Aller au contenu

Vatican d’Eux : ROME fait feu de tout bois… Après le « mariage des prêtres », « la question des divorcés remariés »…

2013 septembre 18

Logo La VieLa Vie conciliaire nous apprend que la question de « l’accueil des divorcés remariés » était aussi une préoccupation majeure de Bergo(go)glio papeFrançois :

Allons-y !

ROME fait feu de tout bois…

Nouvelle ouverture sur la question des divorcés remariés ?

Aymeric Christensen (ndlr du CatholicaPedia : Le langage est 100% conciliaire)
Créé le 17/09/2013 / modifié le 17/09/2013 à 11h59

pape-François © Servizio Fotografico OR/CPP/CIRIC

Lundi 16 septembre, les 1200 prêtres du diocèse de Rome avaient rendez-vous avec leur évêque, qui se trouve être le pape, à la basilique Saint-Jean-de-Latran. Cette rencontre devait être diffusée en direct par les médias du Vatican, mais elle s’est finalement tenue en privé (Qu’ont-ils à cacher ???), à la demande des prêtres (tenue blanche fermée ?). Différents médias, de Radio Vatican à l’agence I.Media (reprise par l’Apic), ont cependant pu recueillir quelques-unes des déclarations fortes de François au clergé romain.

Le pape s’est ainsi exprimé longuement sur la « fatigue du cœur » éprouvée par certains prêtres (mariés ? non-mariés ? divorcés ? remariés ? pédérastes ? homosexuels ? incompris ? etc. etc. etc.) – mentionnant notamment une lettre reçue quelques jours plus tôt. Mais l’échange s’est concentré sur cinq questions posées par l’assistance, qui ont permis au pape d’aborder différents thèmes et problèmes pastoraux rencontrés au quotidien par le clergé romain, mais beaucoup plus généralement par l’Église catholique (conciliaire bien sûre !) toute entière.

C’est ainsi qu’il a abordé largement la question de l’accueil des divorcés remariés. Cette problématique, très souvent évoquée dans l’Église (église Conciliaire !), pose de nombreuses difficultés dans les diocèses et les paroisses avec l’augmentation ces dernières décennies (comme par hasard ! cinq décennies…) du nombre de divorces, y compris chez les croyants. En effet, le mariage étant chez les catholiques un sacrement indissoluble (c’est pas tout de le dire…), ceux qui se séparent et se remarient se trouvent dans une situation où ils ne peuvent plus recevoir les sacrements – notamment la communion – à moins que leur premier mariage ne soit reconnu comme « nul » canoniquement par un tribunal ecclésiastique (reconnaissance qui ne peut aboutir qu’après des démarches généralement longues de plusieurs années). Des voix s’élèvent régulièrement pour demander un assouplissement des règles à leur égard, soulignant la souffrance de ces fidèles qui le ressentent parfois comme une mise au ban de la communauté chrétienne.

Ce « sérieux problème », le pape semble tout disposé à s’en saisir. Soulignant que son prédécesseur, Benoît XVI, avait déjà cette question « à cœur », François a rappelé le fait qu’il ne pouvait pas être « réduit seulement au fait de recevoir ou non la communion. Car celui qui pose le problème en ces termes n’a pas compris quel est le vrai problème ». Ces précautions prises, le pape a néanmoins reconnu que « l’Église (église Conciliaire !) doit faire quelque chose pour résoudre les problèmes des nullités » de mariage, appelant par exemple à « trouver une autre voie (???), dans la justice » pour ces reconnaissances, aux démarches administratives très lourdes et pas toujours accessibles à ceux qui n’ont pas les moyens de les entreprendre dans les villes où se trouvent les tribunaux compétents en la matière.

Pour montrer sa volonté de faire avancer la réflexion, le pape François a rappelé que la commission de huit cardinaux qui doit se réunir au tout début du mois d’octobre afin de travailler à la réforme de la Curie travaillera également sur ce sujet, comme il l’avait déjà annoncé dans l’avion qui le ramenait du Brésil à l’issue des Journées Mondiales de la Jeunesse. Le pape devrait également convoquer un synode sur la famille, durant lequel le thème ne pourrait évidemment pas être éludé.

