Aller au contenu

« Papa Francisco Is a Rollin’ Stone »

2014 février 19

 

Jorge et le Rock&Roll

« Papa Jorge Was a RollinStone »

 

 

La Une du magazine Rolling Stone, le célèbre magazine américain, le 28 janvier dernier n’est peut-être pas si innocente que cela !

pope Francis, Rolling Stone cover. Crédit afp

Jorge Bergoglio a, semble-t-il, fait exécuter un groupe de heavy metal à certaines de ses «messes»

 

Cesar Scicchitano avec son groupe Heavy metal « Les pécheurs »

Le “Prêtre” argentin Cesar Scicchitano, au centre, répète avec son groupe Heavy metal « Les pécheurs » dans un studio d’enregistrement de Buenos Aires, le samedi 27 Juillet. Père Cesar, connu sous le nom « Rocker Priest » est un ami proche de pape François. (AFP)

 

Buenos Aires — Il n’est pas votre curé moyen : “Padre” César le leader du groupe Heavy metal « Les pécheurs », a un important contrat de disque et des plaisanteries qu’il déballe pour le “pape”, un copain proche.

pope Rolling Stone-“Pape” « François a le rock en lui, car le rock est tout dans la destruction des structures », plaisante Cesar Scicchitano, un “prêtre” auxiliaire dans un quartier de Buenos Aires, la ville natale du “souverain pontife”.

Connu comme le «prêtre rocker» en Argentine, Scicchitano et François sont amis depuis près de deux décennies, partageant un lien étroit le musicien assimile cette relation à un rapport de fils-père.

Scicchitano dit qu’il a récemment reçu une lettre du “pape”, qui vient juste de terminer une visite historique au Brésil, lui demandant « de continuer le rock, et de renforcer son message sur scène. »

La musique, pour le “Padre” Cesar, est une partie intégrante de la vie et de la foi.

« La foi sans musique c’est comme un film sans musique : ennuyeux », a-t-il dit, affirmant que « Jésus était un rocker, comme en témoigne la dureté fondamentale qu’il avait au fond de lui. Il lui fallait saisir cette croix et monter dessus ».

« Je suis un musicien qui se trouve être un prêtre », dit l’ecclésiastique (le laïc même pas déguisé en prêtre !!!) dont le style vestimentaire convient à son rock : il enfile une veste en cuir sur sa soutane (c’est une façon de dire…), ainsi que des baskets et des lunettes funky.

“Padre” Cesar Scicchitano avec son groupe Heavy metal « Les pécheurs »

 

Padre Cesar y su Misarock (Père Cesar et Messrock)« Donc, après avoir dit la messe, ou effectuer un baptême, je sors et joue dans les bars, faire des spectacles et aller en tournée avec mon groupe », a ajouté le presque quinquagénaire.

“Padre” Cesar effectue un baptême

“Padre” Cesar et les « Pécheurs » (ou « Pecadores » en espagnol) ont sillonné l’Argentine, à donner des concerts dans des festivals de Heavy metal — mais aussi dans les écoles et les églises.

« Nous sommes tous les métalleux », dit-il de ses potes du groupe, rappelant que même le “pape”, dans son ancien rôle (de pseudo évêque “cardinal” de Buenos Aires), a eu l’habitude de leur demander de jouer à beaucoup de ses “messes”.

Dans la vidéo ci-dessous : vous verrez le «prêtre rocker» jouer à l’intérieur d’une église, juste devant le «cœur», avec des gens sur les bancs en pâmoison que leur “prêtre” hippie les ramène aux années 70’ (1970) avec une “Standing Ovation” au final !….

 

 

…pour en savoir plus :

Source : http://www.mostholyfamilymonastery.com/truthreport/heavy-metal-band-reportedly-used-jorge-bergoglios-masses/

D’après ( The China Post )

“Padre” Cesar et les « Les pécheurs »

Il a même un site Internet : http://www.padrecesar.com.ar/index.html

 

 

Vous ne pouvez pas inventer ce Truc…

Le Rocker de Bergoglio :

Le “Prêtre” Rocker de Buenos Aires

A l’approbation de “Pape François”

 Rocker-priest

Cesar Scicchitano c’est le nom d’un “prêtre” Novus Ordo Argentin de 49 ans qui est le chanteur du groupe de Heavy-metal Los Pecadores (« Les Pécheurs« ). Bien que ce soit loin d’être un événement inhabituel dans le Novus Ordo Land, celui-ci est livré avec un élément supplémentaire : l’engagement de “Père” Cesar a la bénédiction explicite de Jorge Bergoglio, l’homme autrement connu comme « le pape François ». Et ce n’est que le début.

