Aller au contenu

QUESTIONS OBJECTIVES À MONSIEUR L’ABBÉ LAFITTE

2014 mars 4

 

Questions Objectives à Monsieur l’Abbé Jean-Luc Lafitte

 

À propos d’une conférence de doctrine « L’appartenance à l’Église catholique ».

abLafitte20130908_400px

La quatrième condition énoncée pour l’appartenance à l’Église catholique serait de reconnaître le pape comme Vicaire de NSJC, mais cela est insuffisant ; Boniface VIII dans Unam Sanctam déclare qu’il est nécessaire au salut d’être soumis au Vicaire du Christ, c’est-à-dire de lui obéir quand il exerce son gouvernement, qui est distinct de l’enseignement.

Donc, première question : Jean XXIII, Paul VI,, Jean-Paul I, Jean-Paul II, Benoit XVI, François Ier furent-ils, ou sont-ils les Vicaires du Christ ?

Sachant qu’ils ont : modifiés en substance les sacrements institués par NSJC et le seul véritable sacrifice source de toutes les grâces, modifiés la doctrine en adoptant des thèses condamnées auparavant par leur prédécesseurs, qu’ils tentent de modifier la constitution divine et monarchique de l’Église, qu’ils se prostituent avec les démons des fausses religions, ils ne peuvent-être que schismatiques, et donc en dehors de l’Église. Comment peuvent-ils être alors des papes véritables ?

« Car toute faute, même un péché grave, n’a pas de soi pour résultat – comme le schisme, l’hérésie, ou l’apostasie – de séparer l’homme du Corps de l’Église » Pie XII Mystici Corporis Christi.

 

L’obéissance au Souverain Pontife n’est-elle due qu’en matière de foi et de mœurs ?

Celui qui agit comme successeur de NSJC et non comme son représentant, comme son Vicaire, peut-il être considérer comme le pape légitime, alors qu’il usurpe le pouvoir de son Maître ?

Que le pape ne soit pas infaillible à chaque fois qu’il ouvre la bouche, cela est évident, et qui pourrait être assez insensé pour soutenir une telle bêtise, mais le Magistère Ordinaire ? Cela limiterait le Vicaire du Christ à être un instrument inerte, et non humain, et c’est contraire à la constatation du progrès de l’explicitation du dépôt qui demeure le même en substance mais passe de l’implicite à l’explicite.

« Le Magistère de l’Église, établi ici-bas d’après le dessein de Dieu pour garder perpétuellement intact le dépôt des vérités révélées et en assurer la connaissance aux hommes, s’exerce chaque jour par le pontife romain et les évêques en communion avec lui » Pie XI Mortalium animos.

 

Les « marques » de l’Église, appelées dans le catéchisme notes, ne comportent pas celle de « persécution », même si cela a été souvent le lot de l’Église, ce ne peut être une note intrinsèque et distinctive, cela est un ajout personnel, de qui ?

 

Les chapelles de la « Tradition »

Unité : De foi ? De charité ?

Même sacrements ? Provenance des Saintes Huiles ?

Reconnaissent le pape, (François ?) comme Vicaire de NSJC ?

Una cum ? Non una cum ?

Même gouvernement ? Lequel ?

Même obéissance aux pasteurs légitimes ?

Qui sont les pasteurs légitimes ? À quels évêques obéissent les prêtres de ces chapelles ? Ces évêques à qui obéissent-ils ?

Prières chaque jour pour la conversion de « ces Messieurs de Rome », les intrus ? Les autorités légitimes ? Les schismatiques ?

Mgr Fellay, Mgr Tissier de Mallerais, Mgr Williamson, Mgr de Galarreta, Mgr Dolan, Mgr, Sandborn, Mgr Morello, Mgr Stuyvert,…sont-ils des pasteurs légitimes de la sainte Église catholique apostolique et romaine ? Ont-ils la même foi ? Sont-ils unis par la même charité ? Sont-ils soumis à un même gouvernement ?

 

 


 

Ndlr du CaholicaPedia Blog :

Dans cette conférence de doctrine, l’abbé Lafitte prononce des paroles plus qu’ambigües :

8’08 ; 16’59 ; 18’43 ??????? Mr l’abbé Lafitte, un “una cum” caché ???

 

de 8’08 à 8’38 :

« 4-  Reconnaitre le Pape Comme Vicaire de Notre Seigneur Jésus-Christ

« L’Église Catholique n’est pas le corps mystique du Pape, mais le Corps Mystique du Christ.

« Le Pape est Vicaire du Christ, c’est à dire représentant du Fils de Dieu sur terre et successeur du premier Pape Saint Pierre. Il n’est en aucun cas successeur de Notre Seigneur Jésus-Christ, car il serait alors lui-même Dieu. »

 

de 16’37 à 17’20 :

« Les Chapelles de la Tradition Sont-Elles Catholiques ?

« Les fidèles de nos chapelles de la Tradition :

– sont baptisés ;

– croient et professent la Foi Catholique ;

– participent aux mêmes Sacrements ;

reconnaissent le Pape comme Vicaire de Notre Seigneur Jésus-Christ. (16’49)

« Nous sommes donc pleinement Catholique ; (16’59) nous prions chaque jour pour la conversion de ces messieurs de Rome, mais n’acceptons pas les changements substantiels introduits depuis 1962 dans l’Église, parce “qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes” (Actes V, 29). »

 

de 18’25 à 19’04 :

« Conclusion

« Nous n’avons jamais prétendu être l’Église Catholique mais nous voulons de tout notre cœur lui appartenir résolument, et nous considérons comme fils soumis de la Sainte Église.

(18’43) « Nous n’appartenons pas à l’église Conciliaire, ni ne sommes de l’église de Monseigneur Lefebvre, mais un rameau bien vivant de l’Église Une, Sainte, Catholique, Apostolique, Romaine et Persécutée, hors de laquelle nul ne peut être sauvé. »

 

 

48 réponses
  1. charles
    charles lien permanent
    mars 4, 2014

    BINGO !!!!! cher Ludovicus !….. Vous appuyez là où ça fait mal…
     
    J’ai écouté, HIER lundi 3 mars, sur le site « Contre la secte », cette longue digression sur l’appartenance à l’Église et, tout en ignorant l’auteur de cette causerie-conférence, je n’ai pas mis plus de 3 minutes à être rempli d’un profond malaise. La voix tout d’abord m’a parue monocorde et empreinte de je ne sais quelle formalisme bon teint mais un peu tristounet… Bon ! ça vous me direz c’est purement subjectif…je vous l’accorde…mais ça aide !!! Et puis je me suis dit voilà un bon « vieux » (?) et brave prêtre mais qui malheureusement appartient certainement à la FSSPX !!! C’est dans le style !… Et Ludovicus m’apprend que mes (mauvaises) intuitions étaient en fait tout à fait justifiées !
     
    Je suis surpris de prime abord car même si je ne connais pas personnellement M. l’Abbé Lafitte, j’en ai beaucoup entendu parler tous ces derniers mois, en bien, en moins bien et même en mal ! À présent en y pensant mieux, je suis moins surpris mais là je garde mes petites idées pour moi jusqu’à ce que le vent de l’histoire nous montre de quel côté il tourne !
     
    Le Malin se venge toujours et, concernant les prêtres, il prend des chemins de traverse que nulle conscience humaine ne peut a priori déceler…
     
    Il me parait maintenant évident que ce prêtre est à la dérive (doctrinale) même si ça reste pour des oreilles moyennement attentives de l’ordre du subliminal….
    J’en connais qui ne manqueront pas de lui retirer totalement leur confiance si tant est qu’ils ne lui aient jamais vraiment accordé !… Suivez mes regards dans notre propre camp !
     
    Ce qui caractérise notre époque, et cela fait partie du châtiment, c’est que les mots, même dans la bouche d’un prêtre, n’ont plus la même résonance que jadis, dans l’Église en ordre. C’est un peu comme si on leur avait retiré tout ou partie de leur substance. Si nos prêtres l’ignorent ils ont gravement tort ! Et devraient se méfier…
     
    Si Monsieur l’Abbé prie chaque jour pour la conversion des Messieurs de Rome, comme il dit, c’est qu’il n’a rien compris ou qu’il s’exprime fort mal et de façon ambigüe ! Un prêtre ne peut et ne doit pas  parler comme une personne privée laïque, sauf s’il parle de sa voiture ou de la météo…et encore ! Et s’il continue à mettre un É majuscule indifféremment aux deux « églises »…c’est qu’il mérite la réprobation des fidèles….
     