Qu’en sera-t-il véritablement ? Il est encore trop tôt pour savoir si ces déclarations, fortes mais dépourvues d’avancées concrètes, constituent une véritable ouverture et si le problème des divorcés remariés trouvera réellement une solution dans les prochaines années. Il est en revanche évident que le pape se préoccupe véritablement de cette « périphérie existentielle », selon sa formule phare qu’il a de nouveau utilisée pour rappeler l’importance pour l’Église (église Conciliaire !) d’aller au devant des personnes qui se sentent en marge. Voici ce qu’il en disait fin juillet , à son retour de Rio de Janeiro : « On doit regarder cela dans la totalité de la pastorale du mariage. Entre parenthèses, les orthodoxes ont une pratique différente. Ils suivent ce qu’ils appellent la théologie de l’économie (!!!) et offrent une deuxième possibilité. Je crois que ce problème doit être étudié dans le cadre de la pastorale du mariage. (…) On se marie sans maturité, sans s’apercevoir que c’est pour toute la vie ou parce que, socialement, l’on doit se marier. Cela entre dans la pastorale du mariage, comme le problème judiciaire de la nullité des mariages ».

C’est la vie quotidienne au Vatican depuis le début du nouveau pontificat : le pape a une visite, une rencontre, une audience prévue dans son agenda, sans enjeu particulier, et en profite pour lancer en quelques mots un sujet brûlant, beaucoup plus large que le cadre de sa rencontre, qui donne soudain un regain d’intérêt à cet événement a priori mineur. Rien que la semaine dernière, c’était par exemple le cas de ses déclarations sur les couvents vides qui devraient être ouverts « pour les réfugiés », ou encore de la lettre-surprise aux non-croyants publiée dans La Repubblica . Coups de « com » ou simplicité de ces petites sorties que les Argentins connaissaient bien chez l’archevêque de Buenos Aires et avaient même surnommées « las bergolladas » (du nom du pape, Jorge Mario Bergoglio) ? Notre confrère Jean Mercier s’est penché, dans son blog Paposcopie, sur ce phénomène nouveau, qui, selon lui, ne serait pas sans risques.

La rencontre d’hier a en tout cas été l’occasion pour le pape de dire également son optimisme. « L’Église (église Conciliaire !) ne s’écroule pas, a-t-il lancé aux prêtres de son diocèse (Y’a pas l’feu dans la maison… Eux font tout pour la détruire ! mais Ber-gogo-glio veut pas le dire…). L’Église (église Conciliaire !) ne s’est jamais aussi bien portée qu’aujourd’hui (!!! kenzosmileys), c’est un beau moment pour l’Église (église Conciliaire !), il suffit d’en lire l’histoire. » (Au voleur !!! kenzosmileys C’est pas la leur !!!)

Soulignant encore que « la sainteté est plus grande que les scandales », il a encouragé les paroisses à faire preuve d’une « créativité courageuse », même si celle-ci doit générer des réticences de la part de certains fidèles, pour annoncer le Christ et l’Évangile au plus grand nombre. (… !)

 

Pagliaccio-Francesco (Clown-François)

Source : La Vie.fr http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/nouvelle-ouverture-sur-la-question-des-divorces-remaries-17-09-2013-44097_16.php

13 réponses
  1. Avatar
    septembre 19, 2013

    Je vous conseille d’aller visionner la vidéo en tapant dans Google de Benoit XVI son discours de Noël 2005 il parle de l’édification du nouvel ordre mondial que c’est triste pour DIEU.

  2. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    septembre 24, 2013

    la 3° guerre mondiale menace, la guerre civile est prête à exploser un peu partout dans le monde et le faux « pape » François appelle à la révolte !!! il joue manifestement bien le rôle qui lui a été attribué, à savoir attiser la haine des chrétiens contre le système, en fait allumer  des foyers  de révoltes annonciateurs de  guerre civile qui menace en arrangeant le peuple  chrétien contre le système oppresseur, voilà entre autre sa mission !
     
