Aller au contenu

QUIS UT ECCLESIA ! ! !

2014 octobre 26

 

Notre dernier article, « Vatican D’Eux : canonisations, béatifications, synode & Cie… » a entraîné une Disputatio effrénée suite à la « contestation » du fait que je disais que « pour nous », Fidèles semper idem, il ne s’était RIEN passé dans l’Église catholique le week-end dernier alors que la secte « église Conciliaire » concluait en ce « Dimanche des conviés aux noces » ses parodies de béatification et de synode et que « pour nous », Fidèles semper idem… ce dimanche 19 octobren’était pas un jour de tristesse, jour de deuil…marqué malheureusement d’une pierre noire !…

Le premier a avoir “ouvert les hostilités” étant « Alexandre » (lien permanent), c’est lui le premier visé (mais c’est valable aussi pour tous les contradicteurs) par la très bonne réponse que nous donne notre cher correspondant « Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus ». (lien permanent) :

 

Quis Ut Ecclesia ! ! !

 

Ou le monde perdu d’Alexandre le bienheureux qui s’attriste que Michou soit sur la table conciliaire et nous fait consterner une drolatique fâcheuse petite crise nerveuse.

Alexandre s’attriste et moi paraphrasant Saint Paul, je me réjouis qu’ils ne fassent pas plus de progrès dans la déchéance, espérant toutefois que leurs égarements insensés soient prochainement vraiment flagrants pour tous … c’est pas gagné … avec Fellay l’Iscariote !

Idée adventice… de l’humiliation de la secte moderniste talmudo-maçonnique occupant le Vatican ainsi que la confusion de tous ceux — conciliaires mondains et traditionalistes hypocrites — qui s’y conforment sciemment ou par ignorance coupable follement indifférents leur sont unis en présence de Dieu devant les hommes dans telle déclaration insolite comme par exemple celle de l’influent Schoenborn, en effet, ce dernier déclare à propos de la monstrueuse Conchita Wurst, dans le « jardin arc-en-ciel » du Seigneur, il y a de la place pour tous : « dans le jardin aux diverses couleurs du Seigneur, il y a de l’espace pour toutes les multitudes ».

 

Laissez donc les morts enterrer les morts… de la Grande Prostituée.

 

Ciel, réjouis-toi sur elle ! Et vous, les saints, les apôtres, et les prophètes, Réjouissez-Vous aussi ! Car Dieu vous a fait justice en la jugeant. (Apocalypse chap. 18, v. 20)

Et pourtant, il y a bien plus grave que la grande Zoa, hier le renversement en 1969 du Sacrifice christique par cet fol

et aujourd’hui les scandales innombrables contre la Foi chrétienne et les Mœurs divines des ministres de vaticand’eux

« Quand vient l´mardi, la grande Zoa

 

 

Met ses bijoux, ses chinchillas
Et puis à minuit, la grande Zoa
Autour du coup s´met un boa

 

Y en a qui marmonnent
Que la grande Zoa
Ce serait un PAPE
On dit ça ! »

 

Mariage sodomite : « en célébrer à l’église n’aurait rien de choquant » (sic)

 

Alexandre, ce n’est pas quand le château est complètement cramé qu’on se demande si il y avait des fleurs fraîches sur la table du grand salon.

Alexandre, votre dolente tristesse de circonstance n’est plus de mise, le cirque de Roncalli ne trompe que les conciliaires qui le veulent bien, parce ce qu’elle le vaut bien la Ludovine de la Rochère, de même les Xavier Arnaud, les Fellay, les Bisig, les Ricossa, les Wach et tutti du blog « La Question » sans réponse, … TUTTI quanti … de plus d’un million d’âmes de « La Manipulation Pour Tous » ne se mobilisent en somme que contre « le cul de Sodome » (pardon !) en revanche, pour la défense des Dogmes divins contre les hérésies sataniques dites modernistes qui les conduisent TOUS, à brève échéance, eux et leurs enfants plus ou moins selon la parabole du semeur à l’Apostasie enfin générale professée et entretenue par des Judas depuis plus de cinquante ans, il n’y a PLUS personne, TOUT le monde s’en fout complètement ou bien totalement indifférents adhèrent à l’apostasie de la Foi Catholique à l’imitation des Anglais sous Henry VIII, or, qui ne dit mot, consent !!!…et c’est par ailleurs faire bien peu de cas des Souffrances salvifiques du Messie-Rédempteur en la Personne de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Outre la providentielle Constitution Apostolique « Cum ex Apostolatus Officio » du magistère perpétuel de la Bulle du pape Paul IV confirmé par Saint Pie V à laquelle j’ai obtempéré sans réserve dès que j’en ai eu connaissance par les ACRF ; quel est donc par ailleurs l’enseignement doctoral et sanctoral de la Tradition de l’Église en ce qui regarde canoniquement la légitimité du pontife romain et subséquemment tous ceux qui lui sont uni ? :

Le Docteur de l’Église, saint Robert Bellarmin :

« Le pape qui est manifestement hérétique cesse de lui-même (ipso facto, par le fait même) d’être pape et le chef, de la même manière qu’il cesse d’être un chrétien et un membre du corps de l’Église, et pour cette raison il peut être jugé et puni par l’Église. C’est l’opinion de tous les anciens Pères, qui enseignent que les hérétiques manifestes perdent immédiatement toute juridiction.

Le non-chrétien ne peut en aucune façon être pape. … Ce principe est absolument sûr. La raison en est qu’il ne peut pas être à la tête de ce dont il n’est pas membre ; maintenant, celui qui n’est pas chrétien n’est pas membre de l’Église, et un hérétique manifeste n’est pas un chrétien, comme cela est clairement enseigné par saint Cyprien, saint Athanase, saint Augustin, saint Jérôme et d’autres, donc l’hérétique manifeste ne peut pas être pape »

St. Antoine :

« Dans le cas où le pape deviendrait hérétique, il se trouverait, par ce seul fait (ipso facto), séparé de l’Église. Une tête séparée d’un corps ne peut pas, tant qu’elle reste séparée, être à la tête de l’organisme à partir duquel elle a été coupée. Un pape qui serait séparé de l’Église par l’hérésie, par conséquent, cesserait par ce fait même d’être le chef de l’Église. Il ne pourrait pas être hérétique et rester pape. »

Le Docteur de l’Église, saint Alphonse de Liguori (1787) :

« Si Dieu devait permettre qu’un pape devienne hérétique, il (le pape, NDT) cesserait par ce fait d’être pape, et la chaire apostolique serait vacante ».

« Si jamais un pape, en tant que personne privée, devrait tomber dans l’hérésie, il devrait immédiatement tomber du pontificat ».

Le Docteur de l’Église, saint François de Sales (17e siècle) :

« … quand le Pape est explicitement hérétique, il déchoit par le fait même de sa dignité et hors de l’Église. »

Encyclopédie catholique de 1914 (vol. 11, p 456.) :

« Bien sûr, l’élection d’un hérétique, d’un schismatique, ou d’une femme [en tant que Pape] serait nulle et non avenue. »

Code de Droit Canonique de 1917 (Canon 188.4) :

« Si un clerc (Pape, évêque, etc.) devient hérétique, il perd son poste sans aucune déclaration et de par application de la loi ».

Léon XIII, Satis Cognitum, le 29 juin 1896 :

« Il ne peut y avoir rien de plus dangereux que ces hérétiques qui admettent que presque tout le cycle de la doctrine, et pourtant, par un seul mot, comme avec une goutte de poison, infectent la vraie et simple foi enseignée par notre Seigneur et transmise par la tradition apostolique. »

Conclusion :

De ces déclarations méprisées de Docteurs et de Saints de l’Église sur les hérésies patentes qui impactent la légitimité spirituelle et canonique de la hiérarchie présumée de l’Église, que Saints Antoine et Bellarmin déclarent que, si le pape embrasse l’hérésie, il cesse d’être le pape sans qu’il y ait besoin que ceci ait été déclaré !
il s’ensuit alors que les conciliaires hérétiques comme les hypocrites traditionalistes « ayant pleine advertance des hérésies apostatiques » s’en moquent éperdument et n’en tirent — si ce n’est que d’aucuns traîtres à l’Amour divin sachant in pectore se censurer par un vicieux respect humain à l’inverse des saints confesseurs et docteurs — aucune conclusion théologique pratique. Déclarations qu’ils méprisent tout autant que le Message marial de La Salette et en les méprisant, méprisent le Christ et qui méprise le Christ, méprise Dieu Lui-même !!!

« Amen, Dico Vobis, Nescio Vos !!! »

Les précités comme les athées s’en fichent, les protestants jubilent, les clercs Gréco-russes vomissent, les musulmans haïssent et les talmudistes savourent leur triomphe, quant aux mondains et libertins, que le Vatican soit catholique ou apostat, je m’abstiens de reprendre la grossièreté testiculaire de Chirac…

C’est vrai Alexandre, vous m’avez bien jugé, j’ai une profonde détestation du mensonge criminel de l’hérésie dite moderniste couvert par les conciliaires et les mauvais et faux traditionalistes de vaticand’eux, aversion d’autant plus salutaire pour les uns qu’il est préjudiciable au salut PARTICULIER pour les autres, car, attentatoire à l’intégrité du dépôt de la Foi apostolique sans laquelle, il est impossible de plaire à Dieu.

5) J’ai HAÏ l’assemblée des méchants, et je ne siégerai pas avec des impies.
Psaume 26 (Vulg. XXV)

 


Fuyez celui qui est hérétique ! par sedevacantisme

 

« Alors Jésus-Christ, par un acte de Sa justice et de Sa grande miséricorde pour les justes, commandera à Ses anges que TOUS Ses ennemis soient mis à mort. »
Message mariale à La Salette pour notre temps.

« Si Quelqu’un n’Écoute Pas l’Église, Qu’Il Soit Traité Comme Un Païen et Un Publicain »

Les hérétiques étant du monde se jouent de la Bible, s’en servent, dressent par exemple la théologie de St Paul contre celle de St Jacques, ce qui donne tous les dix jours un ensemble anarchique très hétéroclite de diverses animations prétendument chrétiennes qui s’arrogent le titre d’église sans faire nullement la volonté de Dieu :

« Ce n’est pas celui qui m’appelle « Seigneur, Seigneur », qui sera sauvé, mais celui qui accomplit la volonté de mon Père. »

Pensez-vous vraiment par exemple que la « papesse » Elisabeth, reine maçonnique,

bien que chrétienne par son baptême est néanmoins apostate parce qu’anticatholique comme tous les modernistes apostats, hérétiques ou schismatiques (clercs gréco-russes) nonobstant demeure toutefois toujours à cause du sceau baptismal sous la juridiction souveraine de la Sainte Église Romaine bimillénaire,

… accomplit l’Adorable Volonté de Dieu, elle qui participe avec ses tous ses sujets comme tous les potentats de ce monde impie à l’esprit du monde qui est celui des hérésies du diable,

c’est bien parce qu’ils le veulent bien !!!

Des millions de baptisés de par le monde se complaisent dans l’Hérésie et ceux de vaticand’eux aussi, mais beaucoup pour ne pas dire TOUS, soit sont complètement indifférents à la vérité religieuse, ne recherchent pas la vérité religieuse, ou bien ont reçu une éducation catéchétique apostate qui fut pour eux une pierre tombale pour leur foi naissante ou bien encore, toujours selon la Parabole du semeur, se complaisent dans l’animation gospel en autant de sectes laïques où ce sont de vieilles Èves conciliaires

Les vieilles Èves conciliaires

qui commandent « la paroisse » vocifèrent au micro des cantilènes ridicules et animent le gospel conciliaire : — « je tressaille, tu tressailles, il tressaille de JOIE !!!!!!!!!!! Nous Tressaillonnnnns DE Joiiiiiiiiiiiiiiie !!!!!! » mais de moins en moins nombreuses et nuisibles parce mortes, remplacées aujourd’hui par un résiduel lefebvro-conciliaire d’esprit petit bourgeois sur le forum cerbère de Xavier Arnaud prétendument « catholique » consentant jusqu’en Enfer,

Jusqu'en enfer

L’hérétique ne croit pas en l’Unicité de l’Église, ne croit pas en la Sainteté de l’Église, ne croit pas non plus en l’Universalité de l’Église, ne croit pas davantage en son Apostolicité si bien que le luthéranisme protéiforme N’est PAS une religion mais une vulgaire Hérésie antichrétienne, facétie non chrétienne à raison de l’apostasie du CREDO, est surtout diaboliquement CONTRE la Sainte Messe de L’Église Catholique romaine de TOUJOURS, Celle d’avant vatican‘2’ bien entendu, l’autre, celle de la Montini, n’est justement, que de l’animation luthérienne contrefaite, avatar sans aucune valeur expiatoire, propitiatoire et rédemptrice pour les péchés, seulement de l’animation “gospel”, sans plus ! où il N’y a PAS de Sacrifice et là en l’occurrence, où il n’y a plus de Sacrifice, il N’y a PAS de religion, « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. », savoir, le Décalogue et le Sacrifice, non plus des animaux sacrés mais du Corps du Christ Lui-même : « En entrant dans le monde, le Christ dit : « Tu n’as voulu ni sacrifice ni oblation ; mais tu m’as façonné un corps. Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour les péchés, alors j’ai dit : Voici, je viens, car c’est de moi qu’il est question dans le rouleau du Livre, pour faire, ô Dieu, ta volonté ». » car « Tu es prêtre pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédech. » Ayant offert le sacrifice UNIQUE, le Christ « s’est assis à la droite de Dieu. »

La Nouvelle Alliance est conclusive de la Première Alliance.

PAS de sacrifice, PAS de religion ! C’est une vérité théologique biblique depuis Abel le juste que confirment les Grecs, les Arméniens, les Coptes et les Russes etc. bien que schismatiques de nos jours, cela vaut mieux pour eux de fuir vaticand’eux !

Donc, PAS de sacrifice, PAS de religion.

Cela vaut également pour l’islam comme pour le judaïsme, l’islam comme toujours imitant le judaïsme, il importe ainsi que le rapporte l’actualité, que la Révolte luthérienne agressive d’origine luciférienne toujours aussi virulente de nos jours jusqu’au conciliabule de vaticand’eux, faisant cause commune séculaire CONTRE la Fondation de l’Église avec le mahométisme doublé du judaïsme, qui en creux n’existent qu’en opposition à l’Institution romaine, de volonté divine en la souveraineté de Pierre, malgré dans l’histoire ecclésiale, les péchés et scandales particuliers de certains de ses clercs indignes, ne touchant ni à l’enseignement du Dogme ou de la Morale, mena une guerre infâme et sans trêve contre la SEULE et unique véritable RELIGION chrétienne en l’Église Catholique Romaine qui est le Corps mystique du Christ, en dehors duquel, sans ses Sacrements il n’y a point de Salut.

Alors, guerres de religion, NON !
Guerres contre la Religion Chrétienne Universelle
c’est-à-dire Catholique, OUI !

Là-dessus ! Je suis intraitable.

Que ces protestants révoltés révolutionnaires comme toujours auxiliaires des Francs-macs, qui étaient tous les uns comme les autres auparavant catholiques mais sans aucun doute, perfides mauvais chrétiens et iscariotes, tels des forcenés de Satan détruisant TOUT sur leur passage, ont tous apostasié le Credo in UNAM !!! Sanctam, Catholicam et Apostolicam Ecclesiam

Catherine de Médicis comme Isabelle la Catholique sans être décorée du titre glorieux de Sainte, à juste raison eu recours à l’extermination pour sauver, telle l’Ange exterminateur en suivant en cela l’exemple guerrier de Sainte Jeanne D’arc, le Glorieux Royaume Catholique de France de la mortelle grande pestilence luthérienne qui par bonheur n’a pas eu prise en Italie ou en Espagne mais qui toujours haineuse, participa derechef de connivence maçonnico-talmudique au plein triomphe démoniaque de vaticand’eux en 1962, entraînant dans sa chute mortelle des milliers de prêtres à apostasier leur sacerdoce ou à mourir de chagrin en plus d’un milliard de laïcs catholiques à devenir protestants malgré eux, complaisamment ou pas Dieu seul est juge, toujours est-il, la majorité des clercs inconscients et des laïcs indifférents voire volontairement favorable, a adhéré sous la perfide injonction hérétique de la coterie moderniste en la hiérarchie Iscariote à la révolution spirituelle conciliaire dans la protestantisation des évêchés et paroisses, induite et concluante de la Révolution temporelle de 1789.

Les Français dont Alexandre le bienheureux triste chrétien suivant la pugnacité de cette Grande Reine, auront-ils un jour ce courage héroïque — ils leur manquent assurément aujourd’hui et vraisemblablement à leur désavantage et malheureusement pour notre malheur, un Vrai Chef, que Dieu Seul peut donner —
aurons-nous un jour, la force de sauver la France du péril mahométan comme la Reine Catherine La sauva hier du péril luthérien s’attaquant alors à son Âme catholique,

… à présent, de nos jours enténébrés, une autre grande prégnante hérésie menaçante s’en prend aujourd’hui à son Corps ethnique, Hélas ! désormais SANS âme !!! sans le secours d’En-Haut, j’en doute !? … l’islam, qui n’a rien à envier au luthéranisme iconoclaste, aujourd’hui bouillonne tout autant de rage et de fureur.

De l’hérétique haine séculaire dite protestante envers la Sainte Messe et la France catholique et royale de toujours.
Dont acte.

« Ne craignez pas [pas d’islamophobie] ceux [les mahométans] qui tuent le corps mais ne peuvent pas tuer l’âme ; craignez plutôt celui [Satan dans le protestantisme dit moderniste] qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps. » (Matthieu 10:28)

La malignité du protestantisme est tellement malveillante et haineuse de l’Église que sa libre-interprétation mena au libre-examinisme, qui mena au libéralisme et aux droits de hommisme athées … jusqu’au modernisme profanateur d’un vaticand’eux destructeur. Cela nous laisse effectivement une corruption certaine de la liberté réelle qui ne se peut mouvoir que dans la sphère du bien en la vérité qui rend libre …

Ces multi-sectes protéiformes follement variantes dissolvantes de toutes vérités sont toujours criantes du Cri satanique de la révolte céleste faisant continuellement écho sur Terre :

Non Serviam !!!

Diablement très séduisantes (puisqu’on voit les choses comme on veut) ont de leur perversion de la foi et de la morale, contaminé et profané et détruit le gouvernement ecclésial à Rome, de façon irréversible à vue humaine au risque de me répéter depuis le maudit conciliabule des factieux hérétiques dit modernistes, apostats de la Foi Catholique et de vaticand’eux pervertissant tout ce qu’ils touchent…

On peut donc en déduire que OUI ! le protestantisme, rejeton diabolique du talmudisme, ennemi intérieur séparé du Catholicisme en Europe, a fait bien plus de mal à l’Église de Dieu que l’islam ou toutes autres fausses religions exotiques.

Je le confirme :

avec l’islam, nous avons aujourd’hui une guerre urbaine larvée,
avec le protestantisme, nous avons eu jadis la guerre + l’hérésie contemporaine mortifère dite moderniste fomentée au XIX°, qui n’est ni plus ni moins que du protestantisme déguisé appliqué dans vaticand’eux ; ces hérétiques « larvatus prodeo » (j’avance masqué en faux chrétien), agents domestiques des pharisiens talmudiques, en furent les fieffés artisans efficaces avec la complicité malicieuse des francs-macs infiltrés s’accrochant au Vatican tel un pitbull à un os à ronger.

Bref, l’hérésie protestante est de loin la plus grave, en fausse
doctrine et en conséquences, que l’hérésie islamique.

Les PROTESTANTS sous couvert de modernisme sont les pires ennemis des Catholiques !

Aucune autre croyance que le Catholicisme ne peut porter le nom de « religion », car religion signifie « ce qui relie à Dieu » …
Or les fausses religions sont liées à l’erreur, donc au Diable …

Il n’y a qu’une seule religion, une seule Église, une seule Foi.

Les protestants ne sont pas plus au Christ que les musulmans, ces derniers prétendant aussi croire faussement en Notre Seigneur Jésus-Christ or niant Sa Divinité, comme certaines sectes protestantes d’ailleurs … Les témoins de Jéhovah par exemple, que les sots ignorants affublent pourtant du titre glorieux de « chrétiens » contrairement aux musulmans, ce qui n’a pas de sens puisqu’ils sont une hérésie du même acabit …

Je le répète solennellement, à ce titre, dans la hiérarchie des hérésies mortelles, le protestantisme se place en tête de proue de l’islamisme et du talmudisme réunis.

Qui Est Comme L’Église !!!

Soit !

Et qui donc, par le moyen du protestantisme a causé, il y a plus de cinquante ans environ, l’abomination de la désolation et la ruine du Temple de Dieu que sont les Catholiques dans Son Corps mystique ?

