Aller au contenu

Samedi 13 octobre 1917 : 100 -3

« Il faut cesser d’offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé. »

2014 octobre 13

 

« Il faut cesser d’offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé. »

 

Journal de Fátima

 

Ce 13 octobre, malgré la pluie, la foule était au nombre de 50 000 à 60 000 personnes ! Certains étaient venu de très loin pour assister à l’Apparition promise. Parmi cette masse, des incroyants étaient eux aussi là, prêt à intervenir dans le cas où il ne se passerait pas le miracle annoncé par Notre-Dame, les mois précédents.

 

Pour la première fois, la mère de Lucie pensa au drame qui pourrait survenir si le miracle du Ciel ne se produirait pas !, tandis que les parents de François et de Jacinthe, eux, avaient une grande confiance sur les promesses de la Sainte Vierge ; quant aux enfants, ils ne se troublaient pas du tout devant une si imposante foule.

 

Pour réciter le chapelet la foule ferma les parapluies, bien qu’il pleuvait assez à cet instant, et, dans la boue, les fidèles s’agenouillèrent.
Il était déjà 13h30 et certains incroyants commençaient à exciter les gens à cause que le miracle était annoncé pour midi. Pourtant, la Sainte Vierge était à l’heure ! En effet, le gouvernement de l’époque, en pleine première guerre mondiale, avait imposé au pays une heure légale qui avançait de 90 minutes sur l’heure solaire ; mais le Ciel n’a que faire de l’heure des hommes !… à l’heure du soleil il était bien midi et, regardant du côté du Levant, la petite Lucie vit la lumière qui précède chaque Apparition ; et, en effet, Notre-Dame apparut du dessus du chêne-vert. S’adressant à Lucie, Elle lui dit :

« Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue toujours à réciter le chapelet tous les jours. La guerre va finir et les militaires rentreront bientôt chez eux. »

Là encore, de nombreuses demandes de guérison étaient demandé à Notre-Dame.

« Les uns guérirons, les autres non, car il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon de leurs péchés. »

et prenant un air plus triste, Notre-Dame dit :

« Il faut cesser d’offenser davantage Dieu Notre Seigneur, car Il est déjà trop offensé. »

 

Pendant qu’Elle s’entretenait avec la petite voyante, la foule vit par trois fois se former autour du chêne une nuée, qui, ensuite, s’éleva dans l’air pour finalement disparaître.
Interrogée le jour même de ce 13 octobre 1917 par l’abbé Formigão, la petite Lucie dit que « Notre-Dame a demandé de réciter le chapelet, de nous corriger de nos péchés, demander pardon à notre Seigneur, mais n’a pas parlé de pénitence. »

Danse du Soleil - Fatima 13 oct 1917

La foule observant le miracle du soleil

Temoins du Miracle du soleil à Fatima le 13 octobre 1917

Pendant que Notre-Dame s’élevait, le reflet de la lumière qui se dégageait d’Elle se projeta sur le soleil. C’est à ce moment que la foule put contempler la danse du soleil : la pluie cessa soudainement et les nuages se dispersèrent brusquement, laissant apparaître un ciel clair. La foule put alors regarder directement le soleil sans risque de se brûler les yeux ni sans être aucunement incommodé. Devant ce si grand miracle, défiant toutes les lois de la nature, il y avait un grand silence. L’astre se mit à trembler avec des mouvements brusques, puis il tourna sur lui-même à une vitesse vertigineuse, en lançant des gerbes de lumière de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Il semblait s’approcher de la terre, au point que la foule s’en inquiéta. En effet, le soleil, conservant son mouvement rapide de rotation, paraissait brusquement se détacher du ciel et avancer en zigzaguant sur la foule. Ce fut un instant si terrible que plusieurs personnes s’évanouirent, mais finalement il s’arrêta au grand soulagement de tous.
À la stupéfaction générale, la foule put constater que leurs vêtements, trempés par la pluie quelques minutes auparavant, étaient complètement secs !.