     
    « Le pape François appelle à lutter contre l’idolâtrie de l’argent »
     
    « Le pape François a passé la journée de dimanche (22 septembre 2013 NdCR.) à Cagliari, en Sardaigne, une visite de 10h, ponctuée de nombreuses rencontres, dominée par les questions sociales, suivie par des dizaines de milliers de fidèles. Le Souverain Pontife a célébré la messe en plein air, au pied du sanctuaire de Notre Dame de Bonaria dont vient le nom de sa ville natale, Buenos Aires. Il s’est adressé au monde du travail, dans cette région durement touchée par le chômage ; il a rencontré les malades, les détenus, le monde la culture, les jeunes.
    C’était son deuxième déplacement en Italie, après Lampedusa début juillet. Après Lampedusa, une autre île : la Sardaigne : après le drame des immigrés, l’atteinte à la dignité humaine que constitue le chômage. 
     
    Ovationné par une foule émue jusqu’aux larmes, le pape François a appelé à la solidarité et à plus de fraternité se livrant à une critique sévère du système économique mondial, un système idolâtre, injuste, immoral qui a érigé l’argent en maître et qui pénalise les couches les plus faibles de la société.

    Le Pape incite à la révolte contre un système qui fait du mal

    Tout au long de la journée, le Saint-Père est sorti plusieurs fois de son texte pour dire sa sollicitude et interpeller les responsables. S’exprimant avec passion, parfois avec colère, il a fustigé les dirigeants politiques qui ne trouvent pas de solutions à la crise actuelle. Il a lancé une mise en garde contre les bonimenteurs avides qui promettent des illusions. Mais il a fait encore plus en incitant ses auditeurs à se rebeller contre ce système globalisé qui cause tant de souffrance et à ne pas avoir peur de réclamer du travail à grands cris.
    Dans la soirée, devant le monde de la culture, il devait reconnaître pour la première fois que nous vivons une crise sans précédent, dangereuse pour l’humanité. Elle est – dit-il – économique et financière, mais aussi écologique, éducative et morale. Il faut fuir le pessimisme tout autant que la résignation et chercher de nouveaux chemins. »
     
    Source : http://www.news.va/fr/news/le-pape-francois-appelle-a-lutter-contre-lidolatri
     

  3. Charles
    Charles lien permanent
    septembre 26, 2013

    Cette révolte est toute humaine ! Et c’est EUX qui nous parlent d’idolâtrie !!! Quelle dérision !
    Qu’attendre d’un homme qui n’est qu’un laïc et qui ne reçoit aucune grâce surnaturelle d’état ? Rien ! Ou plutôt si : des réactions toujours plus humaines…une révolte qui ne peut-être récupérée, à terme, que par le Prince de ce monde…..père et maître de toutes les révoltes de l’humanité depuis la nuit des temps….. :evil:

  4. Avatar
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 1, 2013

    Derniers rebondissements dans le landerneau du forum de Bergo.

    Époustouflante et enthousiasmante intervention de Jérôme Bourbon alias Petrus sur le Forum prétendument « catholique » du sulfureux Xavier Arnaud qui n’est pas s’en rappeler la nuisance certaine du ténébreux Philippe Maxence qui sent le fagot. 

    Après Monsieur Rémy, précurseur héroïque, que nous tenons tous ici et ailleurs en haute estime, Petrus est dans son acception “formidable” = dont la force d’âme remarquable est très grande.