Ne sont-ils pas de ces descendants, qui héritiers déicides avec la complicité malicieuse d’un Judas hérétique déjà « protestant », Le firent tuer jadis dans Son Corps physique par le moyen du paganisme romain, il y a maintenant deux mille ans et aujourd’hui depuis vaticand’eux réitère le déicide dans Son Corps Mystique.

En conclusion,

il est vrai que le judaïsme actuel ne connaît plus la notion de sacre, ni de sacrement, ni de sacrifice, donc de sacré, du fait qu’il a perdu dans la destruction du Temple les généalogie qui permettaient de désigner des prêtres parmi les lévites.
C’est à cause de cette impossibilité de continuer à sacrifier et à faire la part entre le profane et le sacré, que le judaïsme actuel n’est plus l’héritier du Judaïsme antique, plus vraiment une religion, mais un formalisme, une casuistique.
Même chose pour le Protestantisme qui a rejeté le caractère sacré des églises, des saints, du sacrifice de l’eucharistie, des sacrements, et en premier lieu l’ordination des prêtres, en second l’indissolubilité du mariage que dernièrement les « synodaux fantasques » ont égratignée gravement.

« Il est aussi très connu, ce dogme catholique :

que personne ne peut se sauver hors de l’Église catholique, et que ceux-là ne peuvent obtenir le salut éternel qui sciemment se montrent rebelles à l’autorité et aux définitions de l’Église, ainsi que ceux qui sont volontairement séparés de l’unité de l’Église et du pontife romain, successeur de Pierre, à qui a été confiée par le Sauveur la garde de la vigne »
(Pie IX : lettre Quanto conjiciamus, 10 août 1863).

Et les conciles avant Pie IX vont dans le même sens. Citons seulement un texte peu connu, provenant du concile de Sens, tenu en 1528 :

« Le luthéranisme est une exhalaison du serpent infernal ».

Et ce même concile n’était pas vraiment partisan de la liberté religieuse :

« Nous conjurons […] le roi […] de signaler le zèle dont il est rempli pour la religion chrétienne, en éloignant tous les hérétiques des terres de son obéissance, en exterminant cette peste publique, en conservant dans la foi cette monarchie »,
et nous interdisons « les assemblées secrètes des hérétiques ».

La désobéissance au Christ d’être unis et d’écouter le pape
(Son vicaire légitime) : « qui vous écoute, M’écoute, qui vous méprise, Me méprise et méprise Celui qui M’a envoyé ».
Saint Luc X /13-16

Ce mépris spirituel pertinace avec pleine advertance et parfait consentement de la volonté en guise de « non serviam satanique » de la Majesté de Dieu et de la volonté de Son Messie n’est jamais tôt ou tard sans conséquence temporelle pour le monde libertin des mondains, apostats, hérétiques, schismatiques, conciliaires et faux traditionalistes BCBG pour lequel s’attriste amèrement Alexandre le malheureux bienheureux.

De la chute de Jérusalem en l’An 70 et de la France en 1789 à la chute du Vatican en 1962 à celle de la Grande Babylone mondialo-conciliaire, plaise à Dieu, peut-être en 2017 !???


Celui qui vous écoute m’écoute par sedevacantisme

Leur Dessein Est d’Élever une Autre Religion.

« Dieu seul peut venger ces forfaits ; le mal ne doit pas rester impuni. Aux hommes, d’abord la victoire. Quand le Seigneur jugera l’heure convenable, il aura son tour… » Extase du 22 juin 1880 de la stigmatisée bretonne, Marie-Julie JAHENNY

D’autre part, le Christ a dit : « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » (Saint Jean XV, 5).

« Et nolite conformari huic saeculo »

Alexandre se lamente sur un monde en péril, sed lex dura lex !!!

« Alors Jésus-Christ, par un acte de Sa justice et de Sa grande miséricorde pour les justes, commandera à Ses anges que TOUS Ses ennemis soient mis à mort. »

« Et la Terre deviendra comme un désert … » c’est-à-dire avec peu de monde, ainsi le monde d’Alexandre éploré aura complètement disparu à jamais.

Quelle curieuse impudence caustique de reprocher indirectement à Dieu même en châtiment du Vatican apostat, l’éclipse de Son Église dont Il dérobe volontairement les perles aux yeux du vulgaire pour ne pas les jeter aux pourceaux, aux vierges folles qui se conforment à l’esprit du siècle et se complaisent dans l’esprit du monde impie dont Satan est le prince.

Le monde est une chose, l’Église en est une autre, Saint Augustin le démontre aisément dans son Traité des deux Cités.

Le Mystère d’Iniquité dont nous souffrons présentement est tout entier enfermé dans le Message apocalyptique de l’eschatologie mariale de La Salette en le Jugement prochain des nations… et Notre Seigneur nous invite à RELEVER la tête lorsque nous entendrons parler de bruits de guerres et de Guerre universelle et non pas nous attrister de Son Jugement à venir mais bien au contraire de nous en réjouir puisqu’il nous demande de relever la tête à la nouvelle heureuse de la guerre future mettant fin définitivement à 1789 dans 1962 car alors notre délivrance certainement proche s’ensuivra… avant que l’Enfer défait ne se remobilise dans la vengeance infernale du règne planétaire de l’Antichrist.

Alexandre dixit :

Un petit conseil : mettez des lunettes et relisez-moi :« Il s’agit bien et bel d’un triste jour car, aux yeux du monde, aux yeux des pauvres chrétiens égarés, cette béatification émane de l’Église catholique. En réalité, il ne s’agit pas de l’Église catholique, nous sommes d’accord là-dessus, mais pour 99,9 % des gens sur terre, ça l’est. »

Donc, …

…Vous êtes un insolent !

Vos tartufferies conjoignent l’hypocrisie et la provocation gratuite.
Réservez donc plutôt vos indignations attristées à Felley l’Iscariote et tacite à son non moins complice canonique Ricossa, l’un comme l’autre sous couvert de la séduction plastique de la tradition toute matérielle, trompent et égarent bien plus sûrement encore que les apostats du Vatican eux-mêmes, squatteurs des sièges apostoliques que Felley et Ricossa légitiment aux yeux naïfs des âmes irréfléchies ayant toujours le malheur frivole de les suivre sottement et de croire aveuglement à leurs assertions mensongères, professant l’allégation que la secte satanique qui éclipse l’Église des Fidèles (clercs et laïc) à la Foi de l’Église est vraiment l’Église Catholique. (sic !)
Enfin, avant de venir déplorer vous attrister d’un non évènement vain, complaisant envers Sodome, laudateur envers l’un des siens, évitez d’importuner le sommeil des « justes ».

Alexandre, de Plutarque : « pensez deux fois avant de parler et vous penserez deux fois mieux ».

Alexandre, Bon Dimanche du Christ-Roi et bon Thanksgiving 2014

 

 

68 réponses
  1. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 26, 2014

    À ma grande surprise notre bon Cave met en exergue l’humeur de votre pauvre serviteur que j’espère non peccante.

    J’en suis tout de même un peu confus et regrette par moment d’avoir été si verbeux, incisif, brouillon, un peu vulgaire et parfois redondant, c’est pourquoi pareil traitement ne justifiait cependant pas une telle rubrique, toutefois je l’en remercie amicalement.

    Désireux de me montrer digne d’une telle confiance, demande humblement excuse aux âmes sensibles et prudes dont l’affect des neuromédiateurs délicats en furent quelque peu affectés.

    Alors, si j’ai réagis selon mon tempérament, c’est-à-dire avec une certaine véhémence plus humaine que salésienne, c’est parce qu’il me déplait beaucoup qu’on agresse l’Église éclipsée que vous représentez à mes yeux, n’en déplaise à beaucoup d’indécis, en effet, ne disait t-on pas naguère : « là où est Pierre, là est l’Église », de même, aujourd’hui, ne devrions nous pas dire aussi : « là où est l’Orthodoxie de la vraie Foi, là est l’Église éclipsée » n’est-ce pas !? et notre devoir de fils n’est-il pas de La défendre contre les opinions convenues qu’on récite sans réfléchir.

    Du reste, permettez-moi, cher Cave, de mettre en ligne l’homélie de ce Dimanche du Christ Roi de don Floriano (prêtre au demeurant fort sympathique mais associé hélas aux clercs verruariens) qui à mon étonnement a correspondu d’une certaine manière à la teneur de notre propos (en français à 1:40).

    Fraternellement, je vous en remercie et saisis cette singulière occasion pour vous congratuler pour ce Blogue Très Catholique, formule même reconnaissance à tous les contributeurs et demande en ce jour au Christ Roi de France de vous bénir tous  et de faire triompher la noble Cause de Louis-Hubert.

    In Christo Rege et Maria Domina,
    Deo Gratias !

     

  2. Cave Ne Cadas
    Cave Ne Cadas lien permanent*
    octobre 27, 2014

     

    Cher Cave Ne Cadas,

    Veuillez transmettre mes chaleureux remerciements a Omnibus pour son excellent commentaire.

    Si il n’est pas toujours facile à suivre en effet, sa verve, prose et français sont d’un top niveau, j’ai néanmoins saisi la substantifique moelle de ce qu’il a voulu exprimer. En effet, il a rappelé une chose très important a savoir que la pire des fausses religions, n’était pas l’Islam encore moins le Talmudisme mais bien le Protestantisme.

    Il a rappelé que Vatican d’Eux n’a pas pour conséquence d’avoir fait des catholiques de l’époque et des conciliaires d’aujourd’hui des talmudiques ou des musulmans mais bien des Protestants.

    Il m’a confirmé dans ma haine du Protestantisme et de tous ses dérivés et pointe bien que [pour tous les islamophobes et antisémites],
    Rien n’est plus néfaste que le Protestantisme. Holzhauser l’avait déjà pointé dans son  interprétation de l’apocalypse, en désignant Luther comme Prince des hérésiarques et en confirmant que les maux du Protestantisme allaient être durables.

    Pour être sorti du charismatisme, pour avoir fréquenté des évangéliques et pour connaitre les ravages de cette hérésie diabolique en Afrique et plus particulierement dans mon pays la République Démocratique du Congo ou dans la capitale chaque jour une nouvelle « église » voit le jour, je peux vous dire que le Protestantisme est très prenant, rend bête et déraisonnable enfin fait perdre toute notion du sacré. En plus de sa haine et de sa suspicion a l’égard de la Mère De Dieu.

    Si nous voulons avoir de la haine contre une hérésie qui tue les âmes c’est bien contre la Protestante qu’il faut l’avoir, car elle est omnivore s’attaque à tout et prend de multiples formes.

    Depuis que je me suis converti on m’a beaucoup critiqué le Talmudisme, mais pas vraiment

    le Protestantisme comme si il y avait une méconnaissance, ou comme si il n’existait plus, je tiens a rappeler que les Pasteurs à travers le monde remplissent des stades de foot, des salles de conférences et de concerts ces prédicateurs du Diable perdent un nombre immense d’âmes et leur font toujours détester la Sainte Église Catholique.

    Merci Omnibus, je sais qu’il ne veut pas partager ses coordonnées alors veuillez lui transmettre mes mots et ma gratitude, en cela c’est vraiment un frère et un ami pour moi.

    Jean-Marie.

     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 27, 2014

      Cher Jean-Marie, j’apprécie au plus haut point toutes vos réflexions et notamment celles sur le protestantisme !

      N’oublions pas que, pour frapper au cœur l’Église et arriver « jusqu’aux pantoufles du Pape », l’Ennemi du genre humain avait besoin d’auxiliaires humains  destructeurs autant que de leurres subtils au sein même du lieu saint. Les protestants ont été, de ce point de vue, des monstres de perfection : ils ont autant séduit que détruit… Et, maîtres incontestés, en « manipulation alchimique de substance », ils ont élaboré tous les changements qui allaient nous changer complètement la religion et inverser totalement la finalité rédemptrice, expiatoire et propitiatoire du Saint Sacrifice…

      Comme le modernisme, qu’ils ont couvé dans leur sein pendant des siècles, les luthériens sont comme vous dites « omnivores » !

      Leur dangerosité n’est plus à démontrer pour un catholique semper idem, c’est à dire conséquent !

       

  3. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 27, 2014

    Eh…ben !!! Il y a comme un souffle épique qui précède la tempête à venir dans ce long exposé-réquisitoire de notre ami OMNIBUS !!!

    D’aucuns, balayeront tout cela d’un revers de main méprisant, considérant que la prose d’Omnibus est décidément bien imbuvable…

    D’autres encore, abandonneront la lecture au bout d’une vingtaine de lignes peut-être… leur « sensibilité » ne pouvant en supporter davantage…

    ET puis il il y aura toutes les âmes et lecteurs de bonne volonté qui iront jusqu’au bout et  tenteront de méditer tout cela, en craignant peut-être d’avoir à s’avouer que, oui, décidément, l’« Homme Nibus » a sans doute raison sur de nombreux points mais qu’il ne faut pas trop le dire de peur des représailles ou des incompréhensions !…

    Pour sortir de leur torpeur ces « justes » et sans pour autant  contribuer à ne pas troubler leur « bon » sommeil, je vais juste me permettre de, non pas résumer ce long travail, ni d’en faire une maladroite synthèse, mais de mettre en exergue juste quelques points afin de focaliser sur eux la réflexion et la méditation de nos amis de bonne volonté… Quant aux autres, je les laisserai sciemment à la responsabilité de leur triste sort…

         1/ Les frasques de la « Grande Prostituée » ne sauraient troubler ou intéresser les catholiques véritables qu’à titre purement informatif ou anecdotique… Ainsi sera sauve notre sensibilité qui ne tombera pas dans la tristesse excessive pour un monde au sujet duquel Notre-Seigneur n’a pas prié…  1ère LEÇON.

         2/ Les « souffrances salvifiques du Messie-Rédempteur » obligent tout catholique conséquent à ne pas s’arrêter seulement  aux scandales de mœurs perpétrés par les apostats conciliaires mais a considérer d’abord la défense des dogmes comme primordiale, car sans la foi pure et intacte nul ne peut se sauver !  2ème LEÇON.

         3/ Le LUTHERANISME (et ses succédanés)  n’est pas une religion mais une infâme hérésie antichrétienne. Moi, je dis que c’est le leurre le plus réussi de Lucifer !!!

         4/ La synaxe luthériano-conciliaire est  sans aucune valeur expiatoire, propitiatoire et rédemptrice pour les péchés. Toute grâce sanctifiante en a été évacuée !

         5/ L’hérésie protestante est de loin la plus grave ! C’est en effet le coup de maître de Satan !

         6/ Pas de Sacrifice, pas de religion !!! Ce point est en effet CAPITAL. Toute évacuation, même légère, de la notion de sacrifice, est par définition démoniaque.

         7/ Le Protestantisme qui a rejeté le caractère sacré des églises, des saints, du sacrifice de l’eucharistie, des sacrements, et en premier lieu l’ordination des prêtres, en s’infiltrant aux plus hauts sommets de l’Église, a, par les rites corrompus inspirés par lui, rendu tous nos lieux de cultes abominables à Dieu : cathédrales, églises et chapelles autrefois catholiques ONT PERDU LEUR CONSÉCRATION. Ce ne sont plus que des musées ou des lieux de péroraison des « vieilles Èves conciliaires », pour reprendre l’expression savoureuse de l’Homme Nibus !

         8/ Dans la hiérarchie des hérésies mortelles, le protestantisme se place en tête de proue de l’islamisme et du talmudisme réunis.

         9/ Le Mystère d’Iniquité dont nous souffrons présentement est tout entier enfermé dans le Message apocalyptique de l’eschatologie mariale de La Salette : c’est si vrai que de ce message découle la compréhension du véritable état de l’Église, qui ne cesse, À AUCUN MOMENT, d’être Une, Sainte, Catholique et Apostolique selon la promesse même de Notre-Seigneur.

    Seule la juste compréhension de l’éclipse de l’Église, permet au catholique d’en tirer toutes les conséquences surnaturelles… Ce que ne font pas beaucoup de clercs et de fidèles traditionalistes ! Les vrais catholiques doivent « relever » leur tête et  rendre grâce à Dieu que « Jésus-Christ, par un acte de Sa justice et de Sa grande miséricorde pour les justes, commandera à Ses anges que TOUS Ses ennemis soient mis à mort. »

         10/ On ne doit pas s’attrister d’un « non évènement vain » mais méditer sur le  pourquoi il n’y a plus de foi dans l’Église, notamment de la part de ceux qui ont été consacrés dans le Seigneur.

         11/ Qu’est-ce que le « sommeil des justes » évoqué par l’Homme Nibus ? C’est tout simplement le renoncement à soi-même et cela commence par le renoncement au monde et à toutes ses séductions. En effet, les désirs de l’homme pécheur sont plein de vanité, sa volonté est inconstante et ses projets sont incertains. En dehors du Christ tout n’est que néant. Il nous faut donc choisir entre le monde et Lui ! Là où il reste quelque secrète complaisance, quelque coupable affect, quelque attache, même légitime,  aux choses de la terre, quelque volonté propre qui nous fait agir de notre propre fonds, le Seigneur ne peut régner complètement dans nos cœurs et Son Amour est en souffrance à cause de nous…

         12/ « Le monde est une chose, l’Église en est une autre » : qu’ y a-t-il de commun entre les ténèbres et la Lumière ?

    Le moindre des élus sera alors  comme le chef d’un peuple nombreux…alors que le pécheur impénitent  ne trouvera que la mort… Redevenons comme des petits enfants qui s’émerveillent de tout et ne s’attristent que d’avoir contrarié leurs parents…
     


    Cher OMNIBUS…si j’ai dit des bêtises ou si j’ai mal interprété certains de vos passages mis en exergue, ayez la bonté de me le dire. Merci d’avance !

     

  4. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    octobre 27, 2014

    Magistral, confus, brouillon, parsemé de belles perles.

    Oui, le Luthérianisme, l’Anglicanisme, le Protestantisme sont des ennemis redoutables car singeant de plus près la vérité, et donc plus trompeurs, (cf La Hight Church), cela n’empêche cependant pas les autres sectes, comme la mahométane et la judaïque d’être issues du Père du Mensonge, de même pour toutes les idéologies, idolâtrique et mortifères.

    Peut-être pourrait-on quand même songé justement à toutes ses âmes faibles, et fragiles, que le Maître, le Seul, nous demande de ne pas scandaliser.

    Notre Seigneur pleure sur Jérusalem, N-D à La Salette pleure de la même façon ; sans doute à cause d’un affect déréglé,  à l’exemple de Dieu qui ne se réjouit pas de la perte des vivants, ou d’un saint Dominique pleurant la nuit devant le Crucifix et répétant : « Que deviendront les pauvres pécheurs ? »

    Celui qui ne désire pas le salut du prochain, comme pour lui-même, est mort, je dis bien mort, pas insensible. Il est mort car même s’il possède la foi à transporter les montagnes, il n’est qu’un airain sonnant retentissant, mais vain : dura verba sed veritas.  La foi sans la charité n’est rien. La pire des turpitudes moderniste est d’avoir dévoyée la véritable notion de la charité. La mesure de la charité ne peut pas être seulement celle de la haine de l’erreur, car l’erreur étant un manque d’être, cela ne saurait être suffisant.

    Le droit le plus bafoué est celui du Souverain Bien à être aimé par dessus toutes choses.

    Dans le Christ, il n’y a ni grec, ni juif, ni homme, ni femme, ni noble, ni esclave,… là encore c’est un coup du vieil homme, charnel, qui n’a pas finit de revêtir l’homme nouveau.

    Là, où il n’y a pas de sacrifice, il n’y a pas de Rédemption, là où il n’y a pas le Seul Sacrifice du Verbe incarné, il n’y a pas de rémission des péchés, il n’y a pas d’adoption divine, il n’y a pas de salut, il n’y a pas de vie éternelle. Il n’y a que les ombres de la mort et des fils de colère blessés par le péché originel et incapables du moindre mérite.

    Là où est le Corps, là s’assembleront les aigles.

     

  5. Louis-Hubert Remy
    Louis-Hubert Remy lien permanent
    octobre 27, 2014

    C’est le moment de relire le R.P. Peronne :

    http://www.a-c-r-f.com/documents/R-P-JEAN-PERRONE_Protestantisme.pdf

    en particulier la page 15, 15e leçon :
     

    QUINZIÈME LEÇON. De la damnation certaine des apostats catholiques.
     
    D. Est-il vrai que tous les Protestants se damnent ?

    R. La damnation est certaine pour tous ces protestants que l’on appelle protestants formels, c’est-à-dire, pour tous ceux qui savent qu’ils sont hors de l’unique et véritable Église qui est l’Église catholique, pour ceux qui la combattent, qui la calomnient, qui cherchent à lui ravir ses enfants. Je dis : que tous ceux-là se damnent, parce que c’est un dogme ou un article de foi que : Hors de l’Église il n’y a point de salut. Il n’y a que l’ignorance invincible qui puisse excuser devant Dieu.