    Enfin j’aimerais que M. l’Abbé Lafitte m’explique ce que, pour lui, signifie l’expression « reconnaître la Pape »….
     
    Les temps sont de plus en plus mauvais !
    PRIONS POUR NOS PRÊTRES !

     

    • Wiking
      mars 4, 2014

      Enfin j’aimerais que M. l’Abbé Lafitte m’explique ce que, pour lui, signifie l’expression « reconnaître la Pape »….

      L’abbé Lafitte répondra, je l’espère, à cette question.
      Pour ma part, je l’entends ainsi : il faut faire une distinction entre la fonction papale et les personnes. Oui, les fidèles reconnaissent qu’au sommet de la hiérarchie de l’Église, il y a le pape, Vicaire du Christ et successeur de saint Pierre. Non, les fidèles ne reconnaissent pas pour « pape » tous ceux qui se sont succédé sur le trône de saint Pierre depuis la mort de Pie XII.
       
      Quant à rajouter la ‘note’ persécutée aux 4 notes habituelles, je ne suis pas fan. Il est vrai que l’Église est parfois persécutée mais ce n’est en aucun cas une des preuves de sa divinité. De nombreuses sectes chrétiennes sont aussi persécutées, particulièrement en ce moment au Proche-Orient. Mais j’imagine qu’à Écône, cette ‘note’ doit être bien appréciée car elle montre qu’on est dans le vrai : la pauvre FSSPX persécutée par l’église Conciliaire… (au fait si l’église Conciliaire est l’Église catholique, alors cela signifie que l’Église catholique est à la fois persécutée et persécutrice !!!!! Rien d’illogique car elle produit – selon Écône – la messe de saint Pie V et celle de Paul VI !!!)
       

      • Avatar
        mars 9, 2014

        L’abbé Lafitte a corrigé sa lettre doctrinale n°4 pour lever toute ambiguïté. Il avait mis pourtant un « P » à Pape, ce qui sous-entendait de vrais et légitimes papes.
        http://dame-marie.e-monsite.com/medias/files/4-l-appartenance-a-l-eglise-catholique-1.pdf
         
        Les fidèles de nos chapelles de la Tradition
        – sont baptisés ;
        – croient et professent la Foi Catholique ;
        – participent aux mêmes Sacrements ;
        – reconnaissent le Pape comme Vicaire de Notre Seigneur Jésus-Christ.
        (ce qui est le cas jusqu’à la mort de Pie XII en 1958). Voir sur ce sujet les Lettres Doctrinale 65 et 66.
         
        Il a corrigé aussi le paragraphe sur l’infaillibilité du magistère ordinaire du pape :
        Le pape est infaillible dans son Magistère Ordinaire quand il parle sur la Foi ou les mœurs, à cause de son charisme spécial, assisté qu’il est par le Saint-Esprit. Reprenant le Magistère antérieur, il peut apporter des développements qui n’avaient pas été explicités.
        Ces lettre 65 et 66 sont très claires, elles seront bientôt publiées. J’ai publié plus bas sur cette discussion sa lettre 66.
        Il n’y a donc aucun doute sur la rectitude doctrinale de l’abbé Lafitte sur ces sujets, comme certains voulaient le faire croire.
         

    • Wiking
      mars 5, 2014

      @Charles.
      La voix que l’on peut entendre dans l’enregistrement audio ci-dessus n’est pas celle de l’abbé Lafitte.

  2. Avatar
    Catholique non perplex lien permanent
    mars 4, 2014

    Notre Seigneur Jésus-Christ nous ORDONNE de professer  que Lui seul sauve et que toutes les autres religion ne sauvent pas. Or ce qui ne sauve pas tue, donc mène à l’enfer.
    Toute personne qui ne se SOUMET à pas cette volonté de Notre Seigneur Jésus-Christ, n’AIME pas notre Seigneur Jésus-Christ, car celui qui l’aime respecte ses ORDONNANCES (Un seul Dieu tu adoreras et tu aimeras parfaitement).
    Comme Bergolio professe publiquement que toutes les autres religions sauvent, alors que Notre Seigneur Jésus-Christ affirme qu’elles mènent en enfer, alors Bergolio encourage la pratique des fausses religions par conséquent encourage les âmes à se damner.
    Comme Bergolio ne fait pas la volonté de Notre Seigneur Jésus-Christ,
    alors il m’aime pas notre Seigneur Jésus-Christ.
    Et qui n’aime pas Notre Seigneur Jésus-Christ n’est pas avec  Notre Seigneur Jésus-Christ.
    Or qui n’est pas avec Notre Seigneur Jésus-Christ est contre Notre Seigneur Jésus-Christ. Donc Bergolio est contre Notre Seigneur Jésus-Christ.
     Comme il est contre Notre Seigneur Jésus-Christ alors il n’est pas Pape,
    puisque un Pape légitime doit être  avec Notre Seigneur Jésus-Christ.
     —————–
     
    Un fidèle qui essaie de comprendre l’évangile comme un enfant, à la lumière du saint Magistère de L’Église.

  3. charles
    charles lien permanent
    mars 4, 2014

    Merci « Catholique non perplex » ! Votre enchainement logique ne suscite pas la…perplexité mais la certitude !
    Wiking bien vu ! Cette « église » à la fois persécutrice et persécutée…ne peut tout simplement pas être la véritable Église Catholique ! CQFD !
    Par contre je ne serais pas aussi catégorique que vous pour distinguer aussi rapidement la fonction papale et les personnes qui ne reconnaissent pas le pape : elles seraient alors coupable d’un crime de lèse-fraternité :roll: !… les esprits s’imprègnent même s’ils ne sont pas d’accord. Sinon à quoi pourrait bien servir la dite Fraternité ??? je vous le demande ! :mrgreen: À force fréquenter des faussaires on finit par rendre sa moralité un peu élastique… :cry:
     

    • Wiking
      mars 5, 2014

      Cher Charles,
      la fameuse lettre numéro 4 de l’abbé Lafitte, intitulée « Comment appartenir à la véritable Église » a très certainement été rédigée lorsque l’abbé Lafitte était encore membre de la FSSPX. J’en veux pour preuve le début de cette lettre : 

      Que de fois les gens nous interpellent ils avec ces propos catégoriques : « Vous êtes de Monseigneur Lefebvre, alors vous n’êtes pas Catholiques, car vous êtes en dehors de
      l’Église » !
      La réponse à de tels propos est en fait fort simple : « Nous ne sommes pas de Monseigneur Lefebvre mais avec lui parce que Catholiques Romains, et fiers de l’être » !

      Imagine-t-on un prêtre sédévacantiste écrire qu’il est avec Mgr Lefebvre ??
       
      Il faudrait aujourd’hui vérifier, mais au temps où l’abbé Lafitte était avec l’abbé Guépin, bon nombre des documents qu’il mettait en ligne avaient été rédigés lorsqu’il était au sein de la FSSPX, en particulier les fameuses lettres.
      Il serait bon que l’abbé Lafitte révise ses lettres et les mette en conformité avec sa position actuelle car manifestement, en leur état, elles semblent semer la confusion.
       

      • Wiking
        mars 5, 2014

        Pour illustrer mon propos, voir la lettre numéro 32 dont le titre est « Restons d’Eglise ». http://dame-marie.e-monsite.com/medias/files/32-restons-d-eglise.pdf
         
        Voici une lettre rédigée au temps où l’abbé Lafitte était membre de la FSSPX (à lire la conclusion, on comprend que cette lettre date surement de 2001). À vrai dire, cette lettre est un petit chef d’œuvre. Tous les arguments typiques de la FSSPX y sont développés, en particulier le ni-droite ni-gauche !!!