Ce phénomène qu’aucun observatoire astronomique n’a enregistré, et qui n’a pu être, par conséquent, un phénomène naturel, des personnes de toutes les conditions et de toutes classes sociales l’ont constaté, des incroyants comme des croyants. Les journalistes des principaux quotidiens du Portugal l’ont vu et raconté. Même des personnes qui se trouvaient à plusieurs kilomètres de Fátima en ont été témoins, ce qui détruit l’hypothèse d’une illusion d’optique ou de l’hallucination collective.

 

Pendant les dix minutes où la foule contemplait ce miracle cosmique, les trois petits voyants purent admirer, près du soleil, trois tableaux successifs :

La Vision de la Sainte Famille : À coté du soleil apparut saint Joseph avec l’Enfant-Jésus et Notre-Dame, vêtue de blanc avec un manteau bleu. Saint Joseph et l’Enfant-Jésus semblait bénir le monde, avec des gestes qu’ils faisaient de la main, en forme de Croix.
La Vision de Notre-Dame des Douleurs : Après la première vision ci-dessus, les enfants virent Notre Seigneur Jésus-Christ et Notre-Dame des 7 Douleurs. Notre Seigneur semblait bénir le monde.
La Vision de Notre-Dame du Mont-Carmel : dans cette dernière vision, Notre-Dame apparut seule sous l’aspect de Notre-Dame du Carmel.

 

Lucie seule vit la seconde et la dernière vision, tandis que François et Jacinthe n’eurent le privilège de n’apercevoir que la vision de la Sainte Famille.

 

Ce fut la dernière fois que Notre-Dame apparut à la Cova da Iria, laissant les preuves irréfutables de Son existence. Bien sur, cet événement parut dans la presse.
Dans son cahier de souvenirs, sœur Lucie (alors sœur Marie de Jésus) avait ajouté des remarques qui s’adressent à nous tous : « En cette apparition, les paroles qui restèrent le plus profondément ancrées dans mon cœur furent celles par lesquelles notre sainte Mère du Ciel suppliait les hommes de ne plus peiner Notre Seigneur trop offensé. Quelle amoureuse plainte elles contiennent et quelle supplication ! Oh ! que je voudrais qu’elles résonnent dans le monde entier et que tous les enfants de la Mère céleste écoutent sa voix ! ». À un autre endroit, elle nous dit que lorsqu’elle parlait de cette dernière visite céleste avec ses cousins, ils ne pouvaient retenir leurs larmes en se rappelant la tristesse du visage de l’apparition quand elle avait prononcé ces paroles.

 

Journal de Fátima

 

5 réponses
  1. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 14, 2014

    AVIS À LA POPULATION :

    « Les homosexuels sodomites ont des DONS et des QUALITÉS à OFFRIR à la communauté [ils font bien de ne plus dire « église » car LEUR communauté ce n’est pas l’Église] chrétienne conciliaire ».
    Le synode du loup et des renards d’octobre 2014 au vaticand’eux.

    « L’ESSENTIEL, C’EST D’AVANCER… » dit Di Falco !
    … dans la fosse … à purin !!! 

    Di Falco dixit :

    « L’homosexualité est un fait, ce n’est pas un choix. Le choix est dans la manière de vivre cet état de fait et particulièrement lorsqu’on est chrétien Ce n’est pas parce qu’on est homosexuel qu’on n’a pas le droit d’aimer et d’être aimé. En revanche, je crois que l’erreur de ceux qui ont réclamé le mariage, c’est d’avoir voulu employé le terme mariage. Le mariage c’est l’union d’un homme et d’une femme. Pour les autres situations, pourquoi pas un contrat d’union civile qui donne les mêmes droits qu’à un couple hétérosexuel. C’est déjà le cas du PACS. Quant aux manifestations, plutôt bon enfant au début elles ont été récupérées par la suite. Je pense aussi que les enfants n’avaient pas à être dans ces manifestations. Ce n’était pas leur place. Parmi ces enfants, de 7, 8, 10 ans, quand ils auront 18 ou 19 ans, l’un ou l’autre se découvrira peut-être homosexuel. Vers qui vont-ils se tourner pour parler de ce qu’ils découvrent en eux et de ce qu’ils vivent quand ils se souviendront que leurs parents les ont emmenés dans des manifestations dans lesquelles se sont exprimés des gens de manière agressive et violente à l’égard des homosexuels ? »