    L’insensé troupeau bêlant des moutons de Panurge conciliaire, conservateur et faux traditionaliste, est acculé au bord du précipice moral, diablement bouleversé, leur conscience dépourvue de certitudes béates est complètement désemparée au point de perdre toute contenance inconditionnelle envers leur idole à la suite des dernières farces fétides bergoliennes, leur laissant enfin apparaître, sans artifice ni cosmétique, les poils, les oreilles et les crocs du loup ravisseur…

    Je vous laisse juge ; actualisant toute la pensée de Monsieur Rémy comme  la nôtre et la mienne en particulier sur la Frat. et son fondateur inconsistant, on ne saurait mieux dire :

    « La solution est pourtant simple. Et elle crève les yeux à ceux qui veulent voir la vérité en face.
    Las, il est interdit d’aborder cette question sur le forum et l’on peut compter sur les différents instituts et fraternités traditionalistes pour la cacher et la condamner, sans même tenter de la réfuter un tant soit peu sérieusement. En cela, les Fraternités Saint-Pierre, Saint-Pie X et tutti quanti sont les complices objectifs des modernistes en considérant comme vicaires du Christ des mercenaires revêtus de peau de brebis et en voulant absolument faire croire que la contre-église de Vatican II est l’Église catholique alors qu’elle n’en est qu’une monstrueuse et satanique contrefaçon. Si l’on veut garder la foi, rendre gloire à Dieu et sauver son âme, il faut cesser de suivre et d’admirer des aveugles (Fellay et consorts) qui conduisent d’autres aveugles. Toute autre voie est un chemin de perdition. »

    « Je n’ai aucune sympathie pour la FSSPX qui est un mouvement hérético-schismatique qui ment sur l’infaillibilité du pape et de l’Église, et ce quelles que soient ses tendances internes. Quant à Mgr Williamson, il n’est bon que sur certaines questions historiques contemporaines. Pour le reste, sa théologie est aussi tordue que celle de tous les écôniens, de tous les lefebvristes. Et quand on a passé 42 ans à la FSSPX sans rien y trouver à redire sur le plan doctrinal, il n’y a pas grand chose à espérer. On ne dira jamais assez le mal que Mgr Lefebvre et ses successeurs ont fait à la résistance catholique à Vatican II. En la conduisant dans une voie de garage, en la neutralisant, en lui faisant adopter des positions gallicanes et jansénistes tout à fait sacrilèges et blasphématoires. Qu’on ne compte pas sur moi pour chanter le los du fondateur d’Écône même si c’est à la mode dans les milieux traditionalistes. Mgr Lefebvre a été le fossoyeur de la tradition, et non son sauveur. Il faut vraiment être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas le voir. »
    Petrus.

    MERCI PETRUS !

    Que le Roi de France en la Personne du Christ Jésus, vous bénisse aussi et, vous garde jusqu’à la Résurrection de Son Église où vous entrerez, glorieux, dans la Joie de Notre Seigneur !  

  5. Avatar
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 2, 2013

    Faisant suite à Petrus

    Comment ne pas donner raison à la sagesse prudentielle de Petrus, mon valeureux justicier (celui qui me rend justice).

    Personnellement, je suis un lefebvriste repenti et j’en veux beaucoup à Mgr Marcel Lefebvre.

    Pourquoi ? Parce qu’à cause de lui, nous sommes frustrés de Sacrements et obligés de rompre la communion avec ses clercs.

    Adolescent j’ai porté sa crosse, j’ai servi et communié aux messes « una cum » et aux Offices vespéraux, chanté à l’unisson avec ses prêtres « l’oremus pro pontifice nostro » ; j’ai lu ses livres, entendu ses conférences et reçu avec beaucoup d’attention ses homélies et cependant à ma grande honte toute bue, confondu par Paul IV, j’ai réalisé enfin que j’avais été trompé, abusé et manipulé par l’incongruité théologique, aujourd’hui si manifeste à mon esprit, de l’insoutenable imposture schizophrénique de Mgr Lefebvre qui m’a toujours fait accroire que l’animation de Montini était mauvaise mais valide bien qu’apposant sa signature sur l’Examen critique de Mgr Guérard et que les antipapes (vis-à-vis de Saint Pierre auquel ils prétendent succéder) du conciliabule synagogal qu’il accusait nonobstant, étaient de vrais papes, mauvais, mais de vrais papes catholiques.

    Il m’a trompé en signant tous les textes du conciliabules y compris ceux qui apostasiais directement l’orthodoxie catholique  bien que les dénonçant bien après.