    D. Qu’entendez-vous par ignorance invincible ?

    R. J’entends par là cet état de l’âme en vertu duquel une personne vit dans la bonne foi, assurée que sa religion qui s’appelle chrétienne est la véritable. C’est ainsi que l’on regarde comme protestants de bonne foi tous ceux qui n’auraient jamais eu un doute, au moins sérieux, au sujet de la fausseté de leur religion. Que, s’il leur était arrivé d’avoir quelque doute, et qu’après l’examen de la chose, ils persistent à croire que le Protestantisme est bon dans ce cas encore, on peut les considérer comme de bonne foi. Ces personnes-là sont excusables devant Dieu, puisqu’elles Le servent de la meilleure manière qu’elles connaissent, en observant Sa loi divine et en espérant le salut éternel par les mérites de Jésus-Christ.

    D. Croyez-vous qu’il y ait beaucoup de Protestants qui soient dans cette ignorance invincible, autrement dit, dans la bonne foi ?

    R. Ceci est connu de Dieu seul. Lui seul scrute le secret des cœurs. Mais si dans une chose difficile à savoir, il était permis de faire quelque conjecture, mon avis serait qu’il y a beaucoup de ces protestants de bonne foi parmi les gens incultes, parmi les paysans et les ouvriers. Cependant l’ignorance invincible et la bonne foi ne leur sont pas encore suffisantes pour les conduire au salut. Ils doivent de toute nécessité connaître au moins les mystères principaux de notre foi ; ils doivent croire formellement, avoir l’espérance, la charité et une véritable douleur de leurs péchés. Or, ces pauvres malheureux sont pour la plupart dépourvus entièrement de tout cela dans leurs sectes. D’où il arrive que même pour ces protestants de bonne foi. il y a une grande difficulté de parvenir au salut.

    D. Ceux qui passent de l’Église catholique au Protestantisme peuvent-ils avoir cette ignorance invincible ?

    R. Il serait absurde de le penser. Comment peut-il être dans l’ignorance invincible au sujet de la véritable Église, celui qui a été instruit et élevé dans son sein et qui l’abandonne par pure malice : celui qui vend son âme pour une bouchée de pain, qui en trafique dans le but de vivre en impie et en scélérat.

    D. Pardonnez : ne pourrait-il pas arriver qu’un catholique prenne la résolution de se faire protestant, en vertu d’une conviction profonde puisée dans la lecture de la Bible ou de quelque docte écrit d’un savant protestant ; ou bien encore, pour un autre but honnête quelconque ?

    R. Non ; cela n’est pas possible, lorsqu’il s’agit d’un véritable catholique. En effet, la foi lui apprend que Dieu a établi l’Église pour lui enseigner la vérité avec une autorité infaillible, et que quiconque abandonne l’Église apostasie la vérité. Or, comme il ne saurait y avoir de vraie conviction contre la vérité, il s’ensuit que la conviction de l’apostat catholique ne peut jamais être ni profonde, ni même superficielle. Quant à la Bible, elle contient la parole de Dieu, c’est-à-dire, la vérité même, et, pour cette raison, elle ne saurait jamais conduire personne à l’encontre de la vérité enseignée par l’Église. Donc, l’illusion et l’erreur sont tout entières du coté de celui qui lit la Bible, sans la comprendre. Vient ensuite l’écrit du docte protestant. Mais jamais on ne peut donner le nom de savant à un protestant, lorsqu’il se met en contradiction avec l’Église enseignante. Il n’est, au contraire qu’un ignorant ou un présomptueux ou bien encore l’un et l’autre à la fois. En dernier lieu, il répugne, il est impossible qu’un Catholique se fasse Protestant dans un but honnête. Car ce serait dire que l’on peut commettre un énorme péché dans un but honnête.

    D. Direz-vous donc, qu’il n’y ait aucun Catholique qui puisse se sauver après être devenu Protestant ?

    R. Je dis qu’il est certain d’une certitude de foi que tous les Catholiques qui se font Protestants sont damnés. Exceptez pourtant le cas d’un repentir sincère avant la mort, d’un repentir accompagné de l’abjuration des erreurs protestantes. En dehors de ce cas, il est de foi que tous les Catholiques, qui se font protestants, se damnent irrémissiblement pour toute l’éternité.

    D. Pourquoi dites-vous que cette damnation est certaine d’une certitude de foi ?

    R. Parce que c’est la un point évidemment révélé de Dieu. N’est-il pas de foi que, pour celui qui meurt par sa faute hors de l’Église, il n’y a pas de salut ? II ne peut y avoir de doute sur ce point. Or, ces misérables apostats meurent par leur faute hors du sein de l’Église, donc il est de foi qu’ils se damnent. De plus, il est de foi que quiconque meurt en état de péché mortel se damne. Or, ceux qui meurent dans l’état de schisme et d’hérésie volontaire se trouvent en état de péché mortel, donc il est de foi qu’ils se damnent.

    D. Cette maxime me semble d’une intolérance cruelle et tout à fuit contraire à la bonté de Dieu.

    R. Vous vous trompez étrangement. Cette maxime, loin d’être une maxime d’intolérance, est une vérité de foi parfaitement conforme à la saine raison. Il suffit de ne pas être athée pour s’en convaincre. Dieu ne peut être indifférent au sujet de la soumission qui Lui est due. Puisqu’Il a Lui-même enseigné aux hommes la vraie religion, Il ne peut transiger avec une religion fausse, inventée à plaisir et subrogée par l’orgueil de l’homme à la religion divine. Si Dieu en agissait autrement, Il protégerait le mensonge et donnerait Ses récompenses à des ennemis révoltés contre Lui, ce qui répugne. Mais de dire que c’est là une conduite cruelle et contraire à la bonté de Dieu, c’est un véritable blasphème, puisque Dieu a révélé le contraire. Ouvrez la Bible, vous y lirez : Celui qui n’aura pas cru sera condamné. — Celui qui n’écoutera pas l’Église, tenez-le pour un païen et un publicain. — Celui qui vous écoute M’écoute ; celui qui vous méprise Me méprise et d’autres textes semblables.

    D. Je vois que vous avez raison. Je ne puis pourtant pas me persuader, je l’avoue, que tous ceux qui se font Protestants encourent la damnation éternelle. De quoi sont-ils coupables, si ce n’est de diversité d’opinion ?

    R. C’est ainsi que parlent les mécréants et les hommes sans raison pour voiler, sous de belles paroles, l’acte même de leur impiété. Mais Dieu a statué le contraire, comme vous venez de L’entendre. Or, qui des deux a raison ? La folle illusion que cherchent à se faire ces impies pour croire et vivre à leur façon, sans remords, fera-t-elle changer les décrets de Dieu ? Les chouettes ne supportent pas la lumière du soleil, mais le soleil, ne resplendit-il pas malgré elles ? Ce qu’ils appellent des opinions sont de vraies hérésies, des négations de la foi, des erreurs perverses contre les vérités révélées de Dieu et enseignées par l’Église. Donc il n’y a pas d’autre moyen : ou rester bons Catholiques, ou se damner. Dieu peut-il avoir besoin de ces renégats ? N’a-t-il pas prononcé la damnation des idolâtres et des infidèles ? Quel droit les apostats prétendent-ils avoir à être mieux traités que ces derniers ?

    D. Eh ! il y a une grande différence entre les uns et les autres. Ceux-là étaient des païens et des infidèles ; ceux-ci, au contraire, sont des chrétiens qui croient en Jésus-Christ comme nous, qui adorent comme leur Père le même Dieu ; ils l’invoquent chaque jour comme les Catholiques, en récitant l’Oraison Dominicale. Comment donc pouvez-vous réunir en un seul faisceau les protestants et les païens ?

    R. Sachez que les apostats catholiques sont pires que les païens et les infidèles eux-mêmes. Car ceux-ci péchaient par ignorance. Cette ignorance était coupable à la vérité, et c’est pour cela qu’elle ne put leur servir d’excuse ; mais enfin, si on les confronte avec les chrétiens, l’on peut dire que les païens vivaient dans l’ignorance et dans les ténèbres. Ces apostats catholiques, au contraire, pèchent par seule malice et par une malice diabolique, en voulant faire servir leur apostasie à des fins humaines et impies. Ils font profession d’être chrétiens, mais les infâmes Gnostiques prétendaient, eux aussi, au nom de chrétiens. Ils protestent de leur foi en Jésus-Christ ; mais c’est une foi à leur manière, car ils ne se donnent aucun souci de savoir quel est ce Christ auquel ils prétendent croire. Ils affirment que Dieu est leur père, et ils n’ont de Dieu qu’une idée vague ; ils n’y pensent jamais. Du reste, quiconque n’a pas l’Église pour Mère, ne saurait avoir Dieu pour Père. Jésus-Christ nous ordonne de regarder ces hommes comme des infidèles, et Lui, Il les regarderait comme des chrétiens !

    D. Encore un scrupule. Le péché d’apostasie n’est-il pas un péché comme tout autre ?

    R. Non sans doute. Il y a une différence énorme entre les autres péchés, quelque graves qu’ils soient, et l’apostasie de la foi. Les Catholiques qui pèchent, ou par fragilité ou par malice, font assurément mal, et très mal ; ils sont, eux aussi, en état de damnation. Cependant, comme leur cœur retient la foi, bien que celle-ci soit morte, elle y demeure néanmoins comme la racine sous la terre. Une fois le bouillonnement des passions passé, la foi commence à opérer, elle fait agir le remords avec plus de force, et Dieu coopérant par Sa grâce, la foi reverdit, comme le grain enseveli pendant l’hiver repousse au printemps. Dans cette racine de la foi, il se trouve des milliers de ressources pour arriver à la conversion, et en particulier l’usage des sacrements, qui nous ramènent à Dieu par la voie de la pénitence et de la réconciliation. Au contraire, tout est perdu pour celui qui a renoncé à la foi, il n’a plus de moyens d’aucune nature, il est privé de l’usage des sacrements et de tout autre soutien. Un miracle de la grâce est seul capable de ramener le malheureux apostat dans le bon sentier et dans la voie du salut. Or, vous savez que les miracles sont rares, et de là vient qu’ils sont rares aussi, les apostats qui se convertissent. La majeure partie d’entre eux meurt dans l’impénitence finale et se damne.

     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 27, 2014

      Ah ! Louis-Hubert…vous savez nous faire honte au bon moment lorsque notre paresse, notre négligence ou notre présomption nous font passer à côté de la lecture de textes aussi profitables que celui-là !

      « Tout est perdu pour celui qui a renoncé à la foi » : quelle leçon pour nous-mêmes et pour notre temps d’apostasies multiformes !

      « vous savez que les miracles sont rares, et de là vient qu’ils sont rares aussi, les apostats qui se convertissent ». Et ne peut-on pas en déduire qu’ils doivent l’être encore davantage lorsque des hommes d’Église ont commis le péché contre l’Esprit Saint ?

      « Les décrets de Dieu ne changent pas » !

      Kyrie Eleison !
       

  6. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 27, 2014

    « Celui qui ne désire pas le salut du prochain, comme pour lui-même, est mort (…) car la foi sans la charité n’est rien ! »

    Comme vous avez raison Ludovicus de rappeler cela, ce qui ne supprime pas par  ailleurs cette belle préséance de la foi qui, précisément ne peut se comprendre que dans la charité de la vérité ! Car la foi est le plus bel acte d’Amour que nous puissions faire pour Celui qu’ils ont transpercé…

    Car ce n’est pas d’abord par sensiblerie que nous devons pleurer sur nos frères trompés et/ou dévoyés mais par amour de Dieu (que nous ne voyons pas !) c’est à dire amour de Sa Vérité et de Ses commandements. C’est précisément cette inversion qu’a promu la « turpitude moderniste », de faire passer l’amour du prochain avant l’amour de Dieu  et de la Vérité !

    Que veut-on pour soi-même ? Le salut et sa félicité éternelle.

    Comment y parvenir ? En s’abandonnant corps et âme à la divine volonté…qui ne veut que notre salut car Elle est tout amour, toute vérité et toute perfection.

    On ne peut vouloir le salut de son prochain en mettant entre parenthèses l’unique voie du salut : aimer et respecter ce que Dieu nous commande ! Faire Sa Volonté et non la notre…

    Et Ludovicus nous rappelle encore à très juste titre que « Le droit le plus bafoué est celui du Souverain Bien à être aimé par dessus toutes choses ».

    Les âmes faibles et fragiles sont aimées de Dieu car Dieu est venu au niveau de leur faiblesse…

    « Je cherchais le chemin pour acquérir la vigueur qui me rendrait capable d’être heureux de toi et je ne trouvais pas parce que je n’avais pas embrassé Jésus-Christ. Jésus-Christ, l’humble Jésus, car je n’étais pas assez humble moi-même pour posséder mon Dieu. Et je ne savais pas quel enseignement me donne sa faiblesse, car ton Verbe, égal à toi, Père très bon, s’est bâti une humble demeure avec notre chair, pour faire passer jusqu’à toi ceux qu’Il vient aimer, en les guérissant de leur orgueil, de leur enflure, et en nourrissant leur amour.Et pour que la confiance en eux-mêmes, cette fausse confiance, ne les fasse pas s’écarter davantage de toi, mais que plutôt ils acceptent de devenir faibles, Il leur a donné de voir, à leurs pieds, Dieu Lui-même, affaibli, prenant en partage la faiblesse de notre chair, afin que, harassés, ils se prosternent devant ce Dieu qui s’est mis à leurs pieds, afin que Dieu, se dressant, les ressuscite et les relève. » (St Augustin)

     

  7. Alexandre lien permanent
    octobre 27, 2014

    Aucun argument sérieux dans cet article : un beau mélo-mélo !

    Nous voyons bien à qui nous avons à faire : à des individus méprisants, aveuglés par leur orgueil. Les pharisiens de l’Ancien Testament font pas figure par rapport à vous !

    La dévotion à Notre Dame des sept douleurs doit donc être pour vous une dévotion inutile, superflue et risible, j’imagine, puisque le simple fait de s’attrister de la damnation éternelle de millions d’âmes à cause de la situation actuelle de l’Église est « une drolatique fâcheuse petite crise nerveuse ». 

    Pauvre de vous, cœurs de pierre que vous êtes ! Selon vous, en fait, il n’y a pas de quoi s’affliger puisque ce n’est pas l’Église catholique ! Raisonnement abstrait et vain ! Que cette situation perdure ne vous dérange donc pas plus que ça puisque ce n’est pas l’Église catholique, prétextez-vous ! Derrière vos principes, vous êtes incapables de vous rendre compte de la réalité, que cette société conciliaire entraîne la désolation dans les âmes ! Derrière vos principes, vous êtes incapables de constater que tout cela sont des scandales contre la foi.

    Que Dieu ait pitié de vous. Par vos propos méprisants, vulgaires, par vos comportements belliqueux et hautains, vous donnez une image indigne des catholiques.

    Est-ce en dissertant de la sorte que vous allez convertir les modernistes, les infidèles, les hérétiques ? Un nombre non négligeable de personnes cherchent la Vérité ; croyez-vous qu’en tombant sur ce site, ils vont rejoindre la position catholique Sede Vacante ? Évidemment que non ! Vous faites énormément de mal par le spectacle honteux que vous donnez publiquement. Combien de fois ais-je entendu des personnes s’exclamer en disant : « les sédévacantistes ? Un panier de crabes ». Oui, certains fidèles modernistes ont plus de mérites que vous ! La grand-mère qui va à la paroisse moderniste, récitant quotidiennement et dévotement son chapelet, a sans doute plus de mérites que certains catholiques sédévacantistes qui ont une vie spirituelle désastreuse de part leur comportement non catholique. Dieu reconnaitra les siens !

    Malheur à vous ! Car Dieu a horreur que l’on rejette les pauvres pêcheurs !

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 27, 2014

      D’une mauvaise foi évidente Alexandre delator sait-il vraiment ce qu’est l’Église ?
       

      • Francesco lien permanent
        octobre 27, 2014

        Je crois que la mauvaise foi est de votre côté et non du côté d’Alexandre.

        Vous déformez sa pensée et le tourner en ridicule avec un fatras de citations hors contexte.

        Je connais un « gay » qui prenant conscience de son péché redressa sa vie de façon complète et la consacre à Dieu, il n’a que 35 ans, alors, il a prit la secte pour l’Église… il est convaincu que c’est l’Église Catholique et la pseudo béatification de Montini fut pour lui jour de joie, alors ne venez pas me dire que tout cela est drôle et n’a aucune importance, pour nous cela n’a rien à voir avec la Sainte Église mais pour des âmes oui et c’est bien là le drame, drame qui semble vous faire rigoler.

         

        Désolant, de voir l’absence de compassion et le manque de zèle pour le salut des âmes.  La gloire de Dieu est en cause, il est outragé par la secte qui ne lâche pas les apparences extérieurs, cela n’est pas matière à rire ou à se « péter » les bretelles parce que vous voyez…

         

        • Cave Ne Cadas
          octobre 27, 2014

          Ne prenez pas un cas particulier pour la généralité…
           
          La majorité des Conciliaires sont bien heureux aujourd’hui dans leur secte… c’est beaucoup plus facile !
           

           
          Voir >>> Aurélienne Morin lien permanent

          Ma vielle maman qui a 97 ans ne voudrait pas de ce retour en arrière, elle dit qu’elle ne comprend pas, le passé même dans l’Église doit rester en arrière on regarde en avant et depuis que la messe est dans notre langue c’est moins fastidieux de lire la messe, le prêtre face à nous c’est parfait on fait partie avec le prêtre et c’est plus normal, l’offertoire est-on obligé de faire mourir Jésus à chaque fois, non il est venu une fois et est mort une fois, nous aimons mieux la nouvelle formule, mais les gens qui veulent recevoir l’Hostie dans la bouche peuvent le faire. Dieu est amour et miséricorde pour quoi le tuer à chaque messe ?   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

           

           
          Voir aussi >>> « Nous irons tous au paradis », le Jugement dernier en question : http://www.protestants.org
           

          • Charles
            Charles lien permanent
            octobre 27, 2014

            http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

            …comme quoi « vieillesse » ne rime pas forcément toujours avec « sagesse » !!!

            Je sais, c’est pas bien de rire…pardonnez-moi !
             

        • Charles
          Charles lien permanent
          octobre 27, 2014

          Francesco ! Je passerai sur votre vulgarité un peu trop affichée…

          Mais chapeau ! dire autant de bêtises en si peu de lignes relève de la prouesse intellectuelle et d’une sérieuse malice…spirituelle !

          NON ! Francesco !!! Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même mais par ses consacrés et ses fils aimants qui osent la confondre avec Sa Sainte Église !… nuance…Capito? *

          Mais je tiens quand même à vous rassurer : la plupart d’entre nous ont banni les « bretelles » de leur garde-robe !!!!
           


          * : c’est de l’italien et ça veut dire « compris ? »
           

          • Francesco lien permanent
            octobre 28, 2014

            NON ! Francesco !!! Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même mais par ses consacrés et ses fils aimants qui osent la confondre avec Sa Sainte Église !… nuance…Capito? *

             

            Donc, pour vous, la secte n’est pas blasphématrice au plus haut degré, puisqu’elle ne peut être offensante pour Dieu. Je prend note.

             

            Simuler un sacrement n’est donc pas une offense directe faite à la Majesté de Dieu. Donc, le NOM n’est pas offensant… donc, y a rien là..

             

            Une messe noire , vous en conviendrez, est une offense grave, le NOM est pire qu’une messe noire, voyez-vous, la secte est la pire des offenses faites à la Sainte Trinité.

             

            Capito!
             

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 27, 2014

      Mon cher ALEXANDRE, la douleur vous égare !!! Vous avez trouvé en nos personnes des boucs-émissaires. Soit !

      Mais à bien vous lire, à travers votre légitime (?)  souffrance spirituelle, je crois discerner un ressentiment plus général contre la nature même de ce qu’est réellement l’Homme racheté à grand prix par notre Rédempteur…

      « pharisiens » ; « cœurs de pierre » ; « méprisants » ; « aveuglés » « vulgaires » ; « belliqueux » ; « hautains » ; « indignes » ; « spectacle honteux » ; « panier de crabes »……..OUF ! n’en JETEZ PLUS CHER ALEXANDRE !!!! Nous avons notre dose comme au bon vieux temps des injures diverses et variées que nous adressaient les sectaires du site « La Question ». (Seriez-vous lecteur ?)