        Notre situation est donc périlleuse, et il faut nous armer de l’esprit de foi pour tenir coûte que coûte en évitant les pièges du démon, que ce soit à droite (niant le caractère visible de l’Église – Note de Wiking : comprendre « les sédévacantistes ») ou à gauche (ralliement)

        Il est donc déconcertant de voir l’abbé Lafitte mettre en ligne de tels documents. On peut espérer que ceci n’est qu’une erreur involontaire et que l’abbé va vite remettre de l’ordre dans ses écrits.
         

  4. charles
    charles lien permanent
    mars 4, 2014

    Alors faire un don à l’Abbé Lafitte ? :oops: Chacun se décidera selon sa conscience……….! 8) :?

  5. Avatar
    mars 4, 2014

    @Charles, en effet le malin semble être dans vos propos, votre démonstration montre uniquement votre ignorance certainement due à votre orgueil démesuré. Monsieur l’abbé Lafitte est un saint homme, ne vous en déplaise.

    • charles
      charles lien permanent
      mars 4, 2014

      QUI ÊTES-VOUS Max ? :evil:  Comme c’est étrange ! :x Vous m’attaquez moi (ignorance, orgueil démesuré) mais mes amis Wiking et Catholique non perplex vont se sentir frustrés !!! Que faites-vous de la justice distributive !!!? :lol: Serait-ce parce que j’ose parler gros sous ?!!!! :mrgreen: (ôtez-moi d’un doute idiot : vous ne seriez pas « guérardien » par hasard ?!!! :P :D )
      Qu’est-ce pour vous un « saint homme » ? ???!
      Je vous souhaite une bonne nuit réparatrice !!! Dormez bien !
       

  6. Avatar
    lamesse lien permanent
    mars 5, 2014

    Que de débats sur l’Église et si peu sur la messe.
     
    Nous aspirons pourtant à participer à un sacrifice  pur et sans tâche, déversant ses grâces multiples et abondantes sur des fidèles en état de grâce. Deux conditions requises pour en tirer les bénéfices promis par NSJC et pouvoir affronter, avec les ressources nécessaires, les démons ou les tentations. C’est juste une question de vie ou de mort spirituelle, notre salut éternel est en jeu.
     
    La juste compréhension de ce qu’est la messe devrait nous conduire à rejeter fermement la formule de l’una cum, sans plus de débats ou de considérations sur l’infaillibilité. L’una cum est une tâche dans le canon, qui le souille et ne manque pas de déplaire à celui à qui il est adressé. 
     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      mars 5, 2014

      Cher Monsieur,
      Pour avoir de bonnes tartes aux pommes il faut, un bon Pommier, dans un bon pré, avec un bon paysan.
      Pour avoir la Sainte Messe, il faut des prêtres dans l’Église Sainte (Catholique) et avec les bonnes personnes.

      Aujourd’hui la Messe…

      • Wiking
        mars 6, 2014

        « Aussi en matière d’obéissance religieuse, ne faut-il pas faire attention aux qualités personnelles du Pape, ou de l’Évêque, ou du Prêtre qui nous administre les choses saintes, mais seulement à son autorité légitime, à son caractère de Pape, ou d’Évêque ou de Prêtre.
        C’est la raison pour laquelle les défauts, quelquefois même les vices d’un Prêtre (ce qui, Dieu merci, est rare), ne doivent point diminuer en nos cœurs le respect, la foi, l’amour de la Religion.
        Ces faiblesses sont le fait de l’homme et non du prêtre. Elles ne peuvent atteindre le sacerdoce divin dont il est revêtu. Le crime de Judas a-t-il souillé son ministère ?
        C’est encore la raison pour laquelle la Messe, l’absolution, etc., d’un mauvais Prêtre sont aussi valides que la Messe, que l’absolution, etc., d’un Prêtre fidèle. La consécration a lieu par les paroles de l’un comme par celles de l’autre ; les péchés sont remis par celui-ci comme par celui-là ; parce que ces actions sont le fait du Prêtre et non de l’homme, et que les péchés d’un Prêtre ne lui enlèvent pas le caractère indélébile du sacerdoce. »

        Mgr de Ségur – Réponses familières aux objections les plus répandues contre la religion, p.122, 1876.

         

        • Edouard Marie Laugier
          Edouard Marie Laugier lien permanent
          mars 10, 2014

          C’est loin d’être aussi simple que cela.

  7. Avatar
    mars 5, 2014

    M. l’abbé Lafitte est un prêtre catholique qui a quitté la FSSPX, il est non una cum et dénonce l’église conciliaire comme non catholique. Il ne reconnaît pas les anti-papes depuis Jean XXIII, et suit la liturgie depuis Pie XII.
    Il y a certes des expressions malheureuses dans cette lettre doctrinale à corriger et préciser. Je pense que M. l’abbé Lafitte a repris une ancienne lettre du temps où il était encore à la FSSPX, et n’a pas pris le temps d’apporter un certain nombre de corrections.
    Je trouve malheureux que CatolicaPedia a exposé cela au public trop rapidement sans en avertir l’intéressé auparavant, pour lui demander de s’expliquer sur les points ambigus. Cela ressemble à du règlement de compte.
     

    • Cave Ne Cadas
      mars 5, 2014

      Cher Bruno,
      Je suis heureux d’apprendre que l’abbé Lafitte est « NON una cum ». C’est une ambiguïté de moins !!!
      S’il « suit la liturgie depuis Pie XII », il est intéressant de savoir s’il est revenu à 1950 (1947)… ou s’il s’est arrêté à 1955-56.

      En 1951 une révision (facultative) de la Vigile Pascale fut promulguée. Cinq ans plus tard celle-ci fut incorporée dans une révision globale des offices de la Semaine Sainte obligatoire à partir de 1956.

      Quant à la publication de ses “lettres doctrinales” sur son nouveau site (créé mi-novembre 2013) sans corrections majeures si elles « datent » de son temps à la fsspx où il était en communicatio ‘in Divinis’ avec les hérétiques et les schismatiques de la secte conciliaire… c’est une grave erreur !!!

      • C’est pourquoi je n’ai aucun scrupule de conscience de ne plus nommer Benoît XVI au Canon de la sainte Messe, bien que je reconnaisse l’avoir fait auparavant en raison de la confusion doctrinale qui règne actuellement dans la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X.
      (Lettre “Pour l’amour de la Vérité” publiée à son arrivé chez l’abbé Guépin)

      Qu’en est-il des prêtres qui ont été ordonnés au cours d’une messe una cum, ordination reçue pour lui, des mains de Monseigneur Lefebvre le 29 juin 1979 “UNA CUM PAPA NOSTRO Ioannes Paulus II” ???

      A-t-il seulement prononcé une abjuration en bonne et due forme pour la communicatio ‘in Divinis’ avec les hérétiques et les schismatiques ? Tous ceux qui ont, ne fût-ce qu’une seule fois, mentionné Paul VI, Jean-Paul Ier, Jean-Paul II ou Benoît XVI (et maintenant François Ø) au canon ont rejoint ladite secte…

       
      Qu’en est-il des prêtres qui ont été ordonnés au cours d’une messe una cum, tels les abbés Bellemont & Guépin sans la moindre rétractation, ni abjuration, ni repentance de leur part ?
       


       

      Je trouve malheureux que CatolicaPedia a exposé cela au public trop rapidement sans en avertir l’intéressé auparavant, pour lui demander de s’expliquer sur les points ambigus. Cela ressemble à du règlement de compte.

      Moi je trouve malheureux que l’abbé Lafitte diffuse des textes, lettres doctrinales (!!!) à corriger et préciser… sans prendre le soin de le faire si nécessaire !!!
      C’est pas sérieux !!!
      Et c’est dangeureux !!! en plus…

      Enfin, pour conclure, l’article de Ludovicus est titré :

      QUESTIONS OBJECTIVES À MONSIEUR L’ABBÉ LAFITTE

      Il va de soit que Mr l’abbé Lafitte sera le bien venue pour nous apporter toutes justifications sur ces ambiguïtés…

       

      • Avatar
        mars 5, 2014

        Merci CatholicaPedia pour toutes ces précisions, qui ne sont certainement pas superflues, concernant un de « nos » prêtres, tant la confusion est grande, de nos jours, dans l’Église… J’étais moi-même resté dubitatif, à la lecture de ces lettres, parues il y quelques jours sur son site… Comment comprendre une telle désinvolture de la part d’un prêtre ? 

