Aller au contenu

Vatican d’Eux : Huitième Anniversaire de la mort de Roger Schutz

2013 août 22
tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
par Cave Ne Cadas

Nous avons reçu cet article d’un fidèle lecteur :

 

* * *

 

Huitième anniversaire de l’exécution du « Frère » Roger ?

 

 Roger Schutz

 

Le 18 août 2005 (certains disent le 16 ?), le fondateur de Taizé est mort « assassiné. » La presse unanime en a fait le panégyrique. Valeurs actuelles (1), du 19, le qualifiait d’ « homme de paix ».

 Taizé

Sous le titre général L’Europe entière rend hommage à Frère Roger, le même numéro du Monde note la « tristesse de Benoît XVI Entamant, mercredi 17 août, son audience publique hebdomadaire à Castel Gandolfo par quelques phrases : j’ai reçu une nouvelle très triste, terrible…Le frère Roger était pour moi surtout l’un des piliers de l’Europe qui s’unit. » Si Benoît XVI le connaissait le 17, l’assassinat du frère Roger a donc eu lieu au plus tard le 16. Pourquoi, la presse n’en a-t-elle parlé que le 19, en le datant du 18 ? Curieux, mais ce  n’est pas la seule anomalie dans cette affaire !

L’homme d’un réseau.

 

« Le Frère (notons la majuscule) Roger, 90 ans, avait consacré toute sa vie…aux jeunes de plusieurs nationalités », indique Valeurs actuelles, qui poursuit : « Protestant, diplômé en théologie, Roger Schutz était arrivé de Suisse en août 1940, en Saône et Loire, dans le petit village de Taizé, non loin de Cluny, pour y fonder une communauté monastique œcuménique travaillant à la réconciliation des chrétiens. Taizé se trouvait…à quelques kilomètres de la ligne de démarcation. Frère Roger avait alors hébergé de nombreux réfugiés en particulier des juifs qui fuyaient la zone occupée…des milliers de jeunes venus du monde entier, protestants, catholiques, orthodoxes se retrouvaient chaque semaine à Taizé pour y prier. Les rencontres de Taizé organisées chaque année depuis 1978…attirent à chaque fois plusieurs milliers de jeunes (plus de 80 000 à Paris en 2002)… »

 

Le journal Le Monde (2) ne consacre pas moins de trois colonnes entières à la biographie du frère Roger, dans son numéro du 18 août ! On y apprend qu’ « en 1940…sa maison devient un refuge (qui) accueille sans distinction juifs, réfugiés politiques et résistants… Le 11 novembre 1942, à la suite d’une dénonciation, sa maison est fouillée de fond en comble par la gestapo…Roger Schutz est obligé de quitter Taizé et de repasser la frontière (a-t-il bénéficié de protections, pour n’avoir eu qu’une si faible sanction ?)son projet communautaire va mûrir dans l’éloignement de Genève. C’est là que le rejoignent ses premiers compagnons de route suisses comme lui, Max, un théologien… » Max ThurianLe Monde n’en dit pas plus de Max Thurian qui eut, à n’en pas douter, avec Roger Schutz des liens qui ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Curieux ce silence sur le compagnon du frère Roger, dont on ne nous dit nullement ce qu’il est devenu, alors qu’il a partagé sa notoriété des années durant.

 

On nous apprend par contre que le frère Roger est né le 12 mai 1915 en Suisse près de Neuchâtel d’un pasteur protestant suisse et d’Amélie Marsauche, appartenant elle aussi à l’église prétendue réformée. Sa mère est originaire de Bourgogne où il passe ses vacances ; de là son choix de Taizé. « En famille, on lisait Blaise Pascal et Angélique Arnaud. »

Ce que Le Monde omet de nous dire, c’est que les Schutz sont cousins des Schlumberger. Richissimes banquiers suisses, cette famille est notoirement connue en milieu protestant pour être de race israélite. Roger Schutz était donc lui aussi de « la race élue ». Quant à Max Thurian, c’est un cousin de Giscard, prétendu d’Estaing. Ce dernier, le jour de son emménagement à l’Élysée, s’est vanté à la télévision, de descendre du comte de Saint Germain. Celui-ci est un juif occultiste qui joua un certain rôle dans la préparation de la Révolution dite française.

