Aller au contenu

D’où il est encore question… des positions hérétiques du Blog La Question

2015 mars 6

 

Notre ami Inquisidor, rhéteur devant l’Éternel pour la gloire de Dieu et de la vérité… nous adresse l’étude suivante qui attaque les positions du Blog La Question, — cet infâme nid d’hérétiques dont la mauvaise foi n’a d’égal que la profondeur de leurs erreurs, cet ennemi acharné qui doit être attaqué et dénoncé par tous les moyens — que nous publions bien volontiers pour l’édification de tous nos lecteurs…

 

cropped-laquestion21

 

Réponse d’Inquisidor à Calixte

 

Calixte,

J’ai le devoir de soutenir et proclamer la vérité contre toutes vos allégations fausses et mensongères que vous nous débitez comme à votre habitude, sur un ton suffisant et pontifiant, perpétuel donneur de leçon, en vous arrogant ainsi une autorité que vous n’avez pas. Je ferai donc court car j’estime que tout ce que vous nous dîtes a été maintes et maintes fois réfuté au cours de ces dernières années… Ainsi ce qui va suivre ne s’adresse pas à vous Calixte et à toute la petite bande de courtisan qui vous suit sinon au lecteur de passage et de bonne volonté, car quant à vous et j’en prends la responsabilité morale devant Dieu, je ne vous considère pas comme un interlocuteur intellectuellement honnête avec lequel on puisse avoir un échange qui permette de dégager la vérité en toute sa lumière… Votre hérésie de fond, qui est une Hérésie Volontariste si on y regarde bien de plus près, hérésie que l’on perçoit particulièrement bien dans votre conception du Droit Divin, empêche toute conversation et ce n’est pas votre art consommé de la dialectique qui changera quelque chose au fait que vous êtes dans l’erreur…

Je me contenterai de rappeler seulement brièvement les quelques points suivants :

Concernant le Magistère de l’Église…

 

1° Réduire l’infaillibilité du Magistère aux déclarations solennelles est un vilain mensonge qui se double d’une grosse hérésie, car l’Église (et donc son Magistère) est Infaillible non seulement en matière de Foi mais aussi de Morale et de Discipline… Je rappelle que cette proposition est de Foi… Or ces trois éléments relèvent aussi et tout autant du Magistère Ordinaire, que ce soit du Magistère Ordinaire du Pape ou du Magistère Ordinaire et Universel en union nécessaire avec le Magistère du Pape puisque ce dernier est le principe formel de l’unité, de l’autorité et de la véracité du Magistère Ordinaire et Universel… Or en matière de Foi, de Morale et de Discipline beaucoup de choses sont crues, acceptées et enseignées depuis toujours sans qu’elles aient été l’occasion de déclarations solennelles (= Tradition). Le nier est une hérésie car ce serait alors soutenir que l’Église en tant que telle, dans ce qui relève de son objet propre, pourrait enseigner des erreurs de façon habituelle (ou même de façon purement accidentelle) avant que les vérités de Foi n’aient fait l’objet de déclaration solennelle, et que son enseignement absolument certain se réduirait alors seulement à ces déclarations solennelles, ce qui revient en définitive à nier toute la Tradition de l’Église comme source absolument certaine de la Foi, à nier la valeur des sources scripturaires de cette même Foi et à faire fi de ce qu’enseignent les Pères de l’Église ! En effet la Révélation est close avec la mort du dernier Apôtres et qui pourrait soutenir que la Foi était Vaine et Relative avant la première déclaration solennelle ? Qui pourrait soutenir qu’il n’y avait que de l’implicite dans la Foi avant toute déclaration solennelle ? Hérésie que tout cela !

Ainsi le Magistère Ordinaire sous ses deux formes exprimées plus haut est nécessairement infaillible et non pas « conditionnellement infaillible en son expression » comme L’Hérésie Volontariste le soutient car l’objet sur lequel le Magistère se prononce est en substance identique, qu’il soit exprimé par voie extraordinaire ou bien par voie ordinaire car il repose en fin de compte sur la Révélation et le dépôt de la Foi. Ainsi la Voie Ordinaire et la Voie Extraordinaire ne Diffèrent Donc Pas par l’Objet sur Lequel on se Prononce Mais Seulement par le Mode de Solennité Avec Lequel on se Prononce sur ce Même Objet. La Très Sainte Vierge Marie n’est pas devenue Immaculée selon sa Conception le jour de la déclaration solennelle de ce dogme !… Alors chacun verra facilement qu’il est impossible que l’Église considère comme vrai, absolument vrai, par une expression solennelle ce qu’elle aurait seulement considéré comme « relativement vrai ou seulement implicitement vrai » par un mode d’expression purement ordinaire Comme si en Quelque Sorte le Même Objet de Foi se Dédoublait en sa Réalité Ontologique Selon le Type d’Autorité Engagée ! Où seraient donc l’Unité et l’Actualité vivante de la Foi avant une déclaration solennelle ? Ah ! Quelle belle hérésie et absurdité que voilà ! Cette conception Relativiste et Subjectiviste de la vérité non seulement est contraire à la vérité en sa notion philosophique la plus élémentaire mais relève d’une Hérésie Volontariste qui soutient que la réalité et la vérité Dépendraient de fait du niveau d’autorité avec lequel se prononce le Magistère alors qu’en vérité et ontologiquement parlant, c’est le contraire qui se produit, à savoir que le Magistère adapte (et ne peut qu’adapter) son niveau d’autorité en fonction de l’objet sur lequel son jugement se porte puisque l’objet fait partie du Dépôt Révélé ou en découle nécessairement ! La preuve ? C’est que de fait il n’y a pas de définitions au sens logique du terme des vérités de Foi, même solennellement proclamées, dans la mesure où ces vérités de Foi en leur objet même dépassent la raison humaine ! La Trinité Sainte de Dieu est objet de Foi, article de Foi, vraiment susceptible des déclarations solennelles les plus absolues, qui peut le nier ! Est-elle pour autant incluse dans une définition qui épuiserait le Mystère de ce qu’est la Sainte Trinité comme si une définition logique pouvait épuiser l’essence même des Mystères Divins ? Non évidemment ! Ainsi toute définition énonce seulement avec une Autorité totale qui est en fait celle de Dieu, participée par l’Autorité investie de Droit Divin, ce qu’est la réalité divine dans toute sa pureté et sa véracité MAIS selon notre mode de connaître ! Ainsi quand un Pontife dit en matière de Foi « Nous définissons » il signifie par-là que les paroles énoncées dans la définition correspondent exactement à l’objet de Foi que vise cette définition ! Prétendre le contraire c’est comme dire que la définition épuise rationnellement l’objet même sur lequel porte la Foi et donc c’est détruire la Foi ipso facto ou bien c’est dire qu’elle ne signifie rien du tout et que toute notre Foi est vaine !

De plus, l’objet propre sur lequel tout jugement magistériel se prononce, est la Foi, la Morale, la Discipline, ce en quoi justement ce Magistère est toujours infaillible puisque justement c’est son objet propre et qu’il est de foi qu’il soit infaillible en ses jugements quand il est en possession de son objet propre !…

Que ce soit de foi c’est certain, Mais en Plus c’Est Très Facile de le Prouver Par la Raison… Si on soutient que ce Magistère pourrait errer en quelque circonstance, alors il y a deux cas de figure : dans le premier cas de figure, ou bien le Magistère n’est pas en possession de son objet propre et l’engagement de son autorité qui porte un jugement sur ce qui ne le concerne pas est alors un jugement possiblement faillible, ou bien second cas de figure, ce Magistère se trompe en engageant son Autorité sur ce qui relève de son objet propre. Mais dans ce cas où il se prononce en tant que Magistère, Je Dis Bien en Tant Que Magistère, alors comme il est en possession de son objet propre, il ne peut pas errer. S’il erre c’est qu’il n’est pas le Magistère mais autre chose, c’est-à-dire une singerie de magistère ! En effet, si on le nie, le Magistère serait de fait et en sa nature même possiblement incompétent et serait donc un Magistère non seulement faillible mais aussi INUTILE puisqu’incapable de discerner le vrai du faux de manière certaine ! De plus quel serait le critère objectif pour nous assurer que ce Magistère serait une fois en train d’errer et une autre fois en train de se prononcer en toute vérité ? Aucun critère…sinon purement subjectif ! En effet un jugement de soi faillible dans un sens peut très bien l’être dans l’autre sens ! Où sera donc le vrai ? Or, et tant pis pour le contradicteur, tout jugement est un acte de l’intelligence, et il ne peut qu’être vrai ou faux, et soutenir que de soi le Magistère est incapable de se prononcer quant à ce qui en toute raison certaine relève de sa compétence magistérielle, c’est nier le ce pourquoi il a été institué ! Il est donc bien INUTILE ce Magistère qu’on prétend faillible ! INUTILE pour défendre la Foi, INUTILE pour enseigner toutes les nations ! En effet être compétent en matière de Foi et de Doctrine, C’Est Détenir le Pouvoir de la Raison Quant à Discerner le Vrai du Faux et poser un Jugement en rapport ! Et ce Pouvoir on l’A ou on ne l’A Pas ! Si on le nie on pose l’incompétence Comme Principe Intrinsèque et Privatif du Magistère et c’est donc soutenir que le Christ a institué un Magistère Totalement Inutile ! Belle hérésie que voilà encore une fois ! Magistère et incompétence sont donc deux notions contradictoires entre elles qui s’excluent mutuellement comme on vient de le voir ! L’Église ne joue pas au poker avec la Vérité parce que l’enjeu est le salut des âmes ! C’est clair et c’est enfantin de le comprendre ! D’autre part, qui ne voit aussi avec facilité, si l’Autorité en possession de son objet propre pouvait errer, qu’on ne pourrait alors trouver aucun critère extérieur pour discerner le vrai du faux, la vérité étant devenue relative et impossible de fait à prononcer au sein même de l’Église !… Alors la vérité ne serait seulement perçue, comme je l’ai dit, que par un jugement privé audacieux mais devenu nécessaire, bien que n’ayant en soi aucune autorité ! C’est absurde et c’est contraire à la nature hiérarchique même de l’Église ! C’est contraire à son pouvoir d’enseignement et c’est également contraire aux promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ ! Ainsi le Magistère de l’Église Est Infaillible Selon Tous ses Modes, Ordinaire ou Extraordinaire, ou Bien Il n’Existe Pas !

Pour le démontrer encore une fois s’il était nécessaire, faisons appel au Pouvoir des Clefs. Je rappelle ici que ce pouvoir, si on suit le texte évangélique minutieusement, N’Est Absolument Pas Conditionnel et lie au Ciel ce qui est lié sur terre et délie au Ciel ce qui est délié sur terre quant à TOUT ce que le Magistère décide de juger par son Autorité.

Matthieu 16:19 « Et je te donnerai les Clefs du Royaume des Cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les Cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les Cieux. »

Or si on prétend que ce qui est lié ou délié sur terre dépend de la volonté du Magistère on a raison de le dire, MAIS dès que le Magistère en tant que Magistère se prononce concernant TOUT ce sur quoi il se prononce et qui relève de son objet propre, alors c’est donc qu’il a la volonté de s’engager, sinon c’est absurde de soutenir qu’il voudrait et ne voudrait pas quelque chose en même temps et sous le même rapport ! Ainsi dès que le Magistère se prononce sur ce qui est son objet propre, il lie Nécessairement au Ciel ce qu’il lie sur terre ! En effet le texte évangélique est clair « TOUT ce que tu lieras sur terre sera lié au Ciel », et c’est comme dire : « dès que tu engages ton jugement par ton Autorité de Pontife en liant sur terre quelque chose et qui relève de ton objet propre, Moi Christ, je lie ta volonté à la Mienne par ce que en fait je t’ai investi de Mon Autorité et que tu participes à Ma Volonté! » Si on le nie cela voudrait dire qu’on lie la Volonté du Christ à celle du Magistère et non celle du Magistère à celle du Christ, avec Les Conséquences Volontaristes que l’on connait à savoir qu’on pourrait lier la Volonté du Christ dans l’erreur, même dans l’hérésie, à celle du Magistère qui serait alors posé Comme Premier Principe et pire encore, Comme Premier Principe d’Errance Liant le Christ Lui-Même Dans l’Erreur Comme si le Christ n’Était pas Dieu, n’Était pas Premier Principe de Toute Chose et de Toute Autorité !…Absurdité théologique, hérésie sans nom, qui s’oppose donc au Pouvoirs des Clefs entendus correctement ! AINSI une nouvelle fois on peut affirmer que par le Pouvoir même des Clefs, Ll Magistère de l’Église Est Infaillible Selon Tous Ses Modes, Ordinaire ou Extraordinaire, ou Bien Il n’Existe Pas !

