Aller au contenu

Réponse au Tertiaire franciscain de la Sainte-Croix, suite aux réponses sédéplénistes de La Question

2014 mars 16
Print Friendly

 

Nos ennemis les plus féroces, ne désarment toujours pas !

Après Calixte, le Grand Prêtre et Grand Gourou du blogue La Question,  « Le disciple pénitent » a maintenant maille à (dé)partir avec un Tertiaire franciscain des plus virulent.

 

Blogue La Question

relance du fil de discussion sur La Question

Mgr Lefebvre : un adversaire résolu du sédévacantisme ! | La Question : Actualité Religieuse

 

Réponses sur un blogue…

Les mille et une erreurs traditionalistes

 

Le Tertiaire franciscain de la Sainte-Croix ayant de relancer le fil de la discussion sur le sédévacantisme dans le blogue La Question

 

Tertiaire franciscain de la Sainte-CroixTertiaire franciscain de la Sainte-Croix permalien

13 mars 2014 23:01

 

* * *

 

Voici ma réponse au Tertiaire franciscain qui me reprochait de ne pas obéir aux lois de l’Église et de quitter l’Église… Ou la dissertation sur « constat objectif/déduction objective » ; démarche pour trouver le Vrai…

Résumé : constat objectif : le ciel est bleu déduction objective : il fait beau ; constat objectif : François participe à des cultes non-catholiques et approuve JP II par sa canonisation

déduction objective il est hérétique formel et n’est pas Pape.

Ceux qui ne voient pas cela sont comme ceux qui disent le ciel est bleu, il fait donc mauvais temps. Ou bien le ciel est bleu, mais je ne peux pas affirmer qu’il fait beau temps car certains (la majorité) disent qu’il fait mauvais temps. De là, le conformisme aliénant et mensonger ; l’esprit démocratique contraire à l’esprit de vérité…

Le lecteur pourra se reporter au PDF pour les échanges que nous avons eus auparavant :

 

 

Gravatar_Le-disciple-penitentLe disciple pénitent permalien

15 mars 2014 22:13

 

 

Tertiaire Franciscain,

Vous avez écrit : « Bien sûr qu’un Pape ne peut être hérétique, mais comme cette éventuelle hérésie n’est pas de votre compétence, observez la discipline catholique qui vous contraint à reconnaître pour Pape l’élu du Conclave. Point à la ligne. »

Ainsi que : « Les constats de Mgr Lefebvre, il eut l’intelligence de les considérer pour ce qu’ils étaient : des constats. Il n’en fit point des sentences ayant force d’autorité pour ne plus reconnaître les papes de Rome. »

Ce que Mgr Lefebvre écrivit en 1991 : « Le Pape lui-même Diffuse Désormais sans Discontinuer les Principes d’une Fausse Religion, Qui a pour Résultat une Apostasie Générale. » Ceci est un constat objectif visible par tous. Cela n’est pas une sentence. L’apostasie générale, nous l’observons aujourd’hui. Tout se confirme.

Le problème avec Mgr Lefebvre, c’est que son constat est bon mais il n’a pas voulu déduire ce qui découle objectivement de ce constat, par ignorance surement, ou à cause de mauvais conseillers. Je tiens donc à préciser qu’il ne déclara jamais officiellement la vacance du Saint Siège. Bien qu’en 1976, il annonça ceci : « Comment un pape vrai successeur de Pierre, assuré de l’assistance de l’Esprit saint, peut-il présider à la destruction de l’Église, la plus profonde et la plus étendue de son histoire en l’espace de si peu de temps, ce qu’aucun hérésiarque n’a jamais réussi à faire ? À cette Question il Faudra Bien Répondre un Jour ». Et il ajouta qu’il préféra laisser cette question aux théologiens et historiens. Depuis 1976, aucun théologien ni aucun historien n’a voulu y répondre. Certaines personnes ont alors cherché dans le Magistère pour s’en faire l’écho (comme nous l’autorise et nous le demande Sa Sainteté Léon XIII dans Sapientiae christianae, lorsqu’il s’agit de défendre la Vérité). Et la réponse a été trouvée : il est impossible que le Pape puisse errer dans la Foi, encore moins mener les Catholiques vers l’apostasie. L’église Conciliaire n’est pas l’Église Catholique mais une église de ténèbres avec un hérésiarque à sa tête. Nous sommes temporairement orphelins d’autorité. Nous nous en remettons à Dieu. Ainsi, nous avons une vue plus juste de ce qu’est l’Église. Nous ne désertons pas l’Église, nous nous coupons de l’église des ténèbres instituée par la Franc-Maçonnerie, pensée depuis longtemps déjà (au XIXème siècle) dans les loges (lire Mgr Delassus, « la conjuration antichrétienne »). Nous nous préservons de toute souillure d’erreur et de corruption. Ce n’est pas une désertion mais une stratégie défensive pour garder le dépôt de la Foi de toujours. La fsspx aurait pu tenir ce rôle si elle était allée jusqu’au bout de son constat, mais elle est en train de couler misérablement. Sachant qu’il n’est pas compatible et correcte de dire que le Pape est un antichrist, un hérétique, un apostat, tout en le considérant comme vrai Pape, la fsspx a alors abandonné le constat que fit Mgr Lefebvre.

Le problème pour vous, c’est que vous ne voulez pas reconnaître les hérésies manifestes comme étant de réelles hérésies. Vous attendez qu’une personne voie, entende, et réfléchisse à votre place. Vous attendez une déclaration de Mgr Fellay ? De Mgr Williamson ? Mais eux non plus ne veulent pas voir. L’un cherche à être intégré dans l’hydre conciliaire à têtes multiples pour avoir droit à l’affreuse tête « traditionaliste » parmi celle des modernistes, des progressistes, des charismatiques, des orthodoxes, des anglicans, des juifs, des musulmans. Car c’est bien cela dont il s’agit. Cette église de ténèbres, c’est l’église fourre-tout, ce n’est plus l’Église Catholique. Bien sûr, ils se disent encore Catholiques jusqu’au jour où ils se sentiront prêts à déclarer au monde entier une seule et même religion pour toute l’Humanité. C’est l’un des buts du mondialisme avec leur nouvel ordre mondial (voir Pierre Hillard). Un État global, une seule religion. Il ne faut pas s’étonner que Paul VI vendit la tiare papale (représentant les 3 pouvoirs du Pape : celui de l’Ordre en tant que Vicaire du Christ, celui de Juridiction et celui du Magistère) à l’ONU, l’organisme principal du mondialisme. L’institution de Satan. Symboliquement, c’est un découronnement du pouvoir spirituel pour couronner Satan.

Quant à Mgr Williamson, il ne souhaite certes pas rejoindre cette fausse église, mais il garde de fausses conceptions : 1) sur l’infaillibilité du Pape (il dit d’ailleurs que les « papes » de Vatican II sont des faux prophètes représentés par la Bête montant de la terre de l’Apocalypse mais ils restent Vicaires du Christ) ; 2) sur l’infaillibilité du Magistère extraordinaire mais aussi ordinaire du Pape lorsqu’il s’agit des questions de foi et de mœurs ; 3) sur les soi-disant fautes contre la Foi de Papes légitimes du passé etc…

 

Revenons-en au constat objectif. Déjà le constat objectif, c’est quelque chose qui ne vient pas de nous-même, de notre propre jugement, mais c’est un fait extérieur observable par tous. À partir de ce fait extérieur, on peut déduire une ou plusieurs choses logiques et objectives.

Voici deux exemples simples :

1) Constat objectif : le ciel est bleu. Déduction objective : il fait beau.

2) Constat objectif : les montagnes sont blanches. Déduction objective : de la neige est tombée.

 

Le constat objectif est toujours relié au réel, il est Vrai. Des constats subjectifs et faux seraient : le ciel est vert parce que je veux qu’il soit vert ; les montagnes sont rouges parce que je veux qu’elles soient rouges. À partir d’un constat faux, la déduction est forcément fausse, même si elle est logique. Le principe est faux.

On peut aussi faire une déduction fausse à partir d’un constat objectif quand cette déduction est illogique. Par exemple : le ciel est bleu, il fait donc mauvais temps ; ou les montagnes sont blanches, il n’y a donc pas de neige.

Pour des choses plus complexes, on peut faire un constat objectif sans pour autant avoir la possibilité d’en déduire quelque chose, par manque de connaissance. Exemple : un prêtre verse de l’eau sur le front d’une personne. Imaginons qu’un enfant constate cela pour la première fois et que personne ne lui ait dit ce que cela représente. Il ne pourra pas dire : c’est un Baptême. Et encore moins : il est fait Catholique, il reçoit le caractère d’enfant de Dieu.

