Aller au contenu

Marthe Robin déclarée « vénérable » de la secte Conciliaire

2014 novembre 12

 

Nous vous avions mis en garde contre les « Fausses Mystiques : Sœur Faustine… Marthe Robin… Maria Valtorta… Même Combat ! (pour l’œuvre Satanesque) »…

Parmi celles-ci, Marthe Robin dont la “sainteté” (!!!) était à l’étude dans son diocèse (conciliaire) d’origine… depuis une trentaine d’années vient de franchir la « première étape » de par la volonté insatiable des « EUX » de canoniser tout ce qui est de Vatican d’Eux…

Marthe Robin la fausse mystique...

Rendez-vous compte, comme avoué par ZENIT :

« À 31 ans, elle reçoit du Christ (!!!) la demande de créer une nouvelle œuvre, « les Foyers de Charité », qui participeront au renouvellement de l’Église dans l’esprit du futur Concile Vatican II. Ils seront fondés en 1936 avec l’aide d’un prêtre, le P. Georges Finet. »

Louis-Hubert Remy ayant été écouté le dernier (avant le blocage de la procédure pendant de nombreuses années), par la commission pour la “canonisation” de Marthe Robin, nous racontera certainement ce qu’il a vécu…

En attendant, voici l’annonce de l’événement par l’agence conciliaire ZENIT (le langage est bien sûr faussé par la secte conciliaire qui se fait passer pour l’Église catholique qu’elle l’éclipse aux yeux du Monde…) :

 

* * *

 

zenit.org

France : Marthe Robin déclarée « vénérable »
Fondatrice des Foyers de Charité

Anne Kurian

ROME, 8 novembre 2014 (Zenit.org) – Le pape François a reconnu l’« héroïcité des vertus » de 8 baptisés, en date du 7 novembre 2014. Parmi eux, une Française : Marthe Robin (1902-1981), à l’origine des Foyers de Charité.

Le pape a en effet reçu le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, en audience privée, durant laquelle il a autorisé la promulgation de huit décrets concernant cinq prêtres religieux et trois laïcs ayant vécu de façon « héroïque » les vertus humaines et chrétiennes.

Ils pourraient donc être béatifiés prochainement, si un miracle dû à leur intercession était reconnu ultérieurement.

Huit nouveaux « vénérables »

Un communiqué publié par le Saint Siège ce 8 novembre donne la liste des huit baptisés reconnus « vénérables ». Il s’agit de trois laïcs : Jeanne Mance, originaire de France, fondatrice de l’hôpital Hôtel-Dieu à Montréal au Canada (1606 -1673) ; Marthe Robin ; et un enfant italien, Silvio Dissegna (1967-1979).

Et cinq religieux : Francesco Massimiano Valdés Subercaseaux (1908-1982), capucin, Chilien ; Ildebrando Gregori, au siècle Alfredo Antonio (1894-1985), Italien, Abbé de la Congrégation Silvestrine de l’Ordre de saint Benoît, fondateur de la Congrégation des sœurs bénédictines réparatrices de la sainte face de Notre Seigneur Jésus-Christ ; Raimondo Calcagno, Italien, prêtre de la Congrégation de l’Oratoire de saint Philippe Neri (1888-1964) ; John Sullivan, (1861-1933) jésuite Irlandais ; Pelagio Saúter (1878-1967), prêtre de la Congrégation du Très Saint Rédempteur né en Allemagne et mort au Brésil.

Figure de la ré-évangélisation de la France

Marthe Robin, (13 mars 1902, Châteauneuf-de-Galaure - 6 février 1981)L’enquête diocésaine pour la cause de Marthe Robin, ouverte en 1986, avait été déposée à Rome en 1996. Après la reconnaissance de la validité de l’enquête par la Congrégation pour les causes des saints en 1998, avait alors commencé la rédaction de la Positio, résumé de 2000 pages du dossier, qui s’est achevée en 2010.

Joint par Zenit, le P. Bernard Peyrous, prêtre de la communauté de l’Emmanuel, postulateur de la cause, réagit à cette nouvelle : « J’ai été extrêmement ému par cette reconnaissance… ce sont des années de travail qui débouchent positivement. »

Le P. Peyrous y voit une bonne nouvelle pour la France : « Marthe a donné sa vie pour la France. Sa prière pour la conversion et pour la vocation de la France est un aspect inséparable de sa vie. »

« Je suis convaincu qu’elle est l’une des grandes figures de la nouvelle évangélisation de la France et en ce sens, les Foyers de Charité, qui sont l’œuvre du cœur de Marthe, sont un très bel outil pour la ré-évangélisation du monde », ajoute-t-il.

Il se réjouit aussi de la réaction « très positive » des évêques de France réunis en Assemblée plénière à Lourdes du 4 au 9 novembre : un communiqué saluant l’événement a été publié par Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques.

A présent, le travail du postulateur se poursuit en vue de la béatification : « Nous avons déjà déposé à Rome un dossier concernant un miracle. Il doit être étudié par la commission scientifique et la commission théologique », précise le P. Peyrous. S’il est reconnu comme dû à l’intercession de Marthe Robin, cela ouvrirait la porte à sa béatification.

Petite vie de Marthe Robin

Marthe-Robin-sociauxUn site animé par les Foyers de Charité publie une courte biographie de Marthe Robin :

Née en 1902 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme), un petit village situé au sud de Lyon, dans une famille de modestes agriculteurs, Marthe Robin est touchée à 16 ans par une maladie paralysante progressive. De 18 ans à sa mort en 1981, elle restera ainsi alitée dans sa chambre. Mais au cœur de sa souffrance, elle fait l’expérience de l’amour et de la bonté de Dieu, bénéficiant de grâces mystiques intenses. Le rayonnement de sa vie attire à elle plus de 100.000 visiteurs de toutes origines, dont des figures de l’Église (ainsi que Mgr Marcel Lefebvre…qui se décida de créer Écône après sa visite à M.R.) et du monde intellectuel. Elle les écoute, les conseille, les réconforte et prie pour eux.

A 31 ans, elle reçoit du Christ la demande de créer une nouvelle œuvre, « les Foyers de Charité », qui participeront au renouvellement de l’Église dans l’esprit du futur Concile Vatican II. Ils seront fondés en 1936 avec l’aide d’un prêtre, le P. Georges Finet.