Ce que nous apprend par contre Le Monde c’est que : « en 1948, (ayant fait une) demande à l’évêque d’Autun (d’utiliser l’église du lieu)…(Roger Schutz) reçoit une réponse chaleureusement positive signée du nonce apostolique…Mgr Angelo Roncalli. Ce fut le début d’une longue amitié Jean XXIII est l’un des hommes qui auront le plus compté pour le prieur de Taizé. »

Roncalli, Bea, Taizé (Schutz et Thurian)

Roncalli-Jean XXIII, le Cardinal Bea et Frères Roger et Max Thurian

Comment la demande insignifiante d’user de l’église d’un patelin obscur, qui plus est adressée à l’évêque d’Autun, est-elle parvenue au nonce apostolique à Paris ? Comment la requête d’un inconnu, protestant de surcroît, put-elle être prise en compte et recevoir une réponse chaleureusement positive du futur « pape » Jean XXIII ? Ceci ne peut se comprendre que si elle a cheminé par une filière occulte composée d’initiés, bref par un réseau d’amitiés au service de la Cause. Là est également l’explication du fait que « de 1962 à 1965, Frère Roger est l’un des observateurs les plus attentifs du concile Vatican II », en clair, un des protagonistes les plus actifs du brigandage qui substituera au catholicisme romain, l’œcuménisme judéo-maçonnique.

 

L’Europe judéo-maçonnique.

 

Et Le Monde de poursuivre : « Les rencontres avec Paul VI furent également confiantes. Au cours de son voyage dans la région lyonnaise, le 5 octobre 1986, Jean Paul II franchit le seuil de la communauté : « je me suis senti poussé par une nécessité intérieure » dira le pape ; ajoutant cette autre formule restée célèbre « on passe à Taizé comme on passe près d’une source ». Karol Wojtyla aimait le Frère Roger qu’il avait invité à prêcher dans son ancien diocèse de Cracovie devant 200 000 mineurs. » Ce qu’omet pourtant de dire Le Monde, c’est que Katz Wojtyla, dont le marranisme est notoire, vint de nombreuses fois à Taizé avec l’autorisation du gouvernement polonais communiste et que, lors de l’écroulement du mur de Berlin, les manifestants chantaient des cantiques appris à Taizé !

Karol Wojtyla aimait le Frère Roger

...et quelques années plus tard...toujours le même amour !

Ainsi avons-nous affaire à une entreprise politico-religieuse à dimension mondialiste puisque Le Monde toujours, nous apprend que le frère Roger devait « déclarer à l’UNESCO en 1989 :  « Il dépend des jeunes que la grande famille européenne sorte de l’ère de la méfiance » c’est « l’une des urgences des années à venir… Le tournant », précise Le Monde, « est « le concile des jeunes » que le prieur de Taizé convoque en pleine bourrasque de l’après 68… Avant 1970, par centaines, des jeunes venaient déjà passer Pâques sur la colline : ils sont 2 500 en 1970…7 500 puis 16 000, 18 000, 20 000 à Pâques 74, 50 000 le 30 août suivant pour l’ouverture du « le concile des jeunes ». Banc d’essai pour les JMJ », conclut Le Monde.

Concluons en matière de réseau subversif, sur cette phrase du Monde : «  Hubert Beuve-Méry, fondateur du Monde, était un grand ami de Frère Roger et un visiteur assidu de Taizé. » Lorsqu’on a en tête la conclusion relative à « La face cachée du Monde », que ce journal n’est autre qu’ « une loge maçonnique, courroie de transmission du judaïsme mondialiste », la boucle est bouclée ! 

 

Une drôle de mort !

 

Lorsque la nouvelle tombe, le 18 août, « frère Roger a été poignardé » Au fur et à mesure, on apprend qu’il a été égorgé ! Le Parisien daté de ce jour, titre « La roumaine qui a égorgé frère Roger ».

