Aller au contenu

F$$PX : Les rebelles de la néo-fraternité se rebiffent

2014 janvier 19

 

Les sites « La Sapinière – LaSapiniere.info » & « Avec l’Immaculée » (fâché avec La Mathématique !!!) de “nos” chers abbés « anti-ralliéristes »…publient aujourd’hui une Adresse aux Fidèles signée par 45 prêtres de la « Tradition »… C’est d’ailleurs là que « Avec l’Immaculée » est vraiment fâché avec La Mathématique de C.P. !!! (Pour « Avec l’Immaculée » comme il y a 10 Bonhommes d’Avrillé qui ont signés avec le Père Pierre-Marie… ils font : 45+10=55 ; alors que « La Sapinière » passe dans la numérotation de sa liste de “8” à “19”…ce qui est logique pour aboutir à 45 !!! (« Avec l’Immaculée » à mis 4h30 pour rectifier…)

La révolte des rebelles est bien sûr « une voie sans issue » comme nous l’avons maintes fois évoqué ici. Et comme dans l’œuvre de Michel Audiard « Le cave se rebiffe », dont la trame de cette histoire de faux-monnayeurs est de monter une affaire de « fausse mornifle »… nous avons affaire à des abbés « anti-ralliéristes »…mauvais maîtres, de “gauche” comme de “droite”, qui continueront toujours d’enseigner que confondre l’Église Catholique avec la secte qui occupe les institutions visibles de l’Église n’est ni un blasphème ni un péché mais l’expression d’un catholicisme fidèle à la Tradition et au respect de “l’autorité” !…

Dans cette liste de bons “abbés résistants” deux incongrus “non una cum” se sont glissés, à savoir : Le Père Raffalli (qui clame depuis de nombreuses années être non una cum l’apostat de Rome) et le Père Avril (qui assure lui aussi, depuis quelques mois, être non una cum)… Mais alors, mais ?…

Dans quel camps étaient-ils ces deux Maurice jusque là ???

 

 

 

* * *

 

Laissons la parole au Père Bruno OSB, le rédacteur apparent de cette lettre :

 

Pourquoi j’ai signé notre « adresse aux fidèles » par le Père Bruno

Père Bruno <abbr>OSB</abbr>, au centre.

Certains nous reprochent d’être des agités, des excessifs, d’être mus par l’impatience ou par un zèle amer. Je puis dire en toute vérité que j’ai rédigé les lignes qui suivent « sans aucune amertume, aucun ressentiment » (Mgr Lefebvre, Déclaration du 21 novembre 1974) vis-à-vis de qui que ce soit.

Entré à Bédoin en 1980, ordonné prêtre par Mgr Lefebvre en 1986, j’ai quitté le Barroux en 2002. J’ai ensuite exercé divers ministères dans le cadre du district de France de la Fraternité. À ce jour (19 janvier 2014), je suis en poste au prieuré de Gavrus, près de Caen.

Depuis quelques années, j’observe avec une inquiétude croissante les signes qui manifestent un changement d’état d’esprit dans la Tradition. Je m’en suis ouvert à plusieurs reprises au supérieur du district de France, M. l’abbé de Cacqueray. J’ai également écrit, en avril 2012, à Mgr Fellay lui-même (lettre restée sans réponse).

Bien des confrères et des fidèles, certes, connaissent déjà ma position. Mais depuis des mois m’est apparue de plus en plus clairement la nécessité d’exprimer publiquement, officiellement, mon refus catégorique du changement d’orientation que la Maison générale s’efforce d’imposer.

Je ne puis plus en conscience me dérober à ce devoir.

Le prêtre doit aimer la vérité plus que tout.

Le prêtre doit rendre témoignage à la vérité quoi qu’il en coûte.

Le prêtre doit dénoncer l’erreur même quand elle vient d’en haut, quelles que soient les conséquences qu’il risque d’en subir.

Il le doit premièrement parce qu’il est le représentant et le ministre de Notre-Seigneur, qui proclamait au cours de sa Passion : « Si je suis né, si je suis venu en ce monde, c’est pour rendre témoignage à la vérité. »

Il le doit également parce qu’il est au service des âmes : nos chers fidèles ont droit à la vérité ; ils attendent de leurs pasteurs une position claire et nette, publique par conséquent.

