Aller au contenu

Le terrible aveu !

2014 février 8

 

 

Le terrible aveu !

 

6 février 1934

C’est ainsi qu’un blog très réactionnaire présente le 6 février 1934. Je ne peux laisser passer l’occasion d’en dire quelques mots et remettre à leur juste place cet engouement du souvenir qui a trop souvent cours dans des milieux politico-religieux assez proches de nous.

 

 

On sait ce que donna cet épisode historique du 6 février 1934 ! Comme toujours, la République vacilla, trembla mais ne céda en rien !!! Le Front Populaire de 1936 fut la vraie réponse de la Gueuse ! Puis la guerre de 39-40… Mon propre père aimait à relater cet épisode trouble car à l’époque il n’était qu’un jeune homme dont la mère tremblait à la seule idée que des adultes pervers puissent lui monter à ce point la tête, puisqu’il faillit participer, l’arme au poing, à cette parodie de “dissolution” de la République… Entre la violente Cagoule et les troupes légalistes du très républicain Colonel de la Rocque, mon père avait choisi son camp… Sa mère très pratiquante pouvait être rassurée quelque peu…

 

Un peuple qui Exige

c’est un peuple qui n’a rien compris…

c’est un peuple vaincu d’avance…

c’est un peuple qui, au-delà des démonstrations de violence et de capacité de nuisance physique, combat sans arme car la première arme – et la plus absolue – c’est l’arme spirituelle et surnaturelle de la France du Choix Divin, celle qui guida Ste Jeanne d’Arc dans ses victoires…

c’est encore un peuple qui prête à l’ennemi infernal je ne sais quelle existence légale et qui traite avec lui d’égal à égal dans un affrontement qui n’est pas de ce monde de par ses enjeux apocalyptiques…

c’est un peuple “libéralisé” qui n’arrive pas à se guérir de ses propres démons qui sont ceux-là mêmes qui lui font mélanger l’amour du prochain avec l’anéantissement nécessaire des ennemis de Dieu…

c’est un peuple déjà malade des soi-disant “valeurs” de la République qui ne sont que les inversions haineuses de l’Enfer déchaîné pour tout ce qui vient du tréfonds de l’histoire et de ce qui a fait la France catholique et chrétienne…

c’est un peuple qui n’a acquis aucun des mérites qui puissent le rendre victorieux des maîtres idolâtres qui l’enchainent…

c’est un peuple dont la volonté politique s’inscrit dans la longue tradition émeutière d’une capitale dont rien n’est jamais sorti de fondamentalement et durablement bon…

c’est un peuple qui croit encore trop en lui-même et à la “démoncratie”…

c’est un peuple qui a mis sa confiance en l’homme et en son instinct de puissance et de domination…

c’est un peuple qui n’est plus gouverné et qui ne se gouverne plus, bien qu’on lui fasse croire sans cesse le contraire…

c’est un peuple malade de la Révolution et qui préfère cultiver sa maladie et de pauvres cautères plutôt que d’employer de bons vieux remèdes parce qu’ils lui paraissent trop anciens…

c’est un peuple qui n’est plus en règle avec l’Église parce que ceux qui prétendent en faire partie ont déjà apostasié la foi dans leur cœur, préférant mettre leur confiance et leur amour dans des personnages agnostiques et brillants, dont l’illustre vocation est précisément de voiler l’essentiel…

c’est un peuple qui préfère exiger pour ne pas paraître trop rebelle à l’ordre républicain établi…

c’est un peuple qui nie en pratique, sinon en doctrine, le caractère essentiellement démoniaque de l’entreprise sacrilège de 1789…

c’est un peuple qui n’écrase pas le Serpent mais se contente de l’enfermer dans un sac sur lequel il s’épuise, au gré des événements vacillants de l’histoire, à taper dessus…

c’est un peuple avili, contraint de se réfugier dans la violence des coups de force qui ne mènent nulle part…

c’est un peuple orphelin et qu’on jette en pâture à des politiciens pervers et rusés…

c’est un peuple qui prépare, sans le savoir encore, l’abomination de la désolation de Vatican II…

 

C’est encore et ensuite un peuple traditionaliste qui, ayant en grande partie renoncé à la vraie politique, se berce d’illusions démocratiques avec des fronts qui, eux aussi, ne mènent nulle part….sauf à urner de plus belle !…

C’est ce même peuple traditionaliste qui continuera à Exiger des “autorités” de Rome et d’ailleurs…des choses “doctrinales” qu’il n’obtiendra jamais………

 

Non ! je ne suis pas de ceux qui commémorent avec délice le 6 février 1934.