Donc, comme en matière de Foi, de Morale et de Discipline, l’Église est infaillible il est certain que le Magistère doit l’être tout autant quelles que soient les conditions selon lesquelles il s’exprime, que ce soit :

a) par son Magistère Solennel quand il juge qu’une déclaration de ce type est nécessaire pour le bien de toute la chrétienté. Je soulignerais ici que le dogme proclamé N’Est Pas une Nouveauté puisqu’est Close la Révélation Avec la Mort du Dernier Apôtre, ce qui est nouveau ce n’est donc pas la substance même du dogme et encore moins la réalité divine qu’il désigne, mais l’obligation morale de croire en ce qui est défini et qui ne l’était alors que de manière implicite en ses conséquences, et l’obligation morale de croire en la validité de la précision théologique même apportée à la Doctrine par la définition dogmatique proclamée. En effet, la substance même de ce qui est de Foi repose en fin de compte sur la Vérité Éternelle et Immuable qu’est Dieu. Ainsi entre l’implicite et l’explicite de la Foi, il n’y a pas opposition de contradictoire sinon de niveau d’achèvement de détermination pour l’intelligence. Ainsi il est impossible que ce qui a été toujours cru et enseigné dans l’Église s’oppose contradictoirement à ce qui est défini un jour solennellement par l’Autorité, car de fait c’est la même Foi en son unité qui est exprimée, et soutenir le contraire serait soutenir que le contenu de la Foi a changé après une déclaration solennelle …Quelle belle hérésie ! Il est donc vain non seulement d’opposer la Foi d’avant et d’après une déclaration solennelle mais aussi d’opposer les Autorités qui la défendent et qui l’ont toujours défendue, puisque la Foi est UNE à partir du moment où la Révélation est close et c’est la même Autorité qui se prononce selon des modes différents !… D’ailleurs historiquement, que ce soit par les Conciles Généraux, les décisions pontificales de toute nature, toutes les décisions que l’Église a pu prendre tant sur le plan doctrinal que moral et disciplinaire furent des décisions en vue de la défense de la Foi et du Bien de l’Église, dans une continuité et une unité parfaites jusqu’à cette Révolution et cette Grande Apostasie que fut Vatican II…

b) OU par son expression à travers la Tradition et son enseignement constant à travers les siècles c’est-à-dire par son Magistère Ordinaire. Car le Magistère Ordinaire et le Magistère en son expression solennelle sont mus par une même fin : la Gloire de Dieu et le salut des âmes ! La Gloire de Dieu et le salut des âmes seraient-ils donc à géométrie variable ? Seraient-ils soumis aux caprices d’un Magistère d’un côté infaillible et d’un autre côté faillible selon son humeur ? Que soient anathèmes ceux qui professent de telle horreurs, qui nient la Sainteté de l’Église, son Unité et son Infaillibilité et qui oublient que c’est le même Christ qui est la tête de l’Église et qui dirige par son Autorité Divine le Magistère visible de l’Église sur cette terre en TOUS ses modes d’expression !

Qui Ne Voit Donc Que la Conception Volontariste de l’Église Est une Hérésie et qu’elle aboutit de fait à la doctrine de l’évolution des dogmes, au libre examen sur ce qui est à croire ou ne pas à croire, dogmes qui ne seraient alors dans une vision réellement moderniste des choses, que l’expression de la subjectivité pure et simple du Magistère soumise elle-même aux temps et aux modes de pensée du moment ! Bref en un mot, c’est détruire toute l’Église et toute sa Tradition, c’est de fait du Protestantisme ! On voit ainsi la position erronée, hérétique même de ceux qui affirment : « Le Pape invoque donc l’infaillibilité pontificale uniquement lorsqu’il proclame solennellement un dogme », comme si on laissait entendre qu’en dehors de cette condition l’Église était devenue totalement faillible ou « possiblement faillible »  ce qui revient au même…

 

Concernant Vatican II…

 

On nous rebat les oreilles depuis 50 ans que Vatican II ne serait qu’un concile pastoral, qu’il n’aurait engagé en rien l’autorité infaillible du Magistère, que tout ce qu’il y a dans ce concile n’engagerait en rien la foi et blablabla et blablabla… Pourquoi le dit-on ? Pour nous faire avaler que les erreurs et hérésies contraire à la Foi exprimées ne seraient pas l’expression du Magistère Infaillible mais seulement l’expression d’un Magistère en soi et par nature très faillible… Voilà une belle foutaise et une contre vérité absolue !

Pour s’en convaincre, il suffit de relire les actes de ce même concile (conciliabule devrais-je dire…) pour s’apercevoir de deux choses :

1° Il y a deux Constitutions Dogmatiques : Lumen Gentium et Dei Verbum… N’importe quel crétin est capable de voir que des Constitutions Dogmatiques engagent nécessairement l’Infaillibilité du Magistère de l’Église car elles concernent immédiatement la Doctrine de la Foi… Or que lit-on dans Lumen Gentium ? De belles hérésies ! Je cite :

« Cette Église comme société constituée et organisée en ce monde, c’est dans l’Église catholique qu’elle SUBSISTE, gouvernée par le successeur de Pierre et les évêques qui sont en communion avec lui, Bien Que des éléments nombreux De Sanctification et de Vérité se Trouvent Hors de sa Sphère, éléments qui, appartenant proprement par le don de Dieu à l’Église du Christ, portent par eux-mêmes à l’unité catholique. »

Première hérésie : l’Église du Christ ne subsiste pas dans l’Église catholique, elle EST l’Église Catholique… En effet, le terme de subsister dans (subsistit in) signifie clairement que se distingue l’Église du Christ et l’Église Catholique (car ce qui subsiste en quelque chose se distingue forcément de ce en quoi il subsiste) ce qui est une hérésie absolue contraire à tout l’enseignement des Pères, des Conciles et de la Tradition… Cela signifie donc que, par voie de conséquence, l’Église Catholique ne serait pas le seul et unique moyen de salut, ce qui est contraire à la Foi !

Seconde hérésie : elle provient de la première… je cite :

« …des éléments nombreux de sanctification et de vérité se trouvent hors de sa sphère, éléments qui, appartenant proprement par le don de Dieu à l’Église du Christ, portent par eux-mêmes à l’unité catholique »…

Belle hérésie que voilà comme si des éléments étrangers à l’Église Catholique pouvaient être en soi des éléments de salut et de sanctification et comme si ces éléments pouvaient subsister en même temps en dehors de cette unique Église du Christ !

Troisième hérésie :

« Ainsi donc, à cette unité catholique du Peuple de Dieu qui préfigure et promeut la paix universelle, tous les hommes sont appelés : À cette Unité Appartiennent sous diverses formes ou Sont Ordonnés, et les fidèles catholiques et ceux qui, par ailleurs, ont foi dans le Christ, et finalement tous les hommes sans exception que la grâce de Dieu appelle au salut. »

Ici on met au même niveau les fidèles catholiques qui ont la vraie foi et tous les autres « qui croient au Christ » (chacun selon sa petite idée !) et finalement « tous les hommes sans exception » qui seraient ainsi en soi, par leur nature propre, Ordonnés vers l’unité catholique ! Belle hérésie que voilà car je me demande comment les sectes hérétiques, les musulmans, les athées, etc., puissent être en soi Ordonnés à l’unité catholique sans que de façon antécédente ils ne se soient convertis !!

Je pourrais continuer ainsi longtemps à travers tous les actes de Vatican II, relever chaque erreur et hérésie qui s’oppose de manière contradictoire à l’enseignement constant de l’Église, mais le lecteur normalement constitué dans sa foi catholique pourra voir au minimum que c’est pour le moins étrange de voir une Constitution Dogmatique d’un concile soit disant général et œcuménique nous sortir de telles erreurs qui s’opposent de manière contradictoire à ce qui a toujours été cru dans l’Église !

2° Chaque constitution du concile Vatican II se termine par la ratification par Paul VI selon les termes suivants :

« Tout l’Ensemble et Chacun des Points qui ont été édictés dans cette Constitution Dogmatique ont plu aux Pères. Et Nous, en vertu du Pouvoir Apostolique Que Nous Tenons du Christ, en Union Avec les Vénérables Pères, Nous les Approuvons, Arrêtons et Décrétons Dans le Saint-Esprit, et Nous Ordonnons que ce qui a été ainsi établi en Concile soit promulgué Pour la Gloire de Dieu. »

ou bien se termine par :

« Tout l’ensemble et chacun des points qui ont été édictés dans Cette Déclaration ont plu aux Pères. Et Nous, en vertu du pouvoir apostolique que Nous tenons du Christ, en union avec les vénérables Pères, Nous les approuvons, arrêtons et décrétons dans le Saint-Esprit, et Nous ordonnons que ce qui a été ainsi établi en Concile soit promulgué pour la gloire de Dieu. »

Qui peut soutenir en toute bonne foi et conscience que l’autorité suprême et infaillible du Pontife Romain n’est pas ici engagée car visiblement elle concerne la Foi et les Mœurs et qu’elle n’est pas en union avec ce qui a « plu aux Pères », c’est-à-dire en union avec toute l’Église ? Il est dit : « en vertu du Pouvoir Apostolique que Nous tenons du Christ… Nous les Approuvons et Décrétons Dans le Saint-EspritPour la Gloire de DieuNous Ordonnons… ». Il n’est pas écrit : « en vertu du pouvoir apostolique à géométrie variable que Nous tenons du Christ … Nous les approuvons et décrétons dans le Saint-Esprit lui-même à géométrie variable et pour la Gloire de Dieu telle que nous, nous la concevons et nous ordonnons si vous le voulez bien… »… En appeler au Pouvoir Apostolique (au singulier et non au pluriel, ce qui prouve bien son unicité) et Approuver et Décréter Dans le Saint Esprit et Pour la Gloire de Dieu et Ordonner qu’il en soit ainsi, n’est-il pas le signe de l’utilisation de l’Autorité suprême puisque le Pontife ratifie par son pouvoir unique qu’est le sien ce que l’Église Universelle semble devoir et vouloir imposer comme doctrine, et c’est aussi par le fait même utiliser le Pouvoir des Clefs dans le sens où ce que le Pontife approuve et décrète, Dieu le décrète et l’approuve ? Pouvoir qui doit s’exercer de façon infaillible, nécessairement, sinon ce serait comme le font les volontaristes et subjectivistes de tout poil, soutenir que l’erreur peut se glisser en Dieu ! Que soit anathème celui qui oserait le penser un seul instant !

Alors comment un document qui porte toutes les marques de l’Autorité suprême et infaillible de l’Église en son expression magistérielle, peut-il contenir des erreurs et des hérésies si grossières sur la Foi, qu’elles auraient fait encourir jadis à leurs auteurs l’excommunication pour hérésie et donc leur sortie immédiate de l’Église ?!!!! Que chacun en déduise ce qu’il doit en toute intelligence en déduire ! Qui ne voit aussi le fallacieux de ceux qui récupèrent à contresens ce type de sentence : « si viennent à manquer l’amour et la fidélité envers l’ancien, l’Esprit de Vérité empêche, par une assistance purement négative, qu’une définition erronée ne soit proclamée par le Magistère infaillible » pour nous faire avaler que dans Vatican II comme il n’y a pas eu de définition, DONC il était tout à fait normal que Vatican II pût être plein d’erreurs ! Qui ne voit la perversité d’une telle argumentation !