Imaginons aussi qu’une majorité de personnes dans le monde, au lieu de constater objectivement que le ciel est bleu, affirment qu’il est vert (par conformisme aliénant). Au lieu de constater objectivement que les montagnes sont blanches, affirment qu’elles sont rouges (par conformisme aliénant). Ou bien, tout en constatant bien objectivement la chose, une majorité de personnes déduisent subjectivement (par conformisme aliénant), que comme le ciel est bleu il fait mauvais temps ; que comme les montagnes sont blanches il n’y a pas de neige. Si toute la majorité de la société croit cela, vous serez bien d’accord avec moi que cette société est complètement folle, dénuée de raison.

Notons pour finir ceux qui doutent et ne souhaitent pas déduire à partir d’un constat objectif (sans être pourtant dans un état d’ignorance qui ne leur permettrait pas de déduire). Exemple : je vois bien que le ciel est bleu, mais je ne peux pas affirmer qu’il fait beau, car d’autres disent qu’il ne fait pas beau (la majorité dans son conformisme aliénant). Je vois bien que les montagnes sont blanches, mais je ne peux pas affirmer qu’il a neigé sur les cimes, car d’autres disent qu’il n’a pas neigé (la majorité dans son conformisme aliénant). Ce sont ceux qui ne veulent pas prendre le risque d’être désapprouvés par la majorité. Ils pourraient se dire : si la majorité le dit c’est qu’il y a une part de vrai. Ils ne veulent pas non plus rentrer en conflit avec cette majorité, et restent dans une attitude timorée, complaisante, tiède.

Bien. Maintenant transposons le raisonnement à notre cas. Si je rencontre une personne qui participe à un culte non-Catholique, je constate le fait objectivement. François a participé par exemple au culte non-Catholique des juifs, il s’est aussi fait bénir par un non-catholique protestant, c’est visible par tous. Il cautionne en plus totalement toutes les participations aux cultes non-catholiques de Jean Paul II, puisqu’il sera fait “saint” (de l’église Conciliaire) le 25 avril prochain ! Il en fait un exemple de sainteté pour tous les Catholiques ! Les participations de Jean Paul II sont également visibles par tous, celles de Benoit XVI également. Que puis-je en déduire ? Si j’ai connaissance du droit de l’Église, je sais ceci, comme je vous l’avais écrit : Canon 1258 paragraphe 1 : « Il est absolument interdit aux fidèles d’assister ou de prendre part activement aux cultes des non-catholiques de quelque manière que ce soit. » Commentaire de R. Naz, approuvé de la doctrine de l’Église : « La participation est active et formelle quand un Catholique participe à un culte hétérodoxe, c’est-à-dire non-catholique, avec l’intention d’honorer Dieu par ce moyen, à la manière des non-Catholiques. […] Une telle participation est interdite, sous n’importe quelle forme parce qu’elle implique profession d’une fausse religion et par conséquent le reniement de la Foi Catholique. Ceux qui participent ainsi activement et formellement au culte des non-catholiques, sont présumés adhérer aux croyances de ces derniers. C’est pourquoi le canon 2316 les déclare suspects d’hérésie et s’ils persévèrent ils sont considérés comme réellement hérétiques ».

Je sais aussi, objectivement (comme cela dure depuis le premier Assise (28 ans) ), qu’il y a persévérance et donc hérésie formelle.

Je sais également ce qu’encoure un prélat hérétique manifeste (c’est sans rentrer dans la polémique de l’invalidité des nouveaux sacres qui feraient que François n’est même pas prêtre) : perte de l’office du non-catholique par le fait même : « En vertu d’une renonciation tacite admise par le droit lui-même, n’importe quel office est vacant par le fait même et Sans Aucune autre Déclaration, si le clerc […] 4° se détache (defecerit) publiquement de la foi catholique ».

Donc :

Constats objectifs : François participe aux cultes non-catholiques ; il cautionne toutes les participations aux faux cultes de Jean-Paul II ; ces participations durent depuis 28 ans.

Déduction objective et logique (si l’on connaît la définition de l’hérésie) : François est formellement hérétique.

La déduction objective précédente devient un constat objectif : François est formellement hérétique.

Déduction objective et logique : l’office est vacant (canon 188), un pape ne pouvant pas être hérétique (comme vous le reconnaissez vous-même : « Bien sûr qu’un Pape ne peut être hérétique »).

 

Voici des constats qui sont subjectifs et faux : François ne participe pas aux cultes des non-catholiques (parce que je le veux bien) ; il ne cautionne pas Jean-Paul II (parce que je le veux bien) ; il ne cautionne pas Vatican II (parce que je le veux bien)… Ce sont les aveugles à proprement parler. Il ne peut qu’en découler des déductions fausses.

Ensuite il y a des gens qui font le bon constat objectif, mais qui n’opèrent pas la déduction logique et objective qui en découle. Soit par ignorance, soit par mauvaise foi (comme cela est votre cas, car vous savez).

Déduction subjective à partir des mêmes constats objectifs décrits ci-dessus (François participe aux cultes non-catholiques ; il cautionne toutes les participations aux faux cultes de Jean-Paul II ; ces participations durent depuis 28 ans.) : François n’est pas formellement hérétique (parce que je le veux bien). Ce qui aboutit à une seconde déduction subjective et fausse qu’il est toujours Pape.

Déduction subjective et fausse à partir du constat objectif que François est hérétique formel : François reste Pape (parce que je le veux bien).

 

Aujourd’hui, une majorité de personnes qui constatent objectivement les actes de François et reconnaissent que ce n’est pas Catholique (donc dans la Tradition), nous disent contre toute logique déductive que François n’est pas hérétique formel et qu’il reste Pape (conformisme aliénant). Le monde de la « Tradition » est fou, dénué de raison sur ce sujet. Pourtant, cette majorité va bien effectivement reconnaître qu’un Franc-Maçon est excommunié ipso facto, comme l’indique le Canon 2335 : « Ceux qui donnent leur nom à la secte maçonnique ou à d’autres associations de ce genre qui conspirent contre l’Église ou les pouvoirs civils légitimes encourent par le fait même l’excommunication réservée au Siège apostolique. (C’est à dire que seul le Saint Siège peut absoudre après abjuration) ». Si l’une de ces personnes croise un Catholique qui lui avoue être Franc-Maçon par ses paroles et ses actes, elle va reconnaître qu’il est excommunié, et pourra le lui dire par Charité afin qu’il abjure. Elle ne juge pas, elle constate, et elle en déduit les justes conséquences de ce fait. Là où elle n’est pas en accord avec elle-même, c’est qu’ elle ne souhaite pas reconnaître un hérétique qui l’avoue implicitement par ses paroles et ses actes (François), et ne reconnait donc pas la renonciation tacite ipso facto d’un office pour cause d’hérésie comme l’indique le canon 188 (au passage, l’Église juge au for externe). Pourquoi ? Par conformisme, car tout le monde, quasiment, dit qu’il est Pape.

D’autres nous disent : oui je vois bien que François participe aux cultes non-Catholiques ; oui je vois bien qu’il est d’accord avec Assise I, II, III car il va canoniser Jean Paul II ; oui je vois bien qu’il cautionne Vatican II et ses erreurs. Ils font donc le bon constat objectif. Je rajoute que ces personnes-là ne sont pas non plus dans un état d’ignorance qui ne leur permettrait pas de faire la déduction objective et vraie (comme cela est votre cas). Que disent-elles à la suite de ces constats ? Ceci : « Mais je ne peux pas affirmer que François est hérétique formel car d’autres disent qu’il n’est pas hérétique formel (la majorité dans son conformisme aliénant). Je ne peux pas non plus affirmer que François n’est pas Pape car d’autres disent qu’il l’est (la majorité dans son conformisme aliénant). » Je répèterais ce que j’ai écrit précédemment pour définir ces personnes : elles sont celles qui ne veulent pas prendre le risque d’être désapprouvées par la majorité. Elles se disent : si la majorité le dit c’est qu’il y a une part de vrai. Elles ne veulent pas non plus rentrer en conflit avec cette majorité, et restent dans une attitude timorée, complaisante, tiède. Ce n’est pas parce que la majorité dans le milieu traditionnel reconnait François comme vrai Pape qu’elle a raison. La démocratie n’est pas garante de la Vérité. De même que la majorité des citoyens du monde ne reconnait pas Jésus-Christ comme vrai Dieu, et pourtant… vous savez comme moi qu’Il est Dieu. Vous savez comme moi que tous les cultes en dehors du culte Catholique sont des cultes rendus au démon, non ? La majorité rend le culte au démon. Faut-il faire comme eux ? Non.