 

Alors tant pis ! Je vais sans doute me faire beaucoup d’ennemis dans les milieux réactionnaires… mais ça, nous commençons ici  à en avoir une sérieuse habitude…..

Pierre Legrand

 

 

6 réponses
  1. gg
    février 9, 2014

    Très bien dit !
    Juste à ajouter : “omni potestas a deo”, et recommander la lecture de “La souveraineté du peuple est une hérésie” (Éditions Saint Rémy) : http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20787

     

  2. Ludovicus
    Ludovicus lien permanent
    février 9, 2014

    Encyclique “Diuturnum illud”, 29 juin 1881.
     
    Le pouvoir dans la société civile
    3150
    Même si, incité par l’orgueil et l’esprit de rébellion, l’homme a souvent tenté de rejeter les freins du pouvoir, jamais cependant il n’est parvenu à n’obéir à personne. La nécessité elle-même contraint à ce que dans toute association ou communauté d’hommes quelques-uns se trouvent à la tête. … Cependant il est important de remarquer ici que ceux qui doivent être à la tête de la chose publique peuvent en certains cas être élus selon la volonté et le jugement du grand nombre, sans que la doctrine catholique s’y oppose ou y répugne. Par cette élection cependant on désigne le chef, mais on ne confère pas les droits de la souveraineté ; on ne confère pas le pouvoir mais on décide par qui il doit être exercé. De même n’est pas posée ici la question des régimes politiques, car il n’y a aucune raison que l’Église n’approuve pas le gouvernement d’un seul ou de plusieurs dès lors qu’il est juste et vise l’utilité commune. C’est pourquoi, si la justice est sauve, rien n’empêche les peuples de se donner le régime politique qui convient le mieux ou à leur génie propre, ou aux mœurs et aux institutions de leurs ancêtres.
    3151
    Quant au reste, pour ce qui est du pouvoir politique, l’Église enseigne avec raison qu’il provient de Dieu. …
    Ceux qui entendent que la société civile naît d’un libre consensus des hommes, ramenant l’origine du pouvoir lui-même à cette source, disent que chacun a cédé de son droit et que tous se sont volontairement placés sous la puissance de celui à qui a passé la totalité de leurs droits. Mais c’est une grande erreur de ne pas voir ce qui est manifeste, à savoir que les hommes ne constituent pas une race de solitaires, et qu’avant qu’ils expriment leur libre volonté, ils sont nés pour former une communauté naturelle ; de plus, le pacte dont on se prévaut est manifestement une invention et une chimère, et il n’est pas en mesure de donner à la puissance politique autant de force, de dignité et de fermeté que le requièrent la protection de la chose publique et l’intérêt commun des citoyens. Cet éclat et cette protection universelle, le pouvoir ne l’aura que si on comprend qu’il émane de Dieu comme de sa source éminente et très sainte
    3152
    Il n’existe pour les hommes qu’une seule raison de ne pas obéir : lorsqu’il leur est demandé quelque chose qui est manifestement contraire à la loi divine ou naturelle ; en effet, pour tout ce qui enfreint la loi naturelle ou celle de Dieu, il est également injuste de le commander que de le faire. C’est pourquoi, s’il devait arriver à quelqu’un d’avoir à préférer l’un ou l’autre, c’est-à-dire de négliger soit les ordres de Dieu, soit ceux des gouvernants, il lui faut obéir à Jésus Christ qui demande de “donner à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu” Mt 22,21, et de répondre à l’exemple des apôtres : “Il faut obéir à Dieu plus qu’aux hommes” Ac 5,29 ….
     
     

  3. Avatar
    février 10, 2014

    Je suis bien d’accord avec vous sieur Pierre Legrand. Bien comprenne la chose ainsi, et oppose la politique au spirituel, et donc à la Volonté de Dieu. Je vous félicite de l’avoir clairement et bellement résumé, c’est profitable. Et comme vous dites, si peu veulent le comprendre.
    Je rajouterai qu’il faut faire le parallèle avec ces soi-disant manifestations, révoltes, etc., qui sont très actuelles. Ils se bougent, manifestent, font le jeu du démon, de la démocratie, à la place de prier, de se former, et de s’amender. 
    C’est du pareil au même, ce n’est que révolte instillée dans les esprits, alors même que soi-même, ou sa Famille, ne s’accorde pas avec le règne de Dieu.