    (sic ! dit le Lévitique)

    http://www.ledauphine.com/hautes-alpes/2014/08/17/mgr-di-falco-et-la-reforme-de-l

    Réformer encore et toujours aux idées hégéliennes du « progrès » destructeur pour s’aligner sur l’opinion impie de l’esprit du monde pécheur dont Satan est le prince, le voilà qui fait danser :

    « Ève lève-toi et danse avec la vie
    L´écho de ta voix est venu jusqu´à moi
    Ève lève-toi tes enfants ont grandi
    En donnant la vie je serai comme toi »

    Aurélie AUSSI… elle danse, elle danse … !

    Aurelie lien permanent octobre 9, 2014

    « Je ne devrais peu-être pas venir sur ce blog, mais j’y suis arrivée par hasard.
    Prier pour que les gens s’aime n’a rien de malsain je crois. Depuis cinquante ans que vous critiquez et insultez tous les Papes et le clergé de Vatican II. Il serait peu-être temps d’en revenir, vos propos ne sont pas seulement insultants pour l’Église mais ils sont carrément méchants, ce qui est tout le contraire de l’Amour de Dieu. Pratiquez comme vous voulez et laisser les autres tranquille, si vous aimez vivre dans le passé continuez, mais je crois que beaucoup ne vous suivraient pas, avec raison, fini le retour en arrière, fini les pauvre mères avec des familles si nombreuses à les épuiser, fini la soumission au père et au mari, qui voudrait encore de ça ? Dieu merci je n’ai personne comme vous dans mon entourage même pas ma vielle maman. »

    COMME Félicie ! (Fernandel)

    Le « prêtre » (pécheur converti du satanisme) du Vatican (d’Eux) sans doute de … 2033 !!!!! — si Dieu les laisse faire — et qui dit beaucoup moins de conneries qu’un Di Falco ou une Aurélie la conciliaire SI tolérante parce qu’aimante qu’elle ne voit ni ne réprouve pas le mal ; nouvelle Ève séductrice qui aime le diable autant que le bon dieu, n’aime ni n’adore Dieu vraiment en esprit et en VÉRITÉ, seulement sa volonté et le « prêtre » de son futur conciliaire :
     

     

    « Oh ! Cœur mortel
    Ève aux yeux pâles
    Délaissée par le ciel elle a mal »
    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

     

  2. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 14, 2014

    Remarquable petite vidéo dont l’atypisme saute aux yeux dès la première seconde, les âmes « sensibles » étant crispées par l’apparence du conférencier. Conférencier qui ne « dit pas que des conneries » pour reprendre l’expression même d’Omnibus !

    Nos schémas mentaux et notre grille élitiste s’en trouvent  bouleversés et les « culs serrés » de sacristie et d’ailleurs en sont pour leurs frais ! Nous vivons des temps éprouvants et terribles mais également si surprenants et tellement hors normes !… Dieu, le plus grand pédagogue de tous les temps, ne nous suggérerait-il pas à travers tout cela que les temps ne sont plus aux attaches terrestres, même légitimes, mais à la foi seule ? C’est bien possible…

    Certes l’habit ne fait pas le moine mais il y contribue grandement…

    Je conseille donc aux âmes sensibles (!) d’écouter cette vidéo sans l’image…ou de fermer les yeux pour en mieux recueillir la substantifique moelle…

    Lui, au moins, n’a pas usurpé une apparence  comme les faux prêtres et les faux évêques de la secte ! Il a gardé la sienne jusqu’à temps que Dieu lui fasse peut-être la grâce de s’en débarrasser !

    Oremus.
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      octobre 14, 2014

      Ou bien c’est un ennemi qui use d’un peu de miel (part de vérité) pour attirer les âmes qui cherchent la Vérité dans des fausses solutions …
      Ah que ce milieu est naïf … entre ça et l’antijudaisme religieux en lieu et place du saint antitermitisme …

      • Ludovicus
        Ludovicus lien permanent
        octobre 15, 2014

        Assez d’accord avec Édouard-Marie Laugier, ce personnage est insupportable, son « look » prêche pour lui et il a encore du chemin à faire.