 

Conclusion :

Dans la « Tradition », les Catholiques, en grande majorité, sont dans l’erreur non pas à cause d’un mauvais constat. Mais à cause d’une mauvaise déduction, subjective, s’opérant à partir de ce constat. François est Pape, parce qu’ils le veulent ainsi. François n’est pas hérétique formel, parce qu’ils le veulent ainsi. Certes, certains d’entre eux n’ont pas cherché plus loin que ce que l’on dit communément. Ils acceptent la déduction fausse et commune comme étant une vérité. Mais pour vous, cher tertiaire franciscain, nous vous avons démontré objectivement que François est hérétique formel et qu’il n’est pas Pape. Bien sûr les conséquences sont lourdes, car cela implique qu’il est à la tête de quelque chose qui n’est pas l’Église Catholique, mais bien l’église Conciliaire, humaniste, qui ne vient pas de Dieu et donc du diable. C’est terrible, mais c’est comme cela, que voulez-vous, c’est un fait. Et comme cela est la Vérité, et que j’aime la Vérité, je ne vais pas dire autre chose. Je ne vais pas non plus la cacher aux hommes, ce serait coupable de ma part et contraire à la Charité (qui n’est rien sans la Vérité).

En tous les cas, je sais très bien que je ne pourrai jamais convaincre quelqu’un qui croit, parce qu’il veut le croire à tout prix, qu’il fait mauvais temps parce que le ciel est bleu. Je ne pourrai pas non plus convaincre quelqu’un qui ne veut absolument rien déduire de contraire à ce que dit la majorité. Quelqu’un qui reste dans un conformisme aliénant, et s’enferme donc dans un “autisme borné” (pour reprendre vos termes). Quelqu’un qui ne souhaite pas envisager autre chose que ce que dit cette majorité, même si l’évidence lui est montrée. Car oui, tout est évident pour celui qui veut voir, pour celui qui veut entendre, pour celui qui veut réfléchir par lui-même. Tout est évident pour celui qui ne veut pas attendre que quelqu’un lui dise ce qu’il doit voir, entendre, réfléchir. Je ne suis pas un mouton, ni un robot, qui suit bêtement une majorité qui n’a rien à faire de la question du Pape et qui a des conceptions fausses sur la question. C’est cela le courage ! Ne pas suivre la majorité dans l’erreur, quitte à se faire persécuter moralement, voire physiquement ! Regardez les héros de la Rome païenne des catacombes ! En tous les cas, je n’ai rien à attendre des gens qui ne veulent pas voir le soleil en face, de peur de s’y brûler les yeux.

Ce “soleil de Vérité” m’a fait mal, certes. Ce que ce “soleil” m’a montré n’est pas glorieux pour l’Église. Ne croyez pas que ça me fasse plaisir de reconnaître que nous sommes orphelins d’autorité. Adopter cette position me donne plus d’inconvénients temporels que d’avantages. Je ne suis de plus pas né dans le milieu traditionnel. Je ne suis même pas né Catholique, j’ai vécu dans un milieu athée. Mais j’ai désiré humblement chercher la Vérité, j’ai étudié toutes les religions avant de me décider. Et il faut que vous sachiez que l’exemple des modernistes avec leur œcuménisme et leur complaisance avec le monde moderne satanique, a fait que j’avais tiré un trait sur toute l’Église Catholique, ne voyant pas là une démarche de Vérité. J’y suis rentré lorsque j’ai compris que ce que je croyais être l’Église Catholique, n’était en réalité qu’un mirage, une imposture !

 

Voici tout de même les belles choses que ce “soleil” m’a montré :

L’Église reste pure de toute hérésie, les portes de l’enfer ne prévalent pas contre elle. Elle n’est à confondre d’aucune manière avec l’église issue du modernisme (donc pensez bien que je me fiche complètement de cette hiérarchie dont je ne suis pas sensé être soumis ; elle n’a aucun droit sur les vrais Catholiques)

Le Pape a toujours été le gardien du dépôt de la Foi, et le restera toujours. Il n’est à confondre d’aucune manière avec les antipapes issus de Vatican II. Je ne reconnais pas François qui est un hérétique élu par des hérétiques (tous les prélats modernistes soutiennent la “canonisation” de Jean-Paul II, ils soutiennent tous le faux œcuménisme. Faux œcuménisme condamné par Sa Sainteté Pie XI : « Il va de soi que le Siège Apostolique ne peut, d’aucune manière, participer aux congrès des œcuménistes, et que, d’aucune manière, les Catholiques ne peuvent apporter leurs suffrages à de telles entreprises ou y collaborer. […] La conclusion est claire : se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner Complètement de la religion Divinement révélée. » (Pie XI, encyclique « Mortalium animos », 1928)

 

N’est-ce pas un soulagement de voir que cette iniquité n’est pas dans le sein de l’Église ? Qu’elle n’est pas dans le Corps Mystique du Christ ? Qu’elle est plutôt dans un autre corps mystique, celui de la Bête, celui de Satan ? Iniquité qui ne peut que créer des fils du diable ? Si, c’est un véritable soulagement, et un véritable espoir. Dieu n’abandonnant pas son Église, Il ne permet non seulement pas qu’elle soit mélangée à l’iniquité de l’hérésie, mais Il fera tout pour la faire ressurgir glorieuse aux yeux des hommes. Cette gloire sera d’autant plus saisissante que l’Église aura été foulée aux pieds par ses ennemis, placée sur la Croix à l’image de Notre Seigneur Jésus-Christ !

Je lance un appel pour que les gens se détachent de leurs chaînes de l’aliénation conformiste ! Libérez-vous ! Vous avez le Droit et le Devoir de ne pas reconnaître François, le canonisateur d’hommes conduisant à l’apostasie, comme Pape de l’Église Catholique ! Ces “canonisations” sont censées être infaillibles avec l’infaillibilité pontificale : « L’infaillibilité de ce magistère (ordinaire) s’étend non seulement aux vérités de foi catholique, comme le définit le concile du Vatican, non seulement aux vérités qui, sans être de foi catholique, appartiennent à la tradition, comme l’enseigne Pie IX dans sa lettre à l’archevêque de Munich, mais encore à tous les points qui ont quelque connexion avec la révélation. Elle s’étend, par conséquent, aux conclusions théologiques, aux faits dogmatiques, à la discipline, à la canonisation des saints. » (J.M.A. Vacant « Le Magistère ordinaire de l’Église et ses organes »)

Il est temps de devenir héros de la Foi en défendant l’honneur de la Sainte Église qui ne peut se tromper, ni nous tromper ! Il est temps de devenir héros de la Foi en défendant l’honneur de la Papauté qui conserve et conservera toujours le dépôt de la Foi ! « On ne peut, en effet, négliger la parole de notre Seigneur Jésus-Christ qui dit : ‘Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église’ [Mt 16, 18]. Cette affirmation se vérifie dans les faits, car la religion catholique a Toujours été gardée Sans Tache dans le Siège apostolique. » (« Pastor aeternus »). Arrêtons ce péché abominable de blasphème contre l’Esprit-Saint en disant que le Vicaire de Jésus-Christ enseigne l’erreur ! « Le Saint Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la foi. » (« Pastor aeternus ») !

Le conformisme de l’erreur (partout présent dans la société !), fruit du subjectivisme, doit disparaître. Ce conformisme n’est toutefois pas étonnant, car il est dans la nature humaine. Des expériences psychologiques ont démontrées que l’être humain tend facilement au conformisme. Exemple l’expérience psycho-sociale de Asch :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Asch

où l’on voit que la majorité des sujets étudiés suivent l’avis erroné des autres personnes formant une majorité (complices de l’expérimentateur). Pourtant la demande est simple, on présente au sujet plusieurs barres de longueurs différentes et on lui demande de dire laquelle est la plus longue.

 

Voir aussi l’expérience psycho-sociale de Milgram sur l’obéissance à l’autorité :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram

On demande dans cette expérience au sujet de donner des décharges électriques (en réalité fausses mais le sujet ne le sait pas) sur une personne (complice de l’expérimentateur). La désobéissance est très rare. Donc quand l’autorité est mauvaise, hé bien la majorité suit les mauvaises directives de cette mauvaise autorité.

En conséquence, tertiaire franciscain, apprenez donc à déduire à partir de constats objectifs des conséquences objectives, vraies. Et cela, par vous-même, sans avoir à attendre des choses de gens qui ne veulent rien savoir. Sortez de votre subjectivisme dénué de toute réalité concrète, simplement parce que vous préférez que François soit Pape. Comme si on pouvait préférer que le ciel soit vert alors qu’il est bleu.

Si vous ne faites pas cette démarche objective et raisonnable, que l’on peut appeler de bonne volonté, vous ne pourrez être que dans la mauvaise foi. Si vous ne voulez pas suivre cette démarche, il ne servira à rien de me ressortir une énième fois l’argument de la fausse obéissance au droit ecclésiastique (alors qu’en plus le canon 188 se rapporte au droit divin). Je vous épargne donc l’écriture d’un texte inutile car je ne changerai pas d’avis. Sortez de l’esprit libéral qui dit : la Vérité ne me plaît pas, changeons la Vérité.