C’est le sens de notre « adresse aux fidèles », à la rédaction de laquelle j’ai eu la grâce de pouvoir participer. Il ne s’agit pas d’une déclaration de rupture (!!!), mais bien plutôt du témoignage public de notre attachement indéfectible aux principes qui ont guidé Mgr Lefebvre dans le combat de la foi.

Notre texte étant volontairement bref, et certains fidèles n’étant guère informés des événements de ces deux dernières années dans la Tradition, quelques indications pourront aider à saisir la portée de cette « adresse ».

I – Les deux premiers paragraphes, ainsi que le cinquième (« Aucune autorité… »), sont empruntés, à un détail près, à la Déclaration de fidélité (publiée à plusieurs reprises, notamment le 15 août 2013), reprenant et adaptant la Déclaration de Mgr Lefebvre du 21 novembre 1974, qui est la charte de la résistance catholique à la religion conciliaire.

II – Le quatrième paragraphe mentionne trois éléments : une Déclaration doctrinale ; l’exclusion de membres de la Fraternité ; la condamnation d’un livre.

1) « La Déclaration doctrinale du 15 avril 2012 » : ce texte présenté à Rome par Mgr Fellay est scandaleux et inacceptable. Pour ne prendre qu’un exemple, il reconnaît la légitimité de la promulgation de la nouvelle messe. Qui plus est, lorsqu’un an plus tard ce document a été publié dans Cor unum, Mgr Fellay a prétendu avoir fait « comme Mgr Lefebvre en 1988 ». Il y a là objectivement une grave offense à la mémoire de Monseigneur : jamais celui-ci n’a admis la légitimité de la promulgation de la « messe bâtarde », ainsi qu’il la qualifiait dans un mémorable sermon de 1976.

2) « L’exclusion d’un évêque et de nombreux prêtres » : il convient d’y ajouter d’autres sanctions, particulièrement la condamnation de M. l’abbé Pinaud. Que la sentence soit nulle et invalide n’enlève rien à son caractère véritablement odieux.

Ce deuxième point est étroitement lié au premier : il est très significatif que le texte qui frappe l’abbé Pinaud d’une suspense accuse notre confrère d’avoir affirmé que la Déclaration du 15 avril constituait « un péril pour la foi », ce qui est parfaitement exact.

3) « La condamnation du livre Mgr Lefebvre, Nos rapports avec Rome » : celle-ci s’appuie sur une étude de 16 pages, non signée, mais dont M. l’abbé Thouvenot précise qu’elle « corrobore substantiellement le jugement » de Mgr Fellay. Cette « recension » comporte des passages proprement scandaleux. Relevons celui qui est sans doute le plus grave : l’auteur de cette note qui corrobore substantiellement le jugement de Mgr Fellay reproche à M. l’abbé Pivert de « se focaliser sur des aspects particuliers » (p. 7). Et l’exemple qu’il donne aussitôt est celui… du Christ-Roi. Aspect particulier ? C’est tout au contraire l’idée maîtresse de Mgr Lefebvre ! « Nous devons en être toujours préoccupés [du règne de Notre-Seigneur] » (sermon pour la fête du Christ-Roi, 1978). « Il faut que nous soyons, je dirais, presque obsédés par cette nécessité, par ce besoin de méditer ce mystère de Notre-Seigneur et de répandre son règne. Nous n’avons pas d’autre but, d’autre raison d’être prêtres que de faire régner Notre-Seigneur Jésus-Christ » (conférence à Écône, 3 juin 1980)… Voilà des pensées très générales, diront certains. Mais quand il s’agit plus précisément des relations avec Rome, c’est très justement que « l’abbé Pivert avance que ‘c’est sur cette fidélité [au Christ-Roi] que se joue tout le drame entre Écône et Rome’ » (p. 7). Qu’on en juge d’après les paroles mêmes de Monseigneur : « La vraie opposition fondamentale est le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Oportet illum regnare, il faut qu’il règne, nous dit saint Paul, Notre-Seigneur est venu pour régner. Eux disent non, et nous nous disons oui, avec tous les papes » (conférence à Sierre, 27 novembre 1988). Lorsqu’en 1976 le nonce prétend que le règne social de Notre-Seigneur n’est plus possible, et que le pape n’écrirait plus aujourd’hui l’encyclique Quas primas (Pie XI), le prélat s’indigne : « Nous ne sommes plus de la même religion ! […] S’il y a quelque chose que nous avons cherché toute notre vie, c’est le règne social de Notre-Seigneur Jésus-Christ » (conférence à Écône, 20 août 1976). Et en 1987, lors d’une conférence aux prêtres, il rapporte sa réponse au cardinal Ratzinger : « Notre apostolat, c’est le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Voilà ce que nous sommes. Et vous, vous faites le contraire » (Écône, 4 septembre 1987).