Luminata Solcanu, l’assassin présumé.L’assassin présumé, dont on a pu prouver qu’elle avait acheté le couteau la veille, prétend ne pas avoir porté le coup qui a tranché la trachée artère du prieur œcuménique. Une femme frêle comme apparaît être Luminata Solcanu sur les photos qu’on a publiées d’elle, a-t-elle pu porter un tel coup ? Elle prétend également, ainsi que l’indique Le Parisien (3), avoir « voulu avertir frère Roger d’un complot de moines francs-maçons ». Le Monde (4), confirme les propos tenus par la jeune femme par le témoignage même du procureur de la République Coste, chargé de l’affaire près du tribunal de Mâcon. Il y a en outre toute une variation sur le nom de la coupable présumée. Dénommée Luminata Sunacu, dans Le Parien, elle devient Luminata Solcanu dans Valeurs actuelles et dans Le Monde du même jour, mais Luminata Solcan dans celui du 20 août. Bref ! On saura au Jugement Dernier.

Les funérailles de Frère Roger

Une foule estimée par la communauté de Taizé entre 10 et 12.000 personnes ont assisté aux funérailles de Frère Roger. Un écran géant a été mis en place en dehors de l'église de la communauté de Taizé, où les funérailles ont eu lieu, pour les milliers de personnes qui n'ont pas pu y entrer.
Le président allemand Horst Koehler, le ministre français de l'Intérieur Nicolas Sarkozy et le clergé du monde entier y ont participé.
Le service a été dirigé conjointement par Walter Kasper, haut responsable du Vatican chargé de réunir les églises chrétiennes, et le successeur désigné de frère Roger, frère Alois Leser, un catholique d'origine allemande.


 

Toutefois, il nous semble que Solcanu pourrait être la forme roumaine de Solcan et que Le Monde informerait ainsi ses lecteurs initiés, en imprimant que l’auteur présumé de l’assassinat se nomme Solcan, nom indubitablement juif comme Laban, Lacan, Gozlan… Ce qui laisserait supposer l’hypothèse d’un règlement de comptes ?

Beaucoup de Roumains sont passés par Taizé. L’affaire Ceauscescu n’était pas si ancienne et y avait trempé un candidat à l’émigration pour Israël. Trotski n’est-il pas mort d’un coup de pic à glace ? Les haines dans ces milieux sont terribles.

 

Frère Roger, principal artisan de l’attentat sacrilège contre la messe.

 

Mais le non du « frère » Roger restera attaché, dans la mémoire des catholiques, à l’attentat sacrilège contre la sainte Messe. Ainsi, le nom de ce prétendu « homme de paix » restera attaché à l’un des plus grands attentats sacrilèges de tous les temps : la tentative au XX° siècle, heureusement avortée par la grâce de Dieu, de destruction de la sainte Messe catholique.

En effet, si le novus ordo missae de 1969 fut proposé par une commission officielle, présidée par le cardinal Bugnini, promulgué par Paul VI et imposé, en 1970, en France par un épiscopat apostat depuis 1958, les travaux préparatoires furent diligentés par une sous commission, dont le noyau dirigeant était constitué des « frères Roger Schutz et Max Thurian ».

 

Ils furent photographiés avec l’ensemble des membres de cette sous-commission. Cette photographie fut diffusée dans le monde entier, car elle fit l’objet d’une publication sur la page de couverture des Informations Catholiques Internationales, cliché repris depuis par plusieurs publications traditionalistes.

Paul VI et les ‘Observateurs protestants’ qui ont participé aux discussions sur la ‘Réforme liturgique’.

Ce n’est pas par hasard que Paul VI a inclus dans le “Consilium” chargé de la réforme liturgique, jusqu’à six membres protestants, qui représentaient le “Conseil Mondial des Églises”, c’est-à-dire : L’église d’Angleterre, l’église Luthérienne et la Communauté protestante de Taizé. Voici les noms de ces membres protestants qui ont collaboré à l’élaboration du “Novus Ordo Missæ” : Georges, Jasper, Sephard, Konnet, Smith et Thurian. Parmi eux, deux Anglicans (l’un Anglais, l’autre Américain), un membre du Conseil Mondial Luthérien ; un autre, membre du Conseil Mondial des Églises, et deux autres luthériens de Taizé.
(Le “Pape” et les pasteurs le 10 avril 1970)


 