      Me permettrez-je alors  une modeste révélation à votre égard ? Savez-vous cher Alexandre que vous êtes l’instrument de Dieu, qui Seul peut se servir d’un mal pour produire du bien, car vous nous remettez sans cesse dans l’humilité nécessaire à repousser l’orgueil qu’il y aurait à penser pouvoir changer le monde par une compassion et une tristesse mal orientées et mal distribuées…

      Je vous remercie d’être à vous tout seul un cas d’école typique et vous rassure tout de suite : vous êtes néanmoins  légion à raisonner de cette manière dans la tradition. Dieu laisse l’Autre agir puissamment sur votre cœur et votre psychisme. C’est une épreuve (en même temps qu’un châtiment), et sans Son aide on ne peut en sortir ! Mais ce n’est pas incurable, cher Alexandre, et vous verrez comme c’est apaisant pour l’âme ! Dieu ne rejette aucun pécheur mais Il veut que ces derniers reconnaissent leur néant et L’aiment sans limite et sans retour sur eux-mêmes…

      « Est-ce en dissertant de la sorte que vous allez convertir les modernistes, les infidèles, les hérétiques ? » que voilà une « bonne » question, cher Alexandre !
      Seulement voilà ! Votre question, qui pourrait être  excellente sur le plan de l’affect humain (domaine de prédilection de Satan !), ne prend pas en compte les réalités de la foi. D’abord, vous savez tout comme moi, cher Alexandre, que ce n’est pas nous qui convertissons mais Dieu Lui-même et Sa Grâce. Nous, nous ne sommes que des instruments inutiles dans les mains de Dieu, et notre rôle se borne à transmettre ce que nous avons reçu… Mais à le transmettre le plus honnêtement possible et le plus purement possible ; celui qui aime un tant soit peu la compromission ou l’erreur, NE PEUT PAS transmettre les vérités de la foi.

      À vous entendre, on en viendrait presque à penser que de notre état d’âme, dépend le sort des « futurs damnés » sur lesquels vous vous apitoyez ! Quelle illusion ! Quel mépris des grâces de Dieu ! Quel volontarisme humain qui se cache sous des dehors de sentiments pieusement  extravertis !

      Et si nous devons prier Dieu de toutes nos forces pour nos frères égarés dans l’hérésie, le schisme ou l’apostasie, ce n’est pas pour qu’ils se convertissent, sans mérite de leur part et selon notre « grâce personnelle », mais pour demander à Dieu de leur envoyer toutes les grâces nécessaires afin qu’ils puissent faire leur salut, sachant bien qu’ils resteront libres d’accepter ou de refuser ces grâces, notamment à l’heure de leur mort.

      Une mauvaise et étrange conception de la Justice de Dieu et de Sa Perfection, ainsi qu’un volontarisme humain dédaigneux de la Souveraine Volonté de Dieu sur nos destinées, amènent trop souvent les catholiques à se complaire dans un affect bien commode qui les empêche de se poser les seules et vraies questions qui vaillent !

      Et si certains « fidèles modernistes » (sic!) — comme vous dites — ont plus de mérites que beaucoup d’entre nous, ce qui n’est pas impossible puisque nous sommes comblés sans mérite de notre part (et moi le premier !), alors moi je dis que Dieu ne leur refusera pas Sa Grâce car notre Dieu n’est pas un ingrat et sait reconnaître ce qu’il y a de meilleur dans chacun d’entre nous…

      Mais qu’est-ce qu’un mérite, cher Alexandre, qui ne serait pas conforme à ce que Dieu attend de nous et en adéquation avec Sa parole…qui ne passera pas ? Voulez-vous me le dire ? À quoi servirait à l’homme de gagner l’univers, s’il venait à y perdre son âme ?…

      « La grand-mère qui va à la paroisse moderniste, récitant quotidiennement et dévotement son chapelet, a sans doute plus de mérites que certains catholiques sédévacantistes qui ont une vie spirituelle désastreuse de part leur comportement non catholique. Dieu reconnaitra les siens ! »

      Vous aimez, cher Alexandre, faire de cas d’exceptions, une généralisation qui n’engage que vous !

      Sans compter que la vie spirituelle de chacun ne peut vraiment s’évaluer qu’au for interne, votre « grand-mère », si elle a conservé toute la foi catholique, ne pourra pas ne pas donner des signes extérieurs évidents, quoique limités, de son orthodoxie personnelle. Je souris en pensant que vous pouvez penser qu’une telle grand-mère pourrait alors, à moins d’une ignorance invincible, continuer à fréquenter une paroisse dite « moderniste ». Là encore, Alexandre, il y a une grave confusion dans votre esprit car vous confondez le for interne et le for externe, ce dernier nous obligeant à être en harmonie avec notre pratique extérieure, sans quoi le fidèle sombre dans la folie, la schizophrénie et la « dissonance cognitive » la plus délétère…

      Oui, Alexandre, Dieu reconnaîtra les siens ! J’espère bien, sinon il ne serait pas digne d’être appelé Dieu !!! Hi hi hi !

      Mais pourquoi toujours terminer vos interventions par des imprécations du style « Malheur à vous ! » Auriez-vous été Grand Prêtre du Temple dans une vie antérieure ???   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      Le « syndrôme antisédévac » vous donnerait-il des hallucinations ?  Vous prendriez-vous parfois pour Notre-Seigneur Lui-même ?

      Dites-moi vite que je me trompe…cher Alexandre…

      Les CRABES vous saluent bien !

       

       

  8. Martial lien permanent
    octobre 27, 2014

    Merci à Charles pour chaque développement particulier qu’il expose sur tant de fils de commentaires, avec clarté, patience, et une profondeur exemplaire, notamment sur ces thèmes : la grâce sanctifiante (celui qui la comprend a tout compris), l’affect trompeur (la foi n’est pas un sentiment ! ) , le modernisme occulte du traditionalisme, les obligations concrètes que nous impose l’amour surnaturel du Bon Dieu, etc…

    Arrêter d’abord son attention sur ces points, prendre soin de les examiner sous tous les angles, s’exercer de cette façon,  et dans les petites choses quotidiennes,  à l’humilité,  au travail,  au  courage,  à la persévérance, à l’abnégation, et ensuite, l’on pensera mieux.

     

  9. Martial lien permanent
    octobre 27, 2014

    À l’occasion du brillant impromptu de virtuosité théologique de notre ami Omnibus,  Jean-Marie de La Salle écrit d’intéressantes remarques, dont :
    « Depuis que je me suis converti on m’a beaucoup critiqué le Talmudisme, mais pas vraiment le Protestantisme comme si il y avait une méconnaissance, ou comme si il n’existait plus »
     
    Il n’existe pas de contradiction. Le protestantisme est pire en ce sens qu’il est plus directement dangereux, puisqu’il se prétend chrétien. D’ailleurs dans le même sens, la « nouvelle religion » conciliaire, et même un certain  traditionalisme sont pires aussi, et ne constituent pas non plus, par rapport à l’Unique Religion,  des religions, mais d’immondes contrefaçons ne subsistant qu’en tant que parasites (« hérétiques ») de la Sainte Religion.
     
    Cependant, le protestantisme libre, abstraction faite de sa théologie tissée d’horrible hérésie chrétienne, forme un des avatars (avec l’Islam, la maçonnerie…) , sous plusieurs rapports, de la religion, qui tenait lieu déjà de « la nouvelle religion » à l’époque de NSJC : pharisienne, puis talmudique, puis kabbaliste,  puis sabbatéenne… C’est en ce sens qu’il ne faut pas cesser de dénoncer,  — non pas peut-être spécifiquement comme religion instituée, —  le Talmudisme, mais en tant que matrice (comme on dirait sur ER !) culturelle, idéologique, morale, et spirituelle, de l’Adversaire.
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 27, 2014

      Martial, je suis bluffé ! Votre message est d’une richesse qui me rendrait presque jaloux !Heureusement, malgré d’horribles autres tares, Dieu m’a épargné celle-ci ! Notre foi mutuelle se doit de s’enrichir sans cesse et de se conforter dans la même communion de pensée. Vous connaissez mes travers et mes dadas ; je vais donc revenir le plus rapidement possible sur ce qui forme les traits essentiels de votre intervention…pour notre édification :

           1/ Oui, en effet, pour moi ce problème des canaux de la grâce et particulièrement de la grâce sanctifiante est présent dans les âmes de ceux « qui ont tout compris » ou du moins qui cherchent à mieux comprendre (comme votre serviteur…)

           2/ L’affect trompeur : je reconnais que c’est l’un de mes dadas et le travers commun à beaucoup beaucoup de catholiques dits traditionalistes.

           3/ le « modernisme occulte » du traditionalisme qui en réalité se cache le plus souvent sous les oripeaux d’un conservatisme (libéral)  bon chic bon genre et un pragmatisme dévoyé travesti en vertu de prudence…

           4/ Les implications surnaturelles de notre sainte religion… Vaste programme……

           5/ Penser clair et marcher droit, dans l’étude et l’humilité semble être le programme que vous cautionnez cher Martial ! Qui n’y souscrirait ?!…

           6/ Le protestantisme semble  si proche de nous qu’on n’y prête plus guère d’attention ! Nos  compromissions tacites ou déclarées sont réellement criminelles parce que le catholicisme n’est plus vécu, aimé et prêché ! La prétention « chrétienne » de la « religion dite réformée », devrait alarmer au plus haut niveau tous les vrais  défenseurs de la foi. Par le luthéranisme et ses succédanés, Lucifer a le plus sûrement éteint l’esprit surnaturel dans l’âme de beaucoup de catholiques. Nier le surnaturel, ou le passer sous silence avec pertes et profits, c’est étouffer l’instinct de foi et la foi elle-même…c’est nier que nous avons une âme éternelle et que notre vie.terrestre n’est pas la Vie !

           7/ Sous ce même rapport, en effet, le traditionalisme, qui s’agrégerait par son pragmatisme à la moindre compromission doctrinale ou pratique avec ces hérétiques, ne mériterait plus le nom de chrétien mais deviendrait lui aussi une contrefaçon encore plus dangereuse et subtile du seul fait de la maintenance de tout l’appareil extérieur catholique…

           8/ J’invite d’ailleurs à ce sujet, tous nos amis à aller lire sur TradiNews, l’article intitulé « [Jean-Marie Allonnes – Nouvelles de France] Pourquoi la Fraternité Saint-Pie X ne peut que se faire régulariser ! »

      Ils y trouveront de nombreuses clés et des instruments de décryptage qui ne les laisseront pas indifférents !!!… Prenons sans gêne aucune,  les « armes » que nous livre l’ennemi lui-même, par une juste permission de Dieu !

           9/ Votre concept du talmudisme comme matrice, cher Martial, est très intéressante…

      ______________________

      Avec tous mes plus cordiaux encouragements.
       

  10. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    octobre 27, 2014

    Chers Charles, Omnibus, Cave, Martial etc.

    dites-moi si je me trompe.

    Je suis sedevacantiste complet.

    L’église Conciliaire se fait passer pour l’Église catholique, et de fait est au yeux de tout le monde, y compris de ceux qui veulent se convertir, l’Église catholique, car à part nous peut de monde imagine qu’il peut (qu’il y a) une fausse église et une vraie qui est occultée précisément par celle qui est au Vatican !

    Les personnes qui voudraient se convertir et qui prendraient la voie de la secte seraient tout simplement damnées, car effectivement hors de l’Église point de salut  à part bien sûr dans des conditions bien précises.

    Il ne faut  donc pas s’occuper,   pas s’émouvoir des gens qui, trompés par la fausse église, et ses fausses canonisations/béatifications, se damnent, puisque cela ne concerne pas l’Église catholique. Il ne faudrait également pas s’émouvoir de tout le reste de l’humanité qui se damne car n’appartenant pas à l’Église catholique.

    Pourtant  le pape PIE XI nous dit :
    Acte de Réparation au Sacré Cœur de Jésus de Pie XI (1928) « extrait » :

    « Nous n’oublions pas, toutefois, que nous n’avons pas toujours été, nous-mêmes, exempts de reproches. Nous en ressentons une très vive douleur et nous implorons, pour nous d’abord, votre miséricorde, disposés à réparer par une expiation volontaire, non seulement les péchés que nous avons commis nous-mêmes, mais encore les fautes de ceux qui errent loin de la voie du salut, les infidèles obstinés qui refusent de vous suivre comme leur pasteur et leur guide et les chrétiens qui ont renié les promesses (les conciliaires) de leur baptême et secoué le joug très suave de votre loi. Ces fautes déplorables, nous voulons les expier toutes, et nous nous proposons de réparer en particulier l’immodestie et l’impudeur de la conduite et de la toilette, les embûches tendues par la corruption aux âmes innocentes, la profanation des fêtes religieuses, les blasphèmes dont vous êtes l’objet, vous et vos Saints, les insultes adressées à votre Vicaire et à vos prêtres, la négligence envers le Sacrement du divin amour ou sa profanation par d’horribles sacrilèges, enfin les crimes publics des nations qui combattent les droits et le magistère de l’Église que vous avez instituée. »

    Permettez-moi une question.

    Est-ce que c’est mon affect qui me fait souffrir de voir l’église Conciliaire béatifier canoniser, détourner en enfer les âmes ? ou est-ce tout simplement ma foi catholique  travaillant ma conscience qui me fait souffrir de voir un tel scandale où un loup déguisé en pasteur disperse les brebis ? Et quand bien même serait-ce mon affect qui éprouve ma sensibilité suis-je un pécheur pour autant si je m’émeus de tant de scandales ?

    Et, finalement, est-ce un scandale ce qui se passe au Vatican depuis 1958, puisque, après tout ce n’est pas l’Église catholique qui fait ce que fait l’église Conciliaire ?
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      octobre 27, 2014

       

      « Est-ce que c’est mon affect qui me fait souffrir de voir l’église Conciliaire béatifier canoniser, détourner en enfer les âmes ? ou est-ce tout simplement ma foi catholique  travaillant ma conscience (…) ? »

      …les deux Votre Honneur (votre affect et votre foi) !!!! reste à savoir ce que vous choisirez en fin de compte : vous laisser guider par votre affect ou vous laisser conduire par la foi ! Et croyez-moi, cher Fert, les implications pour votre vie intérieure ne seront pas les mêmes… La foi et l’affect sont souvent frères ennemis…chacun tire à soi « l’honneur » de nous émouvoir et de rappeler à notre âme son unique finalité : le salut ! C’est un combat qui se livre dans nos cœurs et dans nos âmes : l’enjeu n’est pas mince puisqu’il y va de notre perception même des vérités de la foi. Ressentirons-nous cette très grande douleur, comme nous dit Pie XI, due à nos péchés, comme une expiation suffisante en relation avec notre affect déréglé ou pousserons-nous plus loin l’amour de Dieu et des pécheurs en réparant volontairement les fautes de ceux qui « errent loin de la voie du salut », c’est à dire de tous ceux qui se sont éloignés de Dieu à cause de leur « mauvaise » foi et de leurs reniements ?

      Ne sentez-vous pas, cher Fert, qu’au bout du compte c’est la voie étroite de la foi qui sera la mieux à même de conduire notre âme à la charité de la vérité ?

      Votre affect est en effet bien mal orienté s’il se tourne vers la secte conciliaire comme vers un précipice et une machine infernale qui ne servirait  qu’à envoyer ces âmes en enfer !!! Pas plus que si vous considériez que c’est l’unique planche de salut pour les fidèles conciliaires !

      Vous ne péchez pas Fert par malice si vous vous fiez trop à votre affect, mais vous péchez assurément par imprudence et présomption. Vous n’adorez pas à sa juste valeur la Souveraine Volonté de Dieu qui a permis que l’Église soit éclipsée et vous vous polarisez à outrance sur les faits et gestes de quelque chose qui n’est plus, depuis de nombreuses décades, la Sainte Église, faits et gestes qui ne sont que la triste conséquence et le châtiment de ce par quoi Dieu nous a punis en permettant que Son Église soit éclipsée…

      Et puis, de grâce, cessez d’envoyer vos prochains en enfer par secte interposée !!!

      Que valent ou vaudraient  alors vos expiations, vos souffrances, vos douleurs, vos cris émouvants, si, au bout du compte, ils ne servent de rien pour contribuer à sauver toutes ces âmes ???

      Vous amorcez un début de réponse dans votre dernière phrase.  Ora ! vous êtes tout près de la lumière…

       

    • Cave Ne Cadas
      octobre 27, 2014

      Fert³,

      de quoi parle-t-on ?
       
      « L’église Conciliaire se fait passer pour l’Église catholique, et de fait est au yeux de tout le monde, y compris de ceux qui veulent se
      convertir »

       
      … de conversion ?
       
      Qu’est ce que « la conversion » ? …une grâce du Bon Dieu. En fait c’est répondre à la grâce…
       
      L’église [secte] Conciliaire ne convertie pas. Elle NE VEUT PAS convertir… pour son œcuménisme…
       
      Je ne dis pas qu’il n’y a pas de « conversion » à « L’église Conciliaire se fait passer pour l’Église catholique ». Mais qu’est ce donc ?
      Ce sont des « conversion » de circonstance…
      Par exemple pour un « curé » charismatique… tel Michel-Marie Zanotti-Sorkine (voir >>> : http://wordpress.catholicapedia.net/vatican-deux-un-ancien-chanteur-de-cabaret-deguise-en-pretre-epique/
       
      Des « conversion » de circonstance… car en effet, aujourd’hui, avec l’information (désinformation) avec l’Internet, la Vérité est connue (doit être connue !)…
      Vous pensez bien que celui (ou celle) qui « répond à la Grâce » et donc se trouve sur le chemin de conversion… a toute les possibilités (facilités) — avec l’aide du Bon Dieu, puisqu’il « répond à la Grâce » — de connaitre l’Église catholique !
      Ne serait ce que par le miroir déformé de « la fausse majorité Traditionnelle » ! (La F$$PX)…
       
      Depuis le tapage médiatique fait autour de Monseigneur Lefebvre en 1976, pas une semaine, pas un mois la grande presse ne parle pas de cette Fraternité & de Rome… Avec un pic monstrueux avec « l’affaire Williamson » de 2009… depuis ça continu sans cesse avec le ralliement possible…
      Alors certes, la Fraternité est présentée comme schismatique… mais l’image de la Tradition est omniprésente !
       
      Donc le païen (ou autre) en chemin de conversion… a la possibilité de connaitre l’Église catholique (la tradition) et de voir la différence d’avec l’église Conciliaire…
      (N’oublions pas qu’« en chemin de conversion » il est pris par la main par le Bon Dieu…)

       
      S’il veut se convertir vraiment… il a le choix.
      De nombreuses personnes dans notre groupe semper idem peuvent apporter leur témoignage ! (J’en suis !) D’une conversion directe à la Tradition de l’Église…sans passer par la case Conciliaire…
       
      (À suivre…)
       

  11. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 28, 2014

    « Ut inimicos sanctæ Ecclesiæ humiliare digneris, te rogamus audi nos. »

    Alexandre, reconnaissez-vous ici la supplication solennelle que la Sainte Église Romaine adresse à Dieu ?

    C’est l’objet incessant entre autres de nos humbles prières.

    Vous nous reprochiez injustement de ne pas être triste comme vous !…

    Que le monde entier…est trompé par des intrus à cause de l’éclipse de l’Église de sorte que vous murmuriez presque contre la Providence, l’adage ne dit-il pas : « on ne commente pas une décision de justice…même divine » en châtiment de l’Apostasie générale des nations d’être privées de le présence sensible en la visibilité de l’Église assistée de l’Esprit Saint.

    Qui est donc ce monde que vous désigniez ? Et sur lequel vous pleurez comme une Madeleine. Est-ce l’esprit du monde, d’un monde acatholique que j’ai essayé plus ou moins de vous décrire et pour lequel vous déploriez qu’il prenne à tort l’imposture de la Loge pour la Sainte Église Romaine.