III – Dans le sixième paragraphe, nous plaçons notre démarche de foi sous la protection de « Notre-Dame Gardienne de la foi ». C’est le titre de la Vierge de Bourguillon, sanctuaire proche de Fribourg, où Monseigneur conduisit ses premiers séminaristes pour consacrer son œuvre naissante à Notre-Dame Gardienne de la foi.

Plus de quarante ans après, alors qu’une terrible crise secoue la Tradition, nous devons tout faire pour sauver l’héritage de Mgr Lefebvre : la Fraternité, en tant qu’institution, peut disparaître ou du moins perdre son identité (c’est ce qui est, hélas ! en train de se produire) ; mais l’héritage de Monseigneur : son esprit, ses principes, son combat au service du Christ-Roi et de la sainte Église, cet héritage ne peut pas, ne doit pas disparaître. Avec la grâce de Dieu et l’aide du Cœur Immaculé de Marie, nous maintiendrons.

« La première preuve de fidélité et d’amour que le prêtre ait à donner à Dieu et aux hommes, écrivait le Père Calmel, c’est de garder intact le dépôt infiniment précieux qui lui fut confié lorsque l’évêque lui imposa les mains. »

 

* * *

 

Si « Nous ne sommes plus de la même religion ! » comme le disait Mgr Lefebvre… pourquoi continuent-ils tous à vouloir dire et faire croire que la secte qui occupe les institutions visibles de l’Église EST l’Église Catholique et que ce n’est ni un blasphème ni un péché des les confondre mais l’expression d’un catholicisme fidèle à la Tradition et au respect de “l’autorité” !…

Et comme bien souvent chez-eux, la “référence” est le Père Calmel, dont Louis-Hubert Remy a en faire une critique, toujours d’actualité, à la suite de l’étude pitoyable du RP Calmel, De l’Eglise et du Pape, parue dans Itinéraires, en mai 1973 :

Voir aussi : « Il y avait trois dominicains à résister… Madiran a choisi le P. Calmel » sur le CatholicaPedia Blog : http://wordpress.catholicapedia.net/?p=8703

 

* * *

 

F$$PX ou néo-Résistants à la F$$PX

Voie sans Issue !!!

Dead End - Voie sans Issue

 

7 réponses
  1. Charles
    Charles lien permanent
    janvier 19, 2014

    La FSSPX est de plus en plus une voie sans issue……du moins pour les aveugles volontaires depuis pas mal d’années ! Internet est une mine pour débusquer les rodomontades et bavardages de tous ces tradis bon teint !
    Et le plus terrible c’est l’endurcissement au fil des mois et des ans de leur aveuglement !… Vous avez dit châtiment ? J’attends que l’on me démontre le contraire !!!…
     

  2. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    janvier 20, 2014

    Il va de soi qu’il y a actuellement un châtiment d’aveuglement sur tout le clergé… et la preuve c’est que le clergé en question ainsi que des laïcs à l’esprit clérical très pointu, ne s’en rendent pas compte. 

    Il  y  a trois catégories de prêtres qui se distinguent : 
         1/ Les prêtres Catholiques Semper Idem, improprement appelés sédévacantistes, qui sont Non Una Cum « François » et qui ne le tiennent pas pour pape. 
         2/ Les prêtres Catholiques (sic), Una Cum « François » et qui le tiennent pour pape. 
    Et maintenant
         3/ Les prêtres Catholiques « rebelles » qui se déclarent Non Una Cum « François » mais qui, lui servant du Saint Père, ou éludant cette question, et ne disant pas clairement de ce type « c’est un imposteur ! » ou « sa secte conciliaire n’est pas l’Église Catholique ! », laissent à penser qu’ils le tiennent malgré tout pour pape… tout en ne le citant pas au Canon.

    Peut être ces derniers glisseront ils vers les aberrations de la thèse de Cassiciacum, ou créeront ils une autre thèse …
     Mais ils partagent avec les thésards et les frateux du dedans, le même brouillon intellectuel, le même numéro d’équilibriste doctrinal ….
     