On mesure ici l’importance du rôle joué par les deux complices. Il ressort du reste que le texte lui même, qui fut promulgué par le marrane Montini, avait été rédigé par frère Roger, lui-même. Il s’en servait pour célébrer à Taizé ce qu’il avait l’hypocrisie d’appeler la messe ! Mais « Desiderium impiorum peribit : le désir des impies périra », leurs efforts contre la messe se sont soldés par un échec. Il en ira de même en ce qui concerne ceux qu’ils ont déployés, de concert avec Katz Wojtyla, en faveur de la construction européenne. Déjà la confusion des langues se profile à l’horizon politique entre les protagonistes : Allemagne, France, Grande Bretagne …

 

Mais revenons à la date de sa mort. Nous avons dit au plus tard le 16. Ne serait-ce pas plutôt le 15 ? On sait, par la vénérable Marie d’Agréda, auteur de la Cité Mystique, qui révèle des faits surnaturels de l’histoire de la Très Sainte Vierge, que cette dernière donna l’ordre à ses anges d’exécuter Hérode, le persécuteur impénitent de l’Église naissante, l’assassin de saint Jean Baptiste et de Saint Jacques.

Roger Schutz n’aurait-il pas enfreint, en pénétrant dans le domaine sacré de la sainte Messe, une interdiction ? Ne serait-ce pas en vertu de cet impératif moral que Dieu, dans sa justice, lui a réservé la fin qu’il a rencontrée au cours d’une célébration de son propre ordo missae et qu’il aurait dès lors pleinement méritée ?

Une exécution le 15 août, ne serait-ce pas une marque de la punition infligée, comme pour Hérode, à la demande de la Sainte Vierge ?

 

 

* * *

 

Benoît <abbr>XVI</abbr>, le 29 décembre 2012, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre au Vatican

Benoît XVI, le 29 décembre 2012, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre au Vatican (Alberto Pizzoli / AFP)
Benoît XVI a participé samedi 29/12/2012 en fin d'après-midi à une célébration œcuménique sur le parvis de la basilique Saint-Pierre en présence de 40.000 jeunes chrétiens – catholiques, protestants et orthodoxes – venus à Rome à la rencontre européenne de Taizé.

 

Et ça continu toujours sous François 1er (Bergo(go)glio) :

Frère Alois (prieur de Taizé) avec pape François

Frère Alois (prieur de Taizé) avec pape François

 

 


[1] Le journal de Bloch-Dassault.

[2] En page 16

[3] Du 19 août, en page 12.

[4] Également du 19 août, en page 7.

24 réponses
  1. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 22, 2013

    Des nouvelles extrêmement intéressantes, notamment concernant Roncalli, et les origines de la subversion.
    Mais il est vrai que CatholicaPédia est un « horrible » blog qui ne fait que relayer des calomnies, des ordures, des ragots sans la moindre utilité.
     
    Je me demande dans quelle chapelle aurions nous pu apprendre cette information ?
    Vraiment.

  2. Charles
    Charles lien permanent
    août 22, 2013

    Les preuves s’accumulent ad nauseam….et je suis bien de l’avis d’Édouard qui qualifie cet article d’extrêmement intéressant.
    Qui osera, dans le camp catholique, prétendre que tous ces gens là font (faisaient)  encore partie de l’Église Catholique ??? Seuls les fous ou les aveugles (spirituels) le pourront !
    Ce qui n’empêchera pas certains « tradis » (suivez mes regards…) d’attendre leur conversion jusqu’à la fin du monde !!!

    • Edouard Marie Laugier
      Edouard Marie Laugier lien permanent
      août 22, 2013

      Surtout que si conversion il y a d’un Bernegogo par exemple, celui ci n’a aucune prétention à s’installer légitimement sur le trône de Saint Pierre (manquerait plus que cela) et se devra d’être le plus petit et le plus humble des convertis.

  3. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    août 22, 2013

    Je suis hyper choqué ! Je ne pensais pas cet individu immonde a ce point. En tant qu’ex conciliaire je savais des choses sur Taize, j’avais bouffé du Taize, ses chants et ses prières. Mais la c’est totalement nauséabond.
    J’avais ouï dire qu’il s’était converti en cachette et devenu ‘prêtre’ conciliaire mais qu’il ne voulait pas que cela se sache pour ne pas heurter les Protestants. Cela a bien sur été démenti comme cette église et ce milieu sont plein de mensonges et de démentis.
     
    Mais là je suis vraiment secoué, ce sont des racailles à peau de brebis.