Aujourd’hui, 76 Foyers de Charité répandus dans 40 pays rassemblent des célibataires, des couples et des prêtres qui vivent en communauté ; leur mission principale est la prière et l’accueil pour des retraites spirituelles. Marthe Robin a également aidé à la fondation de nombreuses communautés et mouvements dans l’Église en France.

Lire en ligne |

Marthe Robin déclarée « vénérable » par le Clown blanc de la secte Conciliaire

 

* * *

 

Pour avoir les idées claires sur Marthe Robin (fin de l’article) et sur les Foyers de Charité lire :

Forts Dans La Foi, tiré à part du n° 48
Gabriel de SEINEMONT
Que faut-il penser des Foyers de Charité ?

 

 

29 réponses
  1. Avatar
    François lien permanent
    novembre 13, 2014

    Le dernier clou dans le cercueil, comme diraient les Anglais… Il est vrai qu’après la pseudo-béatification du pseudo-Pape Montini — homosexuel, juif, franc-maçon, pro-communiste et co-démolisseur de la Sainte Messe (excusez du peu !) —, on ne pourra plus s’étonner de rien.
     

  2. charles
    charles lien permanent
    novembre 14, 2014

     
    N’oublions pas que Jean GUITTON, AMI DE PAUL VI,  entretenait des rapports très cordiaux avec Marthe ROBIN ! Au cours de ses nombreuses visites, on peut s’interroger sur la bizarrerie, voire l’hétérodoxie, de certains propos de la mystique (qui ne se « nourrissait » que de la communion eucharistique) et que nous rapporte le philosophe académicien.
     
    Premier exemple :
     
     Moi [Jean Guitton] : Permettez-moi de vous poser une question indiscrète. Je voudrais savoir ce que vous éprouvez le mardi lorsqu’on vous donne la communion, qui est votre seul aliment, votre seule boisson. Avez-vous la même impression que lorsque le feu vous traverse le cœur ?
     
    Elle [Marthe Robin] : C’est vrai. Je ne me nourris que de cela. On m’humecte la bouche, mais je ne peux pas avaler. L’hostie passe en moi, je ne sais comment. Alors elle me procure une impression qu’il m’est impossible de vous décrire. Ce n’est pas la nourriture ordinaire. C’est quelque chose de différent. C’est une vie nouvelle qui passe dans mes os. Comment dire ? Il me semble que Jésus est dans tout mon corps, qu’il est mon corps, comme si je ressuscitais. Et puis, je perds pied. Je suis alors détachée du corps, libre à l’égard du corps.
     
    Moi : Alors vous êtes en dehors de ce que nous appelons, nous autres philosophes, le temps ?
     
    Elle : Je ne connais pas les mots des philosophes. Je vous répète que je perds pied. […] Moi, je voyage en Dieu. Il me porte où Il veut.
     
    Moi : Alors Il vous porte (lui dis-je en souriant) à Rome ou à Constantinople ?
     
    Elle : Oui, à Rome et à Constantinople, mais dans Jésus, et aussi avec la Vierge – tantôt plus avec l’un, tantôt plus avec l’autre. Et je suis toujours dans le même état de souffrance. C’est l’amour qui me conduit. Je n’ai que de la douceur à me laisser conduire par ce chemin.

    Jésus est tendre, il prend pour lui ce qu’il y a de pénible, et il ne me laisse que le mérite de le suivre sans résistance. Vous savez, avec la foi en Dieu et la connaissance de son amour, on peut facilement se passer du reste, tandis que tous les avantages de la terre ne peuvent remplacer cette paix, cette tendresse. Quand on comprend l’amour de Dieu pour nous, on trouve que l’éternité ne sera pas assez longue pour remercier. C’est un océan. Notre bonheur fait partie de son bonheur. Je ne sais comment vous expliquer cela…

     
    Deuxième exemple :
     
    Moi [Jean Guitton] : Alors, Marthe, vous avez des rapports avec lui ?
     
    Elle [Marthe Robin] : Oh, pas proprement des rapports ! Je me borne à subir ses atteintes. Parfois il m’est arrivé de voir son visage. Je vous ai dit qu’il était beau ; c’est vrai. Mais on ne peut pas dire que ce visage soit clair. Il faudrait plutôt dire qu’il éblouit. Toujours il a de la rage. Mais lorsque la Vierge paraît, il ne peut rien sur elle. La Vierge est si belle, pas seulement dans son visage mais dans tout son corps. Quant à lui, il est capable de tout imiter : il imite même la Passion. Mais il ne peut pas imiter la Vierge. Il n’a aucun pouvoir sur elle. Quand la Vierge paraît, si vous voyiez cette dégringolade, vous vous mettriez à rire !
     
    Réflexion personnelle de votre serviteur :
     
    J’ai mis en italique les expressions ou expériences rapportées par Marthe qui laissent un goût étrange quant à sa manière de vivre son parcours mystique…
     
    N’oublions pas enfin que,  à en croire ce proche de Paul VI, Jean Guitton donc, les dés étaient jetés dès le début : « L’Église catholique est morte dès le premier jour du Concile Vatican II. Elle a fait place à l’Église œcuménique. Elle ne devrait plus s’appeler catholique mais œcuménique. »

     

  3. charles
    charles lien permanent
    novembre 15, 2014

    Et pour tous ceux et celles qui auraient l’idée saugrenue de vouloir rire (« jaune ») un peu avant que d’aller au lit, je leur rappellerai que « VÉNÉRABLE » (en loge) est aussi un grade maçonnique !!!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    Marthe envoie des signes que seuls les initiés sauront décrypter……http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gifVoici à titre de « témoignage » un court extrait de l’instruction donnée en loge pour l’installation d’un maçon au grade de vénérable:

    Instruction
    D : êtes-vous Vénérable M. de Loge ?
    R : je le suis.
    D : comment vous appelez-vous ?
    R : Comme aspirant Zorobabel et comme Vble Cyrus.
    D : Pourquoi répondez-vous ainsi ?
    R : Parce que c’est de Cyrus que Zorobabel reçut directement l’ordre d’aller rebâtir le temple du Seigneur.
    D : Comment avez-vous été reçu ?
    R : par le fer et par le feu.
    D : Pourquoi par le fer ?
    R : Parce que lorsqu’on m’a remis l’épée en main, j’ai juré de m’en servir, pour punir les traîtres à ma patrie, à ma religion et à mon roi, et faire exécuter de point en point dans ma loge les statuts qui m’ont été confiés par celui qui m’a constitué.
    D : pourquoi par le feu ?
    R : c’est pour faire voir que j’ai été purifié de la tête aux pieds.
     Collationné, conforme à l’original, le 20 juillet 1787.