        Il n’aurait pas usurpé une apparence et c’est cette « sincérité » qui lui servirait de certificat pour se faire reconnaître même par des « semper idem », c’est à pleurer.

        Les loups déguisés en brebis pullulent.
         

  3. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 15, 2014

    « POURQUOI AVOIR PEUR !? » Saint Marc IV, 35-41

    … des démons pieux, il y en a quand même qui disent chaque jour dévotement leur chapelet,

    Édouard Marie et  ,

    du haut de vos bruyants percherons, où voyez-vous une quelconque « NAÏVETÉ » ou « RECONNAISSANCE » de notre part, j’y inclus aussi l’innocence de Charles.

    Apprenez que nous ne voyons quant à l’intérieur (discernement des esprits jugeant des actes au for externe, sans prétention de juger du salut ou pas au for interne) AUCUNE différence à nos yeux entre le renard de Gap et ce sataniste repenti, la différence se démarque seulement dans leur extérieur et l’ex sataniste fardé et griffé a bien plus de théologie que ce moderniste apostat immoral en clergyman qui flatte le péché ; c’est pourquoi, je les ai mis, entre autres, volontiers en parallèle ; bien entendu, mes biens chers frères, j’abonde évidemment dans votre sens, et comme toutes les megachurchs des télévangélistes vedettes américaines, à son niveau, cette créature sodomite webévangéliste réchappé de Satan grimé encore comme un damné ACDC, se sert à son profit de la lettre de l’Écriture Sainte pour séduire tout AUTANT que la secte maçonnique squattant le Vatican en soutane rouge

    et blanche mais sans fards ni griffes mais avec des CORNES…pour une Ode au Nouvel Ordre Mondial.

    Un certain Maréchal de France déplorait jadis que les Français ont décidément la mémoire courte.

    Voulez-vous que je vous rappelle les célèbres dossiers du Blog sur le soutien de Berg’ Oglio d’enfer à Sodome et Gomorrhe :

    https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=bergoglio+et+les+homosexuels+catholicapedia&spell=1

    Non ! N’est-ce pas,

    alors de grâce, ne nous faites pas non plus un bien mauvais procès d’intention indigne de vous.

    « Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule en paraboles. Le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmènent Jésus dans la barque, comme il était ; et d’autres barques le suivaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait d’eau. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Ses compagnons le réveillent et lui crient : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il interpelle le vent avec vivacité et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi avoir peur ? Comment se fait-il que VOUS N’AYEZ PAS LA FOI ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

    Saint Marc IV, 35-41

     


     
    Sur le péché à la mode le plus mortel de l’âme après l’homicide qui dégoûte même les démons pieux.

    Le Principe, dans la justice et la sainteté de la vérité en la sexualité humaine, est :

    « Et afin que cette union de l’homme et de la femme fût mieux en harmonie avec les desseins très sages de Dieu, elle reçut et, à partir de ce jour, porta au front, comme une empreinte et comme un sceau, deux qualités principales, nobles entre toutes, savoir l’unité et la perpétuité – C’est ce que nous voyons déclaré et ouvertement confirmé dans l’Évangile par la divine autorité de Jésus-Christ, affirmant aux Juifs et aux Apôtres que le mariage, d’après son institution même, ne doit avoir lieu qu’entre deux personnes, un seul homme et une seule femme ; que des deux il doit se faire comme une seule chair ; et que le lien nuptial, de par la volonté de Dieu, est si intimement et si fortement noué, qu’il n’est au pouvoir d’aucun homme de le délier ou de le rompre. « L’homme s’attachera à son épouse, et ils seront deux en une seule chair. C’est pourquoi ils ne sont déjà plus deux, mais une seule chair. Que l’homme ne sépare donc point ce que Dieu a uni » St. Mt. XIX, 5 – 6.
    du pape Léon XIII : ARCANUM DIVINAE SAPIENTIAE 1880

    Maintenant, son péché, est :

    Saint Jean Chrysostome (344/349-407) Patriarche de Constantinople et l’un des Pères grecs des Églises catholique romaine, byzantine orthodoxe et orientales, enseigne de Dieu que :