  4. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 22, 2013

    La franchise qui s’exprime. Cela nous change des sornettes de cassis-a-con.

  5. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 22, 2013

    Nous pouvons aussi comprendre la belle manip qu’était la chute du mur de Berlin et la « fin du communisme ».
    Sa mutation plus exactement, et sa propagation sous un aspect technologique. Mais communisme toujours.

  6. Avatar
    lejeune dominique lien permanent
    août 23, 2013

    Cet article est excellent et  éducateur ; j’avais l’intuition de cette noirceur mais là elle est mise au grand jour.

  7. Avatar
    Vinkentios lien permanent
    août 23, 2013

    Taizé c’est la peste !

  8. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    août 23, 2013

    Taizé a été et est clairement le « laboratoire » ; on se souvient aussi de la communion donnée par Benoit XVI au « Frère » Roger lors de l’enterrement de Jean-Paul II. La primauté de la praxis, qui devait tant plaire à Wojtyla, la « théologie pratique » qu’il a su manier en maître comme ses comparses. Il y avait aussi la branche Dom Lambert Beaudoin du côté « catholique », Chevetogne………..

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 23, 2013

      Ah oui ! cette photo… j’aurai pu la mettre aussi…

      Et bien la voici :

      B16 sacrilège frère Roger
      Lors des obsèques de Jean Paul II, le frère Roger recevait publiquement la communion des mains du cardinal Ratzinger.

  9. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    août 23, 2013

    Cher Cave Ne Cadas,
    vous ne croyez pas que cette « affaire » là n’est pas également orchestrée ? quelle va être la « punition » de Rome ? Gageons que la « miséricorde » de « pape » François sera à la hauteur de l’évènement !
    SEIGNEUR PITIÉ, REVENEZ NOUS VOUS EN SUPPLIONS !

    Le prêtre franc-maçon de Megève est arrivé à Rome, en larmes.

    Après 39 jours de « pèlerinage » des Alpes françaises à Rome, il n’a pu retenir ses larmes. Le père Pascal Vesin a atteint son but, le Vatican, où il espère que le pape François lèvera la sanction qui le frappe. Le Vatican l’a démis de ses fonctions pour son appartenance à une loge franc-maçonnique.

    France 3 Alpes avec l’AFP
    Publié le 22/08/2013 | 11:30, mis à jour le 22/08/2013 | 16:40

    Pascal Vesin au moment de son arrivée au Vatican. © Photo Gabriel Bouys
    © Photo Gabriel Bouys Pascal Vesin au moment de son arrivée au Vatican.

    http://alpes.france3.fr/2013/08/22/le-pretre-franc-macon-de-megeve-est-arrive-rome-en-larmes-305441.html

    Prêtre depuis dix-sept ans, Pascal Vesin, 43 ans, curé de la paroisse Sainte-Anne d’Arly-Montjoie, à Megève est adhérent actif du Grand Orient de France depuis treize ans. « J’espère être reçu par le pape François ou par un de ses secrétaires. Ma cause dépasse le cas Pascal Vesin », dit-il. Il restera dans cet espoir à Rome, jusqu’aux alentours du 7 septembre. Depuis le 14 juillet, le père Vesin a marché seul sous un soleil écrasant de Megève jusqu’à Rome, faisant du camping sauvage, portant les prières de ses paroissiens. La barbe noire fournie, le visage rougi par le soleil, portant un bandana des Journées mondiales de la jeunesse de Rome en 2000, et chargé d’un lourd sac à dos, il ajoute sous forme de boutade : « J’avais plein de monde dans mon sac, beaucoup ont marché avec moi ! »

    Il dit avoir reçu de nombreux mails et sms de soutien, de catholiques et de non catholiques. Blessé par la sanction de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le curé d’Arly-Montjoie avait d’abord envoyé un premier courrier lapidaire au Vatican. La transformation de Pascal Vesin depuis n’est pas que physique ! Il a effectué « un retour sur lui-même » qui lui a permis de formuler ses arguments. Dans une lettre au pape envoyée le 1er août, il appelle au dialogue avec la maçonnerie, et plus largement avec le monde. L’Eglise ne peut en rester aux condamnations », témoigne-t-il, estimant que c’est aussi le message qu’apporte le pape argentin. Son diocèse a indiqué au prêtre que « rien ne restait fermé », la sanction dite « médicinale » infligée pouvant être « levée » s’il abandonnait la franc-maçonnerie. « C’est médicinal, m’a-t-on dit. Mais il s’agit de guérir de quoi ? » 

