettant de naviguer vers l’Europe. La coque du bateau était faite de chêne, puis couvertes de peau de bœuf tannée, tendue sur l’écorce de chêne. Enfin, ils ont scellé toutes les coutures avec de la graisse pour rendre le bateau étanche. Chargés avec un approvisionnement suffisant, ils partirent dans la foi pour l’Europe continentale, en sachant qu’ils ne reviendraient sans doute jamais dans leur patrie bien-aimée. Une fois qu’ils ont atteint l’Europe continentale, Colombanus et ses collègues missionnaires irlandais se sont d’abord installés en Bourgogne, dans ce qui est aujourd’hui l’est de la France.

 

Columbanus-en-France

Columbanus en France



Colomban de Luxeuil, le plus célèbre des saints Colomban (543 à Navan - † 21 novembre 615 à Bobbio près de Plaisance, en Italie) est un moine irlandais qui a évangélisé les populations campagnardes de Gaule, d’Allemagne, d’Helvétie, et d’Italie. Il est fêté le 23 novembre selon le martyrologe romain, car il est mort le jour de la présentation de Marie au Temple, le 21 novembre.


Colomban, après avoir quitté l’Irlande, sillonne les Cornouailles anglaises. Il débarque en Bretagne, à Saint-Coulomb près de Saint-Malo, dans les années 580 ou 590, puis, jusqu’en 615, évangélise la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et l’Italie. Après les troubles apportés par les invasions germaniques, son œuvre évangélique en Europe occidentale fut capitale pour la conversion des populations germaniques et la rechristianisation des campagnes.


 

Ces missionnaires irlandais ont parcouru à pied toute la Bourgogne pendant plusieurs années, prêchant le Christ à tous ceux qu’ils rencontraient. Voyageant avec foi, parfois ils vivaient pendant des semaines avec rien d’autre que des herbes et des baies sauvages. Dieu les bénit pour leur courage et leur foi. Finalement Colomban et ses hommes ont converti des milliers de païens d’une foi vivante en Jésus-Christ. Ils ont également fondé plusieurs communautés religieuses en Bourgogne, qui sont devenues des centres d’évangélisation et de l’éducation chrétienne. Comme Patrick, Colomban a refusé de mélanger le christianisme avec le paganisme. Il a exigé à ses convertis de brûler leurs idoles de bois avant qu’il les baptiserait. Comme c’était typique du Christianisme irlandais de cette époque, des centaines des convertis de Columbanus ont pris la vie missionnaire ascétique eux-mêmes, en étendant l’Évangile même davantage.

Cependant, pour plusieurs raisons, Colomban et ses missionnaires se sont opposés au clergé catholique romain en Gaule. Tout d’abord, ils ont refusé de se soumettre aux évêques catholiques. Deuxièmement, ils ont tenu à maintenir les coutumes de l’église irlandaise, au lieu de celles de Rome. Enfin, ils ont souvent réprimandé le clergé catholique pour leur laxisme spirituel. À cause de ces choses, le clergé catholique romain a finalement convoqué Colomban à un synode à répondre de ses “erreurs”. Il a refusé d’y participer, mais se défendit avec éloquence dans une lettre courageuse qu’il a adressée au clergé. Dans ce document, il a cité les Saintes Écritures abondamment et réprimandé le clergé pour leurs péchés.

Malheureusement, ce n’était pas seulement le clergé qui était fâché contre Colomban et ses moines. Les souverains de Bourgogne étaient également furieux. Parce que, comme Patrick, Colomban n’hésitait pas à réprimander sévèrement les gouvernants qui prétendait être chrétiens, mais vivaient pourtant toujours vécu dans l’impiété. Finalement, la Reine Brunehilde (Brunehaut ou Brunehilde, en latin Brunichildis) et son fils Théodoric arrêtèrent Colomban et le jetèrent dans un cachot sombre et sale. Bien que la reine et son fils aient fini par libérer Colomban de prison, ils l’ont ensuite, lui et ses hommes, expulsés de force de Bourgogne. Heureusement, l’excellent travail de Columbanus et de ses hommes accompli pendant leurs vingt ans en Bourgogne n’a pas été perdu. Leurs convertis germaniques sont restés pour continuer le travail.

Maintenant, dans la soixantaine, Colomban avait le droit de retourner en Irlande pour passer ses années restantes. C’est ce que nous ferions tous dans sa situation. Mais pas Colomban. Lui et ses hommes trouveraient un nouveau champ de la mission ! Laissant la Bourgogne, ils ont voyagé à l’est à travers les Alpes escarpées du lac de Zurich (en Suisse à notre époque moderne).

Colomban dans les Alpes et l’Italie

Colomban dans les Alpes et l’Italie

Ici, ces missionnaires irlandais hardis mirent en place une nouvelle base de missions et commencèrent à prêcher l’Évangile de nouveau aux peuples de la Suisse. Une fois de plus, Dieu bénit leur travail, car ils prêchaient au long de ce beau pays alpin de montagnes enneigées et de belles vallées majestueuses. Des multitudes de leurs auditeurs ont reçu avec passion l’Évangile, beaucoup d’entre eux devenant des moines ou des missionnaires eux-mêmes. Né du rhizome (porte-greffe) vigoureux du Christianisme irlandais, il n’est pas étonnant — bien que malheureux — que des siècles plus tard des chrétiens Suisses comme Ulrich Zwingli et Conrad Grebel aient donné naissance aux mouvements Réformés et Anabaptistes.

