Aller au contenu

En 1567, Saint Pie V par la bulle De salute gregis bannit à jamais les corridas

2010 septembre 27

Tauromachie

Tauromachie

Par la bulle De salute gregis le Pape saint Pie V bannissait en effet et pour toujours, sous peine d’excommunication, la pratique tauromachique comme contraire « à la piété et à la charité chrétienne [afin] d’abolir ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes…».

Après avoir rappelé que le Concile de Trente avait condamné solennellement le duel, le saint Pape ajoute :

« Pour Nous donc, considérant que ces spectacles où taureaux et bêtes sauvages sont poursuivis dans l’arène ou sur la place publique sont contraires à la piété et à la charité chrétiennes, et désireux d’abolir ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes et d’assurer avec l’aide divine, dans la mesure du possible, le salut des âmes : à tous et à chacun de princes chrétiens, revêtus de n’importe quelle dignité aussi bien ecclésiastique que profane, même impériale ou royale, quels que soient leurs titres ou quelles que soient la communauté ou république auxquelles ils appartiennent, Nous défendons et interdisons, en vertu de la présente constitution à jamais valable, sous peine d’excommunication ou d’anathème encourus ipso facto, de permettre qu’aient lieu dans leurs provinces, cités, terres, châteaux forts et localités, des spectacles de ce genre où l’on donne la chasse à des taureaux et à d’autres bêtes sauvages. Nous interdisons également aux soldats et aux autres personnes de se mesurer, à pied ou à cheval, dans ce genre de spectacle, avec les taureaux et les bêtes sauvages.  (…)

Nous interdisons également sous peine d’excommunication aux clercs, aussi bien réguliers que séculiers, pourvus de bénéfices ecclésiastiques ou engagés dans les Ordres sacrés, d’assister aux dits spectacles.  (…) »

Extrait de « De salute Gregis dominici », bulle de Pie V du 1er novembre 1567

Une initiative venue d’Espagne : en 1567, le nonce apostolique Pierre Camajani porte à Rome un mémoire par lequel 70 théologiens espagnols plaident contre les corridas, requête que soutient St François de Borgia et détermine Pie V à prononcer une interdiction irrévocable de la tauromachie.

Les siècles suivants attesteront d’une continuité sans faille dans la condamnation. En 1863, sur les instances de Pie IX, Mgr Plantier décrit avec horreur le spectacle dégradant de l’arène et condamne les spectateurs « qui se repaissent de la souffrance des taureaux, des chevaux et même des hommes ». Mgr Besson de son côté dépeignait en 1885 les souffrances endurées par les chevaux et les taureaux réclamant avec énergie la suppression de spectacles « qui sont la honte de nos mœurs ». En 1920 le Cardinal Gasparri, secrétaire d’État de Benoît XV rappelait que « la barbarie humaine se retranche encore dans les combats de taureaux… l’Église encourage toutes les nobles âmes qui travaillent à effacer cette honte ».

Arènes de Nînes
Les Arènes de Nîmes

En avril 1813, le baron Rolland, Préfet du Gard, propose au ministre de l’intérieur d’ouvrir les arènes au public pour lui donner sa distraction favorite. Il lui écrit : « Le goût qu’a le public pour la course de taureaux est porté jusqu’à la fureur dans ce pays, et nulle part il n’existe aucun emplacement aussi magnifique que celui des arènes. »

À partir de 1853 le monument retrouve sa vocation première avec l’organisation de courses de taureaux camarguaises puis de corridas. Aujourd’hui, l’amphithéâtre accueille les corridas pendant les féria, les plus célèbres fêtes locales (Féria de Pentecôte, Féria du Carnaval en février, Féria des vendanges en septembre).

Monsieur Teissier

Monsieur Teissier

À Nîmes justement, Monsieur « l’abbé » Teissier l’un des deux aumôniers des arènes de Nîmes doit certainement être l’un de ces « prêtres » mondains qui souhaitent plaire. Plaire à une coterie qu’il croit à la mode, cool, in…

Il a, sans barguigner, accepté de faire lui-même une lecture publique d’un texte « Jésus-Christ matador » (lequel assimile la crucifixion de Jésus-Christ aux passes d’un tueur d’arène) à la demande de l’association les « Avocats du diable » !