    En tout cas que ce soit les prêtres n°1/ (fut ce des résistants de longues dates) , les n° 2/ ou les 3/ nous sommes face à un clergé qui ne comprend rien, ou qui, comprenant +/- bien, est incapable de tirer des conclusions claires et de les défendre.Avec par exemple une incapacité viscérale à attaquer un confrère (et surtout un confrère ami), et ses erreurs, et ce nommément, et publiquement.  Par contre on défend cet ami, on partage ses erreurs ou ses scandales, en envoyant des fidèles se faire confirmer en Amérique du sud ; par un apostat, conciliaire, après avoir tout de même exigé :lol:  qu’il condamne Vatican II (la blague, il a bien du se marrer le vieux apostat Quintero) … il est bien sur question ici des abbés Guépin et Belmont. Quelle honte d’avoir été se compromettre en pareil sacrilège pour un Sacrement dispensé par des évêques beaucoup plus proches, géographiquement, mais aussi et surtout possédant et professant la Foi Catholique. Mais simplement dépourvu d’un mandat qui, aujourd’hui, est impossible à obtenir. 

    Après qu’un père Raffalli, Non Una Cum de longue date, « inventeur » de la très juste dénomination « Catholique Semper Idem » signe ce document d’improbables futurs prêtres Non Una Cum en énième rupture de ban avec la maison mère (ne nous faisons pas trop d’illusions) peut s’expliquer : 
    On peut imaginer qu’il cherche par là un moyen de susciter parmi ces personnes un successeur pour son œuvre. 
    Est ce au crépuscule de la vie, et après beaucoup (trop ?) de candidats évincés, que cette question, sur laquelle beaucoup de monde s’interroge, doit être résolue ? 

    Pourquoi donc sommes nous face à des clercs, prêtres ou évêques, qui sont d’abord motivés par leur œuvre, fut-elle Catholique, par leur chapelle, par leur petite théorie personnelle, par leur icône, tel les Madiran jusqu’à la cuvée 1988, plutôt que par la Vérité ? 
    N’y a t-il pas un certain Père Barbara qui disait de beaucoup qu’ils étaient lefebvristes avant d’être Catholiques …. ? Les clercs lucides sont hélas aujourd’hui à la droite du Seigneur (nous le leur souhaitons !! ) mais ne peuvent plus nous éclairer. 

    Ce châtiment qui s’exerce sur le clergé en général a connu de nombreuses exceptions, mais qui sont toutes parmi des clercs d’un « autre temps »… comme s’il manquait au clergé actuel quelque chose qui rendait leur sacerdoce « incomplet », adultéré. 
    Une explication qui pourrait tenir lieu d’excuse (partielle) et non bien sur d’exonération complète … 
    Le Bon Dieu, qui ne prend jamais en traître, donne toujours et à tous la clef pour comprendre …

    Mais nous avons affaire à des prêtres qui pensent devoir tout diriger, qui exigent et font exiger qu’on ne les critiquent pas, qu’on les soutiennent (et financent) aveuglement et qu’on les laisse faire. 
    En quelques mots qui s’imaginent encore (en idéalisant même peut être un peu) en septembre 1958 … dans l’Église en ordre. 
    Nous avons vu, et voyons encore, ce que donne une situation où nous laissons les prêtres « tout diriger ».

    Ce qui est dit là ne l’est pas dans une intention orgueilleuse, nous sommes pécheurs, nous tombons et nous relevons. Mais précisément nous faisons, nous laïcs, fréquemment l’examen de conscience, et une remise en question de notre position pour toujours savoir si nous sommes dans le Vrai. 
    Alors forcément devant tant d’orgueil clérical, devant ce refus de comprendre ce châtiment d’aveuglement, cet affadissement, que pourtant Notre Dame a prophétisé à La Salette, nous ne pouvons guère faire autre chose que « secouer les sandales » et passer notre chemin. 

    Et si garder la Vérité, et le bon combat nous vaut d’être traité d’orgueilleux, d’anticléricaux, ou autres et bien tant pis (tant mieux)… car, « Y’a que la vérité qui compte »  :wink:

     

    • Cave Ne Cadas
      janvier 20, 2014

      Pour le Père Raffalli, il aurait émis auprès d’aucuns le souhait de « donner » son Œuvre à l’abbé Pinaud… (!!!)
      …qui, aux dernières nouvelles « ne serait pas au courant » !!!
       