On voit ainsi le fallacieux, que dis-je le mensonge de ceux qui utilisent pour soutenir leur thèse volontariste, ce que dit le Cardinal Journet : « Le degré avec lequel le Magistère s’exprime dépend donc encore une fois de la volonté, de l’intention du Pape et des Évêques unis à lui. Il n’y a pas de coïncidence définitive entre Magistère extraordinaire et Magistère infaillible. » (Cf. C. Journet, L’Église du Verbe Incarné, p. 531), pour nous faire avaler leurs hérésies. En effet on veut nous faire avaler deux choses : premièrement que la volonté, l’intention du Pape serait le seul principe qui pourrait régir en soi les raisons du degré d’autorité engagé comme si celui-ci ne dépendait QUE de la volonté et non de l’OBJET sur lequel porte cette volonté et deuxièmement on veut nous faire avaler que selon Journet, puisque qu’il n’y a pas coïncidence entre le Magistère Extraordinaire et le Magistère Infaillible, il n’y aurait de réellement infaillible que ce qui relève du Magistère Extraordinaire ! Beau tour de passe-passe d’une malhonnêteté intellectuelle telle qu’elle laisse sans voix !

Je ne veux pas m’étendre plus sur tout cela… D’autres l’ont fait avant moi avec beaucoup plus de panache et de talent… Il n’y a qu’à les lire… Je tenais seulement à rappeler ici quelques points essentiels concernant les controverses actuelles… Et ceux qui ne veulent pas voir et bien qu’ils ne voient pas ! C’est leur problème en leur âme et conscience face à Celui dont on ne se moque pas impunément !…

Inquisidor

 

 

41 réponses
  1. Charles
    Charles lien permanent
    mars 6, 2015

    Un immense merci à Cave Ne Cadas pour avoir mis en ligne cette réponse magistrale d’un de nos amis à Calixte du blogue La Question. Ainsi les lecteurs de bonne volonté pourront-ils lire une réponse vraiment catholique face au déferlement toxique de ces têtes pensantes du traditionalisme de droit divin et de leurs alliés objectifs, les « guérardiens ricossaniens »……http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif
     

  2. Jean-Marie de la Salle
    Jean-Marie de la Salle lien permanent
    mars 7, 2015

    Tres belle démonstration, merci.

  3. Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus
    Omnibus Orthodoxis atque Catholicae, et Apostolicae Fidei Cultoribus lien permanent
    mars 8, 2015

    Le Divin Enfant vous dit : — « Nous devons estimer leur zèle et applaudir à leur dévouement » (de la bouche de Mgr Freppel)

    Saint François de Sales illustre parmi les doux pour exceller en l’humble douceur imitée du Sacré-Cœur ainsi que l’invite le Bienheureux Apôtre Saint Paul : « Mes frères, si un homme est tombé PAR SURPRISE [et c’est bien là toute la différence, et non pas par l’orgueil obstiné d’un malin plaisir intellectualiste] dans quelque faute, vous qui êtes spirituels, relevez-le avec un esprit de douceur » (ma résolution de Carême, ça va pas être du gâteau !)

    …cela même dans la plus pugnace des controverses, chose si généralement ardue mais ô combien formidable maîtrise de l’irascible passion palpitante du cœur en l’Absolu « Veritatem facientes in Caritate » quoique quand la parole reste impuissante, il reste encore la corde pour se faire entendre des marchands du Temple.

    « Vous possédez la vérité ! dit François, bénissez le Ciel !

    C’est un grand bien, c’est le plus grand de tous, mais n’en abusez pas, ajoute t-il. N’ajoutez pas le mépris qui blesse, l’insulte qui tue. Vous voulez ramenez une âme à la vérité, elle est loin de vous, un abîme vous sépare. Eh bien ! Faites-lui de votre bonté, de votre tendresse comme un pont d’or sur lequel elle puisse arriver jusqu’à vous ; rappelez-vous bien que vous n’aurez jamais remporté de victoire plus sûre, plus décisive, plus digne de Dieu et de la vérité que lorsque, attiré peu à peu et doucement par ce fil de la charité que vous lui aurez mis en main, l’adversaire en cédant à la force de vos raisons, aura paru à ses propres yeux n’avoir cédé qu’à lui-même. »

    En un mot comme en cent, miséricorde du miséricordieux envers celui qui s’humilie sincèrement en la présence de la vérité démontrée, miséricorde avec la nature de l’homme adamique surpris par quelques faiblesses intellectuelles et/ou morales natives ; ainsi rendu, plaise à Dieu, d’autant plus vertueux en miséricorde que cet état de privation publique de pape durant l’éclipse sensible donc cachée de l’Église Militante « Ecclesia abscondita » le recommande et témoin intransigeant avec l’erreur bonasse manifeste « ut non declinet cor meum in verba malitiae, ad excusandas excusationes in peccatis » d’aucuns trouvent aussi l’excuse de tolérer le mensonge de l’erreur cultivé par ceux qui s’affranchissent sans honte de leur élastique conscience émoussée et disent effrontément que deux et deux feront désormais cinq surtout quand celle-ci « pasionaria » se renforce dans l’orgueil opiniâtre et tourne superbe à l’hérésie spécieuse dont elle se nourrit et s’entretient mutuellement par esprit diabolique tenace, divise malheureusement les bonnes volontés éprises de Vérité et de l’énergumène de Genève à la testostérone agressive subjugue même un clerc éprouvé que nous n’espérons pertinace :
     



     
    Qui osera se montrer encore libéral et tolérer le mensonge de l’Apostasie vaticane et de ses nombreux satellites affidés dont « la Question » est le plus fervent soutien tel un agneau galeux !

    Une tout autre manchette pourrait aussi titrer :

    « Ces “catholiques” libéraux complices du Modernisme »

    Car, d’une « Bibliothèque de combat » soutien d’un renard una cum antisémitique faisant le jeu de l’Ennemi en transposant notre Agonie en un terrain racial qui n’a pas lieu d’être — nous adorons tout de même, Yahvé [JE SUIS] révélé fait homme, choisi en la descendance royale de David, de la fidèle noble race hébraïque mariale — alors que ce combat est avant tout à l’exemple de Saint Louis et des papes tout spirituel contre le talmud antichrétien de Dathan contre Moïse et le Messie Jésus-Christ, Notre Seigneur.
    Au reste, « Sédévacantisme » s’abreuvant à la source empoisonnée du cassis, ne se garde pas non plus hélas du levain des pharisiens non una cum qui intronise canoniquement un intrus talmudiste.

    « On ne doit pas abandonner la Vérité à Elle-même sous prétexte qu’étant la Vérité, Elle aura nécessairement raison de l’erreur.
    Il faut La défendre DE TOUTES SES FORCES. »
    Mgr Freppel

    Qui d’entre vous n’a-t-il pas essuyé les affronts perfides de faux frères « catholiques » de tout poil : conciliaires, fausses fraternités et instituts de mauvais conseil, les uns autant que les autres cherchant toujours scrupuleusement soit des poux sur la tête intellectuelle d’un chauve ou des morpions dans le slip moral d’un eunuque.

    « Défendre la Foi, ce n’est pas La juger ; venir en aide au corps des pasteurs par les lumières de la science, ce n’est pas se substituer à son autorité.

    TOUT LAÏC PEUT LA DÉFENDRE

    Ce n’est pas seulement SON DROIT, mais un devoir pour quiconque est à même d’exercer ce ministère avec fruit.
    Chaque chrétien devient par son baptême membre de l’Église, et reçoit, comme tel, la mission de travailler à la propagation du Règne de Dieu dans la mesure de ses forces.

    Là est le fondement du droit qu’ont les laïcs de prendre la défense de la Foi.

    Ce droit, exercé sous la surveillance des pasteurs [aujourd’hui l’intemporel Magistère authentique des papes et décrets catholiques subséquents des conciles œcuméniques], nul ne peut le leur enlever, parce qu’il émane du caractère indélébile que le baptême leur confère.

    La Vérité est le patrimoine commun de tous les fidèles ; il ne faudrait pas, sous prétexte de vouloir écarter ce péril de laïcisme, en faire naître un autre.

    Rien n’est plus favorable au triomphe de la Vérité que cette participation des laïcs à l’apologie de la Foi.

    Loin de décourager, par des défiances excessives, ceux d’entre eux qui mettent leur talent au service de l’Église, nous devons estimer leur zèle et applaudir à leur dévouement. Les avantages dépassent les inconvénients. » Mgr Freppel

    Et nous n’avons pas à reprocher à l’étude de Inquisidor, ce ton prétentieux disent-ils par trop polémique souvent satirique plein de traits vifs, acérés et mordants d’un certain Omnibus jupitérien aux foudres d’allumette à l’endroit des négateurs aux frontières du réel et que dire cher Cave Ne Cadas, tel Joseph vendu par ces frères, de ceux qui nous demande raison de leur déraison pour laquelle il n’y a plus de remède que la dérision même de ceux qui se moque de Dieu,

    On devine aisément par avance les sourires amusés des badauds sensibles comme des indes galantes…
    Tout beau ! prenez garde à ce que vous allez dire, un grand esprit  vous répliquera encore :

    « Ce serait méconnaître les droits de la Vérité que d’en resserrer la défense dans des bornes trop étroites. La vraie modération n’exclut pas plus l’ironie de la satire que la véhémence de l’invective ; il ne faut pas crier au scandale chaque fois qu’un écrivain catholique peint l’erreur sous ces couleurs vives et saisissantes, qu’il met en relief ce qu’elle a de ridicule et d’absurde. La Charité n’interdit pas l’usage de ses armes, et la Justice l’exige !

    Il y a une ignorance coupable, une haine de la Vérité et une passion du mal qu’il faut combattre à outrance lorsqu’on a l’honneur de défendre la Cause chrétienne : ici l’indulgence ne serait que de la mollesse, et la crainte de déplaire ou de froisser, un pur aveuglement.

    L’intérêt des âmes exige souvent qu’une main hardie arrache le masque aux ennemis de la Foi pour les faire apparaître tels qu’ils sont. Si le ridicule s’attache aux choses et aux hommes ainsi dépouillés de leur prestige, la faute en est à ceux qui appellent l’attention sur leurs propres travers. Avec la Charité pour motif et la Justice pour règle, l’invective perd sa violence et la satire son fiel. » Mgr Freppel

    Après tout, ne sommes nous pas des nains (lilliputien indigne quant à moi) sur les épaules fantastique d’un certain géant de naguère, « l’Univers » du formidable Louis Veuillot ! ,
    Jérôme Bourbon me semble-t-il en est le digne héritier, cependant encore beaucoup trop diplomate à mon goût…
    or, las de commenter dans le désert spirituel les facéties du diable, j’aspire du moins à un Samson terrible qui fasse tout crouler une bonne fois pour toute.

    Démonstration musclée, merci Inquisidor pour ce saint office !

    Édifiante prédication de Don Floriano à 2’01 à ce sujet.
    Aussi quel dommage qu’il fraye encore avec l’attrape-piège des ricossaniens « nolite ergo effici participes eorum » met en garde l’Apôtre ; Don Marchiset en a pâti par ailleurs et pourquoi n’y a-t-il toujours pas de crucifix à son autel !?
     

     
    Bon Carême !

     

  4. Charles
    Charles lien permanent
    mars 8, 2015

    Cher Omnibus…c’est toujours un plaisir rare et exquis de vous retrouver et de vous relire après une pause sans doute bien méritée…

    Nul doute qu’INQUISIDOR, que je m’honore de compter parmi mes amis, se félicitera des compliments que vous lui faites et comme nous sommes en période de Carême il ne manquera pas de mettre son inspiration sous l’étendard de l’Esprit Saint auquel nous devons toutes nos bonnes pensées et cogitations…

    « Arracher le masque »…tout est dit en effet cher Omnibus !!! Gageons que vous et nous jouissons d’un vaste grenier pour les entreposer — ces masques —  afin qu’ils se décomposent dans la moisissure fétide que leur fera  subir le temps qui passe…celui qui n’appartient qu’à Dieu !
     