 

Selon un article publié par le The China Post, Scicchitano est ami avec François depuis près de vingt ans. Il dit qu’il a reçu une lettre du «Pape» en 2013 dans lequel M. Bergoglio l’encourage « à continuer le rock, et de renforcer son message sur scène. »

M. Bergoglio l’encourage « à continuer le rock, et de renforcer son message sur scène. »

Le rocker-“prêtre” est incardiné dans l’Archidiocèse Novus Ordo de Buenos Aires, le diocèse qui était dirigé par nul autre que Jorge Bergoglio lui-même avant son élection à la tête de l’église de Vatican II en Mars dernier. Il n’est donc pas surprenant, que Bergoglio et Scicchitano se connaissent plutôt bien. « François a le rock en lui », dit Scicchitano, « parce que le rock est tout dans la destruction des structures. » C’est une déclaration que l’on ne peut effectivement qu’approuver.

 

Non seulement François approuve le groupe de Scicchitano, mais il a même invité les rockers à jouer à ses “messes” quand il était “Cardinal” Bergoglio, comme l’article du China Post le révèle. Compte tenu du passé de Bergoglio comme Auteur Suprême du chaos liturgique, ceci est très crédible en effet. Les quelques liens ci-dessous vous donneront une bonne idée de ce qu’est ce « pape François » quand il s’agit de ce qui est censé être (même avec les normes Novus Ordo) la Liturgie Sacrée :

 

Dans le style typique du Novus Ordo, “Padre” Cesar parle avec désinvolture et irrévérencieusement de Notre-Seigneur Jésus-Christ, la deuxième personne de la Très Sainte Trinité, en disant : « Jésus était un rocker, comme en témoigne la dureté fondamentale qu’il avait au fond de lui. Il lui fallait saisir cette croix et monter dessus. » C’est ainsi que dans la Secte Novus Ordo un “prêtre” supposé parle du Créateur de l’Univers, le Verbe fait chair.

Apparemment Scicchitano accepte également des demandes pour la création de nouvelles chansonnettes : « J’ai aussi écrit une chanson sur les prostituées à la demande de Bergoglio parce qu’il voulait aborder la question compte tenu de son engagement à lutter contre le trafic humain », raconte-t-il. De toute évidence, cet homme a compris la nature, le but et la mission du sacerdoce catholique !

 

Assurez-vous de lire l’article complet du China Post, ainsi que celui sur le même sujet publié par Religión en Libertad, si vous comprenez l’espagnol :

Bienvenue dans la nouvelle évangélisation, tout le monde ! C’est l’église de François ! et tout comme dans la chanson de rock éponyme (de Randy Bachman, 1974, You Ain’t Seen Nothin’ Yet), vous feriez mieux d’attacher vos ceintures de sécurité, parce que … « Vous n’avez encore rien vu ! »

 

Source Novus Ordo Watch : http://www.novusordowatch.org/wire/francis-rocker-priest.htm

 

* * *

Religión en Libertad :

Le curé rockeur de Papa Francisco engagé par Sony : il lui manque une révolte en défense du mariage

Le “pasteur” de Sacratísimo Corazón de Jesús (Sacré-Cœur de Jésus) de Villa Luro (Argentine), le “Père” César Scicchitano, vient de signer avec Sony pour sortir un album. (Son 18ème !)

Un album de rock.

El Padre Cesar y los Pecadores : « Francisco »Comment un label international comme Sony parie sur un curé rockeur ? Le rock catholique est-il devenu de super ventes ? Est-ce que le “Père” Scicchitano et son groupe de rock, Les Pécheurs, sont devenus un phénomène de masses ?