    Il m’a trompé dans la pratique en stigmatisant et persécutant les Orthodoxes dit « sédévacantistes » qu’il récusait farouchement pour favoriser les libéraux et les tièdes à qui il fait obligation par serment la veille de leur ordination d’être en communion perfide avec au pluriel Judas le traître ou l’Iscariote en Araméen, juste qualificatif donné par la suite par les Bienheureux Saints Apôtres.

    Il m’a trompé en laissant toujours entendre que les antichrists sont des « saint pères » et que, reconnaissant toujours publiquement leur autorité arrogée, obséquieusement les sollicitait pour faire ad libitum de la Sainte Tradition bimillénaire (dogmatique, morale, cultuelle), l’une des sources de la Révélation, une insolite expérience de laboratoire écônnienne, ravalant ainsi la Vérité catholique à un sentimental simple choix optionnel facultatif au même titre que des sectes fantaisistes laïques à la mode comme « le chemin neuf, l’emmanuel, le lion de judas, les charismatiques etc. »

    En paroles et en actes vis-à-vis de l’autorité vaticandeuse dite conciliaire qu’il considérait malgré tout bien que tempérée par quelques circonvolutions et réserves de circonstances, Mgr Lefebvre n’est-il pas indirectement à l’origine de la chute et du ralliement du Barroux, de la dissidence de la frat. St Pierre, de l’éclosion de Verrua, du théâtre griciglianesque, etc., de l’union « in sacris » de toutes ses Communautés religieuses et satellites indépendants, acculant les prêtres orthodoxes dit « sédévacantistes » à la solitude du désert et confortant plus ou moins par l’exemple de ses œuvres (paroles & actes) les soi-disant conservateurs tels Fontgombault et assimilés dans leur égarement et communion impie et sacrilège avec la loge synagogale triomphante campant au Vatican ;

    de l’ostracisme vindicatif pour crime de  « non una cum » à l’endroit de Mgr Guérard, qui avait été cependant le tout premier à l’encourager pour prendre la défense du Rit catholique de la Sainte Messe, du rapt et viol de l’esprit de nombreux prêtres imprudents compromis par l’invasion gouvernante de la secte synagogale parce que déboussolés et désorientés par ses propos eu égard à l’investiture canonique en faveur de la légitimité de l’autorité captieuse des loups ravisseurs de vatican loge d’eux, de l’ignorance insolente à l’adresse du Cardinal Siri peut-être alors de bonne volonté et de l’abandon dédaigneuse de Mgr Thuc livré à lui-même et à la tourmente vaticanesque peu pragmatique sans doute mais assurément clairvoyant (représentant l’Asie), de l’isolement égoïste de l’intrépide Mgr Castro-Mayer plus orthodoxe et lucide qu’il ne l’a jamais été (représentant les Amériques) ; ce triumvirat ecclésiastique avec l’Occidental Mgr Lefebvre, hélas méprisé, symbolisait bien encore providentiellement parlant l’universalité de l’Église persécutée exilée.

    Quel insondable gâchis !

    Et surtout, avec l’oblitération de la question de l’invalidité de l’Ordre, l’obscuration délibérée de la Bulle papale de la Constitution apostolique magistérielle authentique “Cum ex Apostolatus Officio” du Pape Paul IV qui m’a dessillé l’esprit et à qui je dois ma totale conversion à l’Orthodoxie en la sage praxie catholique face à la Crise affreuse d’apostasie générale des clercs et des fidèles soixante-huitards d’hier et des voleurs et mercenaires talmudiques d’aujourd’hui qui masquent au regard du monde, l’Église du Corps Mystique, de nos jours éclipsée comme mise au tombeau.