    « Ma démarche est dans la dynamique de ce que le nouveau pape annonce et semble commencer à faire. On va le vérifier dans les faits », confie-t-il, se disant profondément attaché à l’Eglise. Le prêtre qui touche son salaire de 700 euros jusqu’en décembre et bénéficie d’une couverture sociale jusqu’en mai prochain, n’entend pas aller devant les prudhommes comme certains lui ont conseillé. « Je ne conspire pas contre l’Eglise comme le faisaient les maçons en 1905. On ne bouffe pas du curé au Grand Orient. On ne m’a pas demandé de renier ma foi. J’ai apporté le message du Christ et je crois à la recherche spirituelle des athées. C’est moi qui ai choisi de frapper à leur porte, par souci d’ouverture. » « Je demande à l’Eglise une ouverture, mais je demande la même ouverture dans la maçonnerie, par exemple l’abandon du secret », ajoute ce prêtre qui prône un rôle accru des laïcs et des femmes dans l’Eglise. 

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      août 23, 2013

      En effet, tout semble bien orchestré par les media en tous les cas… Et certainement aussi par le G∴ O∴  F∴

      Extrait du Monde (http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/07/31/le-pape-francois-n-est-pas-un-revolutionnaire_3455931_3232.html) :

      François rappelle régulièrement l’importance du combat des croyants contre « le diable » lors de ses homélies. On retourne cinquante ans en arrière. Second indice : sa sortie contre le lobbying gay. Derrière cette attaque contre le pouvoir d’influence des gays, se trouve « le » modèle du lobbying pour la conscience catholique : la franc-maçonnerie.

      Or, François, au bout de quatre mois de pontificat, remet au goût du jour cette société secrète, alors que le droit canon de 1983 ne la mentionne pas, pas plus que le Catéchisme de l’Eglise catholique de 1992.

      Et ce que ne dit pas France 3, mais qui est dit par Libération (http://www.liberation.fr/societe/2013/08/21/cure-et-franc-macon-il-demande-la-grace-du-pape_926169) :

      Le Grand maître du Grand Orient, José Gulino, a écrit au pape. « Mais ce n’est pas à la Maçonnerie de dire au pape ce qu’il doit faire ou ne pas faire avec ses prêtres », remarque-t-il, un peu critique de la teneur de cette lettre. « Je demande à l’Eglise une ouverture, mais je demande la même ouverture dans la maçonnerie, par exemple l’abandon du secret », ajoute ce prêtre qui prône un rôle accru des laïcs et des femmes dans l’Eglise.

      PS: j’ai « arrangé » votre commentaire pour plus de visibilité.

  10. Charles
    Charles lien permanent
    août 23, 2013

    Laissons à la secte ce qui est à la secte….ses pompes et ses œuvres ! Ses faux prêtres (mais vrais maçons !) continuer à travailler à la venue de l’Antéchrist… Soyons persuadés que tous leurs faits et gestes sont nuls et non avenus….
    FertX3 ne soyez pas troublé, l’orchestration est belle car elle vient du Démon !

  11. Charles
    Charles lien permanent
    août 23, 2013

    Trouvé sur le Net ! Lisez, c’est savoureux. Attention à votre grille de lecture ! Certains mots sont piégés, mais la bonne foi de l’intervenant ne semble pas être à mettre en cause.

    « Concernant « l’hospitalité eucharistique », il faudrait sérieusement se reposer la question de la pertinence d’une telle chose ! Car c’est scandaleux qu’un protestant mange le Corps de Jésus, réellement son corps, le Corps de Notre Seigneur alors qu’il pense manger un vulgaire bout de pain symbolique… C’est choquant au plus haut point que Notre Seigneur soit outragé de la sorte !