  5. Inquisidor
    Inquisidor lien permanent
    mars 9, 2015

    Merci « Omnibus » pour votre intéressant et émouvant commentaire… Les hérétiques gnostico-volontaristes de « La Question » sont en colère… Ils ne purent contenir bien longtemps  leur rage diabolique et c’est une bonne chose ! Les gourous de la secte  de « droit divin à leur façon » sont en émoi ! C’est bon signe… « Arracher le masque »  fait effectivement partie du Combat de la Foi… Reste à savoir par quel pouvoir occulte ils sont mus et le moins que l’on puisse dire c’est que là nous entrons dans les ténèbres sans fond du Mystère d’Iniquité !
     

    • Cave Ne Cadas
      Cave Ne Cadas lien permanent*
      mars 10, 2015

      En effet mon cher Inquisidor
       
      Ça tire à boulets rouge de part la-bas !!!
       

      Nous informons nos lecteurs, que le sieur « Inquisidor », comme il devenu une habitude dans les pratiques talmudiques assez dérisoires des hérésiarques schismatiques, s’est empressé de rédiger une réponse assez vulgaire et peu courtoise à ce que lui avait asséné comme vérités doctrinales notre ami Calixte (actuellement en retraite de Carême) https: kenzosmileys (censuré car inutile…), « réponse » qu’il est allé publier – sans doute pour éviter le risque de se faire démontrer une nouvelle fois sévèrement ses erreurs –, sur l’espace virtuel protégé du mensongèrement dénommé : « CatholicaPedia Blog ».
       
      Voici cette prétendue « réponse », en réalité un très vain, laborieux, et inutile exercice d’auto-justification de l’hérésie sédévacantiste qui allègrement, bafoue le « droit divin » tout en instaurant l’anarchie luthérienne du libre examen au sein de l’Église – ceci au prétexte d’une conception faussée de l’infaillibilité du Magistère Ordinaire considéré par les sectaires schismatiques comme « nécessairement infaillible » alors que l’on sait, l’ensemble des docteurs s’accordant sur ce point, qu’il doit être regardé comme « conditionnellement infaillible » –, libre-examen qui, objectivement, en revient à en faire une entreprise travaillant à la destruction de l’institution fondée par Jésus-Christ, à l’origine de cette prétendue « réponse » donc, que nous portons, malgré le caractère grossier de son procédé, à la connaissance de chacun afin que les observateurs puissent juger du degré d’égarement inquiétant auquel peut conduire une logique empoisonnée puissamment erronée :


       

      (notre article d’Inquisidor)…
       


       
      On ressort évidemment songeur de la lecture de ce très besogneux pensum, victime d’une incompréhension totale des critères de l’infaillibilité de par son oubli drastique de la distinction essentielle et nécessaire à effectuer entre « Magistère ordinaire conditionnellement infaillible » et « Magistère extraordinaire pleinement infaillible », dans la mesure où il n’y a pas coïncidence constante et définitive entre eux, faisant qu’il peut y avoir des cas exceptionnels comme le fut Vatican II, où un acte du « Magistère ordinaire authentique » ne possède pas la note de l’infaillibilité.
       
      Ainsi, bien que cette question soit depuis bien des années tranchée, Calixte apportera, s’il le souhaite, une réponse développée au dénommé « Inquisidor », quoique la platitude de l’argumentaire et le procédé employé, ne méritent pas que l’on consente, à notre avis, à accorder une attention exagérée à ces divagations sectaires.
       
      Pour ce qui nous concerne, puisque la réponse d’Inquisidor a été mise en ligne sur le « CatholicaPedia Blog » sous forme d’un article ayant pour titre, assez comique de la part de schismatiques avérés que la situation canonique, en raison de leurs déclarations publiques blasphématoires et leur refus de reconnaître le pontife romain, place formellement hors de l’Église : « D’où il est encore question… des positions hérétiques du Blog La Question » (sic!) …, nous renvoyons nos lecteurs, pour tout ce qui touche au sujet du Magistère, à nos analyses qui depuis longtemps ont fait la lumière sur les différents points condamnant la secte sédévacantiste et ses pernicieuses erreurs empoisonnées, secte surtout et principalement totalement ignorante, comme nous l’avons largement démontré, du « droit divin » régissant l’Église qu’elle piétine scandaleusement, à la suite de tous les hérétiques les plus odieux qui se sont écartés de l’Église depuis des siècles pour les motifs les plus divers, et dont les actuels sédévacantistes viennent, aujourd’hui, grossir la triste et abominable liste :

       
      https: kenzosmileys (censurés car inutiles…)
       

  6. Inquisidor
    Inquisidor lien permanent
    mars 10, 2015

    la question reprend les thèses hérétiques et volontaristes de l’Abbé de Nantes …
     
    Citons le passage intéressant pour bien montrer que  la secte  « La Question » reprend à son compte  ces thèses hérétiques, et on pourrait d’ailleurs en déduire que les gourous de cette même secte  sont tous issus de la CRC ou pour le moins,  gravitent  autour d’elle  comme des vautours autour du même cadavre putride, en l’occurrence celui de l’hérésie.
    Voirhttp://crc-resurrection.org/toute-notre-doctrine/contre-reforme-catholique/opposition-papes/les-limites-de-lobeissance-au-pape/
     
    Je cite :

    « Le Magistère ordinaire est CONDITIONNELLEMENT INFAILLIBLE. Si l’on veut bien considérer comme caractéristique de cet ENSEIGNEMENT AUTORISE, qu’on appelle magistère commun ou ordinaire, d’être en tout l’écho de la tradition unanime de l’Église, il paraît bien qu’il jouit, lui aussi et de ce fait, de l’infaillibilité. Quand le Pape, ou quelque évêque, ou quelque curé même, enseigne ce que l’Église a toujours et universellement tenu pour certain, il dit vrai nécessairement et infailliblement. (…)
     
    En revanche, s’il advient que le Pape ou les Évêques, même dans leur enseignement “ authentique ”, enseignement donné par eux en vertu de leur fonction, avec l’autorité de leur rang, en viennent à proférer quelque nouveauté ou quelque opinion discutée, pareille doctrine ne peut être considérée comme relevant du Magistère ordinaire. Elle ne présente alors aucune garantie d’infaillibilité. Et c’est la grande infirmité de ce magistère ordinaire de n’être pas séparé par une frontière nette et incontestable du royaume des opinions humaines. »

     
    Chacun pourra voir l’hérésie « denantiste » dans cette dissociation  fallacieuse entre Magistère Authentique et Magistère Ordinaire…
     
    Analysons logiquement les termes mêmes de ces fallacieuses expressions :
    Authentique signifie, si les mots ont encore un sens dans la bouche de ces hérétiques notoires,  « qui n’est pas autre chose que lui-même » ou pourrait-on dire « qui n’est pas altéré, qui n’est pas une contrefaçon ». Ce qui signifie ici qu’il est un Magistère Catholique, investi  de l’Autorité de Droit Divin. Alors n’importe quel  imbécile verra avec facilité que le Magistère Authentique par le sens même des termes employés,  signifie qu’on est en présence du VRAI Magistère de l’Église sinon il ne serait pas « authentique » ! D’ailleurs le brûlot hérétique denantiste le précise en disant : « …même dans leur enseignement “ authentique ”, enseignement donné par eux EN VERTU de leur fonction, avec l’autorité de leur rang ».
     
    J’insiste sur les mots employés…  « ENSEIGNEMENT DONNÉ …EN VERTU DE LEUR FONCTION… AVEC L’AUTORITÉ DE LEUR RANG »
     
    Or Le Magistère Ordinaire comme on le voit facilement est un Magistère qui correspond totalement à ces critères à savoir un Magistère qui enseigne EN VERTU de sa fonction (Missio)  avec L’AUTORITÉ de son rang (Sessio)… Qui ne  voit  alors, dans le cas particulier qui nous occupe,  qu’on ne peut effectuer de distinction logique entre Magistère Ordinaire et Magistère Authentique puisque « authentique » signifie justement  qu’il n’est pas une contrefaçon et DONC QU’IL ENSEIGNE EN VERTU DE SA FONCTION ET AVEC L’AUTORITÉ DE SON RANG !…
     Ce qui signifie en clair que le Magistère Ordinaire AVEC LA MÊME FONCTION EN ACTE ET AVEC  LA MÊME AUTORITÉ EN ACTE pourrait tout aussi bien nous sortir des erreurs comme nous sortir des vérités quant à son objet propre sur lequel il se porte ! Alors comme je l’ai précisé dans l’étude précédente ce Magistère serait INUTILE, INEFFICACE, SOURCE D’ERREUR ET DE PAR LES FONDEMENTS MÊME DE L’AUTORITÉ dans l’Église introduirait l’erreur en Dieu Lui-même, et comme je l’ai démontré cela signifierait que le CHRIST A INSTITUÉ UN MAGISTÈRE  QUI NE POURRAIT ENSEIGNER DE FAÇON CERTAINE LA VÉRITÉ ALORS QU’IL EXERCE EN ACTE SA CHARGE ET SELON TOUTE SON AUTORITÉ  EN ACTE !
     
    Que soient anathèmes ceux qui défendent une telle doctrine ! Je le répète donc encore, le MAGISTÈRE DE L’ÉGLISE EST INFAILLIBLE SELON TOUS SES MODES, ORDINAIRE OU EXTRAORDINAIRE, OU BIEN IL N’EXISTE PAS !
     
    Alors il est réellement stupéfiant  de lire ce qui suit : « …en viennent à proférer quelque nouveauté ou quelque opinion discutée, pareille doctrine ne peut être considérée comme relevant du Magistère ordinaire » et on en reste sans voix ! Puisque cela signifie et je le répète, si les mots ont encore un sens pour tous ces sectaires,  que ce MÊME MAGISTÈRE  EN ACTE ENSEIGNE  UNE DOCTRINE QUI NE RELÈVE PAS DE CE MÊME MAGISTÈRE EN ACTE PUISQUE FAUSSE ! C’est dire simplement que ce Magistère est contradictoire, qu’il est et n’est pas en même temps et sous le même rapport le Magistère  en acte puisque dans LE MÊME EXERCICE DE SA CHARGE il pourrait dire blanc un jour et pourrait  dire noir  un autre jour quant au même objet propre qui relève de sa compétence !  Il serait dans son identité même de Magistère et selon les mêmes conditions d’exercice, un jour infaillible et un autre jour faillible ! Absurdité théologique, hérésie  sans nom dont il ne faut jamais se lasser de dénoncer les ravages !
     

     
    Il faut donc en conclure encore une fois que la notion de « Magistère Ordinaire conditionnellement  infaillible » N’EST PAS UNE NOTION CATHOLIQUE. C’est une notion récente contrairement aux mensonges de « La Question » qui veut nous le faire passer pour une notion traditionnelle,  et qui sert seulement à nous faire avaler que l’Église par la voix de son Magistère Ordinaire peut très bien errer en matière de Foi, de Morale et de Discipline et ainsi nous faire avaler que la secte conciliaire EST l’Église puisque ce ne serait pas contraire à la notion même d’Église que celle-ci soit source permanente d’erreur par la voix de son Magistère Ordinaire ! Que soient anathèmes ceux qui tiennent de tels propos !
     