    Document transmis par notre Très Illustre Frère Jean Van Win
     

    • charles
      charles lien permanent
      novembre 15, 2014

       

      Petite précision pour les grincheux, les sensibles et les soupçonneux : je ne suis ni franc-maçon, ni « initié » (quoique….)   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

      Je suis bien mieux que tout cela : je suis CATHOLIQUE, initiation anti-libérale et providentialiste !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      Qui dit mieux ???   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif
       

    • Cave Ne Cadas
      novembre 15, 2014

      À vrai dire, mon cher Charles, le titre de « Vénérable » n’est pas un « grade » mais une fonction…
       

      Vénérable
       
      Maître maçon élu par ses pairs pour diriger l’atelier pendant une année, reconductible ou non.
       
      En Europe Continentale, cette élection est généralement reconductible chaque année, avec le plus souvent un maximum de trois ans. Le retour obligatoire à des postes moins prestigieux est considéré comme constituant une excellente école d’humilité. Cette limite de trois ans pour un poste d’officier s’applique le plus souvent à tous les postes.
       
      Selon les obédiences, on trouve les dénominations de Vénérable Maître (loges masculines ou mixtes), de Vénérable Maîtresse (loges féminines) et de Vénérable Maître d’Œuvre (certains rites).

       
      Selon le blogue de « Franc-Maçonnerie Française », le rôle du Vénérable Maître est :
       

      Bijou de Vénérable MaîtreSi il est un office qui soit difficile, c’est bien celui-ci. Le Vénérable Maître est élu par les Maîtres de la Loge comme président de leur loge. Cela signifie que le Vénérable Maître est l’émanation du Conseil des Maîtres. En tant que premier représentant de la Loge ; il est le premier exécutant des décisions du Conseil des Maîtres. Pour simplifier nous dirions que le conseil des Maîtres est le législatif et que le Vénérable Maître est le chef de l’exécutif.

      Aussi, il serait impensable qu’un Vénérable Maître prenne une décision qui impacte la Loge sans en avertir le Conseil des Maîtres.

      Cependant, il arrive encore que des Vénérables Maîtres s’érigent en Maîtres absolus de leur Loge, générant ainsi blocages, frustrations et entrainant leur loge dans des tiraillements difficiles. Un Vénérable Maître qui prendrait une décision importante sans en avertir sa Loge ou sans consulter les Maîtres de la Loge s’expose à voir son mandat ne pas être renouvelé.

      Dans l’intérêt de la Loge, le Vénérable Maître est au service de celle-ci pendant toute la durée de son mandat. Il est la locomotive temporaire de la Loge. C’est un travail fastidieux, difficile, prenant… Mais quel plaisir que d’être au service de sa Loge !

       
      Tablier de Vénérable Maître dans le « RITE ÉCOSSAIS RECTIFIÉ » :

      Tablier de Vénérable Maître

      (http://decors-fm.com/fr/rite-ecossais-rectifie/1716-tablier-de-venerable-maitre.html)

      (http://decors-fm.com/fr/44-rite-ecossais-rectifie)

       
      Tablier de Vénérable Maître dans le « RITE FRANÇAIS TRADITIONNEL » :

      Tablier de Vénérable Maître

      (http://decors-fm.com/fr/rite-francais-traditionnel/1722-tablier-venerable-maitre.html)

       

  4. charles
    charles lien permanent
    novembre 15, 2014

     

    Je vous l’accorde bien volontiers, cher Cave Ne Cadas….

    Mais au sein d’une loge deux hiérarchies cohabitent. Celle des grades et celles des fonctions.   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
     
    Ce type de hiérarchie est initiatique. Elle inclut les grades d’avancement et les grades de perfectionnement. La progression de l’initié s’accomplit en fonction des travaux maçonniques qu’il accomplit au sein de cette communauté et du jugement que ses pairs portent sur lui…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif
     

  5. Fert Fert Fert
    Fert Fert Fert lien permanent
    novembre 15, 2014

    Qui était vraiment Marthe Robin ?

    Était-elle une faussaire dès l’origine de ses apparitions ?

    Ses apparitions étaient-elles vraies au début ?

    A-t-elle été trompée par le malin ?

    Était-ce un complot bien orchestré depuis le début par les modernistes ?

    Pensait-elle réellement servir Notre Seigneur ?

    En tous cas tous les principaux leaders du renouveau charismatiques…et monseigneur Lefebvre …sont allés la rencontrer pour lui demander son avis !

    Elle aura influencé beaucoup de monde, espérons qu’elle aura pu « influencer » Notre Seigneur pour qu’il la prenne en pitié !

    Paix à son âme.

     

    • Cave Ne Cadas
      novembre 15, 2014

      Faites pas l’Idiot ! Fert³
       
      Personne NE PEUT « influencer » Notre-Seigneur…
      Luis seul « sonde les reins et le cœurs ».
       
      « Dieu seul sonde les reins et les cœurs ». Cette phrase est utilisée habituellement pour nous rappeler combien notre jugement sur autrui doit être prudent.
       

      Moi, Yahweh, qui sonde les cœurs et qui éprouve les reins, et cela pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres.
      (Jérémie 17:10)

       

      • Fert Fert Fert
        Fert Fert Fert lien permanent
        novembre 15, 2014

        Cher Cave c’est vous « l’idiot » ! vous n’avez pas compris le sens de cette phrase !

        Quand même ! vous ne me connaissez encore pas ?

    • charles
      charles lien permanent
      novembre 15, 2014

      Cher FertX3 vous auriez dit « espérons qu’elle aura pu « influencer » la Sainte Miséricorde de  Notre Seigneur pour qu’il la prenne en pitié ! »………passe encore…mais dire que le Dieu Incarné peut se laisser influencer relève soit du gag, soit d’une méconnaissance de la langue française et de ses subtilités ou d’un profond mépris pour la Miséricorde et la Souveraine Justice de Dieu (car il serait vain de vouloir séparer ces deux notions) en ne faisant pas la distinction nécessaire…

      Mais que nous apprennent les dictionnaires ?