    Et qu’aux yeux du monde profane, Montini est bienheureux …d’avoir fait vaticand’eux (tressaillons de joie !!!) quel monde en définitive, celui des hommes dont l’esprit antagoniste est hostile à Dieu et pour lequel ni Notre Seigneur Jésus-Christ ni l’Église n’ont jamais prié !
    Le Sacrifice rédempteur en rémission des péchés n’est-il pas offert que pour l’Église  et jamais pour le monde :

    « IN PRIMIS, quae tibi offerimus pro Ecclesia tua sancta catholica »

    À moins que dans ce cas vous nous entreteniez alors d’un monde « catholique » en perdition depuis plus/moins de cinquante ans (évêchés, paroisses, couvents, monastères, en ruines et des nations autrefois très catholiques totalement sinistrées, aujourd’hui en France on vend et détruit par milliers des églises désolées par l’Abomination, le saviez-vous ?) duquel j’ai essayé peut-être maladroitement de vous démontrer que beaucoup hélas !!! parmi les clercs et les laïcs bien qu’intellectuellement formés et conscients des hérésies apostatiques dites modernes (ou modernistes) qui après plus de cinquante ans d’investigations, d’études et de résistance morale à la destruction conciliaire dévastatrice, ont ravagées plus que jamais la Foi théologale dans les âmes catholiques auparavant rebelles à vaticand’eux ; les autres, grégaires, n’ont pas vraiment eu cette bonne volonté ni cherché à comprendre, malgré l’opposition d’un médiatique Mgr Lefebvre, or ce n’est pas au troupeau de mener le pasteur mais l’inverse et beaucoup sont humainement excusables parmi les humbles et les simples, de ces catholiques de la vieille école plus obéissants à l’homme qu’à Dieu, finirent alors insensiblement par se complaire dans l’aggiornamento de vaticand’eux qui leur fut imposé de force comme la république en France (n’oubliez pas que la Messe catholique était alors interdite par Montini le bienheureux et permise dans le secret aux seuls vieux prêtres sans charge d’âmes) ;

    prêtres et laïcs de l’aggiornamento sont tous morts et enterrés aujourd’hui, leurs enfants n’ont pas spirituellement survécu au « catéchisme de pierres vivantes », ne furent ni élevés ni édifiés dans l’authentique Piété catholique et leurs églises sont mortes.
    Désormais ne subsiste qu’un reliquat résiduel moribond de conciliaires vieillissants et quelques jeunes de par le monde qui s’amusent à l’occasion dans la kermesse des JMJ de saint Wojtyla ; aujourd’hui reste seule « humainement vivace » la frange réchappé dite traditionaliste de vaticand’eux qui bouge encore, se distingue toujours obstinément in « errare humanum est, perseverare diabolicum », n’écoute ni l’avis des Saints ni l’enseignement des Docteurs ni n’obéit au magistère de Paul IV, rejette le Message prophétique marial de La Salette et par cet orgueil clérical et laïque incompréhensible méprise le Christ en consentant néanmoins à soutenir mystérieusement l’Iniquité flagrante de ceux au Vatican dont-ils dénoncent pourtant depuis des lustres la profession de l’Apostasie « silencieuse » tout en leur reconnaissant malgré tout la légitimité canonique de l’Autorité spirituelle du charisme sacramental de l’infaillibilité pontificale, mentent et pèchent contre le Dogme papal du magistère ordinaire universel, demeurent d’après la Parabole des vierges folles en leur communion impie « in sacris » et toujours dans l’intention factuelle valant l’action de rentrer dans le giron de la Loge de vaticand’eux

    C’est à vrai dire de ceux-là dont vous devriez déplorablement vous affliger amèrement…

    IN PRIMIS !!!

    http://laportelatine.org/activites/chartres/lourdes2014/report2014/report8_consecration_au_christ_roi_141026.php
     


    N.B. : Trompé par Mgr Lefebvre, j’étais lefebvriste mais dès que j’ai eu connaissance de la Bulle du pape Paul IV, je ne l’étais plus !

    Pourquoi !?

    Que le Saint Esprit vous ouvre l’esprit et vous fasse voir aussi clair que  notre Gilbert.

    Que Dieu vous bénisse !
     

  12. Cave Ne Cadas
    octobre 28, 2014

    Chers Fidèles semper idem,

    Ces vingt-huit & vingt-neuvième jours d’octobre doivent être marqués malheureusement de pierres noires sur le calendrier de l’histoire de l’Église Universelle, de l’Église catholique. Ce sont deux jours de deuil car aujourd’hui & demain les âmes ont de quoi être scandalisées…
     

    « Jean XXIII »
    28 octobre 1958 ~ 3 juin 1963

     

    DATE DE L’ÉCLIPSE DE L’ÉGLISE
    29 OCTOBRE 1963

     

     

  13. Alexandre lien permanent
    octobre 28, 2014

    « Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même » nous dit Charles.

    Voici ce qui nous différencie ! Je tombe des nues lorsque je lis une telle énormité ! Dieu n’est pas outragé par l’église conciliaire ? Logiquement, vous allez donc soutenir maintenant que Dieu n’est pas outragé par le protestantisme, l’islam, l’athéisme, etc.

    La nouvelle « messe », l’œcuménisme moderne… tout cela n’est que du vent ? tout cela n’outrage pas Dieu ?

     

    « Si un pasteur reste muet en voyant Dieu outragé et les âmes s’égarer, malheur à lui ! » (Saint curé d’Ars)

    « Sauvons les âmes… car les âmes se perdent comme des flocons de neige ; Jésus pleure et nous ne pensons qu’ à notre douleur sans consoler notre Époux. » (Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus)

    « Cette vision m’a procuré, en outre, une douleur immense de la perte de tant d’âmes… Elle m’a procuré aussi les désirs les plus ardents d’être utile aux âmes. » (Sainte Thérèse d’Avila)

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 28, 2014

      Alexandre,
       
      pourquoi voulez-vous vous mettre « à la place » de Dieu ?
       
      Car lorsque vous « tombez des nues »… vous n’arrivez pas à vous imaginer que tout cela est un châtiment de Dieu…
       

      • Francesco lien permanent
        octobre 28, 2014

        Est-ce mettre à la place de Dieu que d’être sous le choc, lorsque Charles dit que la secte n’est pas une offense à Dieu.

         

        La simulation d’un sacrement est un sacrilège odieux et la Majesté de Dieu en est gravement offensée.

        Les propos de Charles « Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même » sont incroyables, et personne ne réagit. C’est quoi l’affaire un clan qui se protège.

        Charles, regardez Notre-Seigneur sur la Croix et osez lui dire : pas grave, y a rien là la secte.

        C’est certain que nous sommes la main de Dieu qui nous châtie. Nous avons mérité ce châtiment.

         

         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          octobre 28, 2014

          Non, mais c’est « se mettre à la place de Dieu » que de dire (penser) :
           
          « Dieu n’est[-Il] pas outragé par l’église conciliaire ? Logiquement, … Dieu n’est[-Il] pas outragé par le protestantisme, l’islam, l’athéisme, etc.

          La nouvelle « messe », l’œcuménisme moderne… tout cela n’est[-il] que du vent ? tout cela n’outrage[-t-il] pas Dieu ? »
           
          Vous reconnaissez que Dieu peut nous châtier comme Il veut !
           

        • charles
          charles lien permanent
          octobre 28, 2014

          Puisqu’il faut, Francesco, vous  l’enfoncer dans le crâne, j’aurais peut-être dû écrire : « Dieu n’est PLUS outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même ! »…car ceux qui ont connu la vérité et l’ont combattue,  ont reçu un juste châtiment de Dieu en se séparant de l’Église…ils ne sont donc plus à plaindre ! Ils ont reçu le salaire de leur apostasie. Néanmoins, jusqu’à leur jugement particulier, nous n’avons pas le droit de les envoyer en enfer au for interne. Un miracle est toujours possible quoique fort peu probable (relisez ce que dit LHR sur le péché contre l’Esprit Saint.)

          Et vous oubliez (à dessein ?) la seconde partie de ma phrase :

          « …MAIS par ses consacrés et ses fils aimants (?)  qui osent la confondre avec Sa Sainte Église. »

          Ça fait toute la différence !!!

           

    • octobre 28, 2014

       

      @ Alexandre

      OUI, Dieu est outragé par l’église conciliaire.
       
      La nouvelle «messe», l’œcuménisme  moderne… : NON, tout cela n’est pas du vent.
       
      La nouvelle «messe», l’œcuménisme  moderne… : OUI,  tout cela outrage Dieu.
       
      Bien à vous

      ____________________________________

      Merci pour les textes du Saint Curé d’Ars et des 2  Sainte Thérèse
       

  14. charles
    charles lien permanent
    octobre 28, 2014

    Alexandre………réfléchissez !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif Comment voulez-vous que Dieu soit outragé par Sa propre Justice ???   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    Comme vous le rappelle fort à propos notre administrateur, tout cela est la conséquence d’un châtiment.   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif
     

    Vos citations sont hors sujet.http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

    • Alexandre lien permanent
      octobre 28, 2014

      Ceci est un faux raisonnement. Pourquoi donc l’Église nous demande de réciter des actes de réparation si Dieu n’est pas outragé par ce que les sociétés et les hommes font ? Ah oui, j’oubliais… ce que l’eglise conciliaire fait n’est que du vent puisque ce n’est pas l’Église catholique. Donc les faux sacrements, les simulacres de messes, tout ceci ne provoque pas le courroux de Dieu selon vous ? Cela n’a pas souffrir Notre-Seigneur sur la croix ?

      Le Pape Pie XI doit donc faire lui aussi fausse route lorsque dans son acte de réparation au Sacré-Cœur de Jésus, il demande pardon pour les différents outrages commis envers Dieu. Or, ces outrages qu’il mentionne sont pour beaucoup, perpétrés par l’eglise conciliaire.

       
      « Ces fautes déplorables, nous voulons les expier toutes, et nous nous proposons de réparer en particulier l’immodestie et l’impudeur de la conduite et de la toilette, les embûches tendues par la corruption aux âmes innocentes, la profanation des fêtes religieuses, les blasphèmes dont vous êtes l’objet, vous et vos Saints, les insultes adressées à votre Vicaire et à vos prêtres, la négligence envers le Sacrement du divin amour ou sa profanation par d’horribles sacrilèges, enfin les crimes publics des nations qui combattent les droits et le magistère de l’Église que vous avez instituée.

      Ah ! pussions-nous laver ces crimes dans notre sang ! Du moins, pour réparer l’honneur divin outragé, nous vous présentons, en union avec les expiations de la Vierge votre Mère, de tous les Saints et des fidèles pieux, la réparation que vous avez un jour offerte au Père sur la croix et que vous continuez de renouveler chaque jour sur les autels. »
       
      L’eglise conciliaire ne commet pas de blasphèmes, de profanations, d’horribles sacrilèges, ne favorise pas la corruption des âmes , ne combat par le magistère de l’Église catholique ?

       

      • Cave Ne Cadas
        octobre 28, 2014

        Votre citation, Alexandre, concerne l’Église catholique.
         
        Toute « ces fautes déplorables » commises « dans » l’Église…
         
        L’Église nous demande de réciter des actes de réparation si Dieu est outragé par ce que font les sociétés et les hommes CONTRE L’Église !
         
        Dieu laisse l’homme à son libre arbitre
        …Lui donnant rendez-vous au Jugement particulier (d’abord) et au Jugement final (pour Sa plus grande Gloire)…
         
        L’église Conciliaire est à mettre au même rang que les 7 fois 7 mille sectes Protestantes… que l’Islam… et que la Synagogue… (Rajoutez à cela les mille & une sectes païennes dont certaines étaient présentent à Assise ou que sancto-Satana subito a « honoré » pendant son « mandat » !!!
         

        • Alexandre lien permanent
          octobre 28, 2014

          Non, l’acte de réparation ne concerne pas uniquement les fautes commises au sein de l’Église. Ceci est votre interprétation. Pie XI mentionne toute une série d’offenses, que ce soit dans ou en dehors de l’Église, offenses perpétrées aujourd’hui, entre autres, par l’eglise conciliaire qui est donc un outrage envers Dieu.

          Vous écrivez que « L’Église nous demande de réciter des actes de réparation si Dieu est outragé par ce que font les sociétés et les hommes CONTRE L’Église ! »

          En premier lieu, l’extrait que j’ai relevé figure dans l’acte de réparation au Sacré-Cœur de Jésus. Il s’agit donc de tout ce qui conduit à ce que Notre-Seigneur soit offensé.

          Deuxièmement, l’eglise conciliaire outrage Dieu en partie par ce qu’elle fait contre l’Église.

          Bref, Charles et vous ne voulez pas reconnaître vos égarements lorsque vous soutenez que l’eglise conciliaire ne peut pas offenser Dieu et lorsque vous critiquez ceux qui éprouvent de la tristesse chrétienne à ce que des millions d’âmes se précipitent en enfer du fait de la situation actuelle générale.

           

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            octobre 28, 2014

            C’est votre point de vue !
             
            Point final.
             

        • Edouard-Marie Laugier
          Edouard-Marie Laugier lien permanent
          octobre 28, 2014

          Précisément, l’attitude des sectes hérétiques et infidèles qui ne professent pas la Foi Catholique, mais des erreurs vomies de l’enfer, n’est elle pas une attitude suprême d’outrage envers le premier commandement de Dieu ?

          Tout Homme étant fait, in fine pour « Louer Honorer et Servir Dieu » ainsi qu’Il nous le demande Lui même et pour lequel Il nous créé.

          La secte conciliaire par sa création, par des Hommes anciennement de l’Église Catholique (avant d’apostasier) et élevés à de si hautes dignités (évêques archevêques, cardinaux) et retomber si bas dans l’hérésie (égout collecteur) et donc dans la perdition des âmes ; est une des plus graves abominations.

          L’abomination de la désolation dans les lieux saints.

          En ce sens il est permis de penser que ce que fait la secte conciliaire et abominable devant Dieu et exige réparation et pénitence pour calmer la colère de Dieu.

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            octobre 28, 2014

            C’est votre point de vue !
             
            Point final.
             

            • Javeline lien permanent
              octobre 28, 2014

              « Le vrai zèle est doux et prudent. Malgré son grand désir de faire aimer Dieu, il sait se contenir, et jamais il ne brusque rien. Son langage est toujours modéré, ses démarches toujours réfléchies ; la douceur et la prudence président toujours à ses actes et lui ouvre la porte des cœurs. Sont-ce là les caractères de votre zèle ? »
              Méditations du père Hamon, livre trois, 20 ème mardi après la pentecôte.

        • Fert Fert Fert
          Fert Fert Fert lien permanent
          octobre 28, 2014

          Chaque homme qui pèche  outrage Dieu, qu’il soit conciliaire, protestant, musulman etc. etc. etc… le péché est un outrage envers Dieu qui peut prétendre le contraire ??? Croire que l’Église conciliaire (et tout le reste) n’offense pas Dieu est UNE INSULTE À DIEU !!! Croire que Notre Seigneur est insensible aux âmes qui se damnent EST UNE INSULTE ENVERS DIEU !!! Dieu est notre Créateur, notre Père, quel père sur terre resterait sans souffrance devant ses fils qui se suicident ? Combien plus Notre Père qui est dans les cieux est attristé de ce que ses créatures et ses enfants (pour les baptisés) suivent de mauvaises voies et courent à la perdition ? La preuve Dieu nous puni, c’est bien qu’il est outragé par nos fautes sinon pourquoi nous punirait-il ? Il faut arrêter le délire !

          • Cave Ne Cadas
            Cave Ne Cadas lien permanent*
            octobre 28, 2014

            C’est votre point de vue !
             
            Point final.
             

          • charles
            charles lien permanent
            octobre 28, 2014

            Mais, cher FertX3, c’est vous qui délirez un peu en nous prêtant des intentions que ne sont pas les nôtres !!!

            Personne ici, je pense, ne vous empêchera de prier, de vous lamenter, de pleurer, de vous couvrir de cendres,  de gémir sur les âmes qui se perdent… C’est comme ça depuis la naissance de l’Église…

            Je vous suggère  même de passer au niveau supérieur : jeune, abstinence et pénitence tant corporelles que spirituelles si vous pouvez… ce qui édifiera les pauvres pécheurs que nous sommes… Prudence tout de même ! Prenez avis d’un bon confesseur et/ou d’un directeur spirituel si vous en trouvez un !…

            Vos formulations sont un peu trompeuses et perverses. Ainsi, vous avez l’audace de prétendre que nous disons que le modernisme n’est pas une insulte à Dieu ! Et  que les âmes qui se damnent (donc qui ne sont pas encore damnées !) ne requièrent pas nos suffrages et nos pénitences… Plaise à Dieu que votre prose dépasse ou soit dépassée par votre pensée !

            Vous nous faites un bien vilain procès et parfaitement inutile de surcroit ! Quelle mouche vous a donc piqué ?

            Réparation, expiation voire même martyr sanglant sont les instruments obligés du chrétien qui veut crier vers Dieu et le supplier d’envoyer Son Esprit pour éclairer les fidèles et clercs obscurcis par les séductions du Malin et de la secte, sa créature « ecclésiale »…

            Lorsqu’Alexandre me posait sa fameuse interrogation : « Est-ce que c’est mon affect qui me fait souffrir de voir l’église Conciliaire béatifier canoniser, détourner en enfer les âmes ? ou est-ce tout simplement ma foi catholique  travaillant ma conscience (…) ? », je lui ai répondu que c’était à la fois son affect ET sa foi catholique  qui travaillaient sa conscience… Voyez-vous là une réponse sectaire et manifestant un a  priorisme radical ??! Mais ajouter que la foi doit avoir la priorité sur l’affect et que les solutions viendront rarement de notre affect mais de la foi aimée, vécue et priée dans sa pureté, était-ce scandaleux de dire cela, insultant à Dieu et méprisant pour la souffrance morale, bien légitime en soi, de notre Alexandre ?… Non, je ne crois pas.

            IL est regrettable que, dès qu’on évoque l’affect des fidèles et ses revendications spécifiques, on se heurte la plupart du temps à un mur défensif, comme rangé en bataille, composé de ces « âmes sensibles et prudes dont l’affect des neuromédiateurs délicats » (Omnibus)   sont vite affectées par la moindre réserve au profit de la foi !…

            Aussitôt on pèche par anthropomorphisme en transposant  sur Dieu je ne sais quels affects désorientés car faisant un peu trop fi des conséquences que Dieu lui-même nous impose en guise de châtiment, oubliant un peu vite que ce châtiment et toutes ses conséquences est surtout et d’abord celui des clercs et des clercs du plus haut rang… Comme s’il n’était pas évident pour tout le monde que les pauvres fidèles sont en majorité les dindons de cette farce apocalyptique ! Nieriez-vous, Alexandre et Fert que depuis un demi-siècle la grâce de Dieu n’a pas été suffisamment agissante pour sauver toutes les âmes de bonne volonté et leur montrer la seule voie du salut ? Ce serait un peu téméraire que de penser le contraire.

            Par ailleurs, il faudrait peut-être savoir ce que parler veut dire : lorsque vous évoquez « les âmes qui se perdent » vous voulez sans doute dire « celles qui sont en grand danger de se perdre » et non pas celles « qui seraient damnées, car, outre que cela ne regarde que le for interne qui n’appartient qu’à Dieu, il serait bien imprudent de ne pas considérez ces âmes en danger comme pouvant être sauvées, grâce, n’en doutons point, à toutes vos prières, pénitences, macérations, renoncements et supplications !

            Je ne vous apprends rien en vous disant qu’il ne servirait à rien de prier pour des âmes que vous considéreriez comme …damnées ! Ce serait manifester le plus grand mépris pour le Jugement (parfait !) de Dieu.

            Ainsi, vos prières et sacrifices seront-ils bien orientés et susceptibles de plaire à Dieu, si vous les orientez de la bonne manière, c’est à dire non pas pour ceux qui ont apostasié en toute connaissance de cause — nonobstant encore une fois le jugement de Dieu au for interne — mais pour tous les fidèles encore catholiques et/ou en passe de le redevenir moyennant le secours de la grâce du Seigneur et la puissance de nos prières et supplications…agréées par Dieu.

            On ne peut guère être sûr de l’agrément de nos prières mais il est certain que la grâce  de Dieu est toute puissante, à condition que cette grâce soit acceptée par son bénéficiaire…

            « Croire que l’Église conciliaire (et tout le reste) n’offense pas Dieu est UNE INSULTE À DIEU !!! » nous dit FertX3.

            Je ne voudrai pas remuer le couteau dans la plaie (cette majuscule à « Église conciliaire » est lourde de signification dans l’ordre de l’inconscient), mais je crains que ce débordement d’affect agressif (ce qui le rend un tantinet suspect) ne cache en fait, enfoui au plus profond du psychisme souffrant de nos frères dans la foi, un déni très secret, une sorte de refus occulte, subtil et voilé de la nature véritable de la secte, que les mentalités héritières de 2000 ans de christianisme ont peut-être du mal à intégrer comme parfaitement étrangère à cette Église de Notre-Seigneur, qui, on doit le rappeler sans se lasser, est UNE, SAINTE, CATHOLIQUE et APOSTOLIQUE !

            Vos souffrances ont toute notre compassion mais souffrez qu’on vous dise que sur le plan de l’ordre de  la foi de l’Église, on ne nous fera jamais passer des vessies pour des lanternes !

            Puissent-elles au moins  faire avancer dans nos cœurs et dans la société le règne du Christ-Roi !

            En ce qui me concerne, je considère ce débat comme clos. Chacun se fera son opinion et conformera sa vie de foi avec son  choix de priorité.

             

             

            • Fert Fert Fert
              Fert Fert Fert lien permanent
              octobre 28, 2014

              Mon cher Charles n’est-ce pas vous qui écriviez il n’y à guère : « Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même » !!!

              Vous êtes désolant, ironique et violent dans vos commentaires, peu charitable et empreint d’un fort relent de pharisaïsme !!! et vous tirez des jugements téméraires en prenant à témoin les lecteurs de ce blog pour mieux assoir vos écrits en faisant passer ceux qui « osent » en disant la Vérité vous contredire pour des niais, des idiots ou des loups déguisés ! Ainsi vous suggérez que je ne serais qu’un ennemi déguisé, mélancolique de mon passé de conciliaire, tout ça parce que j’ai mis par erreur un « É » sur église conciliaire  c’est tout simplement insultant  et indigne d’un catholique !