 

PS : Je loue le combat de Mgr Lefebvre contre le concile qui fut un héros faillible, certes, mais un héros. Mais cette néo-FSSPX avec Mgr Fellay, ce n’est plus la même, parce que justement, elle n’a pas fait les bonnes déductions qui s’imposaient à un moment donné. Elle est en train de s’embourber dans l’église des ténèbres, elle s’y enfonce petit à petit. Elle peut encore en ressortir, mais j’ai peu d’espoirs. Ce n’est pas moi qui l’abandonne, mais elle qui abandonne l’Église en se rattachant de plus en plus aux modernistes. Que voulez-vous, je n’y peux rien.

 

Que ce temps de Carême, précédant les fausses canonisations qui auront lieu fin avril, permette aux Catholiques de constater, et de déduire, selon la raison droite. Par Jésus-Christ Notre Seigneur, ainsi-soit-il.

Le disciple pénitent

 

 

  1. mars 17, 2014

    Le Tertiaire franciscain de la Sainte-Croix vient de vous recadrer sévèrement :
     
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/03/12/mgr-lefebvre-un-adversaire-resolu-du-sedevacantisme/#comment-43193
     
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/03/12/mgr-lefebvre-un-adversaire-resolu-du-sedevacantisme/#comment-43194
     
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/03/12/mgr-lefebvre-un-adversaire-resolu-du-sedevacantisme/#comment-43195
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/03/12/mgr-lefebvre-un-adversaire-resolu-du-sedevacantisme/#comment-43196
     
    Et n’oubliez-pas de faire vos prières !
     
    Je rajoute pour finir, que votre réponse ne m’intéresse absolument pas, que vous pouvez économiser votre énergie à remplir des pages inutiles. Sauf évidemment, si vous venez à genoux nous dire :
    « J’ai compris que les Papes sont dans les mains de Dieu depuis Saint-Pierre. J’ai compris que c’est Dieu Seul qui décide de ce qui doit advenir de la Papauté, et personne d’autre. J’ai compris que nous n’avons pas le droit en tant que fidèles catholiques de juger du Pape. J’ai compris que personne en ce monde ne peut juger du Pape, c’est un péché grave. J’ai compris que le devoir d’un catholique c’est de prier pour le Pape et de laisser Dieu le gouverner comme il l’entend afin de lui permettre de conduire l’Église. J’ai compris que Dieu Seul ayant autorité sur le Pape, nul n’a le droit, sous peine de sacrilège, de se substituer à Lui pour décider de la situation de l’évêque de Rome successeur de Saint-Pierre, et de proclamer et diffuser ses jugements personnels publiquement. J’ai compris mon erreur schismatique, je m’en repens avec honte et un sincère regret. J’ai vu mon indignité, mes fautes, mes injures et mes nombreux blasphèmes. Je déclare donc que je reviens à la Foi catholique ne voulant plus me substituer à Dieu par mon orgueil, ma volonté coupable et mes pensées mauvaises inspirées du démon. Que Dieu qui garde et conserve le Pape sous sa Seule autorité depuis toujours, et « jusqu’à la fin des siècles » (Pastor Aeternus, Vatican I), qui veille sur le Vicaire de Jésus-Christ depuis la fondation de l’Église, me pardonne tous mes péchés et me fasse miséricorde. Amen + »
    Pour vous aider dans votre repentance :
    Prière pour le Pape
    Dieu qui as choisi ton serviteur le pape pour succéder à l’apôtre Pierre à la tête de ton peuple et représenter le Christ en notre temps, aide-le à soutenir tous ses frères : qu’il assure l’unité, l’amour et la paix, que toute l’Église soit en communion avec lui, et tous pourront trouver auprès de Toi, notre Père, la vérité et la vie. Par Jésus le Christ Notre-Seigneur. Amen +.
     
    Tertiaire franciscain de la Sainte-Croix
    http://lebloglaquestion.wordpress.com/2014/03/12/mgr-lefebvre-un-adversaire-resolu-du-sedevacantisme/#comment-43206

  2. charles
    charles lien permanent
    mars 17, 2014

    Mais vous êtes confit en dévotions cher PIE !!! Ce ton moralisateur et d’admonestation vous va à merveille !!!! je crains que vous n’ayez raté votre vocation, cher Pie ! Cela expliquerait donc beaucoup de choses……! Ah! que les recoins de la psychologie humaine sont nombreux, mystérieux et ténébreux !
    Confiez-vous à Notre-Dame, nul doute qu’Elle puisse arranger tous vos petits problèmes de frustrations diverses et variées….
    Et puis rassurez-vous, cher PIE, nous sommes tous pécheurs et NÉANT devant l’Éternel !
    Nous prierons donc pour vous afin que l’Esprit Saint veuille bien vous éclairer et vous faire découvrir le VRAI sens des paroles des si jolies et édifiantes prières que vous avez bien voulu nous faire partager.
    Nous vous souhaitons une sainte nuit et surtout un gratifiant Carême !
     

  3. charles
    charles lien permanent
    mars 17, 2014

    AH! j’oubliais ! juste encore un tout petit mot…….
    Vous écrivez : « (…)votre réponse ne m’intéresse absolument pas, que vous pouvez économiser votre énergie à remplir des pages inutiles. (…) »
    Voilà qui, à première vue, n’est pas très gentil, surtout pour le Disciple pénitent qui s’est donné beaucoup de mal pour répondre à votre complice en droit divin ! Si votre phrase, en forme de recommandation et d’économie d’énergie, s’arrêtait là, on serait amenés à penser que vous n’êtes que le super gourou d’une secte particulièrement…sectaire !…
    Mais…OUF !….la suite, digne d’une prose épiscopale, sauve cette idée toute faite que nous craignions d’avoir sur un personnage tel que vous, si digne de notre pîeuse admiration, puisque, dans un bel élan d’illuminisme chrétien, vous ouvrez toute grande la porte du salut à notre pauvre ami qui n’en demande pas tant, à la seule petite condition que, tels les Bourgeois de Calais, il aille se traîner à genoux, avec cendres et sacs je suppose, réciter cette admirable prière en forme de repentance « compréhensive » (« J’ai compris que…etc…)….
     
    Mais que c’est beau cette charité restrictive et sous condition à notre égard ! Nul doute que nous sommes en temps de Carême et que des grâces insignes et soudaines vous auront enjoint à ouvrir toute grande cette petite porte de service pour notre salut ! C’est encore mieux qu’une chahadah !!! Mettez-vous à genoux, fiers Sicambres…euh…fiers sédévacantistes anathématisés…..et récitez cette prière du « J’ai compris » et par la grâce de PIE et de quelques autres, et – j’oubliais ! – du droit divin, vous aurez, comme tout le monde droit à la miséricorde de Dieu et pourrez ainsi faire votre salut !…
     
    Seulement voilà : comme nous n’avons rien compris et sommes bouchés à l’émeri, je crains fort que votre pieuse sollicitude à notre égard, ainsi que votre belle prière, ne nous soit d’aucune utilité….comme pour VOUS notre réponse à travers notre ami « Le disciple pénitent ».
     
    Bah oui ! on a tous des petits blocages et les nôtres valent bien les vôtres non ?
     
    Ne vous inquiétez pas, cher Pie, comme vous allez redoubler de prières et supplications auprès de Notre-Dame, je suis sûr que tous nos blocages vont s’évanouir comme par magie !
     
    La seule question restant de savoir qui réussira le premier à réduire à néant son petit blocage ? ça…Dieu seul le sait pour le moment…et peut-être bien Lucifer…..!
     
    Pax vobis PIE !!!!
     

    • mars 18, 2014

      Charles vous faites erreur, je ne suis pas le Tertiaire franciscain de la Sainte-Croix. Je me suis juste contenté de rapporter ici, ce qu’il avait publié sur LA QUESTION en  réponse au disciple pénitent, car ça me semblait intéressant. C’est un bon rappel, vigoureux on est bien d’accord, de la position catholique.
      Mon rôle se bornait à cela.
      Je n’ai d’ailleurs pas la prétention d’avoir une plume aussi tranchante que celle du Tertiaire franciscain, qui fait un bon prédicateur du « droit divin » absolu   ;-)  
      J’aime bien sa prière pour le pape…..
       
      Mettre ça ici  chez vous est assez amusant, mais surtout très catholique, alors n’hésitons pas une nouvelle foi :
       
      Prière pour le PapeDieu qui as choisi ton serviteur le pape pour succéder à l’apôtre Pierre à la tête de ton peuple et représenter le Christ en notre temps, aide-le à soutenir tous ses frères : qu’il assure l’unité, l’amour et la paix, que toute l’Église soit en communion avec lui, et tous pourront trouver auprès de Toi, notre Père, la vérité et la vie. Par Jésus le Christ Notre-Seigneur. Amen +. 
       