      Autorité et ascendant sont très proches du terme « influence ». L’ascendant  suppose une action plus éloignée et dépendant davantage d’une supériorité d’esprit ou de caractère.

      Vous avez bien lu, cher Fert ! Quelle créature pourrait prétendre jouir d’une SUPÉRIORITÉ d’esprit ou de caractère en face du DIEU VIVANT, l’Éternel créateur du Ciel et de la Terre ???

      « QUIS UT DEUS ? » (St Michel Archange)
       

      • Fert Fert Fert
        Fert Fert Fert lien permanent
        novembre 15, 2014

        Cher Charles,

        Évidemment que Dieu ne peut se laisser influencer surtout par les mensonges modernistes qui n’ont d’impact que sur ceux que cela arrange !

        Ma phrase ironique, prenait le discours de Marthe (qui influençait vers les délires modernistes ceux qu’elle rencontrait plus qu’elle ne les convertissait à la vraie foi) pour la disqualifier, avec une allusion cachée à la miséricorde infinie de Notre Seigneur daignant se laisser  (entre guillemet) « influencer », ( remplaçant par moquerie le mot « toucher » ) par Marthe et ce qu’elle aura pu faire de bon sur cette terre !

        Finalement cela se voulait être une forme d’espérance  pour le salut de son âme !

        N’avez-vous pas autre chose à faire qu’à chercher à  digresser pour étaler votre prose au sujet d’une phrase dont vous n’avez manifestement pas compris le sens ?

        Revenez  sur le fil de la discussion et donnez-nous plutôt des exemples sur Marthe Robin et ses discours ou textes hérétiques, ce serait beaucoup plus constructif !
         

        • charles
          charles lien permanent
          novembre 16, 2014

          Ah ! cher FertX3 je suis bien heureux d’apprendre de votre plume-souris que vous maniez l’ironie comme Monsieur Jourdain maniait la prose……

          Et finalement vous me voyez heureux de constater que vous ne prenez pas le verbe « influencer » au mauvais pied de la lettre !!! Mais que vous savez avec maestria retomber sur vos pieds lorsque les circonstances s’y prêtent !… Bravo Fert. Votre forme d’espérance est subtile…ce qui montre que vous n’êtes pas n’importe qui !

          Vous allez encore me dire que je digresse…mais que faire d’autre avec un aussi délicieux lecteur et interlocuteur dont l’espérance échappe aux sots donc au commun des mortels dont je me targue à ma grande honte de faire partie ? Il est vrai que le dossier « Marthe Robin » m’échappe en grande partie et que j’aurais plutôt tendance à me ranger à l’avis de Ludovicus qui voit en cette mystique plus de préternaturel que de surnaturel !

          Des esprits éclairés comme vous l’êtes mon cher Fert (ironique ? que nenni! mieux que ça : approbation simulée…) ne manqueront pas de  chercher et de trouver la clé du mystère dans les propos mêmes de la mystique…

          Vous avez dans les extraits rapportés par notre cher Cave Ne Cadas  ainsi que par votre serviteur tout ce qu’il faut pour vous permettre de douter légitimement d’un miracle venant directement du Ciel……

          Puisqu’il faut vous mettre parfois les points sur les « i », permettez-moi de soumettre à votre réflexion ces étranges extraits qui, lorsqu’on les restitue dans un contexte proprement préternaturel, prennent alors tout leur sens et lèvent le coin du voile qui cache l’ensemble terriblement séducteur car éblouissant. Or Dieu, qui est toute sainteté et miséricorde, n’éblouit jamais une âme et encore moins nos pauvres sens qui seraient bien incapables de supporter sans mourir ne serait-ce qu’un milliardième d’un rayon de la lumière divine…

          Reportez-vous, mon cher Fert, à ces extraits, méditez sous le regard de Dieu et demandez-vous pourquoi Celui qui a dit « mon corps est vraiment une nourriture » encouragerait la pratique inverse qui consiste à se passer de nourriture… (et même de toute boisson ce qui est physiologiquement mortel à brève échéance !). Même le Saint Curé d’Ars mangeait !!! Certes de vieilles pommes de terre un peu moisies (et que son esprit ascétique transmutait en plaisir suffisant) et son ordinaire n’avait  rien de gastronomique, c’est le moins que l’on puisse dire !

          Mais comme je vous sens encore un peu sceptique, je vais vous mettre sous le nez quelques paroles de Marthe-la-mystique. Écoutez bien ou plutôt lisez bien, mais pas comme on lit un livre, mais plutôt comme on déchiffre un rébus ou un code secret.  Car il n’ y a rien que le démon puisse faire aussi parfaitement pour leurrer les créatures de chair que Dieu ne permette alors qu’il y ait quelque signe, si petit soit-il, pour nous aider à démasquer l’imposteur et le duplicateur de Sa Personne Adorable…

          « je ne peux pas avaler. L’hostie passe en moi, je ne sais comment. »

          « Alors elle me procure une impression qu’il m’est impossible de vous décrire. Ce n’est pas la nourriture ordinaire. »

          « C’est quelque chose de différent. C’est une vie nouvelle qui passe dans mes os. Comment dire ? Il me semble que Jésus est dans tout mon corps, qu’il est mon corps, comme si je ressuscitais. Et puis, je perds pied. Je suis alors détachée du corps, libre à l’égard du corps. » (Nota : en occultisme on décrit cela par « voyage astral »)

          « je suis toujours dans le même état de souffrance. »

          « avec la foi en Dieu et la connaissance de son amour, on peut facilement se passer du reste »

          « Mais on ne peut pas dire que ce visage soit clair. Il faudrait plutôt dire qu’il éblouit. »

          « Quant à lui, il est capable de tout imiter : il imite même la Passion. »

          « J’ai mes vaches et mon lait. Qui m’empêche de boire ? Ne vous attachez pas à ces choses. »

          « je suis maîtresse de mon corps. Je reste chez moi. »

          « ceux qui n’admettent pas, n’admettraient pas davantage »

          Voilà mon cher Fert ! Si vous n’avez pas suffisamment d’indices, continuez à fouiller dans les archives, les ouvrages divers et variés sur la question. En ce qui me concerne cela me suffit, ce qui vous paraîtra fort prétentieux sans doute.