    « La sodomie est un acte infâme qui fait souffrir l’âme plus que le corps, qui fait sortir l’homme de sa nature humaine et le place, dans la hiérarchie des êtres, en dessous des animaux sans intelligences (les brutes). C’est une promesse d’enfer à l’image de celui suscité par la punition de Sodome et de Gomorrhe. Son origine est la recherche du plaisir et l’oubli de la crainte de Dieu. » (Homélie LVIII sur saint Matthieu, al. 57)

    Saint Augustin (354-430), l’un des principaux Pères latins de l’Église catholique romaine enseigne de Dieu que :

    « Dieu ait puni Sodome par une pluie de feu, montre à quel point les actes homosexuels tombent sous le jugement condamnatoire de Dieu. Ces actes violent la nature humaine créée par Dieu et rompent l’alliance entre Lui et l’humanité. Ce sont des actes condamnables en eux-mêmes, quand bien même ils seraient pratiqués universellement. »
    (La Cité de Dieu, Livre XVI, Chapitre 30

    Grégoire Ier dit le Grand (540-604) le 64ème pape, docteur et l’un des Pères latins de l’Église catholique romaine, déclare de Dieu :

    « La punition de Sodome par le soufre et le feu montre par analogie la puanteur et la souillure de la chair et de ses désirs pervers. » (Moralia in Job, Livre XIV, chapitre 10).

    Lévitique XX : 13,

    « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. »
    [Aux Temps bibliques, peine physique comme l’homicide signifiant toujours la mort de l’âme]

    Romains I : 26-28,

    « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. Comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes. »

    Conclusion à l’adresse du vatican sodomite :

    Ce n’est pas parce que le mariage entre deux hommes est une aberration humaine, sociale et sexuelle que la luxure : c’est bien,

    pas plus que sur le plan moral, le parricide, l’homicide, le vol, le mensonge etc.

    N’oubliez jamais que la sodomie habituelle (habitude mauvaise) ou « pour le vice », soit pervers, n’est jamais anodine ni sans conséquence pour la psyché, ce qui est vrai pour le crime de l’âme envers un enfant qui en souffrira hélas dans son immaturité toute sa vie davantage, l’est tout autant vrai aussi pour un adulte dont l’âme ainsi avilie, s’efféminera ou se dévirilisera progressivement, (le maintien et les manières narcissiques, l’autorité capricieuse, les humeurs colériques, la voix, la préciosité excentriques des goûts etc.) à preuve, la procession d’enfer de Sodome lors de la gay pride hystérique.

    Je ne suis pas homophobe, non pas, je n’ai pas peur de l’homme comme la plupart des animaux, j’ai peur seulement de la sodomie, je suis donc SODOPHOBE.

    Des pauvres bougres au Vatican,

    Conciliaires, frateux et tutti quanti, ne vous laissez donc pas récupérer sottement à peu de frais par le lobby pédérastique lorsque l’on prétend défendre l’inviolabilité du sanctuaire sacré de la triade familiale, père, mère, enfant contre la monstruosité du péché pour tous…

    Je rappelle à toutes fins utiles que la pédérastie comme tous les maux moraux ou péchés est la conséquence variablement accusée chez les individus en plus de leurs propres péchés personnels du dérèglement de l’intégrité créée consécutif au péché adamique dit originel lors de la perte des dons préternaturels divins.

    C’est-à-dire, que dans notre conception maculée lorsque la chair n’est plus entièrement soumise au souverain domaine de l’esprit réglé par la raison droite dont l’éclairage intelligent en pleine advertance de l’exercice de la conscience innée vous fait juge de discerner la nature même du bien contre en l’espèce la praxie du mal d’ordre sexuel, il appert par exemple, que dans la vie des pauvres pécheurs, des (et non pas les) hommes normalement constitués pourtant virils et d’une sexualité naturelle, vaginale, mais privés de liberté et de femmes, s’adonnent cependant en prison, quand bien même la sodomie (masculine) les dégoûtait au dehors, si ce n’est par concupiscence de la luxure, à une pratique contre nature, …

    Mémento :

    — Dans l’Éthique à Nicomaque, Aristote considère que l’homosexualité était une maladie psychique, une folie, ou un état morbide de la même sorte que le cannibalisme ou la folie qui consiste à se nourrir de charbon et de cendres, ou à s’arracher les cheveux. Elle peut être innée, mais aussi liée aux abus subis dans la jeunesse.