      Pour en revenir « aux deux Maurice »… Ils sont tous deux pris en tenaille par « leur association » pro-Frat’ et La Frat’, qui n’attend que leur décès pour mettre le grappin sur leur patrimoine immobilier… (Constitué avec les Dons des Fidèles…)
       
      Les « Associations pro-Frat’ » (associations constitué d’une majorité de membres favorable à la F$$PX) sont présente partout de manière hégémonique…
      Les Pères Raffali & Avril en sont entourés… Même le bon Curé Schoonbroodt en fut victime d’une certaine manière après son hospitalisation…un mois avant son décès !!!
      En effet, dès que le Curé Schoonbroodt fut immobilisé…les responsables de « son association » ont fait appel à l’abbé Piotrowski (prêtre « indépendant »ex-F$$PX – qui a pris la succession de la chapelle mais « una cum » l’apostat de Rome et très anti-sedevantiste…) !!!
      Et « sa » chapelle (église) construite avec les Dons de « ses » Fidèles sédéva’ (Non una cum) est passée aux mains d’UNA CUM !!!

       

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        janvier 21, 2014

        Il y avait aussi une option de posée sur les Italiens. 

        Je ne serais pas étonné que fin février, lors de mon passage à Nîmes, je sente souffler un certain mistral clérical, voir une petite « mise au point ». 
        Il va de soi que cela ne me fait ni chaud, ni froid, et me laisse de marbre .

        Les événements de ces dernières années, et plus particulièrement de l’année dernière (2013), qui impliquent les clercs et leurs frasques pathétiques nous permettent de prendre ces libertés là de ton.
        On a les faits, les témoignages, les détails, on est pas/plus dupes, ce n’est pas du fantasme ou de la calomnie mais du concret. 

        Comme dit le poète   » y’en a marre !  »
        Nous ne sommes pas aux ordres des prévaricateurs, ni là pour couvrir d’un manteau [de Noé  ! ] bien trop usé à force, les éternelles bêtises et inconsistances d’un clergé qui voudrait qu’on soit au garde à vous et sans discuter leurs âneries pour ensuite nous en faire porter le chapeau quand ça foire. 
         

  3. Charles
    Charles lien permanent
    janvier 20, 2014

    À lire Édouard-Marie et les précisions de Cave Ne Cadas on comprend mieux la nature spécifique du châtiment qui frappe le clergé (valide) catholique (= celui qui, tout en étant gravement coupable, n’a pas encore apostasié la foi catholique !) : il s’agit bien d’une véritable sidération intellectuelle qui empêche ces clercs d’enlever le voile qui les empêche de voir le véritable état de l’Église-institution …) Ce clergé est assurément valide et ses rites le sont aussi : c’est pourquoi il est frappé par où il a péché ! Ce châtiment est collectif et touche, à des nuances diverses, tous les prêtres traditionalistes, à d’infimes exceptions près… Et lorsqu’ils se « rebellent » c’est pour mieux asseoir et comme renforcer dans de fausses certitudes d’opposition les mêmes erreurs qu’ils partagent avec leurs confrères…disons un peu plus « ralliéristes » ou pour le moins una cum ! Car tous partagent cet esprit clérical du passé et cet attachement psycho-affectif à une institution qu’ils voudraient voir renaître de ses cendres !… avec la « conversion » utopique de ceux d’en face !)
    C’est pourquoi, entre autres, la ligne de démarcation encore trop souvent mise en avant dans nos milieux entre les Una Cum et les Non Una Cum me paraît de moins en moins pertinente au sein d’un clergé qui, de toutes manières, évacue pratiquement et pragmatiquement le caractère éminemment indissociable de la foi et de l’esprit surnaturel.
    Dieu ne châtie pas sans raisons un clergé dans son ensemble : il y faut de bonnes et graves raisons. Et nous avons les instruments pour savoir quelles sont ces raisons et les remèdes possibles que notamment Notre-Dame propose à ses prêtres…
    Ceux qui s’obstinent à mépriser ces instruments, malgré les instances des fidèles, finiront sans doute par commettre le péché contre l’Esprit Saint. Voilà le grave danger spirituel qui guette nos prêtres et appelle de notre part un regain de prières et supplications.