          Après, à chacun de se faire sa conviction personnelle au fruit d’une saine méditation et d’une prière simple, toute simple, incluant tous les exemples (et leurs miracles !) des saints depuis les premiers siècles de l’Église.

           

          • Fert Fert Fert
            Fert Fert Fert lien permanent
            novembre 17, 2014

            Cher Charles,
            Depuis que j’ai découvert  (ce n’est pas vieux) la vraie Église catholique j’ai tout rejeté en bloc ce qui n’a pas été reconnu par elle ! Avec cependant  une exception pour Padre Pio.

            Pour moi Marthe Robin  est une fausse mystique, c’est une œuvre diabolique qui s’est réalisée par elle ! Maintenant comment cela a-t-il commencé ??? Que se passait-il vraiment dans sa chambre ? de quelle manière a-t-elle pu berner tant de gens ? Était-elle de « bonne foi » mais trompée par le diable ? A-t-elle menti ? Cela aussi fait parti du mystère d’iniquité, en somme une juste récompense pour les péchés de l’homme, et quand je dis homme, j’embrasse toutes les femmes !   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

            • Cave Ne Cadas
              novembre 17, 2014

              Concernant le Padre Pio

              L’Église engage rarement son autorité sur la véracité de stigmates. Plus souvent, elle exprime une grande prudence, notamment sur les phénomènes de dévotion qui se développent autour des stigmatisés ; prudence qui peut aller jusqu’à la mise à l’écart des personnes sur lesquelles elle a autorité. Ce fut le cas de Padre Pio, « mis à distance » pendant une dizaine d’années, de 1923 à 1933.

              Authenticité ou supercherie ?

              Francesco Forgione (Padre Pio) (1887-1960), était un prêtre italien de l’ordre des Capucins.

              Un document archivé au Vatican, trouvé en 2007, par l’historien Sergio Luzzato, est accablant pour l’homme. En effet, Padre Pio, premier prêtre à avoir reçu les stigmates, aurait commandé en 1919 « dans le plus grand secret », 4 grammes d’acide carbolique, selon le témoignage d’une pharmacienne !

              Il y a correspondance des dates entre la constatation des premiers stigmates et la commande de la substance corrosive.

              Y aurait-il donc eu manipulation de l’opinion ?
               
              Cette pharmacienne qui prétendrait que les moines avaient fait une commande d’acide pour nettoyer les seringues dont ils se servaient. Information démentie par les moines… (bien sûr) mais rien n’est sûr.
               
              L’Église n’a pas tranché…
              La secte l’a « canonisé…
               

              • Avatar
                novembre 17, 2014

                Dans un livre écrit par Ennemond Boniface, nous apprenons que Pie XII, qui vénérait Padre Pio, l’avait nommé administrateur à vie de sa fondation « maison du soulagement de la souffrance » et l’avait relevé de ses vœux de pauvreté pour qu’il pût en assumer jusqu’à sa mort sa pleine propriété.

                Des dons d’argent et de biens immobiliers, estimés à plusieurs millions de dollars étaient gérés par Padre Pio.

                La curie capucine voulut s’accaparer des biens de Padre Pio, contre son gré, pour renflouer ses caisses suite au krach de la banque Giuffrè qui avait mis à mal ses investissements douteux.

                Padre Pio fut mis à l’écart et au quasi secret par sa congrégation par ce qu’il ne voulait pas se départir de ce que Pie XII lui avait octroyé.

                Il serait intéressant d’enquêter sur cette pharmacienne  pour savoir si elle n’avait pas des motifs de nuire à Padre Pio.

              • Ludovicus
                Ludovicus lien permanent
                novembre 17, 2014

                L’Église étant d’une grande prudence soyons le aussi. L’acide carbolique n’explique sans doute pas la disparition des stigmates et la conservation  du corps intact. Les fruits de Padre Pio, sont quand même là, Don Villa…… ;

                Comme pour M.R. en l’absence de preuve de sa prise de nourriture ou de sa non-prise de nourriture, il est difficile de se prononcer, légèrement, hâtivement sur ce type de phénomènes. Voir le bureau de la constatations des miracles à Lourdes.

  6. Avatar
    novembre 15, 2014

    Pfff…

    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif Continuez à troubler chez les catholiques …(ou œcuménique si vous préférez !!!)

    Depuis je lis votre blog rien que des mauvaises nouvelles… c’est toujours nul votre blog !   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

     

     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      novembre 15, 2014

      Hé oui ! David…
       
      Chez les Œcuméniques, je préfère… pour la secte Conciliaire…
       

    • charles
      charles lien permanent
      novembre 15, 2014

      Cher David…quelle est la synagogue la plus proche de chez vous ? Car enfin lire notre blogue c’est BIEN ! le critiquer et laisser libre cours à son venin, à son opposition c’est également BIEN (en général on ne se laisse pas faire et nous savons nous défendre…) !

      Mais venir ici pour refuser de comprendre notre démarche et n’y voir que des « mauvaises nouvelles »…c’est MAL et surtout c’est BÊTE !!!! (et NUL ?!)

      Allez ! Vous avez mieux à faire, cher David, quelle que soit votre religion……
       

      • Avatar
        novembre 15, 2014

        Il est oùùùùù votre blogue : Vous ne parlez pas de Mgr Brincard ?
        Mgr Brincard, Requiescat in pace

        • Cave Ne Cadas
          novembre 15, 2014

          David !
          « Il est oùùùùù votre blogue » (?)
           
          …Il EST Catholique Semper idem notre Blogue !!!
          C’est à dire INTÉGRALEMENT Catholique notre Blogue !!!
          Semper idem : Latin, literally « always the same » (littéralement [Catholique] « toujours le même »)
           
          Ne me parlez donc pas d’un « monseigneur » pour ce Brigand de Brincard (paix à son âme !) qui parut en simple laïc déguisé en clerc (faux prêtre et faux évêque) devant le Juste Tribunal de Dieu…ce jeudi 14 novembre 2014 après Jésus-Christ.
           