  7. Charles
    Charles lien permanent
    mars 10, 2015

    Ces gens sont véritablement puants d’orgueil et de suffisance ! J’ose espérer que nos lecteurs habituels seront sensibles, tout comme nous le sommes, à ce vocabulaire  infernal des gens de La Question, campés dans leurs certitudes et par conséquent figés dans leur passéisme de droit divin qui leur fait proférer des énormités blasphématoires…… Le voile qui recouvre leurs yeux, contrairement à celui de l’Antique Synagogue, est si épais, si beau, si richement et liturgiquement paré,  qu’il est pratiquement, à vue humaine, impossible qu’ils reviennent sur leurs positions…car le Serpent, qui connait bien son monde et sait flatter l’orgueil clérical, leur a aussi insufflé un esprit de rébellion, qui, sous les oripeaux jaunis d’une Enlise en Ordre,  ne supporte plus la bonne doctrine puisqu’elle contrecarre et leurs rêves talmudiques d’une conversion impossible et leur soif de domination sous l’emprise de leur schizophrénie indécrottable !…

    Relevons, si vous le voulez bien, afin d’adoucir juste un moment notre Carême, les jolis mots et expressions de ces joyeux lurons qui ne cessent de nous mettre hors de l’Église (la leur, bien sûr…ce qui fait que nous ne risquons pas grand chose !!! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif) :

    pratiques talmudiques, hérésiarques schismatiques : l’hôpital se fout de la charité ! C’est clair, c’est net !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    réponse assez vulgaire et peu courtoise : pour ces gens là dès que vous êtes du camp de la vérité, vous êtes discourtois et somme toute assez vulgaires !!! Ce sont des mondains qui n’aiment pas tant la vérité que le mensonge à condition qu’il soit richement orné et se distingue du vulgaire par un tour d’esprit proprement aristocratique !

    le mensongèrement dénommé CatholicaPediaBlog : ma foi, chers amis, si nous sommes mal nommés on attend leur suggestion d’une part, et d’autre part il convient d’admirer leur prémonition quasi prophétique car en nommant leur site « La Question » nos bons compères nous laissent supposer qu’ils méritent cent fois l’Ordinaire et l’Extraordinaire de la Sainte Inquisition…qui n’est malheureusement plus là pour les envoyer dans un cul de basse fosse bien profond que leurs détestables hérésies méritent amplement…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    un très vain, laborieux, et inutile exercice d’auto-justification de l’hérésie sédévacantiste : nous laissons nos lecteurs juges de la vanité, de l’inutilité et du labeur qu’il y a à réfuter ces monstres d’impiété, pour l’honneur de Dieu et l’édification des âmes de bonne volonté qui viendraient à parcourir ces lignes……http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

    caractère grossier de son procédé : le poisson est ferré et sa rage s’exprime à travers ce qualificatif de « grossier »… Oui, il n’est pas interdit d’éclater de rire même pendant le Carême à condition de savoir limiter ce temps d’exultation spirituelle !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    degré d’égarement inquiétant : il est évident que le vôtre, Messieurs (les clercs ?) de La Question, a atteint le point de NON-RETOUR !!!

    des cas EXCEPTIONNELS comme fut Vatican II : alors là, attention chers amis lecteurs, nous ne sommes plus dans le registre hautement comique mais nous entrons directement dans la QUATRIÈME DIMENSION !!!!! Vous avez bien lu !!! tout ce que nous vivons et supportons depuis un demi-siècle n’est en réalité qu’un cas exceptionnel !!!! Une sorte d’épiphénomène en quelque sorte !!! Nous sommes aux confins du réel avec ces « cathos » là ! Et on peut légitimement se demander si cela ne relève pas d’un traitement spécifiquement psychiatrique…tant il est vrai qu’à terme ces gens sont les victimes consentantes de leur DÉNI et d’une SCHIZOPHRÉNIE  particulièrement vicieuse et galopante…mais je crains qu’un traitement médical soit, hélas, loin de leur suffire……
    — « Ainsi, bien que cette question soit depuis bien des années tranchée, Calixte apportera, s’il le souhaite, une réponse développée au dénommé « Inquisidor », quoique la platitude de l’argumentaire et le procédé employé, ne méritent pas que l’on consente, à notre avis, à accorder une attention exagérée à ces divagations sectaires. »
    Alors, je bats ma coulpe ! Il est vrai que je n’ai pas résisté à la tentation…celle de vous livrer le bijou en entier……prose digne d’un pronotaire apostolique en fin de carrière !!! On peut y admirer pêle-mêle : le volontarisme mondain (la question est tranchée)…le fait du Prince (s’il le souhaite...) ….le mépris intégral ( la platitude (SIC!)  de l’argumentaire)…auquel se joint l’esprit de caste et de domination – cléricale ? (que l’on consente…à notre avis…attention exagérée…)

    — la secte sédévacantiste et ses pernicieuses erreurs empoisonnées…totalement ignorante (ON NE RIT PAS !)…de qui ?… je vous le donne en mille……du DROIT DIVIN !!!!! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    pardonnez ma petite faiblesse passagère, mais j’ai craqué pour cette séquence « NOSTALGIE » car les doux mots de nos amis de La Question me rappellent le  temps exquis où ils nous gratifiaient généreusement d’innombrables noms d’oiseaux qui faisaient nos délices pendant les longues journées d’hiver…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif Sans doute qu’à cette époque, au plus profond de nos psychismes ébranlés par tant de haine, il subsistait encore un espoir très faible et très lointain de les voir se convertir à la foi catholique…mais il nous faut avouer que maintenant en 2015 le Père Noël en personne nous parait être un personnage bien moins virtuel que les monstrueuses et pertinaces  errances théologiques de tous ces gens là !!!

    les hérétiques les plus odieux…triste et abominable liste… : je crains de lasser le lecteur, c’est pourquoi je finirai par cette note  d’humour de nos bons amis de « DROITDIVIN » qui , je pense, parle d’elle-même…

    CONCLUSION : encore merci à ces « bons amis » de venir égayer notre Carême et rendons grâce à Dieu de nous permettre de les voir tels qu’ils sont et non pas tels qu’ils voudraient être perçus par tous ceux pour qui la vérité et la foi catholique ne sont pas de vains mots…

     

     

  8. Inquisidor
    Inquisidor lien permanent
    mars 10, 2015

    Il est certain que la notion de Droit Divin telle que l’entend la Question est une entité, de fait purement juridique totalement dénuée de fondement,  forgée de toute pièce pour les besoins de la cause et pour tenter de résoudre l’aporie suivante à savoir comment concilier l’erreur enseignée par le M.O.U. et l’infaillibilité de l’Église… Cette entité comme chacun pourra s’en rendre compte doit alors nécessairement se placer au delà de la Foi, au delà de la Vérité et ainsi poser en fin de compte comme dans une synthèse hégélienne, une réunion des contradictoires dans un mouvement dialectique évident :

    1- L’Église (la vraie) est par nature Infaillible  (thèse)

    2- Mais l’Église (de Vatican II) enseigne par son magistère des propositions doctrinales contradictoires avec l’enseignement précédent. (antithèse)

    3- Donc, le Droit Divin est le principe qui réunit tout cela et permet de maintenir par le fait qu’il est au delà de la Foi, au delà de la Vérité, une « unité » de l’Église par la pure Volonté Divine. (Synthèse)

    Conclusion : Dieu veut les contradictoires par son « volontarisme » pur !

    Je laisse à chacun le soin de voir l’orthodoxie d’une telle doctrine qui n’est en fait qu’une Gnose camouflée, sorte de synthèse de l’Être et du Non-Être ! Un peu comme l’Un plotinien ou L’Adam Kadmon de la Kabbale !

    Alors je pose la question à la Question : qui de nous est la secte talmudo-kabbalistique ? Vous ou nous ?

     

    • Charles
      Charles lien permanent
      mars 10, 2015

      J’ai trouvé…cher Inquisidor !!!! La réponse est : EUX !!!!!!!!!!!!!!!!    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifHi!

      Mais au fait je gagne quoi ? Une belle image — de Droitdiv’hein — de leur blogue doré sur tranche ? Alors là,  je suis preneur puisqu’une image, en soi, est neutre…on peut lui faire dire n’importe quoi et même lui faire illustrer une doctrine hétérodoxe parfaitement gnostique, kabbalistique et talmudique…

      Il faut bien reconnaître que dans l’art du mensonge et du leurre à usage de faux les bougres sont forts, très forts…comme dans celui des qualificatifs ronflants, méprisants ou …décisifs ! Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’ils se réclament de la Sainte Inquisition !!! Et leur amour éperdu du secret leur permet de se retrancher derrière une entité étrange nommée « collectif » et qu’illustre à merveille la belle image de leur page de présentation où l’on voit nos braves talmudistes de droit Div’hein revêtu de leurs plus beaux atours : en robes et cagoules rouges, dignes des couleurs de l’enfer, nos pénitents sont si modestes qu’ils laissent le plus grand de leur labeur aux mains de gourous, grands ou petits, dont on ne sait s’ils sont laïcs ou clercs… Notons néanmoins, ce qui peut donner à le penser, que le fameux Calixte, grand talmudiste du Droit div’hein devant l’Éternel, n’est guère disponible en ce moment car , voyez-vous il a des obligations…et se commet dans une retraite de Carême, ce qui lui permet de conforter ses ouailles et ses courtisans dans les extravagances de sa doctrine hétérodoxe…

      Ayant, pensent-ils, réussi la synthèse lefebvro-nantiste grâce à leur baguette magique estampillée « DDLR » (droitdiv’hein label rouge !), ils peuvent à présent ajouter à leurs conquêtes un spécimen particulièrement tordu et retors en la personne d’un thèseux hargneux et en état quasi permanent de sidération ricossanienne… Mais la « chose » peut parfois se montrer encombrante, alors ces messieurs de la cagoule se montrent d’une discrétion à toute épreuve… tout en lui permettant de s’exprimer sur leur blogue afin que nul n’ignore que cette bête là reste malgré tout un allié objectif…

      Que du très beau monde, vous dis-je…… La fine fleur du traditionalisme mondain et français…qui nous honore de l’intérêt qu’elle nous porte en prenant bien soin de venir nous lire ici même……

      Que voulez-vous…la doctrine catholique attire encore, quoiqu’on en dise,  même nos bien-aimés gnostico-talmudistes qui ne sont guère en l’état de pouvoir se l’avouer !!!…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      Après toutes ces réjouissances de Carême, je vous souhaite une bonne et sainte nuit, chers lecteurs……
       

    • Avatar
      mars 11, 2015

      St Michel et St Paul ne se sont pas embarrassés de tant de considérations.

      St Michel qui était pourtant  sous les ordres de Lucifer ne suivit pas ce dernier quand il prononça son « non serviam ».

      St Paul nous dit « quand bien même un ange du Seigneur vous dirait le contraire de ce qui vous a toujours été enseigné, qu’il soit anathème ».

      Que le pape actuel soit réellement pape ou qu’il ne soit qu’un imposteur, nous n’avons pas à le suivre dans la mesure où il nous trompe.

      Or la tromperie est largement démontrée.

      Un ouvrier devra t il obéir à son patron si celui ci l’envoie voler des marchandises chez son concurrent ?

      Une femme devra t elle obéir à son mari si celui ci lui demande de se prostituer pour arrondir les fins de mois de la famille en difficultés ?

      Suite au concile nous n’avons plus voulu suivre Rome afin de rester fidèles aux commandements de Dieu et aux enseignements de N S Jésus Christ.

      Certes, les commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur n’ont pas été abrogés, mais ils ont été détournés, falsifiés, réinterprétés.

      Tout le monde se bat sur des textes dont il est assez facile de trouver d’autres textes qui peuvent laisser penser le contraire.

      Nôtre Seigneur nous a dit : « l’esprit vivifie, la lettre tue ».

      Quand on contemple en esprit ce qui se passe à Rome depuis fort longtemps, nous n’avons pas envie de NOUS METTRE AU SERVICE de cette nouvelle religion.
       

      • Charles
        Charles lien permanent
        mars 11, 2015

        Ah……Morin…cher Morin !!! Comme toujours votre esprit est un peu confus sous des dehors de simplicité ! Permettez-moi de vous faire observer que si vous n’avez pas envie de vous mettre AU SERVICE de la nouvelle religion……nous non plus ! Donc nous venons d’enfoncer une porte ouverte ! C’est bien…pour le « fun » mais cela ne saurait suffire…

        Vous nous dites : « Que le pape actuel soit réellement pape ou qu’il ne soit qu’un imposteur, nous n’avons pas à le suivre dans la mesure où il nous trompe. »

        Vous rendez-vous compte de l’énormité de vos propos ? Les gens de La Question pourraient vous dire la même chose…en plus compliqué et plus « droitdiv’hein ! »

        Un catholique qui pense que le pape est vraiment le Pape se doit de lui obéir en ce qui regarde la foi, les mœurs et la discipline !

