Aller au contenu

Les méthodes fascistes de la F$$PX

2013 avril 18
tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
par Cave Ne Cadas

Dans la “chasse aux sorcières” des prêtres réfractaires, Mgr Fellay à la tête de sa “petite église” agit en toute illégalité, de manière non catholique, autoritaire et sans plus de nuances dans le cadre des “procès canoniques” intentés par Menzingen contre les abbés RIOULT, PINAUD et SALENAVE.

Après la saisie du disque dur du prieuré de Nancy par deux prêtres, dans le cadre des procès canoniques intentés par les pirates de Menzingen… les correspondants du prieuré de Nancy doivent savoir que leur(s) message(s) sont entre les mains d’une tierce personne qui viole l’intimité des correspondances entre des prêtres et leurs fidèles…

Ainsi donc, sur sur l’aspect moral de l’affaire… Selon le Précis de théologie morale et catholique par le R. P. Héribert Jone, Docteur en droit canon, Ed. Salavator Mulhouse, 1935 :

« Il y a péché à lire le courrier qui ne nous est pas destiné. En général, chercher à connaître un secret par des moyens illicites n’est jamais permis. Mais il est permis, quand on a des motifs suffisants, d’employer des moyens honnêtes pour tâcher de découvrir un secret. On n’a pas le droit d’essayer de connaître une découverte ou un fait qui est encore secret, par des moyens injustes comme le cambriolage, l’espionnage, l’ouverture des lettres, etc. Mais on peut recourir à l’étude. Les parents ou les supérieurs ont le droit d’employer des moyens permis pour se tenir au courant des manquements de leurs enfants ou de leurs subordonnés, afin de les corriger ou de préserver les autres d’un dommage. »

« Le secret des lettres en particulier :
Il y a violation du secret des lettres quand on ouvre et lit des lettres d’autrui ou bien quand on lit des lettres déjà ouvertes mais tenues secrètes. (…)
L’ouverture des lettres ou la lecture des lettres ouvertes est permise – avec l’autorisation de celui qui l’a écrite ou reçue – pour préserver d’un dommage grave l’État, le prochain ou soi-même. »

Le site de LaSapinière vient de publier un article qui nous éclaire sur les méthodes fascistes de la F$$PX :

 

La Sapinière – LaSapiniere.info

Nouvelles du front :
« Contre mauvaise fortune, bon cœur »


le 16 avril 2013

Nouvelles des trois confrères sanctionnés suite à la lettre à Mgr Fellay du 28 février. Nous remercions les fidèles pour les informations et les lettres mises à notre disposition.

 

Abbé Olivier Rioult

« […] Il existe toujours une grande confusion au sujet de mon statut. Le Décret Pénal du 7 mars m’obligeait sous peine de renvoi de me rendre dans les 48 heures à Wil en Suisse, d’arrêter tout ministère, toute diffusion d’articles, etc… Toutes choses que j’ai refusées dès le 8 mars. Menzingen, via Suresnes, fit d’ailleurs savoir à mon prieur que je devais quitter le prieuré. Je me croyais donc exclu. Or le 16 mars, je recevais une monition canonique me signifiant que je n’étais pas encore exclu mais qu’il fallait me rendre au plus vite à Wil pour le procès canonique. Le Décret Pénal était-il sans valeur canonique ? Si oui, pourquoi m’avoir demandé de quitter le prieuré ? Si non, pourquoi m’avoir menacé d’une sanction qui n’en est pas une ? […]

« L’abbé Thouvenot, dans sa circulaire a annoncé à tous les membres qu’« une entreprise de subversion » venait « d’être mise à jour au sein de la Fraternité ». Il a raison mais elle est l’œuvre des adeptes du GREC et elle a été mise à jour par le Père Lelong et par le rédacteur en chef du blog Osservatore Vaticano, Vini Ganimara. Ce dernier a expliqué comment Monseigneur Fellay a su adopter progressivement un langage mesuré et diplomatique falsifiant même des documents pour s’adapter à « l’opinion publique de la FSSPX » opposée à sa politique. […] User de son autorité pour dire qu’une chose est, alors qu’elle n’est pas, c’est faire un usage tyrannique de son autorité. […]

« Mon ministère est certes réduit pour l’instant, mais l’essentiel est sauf. Mgr Lefebvre ne nous disait-il pas qu’offrir la Messe est 95 % de notre ministère ? Les prêtres de l’Antiquité dans les mines de sel ou ceux de la modernité au Goulag n’avait pas toujours cette redoutable grâce. Je ne suis donc pas à plaindre. Le temps libre dont je dispose me permet d’entreprendre un travail depuis longtemps en attente : la synthèse de tous les écrits de saint Augustin sur la grâce : c’est merveilleux ! À cela s’ajoute les commentaires de saint Thomas sur saint Paul, la vie de sainte Gemma Galgani, une stigmatisée, les Modérés d’Abel Bonnard, le Traité de l’Église par Billot…

« […] pensez à prévenir aussi M. […] que le 4 mars au soir, soit quatre jours après la diffusion de la lettre du 28 février, mon compte charles.corday-at-yahoo.fr a été piraté, mon code changé, mon identité usurpée, mes correspondants abusés et ma confidentialité violée. Je ne pensais pas que mon adresse électronique, choisie in illo tempore en l’honneur de Charlotte, aurait été à ce point symbolique. […] Vu les moyens techniques sophistiqués et policiers que cela demande, j’ai tout d’abord soupçonné Ben Laden, ce fameux agent de la CIA. Mais étant mort depuis 2002, il a fallu se résoudre à l’innocenter. J’ai alors pensé à l’autre face de la CIA : le Mossad. Mais ce n’est pas parce qu’on a du sang sur les mains que l’on peut être accusé de tous les délits du monde. Laissons la justice faire son travail car j’ai effectivement porté plainte pour usurpation d’identité sur Internet, sur le fondement d’un article du code pénal pour atteinte à la vie privée. Les choses avancent bien, mais je préfère rester discret pour l’instant. Tous les forfaits des hackers ont laissé des traces qui ont été dûment certifiés par constat d’huissier. Ce qui a été écrit, restera écrit. Les adresses IP des pirates ont révélé la localisation de leur repère. Elles concernent principalement, mais pas seulement, Bruxelles en Belgique et Zug en Suisse. Cette affaire de brigandage est aussi une des raisons pour lesquelles il m’est toujours impossible d’obéir au Décret Pénal. Comment d’une part obéir à l’ordre du Supérieur Général qui me demande, sous peine d’exclusion, de résider à Wil pour y être privée de mes mouvements et de l’accès à Internet en vue d’un procès canonique et d’autre part organiser la défense de mes droits civils bafoués par ces mystérieux pirates du Net ? Quand mon procès civil aura fait le jour sur cette étrange affaire, j’envisagerai volontiers le procès canonique. Je pense que la Maison Générale le comprendra aisément car son intention ne peut pas être de me mettre au secret afin de laisser les coupables courir en liberté. […]


« J’ai reçu beaucoup de soutien de familles et de confrères qui voient très clairement le libéralisme pratique et théorique faire des progrès effrayants dans nos milieux. Certains confrères n’osent plus mettre en garde contre l’erreur qu’elle soit doctrinale, morale, vestimentaire L’immodestie dans le sanctuaire, un véritable scandale public, en est symptomatique ; elle n’est plus réprimée dans beaucoup de chapelle et d’écoles. Certains confrères sont devenus des chiens muets. […] Je vais rester quelques mois chez […] et là je pourrai faire mon petit tour de France. Après avoir pris un peu de recul je me déciderai. […]. »

 

Abbé Matthieu Salenave

M. l’abbé Salenave ne comprend absolument pas pourquoi on veut lui faire un procès. Bien que Français, il est prêtre du district de Belgique. Il n’est donc pas concerné par la lettre du 28 février partagée par des prêtres du district de France. Bien qu’au fort interne et qu’en privé il partage aussi la substance de cette lettre, il est conscient que l’on ne peut pas décemment lui faire un procès d’intention. Il a donc bon moral et a confiance dans l’issu du procès. Son avocat fait du bon travail. De plus son passé à antiModernisme.info est hors sujet.

En effet, début février, deux jours après la diffusion sur antiModernisme.info de la lettre ouverte à l’abbé Lorans, un cofondateur du GREC, le supérieur du district de Belgique, convoquait l’abbé Salenave au nom de la Maison Générale pour lui faire savoir qu’elle était au courant de son activité sur Internet. Le lendemain de cet entretien, le site ferma. En fin de semaine, l’abbé Wailliez manifesta à l’abbé Salenave la satisfaction de la Maison Générale. L’abbé Salenave interrogea son supérieur sur les sanctions qui seraient prises à son encontre. L’abbé Wailliez lui signifia qu’il ne subirait aucune sanction quoique Mgr Fellay pense qu’il ait péché gravement. Quelques jours plus tard, on lui fit comprendre qu’une lettre d’excuse serait la bienvenue, mais l’abbé Salenave expliqua que la chose serait difficile : sa conscience ne lui reprochant rien. En effet, l’abbé Salenave est un confrère discret et sans problème qui fait simplement partie de ces « prêtres qui auront un problème de conscience et s’opposeront à l’autorité » pour reprendre les mots de Mgr de Galarreta.

On en était là fin février, lorsque début mars le Décret Pénal tomba. Sauf à revenir sur la parole donnée, on ne voit pas sur quel délit la Maison Générale peut juger ce prêtre.

Les juges seront l’abbé Wuilloud, supérieur du district de Suisse – qui est venu en personne, aidé de l’abbé Grün et mandaté par le Supérieur Général, chercher le 14 mars 2013 le disque dur du prieuré de Nancy – assisté des abbés Petrucci supérieur du district d’Italie et Quilton, professeur au séminaire d’Écône. La date du procès est encore incertaine.

Dernièrement, l’abbé Petrucci a excommunié des fidèles italiens des chapelles de la Fraternité pour avoir diffusé sur le Net des textes critiques sur Mgr Fellay. Tandis que l’abbé Wuilloud a invité, le 13 décembre 2012, Mgr Huonder (1) à introniser et couronner une Vierge dans son district. Devant toute l’école de Wang réunie, l’évêque de Coire adressa un petit mot. Mais le 15 mars 2013, cet évêque conciliaire conservateur retirait à l’abbé Reto Nay sa mission canonique. Son évêque (catholique ?) reprochait à ce prêtre d’avoir dénoncé publiquement les évêques d’Allemagne et de Suisse qui autorisaient la pilule du lendemain dans les services hospitaliers. Cela nous rappelle l’intervention de Monseigneur Fellay expliquant à l’abbé Ceriani que « pour sauver le principe d’autorité », on ne peut pas « exiger de Rome une rétractation », cela serait « illusoire, voire dangereux, d’exiger du pouvoir pontifical une sorte de désaveu » car « Rome ne perd jamais la face ». De même un évêque ne peut pas perdre la face devant un simple prêtre. Il y a donc au moins un accord de vue pratique, quoique non doctrinal, entre Mgr Huonder et Mgr Fellay.

Quoiqu’il en soit, l’abbé Salenave ne compte récuser aucun de ses juges, car le dossier étant vide, il ne voit pas comment le procès pourrait éviter de reconnaître que le communiqué de M. l’abbé Thouvenot l’a purement et simplement mais gravement diffamé. La Maison Générale a aussi fait savoir que le procès ne serait qu’administratif, que la présence d’un avocat n’était pas nécessaire et que s’il était incompétent à leurs yeux, elle le refuserait. Affaire à suivre.

 

Abbé Nicolas Pinaud

Abbé Nicolas Pinaud

IIII IIII IIII IIII Ie jour de détention dans la forteresse de Jaidhof

Priestbruderschaft St Pius X

Jaidhof 1 A

3542 GFÖHL, NÖ

Autriche

Le 31 mars 2013, dimanche de Pâques

Le réconfort que vous m’apportez m’est très sensible et je vous en remercie bien vivement. Cette semaine sainte aura eu un goût très particulier. Comme il est facile de prêcher la croix ! Mais ce n’est pas suffisant, il faut la porter – et en la portant – peut-être que la prédication en est transformée…

Après un interminable voyage, je suis donc arrivé au lieu de ma détention : un grand château, à 50 km de Vienne. Une dizaine de personnes sympathiques, de nationalités différentes, y vivent de manière habituelle, mais je suis le seul sous statut de détenu en résidence surveillée. J’ignore d’ailleurs le degré de surveillance qui m’entoure : écoute téléphonique ? Vidéo cachée ? Mon courrier ne me semble pas ouvert. Mais après ce que je viens d’apprendre, je ne m’étonnerais de rien. […]

Privé totalement de ministère à l’exception des mourants – mais la langue locale ne me rendrait guère efficace à leur côté – j’occupe mes journées comme je le faisais depuis dix-huit mois à Couloutre, où sans être privé de ministère, je bénéficiais d’un temps libre quasi-total. Je continue donc la relecture sous Word d’articles et d’ouvrages qui pourraient être réédités. D’ici la fin de la semaine, la totalité des articles du Père Garrigou-Lagrange parus dans la Vie Spirituelle, entre 1920 et 1950, sera disponible. Quelques amis profitent de ma tranquillité pour me proposer du travail et je les en remercie. Un de mes anciens élèves vient de m’adresser pour relecture son dernier ouvrage à paraître prochainement […].

Je ne veux pas négliger l’opportunité d’étudier un peu l’allemand ! Dimanche dernier en écoutant le sermon du Père Trutt, je n’ai reconnu que über alles et à table, une fois j’ai cru entendre : mein kampf… mais n’en déduisez rien car le contexte m’a totalement échappé !

Vous ne serez pas surpris que je trouve les journées courtes. Il y a tant à faire. Et j’oubliais le courrier, mais il est utile pour l’équilibre psychique : c’est la fenêtre qui permet de s’échapper sur l’extérieur. Quelques téléphones, précieux également à l’entretien de la bonne humeur, viennent distraire agréablement mes heures de solitudes et je remercie toutes ces attentions délicates.

Inutile par contre de m’adresser du courrier électronique car je suis interdit d’Internet […] d’ailleurs depuis le viol de mon courrier privé par piratage électronique, plainte a été déposée. […]

J’attends patiemment – sans aucune information à ce jour – la tenue de ce procès qui m’a été annoncé brutalement le 7 mars dernier. J’ai été accusé de « participation à la rédaction et à la diffusion des lettres anonymes dont celle du 28 février dernier ». Je n’en n’ai pas souvenir. Mais le contenu de ces documents n’est pas sans me troubler, car j’ai été témoin, comme d’autres, de certains faits qui y sont rapportés.

Avec un peu de retard, j’ai appris le nom du successeur de Benoît XVI et les informations qui me parviennent de ses premiers actes m’inquiètent : appartiennent-ils à l’Église catholique, à l’Eglise visible, à l’Eglise conciliaire ou à rien du tout ?

Le Christ est ressuscité… mais pour vaincre la mort, tout Dieu qu’il était, il a dû connaître la mort ! Me confiant à vos prières ferventes, je vous souhaite, à tous, de joyeuses Pâques et vous assure de mes prières douloureuses.

Suivre le permalien

 

 

 


(1) Ndlr du CatholicaPedia : Encore et toujours la sempiternelle tare de la F$$PX ! Ces prêtres formés à Écône ne voulant pas étudier le grave problème de l’invalidité des nouveaux “sacrements” issus de la réforme de Pontificalis Romani de 1968, considèrent les “évêques conciliaires” (Ordinaire du lieu) comme Évêques catholique en se demandant néanmoins s’ils sont (catholique ?) !!!

L’exemple de ces trois prêtres, disant passer leur temps à la « relecture d’ouvrages » ou à des « écrits de saint Augustin » (ou autres…) est significatif !

Tare : “Défaut qui porte préjudice à un groupe, à une institution, vice inhérent à un organisme, à un système.” (cf. Trésor)

6 réponses
  1. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    avril 19, 2013

    Traître, menteur, persécuteur de ceux qui dénoncent ses dérives, Mgr Fellay se surpasse et nous concocte une Lettre aux amis et bienfaiteurs comme si de rien n’était, se cachant derrière le masque de Mgr Lefebvre comme s’il en était le digne successeur.
    Prions pour lui son cas est sérieux.

  2. Charles
    Charles lien permanent
    avril 19, 2013

    …ou le triste feuilleton infernal d’une société acerdotale qui a perdu sa boussole catholique depuis un bon moment….!
    C’est le châtiment mérité de leurs dénis, schisme et hérésies….

  3. Avatar
    Un lecteur lien permanent
    avril 19, 2013

    Bonjour Messieurs.

    J’ai du mal à comprendre pourquoi, alors que vous avez l’information, vous n’indiquez pas que ces méthodes proprement « gestapistes » sont aujourd’hui appliquées à d’autres prêtres de la FSSPX, peut-être moins en première ligne que les trois ci-dessus, mais, du coup, beaucoup plus vulnérables et démunis face à ces pratiques d’une institution qu’ils considéraient comme leur mère.

    C’est le cas notamment de Monsieur l’abbé Benoît Storez, vicaire à Saint Nicolas du Chardonnet, pourtant issu d’une famille ayant donné tous les gages de fidélité aveugle à la FSSPX. Ils vont donc tous se faire démonter un par un comme des enfants de chœur, c’est le cas de dire, et finiront cette mésaventure, à laquelle ils n’étaient nullement préparés, lessivés comme des légumes, à l’instar d’autres prêtres de la FSSPX qui ont été ces dernières décennies, méthodiquement détruits par leur hiérarchie parce qu’ils présentaient un risque ou des signes de « non conformité » de la pensée et de l’action.

    Malheureusement, le filtrage ad absurdum à l’entrée des séminaires ne suffit pas à conjurer tout risque. Tout ceci est orchestré par Monsieur l’abbé Thouvenot, secrétaire général de la FSSPX et apparatchik en chef, dont le grand-père, avocat, s’était, pendant la guerre, « recyclé » dans l’administration de Vichy : une tradition familiale qui mène à tout, même au pire !

    Je n’ai pas l’habitude de me cacher derrière mon petit doigt ; cela m’a déjà coûté cher, mais c’est aussi une question de courage et de tradition familiale (on a celle que l’on peut). Si ce courrier ne peut paraître sous signature anonyme, je l’assume pleinement et suis prêt à donner les éclaircissements nécessaires à quiconque aurait besoin d’une explication des gravures.

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      avril 19, 2013

      Oui, cher Monsieur,

      Ces « méthodes proprement « gestapistes » sont aujourd’hui appliquées à d’autres prêtres de la FSSPX, »…
      Elles sont appliquées à TOUS les prêtres réfractaires ou anti-ralliéristes !

      Nous y reviendrons dans un prochain article…

  4. Avatar
    fortsdanslafoi lien permanent
    avril 19, 2013

    Je n’arrive pas à comprendre ce mot « ralliement » qui signifie : « se rallier à ». Mais dans le cas présent, ces pauvres prêtres de la Fraternité refusent ou veulent « se rallier à QUI » exactement ? Si ce « QUI » pour eux représente François, alors la question ne se pose même pas, rien que par le fait de prononcer le mot François ! En revanche, si la Foi les oblige à se poser la question, c’est que François n’est que du vent….. Alors à quoi bon se « rallier » à du vent ? Et quel est l’intérêt, franchement, de s’obstiner à demeurer dans une Fraternité qui brasse ce vent ? Se pose-t-on la question de savoir si l’on doit ou non se rallier à Notre Seigneur Jésus Christ ? Se la poserait-on également vis à vis de Son Vicaire ?

    La différence est bien dans la nécessité de NE PAS prononcer le mot François afin de ne pas continuer à tromper le monde entier, n’en déplaise à l’IMBC. Alors, le mot « ralliement » disparaitra de lui-même, et ils auront résolu leur faux problème ; comme celui de « l’una cum » d’ailleurs.

    Il y a tant à faire pour travailler par exemple…. sur l’invalidité des « sacrements » ou réfléchir à la légitimité de son propre sacerdoce, au lieu de dépenser tant d’énergie et faire tant d’histoires là où il ne devrait pas y en avoir…. On se croirait à la maternelle ! Mais qu’est-ce qui les retient de s’enfuir comme les brebis de l’Évangile devant ce loup rapace qui n’est là que pour les égorger ? La conversion du loup ?

  5. Avatar
    Hans-Georg Lundahl lien permanent
    mai 6, 2013

    Aux prêtres seulement ? Je suis laïque, je m’y reconnais.

Les commentaires sont fermés.