          Allez voir son Pedigree sur http://www.catholic-hierarchy.org/bishop/bbrincard.html et vous verrez qu’il est totalement invalide :
          — « Ordination sacerdotale » le 23 août 1975 = nouveau rite Pontificalis Romani (totalement invalide) …Lisez et étudiez : http://rore-sanctifica.org/
          — « Consécration épiscopale » le 2 octobre 1988 par Mgr Pierre Plateau (« Consécration épiscopale » le 22 avril 1979… etc. etc. etc.) = nouveau rite Pontificalis Romani (totalement invalide)
           


           
          Votre « référence » à « Riposte catholique » n’est guère mieux !!!
           
          Ce pseudo-site-Catho est tenu par le rallié Ecclesia Dei Daniel Hamiche… Autant dire qu’il est de même sensibilité que vous…
           
          Comme disait Charles tout à l’heure (voir plus haut) retournez à « la synagogue la plus proche de chez vous »… qui est bien « Riposte catholique » ou « Le Forum Catholique »…
           

          • Avatar
            novembre 16, 2014

            « Ne me parlez donc pas d’un « monseigneur » pour ce Brigand de Brincard (paix à son âme !) »

             

            Eh bien nous sommes des brigands, le Pape François est Brigand, La secte conciliaire (vous citez souvent) sont comme des Brigands…

            Et vous vous ne croyez pas du tout, ni le Pape François, Ni le Vénérable Marthe Robin etc. la liste est longue… Vous êtes comme les Juifs rejettent l’idée chrétienne faisant de Jésus le Messie.

  7. Avatar
    Martial lien permanent
    novembre 15, 2014

    Notre ami Charles écrit :

    « J’ai mis en italique les expressions ou expériences rapportées par Marthe qui laissent un goût étrange quant à sa manière de vivre son parcours mystique… »

    Je partage la même impression que lui :

    Ce genre de personnalités soulève un  grave problème,  objectif et extérieur, qui  concerne le rapport entre :

    — l’adhésion de foi au Dépôt de la Foi, d’un côté,

    — et de l’autre, l’expérience subjective de cette adhésion.

     

    Marthe Robin vit, objectivement et extérieurement,  — quel que soit son for interne, sans doute de la plus totale sincérité —  « son parcours mystique » selon le mode du mysticisme naturel. Le mysticisme naturel, abstraction faite de son assise théorique quelle qu’elle soit,  est fondé implicitement sur le mélange du merveilleux, de l’imaginaire, de l’auto-suggestion, avec une orientation de l’esprit vers un certain absolu.

    Et il est clair qu’aux yeux de la secte Conciliaire, que ces mystiques amalgamant  grosso modo l’émotion, et la tension vers cet « absolu » (et même s’il s’agit de Dieu pour ceux qui sont chrétiens) fournissent une occasion inespérée de faire cautionner, témoigner, démontrer même,  au moyen de la personnalité  marginale et séductrice de chacun, l’idée fausse  qu’il existerait un chemin mystique commun à toutes les doctrines et religions.

     

    Au contraire de cette grave tromperie, la prière catholique, la Mystique Catholique, ne peut pas mélanger,  fondamentalement, et ordinairement, l’oraison due au Vrai Dieu et le mysticisme naturel. La direction spirituelle est  d’ailleurs instituée pour aider à lutter contre cette confusion.

    Pour l’Église, Le mysticisme naturel

    (« Alors elle me procure une impression qu’il m’est impossible de vous décrire » dit Marthe Robin lorsqu’elle communie)

    consiste en un ensemble d’émotions, de pratiques, de visions imaginaires, d’expérience qui semble donner accès à Dieu, selon le mode du merveilleux  mais qui, en réalité, constituent autant d’obstacles à la sanctification !  Au mieux,  ces manifestations,   — qui peuvent aussi être excusées par une fragilité psychique  —  forment des arrêts ou des reculs  temporaires, ou des occasions d’approfondir, lorsqu’elles sont relativisées, négligées, dépassées,  le Don de Soi, que nous devons accomplir toujours sans limite d’aucune sorte, et donc notamment affective.

    Contrairement au témoignage de Marthe Robin et de ses semblables,  leur expérience, si l’on se place sous le rapport extérieur, et de l’exemple qu’ils sont censés nous donner, consiste moins en une défaillance conjoncturelle,

    qu’en une déficience de nature, dans le parcours intérieur que chaque baptisé doit pour faire son salut.  Et certainement, en raison de la faute de leurs directeurs spirituels, elle a constitué un endurcissement dans une erreur spirituelle fondamentale.

     

    La prière catholique doit surmonter ces Capitole de l’ « oraison miraculeuse » et Roche Tarpéienne du mysticisme convulsionnaire narcissique.

    Pour la comprendre, dans son essence exclusive du mysticisme naturel,  on peut consulter  les enseignements donnés même sur des sites Internet inattendus… Je ne rendrai jamais assez grâce au Seigneur de m’avoir fait aimer,  alors que j’étais tout jeune, l’Imitation, et d’en avoir  fait ma lectio divina, de telle sorte (outre le St Curé d’Ars) que j’avais été façonné de manière à profiter quelques années après, de l’enseignement théorique et pratique de la théologie mystique (dans un langage thomiste) !
     

    • Fert Fert Fert
      Fert Fert Fert lien permanent
      novembre 15, 2014

      Martial,

      Alors en définitive que pensez-vous de Marthe Robin ?

      Comment en est-elle arrivée là ?

      De quelle nature sont ses révélations et expériences mystiques selon vous ?

      Comment a-t-elle pu ne survivre que par la sainte communion, puis en ne mangeant que le pain conciliaire à partie du remplacement de la sainte messe par le nouveau rite moderno/conciliaire ?

      A-t-elle été selon vous trompée toute sa vie, elle et ses « guides » spirituels ?

      Il me semble, mais là je fais appel aux spécialistes de Marthe Robin, qu’elle aurait dit, à l’article de la mort, quand on la trouvée agonisant à terre à côté de son lit, que c’était le diable qui l’aurait précipité à terre pour la tuer ! à vérifier.

       

      • Avatar
        Martial lien permanent
        novembre 16, 2014

        Cher Fert.

         

        Je vous avouerai que, fondamentalement,  M.R. ne m’intéresse pas ; et pour cette  simple raison que dans le meilleur des cas pour elle, elle donne l’exemple objectif à tous d’une inversion naturaliste, je  le répète, de la vie d’oraison, vie intérieure ordinaire à laquelle nous sommes tous tenus.