        Et si la tromperie, comme vous dites, est largement démontrée, alors c’est que nous sommes en face d’un usurpateur et non d’un vrai pontife ! Vos comparaisons sont ineptes (ouvrier, patron, femme, mari) car vous transposez dans  un ordre moral ce qui, en matière religieuse, relève de l’infaillibilité dogmatiquement définie…

        Quant aux textes ceux qui les détournent, les falsifient ou les réinterprètent se mettent  bien sûr en dehors de l’Église…

        Si, comme nous, cher Morin, vous ne suivez plus Rome…depuis fort longtemps…c’est que Rome n’est plus dans Rome    !!!http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

        Pensez-vous sérieusement et sincèrement aider les âmes à y voir plus clair si, par vos remarques inadéquates, vous semez le doute et la confusion dans les esprits ???   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

        Allons ! Reprenez-vous Morin…vous valez sans doute mieux que ça…ou alors cessez de vous exprimer sur ce blogue   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif……mais continuez à nous lire !!!!!…http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

        En toute amitié fraternelle……
         

  9. Charles
    Charles lien permanent
    mars 10, 2015

    Zut et Zut et REZUT !!! Je demande pardon à Inquisidor car je viens de m’apercevoir que sans le faire exprès, (l’heure tardive sans doute et un épuisement intellectuel à force de lire des c*** talmudiques !) j’ai soufflé la réponse au blogue  LA QUESTION !!! Car c’est à eux qu’INQUISIDOR la posait !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gifhttp://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

    Je m’en veux…mais je m’en veux…!!!! Pardon encore cher Inquisidor !!!!    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
     

  10. Inquisidor
    Inquisidor lien permanent
    mars 11, 2015

    Cher Morin,
    Vous nous dîtes :

    « Que le pape actuel soit réellement pape ou qu’il ne soit qu’un imposteur, nous n’avons pas à le suivre dans la mesure où il nous trompe. »

    Vous avez tout à fait raison de le dire,  je précise dans la seconde partie de votre phrase, et sur un plan strictement pragmatique  nous agissons de la même façon. Malheureusement sur un plan théorique, et là j’estime que vous n’avez pas pris toute la mesure de l’enjeu,  il est très important de savoir si les « papes de Vatican II » sont réellement des Pontifes Romains ou bien s’ils ne le sont pas. C’est toute la Nature, la Véracité et l’Infaillibilité de l’Église, mais aussi  l‘obéissance qui lui est due,  qui sont en jeu comme vous le savez bien… On voit les dérives doctrinales de ceux qui essaient de concilier les contradictoires comme je viens de le rappeler plus haut… Comprenez bien que notre négation de la papauté des « papes » de Vatican II n’est pas une attitude qui se veut seulement pragmatique mais aussi  et avant  tout doctrinale… En tout, la doctrine est première car c’est elle qui dirige en fin de compte les jugements de la raison pratique que nous pouvons ensuite poser. Le fait de ne pas obéir à cette Rome actuelle n’est pas, quant à moi, le résultat de cette affirmation : « le Pape et les évêques, en tant que Magistère,  nous disent des erreurs et des hérésies de façon habituelle, DONC nous refusons la communion avec eux et nous n’obéissons pas. »
    Mon refus d’obéir  provient d’un questionnement antécédent, purement théorique, à savoir : « Est-il alors possible que la Sainte Église du Christ Infaillible par nature, puisse par la voix de son Magistère légitime et agissant en tant que tel, enseigner l’erreur et l’hérésie, ne serait-ce qu’une seule seconde ? Et encore plus quand elle enseigne ces erreurs de manière habituelle ? » Ma réponse est non, vous l’avez bien compris et pour toutes les raisons que j’ai exposées.
     
    Quand vous ajoutez :

    « Certes, les commandements de Dieu et les enseignements de Nôtre Seigneur n’ont pas été abrogés, mais ils ont été détournés, falsifiés, réinterprétés. »

    Il faut voir que quand  il s’agit de Foi, de morale, mais aussi de discipline puisque tout se tient en fait,  et donc  bien évidemment de Salut des âmes, la falsification, le détournement et la réinterprétation de la doctrine ne peut pas être œuvre de l’Église du Christ, car c’est alors  la destruction même de la Doctrine de la Foi,  Doctrine qui nous est nécessairement enseignée dans sa pureté intégrale puisque la fin de la Doctrine c’est le salut des âmes et de façon concomitante,  la Gloire de Dieu !  Le salut des âmes et la Gloire de Dieu pourraient-ils souffrir  que ce qui doit de fait et de droit les accomplir, ne soit en fait que le principe de leur destruction ? Et puisque l’Église en tant que Corps Mystique du Christ a les promesses de la Vie Éternelle,  c’est donc que la falsification, le détournement et la réinterprétation  sont  l’œuvre d’un autre principe en dehors de  l’Église et le Magistère de cet autre principe,  qui par son enseignement constant (en l’occurrence celui  de  la secte conciliaire) nous enseigne le contraire  et le contradictoire de ce que l’Église a toujours enseigné,  ne peut donc pas être  le Magistère de l’Église. Si on le nie on pose comme principe que l’Église en sa nature même pourrait être et est effectivement source d’erreurs, d’hérésie, de falsification etc. et pire encore que le Christ l’aurait instituée comme telle !!!  Lui qui est « La Voie, la Vérité et la Vie » aurait institué une Église faillible ? Hérésie et blasphème sans nom que tout cela ! C’est en ce sens qu’il faut comprendre que  l’Église est infaillible selon tout ce qui la compose sur le plan magistériel puisque dans le cas contraire l’Église ne pourrait pas être source de la Vérité mais aussi source du Salut puisque ce qui nécessite ce salut est justement la Saine Doctrine et les conséquences morales qui en découlent,  et qui est transmises par qui ? Par le Magistère de l’Église ! Il est donc impossible qu’un  vrai Magistère puisse enseigner l’erreur quel que soit le mode d’expression de celui-ci et dans la mesure où évidemment cela relève de son Autorité.
     
    Vous dîtes ensuite :

    « Tout le monde se bat sur des textes dont il est assez facile de trouver d’autres textes qui peuvent laisser penser le contraire. »

    Vous aurez remarqué sans doute que je cite peu de textes, et ceux que je cite, ne sont jamais en dehors de ceux qui relèvent de l’enseignement constant de l’Église ou de l’Écriture Sainte, c’est-à-dire de  ce qui relève de l’Autorité incontestable. J’estime que nous sommes des êtres rationnels et que la connaissance encyclopédique  (qui  certes n’est pas mauvaise en soi, je le précise) ne sert à rien si on ne sait pas s’en servir ou si on veut tirer coûte que coûte les textes à son avantage et ainsi prendre le risque de se battre plus sur les interprétations que sur les principes qui en l’occurrence sont les seuls à nous apporter la lumière de la raison. S’il n’y a pas une saine et solide Métaphysique dont se sert la Théologie  avec laquelle nous argumentons, et  qui nous permette de comprendre les principes qui régissent le réel  (et je rappelle ici que l’Objet de Foi est RÉEL), toute connaissance n’est qu’une accumulation et une juxtaposition de données qui ne parviennent pas à résoudre les problèmes difficiles que nous connaissons et qui,  ce qui est pire encore, est insuffisant pour nous éviter de tomber dans l’erreur…
    Il y a donc deux principes fondamentaux qui doivent régir notre intelligence : L’Autorité de l’Église exprimée sous toutes ses formes,  et la Théologie associée à la Métaphysique qui lui sert d’outil, celle du Docteur Angélique bien évidemment… Le restant n’est pas inutile c’est certain  et souvent indispensable, mais de soi insuffisant…
     
    Vous finissez en disant :

    « Quand on contemple en esprit ce qui se passe à Rome depuis fort longtemps, nous n’avons pas envie de NOUS METTRE AU SERVICE de cette nouvelle religion. »

    En effet une nouvelle religion n’a pas à recevoir nos services, encore moins notre adhésion, mais nous devons la combattre avec acharnement comme œuvre du Prince de ce Monde.

    Ephésiens 6:16 « Et surtout, prenez le bouclier de la foi, par lequel vous pourrez éteindre  tous les traits enflammés du Malin. »

    Cordialement.
     

    • Avatar
      mars 12, 2015

      Pierre n’a pas été mis à la tête de l’Église pour nous emmener dans l’erreur.

      Mais de quelle façon Pierre, comme tout chef d’ailleurs, peut il gérer son « entreprise » sans tomber dans l’erreur, sinon en développant en lui l’humilité de l’obéissance à Dieu, tel Abraham prêt à immoler Isaac, et l’humilité de l’écoute des petits tels qu’enseigné par Jeanne d’Arc à Charles VII.

      Pendant plus de 1800 ans l’Église a fonctionné par la simple obéissance au pape considéré comme infaillible sans en avoir défini le dogme.

      Pensez vous que l’Église s’est mieux portée depuis la définition du dogme de l’infaillibilité pontificale au Concile Vatican I ?

      Dans un post précédent je posais cette question à Charles (qui d’ailleurs ne m’a pas répondu) : « En mettant l’accent sur l’obéissance au chef, les hommes d’Église n’auraient-ils pas pu faire l’économie d’un affront à Dieu en se déclarant semblable à Lui (infaillible) ??? »

      St Jean ne disait-il pas à Nôtre Seigneur qu’il n’était pas digne de délier la courroie de sa sandale ?

      La Vierge n’a t elle pas, à La Salette, donné un avertissement très fort à tout le clergé, le vote de l’infaillibilité en a t il été la meilleure réponse ???

      Pourquoi la Vierge n’apparait-elle pas aux papes mais à de petits enfants illettrés ?

      Ne pourrait on pas comparer l’histoire de l’Église à celle du peuple juif (qualifié à juste titre d’orgueilleux) qui de Moïse à Nôtre Seigneur, de périodes fastes en décadences, en arriva à la déchéance suprême des scribes et des pharisiens ?

      Si Jésus revenait sur terre aujourd’hui j’ai bien l’impression qu’il y aurait aussi peu de monde à le reconnaitre fils de Dieu que lors de sa présentation devant Pilate et serait mis à mort une deuxième fois.

       

    • Avatar
      Martial lien permanent
      mars 14, 2015

       

      Cher Inquisidor, permettez-moi de vous adresser mes félicitations et mes remerciements pour vos développements pénétrants, dont plusieurs d’entre eux (« libre examen, « inutilité »,… du Pontife)  méritent des commentaires ultérieurs.

      Je me bornerai à citer ci-après une de vos réflexions (en  modifiant la calligraphie pour en souligner les formules fondamentales).

      Vous aurez remarqué sans doute que je cite peu de textes, et ceux que je cite, ne sont jamais en dehors de ceux qui relèvent de l’enseignement constant de l’Église ou de l’Écriture Sainte, c’est-à-dire de  ce qui relève de l’Autorité incontestable. J’estime que nous sommes des êtres rationnels et que la connaissance encyclopédique  (qui  certes n’est pas mauvaise en soi, je le précise) ne sert à rien :

      1. si on ne sait pas s’en servir

      2. ou si on veut tirer coûte que coûte les textes à son avantage

      3. et ainsi prendre le risque de se battre plus sur les interprétations que sur les principes qui en l’occurrence sont les seuls à nous apporter la lumière de la raison.