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        mars 5, 2014

        Moi je trouve malheureux que l’abbé Lafitte diffuse des textes, lettres doctrinales (!!!) à corriger et préciser… sans prendre le soin de le faire si nécessaire !!!


        C’est bien vrai ça 

    • Wiking
      mars 5, 2014

      Je suis d’accord avec Bruno.
      Il aurait mieux fallu avertir l’abbé Lafitte auparavant, avant de tout déballer sur la place publique.
      Néanmoins, comme d’un mal il peut toujours en sortir un bien, espérons que cela permette à l’abbé Lafitte de clarifier publiquement sa position sur les points énoncés ci-dessus.
       
      À Cave Ne Cadas : si l’abbé Lafitte reconnaît Pie XII comme dernier pape, alors il se doit de suivre les réformes liturgiques implémentées sous Pie XII.
       

      • Cave Ne Cadas
        mars 5, 2014

        Qu’est ce que c’est que cette histoire de « de tout déballer sur la place publique » !!!
         
        Vous plaisantez…
         
        L’abbé Lafitte NE PREND PAS SOIN d’être « sans tâche »…avant de « de déballer ÇA sur la place publique » !!!
         

        kenzosmileys

         

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      mars 5, 2014

      Je trouve malheureux que CatolicaPedia a exposé cela au public trop rapidement sans en avertir l’intéressé auparavant, pour lui demander de s’expliquer sur les points ambigus. Cela ressemble à du règlement de compte.

      Le problème étant que lorsqu’il est demandé à un prêtre de s’expliquer sur des points ambigus, à moins d’être dans ses petits papiers (et encore) ce n’est pas toujours évident d’obtenir quelque chose … Alors le convaincre !!

      Nous n’avons que rarement entendus des prêtres dire : la secte conciliaire n’est pas l’Église Catholique. Seuls ceux qui nous ont quitté, ainsi que l’abbé Marchiset, ont ce « réflexe ».
      Pour les autres c’est église œcuménique, mondialiste, de Vatican II dans le meilleur des cas …

      L’occasion d’un tel papier, où la H de guerre n’est pas déterrée c’est justement d’amener (prions et espérons) l’abbé Lafitte à s’exprimer publiquement, et ici même : on ne mord pas !! (à part peut être fert fert fert  :wink::wink: ) …

      Mais enfin, pourquoi ne pas dire de façon simple et claire les choses ??
      Pas besoin de faire dans les hauteurs, ni dans le tarabiscoté, pour ne pas « faire peur » et déranger… on est jamais coupable de dire la Vérité.
      Une lettre « virile » et sans détours serait l’idéal, non seulement sur le Non Una Cum, la secte conciliaire, les sacres Ontologiquement invalides, et les hérésies de la Fraternité.
      Il n’est même pas demander de casser du sucre sur Mgr Lefebvre et ses erreurs.

  8. charles
    charles lien permanent
    mars 5, 2014

    Lamesse ! Je comprends votre juste rejet de l’una cum ! Néanmoins la messe ne constitue qu’un aspect  du gigantesque problème que pose à une conscience catholique l’existence même, depuis le conciliabule de Vatican II (d’Eux), d’une contre-Église qui a éclipsé quasi-complètement l’Église Catholique. Ne le perdez pas de vue !
    Je vous souhaite un bon Carême.

  9. Avatar
    catholique lien permanent
    mars 5, 2014

    Je lis ces lignes en fin de cet article :

    « Mgr Fellay, Mgr Tissier de Mallerais, Mgr Williamson, Mgr de Galarreta, Mgr Dolan, Mgr, Sandborn, Mgr Morello, Mgr Stuyvert,…sont-ils des pasteurs légitimes de la sainte Église catholique apostolique et romaine ? Ont-ils la même foi ? Sont-ils unis par la même charité ? Sont-ils soumis à un même gouvernement ? »

    On ne comprend rien pour le coup de ce que pense l’auteur au sujet des sacres actuels :
    Y-a-t-il une différence pour lui entre les pasteurs « una cum » et non « una cum » ??? Y-a-t-il encore des évêques catholiques pour lui à l’heure actuelle ???
    Enfin, c’est mettre la confusion dans la tête des lecteurs ! et ceux-ci semblent n’y voir que du feu !
    Pauvres de nous !
     
    P. S. :
    Mgr Stuyver et non Stuyvert
     

    • Cave Ne Cadas
      mars 5, 2014

      Cher catholique,

      L’auteur (Ludovicus) n’a pas voulu, je pense, exprimer là une pensée personnelle… mais simplement une série de questions à l’abbé Lafitte suite à ses déclarations plus qu’ambiguës…

  10. Avatar
    mars 5, 2014

    Cave ne Cadas
    Vous êtes allé trop vite. M. l’abbé Lafitte répondait déjà à vos questions à la lettre 66 qui sera prochainement publié sur son site http://dame-marie.e-monsite.com/ , elle est en cours d’enregistrement audio.
    Ces premières lettres doctrinales écrites en 1984, méritaient des précisions pour enlever des ambiguïtés, que l’abbé Lafitte est prêt à corriger, ce sera fait. Il était inutile d’attaquer ainsi publiquement avant de contacter directement l’abbé Lafitte.

    Voici, la N°66 beaucoup plus récente,  elle est excellente, vous pourrez en faire une large publicité à vos correspondants :

    + Lettre n°66

    L’infaillibilité du Pape

    Parlons-en !

    État de la question

     
    On appelle « sédévacantistes » ceux qui pensent que le siège apostolique est actuelle­ment vacant. A tort ou à raison, ils sont consi­dérés dans les milieux de la tradition dite bien pensante comme les responsables de pratique­ment tous les maux.
    Ainsi par exemple, le 18 mai 2012 à Nantes, monsieur l’abbé de la Rocque, FSSPX, a osé dire dans une conférence publique : « La différence entre le sédévacantisme et la FSSPX, c’est la reconnaissance du magistère suprême de l’Église. La FSSPX reconnaît ce magistère, et n’est donc pas sédévacantiste » !
    Sommé de rétracter sa calomnie, il refusa. Voltaire n’aurait ni mieux fait, ni mieux dit : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ».
    Si l’on demandait aux fidèles de la FSSPX pourquoi les sédévacantistes refusent de recon­naître Benoît XVI comme pasteur légitime, la plupart d’entre eux seraient bien incapables de répondre à cette question.
    Pourtant Monseigneur Lefebvre reconnais­sait que ce qu’il considérait comme une ‘opi­nion théologique’ avait droit de cité dans la Tradition Catholique :
    « Il n’est pas possible que le Pape, inspiré par le Saint-Esprit et soutenu par l’Esprit­Saint, par les paroles de Notre-Seigneur Jé­sus-Christ, puisse faire une chose semblable
    (pactiser avec la franc-maçonnerie).
    Ça, je suis d’accord avec vous, ce n’est pas possible, c’est incompatible. En effet, ce n’est pas possible qu’un Pape puisse faire cela ! Donc il n ’est pas pape ! Ah, le raisonnement vaut ! » (Écône, février 1976, aux associations Saint-Pie-V).
    Puis, à Écône de nouveau, à Pâques 1986 :
    « Quelle conclusion devrons-nous tirer, peut­ être dans quelques mois, devant ces actes ré­pétés de communication à des faux cultes ? Je ne sais pas. Je me le demande. Mais il est pos­sible que nous soyons dans l ’obligation de croire que ce pape n ’est pas pape. »
    Le simple fait que la FSSPX fasse actuelle­ment des pieds et des mains pour occulter ces textes d’anthologie, pour empêcher la publica­tion de ces textes de son fondateur prouve au moins que ladite Fraternité n’a pas la conscience tranquille.
    J’en veux pour preuve que Monseigneur Fellay s’est abaissé jusqu’à traîner en justice en 2011 monsieur Bruno Saglio pour l’empê­cher de publier aux Éditions-Saint-Rémi les sermons de Monseigneur Lefebvre, publication faite pourtant avec l’accord et les encourage­ments des deux derniers frère et sœur encore vivants de ce dernier.
     