       
       
       

  4. Le disciple pénitent
    Le disciple pénitent lien permanent
    mars 17, 2014

    J’ai répondu à Tertiaire Franciscain cet après-midi ceci (en attente de validation sur « La Question ») :
    Tertiaire Franciscain,
    J’ai relevé : « une bande de fondus luthériens endiablés » –> c’est votre Pape qui fait copain avec les luthériens. Et le novus ordo a été fait avec des protestants. Ben nous on ne veut pas d’un Pape Luthérien.
    « FOLIE GNOSTIQUE, DUALISTE, CATHARE !! » : ça m’a bien fait rire, vous vous enflammez un peu trop là. J’ai pas dit que les hommes d’Église doivent être parfaits. Mais les hérétiques, schismatiques, apostats, excommuniés ne font pas partie de l’Église. C’est dans le catéchisme. De plus, un clerc qui se détache de la Foi perd son office, c’est à dire qu’il perd sa juridiction (sans perdre son pouvoir d’ordre), il ne fait plus partie de la hiérarchie. Bref, vous vous ridiculisez par des propos passionnels.
     
    « De la littérature de caniveau prétendu théologique qui ne devrait avoir qu’une destination : les égouts ! » : je ne prétends pas être théologien, simplement j’essaie d’expliquer l’évidence. Après vous en faites ce que vous voulez.
     
    « Mais pauvre fou, pauvre illuminé démentiel, de quoi parlez-vous ?
    Votre constat en tant que simple fidèle, ne vous donne aucune autorité en droit au sein de l’Église – et l’Église est une société de droit – pour déclarer un pape hérétique.
    Une telle déclaration est impossible pour un catholique !!
    Taisez-vous ! c’est la seule chose qui vous est imposée.
    Vous vous fourvoyez grandement par vos propos.
    Vous êtes en pleine désertion de la FOI catholique avec votre idée de « constat » ! »
     
    Le modérateur de « La Question » a dit pour « papy » : pas d’attaques ad hominem (pauvre fou, pauvre illuminé démentiel), je recopie pour vous : [Tertiaire Franciscain – si vous pouviez éviter dans la mesure du possible les attaques ad hominem, tant inutiles que déplacées, ça serait beaucoup mieux pour la bonne tenue des débats. Exprimez vos divergences, même de façon tranchée, rigoureuse et sévère si vous le souhaitez, mais en essayant de tenter d’éclairer les points de « doctrine » qui vous séparent de vos contradicteurs. Les expressions du type « pauvre fou, pauvre illuminé démentiel » etc., n’ont pas vraiment leur place dans des échanges entre chrétiens. Merci de votre compréhension. LA QUESTION +].
     
    Un Pape ne peut pas conduire à l’apostasie car le Saint-Esprit l’assiste continuellement pour être le garant de la doctrine. J’applique le bon sens. Le maintenir Pape dans les esprits, c’est très dangereux pour les âmes. Donc je le dis, haut et fort, pour la gloire de Dieu, je n’ai pas à me taire, il n’est pas dans la hiérarchie. Je ne lui dois rien, et s’il m’excommunie ça vaut rien. Pour le bien commun, il faut non seulement l’éviter, mais aussi ne rien lui reconnaître. C’est à cause de cette reconnaissance que certains se rallient (Fraternité Saint Pierre etc… bientôt la FSSPX). C’est très dangereux je trouve et vous risquez de vous rallier un jour. Et cette reconnaissance offense la Foi car dire que le Pape se trompe dans la doctrine offense la Foi, dire que l’Église se trompe quand elle enseigne offense la Foi. C’est ce qu’explique Mgr Sanborn.
     
    Concernant l’abbé Boulet, ben il peut dire ce qu’il veut, ça ne va pas changer le fait que le ciel bleu est bleu. Je ne reviens pas là-dessus, je ne pense pas pouvoir vous convaincre.
    Je ne m’agenouille pas pour reconnaître un antipape…
     
    J’ai une autre prière pour le Pape :

    Saint Pierre, Pasteur et guide du fidèle troupeau de Notre Seigneur Jésus-Christ, gardez-nous dans la Foi et dans l’unité de la Sainte Église pour toujours !
    Saint Pierre, Vicaire du Christ, ne laissez pas le serpent répandre le venin de l’erreur parmi nous !
    Saint Pierre, gardien de la Vérité, remettez les Clefs du Royaume des Cieux à votre prochain successeur !
    Qu’avec votre intercession, l’Église retrouve une autorité visible.
    Par Jésus-Christ notre Seigneur, ainsi soit-il. †

     

  5. mars 18, 2014

    Disciple pénitent vous dites : « J’ai répondu à Tertiaire Franciscain cet après-midi ceci (en attente de validation sur « La Question ») »
     
    Sauf que comme le Tertiaire ne veut plus vous entendre à moins que vous  ne récitiez là-bas à genoux votre acte de repentance……les modérateurs doivent peut-être hésiter pour ne pas courroucer le Tertiaire franciscain ?! 
    Au fait dans votre version personnelle de la prière pour le pape que vous demande de réciter le Tertiaire franciscain, il y a ce passage : « Qu’avec votre intercession, l’Église retrouve une autorité visible…. »
     
    Mais si vous dites ça……vous êtes anathème selon La Question ! 
     

    • Cave Ne Cadas
      mars 18, 2014

      ON S’EN FOUT des anathèmes de LA QUESTION !!!
       

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Je crois que  « La Question » interprète mal Pastor Æternus
      La perpétuité n’est pas dans la personne physique du Pontife Romain… Les temps de vacance du Saint Siège existent. Preuve historique :

      1) Entre Marcellin (296 – 304) et Marcel (308-309) : 4 ans de vacance
      2) Entre Grégoire IX (1227 – 1241) et Innocent IV (1243 – 1254) : 19 mois de vacance
      3) Entre Clément IV (1265 – 1268) et Grégoire X (1271 – 1276) : 3 ans de vacance
      4) Entre Nicolas IV (1288 – 1292) et Célestin V (5 juillet – 13 décembre 1294) : 27 mois de vacance
      5) Entre Clément V (1305-1314) et Jean XXII (1316 – 1334) : 2 ans de vacance
      6) Entre Grégoire XII (1406 – 1415) et Martin V (1417 – 1431) : 29 mois de vacance

      Cette perpétuité est dans la chaire de Saint Pierre (personne morale) qui aura des successeurs jusqu’à la fin du monde. Ne pas confondre Saint Pierre avec « Pontife Romain » aussi. Saint Pierre représente le principe. Le Pontife Romain la personne physique qui incarne le principe lors de son élection valide. Et  nous ne disons pas le contraire de Pastor Æternus, nous croyons en une restauration de la Papauté.
      Après « La Question » ne croit pas qu’il puisse y avoir d’autres solutions pour avoir un nouveau Pape qu’avec les « cardinaux » hérétiques illégitimes du fait de leur élévation par des Papes illégitimes. C’est pour cela qu’ils nous anathémisent car pour eux, avec notre façon de voir, il est impossible qu’il y ait un successeur un jour. C’est leur point de vue, ce n’est pas le nôtre. Je crois que Dieu suscitera un Pontife saint d’une manière éclatante. Comment ? Je ne peux le dire mais nous le saurons au moment venu. En attendant, nous ne pouvons pas dire que l’Église enseigne l’erreur, ni que le Pape enseigne l’erreur, car cela va contre la Foi de toujours. Donc mon choix est fait, et je me fiche d’essayer de voir une solution à vue humaine, car la restauration tiendra forcément du miracle quelles que soient les hypothèses.
       
      Foi, Espérance, Charité !
       
       

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Et pour donner une précision sur le sens de ma prière afin qu’il n’y ait pas de confusion. Quand je dis que je prie Saint Pierre, je prie réellement Saint Pierre, celui qui a connu Jésus-Christ en chair et en os, et non « François ». Car dans un temps de vacance, les Clefs sont remises à ce Saint du Ciel pour qu’il les remette au prochain successeur que l’on attend toujours. La prière rappelle aussi ce que doit être véritablement le Pontife Romain, ce que l’on ne voit pas chez « François ».
       

    • gg
      mars 19, 2014

      Petite précision étymologique : Les « pontifes » conciliaires ne peuvent être  « autorité visible », puisque – s’il sont malheureusement que trop « visibles », il ne peuvent être « l’autorité », car « auctoritas » vient du verbe « augere »… qui veut dire « augmenter » : mon père, en me tirant du néant par la procréation, est « l’auteur » de mes jours… moi même, par le fruit de ma pensée et l’action sur mon clavier, suis l’auteur de ces lignes… un Magistrat digne de ce nom, en rendant ses sentences, « augmente » la vertu de justice chez les justiciables… et un Pontife légitime, lui, « augmente » la Foi dans le Troupeau confié à sa houlette !
       
      Mais.. les « pontifes » conciliaire ont détruit la Foi, et l’abaissent encore continument : ils ne peuvent donc – en aucun cas – être « l’autorité » !
       