  4. Avatar
    Martial lien permanent
    février 12, 2014

    c’est un peuple déjà malade des soi-disant “valeurs” de la République qui ne sont que les inversions haineuses de l’Enfer déchaîné pour tout ce qui vient du tréfonds de l’histoire et de ce qui a fait la France catholique et chrétienne…
    c’est un peuple qui n’a acquis aucun des mérites qui puissent le rendre victorieux des maîtres idolâtres qui l’enchainent…
     
    Dans les développements de Pierre Legrand je lis  une illustration véhémente de cette unité saisissante  de mentalité, d’esprit, d’émotion et d’idéologie qui est à l’œuvre aussi bien en matière religieuse qu’en matière politique, et qui remonte au moins jusqu’à la Révolution.  
    En effet, je suis toujours plus frappé par cette identité de sophismes intellectuels , de dénis psychologiques de réalité,  et sur le plan moral, de lâcheté, d’inconstance, de superficialité, et d’arrogance lorsque j’observe  aussi bien l’évolution politique, sociale, que celle  spécifique  de l’Église.   
    Depuis un an et demi, les  “réactions” du peuple, de par leur esprit révolutionnaire,  sont presque jalonnées par la secte reptilo-mondialiste qui est en France. Celles résistant à la mise en place du meilleur des mondes (“sociétal”)  et émanant des conciliaires MPT et autres sont téléguidées par de véritables officines marranes, libérales conservatrices. (cf  les AfrifFdS, Riposte, etc.). Ces immondes bien-pensants libéraux qui se pincent le nez quand il s’agit d’évoquer par exemple le cher Dieudonné !… Les officiers du Grand Empereur ne proviendront surtout pas de ce milieu de morts-vivants qui revendiquent explicitement parmi “leurs” traditions, celle de 1789 comme  par exemple l’inénarrable de Lesquen.  
        
    Derrière l’apostasie et la trahison, le phénomène spirituel, le châtiment moral, la justice immanente… il existe une raison qui démontre que nous ne sommes pas les prétendus  “surnaturalistes”  (stigmatisés par les libéraux guérardistes) et encore moins les adeptes de la théorie du complot (dénoncés par la nouvelle droite de Benoist !), sous cette “forme” , il existe une “matière” naturelle.
     
    Beaucoup d’entre nous veulent comprendre toujours plus (dernièrement Jollo reposait la question) la cause du désastre actuel. J’ai lu récemment cette réflexion d’un philosophe, très générale mais qui m’apparait donner une explication naturelle, qui unie à d’autres plus souvent mises en exergue, sans parler de l’explication spirituelle, peut nous éclairer : 
    la structure de l’esprit restant la même,  l’expérience (l’apostasie et le reniement, en l’espèce) acquise par les générations successives (que nous pouvons limiter dans notre cas, à celles des 18°, 19° et 20° s), déposée dans le milieu social,  (principalement l’élite française)  et restituée par ce milieu à chacun de nous, doit suffire à expliquer  pourquoi nous ne pensons pas comme (nos pères, il y a trois ou quatre siècles et plus, dans notre cas particulier).  Dans les émotions, réactions, et actes révolutionnaires contemporains, l’esprit des individus demeure responsable, comme demeure responsable  celui de leur milieu social :     
    “c’est un peuple qui n’écrase pas le Serpent mais se contente de l’enfermer dans un sac sur lequel il s’épuise, au gré des événements vacillants de l’histoire, à taper dessus…”
          

  5. Avatar
    Martial lien permanent
    février 13, 2014

    Erratum :  dans la première phrase du message ci-dessus, j’ai omis d’intercaler un mot ; il faudrait lire “une illustration et une dénonciation véhémente de…”. Je prie Pierre Legrand de bien vouloir excuser cette erreur matérielle !

  6. Charles
    Charles lien permanent
    février 13, 2014

    Cher Martial, vos réflexions et commentaires sont comme souvent de très haute tenue ! Et j’imagine volontiers que Pierre Legrand ne vous tiendra rigueur de cette petite omission d’un mot !!!!
    J’ajouterai que le poisson commençant par pourrir par la tête…c’est tout le corps (social) qui n’en finit pas de mourir…
    J’en veux pour démonstration ce passage excellent qui résume presque à lui tout seul le mystère d’iniquité dont nous sommes tous témoins et qui est à l’œuvre jusqu’au sein de l’Église :

    “je suis toujours plus frappé par cette identité de sophismes intellectuels , de dénis psychologiques de réalité,  et sur le plan moral, de lâcheté, d’inconstance, de superficialité, et d’arrogance lorsque j’observe  aussi bien l’évolution politique, sociale, que celle  spécifique  de l’Église.”   

    Bravo !

Les commentaires sont fermés.