    Le problème théologique
     
    La question du sédévacantisme est d’abord et avant tout un problème d’ordre théologique, comme le laissait entrevoir Monseigneur Lefebvre.
    L’Église Catholique enseigne que le Pape est infaillible tant dans son Magistère Ordi­naire que dans son Magistère Extraordi­naire. Il n’est donc pas possible qu’un Pape puisse errer dans l’un ou l’autre magistère.
    Or les hommes qui sont sur le siège aposto­lique de saint Pierre depuis la mort du pape Pie XII en 1958 ont erré surtout dans le magistère ordinaire, en contredisant le magistère anté­rieur. Notre-Seigneur ne pouvant nous mentir, il n’est donc pas possible que ces hommes soient Papes et ils ne doivent donc pas être nommés au Canon de la Messe.
    La plupart des Prêtres de la FSSPX en­seigne que le Pape n’est infaillible que dans son magistère extraordinaire (lorsqu’il parle Ex Cathedra, la dernière fois en date étant le pape Pie XII avec la promulgation du dogme de l’Assomption de la Sainte Vierge). Ces mêmes Prêtres nient que le Pape soit infaillible dans son Magistère Ordinaire. Ils ajoutent que le Concile Vatican II, n’étant que pastoral, n’est pas infaillible.
    Ainsi pour eux, les papes depuis 1958 sont certes de mauvais papes, mais sont toujours les vicaires de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur la terre. Ils les nomment donc au Canon de la Messe tout en leur désobéissant habituellement et continuellement.
     
    L’enseignement divin
     
    Voyons avant tout l’enseignement de la Sainte Écriture.
    ·   « Vous êtes Pierre, et sur cette pierre Je bâtirai Mon Église, et les forces de l’enfer ne prévaudront point contre elle » (Mt 16, 18).
    ·   « Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment ; mais J’ai prié pour toi afin que ta foi ne défaile point » (Lc 22, 31).
    ·   « Celui qui vous écoute, M’écoute ; ce­lui qui vous méprise, Me méprise » (Lc 10,16).
    ·   « Toute puissance M’a été donnée dans le Ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, les bapti­sant au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit, en leur enseignant à pra­tiquer tout ce que Je vous ai comman­dé. Et Moi, Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la consommation des siècles » (Mt 28, 18-20).
    ·   &nbsp« Allez dans le monde entier, et prê­chez l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Mc 16, 15).
    ·   « Vous recevrez la force du Saint-Esprit qui descendra sur vous, et vous serez Mes témoins à Jérusalem, et dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu ’aux extrémités de la terre » (Act 1, 8).
     
    Notons que Notre-Seigneur Jésus-Christ donne ce privilège à saint Pierre et à ses successeurs « tous les jours, et jusqu’à la fin des temps » !
    Voyons ensuite l’enseignement du magis­tère de l’Église.
    ·   « Le Saint-Esprit n’a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu’ils fassent connaître, sous Sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu’avec Son assistance, ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c’est-à-dire le dépôt de la Foi » (Vat. I, Dz 1836).
    ·   « Le magistère de l’Église, établi ici­ bas d’après le dessein de Dieu pour garder perpétuellement intact le dépôt des vérités révélées et en assurer la connaissance aux hommes, s’exerce chaque jour par le pontife romain et les Évêques en communion avec lui » (Pie XI, Mortalium Animos).
    ·   « On doit croire de foi divine et Ca­tholique toutes les vérités qui sont contenues dans la parole de Dieu écrite ou transmise par la tradition et que l’Église, soit par un jugement so­lennel, soit par son magistère ordi­naire et universel, propose comme di­vinement révélées » (Concile Vatican I, Constitution Dogmatique sur la Foi Catholique, Dz 1792).
    ·   Le Pape parle « ‘Cathedra’ lorsque, remplissant sa charge de pasteur et de docteur de tous les Catholiques, il dé­finit, en vertu de sa suprême autorité apostolique, qu’une doctrine sur la Foi ou les mœurs doit être tenue par toute l’Église ; le Pape jouit alors par l’assistance divine à lui promise en la personne de saint Pierre, de cette in­faillibilité dont le divin Rédempteur a voulu que fût pourvue Son Église, lorsqu’elle définit la doctrine sur la Foi et les mœurs » (Concile Vatican I).
     
    Le Pape et son infaillibilité
     
    Le Pape appelé aussi le Souverain Pontife, ou encore le Pontife Romain, est le successeur de saint Pierre sur le siège de Rome, le Vicaire de Jésus-Christ sur la terre et le chef visible de l’Église.
    Il est le Vicaire de Jésus-Christ parce qu’il Le représente sur la terre et qu’il tient Sa place dans le gouvernement de l’Église. Il est le chef visible de l’Église, parce qu’il la dirige visiblement avec l’autorité même de Jésus-Christ qui en est le chef invisible.
    La dignité du Pape est la plus grande de toutes les dignités de la terre, et elle lui donne un pouvoir suprême et immédiat sur tous les pasteurs et les fidèles.
    Le Pape est infaillible dans les définitions qui regardent la foi et les mœurs à cause de la promesse de Jésus-Christ et de l’assis­tance continuelle du Saint-Esprit.
    L’infaillibilité est une préservation de toute erreur dont jouit le magistère dans son exer­cice, grâce à une assistance spéciale de Dieu. C’est donc une inerrance de fait et de droit en vertu de laquelle l’autorité enseignante dans l’Église est préservée de toute erreur par l’assistance surnaturelle qu’elle reçoit du Saint-Esprit, chaque fois que le Pape et les Évêques accomplissent ce que Jésus a com­mandé.
    Le Pape est infaillible, mais n’est pas im­peccable, car il peut commettre en privé n’importe quel péché.
     
    Quand le Pape est-il infaillible ?
     
    Le Pape, comme nous l’avons déjà dit, est infaillible tant dans son Magistère Ordi­naire que dans son Magistère Extraordi­naire.
    Le Concile Vatican I, déjà cité plus haut, est formel : sont infaillibles les vérités trans­mises par la tradition et enseignées par l’Église soit par un jugement solennel, soit par son magistère ordinaire et universel.
    La doctrine qui enseigne que le Pape est in­faillible même dans son magistère ordinaire est de la plus grande importance pour notre résis­tance catholique. L’infaillibilité du magistère ordinaire du Pape est une doctrine de foi.
    Ce n’est pas seulement pour porter des dé­crets et des définitions solennelles que le ma­gistère papal est infaillible. Il l’est aussi dans son magistère ordinaire tant personnel qu’uni­versel avec tous les Évêques unis à lui.
    On appelle Magistère Ordinaire Univer­sel le mode d’enseignement donné par le Pape et les Évêques à tout moment et dans tous les pays. Lorsque Notre-Seigneur a dit à Ses Apôtres : « Allez, enseignez toutes les na­tions », Il n’a pas limité leur pouvoir à un temps et à un endroit donnés.
    Le Pape et les Évêques doivent donc exer­cer leurs fonctions de docteurs, non pas seule­ment à de rares intervalles et dans des circons­tances solennelles, mais partout et toujours.
    Le Pape exerce son Magistère Ordinaire en répétant ce qui a toujours été enseigné dans l’Église.
    On peut donc distinguer quatre cas d’infaillibilité du pontife romain :
    ·   du Pape seul (Magistère Pontifical) :
          o   ordinaire (tous les jours)
          o   extraordinaire (définition so­lennelle, par exemple canoni­sation ou promulgation d’un nouveau dogme)
    ·   du Pape avec tous les Évêques unis à lui (Magistère Universel) :
          o   ordinaire (tous les jours)
          o   extraordinaire (concile)
     