  6. Louis-Hubert REMY
    mars 18, 2014

    Cher disciple pénitent,
    Vous écrivez : « et s’il m’excommunie ça vaut rien »
     
    Ah que oui ! être excommunié de cette secte conciliaire par ces « papes » conciliaires ah ! que oui ! quel brevet pour nous ! Comme nous ne pouvons pas les excommunier, quel grâce d’être excommuniés par eux !
     
    En février 1987 j’écrivais cet article (cité in-extenso) qui parut dans la revue Sous la Bannière.
    En France, je fus le seul à écrire alors « qu’il fallait sacrer ». On peut vérifier les autres bulletins de la même époque, aucun ne conseillait le sacre.
    Je précisais en plus qu’il y aurait excommunication. M. Bonnet de Viller, directeur de Sous la Bannière, me dit : « je te passe cet article tel que, mais je suis sûr qu’il n’y aura pas excommunication ».On a vu la suite et qui était clairvoyant.
     
    C’est pour répondre à l’attaque de l’abbé de Tanoüarn[1] qui dans Le Mascaret de mars 2001 écrit : « Alors que le supérieur général de la Fraternité Saint Pie X a rencontré les autorités romaines, le petit monde des sédévacantistes est en ébullition. Si on les avait écoutés, Mgr Lefebvre n’aurait pas sacré d’évêques… »
     
    Dans ce même numéro, l’abbé Laguérie[2] écrit dans son éditorial : « Quant aux misérables crétins – sédévacantistes (ce nom barbare désigne ceux qui nient que l’Église ait un pape) déclarés ou non – qui nous accusent çà et là d’avoir déjà trahi quand nous posons deux conditions préalables à toute discussion : je les remercie et félicite. Leur bêtise et leur hypocrisie nous débarrassent à tout jamais d’avoir à tenir compte de ce qui leur tient lieu de cervelle. »
     
    C’est misérable de la part de clercs.
    Je dédie à ces deux piliers de la Tradition cet article, dont je suis assez fier pour la lucidité qu’il révélait alors, et pour la constance témoignée depuis 14 ans. Avec la grâce de Dieu.
    Louis-Hubert REMY
     

    OUI, IL FAUT SACRER DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES

    Depuis presque un an c’est le sujet de conversations passionnées où « les pour » et « les contre » s’entre-déchirent, le fait même de ces passions prouvant que quelque chose d’important est en jeu et qu’une échéance obligatoire s’impose.
    Monseigneur Lefebvre conscient de son âge avancé sait bien que lui disparu la survie de la Fraternité est en jeu. Bien sûr il a un successeur, mais s’il n’y a pas d’évêques pour ordonner ses séminaristes, ou son œuvre s’éteindra rapidement après un éclatement bien prévisible, ou son successeur devra trouver un évêque existant ayant la véritable foi (race pratiquement disparue puisque de son vivant Monseigneur Lefebvre n’en a pas trouvé) ; ou ce sera l’inévitable composition avec la « religion » conciliaire.
    N’y a-t-il pas déjà plusieurs dizaines de prêtres de la Fraternité qui sont retournés à celle-ci ?
    Alors ? Alors il est bien évident que le problème du sacre se pose.
    Plusieurs ont déjà pris position en public ou en privé. En public ceux qui sont contre. En privé ceux qui sont pour. (À part Monseigneur Guérard des Lauriers et le bulletin Sous la Bannière).

     

    Ceux qui sont contre :

    1° Le Père Barbara. Si vous avez compris son raisonnement nous vous offrons un abonnement gratuit à Sous la Bannière. Sans Commentaires.
    2° Les « Hommes Libres » et ceux qui tournent autour. Et ils sont nombreux. Trop nombreux pour les récuser, de Michel de Saint-Pierre à l’abbé Luc Lefèvre en passant par Monde et Vie et tant d’autres… Leur grand argument : le statu quo. Le statu quo de la cohabitation des principes contraires, des demi mesures, des demi vérités, des demi victoires qui deviennent toujours des défaites. Ce statu quo qui leur permet de toujours tenir le devant de la scène, et qui aboutira de toutes façons un jour ou l’autre, la mort dans l’âme diront-ils peut-être, à se raccrocher au concile Vatican Il « interprété à la lumière de la tradition », selon une expression tristement célèbre de Jean Madiran, chère à tous ceux qui se contenteraient volontiers d’une chapelle latérale consacrée à la tradition, dans le panthéon wojtylien de l’œcuménisme.

    C’est le groupe des catholiques mondains, des semi libéraux qui ne cherchent que des consolations. Demain la Croix et les épreuves les renverront aux positions confortables d’un arrangement avec Rome. Ce sont les spécialistes des problèmes mal posés aussi bien en politique qu’en religion. Ils s’en prennent toujours aux apparences, jamais aux principes.
    Malheureusement ils emmèneront avec eux beaucoup de traditionalistes pour qui l’aspect mondain des gens en vue est un paramètre essentiel de jugement.

    3° Ceux qui sont sensibles à l’argument du « petit commerce ». Il faut bien vivre. Suivre Monseigneur Lefebvre dans la voie d’un sacre mettrait en péril l’équilibre financier de leur journal quotidien, de leur boutique, voire de leur fondation religieuse ou de leur chapelle, qui ont besoin de milliards pour « convertir » (?) les âmes.

    4° De Nantes. Lui-même est attaqué aujourd’hui sur ce terrain par la clique Wojtylienne. Il est triste de voir, à côté de travaux aussi utiles et sérieux sur Fatima, le Saint Suaire, Medjugorge, le charismatisme, la démocratie, Le Pen, les liber accusationis, Vatican II et sa suite, que cette école bute sur la Messe, l’Eucharistie ou la transmission des sacrements, bref sur des incohérences pratiques.

    5° Chrétienté-Solidarité. Ils s’occupent du Liban. Ou ils en vivent. Ça occupe. Ce n’est pas que nous ne soyons pas sensibles au douloureux problème du Liban, mais il y a des hiérarchies. La première urgence est le salut des âmes de nos familles, qui passe par notre sanctification personnelle, ce qui implique les sacrements, donc des prêtres, donc des évêques.

    De Rome et D’Ailleurs. Conscients de l’éclatement que cela provoquera, ils en arrivent à la conclusion du statu quo en s’appuyant en cours de raisonnement sur des arguties canoniques et théologiques, et finalement s’y empêtrent. Ils ont peur, très peur du petit nombre.

    7° Il conviendrait d’y ajouter un certain nombre de clercs « non una cum », qui s’opposent à Monseigneur Guérard des Lauriers après en avoir soutenu les thèses (ou se les être appropriées), par crainte de compromettre les intérêts de leur carrière, ou de voir s’éclaircir les bancs de leur chapelle ! Incohérence qui les réduit à mendier en sous main les confirmations et les saintes huiles de Monseigneur Lefebvre, car sans elles ils ne pourraient même plus baptiser ni donner l’extrême onction.
    Tel est l’inventaire trop rapide, mais réel, de la situation.

     

    Quelles seront les conséquences d’un sacre ?

    Bien évidemment en premier lieu l’excommunication. Telle a été la sanction, contre Monseigneur Guérard des Lauriers par une lettre du « cardinal » Ratzinger (eh oui !). Telle, elle sera pour Monseigneur Lefebvre et la tradition. S’il n’y avait pas d’excommunication, on pourrait craindre le pire : un accord secret ou officieux entre Rome et Monseigneur Lefebvre. Danger qui n’est pas écarté, ainsi que Monseigneur Guérard des Lauriers le faisait remarquer dans un supplément du N° 3 de ce bulletin, sous le titre : « Consacrer des Évêques ».
    Cette excommunication est une échéance obligatoire. Il faut que ces deux Églises s’excommunient. Il n’est pas possible que la Sainte Église et que la pseudo église Conciliaire communient ensemble. Il faut qu’un jour ou l’autre, comme cela a toujours été dans l’histoire de l’Église, les camps soient clairs, ce qui n’est pas encore le cas. Que le oui soit oui, que le non soit non.

     

    Bien sur, qui dit excommunication, dit brisure, éclatement, déchirement des troupes, avec douleur, trahisons, persécutions. Que de polémiques et d’injures en vue. Tous seront passés au crible : il y a 21 ans le concile nous a obligés à faire un choix, faisant tomber les 9/10 de la chrétienté ; il y a 15 ans la « Synaxe » a encore éliminé les 9/10 de ce qui restait ; qu’en sera-t-il demain avec une excommunication ?

     

    Le Bon Dieu, par les épreuves, se sépare de ceux qui ne Le prient que pour faire leurs volontés, et garde ceux qui sont prêts à ne suivre que Sa Sainte Volonté, L’étudiant, La contemplant, L’aimant, La servant. Notre Dieu Souverain ne veut pas d’hommes qui ne cherchent qu’une religion de consolation (même dans la tradition), mais de ceux qui ne vivent que par Lui, avec Lui, en Lui, et par le chemin de la Croix ; qui refusent tout ce monde moderne, toutes ses institutions, toute sa fausse paix, tous ses faux semblants, dont le seul but est la damnation du plus grand nombre. Il veut des chrétiens qui disent non à la Révolution, non à la démocratie, non aux droits de l’homme, et qui disent oui en faits et en actes à Sa Royauté sur les nations, les familles, les personnes.