      S’il n’y a pas une saine et solide Métaphysique dont se sert la Théologie  avec laquelle nous argumentons, et  qui nous permette de comprendre les principes qui régissent le réel  (et je rappelle ici que l’Objet de Foi est RÉEL),

      toute connaissance n’est qu’une accumulation et une juxtaposition de données qui ne parviennent pas à résoudre les problèmes difficiles que nous connaissons et qui,  ce qui est pire encore, est insuffisant pour nous éviter de tomber dans l’erreur…
      Il y a donc deux principes fondamentaux qui doivent régir notre intelligence :

      1. L’Autorité de l’Église exprimée sous toutes ses formes,  

      2. et la Théologie associée à la Métaphysique qui lui sert d’outil, celle du Docteur Angélique bien évidemment…

      Le restant n’est pas inutile c’est certain  et souvent indispensable, mais de soi insuffisant…

      Vos remarques sur ce problème expliquent, — en dehors de la question de la conversion spirituelle qui lui est liée, —  l’origine chez les catholiques en général et les traditionalistes en particulier, des erreurs, les incertitudes, l’enfermement dans les idées préconçues de toute nature, la séduction provisoire (certains seraient SÉDUITS (sic) durant quelques années par « le sédévancatisme » ! quel aveu) l’impossibilité de hiérarchiser l’information contenue entre les  multiples « textes », partiels, et leurs interprétations, partiales, etc…

      Exemple : ce qu’écrit Laquestion le 11 mars 2015 (§III in fine) :

       

      La « valeur ontologique » qui « fonde »   l’Église, ne dépend pas de ce fait de ce que les fidèles croient ou ne croient pas, (SIC!)  elle est  « d’essence » « surnaturelle » puisque « provenant » directement de Jésus-Christ. Et cette « valeur » est une  « essence »   donnée, « conférée » « éternellement ». (SIC)

       

      Cette phrase reprend les mêmes mots, modifie leur ordre, et répète des dizaines de phrases inlassablement recopiées par La Question depuis cinq ou six ans.

      Exemple d’un de ses fruits erronés : (cité par Charles sur ce fil plus bas le 14 mars) « Je précise ici, sur la question, que ce qui définit la nature de l’Église, c’est évidemment son droit, et que ce droit est divin en raison de qui fut son fondateur Notre Seigneur le Christ » (SIC).

      Le grand bazar nanto-néolefebro-ricossanaïte =  fondation = ontologique = loi = surnaturel = essence =  éternel = définition = droit divin …

       

       

      • Avatar
        Martial lien permanent
        mars 14, 2015

        Précision :

        L’Église n’est pas un regroupement d’individus ; devant professer verbalement que leur regroupement aurait été décidé  juridiquement par un Fils de Dieu, —  comme de manière analogue un référendum du 13 octobre 1958 a décidé juridiquement de regrouper des citoyens dans une cinquième république —

        et qu’ils sont ses adeptes, moyennant le respect de certaines procédures  d’entrée (initiation rituelle) et d’accession à la direction (élection), comme si le principe de ce groupe ne dépendait pas réellement de ce qui doit être cru pour avoir été fondé, et pour survivre réellement.

        C’est Jésus-Christ, réellement et physiquement ressuscité, monté au ciel et ayant visiblement envoyé son Esprit,  qui a fondé (généré)  son Église composée hiérarchiquement des Douze,  qui avaient la certitude  physique de la Résurrection, de l’Ascension et de l’envoi du Saint-Esprit qui ont été la matière de l’Église.

        Pour concevoir la fondation de l’Église par le Divin Rédempteur, il faut concevoir l’Église elle-même,  de manière antécédente. Notre-Seigneur a conçu celle-ci composée non pas des scribes et des pharisiens, mais des Douze et de ses disciples qui l’aiment et le suivaient.

        Mais il y a des gens appartenant à l’extrême droite de la secte conciliaire qui professent que l’Église Catholique pourrait être composée  physiquement et de droit divin des descendants directs des scribes et des pharisiens.

         

  11. Charles
    Charles lien permanent
    mars 12, 2015

    Pénitence (douce !) de Carême pour notre ami Morin qui semble vouloir faire sa mauvaise tête (votre question n’ayant aucun sens…je n’y ai pas répondu !) :
     
    http://www.liberius.net/livres/Les_beautes_de_la_foi_%28tome_2%29_000000191.pdf
     

    • Avatar
      mars 12, 2015

      Ma question n’est peut être pas insensée mais seulement embarrassante …?

      La fronde contre l’infaillibilité, dans sa grande majorité, semble avoir été initiée par des précurseurs de Vatican II partisans de la collégialité.

      Seulement un petit nombre y était hostile afin de ne pas mettre le pape à la même hauteur que Dieu.

      Et curieusement le traité du Latran a rabaissé l’Église au rang d’une nation au lieu de la maintenir au dessus des nations.

      L’infaillibilité a cloué le bec aux révolutionnaires au prix d’un affront à Dieu ; c’est une autre façon de voir.

      L’obéissance au chef a été, dans toutes les sociétés, civiles ou militaires, un facteur de stabilité et de réussite.

      Personne n’avait encore osé décréter une infaillibilité humaine sur cette terre, sauf peut être les fausses religions qui déifiaient les rois et autres dictateurs.

      L’infaillibilité, comme le traité du Latran auraient donc été décidées pour résoudre des problèmes humains, qui en fait, spirituellement, deviennent désastreux à long terme.

      L’infaillibilité n’est elle pas devenue un piège qui a permis à Jean XXIII et Paul VI d’en user et d’en abuser pour diriger Vatican II vers les abîmes que nous connaissons ???

       

  12. Avatar
    Erick L lien permanent
    mars 12, 2015

    Mr Morin,

    N’est-ce pas là un raisonnement bien teinté de « naturalisme » ?

    Penser qu’un dogme de la Foi Catholique aurait un effet négatif (pervers ?) en exagérant l’Infaillibilité …
    C’est un peu, pour faire une analogie, comme s’il était suggéré que l’Assomption de la Très Sainte Vierge Marie, et la Co-Rédemption (à venir si Dieu veut) vont exagérer (sic) le rôle de Notre Dame ?!

    Un dogme ne se définit pas par rapports aux « interprétations » erronées ou hérétiques qu’en feront des personnes malveillantes ou simplement un peu balourdes.
    Un dogme ne se définit, ni par « stratégie » ni par calcul.
    Mais en fonction de ce qu’enseigne les Saintes Écritures et la Tradition, par l’inspiration du Bon Dieu qui, par Son Église Catholique, ne peut ni se tromper, ni nous tromper.

    C’est à cela que sert l’Infaillibilité de l’Église Catholique et du Pape.
    Elle ne sert pas à faire obéir des soldats comme à un chef, à propos de l’intendance ou de quelque stratégie politique.
    Mais à nous enseigner sur les Vérités que nous devons croire pour notre Salut. Et, nous les enseigner de manière sure et définitive, afin de garder la vraie paix de l’âme, sans scrupules ni doutes trompeurs.
    Quand je pense au mal qui est le nôtre, à faire passer auprès de ce milieu, l’Infaillibilité du Pape et de l’Église sur la foi, la morale et la liturgie, je tremble à ce que cela aurait pu être … sans ce précieux concile du Vatican, hélas écourté et jamais repris.

    J’ose le dire, votre propos me met un peu mal à l’aise.
     

    • Avatar
      mars 13, 2015

      Quand le grand bazar Romain actuel sera terminé il faudra reconstruire, et vous pensez peut être que tout recommencera exactement comme avant V II ?

      Certainement pas …!!!

      C’est ce qui s’est passé bien avant V II qui a conduit à V II, les avertissements de la Vierge à La Salette en attestent.

      V II n’est pas un accident de parcours, c’est une plus ou moins longue descente aux enfers.

      Et pour ne pas rebâtir sur du sable il faudra éplucher tous les dysfonctionnements qui nous ont conduits à la catastrophe.

      Les éléments que je vous donne ne sont que des exemples de pistes à suivre pour remettre l’Église sur les rails.

      Nos pauvres prêtres tradis actuels sont peut être de bonne foi, mais ils ont été formés par les erreurs qui ont conduits à V II.

      Pour mettre sur le trône de Pierre un Jean XXIII ? il a quand même bien fallu une majorité de cardinaux soit mal formés, soit ignares,soit infestés par le démon.

      Alors les guéguerres pape ou pas pape, surtout chez les « semper idem », ça m’affole un peu.

       

      • Avatar
        Erick L lien permanent
        mars 14, 2015

        L’Infaillibilité votée à Vatican I ne sera pas discutée ou remis en cause c’est une absolue certitude. Et je ne vois absolument pas en quoi ce dogme poserait un problème quelconque.
        Par contre les clercs libéraux eux, ont posé problèmes, il faudra que l’Église s’appuie sur des Hommes purifiés (par les épreuves) et s’il reste des survivants parmi les clercs actuels, je ne pense guère que l’Église Catholique s’appuiera dessus.
        Ou alors comme contre-modèle.
        Parce qu’il faut bien avouer et là dessus je vous rejoint Mr Morin, le clergé, depuis quelques générations … merci bien !

         

        Mais cela, c’est du plus-que-conditionnel car nul ne sait quand ce 6è âge, qui est prophétisé et qui aura lieu, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que le règne du Sacré Cœur, s’installera, ni qui du 5è âge y survivra. Ce qui pourrait laisser très méditatif c’est la perspective du 7è âge, après le 6è d’une génération environ, où l’humanité retombera dans un état encore pire que maintenant ! Quel mystère !

        Quels ennemis féroces, perfides, et plein de persévérance !
         

        • Charles
          Charles lien permanent
          mars 14, 2015

          Oui Erick L. toute l’histoire de l’Église montre que ses ennemis n’ont jamais renoncé (et ne renonceront jamais) . Qu’ils soient féroces comme les barbares et païens, qu’ils soient perfides comme les juifs qui ont préféré crucifier Notre-Seigneur plutôt que d’accepter reconnaître en Lui le véritable Messie conformément aux Écritures, qu’ils soient persévérants et pertinaces comme tous les hérétiques, modernistes et apostats de tous les temps, il faut bien savoir que ce combat apocalyptique qui, sur terre, n’est que le reflet de celui qui se livre dans les cieux, durera jusqu’à la consommation des siècles. Mais nous savons aussi que le Dieu incarné nous a promis que « les portes de l’Enfer ne prévaudront jamais contre l’Église et son chef ». Soyons donc pleinement rassurés.

          Notre secours est dans le Nom du Seigneur…

          Sursum corda !
           

        • Avatar
          mars 14, 2015

          Par principe c’est l’humilité qui conduit à l’obéissance et l’obéissance conduit à la sainteté qui elle même conduit vers l’infaillibilité.

          L’humilité et l’obéissance sont des vertus, l’infaillibilité est un état.

          Le manque d’humilité conduit à l’aveuglement.

          Ce sont les vertus qui conduisent vers un état.

          Est il possible de déclarer infaillible une personne manquant d’humilité et in fine de sainteté ?

          Dans un concile les hommes d’Église ont dogmatisé l’infaillibilité et près de cent ans plus tard d’autres hommes d’Église ont élu un Jean XXIII fossoyeur du Catholicisme.

          Dans un cas ces hommes d’Église auraient été inspirés par le Saint Esprit et dans l’autre cas par … le démon … ????????????????????

          Il serait bien de trouver une logique !!!

           

      • Avatar
        mars 14, 2015

        Morin,

         

        Je souscris entièrement à votre réflexion à quelques nuances près, mais en effet Jean XXIII n’est pas tombé du ciel en 1958, il a été élu par une « Église en ordre », au sein d’un conclave comportant des cardinaux que l’on peut considérer comme des hommes de tradition : Benedetto Aloisi MasellaAlfredo Ottaviani, Giuseppe SiriErnesto RuffiniValerio ValeriGiacomo Lercaro, etc…

        Il convient donc de pousser plus loin l’interrogation et de se demander qu’est-ce qui a pu rendre possible l’arrivée de Jean XXIII et la dérive moderniste de Vatican II ?