    Application par un exemple
     
    Le Pape Pie XII, le 29 octobre 1951, dans son discours aux sages-femmes, explicite la doctrine pérenne de l’Église sur le contrôle na­turel des naissances.
    « Une prestation positive (avoir des en­fants) peut être omise si de graves motifs, in­dépendants de la bonne volonté de ceux qui y sont tenus, établissent que cette prestation est inopportune, ou bien prouvent que le requé­rant, dans le cas présent le genre humain, ne peut, en justice, la réclamer.
    « De cette prestation positive obligatoire, certains peuvent donc être dispensés, même pour longtemps, bien plus même pour toute la durée du mariage, pour des motifs sérieux, comme ceux qu’il n’est pas rare de compter dans ce qu’on appelle l’indication médicale, eugénique et médico-sociale ».
    Ce texte du magistère ordinaire est-il infaillible ? Reprenons l’enseignement du concile Vatican I cité plus haut. Le Pape doit remplir quatre conditions pour parler « Ex Ca­thedra » :
    ·   Il parle comme pasteur et docteur su­prême de l’Église (non pas comme docteur privé) ;
    ·   Il parle sur la Foi ou les mœurs (objet premier de l’infaillibilité) ;
    ·   Il a l’intention d’obliger (ce n’est pas un conseil, mais un ordre) ;
    ·   Cette doctrine s’adresse à l’Église Ca­tholique toute entière (et pas seulement aux Évêques d’un pays déterminé par exemple).
    Dans le cas du texte de Pie XII, il est évident que le Pape parle comme pasteur su­prême sur la morale avec l’intention d’obliger tous les Catholiques. Il ne s’adresse pas seule­ment aux sages-femmes mais à tous les chré­tiens dans le monde entier.
    Ce texte, bien que ne faisant pas partie du magistère extraordinaire, est néanmoins un texte Ex Cathedra qui est réellement in­faillible.
     
    Conclusion
     
    Mgr de Ségur, confident de Pie IX, dans sa brochure Le Pape est infaillible, écrit : « Le Pape est infaillible en tout cela ; mais, en dehors de cela, il n’est nullement infaillible. En d’autres termes, il est infaillible quand il parle comme Pape, mais non pas quand il parle comme homme. Et il parle comme Pape, lorsqu’il enseigne publiquement et officielle­ment des vérités qui intéressent toute l’Église, au moyen de ce qu’on appelle une Bulle, ou une Encyclique, ou quelque autre acte de ce genre. »
    Il est évident que ceux qui occupent le siège de saint Pierre depuis 1958 (ou au moins de­puis 1963) nient une bonne partie de l’ensei­gnement de l’Église Catholique, notamment dans le domaine de la liberté religieuse, de l’œcuménisme et de la collégialité. Ils nient ainsi tant le magistère extraordinaire de l’Église Catholique que son magistère ordi­naire sur plusieurs points de doctrine. Jean-Paul II ne disait-il pas explicitement : « Nous entendons nous référer à Vatican II comme à un seuil. »
    Comment les papes d’aujourd’hui peuvent­-ils renier les Papes qui ont fait l’Église Catho­lique pendant près de vingt siècles ?
    Comment est-il possible qu’un pape puisse infailliblement dire le contraire de ce que tous les Papes ont infailliblement enseigné pendant toute l’histoire de l’Église depuis Notre-Sei­gneur Jésus-Christ jusqu’à aujourd’hui ?
    Il semble bien qu’il n’y ait qu’une solution plausible : ces papes depuis 1958 ne peuvent pas être papes. Certes c’est là un mystère d’ini­quité, mais il n’est pas possible d’éviter le pro­blème en se cachant la tête dans le sable.
    La FSSPX qui reconnaît ces mêmes hommes comme des papes légitimes mais qui, dans la pratique, ne fait que leur désobéir, ne peut se sortir du dilemme et se place dans une situation intenable.
    En effet le pape Boniface VIII enseigne : « L’obéissance au Souverain Pontife est né­cessaire au salut. »
    Les personnes qui ont encore quelques grammes d’honnêteté intellectuelle sont bien obligées de reconnaître que la position dite « sédévacantiste » est une position parfaite­ment logique. Comme le disait Monseigneur Lefebvre, « le raisonnement vaut ».
    Même les personnes très opposées à la posi­tion sédévacantiste se doivent, s’ils sont hon­nêtes, de reconnaître que cette position est tout à fait possible et réaliste. Les sédévacantistes sont tout simplement des Catholiques qui ne veulent pas perdre la foi !
     
    Tout dévoué en Notre Seigneur Jésus-Christ et Sa Très Sainte Mère.
    Abbé Jean-Luc Lafitte

     

     

  11. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    mars 5, 2014

    Ces questions ont été rédigées, suite à l’audition d’une vidéo : « L’appartenance à L’Église » sur le site « Sédévacantiste ». Ce ne sont pas des attaques, ni un règlement de compte, ce sont des interrogations légitimes, que tout catholique peut se poser. Je n’ai pas même pensé qu’elles seraient mis en ligne.
    Je pense qu’il est utile en ces temps de confusion, de savoir ce qu’il en est de la position doctrinale de chaque prêtre, nous en sommes là pour notre malheur.
    Le fait de poser ses questions me semble tout à fait normal.

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      mars 5, 2014

      Cher Ludovicus,

      Il est en effet tout à fait opportun, et c’est même un devoir de se poser des questions et de leurs poser des questions :

      Cependant, de même que nous avons pu lire sous la plume de notre ami Cave Ne Cadas, que le Père Raffalli songerait (conditionnel) à l’abbé Pinaud pour lui succéder, lequel n’était aux dernières nouvelles « pas au courant », je suis au regret de vous dire, que certains prêtres, concernant même leurs positions doctrinales, ne sont « pas non plus au courant » …

      C’est un peu le businessman qui va dans son dressing choisir l’habit qui sied le mieux à sa journée et à ses relations …. Leurs positions change au grès des personnes qui le leur demande.

  12. Avatar
    lamesse lien permanent
    mars 6, 2014

    Permettez-moi de réagir à l’assertion ci-dessus de M. l’abbé « il n’est donc pas possible que ces hommes soient Papes et ils ne doivent donc pas être nommés au Canon de la Messe » et d’insister sur cette opinion que l’una cum n’est pas une question d’étiquette (pape ou pas pape) mais de respect et de crainte à l’égard de NSJC, dans la prière du canon et dans nos vies.
      
    Il s’agit d’éviter que le bon Dieu ne soit offensé ou blessé en quelque manière, au vu de ces fidèles élevant le pape au rang des « omnibus orthodoxis atquae », c’est-à-dire des personnes qui sont fidèles à la foi catholique. Bref que les catholiques expriment une prière du canon cohérente avec le spectacle offert par Rome, afin qu’ils demeurent intègres dans leur intelligence et dans leur foi. 
     
    Ces débats et ces recherches historiques, faisant du peuple de Dieu des théologiens en herbe et des prêtres des chercheurs de textes historiques soi-disant définitifs, deviennent grotesques, lorsque l’on sait que NSJC a voulu parler au troupeau de manière claire et intelligible, sollicitant son intelligence avec confiance pour qu’ils comprennent les dogmes essentiels, énoncés dans le Credo et augmentés par la sagesse du magistère autorisé.
      
    Bref, de grâce, adressons-nous de préférence aux fidèles conciliaires, qui forment la masse des futurs catholiques non una cum, et non à la minorité entêtée de la FSSPX, avec des idées et des mots simples. Exit les débats sur les notions de pape et d’infaillibilité, place à la crainte et au respect du bon Dieu, dans l’oblation pure et sans tâche de la messe et plus largement dans chacune de nos pensées et de nos gestes quotidiens.
      
    Contester la qualité de pape par des discours idôlatrant l’intelligence et la clairvoyance de ceux qui s’expriment ce n’est pas la même démarche que rejoindre les non una cum par humilité et crainte d’offenser le bon Dieu.
     
    Et ça, les gens le ressentent.
     
     
     

    • Cave Ne Cadas
      mars 6, 2014

      Cher Lamesse,
      vous êtes sur une mauvaise voie… attention au dead end (cul-de-sac !!!)

      Bref, de grâce, adressons-nous de préférence aux fidèles conciliaires, qui forment la masse des futurs catholiques non una cum, et non à la minorité entêtée de la FSSPX, avec des idées et des mots simples. Exit les débats sur les notions de pape et d’infaillibilité, place à la crainte et au respect du bon Dieu, dans l’oblation pure et sans tâche de la messe et plus largement dans chacune de nos pensées et de nos gestes quotidiens.