    Ses malheureux atermoiements mondains par pur respect humain intéressé, toujours inconséquents, ont fait beaucoup trop de torts, maux et dégâts au sein de la Résistance catholique (à l’instar de Le Pen dans le temporel) dont Monsieur Rémy, rescapé comme nous, est l’illustre figure (je lui demande humblement pardon d’éprouver encore son humilité) et se sont invariablement traduites, entre autres, par les humiliantes tergiversations grotesques d’un Mgr Fellay et consorts par exemple, qui s’en vouloir se départir de la prison mentale sous écrous affectifs dans laquelle leur fondateur tant vénéré les a enfermée à double tour, s’interdisent absolument toute remise en question ainsi que le remarque justement Saint Vincent de Lérins à propos du pasteur hérétique qui « schismatise » :
    « On hésite à condamner un ancien maître auquel on reste lié par une réelle affection… » …  et que la Divine Providence éprouve dans « pour voir si, oui ou non, nous aimons Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme » (Deut. 13,1-3), plus qu’un humain dans lequel on se confie moralement en une sorte de vénération coupable envers un héritage hétérodoxe dont les intérêts humains sont si contraires aux surnaturels principes vitaux de la Vérité toute entière.

    Et, sans fruits surnaturels – exception faite bien entendu des âmes sans pleine advertance, pas plus que les Grecs et les Russes – d’une pratique contraire à la Volonté divine de la Vérité enseignée, explicitée et actualisée pour notre temps par le Message incontournable de La Salette que leur audace détestable méprise en l’ignorant, ainsi dans cet affront marial, demeure aussi par orgueil « écônnard » épithète justifiée de Petrus que je reprends bien volontiers, toujours sous la capricieuse tyrannie mémorielle de la coupe funeste ambivalente foncièrement indécise qui n’a  rien à envier en somme à la sirupeuse foutaise de cassis avariée, sentimentalement visqueuse en son esprit humainement embrouillé, se refusant, lui comme ses successeurs opiniâtres, de trancher mortellement une bonne fois pour toute la tête horrifique d’Holopherne du serpent Roncallo-Montinien en leur putride progéniture, confondent, hélas, toujours sans état d’âme pour notre malheur et le leur, en souriant sottement, et, sans éprouver le moindre remords d’en rougir, l’Épouse Sainte du Christ (Credo in Unam, SANCTAM, etc.) avec la Grande Prostituée, de nos jours, complètement ivre du Sang des Saints. 

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 3, 2013

      Merci Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus…pour votre témoignage.

      Nous vous prions de bien vouloir entrer en contact avec La Rédaction à cet adresse e-Mail : webmail@catholicapedia.net

  6. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 2, 2013

    Quel réquisitoire cher Omnibus… On ne peut qu’y souscrire ! Outre votre intéressante citation -remarquable- de Petrus, je retiendrai, pour faire très court ce petit passage qui me parait essentiel :
    « j’ai réalisé enfin que j’avais été trompé, abusé et manipulé par l’incongruité théologique, aujourd’hui si manifeste à mon esprit, de l’insoutenable imposture schizophrénique de Mgr Lefebvre qui m’a toujours fait accroire que l’animation de Montini était mauvaise mais valide bien qu’apposant sa signature sur l’Examen critique de Mgr Guérard et que les antipapes (vis-à-vis de Saint Pierre auquel ils prétendent succéder) du conciliabule synagogal qu’il accusait nonobstant, étaient de vrais papes, mauvais, mais de vrais papes catholiques. (…)
    Il m’a trompé dans la pratique en stigmatisant et persécutant les Orthodoxes dit « sédévacantistes » qu’il récusait farouchement pour favoriser les libéraux et les tièdes à qui il fait obligation par serment la veille de leur ordination d’être en communion perfide avec au pluriel Judas le traître ou l’Iscariote en Araméen, juste qualificatif donné par la suite par les Bienheureux Saints Apôtres.
    Il m’a trompé en laissant toujours entendre que les antichrists sont des « saint pères » et que, reconnaissant toujours publiquement leur autorité (…) »

    Tel est le châtiment (spirituel) envoyé par Dieu aux générations des catholiques de ce XXème siècle.Ce châtiment est double car il touche tout à la fois les traditionalistes et les catholiques tièdes vite « conciliarisés » sans même s’en rendre compte pour beaucoup d’entre eux… l’une des racines communes, et pas des moindres, à ces deux camps, étant ce tsunami psycho-affectif qui fait que – je vous cite – « On hésite à condamner un ancien maître auquel on reste lié par une réelle affection… » (St Vincent de L.)
    Et les fruits de ce tsunami affectif coupable sont « la prison mentale sous écrous affectifs dans laquelle leur fondateur tant vénéré les a enfermée à double tour ».
    Puissent tous les catholiques sédévacantistes avoir aussi bien compris le mystère d’iniquité que nous vivons depuis une quarantaine d’année !