Maintenant septuagénaire, les cheveux blancs, Colomban devait achever l’œuvre de sa vie en Suisse. Cependant, la puissance bourguignonne finira par s’étendre à la Suisse, et les dirigeants bourguignons expulsèrent Colomban et ses hommes, une fois de plus. Ces évangélistes irlandais infatigables étaient tous avancés en âge, et pourtant ils ont marché à travers le terrain accidenté des montagnes de Lombardie dans le nord de l’Italie actuel. Le voyage fût ardu, et beaucoup d’hommes sont morts en chemin. Cependant, par la grâce de Dieu, Colomban et une poignée de ses hommes ont atteint l’Italie du Nord et ont commencé à prêcher aux païens Lombards qui s’étaient installé là.

Malgré son âge, l’énergique Colomban a personnellement aidé à la construction physique d’un nouveau monastère à un endroit appelé Bobbio. Ce monastère devint bientôt un centre célèbre de la spiritualité et de l’érudition chrétienne. Comme Patrick, Colomban était avant tout un homme d’action, pas un homme de livres. Néanmoins, contrairement à Patrick, il était très savant pour son époque. Il pouvait non seulement écrire en prose latine avec beaucoup d’éloquence, mais il savait aussi un peu de grec et d’hébreu. Bien que critiqué par le clergé catholique, Columbanus et ses hommes ne se sont pas calmés dans ce qu’ils prêchaient. En fait, l’âgé Columbanus a même envoyé une lettre de réprimande au Pape !

Tombe de Colomban, crypte de l’abbaye de Bobbio

Tombe de Colomban, crypte de l’abbaye de Bobbio


 

Par le biais de missionnaires irlandais comme Columba et Colomban, le message du Christ a atteint des dizaines de milliers de personnes dans des pays lointains. Longtemps après que Patrick a été enterré dans sa tombe, son travail a continué à porter ses fruits merveilleux.

 

 

D’après : http://earlychurch.com/celtic.php

 

 

 


[1] En gaélique irlandais, c’est-à-dire « Colombe de l’Église ».

[2] Mt19.12 « Car il y a des eunuques qui le sont de naissance, dès le sein de leur mère ; il y a aussi des eunuques qui le sont devenus par la main des hommes ; et il y en a qui se sont faits eunuques eux-mêmes à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne ! »

[3] Le “curragh”, est un bateau souple fait de lattes enveloppées de cuir.

Un currach (aussi écrit curragh ou curach) est un bateau léger des côtes ouest de l’Irlande. Actuellement, il est généralement fabriqué de lattes de bois, recouvertes de toiles enduites de coaltar. Sa longueur varie de 4 à 7 mètres et sa largeur entre 1 mètre et 1 mètre 50. Très marin, il se manœuvre aux avirons, par deux ou trois rameurs.

Ses ancêtres étaient recouverts de peaux de bœuf graissées. Plus grands, ils devaient supporter un ou deux mâts et des voiles. Ils servaient notamment, lestés d’une grosse pierre, à transporter les moines évangélisateurs irlandais vers l’Europe aux Ve et VIe siècles, en particulier vers l’Armorique, devenue depuis lors la Bretagne, d’où les légendes des saints bretons venus d’Irlande et de Grande-Bretagne sur leurs vaisseaux de pierre.

 

 

8 réponses
  1. Edouard-Marie
    Edouard-Marie lien permanent
    novembre 29, 2015

    C’est merveilleux !!!

    Autant les textes, que la musique, que l’environnement (église/acoustique) et bien sur l’interprète, donne un résultat époustouflant.

    Le Bon Dieu ne fait vraiment rien par hasard.   :D
    L’Irlande, où se réfugie actuellement le Grand Monarque.
     

    • gg
      novembre 30, 2015

      de quelle source tenez vous cette affirmation selon laquelle le Grand Monarque serait actuellement en Irlande ?

      • Edouard Marie
        Edouard Marie lien permanent
        décembre 1, 2015

        Bonjour GG,

         

        Je me souvenais l’avoir lu dans un ouvrage du Marquis de la Franquerie, mais ne retrouve plus le passage.  Je cherche à remettre la main sur le texte.

        Du coup j’ai peut-être dit une ânerie. :oops:
        Je vous dis ça dès que je trouve.
         

        • gg
          décembre 1, 2015

          En fait, il est possible que le dauphin ait été exfiltré via l’Irlande…

          Mais le Marquis avait cherché toute sa vie les différentes possibilités, et il fut avisé — par une âme privilégiée — qu’il avait touché du doigt la “bonne piste”, probablement… aboutissant au Québec…

           

          Quelques prophéties disent en effet que le Grand Monarque viendra d’au delà des mers…

           

          Il n’en reste pas moins que l’Irlande est une antique nation chrétienne, avec de grands saints évangélisateurs !
           

    • Avatar
      marguerite lien permanent
      novembre 30, 2015

      Oui c’est beau. Merci de tenir le flambeau allumé. Oui, merci.

      Le grand monarque en Irlande ?
       

  2. charles
    charles lien permanent
    novembre 29, 2015

    Merci à LHR  pour ces 5 minutes de bonheur !

    Et merci à Cave Ne Cadas pour cette intéressante et surprenante histoire du christianisme celtique !

     

  3. Avatar
    novembre 29, 2015

     

    Une chanson en vieil anglais du XIIIème siècle :
     

     

    Reprise norvégienne de La chanson de Roland : “Rolandskvadet” :
     

     

    Merci pour votre vidéo et l’article.
     

  4. François Foucher
    décembre 14, 2015

    Extraordinaire, magnifique !

Les commentaires sont fermés.