       
      I) – « fidèles conciliaires » est un NON SENS : les conciliaires ne sont pas FIDÈLES !!! (du latin fidelis ; De fĭdēs (« foi, confiance ») avec le suffixe –lis ; http://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?q=fidelis)
       
      II) – Vous ne convertirez jamais un conciliaire… Seule la GRÂCE DE DIEU peut le faire, et il se rapprochera de LUI-MÊME de la Messe non una cum, l’Oblation pure…
       
      III) – Le problème de la Messe n’EST PAS le problème principal !!! Depuis 50 ans, les fidèles catholiques et une partie des clercs se sont focalisé sur la Sainte Messe… et pendant ce temps là ils n’ont pas vu (et combattu) la destruction du Sacerdoce… « les notions de pape et d’infaillibilité » sont d’une importance bien plus MAJEURE que le problème de la Messe !!!
      Aujourd’hui, celui que les Conciliaires, le Monde, les UNA CUM (F$$PS, Néo-Résistance, Ralliers…) considèrent comme “Pape” est un simple laïc déguisé en pape dépourvu de toutes grâces sacerdotales…

       

  13. charles
    charles lien permanent
    mars 8, 2014

    Toute petite méditation de Carême :
    Après avoir lu (avec un zeste de tristesse) tous ces fils de discussion, dont le point de départ est comme presque toujours un prêtre, j’en viens à adresser à Dieu une supplique :
    « Mon Dieu ne nous laissez pas succomber à la tentation psycho-affective de ne pouvoir parler des propos de nos prêtres, passés ou présents, sans être automatiquement soupçonnés – même par les meilleurs – de porter atteinte à la sainteté et à la dignité du sacerdoce et d’être assimilés à ceux qui divisent et sèment un mauvais esprit… Mon Dieu, qui sondez les reins et les cœurs, ne retenez pas nos péchés qui nous accablent mais agréez notre volonté pure de défendre vos lois saintes et votre doctrine sans tache !… Et donnez à nos prêtres la vertu de force afin que ce soit eux, et
    eux seuls,  qui écartent par-dessus tout toute ambiguïté les concernant…car les temps sont mauvais. »

     
    Je ne vois comme meilleure conclusion à reprendre à mon compte que celle de l’ami Wiking :
    « Il serait bon que l’abbé Lafitte révise ses lettres et les mette en conformité avec sa position actuelle car manifestement, en leur état, elles semblent semer la confusion. »

     

    • Nordland
      mars 8, 2014

      Cher Charles, je profite de votre supplique à Dieu – que je partage entièrement – pour revenir sur un point.
      Le CatholicaPedia avait le 28 novembre et le 10 décembre 2013 publié deux articles dont les titres étaient :

      Nous avons besoin de saints prêtres ! http://wordpress.catholicapedia.net/?p=10846
      Nous n’avons besoin que de saints prêtres ! http://wordpress.catholicapedia.net/?p=11165

      Votre serviteur fut l’auteur du second… répondant ainsi à monsieur l’abbé Belmont qui d’une petite phrase perfide détruisait la réputation du Père Ventura. (Au passage, j’en profite – en ce temps de Carême – pour recommander les Conférences sur la Passion de NSJC du Père Ventura. (2 volumes soit 850 pages…)
       
      Cet article avait alors suscité une réponse de la part de l’abbé Seuillot… Article que personne (ou presque) n’a surement lu ! L’abbé, avec une charité toute sacerdotale, a classé son article dans la catégorie : La psychologie des intégroïdes
      http://www.cassicia.com/FR/La-psychologie-des-integroides-No_687.htm
       
      On n’épiloguera pas sur la réponse de l’abbé Seuillot… tellement elle est navrante et est à côté de la plaque… Monsieur l’abbé, nous avons l’outrecuidance et l’insolence de vous signaler que nous connaissons un petit peu notre catéchisme, que nous savons faire la distinction entre la sainteté et l’autorité…
       
      Oui, messieurs les abbés, nous avons besoin d’un nouveau SAINT curé d’Ars en France. Oui, nous avons véritablement besoin de SAINTS prêtres car c’est par le clergé que la France, notre patrie, pourra se relever.
       
      Citons Mgr Delassus (Vérités sociales et erreurs démocratiques, p. 175, Ed. 1909) pour étayer nos propos :

      « Faut-il désespérer ? Non. Les nations chrétiennes sont toujours guérissables si longtemps qu’elles ont, dans le clergé, les hommes chargés de par Dieu de les relever par la prédication, de les soutenir par les sacrements, de les porter toujours plus haut par l’exemple de leurs vertus : Vos estis sal terræ, vos estis lux mundi. C’est à la présence du clergé, c’est à son action que la société doit que sa chute, commencée il y a six siècles, ne l’ait point encore précipitée au fond ; c’est à lui qu’elle doit de s’être relevée par places et par moments ; c’est à lui qu’elle devra sa dernière résurrection, si les derniers temps ne sont point arrivés. »

      Par l’exemple de leurs vertus… Il ne suffit pas d’être un distributeur de sacrements, de publier un bulletin…  Il est évident que notre époque souffre d’une grave déficience de sainteté… chez les clercs comme chez les fidèles.
      Voilà pourquoi nous avons besoin de SAINTS prêtres. Premièrement, pour notre sanctification personnelle et pour celles de nos familles et de nos amis. Deuxièmement pour celle de notre patrie. Troisièmement pour tous les éléments étrangers présents dans notre patrie. Il faudra bien un jour convertir tous ces musulmans, juifs…
       
      Mon Dieu, donnez-nous un SAINT prêtre. Un prêtre qui sache enflammer nos cœurs, sache faire de nous de vrais apôtres du Christ-Roi de France, et surtout sache nous mener surement à la béatitude éternelle.

       

      • Avatar
        mars 9, 2014

        Je me suis toujours posé la question de savoir qu’elle aurait été l’attitude du saint curé d’Ars s’il avait vécu à nôtre époque.
        Je pense qu’il aurait bien évidemment gardé la soutane, continué à dire la messe st Pie V, continué ses sermons dans la même veine que ceux que nous connaissons de lui.
        Son humilité l’aurait conduit à garder une grande distance avec l’agitation de la blogosphère.
        S’il avait dû parler de ses confrères ou de sa hiérarchie, c’eût toujours été sans médisance ni calomnie, sans ironie et toujours avec le souci d’instruire plutôt que de démolir.
        Naturellement il aurait continué de prier, de jeûner et de se mortifier pour vaincre l’erreur de nôtre époque.
        Son confessionnal n’aurait pas désempli et sa chapelle eût très vite été trop petite.
        Satan aurait continué de lui dire que trois comme lui auraient suffi pour que son royaume sur la terre soit menacé.

      • gg
        mars 10, 2014

        Point de détail : à la fin de son laïus, L’Abbé Seuillot dit qu’un prêtre n’est vraiment prêtre… qu’ordonné avec toutes les autorisations… donc l’abbé Seuillot n’est pas véritablement prêtre.. puisqu’ordonné – à ma connaissance – par Monseigneur Lefebvre.. après sa suspense à Divinis….

        • Cave Ne Cadas
          mars 10, 2014

          Vous faites erreur mon cher GG, l’Abbé Seuillot…n’a jamais fait parti de la fsspx ni ordonné par Mgr Lefebvre… (vous devez confondre avec un autre prêtre !)

           

          • Wiking
            mars 10, 2014

            Ha ?
            Ce que vous dites ne semble pas correspondre avec ce que l’on peut en déduire sur le site de l’abbé Seuillot.
            On y trouve une photo de l’abbé avec Jean Madiran le jour de son ordination sacerdotale à Écône le 29 juin 1977.
            Source : http://www.cassicia.com/FR/IN-MEMORIAM-JEAN-MADIRAN-1920-2013-No_1475.htm
             

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              mars 10, 2014

              Errare humanum est, perseverare diabolicum

              Je ne persévérerai donc pas devant mon erreur manifeste… Je suis confus !!!

              kenzosmileys

               

              • gg
                mars 11, 2014

                J’ai très bien connu, personnellement l’abbé Seuillot… et aussi Madiran, dont – un temps (adolescent) – je fus le plus jeune « compagnon d’Itineraires »… mais ce que ne dit pas l’Abbé Seuillot, c’est que mgr Lefebvre finira par virer définitivement d’Écône le susdit Madiran… en ayant eu la preuve de ses deux divorces (et donc 3 « mariages ») successifs….