               

              • charles
                charles lien permanent
                octobre 29, 2014

                Vous ne m’apprenez rien, cher FertX3 !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

                En effet, je suis désolant, peu charitable, violent, et même pharisien !!!

                Que voulez-vous, on ne prête qu’aux riches et à mon âge on ne se refait pas !!! Hihihi !

                Bref ! je suis rassuré car les vrais niais, les vrais idiots et les vrais « loups déguisés » ne viendraient pas comme ça flatter mon ego dévoyé, mais useraient de ruse et de dissimulation pour me faire croire qu’ils sont d’accord avec moi !

                Ainsi je suis sûr au moins de ne pas vous compter parmi cette funeste trilogie ! Ouf !

                Je sais que c’est uniquement votre souffrance qui vous fait parler comme vous parlez et je vous pardonne bien volontiers comme vous me pardonnez, j’en suis sûr, toutes les horribles tares susdites !!!

                Non ! Vous n’êtes pas un ennemi déguisé mais un ami fort secoué par la crise de l’Église et son éclipse. Qui ne le serait pas un peu, mon cher FertX3 ?

                Si j’ai été insultant et indigne selon vous, je vous en demande bien humblement pardon car nous n’avons pas les mêmes facultés d’intégrer sur des registres différents, une sémantique spécifique et qui n’a pas permis notre compréhension mutuelle.

                Le  principal étant de reconnaître que nous avons la même foi, et partant, de considérer, qu’elle ne pourra donc donner, a priori, que de bons fruits…

                Qui vivra verra !

                Je vous salue bien, FertX3, mais méfiez-vous quand même des majuscules…elles sont fortement endiablées de nos jours !…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
                 

                • Fert Fert Fert
                  Fert Fert Fert lien permanent
                  octobre 30, 2014

                  Cher Charles,

                  je vous pardonne bien volontiers, et comment pourrais-je ne pas le faire ? ne suis-je (ne sommes-nous pas) pas chrétien ?

                  Le diable est à l’affût ne lui donnons pas l’occasion de nous diviser plus encore… même si vous avez tort…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif …oh ! en plus ça rime !

                  Je vous salue bien et vous assure de ma prière quotidienne,  comme à tous ceux qui fréquentent ce blog !
                   

  15. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    octobre 28, 2014

    La sodomie,  est aussi, il me semble un châtiment causé par le refus de la Vérité me semble-t-il ?

    Un châtiment permis par Dieu…… mais qui L’offense au plus haut point (qui oserait le nier).

    Donc si on va par là, il est faux de dire que le châtiment que Dieu permet n’est pas par ailleurs  un outrage.
    Et donc faux aussi de dire  que l’instrument du châtiment, (ici en l’occurrence  la secte conciliaire ), parce qu’elle sert de châtiment ne serait pas en soi un outrage fait à Dieu et provoquant sa juste colère.

    D’ailleurs le péché de sodomie touche une grande partie du clergé conciliaire.
     

  16. charles
    charles lien permanent
    octobre 28, 2014

    SAPRISTI DE SAPRISTOCHE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    ALEXANDRE !!!!!nous sommes en 2014……et plus dans les années 60 !!!

    OUTRAGE  en amont, perpétré par des clercs ou des laïcs catholiques ou du moins DANS l’Église en ordre…et châtiment en aval par un juste décret de Dieu !
    Aurions-nous l’impudence sacrilège de nous opposer ou de nous lamenter sur les justes décrets de Dieu ? ET si nous devons prier et nous lamenter c’est sur tous ceux qui risquent de tomber, qui sont sur le point de tomber et ceux qui entrainent les âmes faibles ou ignorantes vers une pente fatale… Pas sur ceux qui sont déjà tombés…et se trouvent très bien d’être …tombés !

    Ceux qui, par libre-arbitre, ont choisi l’apostasie et sont ipso facto hors de l’Église car ils vont contre la vérité connue, ceux-là ont choisi en toute connaissance de cause ! Le « cloaque d’impureté » ne saurait alors se résumer à des pratiques sodomites de certains clercs, comme nous dit ce cher  Édouard, mais concerne principalement les hérésies et apostasies au niveau de la foi.

    Combien de fois faudra-t-il encore répéter tout cela ???

    On voit ce que donne parmi les fidèles traditionalistes depuis un demi-siècle, cette approche erronée des choses et toutes les mauvaises solutions qui vont avec…

    Je me demande d’ailleurs parfois si cette incompréhension plus ou moins volontaire ou obtuse, jusque parfois même dans nos rangs, n’est pas le signe que le mystère d’iniquité n’épargne personne. Humilions-nous car nous sommes tous pécheurs…

    Enfin, il est faux et vain de dire et affirmer que la secte est l’instrument du châtiment ! C’est nier alors tout ce qui se tramait et trahissait bien avant le diabolique conciliabule ! Bien avant donc l’éclipse de l’Église… Faux raisonnement qui ne tient pas debout à l’épreuve des faits !! Et les cardinaux qui ont apostasié en masse en 1962 (relire l’Abbé Berto !) c’était à cause de la secte ??? (à moins qu’on  veuille parler d’une secte bien plus occulte…si vous voyez ce que je veux dire…)

    C’est trop facile ! On croirait entendre des enfants dans une cour de récréation : c’est pas moi…c’est la secte ! j’l’ai pas fait exprès c’est la secte qui m’a poussée !!! nana na ! je suis tombé…pas parce que je n’ai pas fait attention, que je n’ai pas écouté mes parents ou mes maîtres, mais parce que la secte m’a fait tomber !!! Je me suis damné…euh….librement ? …bof….de toute façon c’est la faute à la secte !!! Na ! J’ai méprisé l’enseignement de l’Église et méconnu volontairement ses dogmes…c’est pas ma faute, c’est la secte qui m’a obligé à le faire !!!! Snifff ! C’est pas moi, c’est la secte !!! Ouh ! la vilaine !!!!

    ARRÊTONS CES ENFANTILLAGES ET CES PUÉRILITÉS DE MAUVAIS GOUT qui ne devraient pas avoir cours parmi nous, les catholiques semper idem…

    IL est vrai que ça va être très difficile, surtout pour certains, de redevenir adultes, car il va leur falloir CRUCIFIER leur Affect (pétri de bonnes intentions……) pour l’amour de Dieu !

    SURSUM CORDA !!!!!!!!!!
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      octobre 28, 2014

      L’affect n’a rien à voir là dedans.
      Et vous reprenez à votre compte des propos qui ne sont pas miens.

      Il est simplement question de dire que la présence de la secte conciliaire en lieu et place de l’Église Catholique est tout autant un châtiment pour la tiédeur et les prévarications des anciens, collectivement et individuellement, que le péché de sodomie en est un pour ceux qui ont rejeté la Vérité connue (secte conciliaire composée en grande partie de « clerc » sodomites).

      Et que ce faisant, l’un comme l’autre de ces châtiments peut, tout en étant permis par Dieu, lui être désagréable et outrageant.

      Nul ne songerait à dire en effet que les comportements ne sont pas des épouvantables abominations aux yeux du Bon Dieu et crient vengeance … et pourtant ce sont des châtiments qu’ils permet.
      Rien d’incompatible donc à dire que la secte conciliaire, ces sacrilèges, ces blasphèmes et tout ce qu’il y a d’atroces, sont également des abominations qui outragent et offense Dieu.

      D’où tiendriez vous que Dieu ne saurait pas être outragé et offensé de ce que par ailleurs il permet, sachant que, le catéchisme nous le dit bien, tout ce qui arrive ici bas est VOULU ou PERMIS par Dieu.
      Partant, rien ne devrait l’outrager ou l’offenser puisque TOUT vient de lui, de manière positive (vouloir) ou négative (permettre/ne pas empêcher).

      Il n’y a donc rien de faux ou d’insensé à dire que les abominables mascarades conciliaires insupportent le Bon Dieu chaque jour un peu plus, tout autant que les épouvantables hérésies ou dans une toute autre mesure les gesticulations de certains tradis de tout poils qui ont visiblement du mal à garder leur sang froid et l’épée qui démange …

      • charles
        charles lien permanent
        octobre 29, 2014

        « Rome et Édouard ont parlé……la cause est entendue !? »   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

         

        PS : « l’épée qui démange »………http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif…………sacré Édouard !!!!…..http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
         

  17. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 28, 2014

    Mes biens chers frères,

    Si nous remontons le cours linéaire de l’Histoire… In principio de l’Offense de la Chrétienté,

    Le CHRIST-ROI de France,

    A été gravement offensé par son lieutenant et la sentence de Sa Justice fut de laisser triompher la Révolution maçonnique,
    Son Trône royal privilégié renversé et ses autels en France profanés.

    « Comment voulez-vous que Dieu soit outragé par Sa propre Justice ??? » du séraphique Charles
    [au moyen des causes secondes indépendamment des péchés personnels de ces instruments — l’Offense du lieutenant est passé déjà par Sa Justice, le châtiment de Sa sentence est toujours en cours, sans Lui en la privation de son lieutenant, la nation française qu’accélère désormais l’Apostasie générale, se défait]

    Aussi, même le maçonnique Joseph de Maistre, néanmoins très critique envers la monarchie française, considéra que la Révolution fut donc un :

    « Sermon de la Providence prêchait aux rois indignes ».
     


     

    Comme le Roi de France …………

    En août 1931, lors d’un séjour de convalescence à Rianjo, petite ville proche de Pontevedra,

    Le SOUVERAIN-PRÊTRE se plaint à Sœur Lucie de Fatima de l’absence de réponse à la Demande de consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie : « Ils n’ont pas voulu écouter Ma demande ! Comme le Roi de France, ils s’en repentiront,
    et ils le feront, mais ce sera tard »
    .

    A été gravement offensé par ses vicaires et la sentence de Sa Justice fut de laisser triompher le Conciliabule maçonnique,
    Son Trône pontifical renversé et l’Autel papal profané.

    « Comment voulez-vous que Dieu soit outragé par Sa propre Justice ??? » du séraphique Charles
    [au moyen des causes secondes indépendamment des péchés personnels de ces instruments — l’Offense des vicaires est passé déjà par Sa Justice, le châtiment de Sa sentence est toujours en cours, sans Lui en la privation de son vicaire, l’Église qu’accélère désormais l’Apostasie générale, est éclipsée]

    En effet, rien ne sera fait finalement par Louis XIV (légitime) et 100 ans jour pour jour après le Message du 17 juin 1689 qui restera sans réponse, le Tiers état se proclamera Assemblée constituante et emportera dans le sang et la terreur la Monarchie française.

    Rien ne sera fait non plus finalement selon les Prescriptions du Ciel, savoir : la consécration nominative de la Russie et d’Elle seule et non pas du monde, pas seulement du pape mais de la communion universelle de tous les évêques avec le pape en faveur de sa conversion à l’unité catholique par les pontifes romains (légitimes) ; Demande qui est aussi restée sans réponse pour sauver la Russie et les nations de l’influence maléfique du communisme criminel talmudique ; plus tard, Lounatcharski, ami de Lénine, écrivait : « À bas l’amour du prochain ! Ce qu’il nous faut, c’est la haine. Nous devons apprendre à haïr. C’est ainsi que nous arriverons à conquérir le monde. »
    De fait, le processus sociale de déchristianisation est toujours en marche. Intellectualisme athée, marxisme athée, totalitarismes de gauche et de droite athées se donnent la main contre Dieu pour tuer définitivement le christianisme du catholicisme Apostolique.

    Et pourtant, Avant Notre Seigneur Jésus-Christ, les deux tiers du genre humain étaient privés de LIBERTÉ et en esclavage féroce.
    Ce qui étonne le plus, c’est de voir les grands philosophes, Aristote, Platon, Cicéron, etc.., s’accorder à justifier l’esclavage.

    Avant Notre Seigneur Jésus-Christ, les deux tiers du genre humain étaient privés d’ÉGALITÉ, l’esclave était l’égal d’une bête de somme, la loi condamnait à la même peine le meurtre d’une bête de somme et celui d’un esclave…tel était pour l’esclave le mépris du paganisme !…
    C’est dans ce milieu que les Bienheureux Apôtres Saints Pierre et Paul viennent prêcher l’égalité entre les hommes devant Dieu, en respectant bien entendu, les autorités naturelles et constituées comme les talents des uns et des autres pour vivre dans une relation de service réciproque en société.
    Saint Paul la proclame avec énergie : « Il n’y a plus de distinction, dit-il, entre le juif et le gentil, entre le grec et le barbare, entre l’homme libre et l’esclave : nous sommes frères en Jésus-Christ. »

    Avant Notre Seigneur Jésus-Christ, les deux tiers du genre humain étaient privés de FRATERNITÉ, l’homme n’aimait pas l’homme.
    — Témoin les combats des gladiateurs obligés de s’égorger pour amuser le peuple.
    — Témoin les supplices atroces infligés pendant 300 ans aux martyrs chrétiens.
    — Témoin le mépris, l’abandon des pauvres. On regardait comme un crime de secourir les malheureux : l’Empereur Trajan, païen très pieux, fit un jour couler dans la mer trois navires chargés de pauvres pour en débarrasser les rues de Rome.
    En dehors de l’Église que devient la fraternité ?
    L’amusement des révolutionnaires consistait à voir tomber des têtes sous le couteau de la guillotine, ou d’assister aux noyades des prêtres.
    En 1871, sous la commune de Paris, les prôneurs de fraternité fusillaient les otages : prêtres, magistrats, soldats.

    Or,

    Attendu que, l’Apostasie générale des nations et du Vatican travaillent de concert pour un gouvernement mondial antichrétien, et 100 ans jour pour jour après la demande du 13 Mai 1917, d’ici 2017 ? nous sommes tous conscients, hic et nunc, sauf les fêtards recyclés aux cerveaux lavés par les publicités de la télé Potemkine  (il est bien sympathique, Jean-Pierre Pernaut au journal de 13 heures n’est-ce pas, on se croirait encore « heureux comme Dieu en France » en paix et sécurité) que tôt où tard, une guerre urbaine, civile, militaire, européenne, entraînera en la Chute de l’Europe, la planète entière dans la tourmente d’une troisième guerre mondiale indicible dont les Russes et les Chinois auront la plus grande part et qui échappera totalement aux utopies fantasques de l’apatride hyper-classe mondialiste des forces ténébreuses antinationales et antichrétiennes.

    Parce que,

    La Bienheureuse Vierge Marie a dit :

    (car tout dépend à présent de Son Cœur Immaculé bafoué, ainsi que le rappelle justement hodie l’éminent Louis Hubert, merci beaucoup pour ce message édifiant plein d’à-propos de M. l’abbé Berto)
     

     

    « À LA FIN MON CŒUR IMMACULÉ TRIOMPHERA »

     

  18. charles
    charles lien permanent
    octobre 29, 2014

    Qu’ajouter après une clôture  du débat aussi magistrale et aussi inspirée par la foi et le réel ?

    RIEN !

     

    Si ce n’est : merci Omnibus et que Dieu vous ait en Sa Sainte Garde !
     

  19. Alexandre lien permanent
    octobre 30, 2014

     

    Bonjour Charles,

     

    Vous répondez à Fert que :

     
    « Personne ici, je pense, ne vous empêchera de prier, de vous lamenter, de pleurer, de vous couvrir de cendres,  de gémir sur les âmes qui se perdent… C’est comme ça depuis la naissance de l’Église… »
     

    N’est-ce pas vous qui dans une longue prose étiez entrain de m’expliquer que ma tristesse était « toute humaine, charnelle et affective », la comparant à un « dérapage de l’affect » ; je pensais que seul Dieu sondait les reins et les cœurs, j’ai du me tromper… Vous ne vous en êtes pas caché d’ailleurs : « tentons de décoder ses propos ce qui relève de la croyance à notre égard et ce qui constitue en outre une projection de son psychisme sur la réalité augmentée de son affect ».

     

    Nous n’allons pas revenir sur le fond du sujet mais je persiste à penser que tout catholique se doit d’éprouver de la douleur à la vue du cataclysme spirituel de notre époque. Ceci est tout à fait chrétien, et au fond, vous l’admettez puisque vous parlez d’une :

     
    « tristesse toute surnaturelle, remplie de foi et d’amour pour les âmes qui sont sur la voie de la perdition. Nous, les catholique semper idem, Alexandre,  nous nous efforçons, comme jadis les chrétiens de tous les siècles… de garder que la seconde que nous avons en partage avec tous les saints, tous les docteurs et les pontifes. »
     

    Pour vous, la tristesse que je disais éprouver au regard de la situation de l’Eglise et du monde n’est pas cette « tristesse surnaturelle, remplie de foi et d’amour » (pourquoi ne l’est-elle pas ???) mais équivaut, avez-vous décrété, à un affect déréglé, à un tristesse « humaine, charnelle et affective », « mauvaise conseillère », à « pleurer stérilement sur toutes les misères du monde », à être trop sensible (je vous cite) et vous avez même parlé de « leurres diaboliques ».

     

    Oui, vous devez être le seul humain à avoir le charisme de scruter le secret des cœurs, vous dites décoder, décrypter pour au final rendre un verdict erroné. Vous êtes à décider si ma tristesse est surnaturelle ou charnelle et inspirée par le démon. Votre sentence est tombée rapidement : elle est charnelle et je suis un « pleurnicheur stérile ». Mais est-ce votre rôle d’interpréter les propos, de lire à travers les esprits ? Est-ce votre mission de décider quelle est la pensée de votre prochain ? Enfin… vous n’êtes pas le seul : « Omnibus », lui, s’est mis à décréter de son côté, j’ignore le motif, que j’étais à « murmurer presque contre la Providence » (sic !).

     
    Charles : « Vos formulations sont un peu trompeuses et perverses. Ainsi, vous avez l’audace de prétendre que nous disons que le modernisme n’est pas une insulte à Dieu ! Et  que les âmes qui se damnent (donc qui ne sont pas encore damnées !) ne requièrent pas nos suffrages et nos pénitences… Plaise à Dieu que votre prose dépasse ou soit dépassée par votre pensée ! Vous nous faites un bien vilain procès et parfaitement inutile de surcroit ! Quelle mouche vous a donc piqué ? »
     

    Certaines personnes ont l’art de retourner la situation à leur avantage, alors qu’elles soutenaient l’inverse juste avant ! Vous en faites partie…
     
    À Francesco qui écrivait que « la gloire de Dieu est en cause, il est outragé par la secte », vous répondiez par un non énergique :

     
    « NON ! Francesco !!! Dieu n’est pas outragé par la secte qui s’est déjà condamnée elle-même mais par ses consacrés et ses fils aimants qui osent la confondre avec Sa Sainte Église !… nuance…Capito?« 
     

    Ce n’est pas une surprise, Cave Ne Cadas n’a pas contredit une telle affirmation. Il s’est contenté au départ de dire que cela revenait à se mettre à la place de Dieu. Au nom de quoi ? Qui peut prétendre que Dieu n’est pas outragé par le péché ? Personne ! Sommes-nous Dieu pour autant ? Non ! Il en est de même pour l’Eglise conciliaire qui est une offense envers Dieu, offense sur tant de points ! Puis, fatigué de devoir défendre l’indéfendable, l’administrateur de ce site s’est mis à répondre laconiquement : « C’est votre point de vue. Point final ».

     

    Devant l’énormité de votre affirmation, vous rétorquiez que Dieu ne pouvait pas être outragé par Sa propre Justice. Ce à quoi Édouard-Marie Laugier vous a démontré que c’était une réponse non valable.

     
    Charles : « Je ne voudrai pas remuer le couteau dans la plaie (cette majuscule à « Église conciliaire » est lourde de signification dans l’ordre de l’inconscient), mais je crains que ce débordement d’affect agressif (ce qui le rend un tantinet suspect) ne cache en fait, enfoui au plus profond du psychisme souffrant de nos frères dans la foi, un déni très secret, une sorte de refus occulte, subtil et voilé de la nature véritable de la secte, que les mentalités héritières de 2000 ans de christianisme ont peut-être du mal à intégrer comme parfaitement étrangère à cette Église de Notre-Seigneur, qui, on doit le rappeler sans se lasser, est UNE, SAINTE, CATHOLIQUE et APOSTOLIQUE ! »
     

    Décidément, vous vous plaisez à psychanalyser votre prochain ! Voilà que vous reparlez d’un débordement d’affect agressif…

     

    Concernant le mot « Eglise », contrairement à une erreur répandue, ce n’est pas une faute d’y mettre une majuscule. Pour votre gouverne, Eglise, de par son étymologie, signifie assemblée. En revanche » église » se rapporte à l’édifice. Cela ne veut rien dire d’écrire « l’église conciliaire ». Mais peut-être que pour rester catholique faut-il déformer la langue française ?