Grand aficionado depuis 1947, année de sa première corrida, le père Teissier évolue depuis plus de vingt ans dans le mundillo, le demi-monde tauromachique. Tauromachie qu’il pratique à ses heures perdues arguant que « L’église n’a pas de position officielle sur la tauromachie […] La mort de Jésus et la corrida nous renvoient tout simplement à la mort. Et la mort, c’est ce qui nous permet de nous interroger sur le sens de la vie. ».

Une philosophie de bazar que chacun appréciera selon son degré d’éveil… Ajoutons que la plus grande faute du fringant « abbé » est avant tout son ignorance crasse qui, à ce niveau, est un péché contre le Saint-Esprit. Celle également de sa hiérarchie qui eut dû… le bannir depuis belle lurette en vertu de l’excommunication perpétuelle qui s’attache par la bulle de Salute Gregis (1567) de St Pie V.

L’église Conciliaire (L’Église de Vatican II comme elle s’appelle !) dans sa source La Documentation catholique n° 753 (1933), col. 1467-1468. [Tiré du Bullarium privilegiorum ac diplomatum Romanorum Pontificum amplissima collectio, tome iv, partie 2, pp. 1556-1557] précise que ces dispositions ne sont pas reprises dans le code de Droit canonique :

[Note : les dispositions canoniques énoncées par saint Pie V ne sont pas reprises par le Code de Droit canonique ; elles sont donc abrogées. Mais les doctrines et les jugements moraux contenus dans cette bulle ont une valeur permanente.]

Il semble que cela puisse être mis en relation avec la non existence, à notre époque, de chefs catholiques de communautés civiles. Ceux qui, en effet, militent aujourd’hui pour la suppression des courses de taureaux le font pour des raisons passionnelles basées sur le « droit » des animaux ! Rien à voir donc avec la voix de l’Église…

Télécharger De Salute Gregis

11 réponses
  1. Avatar
    Da Silva Maria lien permanent
    juillet 14, 2013

    Comment un homme de Dieu, peut t’il nennir das assassins. Ces animaux sont torturés jusqu’à la mort. Dans une autre vie tous ceux qui cautionnent ces boucheries seront taureaux et connaîtront le même sort…

  2. Avatar
    Da Silva Maria lien permanent
    juillet 14, 2013

    La corrida es tout sauf un « spectacle » un homme de Dieu ne doit pas bennir les assassins, c’est une honte.

  3. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    juillet 15, 2013

    Parfaitement.

    Il convient d’arrêter l’hypocrisie de certains tradis allant jusqu’à fantasmer d’une abolition/ non application de la bulle.
    Je suis originaire des colonies, de la brousse, du sud et je connais bien ces « spectacles ».

    Honteux du point de vue du surnaturel Catholique, ils sont également honteux et pitoyable au simple plan naturel.

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juillet 15, 2013

      Moi j’aime bien la « corrida » ! suis-je damné ?… kenzosmileys

      Un souvenir des années 70, dans votre bonne ville… étant aux arènes, le matador n’étant pas parvenu à la troisième reprise, à mettre à mort le taureau… l’arène complète s’est mise à chanter l’ave maria pour le taureau ! avant la bronca générale…
      Émouvant…

      * La bronca peut être destinée à tous les acteurs de la corrida, comme le matador, les peones de sa cuadrilla, le taureau, l’éleveur ou même la présidence. Le matador est principalement visé lorsqu’il manque l’estocade plusieurs fois et les picadors lorsque les piques sont trop longues ou appuyées.

      • Edouard-Marie Laugier
        Edouard-Marie Laugier lien permanent
        juillet 15, 2013

        L’Église s’est prononcé contre ces spectacles. Que certains y mettent un fond de christianisme n’y change rien.
        C’est une inutile souffrance mais surtout un jeu oiseux avec le taureau, mêlant le risque à la limite du suicide, et l’orgueil du défi.