                • Louis-Hubert REMY
                  mars 11, 2014

                  Mgr Lefebvre n’a pas renvoyé Madiran pour cela.
                  Le premier mariage a été déclaré nul et la seconde fois il fut veuf, d’où trois mariages.
                  Voici une lettre de Mgr Lefebvre à Madiran qui permet de comprendre :
                   
                  LETTRE DE MGR LEFEBVRE À JEAN MADIRAN
                   

                  Écône, le 29 janvier 1986
                   
                  Bien cher Monsieur Madiran,
                  Dans les circonstances que l’Église traverse aujourd’hui, je rends grâces à Dieu que vous soyez présent par ITINÉRAIRES et le journal PRÉSENT.
                  Je crois sincèrement que vous êtes le seul parmi les écrivains, même dits traditionalistes, à voir clairement et à dénoncer avec une parfaite justesse l’entreprise diabolique et maçonnique qui se réalise actuellement par le Vatican et la grande majorité des évêques [1].
                  Le plan annoncé dans les Actes de la Haute Vente et publié par ordre du pape Pie IX se réalise aujourd’hui sous nos yeux. J’étais la semaine dernière à Rome, appelé par le cardinal Gagnon, qui m’a remis la lettre que je vous communique ci-joint. Un réseau très bien organisé tient en main toute l’activité de la curie, intérieure et extérieure.
                  Le pape est un instrument de cette mafia [2], qu’il a mise en place et avec laquelle il sympathise. On ne peut espérer aucune réaction de sa part, au contraire. L’annonce de la réunion des religions à Assise en octobre, décidée par lui [3], est le comble de l’imposture et de l’insulte à Notre-Seigneur.Rome n’est plus la Rome catholique. Les prophéties de Notre-Dame de la Salette et de Léon XIII dans son exorcisme [4], se réalisent. “Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé…”
                  C’est Léon XIII aussi qui avait interdit le « congrès des religions » qui devait avoir lieu à Paris en 1900 à l’occasion de l’Exposition universelle, comme il avait eu lieu à Chicago en 1893.
                  Vous verrez, dans la réponse à notre lettre, que le cardinal Ratzinger s’efforce une fois de plus de dogmatiser Vatican II. Nous avons affaire à des personnes qui n’ont aucune notion de la Vérité. Nous serons désormais de plus en plus contraints d’agir en considérant cette nouvelle Eglise conciliaire comme n’étant plus catholique.
                  Nous ne pouvons plus, sans manquer gravement à la vérité et à la charité, donner à entendre à ceux qui nous écoutent ou qui nous lisent que le pape est intouchable, qu’il est plein de désirs de revenir à la Tradition et que c’est son entourage qui est coupable, comme le font LA PENSÉE CATHOLIQUE, L’HOMME NOUVEAU et tant d’autres apparemment traditionalistes.
                  J’espère que cette assemblée des religions, en attendant le Comité des religions siégeant au Vatican, va leur ouvrir les yeux.
                   
                  † Marcel Lefebvre

                  [1] Malheureusement au moment des sacres, Jean Madiran trahira Mgr Lefebvre !

                  [2] L’organisation du jubilé 2000 et la réunion interreligieuse du Mont Sinaï démontrent que Jean-Paul Il est le cerveau et le chef de toute cette mafia.

                  [3] Sur ordre de la Franc-Maçonnerie.

                  [4] Version originale de 1903.

                   

                  • Avatar
                    mars 11, 2014

                    Décidément, les mariages déclarés nuls ont l’air d’être monnaie courante dans la Tradition, n’est ce pas …?

                    • Louis-Hubert REMY
                      mars 11, 2014

                      Moins de 300 dossiers par an en France dont moins de la moitié déclarent la nullité.
                      C’est donc très rare.

                    • gg
                      mars 12, 2014

                      700 cas de nullité déclarés en 2010 chez les conciliaires….

                    • Louis-Hubert REMY
                      mars 12, 2014

                      Pour être plus précis voici les chiffres donnés par le R.P. Barbara dans les années de l’Église en ordre, ce qui concerne LHR et Madiran.
                      Depuis Wikipédia parle de 70.000 procès par au monde dont une petite moitié déclarent la nullité.
                        

                      chiffres donnés par le R.P. Barbara

                       
                      soit en moyenne 156 procès par an, 59 déclarés nul.
                       

  14. Avatar
    Jeff Le Sédévac Déglingué lien permanent
    mars 9, 2014

    Il n’y a vraiment pas lieu de faire toutes ces histoires concernant l’abbé Jean-Luc Lafitte. Tout le monde sait qu’il a quitté la FSSPX il y a quelques années après avoir eu un apostolat très varié au sein de celle-ci. Sa seule erreur ici – certes, aux conséquences qui pourraient s’avérer très graves en cela qu’elle peut introduire la confusion dans les âmes entre l’Église, la secte lefebvriste et la secte conciliaire –, c’est de publier ces lettres doctrinales rédigées du temps où il était au sein de ladite FSSPX et de le faire sans les modifier et même sans les dater. Il faut donc lui demander ou de les retirer ou de les modifier ou, au minimum des minimums, d’avertir ses lecteurs/auditeurs qu’elles ne sont pas à jour et qu’elles sont donc partiellement polluées par les erreurs lefebvristes. THE END !
    + In Christo Rege per Mariam +

    • Edouard Marie Laugier
      Edouard Marie Laugier lien permanent
      mars 10, 2014

      Jeff le Sédévac Déglingué dixit :

      « Il n’y a vraiment pas lieu de faire toutes ces histoires »

      Puis :

      « Sa seule erreur ici – certes, aux conséquences qui pourraient s’avérer très graves en cela qu’elle peut introduire la confusion dans les âmes entre l’Église, la secte lefebvriste et la secte conciliaire »

      Conclusion, il n’y a pas de quoi faire TOUTE UNE HISTOIRE d’une affaire dont les conséquences POURRAIENT S’AVÉRER TRÈS GRAVE.

      Et ça veut être prêtre !!!!!!
       

  15. charles
    charles lien permanent
    mars 9, 2014

    Merci à Nordland de ses édifiantes paroles… Dieu en effet s’épuise, par ces temps mauvais (laissés à Satan par un juste et mystérieux décret de la Sainte Trinité) à nous démontrer que sans LUI on ne peut rien faire…….
     
    Et chère (?)  Lu7 j’admire votre pieuse candeur et serais tout prêt à la partager si ce n’était que le Curé d’Ars est né non pas dans le nôtre, mais dans un siècle de grâce…le XIXème siècle. À chaque siècle ses mérites et ses grâces…et donc ses saints ! Croyez bien que notre Père Céleste pourvoit à tout, plus ou moins secrètement, pour les siècles des siècles. Nous avons et aurons les saints que non seulement nous mériterons mais que la Sainte Volonté de Dieu voudra bien nous susciter.
     
    Gardons-nous d’explorer d’autres dimensions de « réalité fictive »  et ne laissons pas notre imagination trop « gambader » dans les quatrième ou cinquième dimensions…car elles appartiennent aux démons ! :evil: Nous risquerions alors d’y retrouver tous nos chers amis « tradidedroitdivin » !!!!! :lol:  :lol:  :lol: :wink:
     

  16. charles
    charles lien permanent
    mars 9, 2014

    Petit rectificatif Chère Lu7 car je me suis un peu mal exprimé : le Saint Curé d’Ars est né en 1786, donc au  XVIIIème siècle, mais a exercé son ministère pendant quarante et un ans …au XIXème siècle ! Il a rendu son âme à Dieu en 1859.

  17. charles
    charles lien permanent
    mars 10, 2014

    Édouard, vous appuyez parfois là où ça fait mal !!! Qui vous le reprochera à part peut-être ceux auxquels vous faites mal !??? :P Quant à moi j’apprécie votre franc-parler et votre bon sens basé sur une saine analyse de texte…. (C’est pas donné à tout le monde ! :roll: :wink: :lol::lol:)
    Continuez comme ça !

Les commentaires sont fermés.