  7. Laugier Edouard Marie
    Laugier Edouard Marie lien permanent
    octobre 3, 2013

    Merci à vous, au nom de la Vérité que nous voulons tous ici défendre, de dire enfin clairement les choses concernant Mgr Lefebvre.
     
    Un vieux prêtre à qui je faisais part de critiques vis à vis de Mgr Lefebvre me répondit un jour :  » Tu ne l’as pas connu ».
    Mais alors faut-il connaitre Ratzinger ou Luther pour en penser du mal, St Pie X et St Augustin pour en penser du bien ? 

    Les faits sont là et les jeunes générations ne sont pas interdites de s’exprimer là dessus.
     
    Oui Mgr Lefebvre a été un des seuls évêques à s’opposer durement au concile, à la fausse messe, et à former des prêtres.
    Bravo à lui, il a fait son boulot d’évêque, personne ne lui enlève ce mérite.

    Mais il ne l’a pas fait jusqu’au bout.
    Était-il vers la fin de sa vie sédévacantiste ? Fort bien si cela est, mais il n’a jamais dit publiquement et clairement les choses.
    Et ses prêtres ne disent pas non plus clairement les choses.
    Et cette fraternité à confisqué les Sacrements sous le label « Una Cum » et à prévariquer sur le Sacerdoce.
    Et les pseudos Non Una Cum de Verrua qui ont fait scission n’ont guère fait mieux puisqu’ils se sont vautrés dans une thèse aujourd’hui insoutenable.

    Il faut en finir avec Mgr Lefebvre, et le poison lefebvriste.
    Il est mort et jugé depuis 22 ans, qu’on prie pour lui mais de grâce, qu’on y fasse pas référence, sinon on ne s’en sortira jamais.

    Qu’importe que la Fraternité détourne « l’esprit de Mgr » ou y soit fidèle, il faut tirer un trait là dessus.

    On a déjà assez à payer de plusieurs siècles de prévarications des Anciens, on va pas s’en rajouter une tartine.

    • Jean-Marie de la Salle
      Jean-Marie de la Salle lien permanent
      octobre 4, 2013

      Parrain, je ne peux pas dire mieux comme je le disais souvent à M. Remy dans les débuts de ma conversion. Avec les prêtres de la Fraternité, concernant Mgr c’est comme si le temps s’était arrêté il y a 22 ans, que personne n’avait étudié, qu’on n’avait rien découvert de nouveau, que rien ne s’était éclairci.
      Les prétendus combattants comme l’abbé Rioult qui sont incapables de faire une étude sans faire trente citations de Mgr Lefebvre ça suffit.

      • Laugier Edouard Marie
        Laugier Edouard Marie lien permanent
        octobre 5, 2013

        Il est en forme le fillo ^^ il va nous faire sauter la baraque avant même qu’elle ne soit construite !! 
        Mais il a raison … il y en a marre de ce clergé !! qui navigue en eaux troubles.

  8. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    octobre 3, 2013

    Cher Édouard je suis bien d’accord avec vous !!! merci  pour votre intervention ! 

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 4, 2013

      Cher Édouard !
      La fougue de votre jeunesse et la solidité de votre foi vous fait dire des vérités qu’on n’aime guère entendre dans les milieux traditionalistes en général !