    -> Pour en revenir au sujet général de Taizé, vous l’avez peut être compris, je suis extrêmement sceptique… Pour moi, c’est presque(sic!)  dangereux pour la foi. Je ne suis allé qu’une fois à Taizé et j’ai par contre entendu des nombreux témoignages qui confirment ma désagréable impression.(sic!)
    Il y a un réel risque pour les jeunes qui fréquentent Taizé de tomber dans un « syncrétisme chrétien » ! Notre foi catholique est « mélangé » à du protestantisme qui nous considérons comme faux au niveau doctrinal et liturgique.

    Je veux bien admettre que Taizé puisse être positif pour un jeune totalement déconnecté du Christ, il peut y faire l’expérience (déconnectée???!) de la prière (les chants de Taizé sont très beau et ils aident à la prière, cela est un fait), mais une fois découvert Jésus Christ que va-t-il devenir ? Car les enseignements de Taizé et la pratique de Taizé ne sont pas catholiques ! Si un jeune se converti (???) à Taizé (par la grâce de Dieu) et qu’il vient dans une paroisse catholique (???)  ensuite, il faudra lui apprendre beaucoup de chose qui seront notamment en contradiction avec ceux qu’il aura reçu à Taizé (comme tout ce qui touche à l’Eucharistie, à « l’hospitalité eucharistique », à la Vierge Marie, etc.)

    J’ai vu tant de jeunes qui fréquentent Taizé, ils sont sincères, cela n’est pas en cause, mais objectivement leur foi n’est pas catholique… Grace à Taizé et à leur « aumônerie catholique » de collège-Lycée, pour la plus part, ils n’ont aucune foi en la présence réelle de Jésus dans l’Eucharistie… C’est grave !
    À Taizé, il y a deux files pour aller « communier », une où l’on communie au Corps du Christ, l’autre où on mange du pain… De nombreux « catholiques » vont manger du pain et de nombreux protestants vont manger le Corps du Christ, sans savoir ce qu’ils font ! Cela est un fait ! Et un fait scandaleux, ici ce n’est pas de « l’hospitalité eucharistique » mais de l’ignorance grave. Il suffit d’avoir raté la première prière ou d’avoir mal écouté pour se tromper de file… C’est grave, très grave.

    Au niveau liturgique la messe du matin (tôt) est scandaleuse et les jeunes ne sont vraiment pas encouragés à aller à la messe (qui est centrale dans la foi catholique, tout découle de la messe, tout !! et à Taizé les jeunes ne doivent pas y aller). Ensuite le corps du Christ est distribué lors d’une prière commune… Le Concile Vatican II a justement lutté pour éviter que la communion soit donnée en dehors de la messe (Ce n’est pas interdit mais fortement découragé… pourtant on le fait chez les catholico-protestant de Taizé). On dit aux prêtres de ne pas faire trop catholiques quand ils célèbrent…. Un scandale ! »

    Je pourrais continuer… En conclusion, je dirais que, à la limite, Taizé peut être bénéfique pour un jeune totalement éloigné du Christ mais que Taizé est dangereux pour la foi d’un jeune catholique. Car à l’âge où il doit apprendre des choses consistantes sur sa foi, à Taizé on lui apprendra des choses limites voir contraire à sa foi catholique, notamment sur l’Eucharistie.

    D’autres commentaires me semblent superflus.

  12. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    août 23, 2013

    Ce dernier commentaire est très fidèle à la réalité bien que réalité conciliaire. C’est vraiment ce qu’on observe en travaillant en Aumônerie.

    • Charles
      Charles lien permanent
      août 23, 2013

      Tout à fait cher J.M. ! ET Dieu reconnaîtra les siens ! Je suis heureux que vous apportiez la caution de votre expérience personnelle à ce modeste article. Qu’il faut bien sûr lire en ayant présent à l’esprit que l’auteur s’exprime avec des concepts catholiques mais dans un « cadre » entièrement conciliaire ! C’est précisément là que l’on observe un certain degré d’aveuglement chez les catholiques, mais, je vous l’accorde cher Édouard, à un degré bien moindre que tous les hiérarques et « salopards » de cette secte !!!

  13. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 23, 2013

    Eux (ce gars qui témoigne) se trompent de bonne foi et son très certainement hérétiques matériels.
    Même si cela n’est pas non plus sur à 100 %. Mais les salopards de hiérarques conciliaires eux, savent ce qu’ils font, mieux que Mr Bontemps qui s’obstine à les défendre dans leurs « droits » à devenir (sic) des Chefs de l’Église Catholique.