Non. Le phénomène de masse en Argentine a un autre nom. Papa Francisco Et bien que Scicchitano, 49 ans et 18 disques enregistrés, passe beaucoup de temps sur scène, ce qui attire la multinationale est sa chanson « Francisco », composée en l’honneur du nouveau “pape”, qui s’intègre dans la « papamanía » que l’Argentine et le monde hispanique vivent en général.

Certes, oui, le “Père” César a deviné juste avec sa chanson « Je veux un pape latino-américain », qui est antérieure à l’élection Bergoglio.

El Padre Cesar y los Pecadores : « Yo quiero un Papa latinoamericano »

À voir ici (délirant !!!) :

 

(…)

« À un moment j’ai donné beaucoup de place pour le monde spirituel et je suis entré au séminaire. J’ai pensé que la musique était un hobby, bien que je jouais, souvent ils me payaient, et j’avais des élèves. Mais au séminaire, avec le temps, il me manquait quelque chose, et c’était la musique. Durant la dernière année, le père Delfino m’amena chez le père Segade, un prêtre musicien. Il a compris que dans ma vie il me manquait la musique. Au commencement je suis allé avec lui faire de la musique sacrée, finalement je suis revenu à ma base : le rock, le pavé, la rue, le quartier. J’ai pu réunir le monde spirituel avec celui de la musique. »

(…)

Le rock implique la rébellion

Il admet que le rock implique une rébellion, mais pour lui cela cadre avec le christianisme, parce que Christ a aussi été un rebelle.

« Quand je dis que Christ était un rocker, c’est parce qu’il a eu cette rébellion de revenir sur ce qui était fait. Ce que fait aujourd’hui Francisco, bien qu’il aime le tango, est dans l’esprit du rock, parce qu’il est en train de retourner une structure », assure-t-il.

En ce qui concerne son contrat avec Sony, il admet le rôle de son ami le “pape” : « Son premier miracle comme Pape pourrait être ceci que j’enregistre avec Sony. Lui, comme archevêque, m’avait fait des lettres pour me présenter aux compagnies, et pour qu’ils m’écoutent, mais je n’ai jamais eu la chance de pouvoir arriver jusque-là. Mais ce n’était pas comme aujourd’hui, avec tout le boom qu’implique sa personnalité ».

Le chœur de sa chanson « Francisco » est un leitmotiv du pape : « Priez pour moi », répète-il.

« Sans la prière on ne va pas n’importe où »

« Il sait que sans la prière on ne va pas n’importe où. Et lui, il passe son temps à prier pour l’humanité. Quand il a été intronisé comme Pape, la première chose qu’il a faite c’est de s’incliner devant les gens et leur a demandé de prier pour lui, cette énergie qu’il reçoit alors il peut l’avoir pour les autres. C’est un acte de très grande humilité ».

Selon l’interview de Clarín, le “prêtre” ne connait pas bien la question du mariage entre personnes de même sexe, possible en Argentine parce que le pays a récemment redéfini le mariage.

Bien que pour l’Église le mariage soit une institution naturelle, préalable à l’État (et à l’Église même), le “curé” rockeur argentin commente : « C’est un sujet civil : si la loi civile le permet, il est bien. Le Pape parle au nom d’une institution ; parfois un membre de l’Église doit dire les choses avec lesquelles il n’est pas d’accord. Il rencontre beaucoup d’hommes politiques : parfois ils doivent se dire quelles sont les règles du jeu. Et c’est une chose que d’être en désaccord et une autre que de discriminer l’autre »

La rébellion du vrai mariage

Et c’est là, qu’il faut avoir les idées très claires dans la tête et être très courageux dans le cœur pour appliquer la révolte du rock contre l’imposition du mariage redéfini ou pour défendre la famille basée sur l’union l’homme-femme qui Christ a prêché.

Il est difficile de savoir si Sony peut permettrait une telle rébellion.

Source Religioñ en Libertad.com : http://www.religionenlibertad.com/articulo.asp?idarticulo=30559

 

 

Papa Francisco Was a Rollin’ Stone

 

2 réponses
  1. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    février 19, 2014

    Pfiooou on va vibrer avec de tels bandits à Rome. Et le pire est a venir.

  2. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    février 21, 2014

    St Pierre le roc.
    François le rock !
    le premier c’est le vrai, et le second c’est un cas ( k ) !

Les commentaires sont fermés.