    — Platon, dans les Lois, considère que la relation homosexuelle est une crime contre la nature et la société.

    Grosso modo, il y avait en Grèce des dépravés qui ont agité la population et semé le trouble dans les esprits faibles, incitant la jeunesse fragilisée et déstabilisée à les imiter et respecter leur pratique déviante, ils firent à n’en pas douter de l’entrisme sociopolitique pour se faire bien voir des tolérants et tolérantes et en se réhabilitant ainsi aux yeux des naïfs licencieux, saper insidieusement l’Ordre divin de l’altérité sexuelle de la nature morale de l’homme binôme doué d’organes géniteurs complémentaires et s’assurer ainsi sous l’influence de leur publicité toujours tapageuse l’approbation de leur déviance personnelle et péché public ; puis, ont été dénoncés par tous les intellectuels ou penseurs grecs de leur époque entraînant des mesures juridiques drastiques contre les sodomites pour préserver la dignité de la Cité humaine tandis qu’aujourd’hui le vatican maçonnique les flatte complaisamment.
    Avoir été prostitué homosexuel vaudra au politicien Timarque, de perdre ses droits civiques, il échappa néanmoins à la mort, qui était la peine prévue par la Loi.

    Par ailleurs… de Jérôme BOURBON,

     

    Le Vatican bénit les unions homosexuelles, Valls détruit la famille

    Le Vatican donne son feu vert aux unions homosexuelles. Dans un document officiel en date du 13 octobre intitulé Relatio post disceptationem (rapport à mi-parcours après la discussion du synode extraordinaire sur la famille), le rapporteur général de l’assemblée, le “cardinal” Peter Erdo, écrit au nom du synode et de Bergoglio : « Les personnes homosexuelles ont des dons et des qualités à offrir à la communauté chrétienne : sommes-nous en mesure d’accueillir ces personnes en leur garantissant un espace de fraternité dans nos communautés ? Souvent elles souhaitent rencontrer une Église qui soit une maison accueillante. Nos communautés peuvent-elles l’être en acceptant (sic) et en évaluant leur orientation sexuelle, sans compromettre la doctrine catholique sur la famille et le mariage ? »
    « La question homosexuelle, peut-on lire également dans ce rapport officiel du synode sur la famille, nous appelle à une réflexion sérieuse sur comment élaborer des chemins réalistes de croissance affective et de maturité humaine et évangélique en intégrant la dimension sexuelle : elle se présente donc comme un défi éducatif important. […] Sans nier les problématiques morales liées aux unions homosexuelles, on prend acte qu’il existe des cas où le soutien réciproque jusqu’au sacrifice constitue une aide précieuse pour la vie des partenaires. De plus, l’Église prête une attention spéciales aux enfants qui vivent avec des couples du même sexe, en insistant que les exigences et les droits des petits doivent toujours être au premier rang. »
    « Une nouvelle sensibilité de la pastorale d’aujourd’hui consiste à comprendre la réalité positive des mariages civils et, compte tenu des différences, des concubinages. Il faut que dans la proposition ecclésiale, tout en présentant clairement l’idéal, nous indiquions aussi les éléments constructifs de ces situations qui ne correspondent plus ou pas encore à cet idéal. »

    L’église Conciliaire reconnaît ainsi officiellement les unions contre-nature, ce qui est d’une gravité inouïe. Ce n’est toutefois pas complètement une première : du temps de Benoît XVI le “cardinal” Paglia, ministre de la famille du “Saint-Siège”, s’était prononcé explicitement en faveur des unions civiles homosexuelles. Naturellement les media du monde entier se réjouissent du document vaticanesque et lui donnent une grande répercussion. Voici en vrac quelques-uns des gros titres que l’on peut lire dans la presse internationale et sur Internet depuis lundi soir : « Mariage homosexuel : le Vatican reconnaît qu’il peut représenter une “aide précieuse pour la vie des partenaires” », « Le Vatican change de ton sur l’union libre, même homosexuelle », « Mariage : l’Église se montre plus bienveillante à l’égard des unions libres et des homosexuels », « Divorcés remariés : l’Église catholique prête à donner son feu vert », « Le synode reconnaît des valeurs positives au mariage civil, y compris homosexuel », « Divorcés remariés : l’Église est-elle en train de faire sa révolution ? » « Synode sur la famille : les évêques voient des “aspects positifs” dans l’amour de même sexe ».