         

        Pour répondre précisément à vos questions, il faut au préalable procéder à une rigoureuse enquête historique, médicale, scientifique…à charge et à décharge : indices, expertises, témoignages, contre-témoignages, recoupements… S’il y a supercherie, tout s’écroule. Si la supercherie n’est que partielle, son état de santé constitue une circonstance atténuante. S’il n’y en a pas, il y aurait simulation diabolique greffée sur l’inversion qui consiste à ériger le « miracle » permanent qu’aurait été la vie de M.R., en une espèce de canonisation anticipée,  en lieu et place, en réalité, de sa  – supposée – union à Dieu.

         

        En effet tout parait se passer comme si c’était ce phénomène hors du commun qu’aurait été sa vie qui confèrerait une autorité  à « ses révélations et expériences mystiques » que vous évoquez, cher Fert. Et une autorité qui court-circuiterait  quasiment l’autorité de l’Enseignement de l’Église, l’Eucharistie et la Pénitence, les sacrements, et l’ascèse de l’oraison, pour posséder la vie sanctifiante !

         

        Alors que c’est le contraire qui est la vérité. C’est une vie  d’oraison, d’ascèse, qui est susceptible de donner lieu,  à titre de confirmations et d’illustrations postérieures, à des « faveurs extraordinaires » toujours extrêmement fugitives, anecdotiques. Certes leur don souverainement gratuit de la part du Bon Dieu, et non pas sollicité par des mortifications indues,  comble de la joie de la certitude et de la sérénité, celui qui prie.

        C’est la vie de prière qui se traduit par une fécondité d’actes de bonté, puisée dans l’Écriture Sainte et les maîtres spirituels catholiques antécédents, qui est exceptionnellement ponctuée (cf. « la grâce de Noël » de Ste Thérèse de Lisieux) et couronnée le cas échéant, par ces quelques manifestations si réconfortantes, mais parfois aussi si séduisantes, pour notre faiblesse humaine.

        Et la preuve de ceci est administrée par le fait que, si vous examinez les fruits « des révélations et expériences mystiques » de M.R.,  vous obtenez la banalité assez insipide de ses pensées de ses émotions spirituelles, qui ne méritent pas plus de publicité que nos pensées et expériences spirituelles respectives à tout un chacun. Vous constatez aussi le douteux apostolat du chanoine Finet, où l’amour pour Dieu est transféré sur « les autres » (cf. la responsabilité des directeurs spirituels), et enfin sa récupération par la secte Conciliaire.

         

        En résumé, pour moi M.R. et ses semblables sont à fuir,  et c’est seulement l’amour du Bon Dieu qui nous oblige à en parler afin de rétablir la vérité. Espérons, dans ce malheur des temps de l’Église éclipsée, que la secte cesse bientôt d’instrumentaliser Sainte Thérèse de Lisieux à ses sinistres fins idéologiques.

         

  8. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    novembre 16, 2014

    Le mysticisme authentique qui est l’aboutissement normal de vie chrétienne, de la vie d’oraison, de la vie théologale, ne peut être en aucun cas en contradiction avec  la théologie, même dans ses aspects les plus surprenants.

    Martial, nous parle de mysticisme naturel, qui relève fondamentalement de l’imagination et donc du sensible, qui peut aller jusqu’au pathologisme, mais cela est insuffisant pour expliquer le phénomène de Marthe Robin, une hystérique ne  pourrait pas se nourrir des années uniquement de la sainte eucharistie, d’où il reste à conclure que nous ne pouvons être que face à  une mystique préternaturelle, démoniaque, conforté par les fruits qui en son sortis et par l’accès au Panthéon conciliaire.

    La vraie mystique se nourrit de la foi et non du merveilleux. La difficulté est que pour la faiblesse de l’intellect humain, même surélevé par la lumière de la foi, Dieu reste totalement incompréhensible, d’où les « nuits », cependant ces « nuits » ne doivent pas être peuplé pour se rassurer de tous les délires possibles et imaginables.

    Il suffit de comparer la simplicité et la clarté des propos de Notre-Dame, dans ses apparitions, des propos de Notre Seigneur dans l’Évangile, pour comparer avec ceux de celui qui essaye de l’imiter.

    L’analyse de Gabriel de Seinemont sur les retraites et les extraits que nous donnent Charles des propos rapportés par Jean Guitton sont assez clairs, mais cela mériterait une étude un peu plus approfondie avec plus d’éléments pour confirmer ce premier jugement.
     

    • Cave Ne Cadas
      novembre 16, 2014

      Ludovicus,
      En disant : « une hystérique ne pourrait pas se nourrir des années uniquement de la sainte eucharistie », vous semblez accréditer le fait que M.R. serait effectivement restée 50 ans « sans boire ni manger, sauf une hostie par semaine » (selon le docteur Assailly, neuropsychiatre [favorable à M.R.]) ou selon d’autres « en ne prenant que de l’eau et une hostie par semaine »
       


       
      Mais qui a prouvé les faits ?
       

      Selon le philosophe Jean Guitton [favorable à M.R.], la possibilité avait été offerte à Marthe Robin de faire étudier son inédie (*) dans une clinique pendant des mois pour que « la preuve de son jeûne soit faite ». Ce à quoi elle aurait répondu « Croyez-vous que cela convaincrait les gens ? ceux qui n’admettent pas, n’admettraient pas davantage ». Ce qui fait qu’il n’existe aucune preuve clinique de cette inédie de Marthe Robin. Guitton déplore qu’à « notre époque, la prudence conseille de supposer que ce phénomène s’explique par la puissance de la suggestion, par l’hystérie, par la maladie mentale et non par une cause noble et transcendante ».
       