    Ce châtiment du clergé est spécifique car il ne touche que ceux qui ont encore la foi catholique et bénéficient du caractère indélébile de leur ordination sacerdotale. Il ne touche pas ceux qui se sont voués corps et âme, même par ignorance coupable ou lâcheté, à la secte apostate qui occupe la Sainte Église ! Ceux là, étant en dehors de l’Église, ont déjà reçu le salaire de leur égarement….car en dehors de l’Église NUL ne peut se sauver.

    Le même raisonnement peut s’appliquer aux fidèles selon leur degré d’entendement, mais d’une manière beaucoup moins spécifique, car pour eux, leurs avancées spirituelles seront toujours dépendantes de l’éradication plus ou moins réussie des péchés pertinaces de leur existence terrestre, selon les grâces reçues… Ce qui ne veut pas dire bien sûr que les prêtres en soient exemptés, les péchés de faiblesse faisant alors d’eux des pécheurs comme les autres s’ils ne croient pas aux armes surnaturelles dont leur sacerdoce les munit, ceux de l’esprit et de l’orgueil étant encore plus graves en raison des grâces très spéciales reçues à l’ordination…

    Il est évident que Notre-Seigneur, obéissant aux décrets divins, veut éprouver d’abord son clergé et ensuite ses brebis…les pauvres fidèles trop souvent ballotés au gré des factions, entités et chapelles traditionalistes et écartelés entre les diverses personnalités cléricales pour lesquels leur grille d’analyse ne sera que bien trop souvent affective, pragmatique et nostalgique….

    Dans le monde entier nous observons une effroyable décadence du monde chrétien. La foi s’étiole ou se corrompt et comme Dieu n’est pas « démocrate » cela ne le gêne pas d’être glorifié et ses lois observées par un nombre toujours plus décroissant de fidèles…
    Notre-Seigneur, lorsqu’il reviendra sur terre, trouvera-t-il encore la foi ? Dans cette perspective du châtiment qui est sur nos têtes, cette question prend tout son sens !

     

  4. Avatar
    janvier 20, 2014

    Je suis d’accord avec les faits énoncés ici, cependant j’aimerai rapporter la très probable cause de ce châtiment, et qui est bien un endurcissement, de tout les prêtres de l’Église. S’il y avait une exception, nous n’en sommes malheureusement pas au courant. Hormis le problème assez récent (pas trop tout de même) du modernisme et de la secte qui occulte l’Église, les prêtres sont véritablement mortifères et font l’œuvre du Démon lorsqu’il s’agit du Mariage et le fondement qui en découle, c’est à dire la Famille.
    Effectivement, condamnant hypocritement le divorce, ils promeuvent souvent de façon acharnés afin de séparer l’épouse du Chef de famille, en y instillant malicieusement la révolte. Ils se sont accaparés le Sacrement de Mariage, et ce depuis longtemps, afin d’autoriser ladite « séparation de corps ». Simplement, alors que ce Sacrement ne leur appartient pas, puisqu’il a été institué non par Notre-Seigneur Jésus-Christ, mais par Dieu le Père, en l’Éden, permettant l’union de l’Homme et la femme, union réalisé par l’Esprit-Saint qui tient uni toute chose. De fait, les prêtres ne peuvent être que témoins d’un Mariage, et il n’y a que deux acteurs de ce Sacrement, comme toujours, c’est à dire un Homme et une femme, rien d’autre. Il s’ensuit donc que ces prêtres, qui semblent bien être la totalité puisqu’aucun ne s’est levé pour combattre ouvertement cette abomination, ce que leur état si digne les oblige à faire, ainsi, ils commettent bien le péché contre l’Esprit, voulant séparer ce que Dieu a uni.
    Si ce n’est la cause principale du châtiment bien visible qui les touche, quoique je n’en vois point de plus grande, cela est au moins un argument, un fait irréfragable qui va en ce sens, et qui est l’origine de bien d’autres maux, comme la destruction de nos Familles.

    Je vous conseille un site qui en plus de posséder une solide et intransigeante argumentation, donne de nombreux moyens afin de se former, et de corriger les erreurs qui ont été admises pour bien des gens se voulant catholiques :
    http://restaurationdelafamille.blogspot.fr/

     

Les commentaires sont fermés.