     

    Oui il faut sacrer des évêques catholiques qui aient tout ce programme. Non pas des évêques choisis, comme cela se fait depuis tous les concordats, par les loges maçonniques.
    Depuis le nouveau rite du sacre on peut dire qu’il n’y a plus d’évêques. L’église Conciliaire n’a plus d’évêques. Il faut donc en sacrer pour continuer le sacerdoce, les sacrements et l’enseignement de la seule Église de Dieu, la Sainte Église Catholique. Il faut expliquer que pour en arriver là il faut passer par la conclusion inévitable que l’église Conciliaire et son chef sont plongés dans l’hérésie. Se cacher ce problème est manquer à la plus grande charité, la charité de la vérité.

     

    Oui il faut parler et agir. L’honneur de Dieu et de Sa véritable Église est en jeu.

     

    « D’après l’enseignement des APÔTRES un jour viendra où Satan plein de rage contre Jésus-Christ et les chrétiens, regagnera le terrain qu’il a perdu, affermira son règne et l’étendra au loin. Alors il se jettera sur Rome, parce qu’elle est sa rivale et le séjour des Pontifes. Il s’en rendra maître, chassera le vicaire de Jésus-Christ, persécutera les vrais fidèles et égorgera les religieux et les prêtres ».

    Mgr Gaume (La Situation, 1860, p. 28), résume ainsi tout ce qui nous attend.

     

    La Révolution n’est pas seulement un fait, c’est un châtiment. Il faut expier tous ses péchés et ne lui faire aucune concession. Pour avoir oublié cela de nombreux prêtres et chrétiens ont été et seront encore châtiés. Pour ne pas l’avoir combattue dans ses manifestations et ses effets, pour ne pas l’avoir combattue d’une manière universelle et incessante, les « traditionalistes » qui ont voulu composer seront retranchés.

     

    « Je vomirai les tièdes » dit Notre Divin Roi.

    L’épreuve manifestera la Vérité.
    Fidélité, Confiance, toujours la Persécution rajeunit l’Église.

     

    Les cheveux de votre tête sont comptés, il n’en tombera pas un sans la permission de votre Père Céleste (Math, x, 30). Avec cela le chrétien peut souffrir, il peut mourir. La souffrance pour lui n’est pas un mal, c’est un gain ; la mort n’est pas une défaite, c’est un triomphe.

     

    De Saint HILAIRE (Louis-Hubert Remy)
    Sous La Bannière, n° 10 mars-avril 1987

     
     


    [1] L’ayant bien connu à l’époque des sacres, je peux affirmer que l’abbé de Tanoüarn, alors jeune séminariste, était contre les sacres. Et il ose donner des leçons !
    [2] Je peux témoigner avoir entendu l’abbé Laguérie chanter l’Exultet, une nuit pascale, à Chartres, en omettant de citer Paul VI et le nom d’un évêque. Il était alors jeune professeur à Châteauroux et faisait partie des sédévacantistes. Il a su changer de camp assez vite pour faire carrière. On a remarqué que tous les prêtres qui ont été à un moment sédévacantistes et qui ont changé de camp, perdaient souvent la tête. Oderis quem lœseris.

     

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Il est parfaitement clair que l’on n’a pas le droit de dire qu’un vrai Pape fait des excommunications qui ne valent rien, comme le disait Mgr Lefebvre. S’il est vrai Pape, elles ont un effet immédiatement comme le Pape a la primauté sur toute l’Église et a le plein pouvoir de juridiction.
      Si donc l’on dit que les excommunications ne valent rien, ce qui est vrai, c’est forcément pour la seule raison que celui qui les déclare n’est pas vrai Pontife, n’a pas la primauté, n’a pas la juridiction.
       

  7. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    mars 18, 2014

    Les choses sont claires, suffisamment claires et même plus que claires.
    Ces gens là sont en face, ils roulent pour l’ennemi, conscient ou non ce n’est même plus un problème.
    Nous ne sommes pas du même camps qu’eux.

    Chacun fera en conscience ce qu’il juge juste et salutaire, mais pour ma part je ne vois pas en quoi il est encore utile de répondre à ces gens là, nos ennemis objectifs.
    Tout a été dit, ils ont tout et ne veulent rien, seul un miracle de Dieu pourra maintenant faire quelque chose pour eux.

    Il y a certainement plus à craindre, tout le moins pas moins à craindre d’un « tradi » qui pour sauver sa peau obéira docilement au régime et nous vendra, que d’un musulman ou d’un bolchévique.
    Parce que nous avons la faiblesse de les considérer comme « des nôtres ».

    Il y a de plus intéressantes personnes à « travailler » du côté du Monde, que cette « Tradition » fustige avec une moue dégoutée et hautaine, tout en s’y gavant par ailleurs… La chose est vérifiable.

  8. Le disciple pénitent
    Le disciple pénitent lien permanent
    mars 18, 2014

    Petite leçon de l’abbé Coache (anathématisé par « La Question »:
     

    LA FIDÉLITÉ AU SAINT-SIÈGE. UNE DIFFICULTÉ.

     

    « S’il est évident que l’on peut rester attaché à l’unité de l’Église et donc dans l’Église en cas de désaccord grave avec le Pape ou de refus d’obéissance, comment expliquer, théologiquement et canoniquement, que l’on puisse, dans les mêmes circonstances, se dire encore attaché au Saint-Siège et, de ce fait, lui demeurer réellement attaché ?

     

    « Voici la solution :

    « Le Saint-Siège – ou Siège apostolique – est une personne morale de droit divin (can. 100). Il est donc une institution en elle-même, voulue par Notre-Seigneur.

    « Cette personne morale est distincte de l’Église catholique. Elle est aussi distincte, in se, de la personne du Pape, quoique souvent, in praxi, les deux se confondent car le Pape incarne le Saint-Siège – ex. can. 61 ou 2317 – ; mais le can. 7 précise bien que le nom de Saint-Siège englobe les organismes du gouvernement de l’Église.

    « Le Siège apostolique, distinct de l’Église universelle, distinct juridiquement de la personne du Pape, représente la permanence de l’Autorité pontificale romaine : Il est « la permanence de l’autorité centrale dans l’Église, quels que soient les changements susceptibles de se produire dans les personnes qui l’exercent. Le pouvoir en effet, est attaché à la FONCTION, non à l’individualité du fonctionnaire. D’où il suit que l’autorité souveraine est attachée à la dignité pontificale et survit à la disparition des personnes qui en sont revêtues. C’est ce que notait Jean d’André : « tenens papatum vel dignitatem est corruptibilis, papa-tus tamen dignitas vel imperium semper est », c’est-à-dire « celui qui détient la papauté est corruptible (caduc), mais la dignité et l’autorité de la Papauté demeurent toujours » (D.D.C. VII, col. 837-838 R. Naz).

    « Ainsi le Saint-Siège est une personnalité (morale) d’institution divine auto-nome, indépendante, permanente et infaillible. C’est la permanence de l’autorité de l’Église de Rome, autorité souveraine sur l’Église universelle.

    « Expliquons-nous bien : le Saint-Siège est incarné (pratiquement et au sommet) par le Souverain Pontife qui, normalement, en sa personne physique, lui est supérieur. On peut en appeler du Saint-Siège (Congrégations romaines) à la personne du Pape, le contraire n’étant pas admissible. Par contre, le Saint-Siège – en raison même de la Tradition concrétisée par la succession des Papes – apparaît comme le garant de l’orthodoxie de l’Église de Rome, du diocèse de Rome et donc de son Chef. Si celui-ci s’écarte de cette Tradition, le Saint-Siège le « juge », non pas en tant qu’Autorité mais comme exprimant la Vérité intangible assurée par les Papes antérieurs.

    « Une personne morale de droit ecclésiastique est de nature perpétuelle (can. 102), c’est-à-dire qu’elle ne peut disparaître que par la volonté explicite et légitime de l’autorité compétente ; elle va même jusqu’à posséder une survie de cent ans si elle cesse de facto d’être en exercice . Une personne morale de droit divin ne peut pas mourir ; l’Église peut donc rester très longtemps sans Pape, le Saint-Siège est toujours vivant avec la permanence de l’autorité papale. Pour être moins abstrait et plus facilement compris du lecteur, disons que l’Autorité de Pierre demeure en tout ce qui l’exprime authentiquement (dans le passé et le présent), à travers les Documents de la Sainte Église, sa Tradition, à travers les Congrégations romaines, le Collège cardinalice…

    « Le Pape, lui, de droit divin aussi, peut mourir (il y en a 264 qui sont morts !) ou mourir moralement (démission, folie, hérésie). L’autorité du Saint-Siège ne meurt pas.