      Je relève tout particulièrement, et avec beaucoup d’intérêt, l’anecdote du vieux prêtre dont vous citez la réponse et remarque au début de votre message. J’ose dire et affirmer que, presque tout le mystère d’iniquité de la tradition se trouve dans ce tout petit bout de phrase ! Ainsi que son châtiment…

      « Tu ne l’as pas connu » est en effet une formule très emblématique de la faille psycho-affective dont Dieu s’est servi comme châtiment du clergé, de sa tiédeur, de son auto-satisfaction et de ses erreurs ecclésiales majeures. Pour ceux d’en face c’est bien sûr encore pire puisque la Ste Vierge n’hésite pas à parler de « cloaque d’impureté » !!!

      Alors que cette « faille » soit la cause du châtiment d’aveuglement spirituel ou qu’elle en soit la résultante, je laisse à chacun l’initiative  d’en juger à sa guise…
      On ne châtie pas ceux qui sont en dehors de l’Église car, par leur prévarication et/ou apostasie, ils se  sont déjà châtiés eux-mêmes  en renonçant au salut que seule l’Église peut leur apporter de par la foi (sans laquelle nul ne peut être sauvé). Non ! On châtie ceux qui sont encore dans l’Église mais la crucifient de nouveau, non pas seulement par leurs péchés personnels, mais par les erreurs monstrueuses auxquelles ils consentent ou adhèrent, de bonne foi ou non, et privilégient leurs égos à travers un affectif déréglé car négateur du principe de non-contradiction et de la distinction du for interne d’avec le jugement au for externe qui est un devoir sacré pour tout catholique ! Ce « vieux » prêtre, que je me garderai bien de juger au for interne, en est sans doute un exemple parmi tant d’autres…

      Il y a pourtant un contre-poison efficace à ce virus affectivo-clérical : l’ouvrage de Don Sarda, « Le libéralisme est un péché ». Je vais finir par croire que bien peu de prêtres l’ont lu, assimilé et médité… ET pourtant !
      Le libéralisme de la pensée finit par empoisonner la fine fleur de notre affectivité, déjà si désordonnée depuis le péché originel. Lorsque cela touche nos relations interpersonnelles, amoureuses ou non, cela peut se rattraper et concerne au premier chef notre conscience ainsi que notre confesseur. Dieu ne veut jamais la mort du pécheur !
      Mais lorsque le désordre affectif atteint les choses de la foi en attaquant l’intelligence par le biais de celles  du cœur, cela devient plus sérieux, plus grave et plus difficile à combattre car l’âme en est comme imprégnée et en fermée  dans une corruption subtile qui n’ose jamais dire son nom et se pare, c’est bien connu, comme l’Enfer, des meilleures intentions. (Prison mentale sous écrous affectifs…pour reprendre l’expression du très talentueux Omnibus)

      Il nous faut dire à tous ces prêtres, mon cher Édouard, que leur état et  leur sacerdoce lui-même, leur fait une obligation de n’avoir des « faiblesses » affectives…que pour Notre-Seigneur !!! Et l’on voit bien toutes les dérives affreuses qui s’en suivent lorsqu’ils rompent avec cette exigence que ce soit sur le plan de l’intelligence de la foi que sur le plan des mœurs…

      Mgr Lefebvre a été, sans doute sans le savoir, l’un des instruments de ce divin châtiment de la tradition catholique et de ses représentants, notamment les clercs. Dieu ne plaisante pas avec l’Église de Son Fils ! Or tout a « commencé » dans l’Église, la vraie, et sous des hommes d’Église, validement ordonnés et consacrés.
      Tant il est vrai que nous payons en aval une infinité de trahisons cléricales en amont.

      Je crains, et c’est terrible, qu’au jour du Jugement, des millions de conciliaires ne se retournent contre nous et, nous désignant du doigt devant le Trône de Dieu, ils nous disent : « C’est à cause de toi, à cause de ce que tu m’as enseigné ou pas, que j’ai perdu la foi catholique ! J’en demande justice au Tout-Puissant ! »
      Que répondrons-nous alors ?????…..(surtout si nous sommes clerc)
       

  9. Laugier Edouard Marie
    Laugier Edouard Marie lien permanent
    octobre 5, 2013

    Merci à vous Fert x3, Jean-Marie de la Salle et Charles, nous sommes sur la même longueur d’onde.

Les commentaires sont fermés.