    On imagine désormais la difficulté pour les parents catholiques de dire à leur progéniture que l’homosexualité c’est mal, qu’il ne faut pas divorcer non plus car l’homme ne peut séparer ce que Dieu a uni alors même que le Vatican bénit les unions homosexuelles et ouvre la voie à la communion pour les divorcés remariés. Il deviendra socialement, humainement et psychologiquement de plus en plus difficile aux catholiques de rester intégralement fidèles à l’enseignement de la Bible et du catéchisme traditionnel sur l’homosexualité d’autant que l’“homophobie” est aujourd’hui un délit puni par des amendes et des peines de prison. Se réclamer de saint Pie X qui enseignait dans son catéchisme que l’homosexualité est un crime « qui crie vengeance devant Dieu » peut ainsi coûter très cher.

    Comme nous l’avons souvent écrit ici, l’on ne saurait faire la moindre confiance envers les occupants du Vatican qui sont des ennemis. Et les pires qui soient car ce sont des loups déguisés en brebis. On ne répétera jamais assez que depuis la mort de Pie XII ce sont des usurpateurs modernistes sans foi ni loi qui occupent indûment tous les postes d’autorité et qui en l’espace d’un demi-siècle ont tout détruit, tout ravagé, tout saccagé : la foi, la doctrine, la morale et la discipline de l’Église, la liturgie, les États, mouvements, écoles et syndicats catholiques. Tout a été méthodiquement renversé. Vatican II et ses suites sont la plus grande catastrophe qui soit arrivée à l’humanité, il faut en être conscient.

    Cette pseudo-église n’est pas l’Église de Jésus-Christ, ces occupants du siège de Pierre ne sont pas d’authentiques vicaires du Christ. Telle est la vérité à laquelle tous les esprits droits et honnêtes devraient adhérer. D’ailleurs, Bergoglio va “béatifier” ce dimanche 19 octobre Paul VI, l’homme en blanc qui s’est acoquiné avec les juifs et les francs-maçons, a porté l’éphobe du grand prêtre, a interdit la Messe tridentine, détruit la liturgie en la protestantisant, saccagé le culte et la discipline de l’Église, “promulgué” le conciliabule Vatican II entaché d’erreurs et d’hérésies, mené une politique philocommuniste, persécuté les prêtres et les fidèles qui voulaient rester fidèles à la messe et au catéchisme de toujours. L’église Conciliaire se canonise elle-même avec une rare impudence : la pseudo-béatification de Paul VI suivant de moins de six mois les pseudo-canonisations de Jean XXIII et de Jean Paul II, autant de fieffés modernistes qui ont détruit la foi de dizaines de millions de baptisés par leurs déclarations, initiatives et enseignements scandaleux et leur apostasie.

    Quant au gouvernement Valls il continue à détruire ce qui reste de famille traditionnelle. En ouvrant sournoisement la voie à la gestation pour autrui, en réduisant de moitié le capital décès des Français, en diminuant de moitié la durée du congé parental pour les femmes, en s’en prenant à la prime de naissance, en touchant au quotient familial, en voulant supprimer les allocations familiales pour les classes moyennes et supérieures de sorte que ces aides ne seront versées pour l’essentiel qu’aux familles immigrées au détriment des Français. Mais aussi détestables que soient ces réformes, ce que fait le Vatican est infiniment pire, infiniment plus grave par ses conséquences sociétales et morales mortifères.

    Éditorial de Jérôme BOURBON,
    RIVAROL daté du jeudi 16 octobre 2014.

     

Les commentaires sont fermés.