  14. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    août 24, 2013

    Nous devrions organiser une neuvaine pour la conversion (si ce n’est déjà fait ? ) de cette roumaine qui nous a débarrassé de ce sale type.
    Comme le dit si bien notre ami PCB dans ses conférences, les hérétiques on dialogue pas avec, on les liquide !!!
     
     

    • Avatar
      Paul Martin lien permanent
      septembre 14, 2013

      C’est très rassurant de constater que ce forum et cet article fumeux en particulier ne suscitent aucun débat.
      Entre zozos complotistes on semble se comprendre à demi-mot et les sous-entendus n’ont pas de secret quand on est infiniment réactionnaire et si naïvement belliqueux.
      On peut pourtant craindre les méfaits de la théorie du complot. Si elle est l’émergence d’un forme de paranoïa assez commune, cette théorie à l’heure d’Internet est susceptible de faire davantage de dégâts.

  15. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    septembre 16, 2013

    À ce niveau là on ne discute même plus.

  16. Avatar
    Valleguidonensis lien permanent
    décembre 3, 2013

    C’est étonnant : la mise en page de ce blog le fait de prime abord passer pour un site sérieux, mais dès qu’on lit un peu l’article, c’est du délire profond !!!! L’auteur n’a visiblement qu’une connaissance toute relative des faits et de la réalité de ce qu’est la communauté de Taizé et la vie de frère Roger.
    Se baser sur une photo pour affirmer que le novus ordo a été rédigé par frère Roger, quelle rigueur dans l’information et l’argumentation ! C’est délirant ! Comment imaginer que deux observateurs auraient pu être membre d’une commission ? C’est méconnaître totalement les règles du Vatican et du Droit canonique.
    Franchement, on est au même niveau que les propos délirants de Luminita Solcan, qui a assassiné frère Roger le 16/08/2005, qui a été reconnue irresponsable car mentalement dérangée…

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      décembre 3, 2013

      Cher Monsieur,
      vous parlez pour « ne rien dire »…
      Il faut réfléchir (longuement) avant de parler (ou d’écrire)…

      Salomon, l’a formulé de la façon suivante :

      « Le sage tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler »

      De nos jours, comme on parle de moins en moins et qu’on utilise de plus en plus un clavier, avant de taper des bêtises, on devrait plutôt dire « tourner sept fois son clavier dans sa bouche ».
      En effet, dans votre « délire profond » vous avez cru lire que « le novus ordo a été rédigé par frère Roger »…

      Alors que nous avons bien noté :

      « de 1962 à 1965, Frère Roger est l’un des observateurs les plus attentifs du concile Vatican II », en clair, un des protagonistes les plus actifs du brigandage qui substituera au catholicisme romain, l’œcuménisme judéo-maçonnique…

      Si plus loin nous notons :

      En effet, si le novus ordo missae de 1969 fut proposé par une commission officielle, présidée par le cardinal Bugnini, promulgué par Paul VI et imposé, en 1970, en France par un épiscopat apostat depuis 1958, les travaux préparatoires furent diligentés par une sous commission, dont le noyau dirigeant était constitué des « frères Roger Schutz et Max Thurian ».

      Ce n’est en effet pas par hasard que Paul VI a inclus dans le “Consilium” chargé de la réforme liturgique, jusqu’à six membres protestants, qui représentaient le “Conseil Mondial des Églises”, c’est-à-dire : L’église d’Angleterre, l’église Luthérienne et la Communauté protestante de Taizé. Voici les noms de ces membres protestants qui ont collaboré à l’élaboration du “Novus Ordo Missæ” : Georges, Jasper, Sephard, Konnet, Smith et Thurian. Parmi eux, deux Anglicans (l’un Anglais, l’autre Américain), un membre du Conseil Mondial Luthérien ; un autre, membre du Conseil Mondial des Églises, et deux autres luthériens de Taizé.

      Et ce n’est pas « par hasard » que le “Pape” a tenu a poser officiellement avec les pasteurs le 10 avril 1970 au Vatican…pour bien démontrer « au Monde » l’IMPORTANCE qu’ils leur donnait !!!
       

Les commentaires sont fermés.