     

    Écrire « Eglise conciliaire » avec une majuscule veut donc dire : assemblée conciliaire. Dans sa célèbre Histoire universelle de l’Église catholique, l’abbé Rohrbacher, pour ne citer que cet historien, utilisait un E majuscule lorsqu’il parlait, par exemple, de l’Eglise schismatique orthodoxe ou encore de l’Eglise anglicane. Est-ce pour cela que ce théologien et historien était lui aussi dans le déni et dans un refus occulte, pour reprendre vos mots, en ayant du mal à intégrer que ces sociétés n’étaient pas catholiques et de fausses Eglises ?

     

    Je vous suggère aussi de psychanalyser Bossuet qui use dans ses œuvres du E majuscule lorsqu’il parle de l’Eglise anglicane.

     

    Je crains que Fert ait raison lorsqu’il écrit que « Vous êtes désolant, ironique et violent dans vos commentaires, peu charitable et empreint d’un fort relent de pharisaïsme !!! et vous tirez des jugements téméraires en prenant à témoin les lecteurs de ce blog pour mieux assoir vos écrits en faisant passer ceux qui « osent » en disant la Vérité vous contredire pour des niais, des idiots ou des loups déguisés ! »

     

    Nous avons tous nos défauts, il est vrai… Prions les uns pour les autres.

     

    • Cave Ne Cadas
      octobre 30, 2014

      Alexandre,
       
      Vous persistez à penser que tout catholique se doit d’éprouver de la douleur à la vue du cataclysme spirituel de notre époque
      (Le débat est clos ! …c’est votre « point de vue ».
       

      Concernant le mot « Eglise », contrairement à une erreur répandue, ce n’est pas une faute d’y mettre une majuscule. Pour votre gouverne, Eglise, de par son étymologie, signifie assemblée. En revanche « église » se rapporte à l’édifice. Cela ne veut rien dire d’écrire « l’église conciliaire ». Mais peut-être que pour rester catholique faut-il déformer la langue française ?
       

       
      Votre remarque sur la « langue française » est exacte MAIS ici il ne s’agit pas de « déformer la langue française »… « pour rester catholique »…
      Mais de rester dans la Tradition de l’Église [catholique !]…
       

      Ce “É” majuscule EST blasphématoire, c’est d’attribuer le terme d’Église à une secte qui ne représente qu’elle-même et pas l’enseignement apostolique et patristique de toujours !

      CatholicaPedia écrit « église Conciliaire » avec une minuscule pour le ‘é’ de ‘église’, comme la Rome de toujours l’a toujours fait à l’égard des communautés qui ne possèdent pas le Sacerdoce sacrificiel valide ni la succession apostolique.

      L’église [secte] Conciliaire ne possède plus aujourd’hui le Sacerdoce sacrificiel sacramentellement valide ni même la succession apostolique, et ne mérite plus de porter le nom d’Église avec une majuscule.

       

      Car au-delà de la question du pape, l’église [secte] Conciliaire n’est pas l’Église catholique, mais son usurpatrice, sa contre-façon, la secte conciliaire devenue aujourd’hui – 46 ans après la promulgation du nouveau rite conciliaire épiscopal du 18 juin 1968 rendu volontairement radicalement invalide – quasiment totalement dépourvue du Sacerdoce sacrificiel catholique sacramentellement valide, à l’instar du prétendu « clergé » anglican.

       


      Post scriptum
      Vos exemples de l’abbé Rohrbacher ou de l’Évêque Jacques-Bénigne Bossuet ne représentent pas la Tradition de l’Église et ne sont pas Le Magistère… L’un étant “historien” et l’autre “prédicateur et écrivain français”…
       

      • Abenader lien permanent
        octobre 30, 2014

        Cher Cave, si c’est comme vous le soutenez, pourquoi Notre-Seigneur a-t-il pleuré sur Jérusalem, alors que c’est lui-même (son infinie justice) qui châtierait cette ville déicide ?

        • Cave Ne Cadas
          octobre 30, 2014

          Mon cher Abenader,
          très bonne question…
           
          Notre Seigneur « a pleuré » sur Jérusalem me semble t’il, pour la simple et bonne raison que Jérusalem représente le peuple déicide qui « n’as pas connu [voulu connaitre] le moment où tu as été visitée. »
           

          Évangile selon saint Luc ; Ch. 19 :
          41 Et quand il fut proche, voyant la ville, il pleura sur elle,
          42 disant : « Si, en ce jour, tu avais connu, toi aussi, ce qui était pour (ta) paix ! Mais maintenant cela demeure caché à tes yeux.
          43 Car vont venir sur toi des jours où tes ennemis établiront contre toi un retranchement, t’investiront et te serreront de toute part ;
          44 ils t’abattront à terre, ainsi que tes enfants (qui sont) chez toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le moment où tu as été visitée. »

           
          ET NON PAS comme les Conciliaires (protestants) le pensent à la suite des Protestants tel le Dr. R. L. Hymers, Jr. (Baptiste) :
           

          Jésus a versé des larmes sur la ville de Jérusalem.
           
          Le Dr. J. Vernon McGee dit, « Il a versé des larmes sur la cité de Jérusalem. Puisqu’Il a pleuré sur Jérusalem à cette occasion, je suis sûr qu’Il a pleuré bien des fois sur les villes où vous et moi vivons » (J. Vernon McGee, Th.D., À travers la Bible, Thru the Bible, Thomas Nelson Publishers, 1983, volume V, p. 540, note sur Hébreux 5:7).

           

          « Et quand il s’approcha, il regarda la ville, et pleura sur elle, disant : « si tu avais connu toi aussi, tout du moins en ce jour qui est le tien, les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux car les jours viendront sur toi, où tes ennemis t’entoureront d’une tranchée, et t’encercleront et t’enserreront de tous côtés ; et ils t’abattront à même le sol, et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas connu le temps de ta visitation » (Luc 19:41-44).

           

          Il a pleuré à la pensée de la terrible destruction qui surviendrait sur Jérusalem en 70 après J.-C. quand le général Romain, Titus, raserait la ville et massacrerait ses habitants sans pitié. Jésus a pleuré parce qu’Il savait que le splendide temple de Dieu à Jérusalem serait totalement détruit. (!!!) Rien n’en resterait qu’un pan du mur d’enceinte. Moi-même, je me trouvais devant ce mur et l’ai touché. J’ai pleuré comme Jésus l’a fait alors que je me trouvais devant le Mur des Lamentations. J’ai pleuré quand j’ai pensé à la terrible persécution que le peuple de Dieu, les Juifs, ont traversée depuis des siècles. (!!!)
           
          Ô, combien Jésus pleure ce soir sur les villes du monde, remplies de millions d’âmes qui ne sont pas sauvées ! Combien Il pleure sur Washington et Londres, Paris et Berlin, Calcutta et Beijing, Glasgow et Sydney, Mexico City et Saigon, Vientiane et Yangon (Rangoon), Jakarta et Moscou – et toutes les villes du monde, grandes et petites ! Que nos cœurs soient brisés par les choses qui brisent le cœur de Dieu ! (!!!!!)
           
          Que les larmes de Jésus nous émeuvent, comme rien d’autre ne le peut, à prêcher l’Évangile à chaque créature. Ses larmes nous incitent à ajouter une langue après l’autre à notre site web – afin d’atteindre autant que nous le pouvons avec l’Évangile. Nous ne venons pas comme des « colonisateurs » pour imposer notre culture à la leur ! Non ! Nous venons comme ceux qui ont le cœur brisé de Jésus – pour partager Son amour avec eux, Son amour qui nous a sauvés du péché, de la mort et de l’Enfer ! Et nous disons à tous ceux qui entendent cette prédication, ou la lise, sur notre site web,
           
          Il t’aime depuis si longtemps, Il t’aime tellement,
          Il t’aime plus que la voix ne peut l’exprimer ;
          Il t’aime depuis si longtemps, Il t’aime tellement,
          Il est mort pour que de l’Enfer tu sois sauvé !
           
          Et les larmes de Jésus nous émeuvent pour évangéliser Los Angeles ! Car Il nous a dit,
           
          « Va dans les chemins et le long des haies, et contrains les d’entrer, afin que ma maison soit remplie » (Luc 14:23).

           
          Source (Protestante) : http://www.rlhymersjr.com/Online_Sermons_French/2012/031112PM_TearsOfJesus.html (Un exemple parmi tant d’autres)
           

      • Cave Ne Cadas
        Cave Ne Cadas lien permanent*
        octobre 31, 2014

        Selon le Concile de Trente les sectes acatholiques ne jouissent pas du droit au du titre d’« église » (même avec une minuscule).

  20. Charles
    Charles lien permanent
    octobre 30, 2014

    Merci cher Cave Ne Cadas de nous apporter ces précisions intéressantes.

    Alexandre est remonté contre moi ! Je ne lui en veux pas. Sa distinction sur les substantifs « église » et « Eglise » n’est pas représentative de l’esprit dans lequel ces mots sont utilisés de nos jours et surtout de l’acception commune qu’ils revêtent ! En effet, c’est par une facilité de langage et, reconnaissons-le une certaine tendance à la paresse ou à l’indifférence linguistique que nous employons le mot « église » (qu’il soit « édifice » ou communauté ») à très mauvais escient, alors que nous devrions dire « SECTE » pour tout ce qui n’a plus les notes de l’Église Catholique. Je conçois qu’un non-catholique se refuse à faire cette distinction.

    Non loin de chez moi, se trouve un panneau indicateur sur lequel on peut lire : « EGLISE LUTHERIENNE ». Si j’étais luthérien, je ne trouverais rien à redire sans doute à cette appellation… Mais comme je suis catholique, je pense qu’il aurait mieux convenu — d’un point de vue catholique — de désigner cet ÉDIFICE (luthérien) par l’expression « TEMPLE LUTHÉRIEN ».

    Seulement voilà ! Nous vivons dans une société désacralisée et antichrétienne car laïque et républicaine. Ce qui explique que cela ne choque presque plus personne…

    Alors efforçons-nous de bannir ce mot d’église avec ou sans « É » majuscule pour désigner toutes les sectes non-catholiques et la première d’entre elles : la secte apostate conciliaire qui s’est arrogée toutes (enfin pour les gogos !) les apparences de la Sainte Église.  Cela nous évitera bien des querelles et autres ambiguïtés.

    Revenons à présent sur un point particulièrement important. Cave Ne Cadas nous dit :

    « Ce “É” majuscule EST blasphématoire, c’est d’attribuer le terme d’Église à une secte qui ne représente qu’elle-même et pas l’enseignement apostolique et patristique de toujours ! »

    Alexandre nie que cela soit blasphématoire car en mettant son désaccord sur la forme (É = communauté é = édifice)  il nous conteste le droit de le mettre sur le fond !

    Je vais tenter de démontrer à Alexandre et à nos amis lecteurs que cette confusion ne correspond nullement à la réalité, à la fois matérielle, dogmatique et surnaturelle de ce que nous constatons ou pouvons constater au sujet de la secte.

    Tout d’abord la distinction, voire la dissociation des termes « église » en tant qu’édifice ET communauté est trompeuse, dangereuse et en effet blasphématoire DANS LE CONTEXTE TRÈS PARTICULIER DE L’ÉCLIPSE DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE.

    Jadis, dans l’Église en ordre, il ne serait guère venue à l’idée d’un catholique de faire ce distinguo dans sa pratique religieuse de tous les jours. Là où étaient les édifices consacrés se trouvait la communauté de foi catholique. Dans l’esprit des fidèles, il n’y avait pas de hiatus. Il a fallu les attaques sacrilèges des laïcards républicains (inventaires, etc…) pour que l’on commence à s’inquiéter de ce que ces édifices appartenaient en réalité à l’état républicain (loi de 1905, rejetée par le Vatican !). Mais l’Église occupait encore ces lieux et faisait vivre la foi des fidèles en leur sein. Et bien peu de pratiquants ressentaient cette particularité comme un hiatus

    Depuis plusieurs décades, il n’en est plus de même. Une secte moderniste a non seulement tout détruit de l’intérieur mais a vidé de leur substance toutes les règles de la foi de l’Église. Une nouvelle religion a pris la place de l’ancienne tout en gardant un nombre suffisant de leurres (vous n’aimez pas ce mot, Alexandre, je sais !) pour tromper un nombre considérable d’âmes ignorantes, assoupies ou tièdes… Cette nouvelle religion a bien entendu conservé pratiquement TOUS les édifices religieux de l’ancienne. Matériellement et humainement parlant, il était impossible de concevoir qu’il n’en fût pas autrement !

    Depuis un demi-siècle, des rites sacrilèges et/ou blasphématoires se sont déroulés dans nos édifices anciennement catholiques ; la nouvelle religion y fut prêchée et son pseudo clergé invalide ainsi qu’un petit reste de hiérarques apostats, ont célébré leur culte de Caïn sans vergogne, voilant la véritable signification de ceux-ci à travers la multitude de symboles chrétiens que les anciens édifices leur offraient. Néanmoins le Prince de ce monde ne fut pas autorisé par Dieu à singer INTÉGRALEMENT l’Église de Son Fils, et Dieu permit que des changements soit subtils, insignifiants pour les esprits dénués de surnaturel, soit visibles de tous, y compris du « monde », se substituent à ceux de l’ancien rite catholique. Je pense, par exemple, au retournement UNIVERSEL des autels, symbolisant l’INVERSION HOMOCENTRÉE de la nouvelle religion de l’Homme. Mention spéciale aussi, bien entendu, pour les changements de rite au cœur même du Saint Sacrifice de la Messe.

    Ainsi donc, nos édifices catholiques, furent les lieux et les témoins muets (si les pierres pouvaient parler !!!) de cette Révolution incroyable forgée dans les loges et les convents démoniaques pour la perdition des âmes et la damnation du plus grand nombre.

    N’étant plus les témoins consacrés de la proclamation et de la propagation de la foi, nos édifices perdaient du même coup leur consécration et en revêtaient une autre, celle de Satan, rendant ainsi ces édifices odieux au Seigneur qui en avait été chassé par la malice conjuguée des hommes et du démon !

    Dissocier communauté et édifice n’est plus possible de nos jours et parfaitement inconséquent au niveau de la foi !

    D’ailleurs il apparait, avec une évidence tragique, que tous ceux, se prétendant traditionalistes, qui ont volontairement ignoré cet état de fait et de foi, se sont compromis avec la secte au moins sur le plan rituel et surnaturel, rendant également doublement odieux et sacrilège au Père Tout Puissant leurs rites valides, prenant en otage, en quelque sorte DIEU LUI-MÊME pour avaliser des lieux désormais maudits ! Ce crime ne peut rester impuni et a eu pour résultat la division et la stérilité de la plupart des mouvements traditionalistes.

    Il faudrait être dénué de tout esprit surnaturel pour ne pas comprendre cela !

    Que font en général les douaniers lorsqu’ils saisissent une marchandise de contre-façon ? Ils la détruisent ! Alexandre me rétorquera, que nos édifices et leur contenu étant des œuvres d’art, il n’est guère envisageable et raisonnable de les détruire ! C’est le bon sens ! Mais tout ce qui a servi, de près ou de loin au règne du démon, sera détruit par le feu du Ciel et précipité dans la géhenne avec tous les anges mauvais. Nos édifices non seulement ont perdu leur consécration, mais en outre toute protection surnaturelle (« terribilis est locus iste » : la maison de Dieu est un lieu redoutable et malheur à celui qui le souille et commet en son sein l’abomination !) : dans le meilleur des cas, on les visite encore comme des musées  (du bon vieux temps ?!), on y parle la plupart du temps à VOIX HAUTE, on y assiste à des synaxes et à des « cultes » impies, des spectacles et concerts immodestes ou bruyants s’y déroulent, on y a proscrit toute forme d’agenouillement, on y cultive même  la concupiscence sous toutes ses formes, quand ce ne sont pas carrément, à l’occasion de soirées ou journées spéciales, des lupanars entourés de vitraux !!!

    Que dire de lieux, remplis de nos symboles, mais vidés de toute grâce sanctifiante ???

    Qu’à tout le moins ces lieux ne sont plus du tout catholiques ! Et qu’il est même fortement recommandé à un catholique de les fuir sans avoir une raison exceptionnelle  très valable (sociale, familiale ou professionnelle) d’y mettre les pieds.

    Car en ce cas, « communauté et édifice » sont tous deux contaminés (quand ce n’est pas carrément « infestés » !) et particulièrement dangereux pour notre vie de foi !!! Un chrétien qui ne comprend pas cela ne comprendra jamais les ravages surnaturels que l’apostasie des hommes d’Église a produit sur la vie intime des âmes. Nous en avons tous (ou presque) , à un moment où à un autre de notre existence, été les pitoyables victimes !…

    Cher Alexandre, voilà donc de nouvelles pistes, de nouvelles orientations surnaturelles pour éprouver votre souffrance et votre foi ! Puisse-t-elles vous détourner de vos reproches parfois infondés sur ma modeste et misérable personne… Mais pour cela, il faudra que vous vous décidiez à vivre au XXIème siècle…l’Église en ordre c’est terminé !
     
    Kyrie Eleison !

     

  21. charles
    charles lien permanent
    octobre 31, 2014

    En relisant mon message, je viens de m’apercevoir que j’ai fortuitement remplacé le mot assemblée par communauté

    Ma foi, tout bien réfléchi, ma petite faute est providentielle…car autant une assemblée des chrétiens est d’église par sa nature même, autant nous avons une nouvelle « assemblée » hétérodoxe que je répugne à nommer « assemblée chrétienne » ; aussi ce mot de « communauté » (communion, communautaire,…) va bien mieux à un agglomérat de « clercs » et de fidèles tout aussi  hétérodoxes !
     

    • Fert Fert Fert
      Fert Fert Fert lien permanent
      octobre 31, 2014

      « Celui qui prétend être chrétien et qui n’est pas catholique n’est pas un chrétien mais un usurpateur » St Augustin.

  22. Wiking
    octobre 31, 2014

    Cher Charles,

    la lecture de ce message, en particulier les citations du Catéchisme du Concile de Trente et des Papes devraient vous intéresser.

    http://deojuvante.forumactif.org/t539-mes-conclusions-sur-la-polemique-a-propos-du-mot-eglise#6300

     

    • Cave Ne Cadas
      octobre 31, 2014

       
      Catéchisme du Concile de Trente, chapitre dixième, du neuvième article du Symbole :
       
      § I — CE QUE C’EST QUE L’ÉGLISE
       
      Le mot Église vient du grec. Les Latins l’ont emprunté à cette langue, et après la publication de l’Évangile, ils l’ont consacré exclusivement aux choses saintes. Voyons quel en est le sens. Il signifie proprement convocation.
      Mais avec le temps les auteurs l’ont emprunté souvent pour désigner une assemblée, une réunion d’hommes, sans examiner si ces hommes admiraient le vrai Dieu, ou les fausses divinités. Nous lisons au livre des actes que le greffier de la ville d’Éphèse, après avoir apaisé le peuple, lui dit : « Si vous avez quelque autre affaire à proposer, nous pourrons la traiter dans une assemblée légitime. » Ainsi l’assemblée du peuple d’Éphèse est appelée légitime, bien que ce peuple fût adonné au culte de Diane. Et non seulement ce nom d’Église est donné aux nations qui ne connaissent pas Dieu, mais quelquefois même il est appliqué aux assemblées des méchants et des impies. Je hais l’Église des méchants, dit le prophète, et je ne m’assiérai point avec les impies.
      Mais dans la suite, l’usage ordinaire de la Sainte Écriture fut de consacrer ce mot à désigner uniquement la société chrétienne et les assemblées des fidèles, c’est à dire de ceux qui ont été appelés par la foi, à la lumière de la vérité et à la connaissance de Dieu, qui ont dissipé les ténèbres de l’ignorance et de l’erreur, qui adorent avec piété et sainteté, le Dieu Vivant et Véritable, et qui le servent de tout leur cœur.
      Enfin, pour tout dire en un mot, l’Église, selon S Augustin, c’est le peuple fidèle répandu dans tout l’univers.

       
      L’usage ordinaire donc fut d’utiliser le terme en question uniquement pour désigner la vraie Église du Christ.

      Selon le Concile de Trente donc les sectes acatholiques ne jouissent pas du droit au du titre d’« église » (même avec une minuscule).
       
      Il est évident également que théologiquement parlant le terme Église ne s’applique qu’à l’Église catholique, car il n’y a qu’une seule Église. Les sectes schismatiques sont tout au plus de fausses églises, c’est-à-dire qu’elles ont l’apparence de la seule et unique Église. Une analogie pourrait d’ailleurs être fait avec l’expression faux pape désignant un être humain ayant seulement l’apparence d’un Pape et qui en réalité ne l’est pas du tout.
       

      • charles
        charles lien permanent
        octobre 31, 2014

        LU-MI-NEUX !!! merci cher Cave Ne Cadas !!!

         

    • charles
      charles lien permanent
      octobre 31, 2014

      Merci cher Wiking
      J’ai lu,  mais ce débat qui remonte à 2009 ne me semble pas tout à fait correspondre au mini-débat (?) qui a eu lieu récemment… Je m’en suis expliqué sur le fond précédemment. On a le droit de ne pas partager mon avis sans oublier toutefois que nous sommes en 2014 !