        Puis il y a le culte de Mithra le sacrifice du taureau, le paganisme qui traine, et les épaves aussi : des aficionados rarement pieux et souvent arrosés.
         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          juillet 15, 2013

          Flamand d’origine et Franc par mes aïeux (mon roi était Clovis), j’ai certainement du sang español qui reste dans mes veines… Vous savez que la Flandre a été sous domination espagnole pendant plusieurs siècles… J’aime la corrida et le flamenco ! …que de dépravations ! allez-vous dire…

          Néanmoins, vous ne pouvez pas nier que les espagnols sont très religieux. Et des aficionados vraiment pieux ne sont pas rare loin de là !
          Je ne souviens plus quel matador (très pieux) n’entrait pas dans l’arène avant avoir eu sa Messe… Luis Francisco Esplá peut-être ?

          * Dans toutes les arènes d’importance il y a une chapelle (capilla) permettant aux toreros qui le désirent d’aller se recueillir avant la corrida. L’orientation d’une arène doit être orientée face à l’est en partant de la loge présidentielle.

          * Même à Nîmes, la capilla est présente :
          « …se devinent les vestiges d’une ancienne chapelle datant du Moyen Âge, dont seules deux colonnes sont encore visibles. Il en existe aujourd’hui une autre. Sa construction date des années 60. Un ancien banderillero français, Adrien Gauttier, dit Soltero, trouvait inconcevable que les toréros ne bénéficient pas d’un lieu où se recueillir avant les corridas, comme le prévoyait le règlement espagnol. »
          in L’antichambre du toréro : http://www.lepoint.fr/villes/l-antichambre-du-torero-25-10-2012-1695446_27.php

  4. Edouard Marie Laugier
    Edouard Marie Laugier lien permanent
    juillet 15, 2013

    Le flamenco c’est autre chose …
    Mais la Corrida  n’est pas discutable, et le sujet de l’article ci dessus l’explique suffisamment.
    C’était là bien une marque de révolte des clergés locaux que d’installer des chapelles dans des arènes et de dire la messe pour des personnes qui, mortes au « combat » seraient privés de sépultures ecclésiastiques.

    Non vraiment il y a mieux comme divertissement que ces trucs là …

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      juillet 15, 2013

      Damned ! … je suis damné là ! Là, c’est sûr que j’irai pas au Paradis là !!! …kenzosmileys

      kenzosmileys

      • Edouard Marie Laugier
        Edouard Marie Laugier lien permanent
        juillet 15, 2013

        Cher CND si vous insistez là dessus c’est peut être que vous savez qu’il y a un « problème » de ce côté là.
        Je ne sais pas si cela est un péché mortel d’assister à une corrida mais je suis certains que cela n’est pas agréable à Dieu.

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          juillet 15, 2013

          Ouuuffffffffffff J’l’ais échappé belle là…
          Saint Pie V sanctionne princes chrétiens, (revêtus de n’importe quelle dignité aussi bien ecclésiastique que profane, même impériale ou royale, quels que soient leurs titres ou quelles que soient la communauté ou république auxquelles ils appartiennent), …soldats (et aux autres personnes ???), …réguliers que séculiers, (pourvus de bénéfices ecclésiastiques ou engagés dans les Ordres sacrés)
          kenzosmileys

          Il ne parle pas des simples et pieux laïcs là !
          Ptete j’aurai ptete bien un ptitcoin Paradis alors… kenzosmileys

          • Edouard Marie Laugier
            Edouard Marie Laugier lien permanent
            juillet 15, 2013

            Ce qui vaut pour les élites, lesquels devant donner l’exemple, faire le bien éviter le mal, vaut pour les fidèles. Ce spectacle est mauvais, pas seulement pour les princes les soldats et les hommes d’Église mais pour tout le monde.

            C’est une mauvaise chose que de vouloir justifier des « passions », que nous avons tous plus ou moins.

            Mais il est vrai que la question de la corrida est elle, véritablement secondaire dans les débats, contrairement d’autres …  :mrgreen::mrgreen::mrgreen:

Les commentaires sont fermés.