      Concernant les manifestations mystiques, et en particulier l’inédie, les sceptiques penchent généralement plutôt pour une supercherie et, dans le domaine scientifique, bien que nombre de médecins de son époque aient écarté cette hypothèse pour Marthe Robin beaucoup d’autres se rangent au diagnostic « d’hystérie » (tel que Gonzague Mottet, pour qui, parlant de Marthe Robin, « l’avalanche de troubles qui n’ont en commun que leur appartenance à la classique sémiologie des manifestations hystériques est assez caricaturale pour nous permettre de porter le diagnostic de conversion hystérique. » (…) Jean-Martin Charcot, qui explique toutes « les manifestations extraordinaires » : l’inédie, les guérisons miraculeuses, les possessions diaboliques, la lévitation, les apparitions, par le diagnostic d’hystérie…
       
      D’après une enquête du professeur de philosophie François de Muizon, on a retrouvé dans la chambre de Marthe Robin des chaussons « un peu usagés » ainsi qu’une cuvette contenant du melæna, ces éléments lui donnant à penser qu’elle pouvait bouger plus que ce qu’on rapporte généralement. D’après François de Muizon, personne n’a jusqu’à présent su expliquer sa survie en dépit de son inédie. L’auteur déplore aussi qu’aucune autopsie n’ait été réalisée.
      (Marthe Robin — Wikipédia)

       


       
      Concernant ce docteur Assailly, neuropsychiatre, qui a eu la possibilité d’examiner le corps et l’esprit de Marthe Robin :
       

      Vous dites dans votre livre que vous avez pu examiner Marthe une fois. Quelle valeur médicale accorder à cet unique examen fait à la lueur d’une torche ?
       
      Cet examen est venu confirmer celui pratiqué par mon confrère le docteur Ricard qui, avant moi, a examiné Marthe pendant cinq heures. Je n’avais plus aucun doute sur la véracité de la conclusion de son examen. Certains regretteront que j’ai renoncé à mon projet de mettre Marthe en clinique pendant un mois comme je l’avais envisagé, mais je me porte garant du sérieux et de l’authenticité des phénomènes vécus par Marthe. Un exemple, je peux affirmer, car je l’ai scientifiquement vérifié (!!!…pendant 50 ans), que Marthe n’a ni bu ni mangé, sauf une hostie par semaine, pendant 50 ans, et j’explique dans mon livre comment cela se passait.

      (Source : http://www.bmehafms.fr/Marthe-Robin-Un-psychiatre-temoigne.html)
       
      La démarche du docteur Assailly n’a strictement rien de scientifique… Elle est basée sur l’honnêteté de Marthe Robin. Ce qui n’est pas une preuve scientifique. Il aurait fallu isoler cette dame dans une chambre d’hôpital et la surveiller 24 sur 24… Et elle serait morte au bout d’une semaine maximum, totalement déshydratée…
       


       
      Portrait de Marthe Robin – Jean Guitton (Grasset, 10 nov. 1999 – 248 pages)
      Extrait, pages 13-14.

      Ce débat inévitable est toujours sous-entendu dans ce livre. Je veux marquer les difficultés de la négation. Marthe a reçu des milliers de visiteurs en trente ans et qui étaient souvent des esprits défiants : il y avait des gens de loi, des psychiatres, des ecclésiastiques formés à suspecter les mystiques et volontiers incrédules en matière de merveille. Tous ont cherché à expliquer le phénomène par quelque supercherie. Je me demandai comme eux : qui donc la ravitaille clandestinement ? J’observai, comme un détective, les regards, les démarches, les rares paroles des « mères tranquilles » qui vivaient dans sa maison. La fraude n’était pas seulement improbable, mais impossible. Supposer que Marthe ait pu abuser d’enquêteurs si différents est plus improbable que l’absence de nourriture.
       
      Il m’est arrivé de l’interroger sur ce sujet. Ses réponses étaient doucement ironiques. « Que je ne mange pas n’a pas d’intérêt. Après tout je suis dans ma maison. J’ai mes vaches et mon lait. Qui m’empêche de boire ? Ne vous attachez pas à ces choses. » Elle les avait elle-même surmontées, dépassées. « Mais pourquoi, Marthe, avez-vous refusé d’être transportée dans une clinique, où on vous aurait pendant des mois observée sans interruption, afin que la preuve de votre jeûne soit faite ? — Je suis chez moi, répondait-elle. Et croyez-vous que cela convaincrait les gens ? Ceux qui n’admettent pas, n’admettraient pas davantage. Et je suis maîtresse de mon corps. Je reste chez moi. Je mourrai là où j’ai vécu. »
       
      Dans l’examen du « phénomène Marthe » (comme dans celui du Saint Suaire) j’ai trouvé des incroyants favorables et des théologiens sceptiques. Les premiers sont des esprits avides de nouveauté ; Marthe est une sorte de linceul vivant et la NASA aurait pu l’explorer. Et, d’autre part, plusieurs théologiens m’ont exprimé leurs réserves : « Votre livre ne sera pas conforme à l’esprit de Vatican II. Le Concile a restreint le domaine du merveilleux. Il a remplacé la crainte servile de l’enfer par l’amour miséricordieux. Il a fait évanouir la croix dans la Résurrection. » À quoi j’ai répondu que ce concile (auquel j’ai assisté) n’a jamais évacué les textes de l’Évangile, où le « feu éternel » est désigné, où Satan intervient, où le Jugement s’annonce, où l’idée d’une substitution rédemptrice de l’innocent au pécheur pour racheter le peuple, demeure le fond du drame.

      (Jean Guitton)
       


      [*] L’inédie (parfois appelé respirianisme ou pranisme) est le fait pour une personne de vivre sans se nourrir en puisant son énergie dans le milieu ambiant, cela sur de longues périodes pouvant concerner une partie non négligeable de sa vie. Ces pratiques sont généralement concomitantes d’un contexte religieux, voire mystique ou sectaire. La possibilité de l’inédie est contraire aux connaissances de la physiologie humaine, les rares cas cliniquement suivis sont entachés de biais observationnels et de soupçons de charlatanisme.
       

  9. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    novembre 16, 2014

    Cher Cave ne Cadas, il faut un minimum de bienveillance, je n’accrédite rien du tout, je ne connais pas suffisamment le dossier, il faut comprendre seulement ce qui est écrit et non faire des rajouts imaginatifs et soupçonneux. Si vous lisez la suite, mon interprétation personnelle est, qu’il s’agit d’une mystique préternaturelle, donc diabolique. Je réagissais aux propos de Martial, parlant de mystique naturelle qui me semblaient inadaptés.

    Sans doute le témoignage de LHR devrait nous éclairer.

Trackbacks & Pingbacks

  1. MARTA ROBIN DECLARADA VENERABLE POR FRANCISCO | AMOR DE LA VERDAD

Les commentaires sont fermés.