      Par ailleurs je lis sur l’accueil de ce site :

      « DEO JUVANTE (« Avec l’aide de Dieu ») N’EST PAS UN FORUM DE DISCUSSIONS, MAIS DE PARTAGE… »  http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      Si j’en juge par les échanges un peu vifs et surtout « anti Zins », Dieu, ce jour-là n’a pas accordé son « aide » à ce forum !!! Mais passons…

      Les citations de Carolus sont intéressantes mais ne concernent que l’Église en ordre, sans compter qu’à cette époque on était loin d’imaginer qu’un jour les édifices eux-mêmes seraient détournés en masse  de leur finalité surnaturelle…

      En tant que catholiques semper idem nous devons nous en tenir à cette acception de l’usage ordinaire (comme rappelé supra par notre administrateur) et laisser à EUX — même si c’est crucifiant — tout ce qui est à EUX.

      Bien cordialement.

       

  23. Alexandre lien permanent
    octobre 31, 2014

    Merci pour ces citations du Concile de Trente. Je reconnais donc que je me suis trompé concernant l’utilisation du mot « Eglise ».

  24. Alexandre lien permanent
    octobre 31, 2014

    Cependant, il est intéressant de constater que des Papes (Léon XIII et Pie XII), des saints et d’illustres prélats ont usé du mot « Eglise » (avec ou sans majuscule) pour désigner des communautés dissidentes. Tant que l’on précise par la suite que ces groupes ne sont pas catholiques, il n’y a pas forcément lieu d’intenter un procès pour hérésie !

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      octobre 31, 2014

      « Carolus.Magnus.Imperator. » (sur « Te Deum ») dit bien pourtant (ce qui convenant s’en, est exacte et justifié…) :

       
      Néanmoins, cela n’a pas empêché plusieurs auteurs catholiques ainsi que Léon XIII et Pie XII d’utiliser d’une manière accidentelle le terme « église » pour désigner quelques sectes. Mais visiblement, ils n’utilisent pas le terme en son sens propre et n’attribuent aucunement à quelques sectes un quelconque droit au titre d’« Église » ou « église » tel qu’on le conçoit pour la sainte Église catholique.
       
      Votre problème Alexandre, c’est d’écrire « Eglise conciliaire » avec une majuscule !!!

      « Écrire « Eglise conciliaire » avec une majuscule veut donc dire : assemblée conciliaire. »
       


       
      Voici les conclusions de « Carolus.Magnus.Imperator. » sur la polémique à propos du mot « église »…
      (Remarquez son analogie avec la polémique « baptême de désir »… qui a sévi aussi ici…)
       

      Voici donc mes conclusions sur la polémique à propos de l’utilisation du nom « église » pour désigner les sectes acatholiques se revendiquant du nom de chrétienne.
       

      Tout d’abord, je dois dire qu’à la lecture impartiale de cette polémique, on croirait entendre les frères Dimond réciter tout un tas de textes du Magistère affirmant la nécessité absolue du Baptême sacrementel face à un individu évoquant la question du baptême de désir.

       
      (…)
       
      Je crois que cette recherche m’a donné la confirmation de ma position adoptée dès le début de la polémique. En ce sens que le terme « Église » est réservé en droit à la seule Église catholique, quoique le terme « église » [sans majuscule : note du CatholicaPedia Blog] puisse être utilisé, selon des circonstances données, pour désigner quelques sectes acatholiques se revendiquent faussement du nom de chrétienne.
       
      L’usage ordinaire donc fut d’utiliser le terme en question uniquement pour désigner la vraie Église du Christ.
       
      Selon le Concile de Trente donc les sectes acatholiques ne jouissent pas du droit au du titre d’« église » (même avec une minuscule). Il est évident également que théologiquement parlant le terme Église ne s’applique qu’à l’Église catholique, car il n’y a qu’une seule Église. Les sectes schismatiques sont tout au plus de fausses églises, c’est-à-dire qu’elles ont l’apparence de la seule et unique Église. Une analogie pourrait d’ailleurs être fait avec l’expression faux pape désignant un être humain ayant seulement l’apparence d’un Pape et qui en réalité ne l’est pas du tout.
       
      Néanmoins, cela n’a pas empêché plusieurs auteurs catholiques ainsi que Léon XIII et Pie XII d’utiliser d’une manière accidentelle le terme « église » pour désigner quelques sectes. Mais visiblement, ils n’utilisent pas le terme en son sens propre et n’attribuent aucunement à quelques sectes un quelconque droit au titre d’« Église » ou « église » tel qu’on le conçoit pour la sainte Église catholique.
       
      Il est évident maintenant que le fait d’utiliser le terme « église » [sans majuscule : note du CatholicaPedia Blog] de la même manière que tous ces auteurs (y compris Léon XIII et Pie XII) l’ont fait pour désigner quelques sectes acatholiques n’est pas une négation d’un article du Credo, voire une hérésie… car autrement, il faudra mettre une hérésie de plus sur le compte de Mgr Lefebvre et ce dès 1976.

       

  25. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus.
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus. lien permanent
    octobre 31, 2014

    Javeline lien permanent octobre 28, 2014

    « Le vrai zèle est doux et prudent. Malgré son grand désir de faire aimer Dieu, il sait se contenir, et jamais il ne brusque rien. Son langage est toujours modéré, ses démarches toujours réfléchies ;la douceur et la prudence président toujours à ses actes et lui ouvre la porte des cœurs. Sont-ce là les caractères de votre zèle ? »
    Méditations du père Hamon, livre trois,20 ème mardi après la pentecôte.
     

     
    Saperlipopette !!! vous en voulez du doux, en voilà !
     

     
    Le même en tenue bourgeoise,
     

     
    Saint Irénée de Lyon :

    « Cette parole : Que de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, et VOUS N’AVEZ PAS VOULU (St Mt.-23, 37) illustrait bien l’antique loi de la liberté de l’homme. Car Dieu l’a fait libre, possédant, dès le commencement, sa propre faculté de décision, tout comme sa propre âme pour user du conseil de Dieu volontairement et sans être contraint par celui-ci. »

    Pour ne plus exciter la querelle et faire taire la disputatio,
    faisons Salomon, coupons la poire en deux.

    Nous, nous déplorons les causes et vous les conséquences.

    Rétrospectivement, nous déplorons tristement le cœur serré (c’est-à-dire se répandre en pleurs) que l’Offense insigne à Dieu est dans la désobéissance à Son adorable volonté qui n’a pas été faite sur la Terre comme au Ciel, en ce qui regarde Sa Demande expresse à Fatima (je vous laisse imaginer le futurible SI par extraordinaire déjà dès Pie XI, le Ciel avait été sans aucune réserve promptement obéi…(la subversion moderniste d’origine talmudo-maçonnique même infiltrée jusqu’au Saint Siège de Pierre n’aurait — sans aucun doute malgré toutes ses manœuvres sournoises et malignes intrigues putatives outrageantes — pas pu par la violence des intrus supplanter les schémas orthodoxes et triomphé d’un Vatican II vraiment catholique) plutôt que, après l’abandon du Mexique à la Loge, Pie XI si mal inspiré ait été un bien mauvais stratège en sa qualité de premier Chef d’État sur Terre, auquel les autres incités emboîtèrent ensuite le pas, à donner à tort l’aval de son magistère moral universel à la reconnaissance explicite de l’autorité politique issue de la révolution communiste en Russie, de sorte que le ralliement à la Russie communiste à l’imitation de Léon XIII à la première de toutes les révolutions sataniques dite « française », considéra malheureusement par un « impur » respect humain, INOPPORTUNE, la consécration de la Russie au Sacré Cœur Immaculé de Marie.

    À leur décharge, plaise à Dieu la Clémence de Sa Grande Miséricorde, plaide a contrario à leurs côtés la présence maléfique d’un démon Gasparri possédé par un influent  Rampolla, le reste hélas participe « in radice » au Mystère d’Iniquité de manière à ce que vous ayez toujours à  l’esprit la Vision mystique explicative de Léon XIII.

    Le cœur des hommes d’Église d’alors outre les farouches anti-infaillibilistes gallicans était sans cesse travaillé par des Montalembert, Lacordaire, Sangnier jusqu’à un Teilhard de Chardin…etc. hérétiques libéraux notoires sous le vocable générique « modernisme » dont Lamennais fut leur manifeste,
    et si Notre Seigneur permis à ce que le démon ait à sa demande PLUS de puissance durant ces cent ans sollicités, c’est que Notre Seigneur avait de bonnes raisons de concéder à cette générale épreuve ecclésiastique inédite, attendu que nombre de clercs mondains L’honorait plus du bout des lèvres que de cœur, Le servait plus rituellement intéressé qu’intérieurement en esprit et en vérité (comme la frat. de nos jours), leurs cœurs embourgeoisés d’impedimenta allant ainsi vaniteux crescendo s’éloigner de Lui graduellement dès l’année 1864 ainsi que l’indique Notre Dame à La Salette,

    à ce titre, il est à considérer symptomatiquement l’entrée emblématique d’un suppôt de Satan dans les Saints Ordres puis l’ordination sacerdotale d’un Rampolla en 1866.
    À cet effet, ce bouillon de culture clérical hérétique intra muros explique ce qui motivera plus tard l’urgence de la rédaction alarmée de « Lamentabili » et « Pascendi » de St Pie X.

    À propos de la frat. le seigneur Felley à Lourdes leur ressert du Wojtyla refroidi d’halloween : le trop fameux  « N’ayez pas peur » de vous faire déchiqueter et dévorer par le Loup blanc clownesque et leur demande cyniquement aussi de :

    « Ne pas être TERRORISÉS par ce qui se passe DANS L’ÉGLISE !!! » (sic)
     

     
    L’ÉGLISE EST À PRÉSENT TERRORISTE !!!

    Nous sommes en effet terrorisés par un clown blanc féroce !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Et le seigneur Tissier de Mallerais qui offre SON sacrifice en communion « UN AVEC » le clown blanc terroriste, se fend en la circonstance d’un sermon estampillé 100 % pur lefebvriste dans lequel il conclut :

    « nous ne pouvons mieux aider le successeur de Pierre qu’en exigeant de lui la profession intégrale de la foi catholique »

    C’est à mourir de rires… il réclame en somme de celui qu’il prétend « pape » qu’il ait la Foi qu’il juge ne pas professer !? c’est mortel !!!!!!!!!!!!!

    QUELLE TRISTESSE ALEXANDRE !!!
    QUELLE TRISTESSE FERT X3 !!!

    Non seulement, de par leur hétérodoxie lefebvriste, ils nous privent des sacrements valides mais encore font injure à l’intelligence de leurs fidèles de bonne volonté qui en mémoire nostalgique entretenue du feu fondateur ambivalent les suivent naïvement d’une obéissance inconditionnelle affectée et au pire se moquent de Notre Seigneur Jésus-Christ.

    C’est bien de ceux-là dont vous vous devez maintenant de vous attrister en premier, et non vous tourner affligés vers un  monde impie dont les âmes irréligieuses et apostates voire d’une indifférente ignorance crasse sont trompées certes, ce qui est excusable, par les diaboliques modernistes apostats autant que les hypocrites lefebvristes schismatiques, au risque d’être changés en statue de sel si d’aventure, vous regrettiez sur eux le Juste Jugement de Dieu :

    « et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés.
    Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge,
    afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés. »
    II Thessalonicenses 2 Biblia Sacra Vulgata (VULGATE)

     


     
    De mon Docteur préféré, extrait du commentaire du Psaume XXXV (L’IMPIÉTÉ) par Saint Augustin.
     

    L’impie ne veut point connaître son iniquité afin de ne point la haïr, il cherche à se dérober à Dieu, il ne prie point dans les secret ou pour demander les biens du ciel. Il ne peut espérer qu’un jugement sévère, parce qu’il se laisse entraîner dans l’abîme jusqu’à mépriser Dieu. Nos ressources pour éviter ce malheur sont dans la miséricorde divine, à laquelle nous devons demander non les biens terrestres, comme Israël, mais les biens du ciel. Sainte ivresse du ciel. Éviter l’orgueil afin d’y arriver.
     
    J’appelle toute l’attention de votre charité sur les paroles et sur les mystères de ce psaume, afin que nous puissions l’exposer rapidement, car il est clair en bien des endroits ; et quand l’obscurité nous obligera de sous étendre quelque peu, le plaisir d’apprendre nous adoucira cette longueur.
     
    « L’impie s’est en lui-même déterminé au mal ; la crainte de Dieu n’est point devant ses yeux ».
     
    Ce n’est point un seul homme que désigne ici le Prophète, mais bien cette espèce d’hommes pervers, ennemis d’eux-mêmes, parce qu’ils ne comprennent pas la sainteté de la vie, non qu’ils ne le puissent, mais parce qu’ils ne le veulent pas. Il y a une différence entre un homme qui s’efforce de comprendre et qui est empêché par l’infirmité de sa chair, comme il est dit dans L’Écriture : « Que ce corps corruptible appesantit l’âme, et que cette habitation terrestre abat l’esprit capable des plus hautes pensées » ;
     
    et un homme dont le cœur se livre une guerre funeste, afin de ne point comprendre ce qu’il comprendrait avec quelque bonne volonté, non que cela soit difficile, mais parce que sa volonté y répugne. C’est ce qui arrive quand on aime ses péchés et que l’on hait la loi de Dieu. Cette parole de Dieu est haïssable pour toi, si tu as de l’attachement pour ton iniquité. Si au contraire tu hais ton iniquité, la parole de Dieu devient aimable pour toi et repousse ton iniquité. Haïr le mal, c’est donc travailler de concert avec la parole de Dieu ; et ainsi vous serez deux, cette parole et toi, pour le détruire. Pour toi, tu ne peux rien par tes propres forces ; mais celui qui t’a envoyé cette parole te prête son secours, et te mal est surmonté. Si tu la hais, Dieu te la pardonne…

     

     

    « Je prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : je te propose la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction.
    Choisis donc la vie, pour que toi et ta postérité vous viviez,
    aimant Yahvé ton Dieu, écoutant sa voix, t’attachant à lui ; car là est ta vie, ainsi que la longue durée de ton séjour sur la terre que Yahvé a juré à tes pères,  Abraham, Isaac et Jacob, de leur donner. »

    Deut. XXX : 19-20

    Saint Irénée de Lyon :

    « Cette parole : Que de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, et vous n’avez pas voulu (Mt.; 23, 37) illustrait bien l’antique loi de la liberté de l’homme. Car Dieu l’a fait libre, possédant, dès le commencement, sa propre faculté de décision, tout comme sa propre âme pour user du conseil de Dieu volontairement et sans être contraint par celui-ci. »

    II Corinthiens XI : 13, 14,

    « Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers malhonnêtes déguisés en apôtres du Christ. Cela n’a rien d’étonnant: Satan lui-même ne se déguise-t-il pas en ange de lumière ? »

     

     
    « Quand je pense que sur la Terre, il y a tant de gens qui se font couillonner et, ça me fait de la peine pour eux !!! »
     

     
    D’après Mgr de Ségur, aveugle qui voyait aussi clair que Gilbert.

    Qui sont ceux qui prennent le chemin de l’enfer ?
     
    Ce sont d’abord les hommes qui abusent de l’autorité, dans un ordre quelconque, pour entraîner leurs subordonnés dans le mal, soit par la violence, soit par la séduction.  « Un jugement très dur » les attend. Vrais « Satans » de la terre, c’est à eux que s’adresse, en la personne de leur père, la redoutable parole de la Sainte Écriture: « Ô Lucifer, comment es-tu tombé des hauteurs du Ciel ? »
     
    Ce sont tous ceux qui abusent des dons de l’esprit pour détourner du service de DIEU les pauvres gens et pour leur arracher la foi. Ces corrupteurs publics sont les héritiers des pharisiens de l’Évangile, et ils tombent sous cet anathème du Fils de DIEU : « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux. Vous-mêmes vous n’y entrez point, et vous empêchez les autres d’y entrer. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous parcourez la terre et les mers pour faire un prosélyte et quand vous l’avez gagné, vous faites de lui un fils de l’enfer, deux fois pire que vous. » À cette catégorie appartiennent les publicistes impies, les professeurs d’athéisme et d’hérésie, et cette tourbe d’écrivains sans foi et sans conscience qui, chaque jour, mentent, calomnient, blasphèment sciemment, et dont le démon, père du mensonge, se sert pour perdre les âmes et insulter JÉSUS-CHRIST.
     
    Ce sont les orgueilleux, qui, pleins d’eux-mêmes, méprisent les autres et leur jettent impitoyablement la pierre. Hommes durs et sans cœur, ils trouveront, s’ils ne se convertissent au moment de leur mort, un Juge impitoyable, lui aussi.
    Ce sont les égoïstes, les mauvais riches, qui, noyés dans les recherches du luxe et de la sensualité, ne pensent qu’à eux-mêmes, et oublient les pauvres. Témoin le mauvais riche de l’Évangile, duquel DIEU lui-même a dit : « Il fut enseveli dans l’enfer. »
     
    Ce sont les avares, qui ne songent qu’à amasser des écus, qui oublient JÉSUS-CHRIST et l’éternité. Ce sont ces hommes d’argent qui, au moyen d’affaires plus que douteuses, au moyen d’injustices accumulées sourdement et de commerces malhonnêtes, au moyen d’achats de biens d’Église, font ou ont fait leur fortune, grande ou petite, sur des bases que réprouve la loi de DIEU. Il est écrit d’eux « qu’ils ne posséderont point le royaume des cieux. »
     
    Ce sont les voluptueux, qui vivent tranquillement, sans remords, dans leurs habitudes impudiques, qui s’abandonnent à toutes leurs passions, n’ont d’autre Dieu que leur ventre, et finissent par ne plus connaître d’autre bonheur que les jouissances animales et les grossiers plaisirs des sens.
     
    Ce sont les âmes mondaines, frivoles, qui ne pensent qu’à s’amuser, qu’à passer follement le temps, les gens honnêtes selon le monde, qui oublient la prière, le service de DIEU, les sacrements du salut. Ils n’ont aucun souci de la vie chrétienne ; ils ne pensent point à leur âme ; ils vivent en état de péché mortel, et la lampe de leur conscience est éteinte, sans qu’ils s’en inquiètent. Si le Seigneur vient à l’improviste, comme il l’a prédit, ils entendront la terrible réponse qu’il adresse, dans l’Évangile, aux vierges folles : « Je ne vous connais point. » Malheur à l’homme qui n’est point revêtu de la robe nuptiale ! Le souverain Juge ordonnera à ses Anges de saisir, au moment de la mort, « le serviteur inutile », pour le faire jeter, pieds et poings liés, dans l’abîme des ténèbres extérieures, c’est-à-dire dans l’enfer !
     
    Ceux qui vont en enfer, ce sont les consciences faussées et retorses, qui foulent aux pieds, par de mauvaises confessions et des communions sacrilèges, le Corps et le Sang du Seigneur, « mangeant ainsi et buvant leur propre condamnation », selon la terrible parole de saint Paul. Ce sont les gens qui, abusant des grâces de DIEU, trouvent moyen d’être mauvais dans les milieux les plus sanctifiants ; ce sont les cœurs haineux, qui refusent de pardonner.
     
    Ce sont enfin les sectaires de la Franc-maçonnerie et les victimes insensées des sociétés secrètes, qui se vouent, pour ainsi dire, au démon en faisant le serment de vivre et de mourir en dehors de la Sainte Église, sans sacrements, sans JÉSUS-CHRIST et, par conséquent, contre JÉSUS-CHRIST.
    Je ne dis pas que tous ces pauvres gens-là iront certainement en enfer : je dis qu’ils y vont, c’est-à-dire qu’ils en prennent le chemin. Heureusement pour eux, ils n’y sont point encore arrivés, et j’espère qu’avant la fin du voyage, ils aimeront mieux se convertir humblement que de brûler éternellement.
    Hélas ! le chemin qui conduit à l’enfer est si large, si commode ! il va toujours en descendant, et il suffit de se laisser aller. Notre Sauveur nous dit en toutes lettres : « La voie qui mène à la perdition est large, et il y en a beaucoup qui s’y engagent ! »
    Examinez-vous, lecteur mon ami ; et si, par malheur, vous avez besoin de rebrousser chemin, de grâce, n’hésitez pas, et sortez bravement de la voie de l’enfer tandis qu’il en est temps encore. 
    Mgr de Ségur – L’Enfer (1876)

     
    Je m’abstiens de tout commentaire inutile.
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      novembre 1, 2014

      Magistral !!!

      Merci Omnibus Orthodoxis !

       

Trackbacks & Pingbacks

  1. Rome ~ Menzingen : Le chat et la souris – Il était une histoire… | Le CatholicaPedia Blog

Les commentaires sont fermés.