    « Le Pontife romain, incarnant le Saint-Siège avec son pouvoir monarchique, discrétionnaire, personnel, universel et immédiat, est tenu, comme tout chef de personne morale, par les « statuts » de celle-ci, in casu, le Droit divin et la Foi ; il est limité par eux ; s’il s’en écarte, il défaille à sa fonction.

    « On peut donc être séparé de la personne physique sans se séparer de la personne morale (le 9 octobre 1958, nous avons été séparés de la personne du Pape Pie XII, mais sommes restés unis au Saint-Siège). Comprenons bien : « séparés de la personne physique» parce qu’elle défaille, disparaît physiquement ou canoniquement. Mais si l’on se sépare par rébellion, par cassure volontaire, de la personne physique toujours unie à l’Église, en tant qu’incarnant l’unité, sur une question de Foi, de Morale, il y a, dans ce cas, séparation nécessairement de la personne morale et donc de toute l’Église. Il y a schisme.

    Abbé Louis Coache,
    « Forts dans la Foi », supplément au n°27. »

     

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Bergoglio n’est pas uni à l’Église : renoncement tacite (canon 188). Nous sommes séparés de la « personne physique » parce qu’elle « défaille, disparaît physiquement ou canoniquement. »
       

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Perle de Lagomer qui justifie la falsification de texte : « Claque humiliante pour les sédévacantistes schismatiques, qui croyaient tenir un argument avec la citation reproduite par La Question (qui synthétisait, comme il est parfaitement autorisé lorsqu’on fait une citation, l’idée générale de Pastor Aeternus) » :D
       
      C’est vrai qu’il est tout à fait autorisé d’écrire une pseudo-citation (comme si c’était celle que l’on retrouve exactement dans le texte), simplement en la synthétisant. Ca fait genre : je sais mieux écrire que Pie IX, j’explique mieux que lui, je sais mieux que lui donc je modifie sa phrase tout en disant que ça vient de lui ! Hahaha la bonne blague ! Merci Lagomer ! :lol:
       

  9. charles
    charles lien permanent
    mars 18, 2014

    Cher PIE, rassurez-vous ! je ne vous ai nullement confondu avec le Tertiaire !…. Mais je m’adressais un peu au collectif de La Question avec tous ses intervenants y compris vous, Pie.
     
    D’autant que ce fameux Tertiaire Franciscain me semble de plus en plus à devoir être rangé dans la case « sectaire inconvertissable »…car en fait c’est lui-même qui le suggère fortement« votre réponse ne m’intéresse pas » dit-il vertement au Disciple pénitent… Si ce n’est pas du sectarisme autiste je veux me faire bonne sœur tout de suite ! (ce sera mardi gras toute l’année !!! :twisted: )
     
    Et si La Question ménage ce triste sire, c’est qu’il est assez haut placé dans la hiérarchie nantiste et « exterminatrice de sédévacantistes » …Du moins peut-on légitimement le supposer.
     
    Par contre j’ai une légère intuition vous concernant cher Pie : il semblerait que l’Esprit Saint cherche à vous contacter… Oh ! la communication est encore très très  faible, très lointaine mais prenez garde de ne pas laisser passer le message cher Pie, même s’il est à peine audible…… Il y a des bandes passantes qui ne reviennent pas…!
     
    Bref, vous en ferez ce que vous voudrez, mais j’ai cru de mon devoir de vous avertir…..
     
    Je profite de ce message pour remercier LHR de son message sur les sacres si éclairant et aussi  Le Disciple pénitent pour ces rappels si nécessaires de feu l’Abbé Louis Coache, dont on voit bien en le lisant qu’il partage avec nous la même analyse, ce qui lui valut à l’époque les foudres de l’Abbé de Nantes, déjà imbu, tout grand esprit théologien qu’il était, des thèses qui ont court dans les rangs de La Question
     
    Docteur en droit canon, l’Abbé Coache a su exprimer toute la problématique catholique du droit divin et de la perpétuité, de DROIT DIVIN, de la personne morale du SAINT-SIÈGE.
    Mais redonnons-lui la parole afin de mieux imprimer dans notre mémoire ce passage essentiel :
    « On peut donc être séparé de la personne physique sans se séparer de la personne morale (le 9 octobre 1958, nous avons été séparés de la personne du Pape Pie XII, mais sommes restés unis au Saint-Siège). Comprenons bien : « séparés de la personne physique » parce qu’elle défaille, disparaît physiquement ou canoniquement. Mais si l’on se sépare par rébellion, par cassure volontaire, de la personne physique toujours unie à l’Église, en tant qu’incarnant l’unité, sur une question de Foi, de Morale, il y a, dans ce cas, séparation nécessairement de la personne morale et donc de toute l’Église. Il y a schisme. » L. Coache.
     
    Laissez agir en vous l’Esprit Saint, cher PIE……….et votre Carême vous donnera un avant-goût du Paradis !
     

    • Le disciple pénitent
      Le disciple pénitent lien permanent
      mars 18, 2014

      Bon rappel du Catéchisme de Saint Pie X :
       

                  « 113. Qu’est-ce que le Pape ? Le Pape est le successeur de Saint Pierre sur le siège de Rome et dans sa primauté, c’est à dire dans l’apostolat et l’épiscopat universels. Il est ainsi le chef visible de toute l’Église (appelée pour ce motif Catholique Romaine) et le Vicaire de Jésus-Christ, qui en est le chef invisible.
       
                  114. Que constituent le Pape et les Évêques unis avec lui ? Le Pape et les Évêques unis avec lui constituent l’Église enseignante, ainsi appelée parcequ’elle a reçu de Jésus-Christ la mission d’enseigner les vérités et les lois divines à tous les hommes, qui en reçoivent seulement par elle la pleine et sûre connaissance nécessaire pour vivre chrétiennement.
       
                  115. L’Église enseignante peut-elle errer dans l’enseignement des vérités révélées par Dieu ? L’Église enseignante ne peut pas errer dans l’enseignement des vérités révélées par Dieu ; elle est infaillible, car, selon la promesse de Jésus-Christ, « L’Esprit de Vérité » l’assiste continuellement, (Joan. XV, 26.)
       
                  116. Le Pape peut-il errer quand il enseigne, lui seul, les vérités révélées par Dieu ? Le Pape ne peut pas errer quand il enseigne, lui seul, les vérités révélées par Dieu ; il est infaillible comme l’Église, lorsque, comme Pasteur et Maître de tous les chrétiens, il définit les doctrines touchant la foi ou les mœurs. »

      (Catéchisme de Saint Pie X ; chapitre « L’Église Catholique. – La communion des Saints. Je crois…la Sainte Église Catholique »)

       

      Donc :
       

      1) L’Église enseignante (Papes et Évêques en union avec lui) ne peut pas errer dans l’enseignement des vérités révélées par Dieu ; elle est infaillible, car, selon la promesse de Jésus-Christ, « L’Esprit de Vérité » l’assiste continuellement, (Joan. XV, 26.)

      2) Le Pape ne peut pas errer quand il enseigne, lui seul, les vérités révélées par Dieu ; il est infaillible comme l’Église, lorsque, comme Pasteur et Maître de tous les chrétiens, il définit les doctrines touchant la foi ou les moeurs. »

       
      C’est la base de notre position. Dire le contraire est un péché contre la Foi :
       

      1) L’Église enseignante conciliaire (« François » + ses « évêques » en union avec lui) fait partie de l’Église Catholique mais elle enseigne des erreurs contre la Foi. ► péché contre la Foi

      2) L’Esprit-Saint de Vérité assiste l’Église mais en ce moment Il lui fait enseigner l’erreur ► péché contre le Saint-Esprit

      3) « François » est Pape légitime mais il enseigne des erreurs, seul, en tant que Pasteur et Maître de tous les chrétiens lorsqu’il définit des doctrines touchant la foi et les mœurs. ► péché contre la Foi

       
      Vous voyez le soucis Pie ?

       
       
       

  10. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    mars 19, 2014

    « …il est infaillible comme l’Église, lorsque, comme Pasteur et Maître de tous les chrétiens, il définit les doctrines touchant la foi ou les mœurs. »
    Oui, mais le sommet de la subversion c’est que les pseudos-papes conciliaires, ne définissent plus rien, mais enseignent de leur propre fond une nouvelle doctrine, tout en en faisant une sorte de dogme implicite. Il n’y a plus de définitions, de condamnations, il n’y a qu’un discours équivoque et déficient. À la base, il y a une déficience manifeste de la fonction avant même la déficience, l’hétérodoxie du discours.

Laisser une réponse

Nota : Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Suivre ces commentaires par l'intermédiaire du flux RSS

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif