Aller au contenu

Le Traditionalisme c’est comme le poisson…Ça pourrit par la Tête !!!

2015 mai 14

 

Le Traditionalisme c’est comme le poisson…Ça pourrit par la Tête !!!

ou quand une chapelle tradi se prend pour l’Église Catholique !

 

Poisson pourri

Nous assistons de plus en plus à la relativement lente décomposition doctrinale du traditionalisme et de ses prêtres, prieurs et supérieurs. Ce texte m’a paru tellement emblématique et scandaleux que je souhaite le livrer séance tenante à mes lecteurs afin qu’ils soient édifiés et renforcés dans la vertu surnaturelle et le courage spirituel qu’il y a d’être un catholique semper idem par les (mauvais) temps qui courent……

Dans son immense bonté et miséricorde, Dieu a toujours accordé aux âmes droites et de bonne volonté, nonobstant leurs mérites défaillants et leurs péchés personnels, de nombreux signes et moyens divers pour discerner où se trouve le véritable esprit de l’Église et l’expression de la vérité connue.

Depuis un demi-siècle, ces signes, fort nombreux et variés, s’accumulent à loisir…sauf pour les ignorants invincibles, les mondains, les gens de mauvaise foi et les aveugles volontaires.

Afin d’aller à l’essentiel dans le sordide, le scandaleux, l’incroyable, le blasphématoire et l’immonde, je vais tenter une petite sélection pour mettre sous les yeux des lecteurs la réalité des choses.

Je tiens à préciser, même si d’aucuns le jugeront superflu, que nous autres au CatholicaPedia sommes censés n’avoir nulle part aucune avec les soi-disant opposants à Sa Majesté Fellay et encore moins les yeux de Chimène pour l’un de leur plus illustre mentor, c’est à dire Mgr Williamson, l’évêque à la rose.

On a beau être blindé, lorsque j’ai lu ce texte, qui relate des faits, j’ai cru ne pas en croire mes yeux, même si je me suis dit que peut-être “La Sapinière” ne faisait pas dans la dentelle syntaxique en présentant les dires et gestes de tous ces bons prêtres tradis. Il est vrai que, grâce aux braves “gens” de La Question, nous avons été habitués au pire du pire dans les plus beaux emballages estampillés « catholique pur Label Rouge de Droit Divin ». En matière de leurres, ils sont en effet dans l’excellence !!!… Reconnaissons-le humblement…car en enfer ou au purgatoire, ils risquent sans doute de manquer cruellement de compliments. Alors si c’est une dernière charité à leur faire, faisons-la !!!

Comme catholiques, nous avons le plus grand respect pour les clercs validement consacrés/ordonnés et n’avons pas l’habitude de nous attaquer aux hommes sans oublier la grandeur intrinsèque de leur sacerdoce et l’exigence de charité qu’il y a à les mettre devant leurs contradictions, leurs erreurs de jugement, leurs hérésies voire leurs blasphèmes. Ces jugements au for externe n’entament en rien l’idée que nous nous faisons du prêtre in persona Christi dans l’exercice de ses fonctions sacrées.

Alors voici les passages que j’ai relevés et qui m’ont apparu comme être les plus inacceptables au regard de la foi, de la justice et de l’équité. (Les quelques rares commentaires en vert sont de votre serviteur)

 

Abbé Renaud Joubert de la Motte1/ M. l’abbé de la Motte, le prieur de la FSSPX à Perpignan, a refusé de donner la sainte communion à cette dame : nos lecteurs liront tout le développement dans le corps de l’article. Ce n’est pas la première fois que des prêtres de la “tradition” se permettent de priver des baptisés de la Sainte Communion…

2/ Restriction de liberté pour Madame V. : M. l’abbé Renaud Joubert de la Motte avait convoqué Madame V. pour lui demander de renoncer à recevoir chez elle Mgr Williamson (de quel droit ?), et il l’avait « avertie des sanctions si elle posait quand même cet acte public » (de quel droit ?). Les deux « de quel droit », assez savoureux, ne sont pas de moi mais figurent dans le texte de “La Sapinière” !

3/ M. l’abbé de la Motte exigeait « une lettre d’excuse pour avoir reçu Mgr Williamson chez elle, un dimanche, pendant la messe du prieuré » et « une lettre d’engagement à ne pas faire de mauvais esprit et de prosélytisme, (ce qu’au demeurant, elle ne faisait pas) pour la fameuse résistance au sein du prieuré… »

L’abbé de la Motte avait donné ordre à ses vicaires de refuser la communion à Mme. V. et cela au mépris du droit canonique de l’Église.

4/ Comme Mme V. demandait à un jeune vicaire comment elle pourrait faire ses Pâques, celui-ci répondit à cette dame qui avait lutté dès la première heure contre la révolution conciliaire, sur un ton désinvolte, qu’elle n’avait qu’à aller à la Fraternité St Pierre… (oui !! vous avez bien lu !!!) Ah ! ces jeunes…ça ne respecte plus rien !!!!! Hihihi !

5/ Abbé Bouchacourt : « Mgr Williamson divise la tradition. En sillonnant la France comme il le fait ; il est subversif (…) Mgr Williamson se comporte comme un loup. Il faut l’éloigner et l’empêcher de nuire. L’organisation d’un prieuré n’est pas démocratique. » Ce cher Abbé n’a pas sa langue tradi dans sa bouche !!! Que ne met-il son autorité au service de la véritable Église et de la foi !!!

6/ Entre temps, M. l’abbé de la Motte a décidé d’abandonner la FSSPX pour rallier l’église (la secte) conciliaire. Lors d’une messe pour son départ (car maintenant de tels gestes se fêtent dans la FSSPX) (sic!!!), la petite cérémonie fit plus penser à une simple mutation de prieur qu’à la trahison d’un combattant (mais puisqu’on vous dit que rien n’a changé dans la Fraternité !). Toute honte bue…… écœurant !…

7/ « M. l’Abbé de la Motte quitte la FSSPX pour se mettre au service du diocèse de Versailles. » déclare un vicaire de l’Abbé de La Motte !!!  Ah ! l’hypocrisie traditionaliste…c’est quelque chose !…

Abbé Dominique Rousseau8/ L’abbé Rousseau, après avoir été sanctionné pour sa vive réaction contre les pseudo canonisations de François, fut tout de même désigné, en catastrophe, nouveau prieur de Perpignan. Bien fait, na !

9/ Le même Abbé Rousseau fut choisi pour exercer un odieux chantage aux sacrements auprès de Madame V. !!! C’est ainsi que ça se passe chez les tradis

10/ La FSSPX a bel et bien perdu la tête. Hélas ! il n’y a pas qu’elle !!! suivez mes regards……

11/ La FSSPX cache son fléchissement doctrinal par un durcissement pastoral inique. Pastoral…hummm…ou dictatorial ???

12/ La FSSPX n’a aucune juridiction ordinaire sur les fidèles du Christ. …vaste et crucial sujet sur lequel je me garderai bien de m’étendre ici…

13/ « la juridiction de suppléance donne une autorité limitée assez délicate à exercer. L’autorité juridictionnelle de l’évêque ne lui venant pas d’une nomination romaine, mais de la nécessité du salut des âmes, il devra l’exercer avec une délicatesse particulière. » (Mgr Lefebvre en note du 20 fév. 1991 cité dans Sel de la Terre n° 87, p. 142)

14/ la domination de la FSSPX est devenue aujourd’hui une domination perverse.

Les répressions, exclusions et sanctions qu’elle sème à tout vent manifestent une grave dérive morale car doctrinale. Quand en tirerez-vous les véritables conséquences et conclusions Messieurs les clercs de l’opposition ???…ça urge !……

15/ « l’Église officielle est l’Église visible, c’est l’Église catholique ; un point c’est tout ! » (Mgr Fellay en déc. 2014) N’est-ce pas très clair pour tout le monde ??? En tout cas cela devrait l’être !…. O Mysterium Iniquitatis

 

* * *

 

L’abbé Bouchacourt approuve les péchés mortels de ses prêtres…

Publié le 14 mai 2015 par La Sapinière

 

Abbé Christian BouchacourtVoici les faits.

Mme V. est une chrétienne de 87 ans, pieuse et zélée. Elle s’est consacrée depuis plusieurs dizaines d’années au prieuré de la Fraternité Saint Pie X à Perpignan. En mars 2015, Mme V. a reçu chez elle, dans sa propre maison et avec des amis, Mgr Williamson pour entendre la messe et écouter une conférence sur les encycliques antilibérales.

Depuis ce jour, M. l’abbé de la Motte, le prieur de la FSSPX à Perpignan, a refusé de donner la sainte communion à cette dame, même quand elle se présentait au banc de communion.

Menacée d’être exclue de la chapelle pour laquelle elle s’était tant dévouée, Mme. V. demanda plusieurs fois au prieur pourquoi il jugeait sa conduite gravement peccamineuse. Mais aucune justification ne put être donnée. En quoi, en effet, la réception d’un évêque catholique sacré par Mgr Lefebvre, qui n’a ni plus ni moins de juridiction que ses autres confrères dans l’épiscopat, constituerait-elle une faute morale grave justifiant un refus de communion ?

Pour, M. l’abbé Renaud Joubert de la Motte, « la situation de madame V. n’est pas compliquée » expliquait-il à un fidèle de Perpignan outré par ce scandale. Il avait convoqué madame V. pour lui demander de renoncer à recevoir chez elle Mgr Williamson (de quel droit ?), et il l’avait « avertie des sanctions si elle posait quand même cet acte public » (de quel droit ?). Pour admettre de nouveau Mme V. à la communion, M. l’abbé de la Motte exigeait « une lettre d’excuse pour avoir reçu Mgr Williamson chez elle, un dimanche, pendant la messe du prieuré » et « une lettre d’engagement à ne pas faire de mauvais esprit et de prosélytisme, (ce qu’au demeurant, elle ne faisait pas) pour la fameuse résistance au sein du prieuré… »

L’abbé de la Motte avait donné ordre à ses vicaires de refuser la communion à Mme. V. et cela au mépris du droit canonique de l’Eglise.

Le canon 853 dit très clairement : « Tout baptisé, à qui ce n’est pas interdit par le droit, peut et doit être admis à la communion. »

Et le canon 855 : « § 1 Sont à écarter de l’eucharistie ceux qui sont publiquement indignes, tels que les excommuniés, les interdits et ceux qui sont manifestement infâmes, jusqu’à ce qu’on ait des signes de leur repentir et de leur amendement et tant qu’ils n’ont pas réparé leur scandale public. § 2 Quant aux pécheurs occultes, s’ils demandent la communion de façon occulte et si le ministre sait qu’ils ne se sont pas amendés, il doit les repousser; mais non s’ils la demandent publiquement et s’il n’y a pas moyen de les omettre sans scandale. »

Après plusieurs semaines de refus de communion à Mme. V., une déclaration de solidarité fut envoyée à l’abbé de la Motte signée par vingt cinq fidèles sur une quarantaine de présents. Pendant ce temps, comme Mme V. demandait à un jeune vicaire comment elle pourrait faire ses Pâques, celui-ci répondit à cette dame qui avait lutté dès la première heure contre la révolution conciliaire, sur un ton désinvolte, qu’elle n’avait qu’à aller à la Fraternité St Pierre…

Le supérieur du district de France fut aussi alerté par un fidèle de Perpignan. M. l’abbé Bouchacourt, répondit avec « franchise ». Il reproche à Mgr Williamson de « critiquer Mgr Fellay », son « supérieur » et sa « famille religieuse ». L’abbé Bouchacourt oublia de préciser si les critiques étaient faites à tort ou à raison, mais il n’hésita pas à affirmer :

« Je ne saurais l’admettre car j’ai l’esprit de corps. Par son attitude, Mgr Williamson divise la tradition. En sillonnant la France comme il le fait ; il est subversif, et le recevoir pour qu’il agisse ainsi n’est pas bon moralement. M. l’abbé de la Motte avait averti Madame V.. L’ordre du prieur n’allait ni contre la foi, ni contre les mœurs. Il fallait obéir. C’est le rôle du prieur de veiller à l’unité de son troupeau. Mgr Williamson se comporte comme un loup. Il faut l’éloigner et l’empêcher de nuire. L’organisation d’un prieuré n’est pas démocratique. »

Tout le monde appréciera la solide théologie de ce haut représentant de la FSSPX :

Obéissance, Obéissance, Obéissance ! Obéissance !

De la part d’un fils de Mgr Lefebvre qui nous a appris à désobéir aux hommes pour obéir à Dieu, c’est un peu court. L’abbé Bouchacourt prône donc l’unité dans l’iniquité, soutient que recevoir Mgr Williamson chez soi va contre la foi et les mœurs et conçoit l’organisation d’un prieuré comme une tyrannie.

La saine théologie, elle, affirme les simples vérités suivantes, malheureusement et scandaleusement méprisées par les abbés Bouchacourt, de la Motte et ses vicaires.

a) Le prêtre doit toujours refuser la communion à ceux qui en sont publiquement et notoirement indignes, (excommuniés, interdits, pécheurs publics, hérétiques ou schismatiques même de bonne foi…)

b) Le prêtre peut refuser la communion à tout pécheur occulte, à condition de le faire secrètement et sans scandale (est scandaleux tout fait pouvant produire une faute morale chez autrui).

Le cas de Mme V. ne correspond ni au cas a) ni au cas b). Le sacrement a donc été injustement refusé, et « la gravité de cette injustice correspond objectivement à la gravité du tort réel ainsi causé », explique le Père Vittrant, dans sa Théologie Morale de 1943.

Entre temps, M. l’abbé de la Motte a décidé d’abandonner la FSSPX pour rallier l’église conciliaire. Lors d’une messe pour son départ (car maintenant de tels gestes se fêtent dans la FSSPX), la petite cérémonie fit plus penser à une simple mutation de prieur qu’à la trahison d’un combattant (mais puisqu’on vous dit que rien n’a changé dans la Fraternité !). Un vicaire prit même la parole pour dire de s’abstenir de tout jugement téméraire et annonça que « M. l’abbé de la Motte quittait la FSSPX pour se mettre au service du diocèse de Versailles. » Oh ! Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites ! Le déserteur devient un bon pasteur !

L’abbé Rousseau, après avoir été sanctionné pour sa vive réaction contre les pseudo canonisations de François, fut tout de même désigné, en catastrophe, nouveau prieur de Perpignan. Mais ni les ans ni les coups ne l’on rendu plus clairvoyant. Il est allé chez Mme V. pour lui signifier que, si elle voulait pouvoir communier à nouveau au prieuré, il fallait qu’elle lui promette de ne plus recevoir Mgr Williamson, ni aucune personnalité de la résistance. Bref, un vil et odieux chantage au sacrement… Mme V., 87 ans et fatiguée d’être victime d’une si injuste persécution, a fini par céder.

Personne ne pourra lui en vouloir. Ni le bon Dieu, ni les hommes. Mais, sont bien plus à plaindre les abbés Bouchacourt, de la Motte, Rousseau et ses vicaires qui ont tous péché mortellement.

La FSSPX a bel et bien perdu la tête. Non seulement elle agit abusivement comme si elle avait une juridiction ordinaire sur les fidèles en oubliant sa simple juridiction de suppléance, mais elle contredit sans aucun scrupule les lois les plus saintes et les plus graves de la théologie morale et du droit canonique. La FSSPX cache son fléchissement doctrinal par un durcissement pastoral inique.

La théologie morale de S. Alphonse de Liguori indique pourtant qu’aucune « censure ne peut être portée contre les personnes sur lesquelles on n’a pas de juridiction ». Or, la FSSPX n’a aucune juridiction ordinaire sur les fidèles du Christ. Souvenons-nous de ce que Mgr Lefebvre disait au sujet de la « juridiction de suppléance » :

« Il faut cependant préciser qu’une autorité de suppléance n’a pas les mêmes caractéristiques que l’autorité existant ordinairement dans l’Eglise : Elle s’exerce au cas par cas, donc n’est pas habituelle, c’est-à-dire que les personnes qui en bénéficient peuvent se retirer, et l’autorité de suppléance n’a aucun pouvoir pour les faire revenir. Elle dépend du besoin du fidèle étant donné l’état de crise. C’est dans la mesure où les fidèles ont besoin de ces évêques ou prêtres pour le salut de leur âme, que l’Eglise crée ce lien d’autorité entre eux. Tout cela montre que la juridiction de suppléance donne une autorité limitée assez délicate à exercer. L’autorité juridictionnelle de l’évêque ne lui venant pas d’une nomination romaine, mais de la nécessité du salut des âmes, il devra l’exercer avec une délicatesse particulière. » (Mgr Lefebvre en note du 20 fév. 1991 cité dans Sel de la Terre n° 87, p. 142)

Le triste cas de Mme V. est une preuve supplémentaire que la domination de la FSSPX est devenue aujourd’hui une domination perverse. Le bien des âmes n’est plus le but des autorités de la FSSPX, si ce n’est de façon purement rhétorique… Les répressions, exclusions et sanctions qu’elle sème à tout vent manifestent une grave dérive morale car doctrinale.

Mgr Fellay l’a clairement dit le 20 décembre 2014 au séminaire de La Reja : « l’Église officielle est l’Église visible, c’est l’Église catholique ; un point c’est tout ! » (1)

Tous ceux qui oseront contredire ce jugement péremptoire seront brisés et broyés d’une manière ou d’une autre. Mais que l’on se rassure : rien n’a été signé !

 

Ce contenu a été publié dans Abbé Bouchacourt. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

 

 

 

 


[1] Mgr Fellay, le Buenos Aires.
 

 

11 réponses
  1. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    mai 15, 2015

    Vous savez, Pierre Legrand, il y aurait tellement à raconter sur ce milieu de la « tradition », toutes chapelles confondues. Tant sur les questions de Foi que de mœurs.

    Au 6e âge, si le Grand Pape mande un savant auteur pour poursuivre l’écriture de l’Histoire de l’Église, il pourrait sans problèmes y avoir une série spéciale sur la crise de l’Église, qui se compterais en mètres linéaires tellement il y a à raconter.
     

  2. Charles
    Charles lien permanent
    mai 15, 2015

    Tout à fait d’accord Édouard-Marie Laugier ! Et ce ne sera pas moi le « savant auteur » en question !……http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

     

  3. mai 16, 2015

    « l’Église officielle est l’Église visible, c’est l’Église catholique ; un point c’est tout ! »

    Mais, c’est extrêmement grave : il a vraiment dit ça ???  
    La Très Sainte Vierge a pourtant déclarée que l’Église serait éclipsée ! Moi même qui ne suis pas un théologien comprends ce que cela signifie !!!
     

    • Charles
      Charles lien permanent
      mai 16, 2015

      Je comprends votre désarroi et votre indignation Théo ! Mais nous devons nous convaincre que l’aveuglement est avant tout un châtiment…qui touche, au premier chef, les clercs CATHOLIQUES (c’est à dire VALIDEMENT ordonnés ou sacrés).

      « Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine.Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point » (Pierre II, 2:1-3).

      C’est la VÉRITÉ qui sanctifie, car la PAROLE de DIEU EST VÉRITÉ.

      Il est très regrettable que certains se refusent à accepter toute la vérité et toutes ses conséquences. Assurément, l’Esprit Saint a déserté leur cœur et leur âme car ils se sont complu et glorifié dans leurs œuvres trop humaines…

      À ce titre, d’aucuns, qui se croiront très catholiques, très pieux et très savants, se retrancheront d’eux-mêmes du bonheur éternel que de toute éternité Dieu a préparé pour les créatures qui L’aiment et qui obéissent à ses commandements.

      « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à Lui, parce que nous Le verrons tel qu’Il est » (Première lettre de St Jean ; Ch.3;2).

      Continuons, dans l’obéissance et l’humilité, à cultiver le jardin de notre âme car  « Car on donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a ». (Mat.13;12)

      Gardons ce trésor de la foi, sans laquelle nul ne peut se sauver…et prions sans nous lasser pour tous nos clercs catholiques.

       

    • Ultima Ratio lien permanent
      mai 16, 2015

      « On voit ainsi la gravité de l’erreur des polémistes qui réduisent toute question de la succession apostolique à celle de la validité des ordres. » (Le cardinal Billot, De Ecclesia¸ de Ordine, q. ix, p. 345.)
       

    • Ultima Ratio lien permanent
      mai 17, 2015

      Que nul ne vienne s’attribuer de lui-même cet honneur s’il n’y est appelé de Dieu comme Aaron, c’est-à-dire s’il n’y a été appelé par les Ministres légitimes de l’Église. Quant aux téméraires qui osent s’ingérer et s’introduire d’eux-mêmes dans ce ministère, il ne faut pas manquer de faire observer que Dieu les avait en vue, quand Il disait : Je n’envoyais point ces Prophètes, et ils couraient. Il n’y a rien tout à la fois de plus pitoyable et de plus misérable que ces intrus, ni de plus funeste à l’Église. » (Catéchisme du Concile de Trente, du Sacrement d’Ordre.)
       

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        mai 17, 2015

        C’est tout à fait exact pour le clergé sauvage qui reçoit les Saints Ordre illicitement, quand l’Église Catholique est « en ordre » avec sa hiérarchie.

        Cet argument n’est pas un absolu aujourd’hui.

        Cependant, c’est étonnant le nombre de personne qui, pour un prétexte ou pour un ordre, veulent, encouragent ou taisent l’extinction du Sacerdoce.
         

  4. Ultima Ratio lien permanent
    mai 18, 2015

    Le Concile de Trente n’est pas un absolu ?

    Je suppose que le Décalogue non plus ?

    Ni le Catéchisme de St Pie X ?

    Concernent le Sacerdoce, sont extinction n’est pas pour demain.

    Ne serais que chez les schismatiques  orientaux qui est parfaitement valide.

     

    • Escorial lien permanent
      mai 18, 2015

      Ultima Ratio : Les évêques catholiques qui continuent à ordonner des candidats convenablement préparés sont des ministres parfaitement légitimes, qui appellent réellement au nom de l’Église, obéissant à ses Lois, toujours observées en temps de nécessité, et aux Papes, qui n’ont jamais condamné une telle manière d’agir, mais au contraire, ont chaudement encouragé cette manière de continuer l’Église.

      Le Concile de Trente ne vise pas du tout ce ministère extraordinaire, mais légitime, il s’adresse aux protestants, qui prétendaient et prétendent encore que n’importe qui peut être désigné ministre, par la communauté et/ou l’autorité séculière.
       

  5. Ultima Ratio lien permanent
    mai 18, 2015

    Escorial, SVP épargnez-moi votre pensé personnelle a la protestante !

    Source SVP ?

    Ministère extraordinaire ?

     

Les commentaires sont fermés.