        Et la réponse, risque fort de nous surprendre, nous montrant que le vrai problème n’est sans doute pas là où nous le croyons … c’est-à-dire sur le sujet du pape … mais pour l’aborder ce problème, je veux dire sérieusement, il faut s’ouvrir à certaines notions doctrinales touchant à la nature de l’Église.

        Je n’ai pas besoin d’insister pour préciser qu’à mon sens, il faut chercher du côté de l’origine divino-humaine de l’Église (et donc approfondir ce qui définit sa nature), non se focaliser sur la question du pape …

         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          mars 14, 2015

          Vous n’en sortirez PAS !!!
           
          …car J.23, étant INÉLIGIBLE dès l’ouverture de Concile (hérétique+F∴M∴)… Les Modernistes infiltrés dans l’Église (encore en ordre dans sa structure) ONT MAGOUILLÉS malhonnêtement pour « élire » un homme à EUX. Le Saint-Esprit s’est immédiatement retiré et les a laissés À LA JUSTICE DE DIEU !
           
          Le Cardinal SIRI était l’Élu légal de ce Concile avant que le Saint-Esprit NE SE RETIRE et les ABANDONNE…
           

          • Avatar
            mars 14, 2015

            Ces explications sont tout à fait insuffisantes Cave Ne Cadas.

            Ainsi donc selon vous, dans une Église en ordre, on peut, par « magouille » dans un conclave assisté de l’Esprit-Saint, élire un pape franc-maçon hérétique……ce que vous dites n’a strictement aucun sens.

            Il faudra trouver des causes un peu plus sérieuses et approfondir sérieusement la question pour comprendre la situation présente …

            • Cave Ne Cadas
              Cave Ne Cadas lien permanent*
              mars 14, 2015

              Gros Nigaud… alias Pie[toyable],
               
              tout le sens que vous n’y trouvez pas (!!!) est justement dans le fait que je vous dis :

              Le Saint-Esprit s’est immédiatement retiré et les a laissés À LA JUSTICE DE DIEU !

               

              • Avatar
                mars 14, 2015

                Vous raisonnez comme un tonneau percé au fond d’une Cave

                 

                Ainsi donc dans une Église en ordre… Le Saint-Esprit se retire après des magouilles de quelques modernistes infiltrés…… ?!!

                 

                Vous faites dans le comique ou quoi Cave ?

                 

                 

                • Fret Fert Fert
                  Fret Fert Fert lien permanent
                  mars 15, 2015

                  Cher Pie,
                   
                  Ces gens, apostats, (vrais prêtres, vrais évêques et vrais cardinaux) qui ont contribué (dans le temps) à la destruction de l’Église et de son plus haut sommet, la papauté, bien qu’ayant reçu les vrais ordres, ont d’une manière ou d’une autre laissé rentrer Satan en eux à un moment donné de leur vie, chassant ainsi l’Esprit Saint qui y habitait (ou non pour certains peut-être), et ces gens-là, serviteurs zélés du diable, ont  pu quand ils furent assez nombreux, et au temps permis par Dieu, arriver au but ultime de Satan, éclipser l’Église jusqu’à la faire pratiquement disparaître pour la laisser dans l’état que nous connaissons actuellement. C’est ce que l’on appelle le mystère d’iniquité ! Bien « malin » (permettez-moi ce jeu de mot) qui pourrait véritablement comprendre ce mystère ?
                   
                  C’est du même ordre pour Judas, élevé au rang d’apôtre par Notre Seigneur, et qui pourtant a trahi ! Peut-on dire que l’Esprit Saint habitait en lui (eux) quand il a ourdi cette trahison avec les vrais prêtres de l’époque ?
                   
                  C’est du même ordre pour l’élection des faux papes et surtout celle de  Jean vingt trois alias « Jean Vient de Troie ».
                   

      • Charles
        Charles lien permanent
        mars 14, 2015

        Je suis bien d’accord avec vous cher Morin ! C’est en effet bien en amont qu’il nous faut chercher les causes du châtiment du clergé catholique (valide !), dont l’affreuse décadence — « cloaque d’impureté » — remonte bien avant le conciliabule du XXème siècle. (cardinaux ignares(?), mal formés et infestés…assurément !)

        Néanmoins, ne dites pas que les catholiques semper idem se focalisent sur le Pape, car c’est tout le contraire !!! Il suffit de lire tout ce qui s’est dit sur le sujet. Et combien de fois nos élites pensantes ont dit et répété que le problème du pape n’est pas l’essentiel car c’est l’ensemble de cette fausse église conciliaire qu’il nous faut rejeter et anathématiser. Et en ce qui concerne le Pontife Romain, on a celui que l’on mérite…c’est à dire un usurpateur en lieu et place…
         

        • Cave Ne Cadas
          Cave Ne Cadas lien permanent*
          mars 14, 2015

          C’est vrai mon cher Charles… LE VRAI PROBLÈME qui est posé, EST :
          Ce n’est plus la même Église…

          C’est une Contre-Église qu’ils ont créé…
          L’église [secte] Conciliaire N’EST PAS l’Église catholique !
          Point barre…
           

  13. Charles
    Charles lien permanent
    mars 14, 2015

    « votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rode autour de vous, cherchant qui il pourra dévorer. »

    Cher Morin !!! Il s’avère que vous avez des « amis » bien intentionnés qui vont même jusqu’à vous laisser un message par blogue La Question interposé !!! Quelle sollicitude !!! Saurez-vous reconnaître ceux qui vous aiment vraiment ???

    Les passages en gras l’ont été mis par votre serviteur…
     

    Pie PERMALINK
    14 mars 2015 12:06
     
    Un certain morin, dans un commentaire sur le CatholicaPedia Blog que je consulte parfois, écrit ceci que je trouve pertinent : « Quand le grand bazar Romain actuel sera terminé il faudra reconstruire, et vous pensez peut être que tout recommencera exactement comme avant V II ? Certainement pas …!!! C’est ce qui s’est passé bien avant V II qui a conduit à V II, les avertissements de la Vierge à La Salette en attestent. V II n’est pas un accident de parcours, c’est une plus ou moins longue descente aux enfers. Et pour ne pas rebâtir sur du sable il faudra éplucher tous les dysfonctionnements qui nous ont conduits à la catastrophe. (…) Pour mettre sur le trône de Pierre un Jean XXIII ? il a quand même bien fallu une majorité de cardinaux soit mal formés, soit ignares, soit infestés par le démon. Alors les guéguerres pape ou pas pape, surtout chez les « semper idem », ça m’affole un peu. »
    La pensée est confuse, mais une intuition me semble très juste dans ce commentaire.

     
    Je lui ai donc fait cette réponse  :
     

    Morin, Je souscris entièrement à votre réflexion à quelques nuances près, mais en effet Jean XXIII n’est pas tombé du ciel en 1958, il a été élu par une « Église en ordre », au sein d’un conclave comportant des cardinaux que l’on peut considérer comme des hommes de tradition : Benedetto Aloisi Masella, Alfredo Ottaviani, Giuseppe Siri, Ernesto Ruffini, Valerio Valeri, Giacomo Lercaro, etc…
    Il convient donc de pousser plus loin l’interrogation et de se demander qu’est-ce qui a pu rendre possible l’arrivée de Jean XXIII et la dérive moderniste de Vatican II ?
    Et la réponse, risque fort de nous surprendre, nous montrant que le vrai problème n’est sans doute pas là où nous le croyons … c’est-à-dire sur le sujet du pape … mais pour l’aborder ce problème, je veux dire sérieusement, il faut s’ouvrir à certaines notions doctrinales touchant à la nature de l’Église.
    Je n’ai pas besoin d’insister pour préciser qu’à mon sens, il faut chercher du côté de l’origine divino-humaine de l’Église (et donc approfondir ce qui définit sa nature), non se focaliser sur la question du pape …

     

    Je précise ici, sur La Question, que ce qui définit la nature de l’Église, c’est évidemment son droit, et que ce droit est divin en raison de qui fut son fondateur Notre Seigneur le Christ.
    Et si, au cœur même de ce droit divin et du cadre de « l’Église en ordre », il a pu se produire les événements que nous savons depuis la mort de Pie XII, alors il convient en effet de pousser assez loin notre réflexion … car il se pourrait que nous assistions depuis bien des décennies à un mystère, une sorte de « Vendredi Saint », au sein même de la divine institution.
     


     
    Vous remarquerez, Cher Morin, que subtilement, notre Pie ne met pas trop en avant les théories de La Question concernant le droit divin…mais la fin de son intervention à votre égard sent, au moins de loin, le morliérisme (théorie de Vincent Morlier sur la Passion de l’Église)………
    Vous voilà prévenu, Morin ! Puisse l’Esprit Saint venir à votre secours……
    Oremus.
     

    • Avatar
      Martial lien permanent
      mars 14, 2015

      Cher Charles,

      Cet intervenant refuse de tomber dans l’écueil fictif de l’essence prétendument « abstraite » de l’Église, qui serait celle des catholiques semper idem lesquels méconnaitraient sa dimension « humaine ».

      Mais il semble rechigner aussi à s’échouer sur l’obstacle, bien réel celui-là, de l’essence exclusivement juridique proclamé par L.Q. Donc on le voit se précipiter dans celui tout aussi abyssal d’une version de l’Apocalyptisme, qui est la kénôse ontologique de l’Église.

      La solution : qu’il médite maintenant ce qu’a écrit notre ami Inquisidor au sujet de l’Autorité de l’Église et de la saine théologie.
       

      • Charles
        Charles lien permanent
        mars 14, 2015

        J’apprécie Martial vos observations. Je crois d’ailleurs d’après La Rédaction que notre ami Inquisidor s’apprête à faire paraître une petite étude de réfutation définitive du Droit Divin à la sauce-cagoule-rouge !!!

        Ce que vous dites si justement sera je pense développé au cours de cette étude et clouera le bec à tous les sectaires de La Question.

        Ces malheureux ne peuvent qu’osciller entre deux maux théologiques : une fausse conception gnostique du droit divin OU l’apocalyptisme à la sauce amer de Vincent Morlier (les mauvais fruits étant quasi identiques !)……sans oublier leurs regards obliques de Chimène frustrée pour nos autres bons amis « ricossaniens non una cum » *  qui, sous un autre rapport, n’ont rien à envier à leurs dérives blasphématoires puisqu’on peut observer dans la pratique une collusion qui n’ose pas dire son nom entre tous ces compères hérétiques qui d’ailleurs ne ratent pas une occasion de nous désigner comme leur seul ennemi véritable !!!……

        Qui ne verra que se vérifie l’adage populaire « Qui se ressemble s’assemble » ! CQFD.

        La tradition vit vraiment les temps mauvais de son châtiment……

        Parce Domine……

         

        * Je ne veux plus faire injure à Mgr Guérard des Lauriers, de pieuse mémoire, en les nommant « guérardiens » !…
         

  14. Avatar
    Erick L lien permanent
    mars 14, 2015

    Mr Morin,

     

    Relisant vos messages :

    Seulement un petit nombre y était hostile afin de ne pas mettre le pape à la même hauteur que Dieu.
    Et curieusement le traité du Latran a rabaissé l’Église au rang d’une nation au lieu de la maintenir au dessus des nations.
    L’infaillibilité a cloué le bec aux révolutionnaires au prix d’un affront à Dieu ; c’est une autre façon de voir.

    http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

     
    Comment vous inscrivez vous par rapport à ces citations et les faites vous vôtres ?
    Pensez vous que le dogme de l’Infaillibilité aurait mis le Pape au même niveau que Dieu ?
    Que ce dogme aurait « cloué le bec au révolutionnaires au prix d’un affront à Dieu » ?

    Merci pour vos réponses.
     

    • Avatar
      mars 15, 2015

      Je ne suis ni un érudit ni un théologien seulement un pragmatique, je pense seulement, que ce sont des voies de réflexions à exploiter par des personnes compétentes.

      • Cave Ne Cadas
        Cave Ne Cadas lien permanent*
        mars 15, 2015

        Vous n’êtes rien ! mon cher Morin…
         
        Et encore moins que cela…
         

  15. Charles
    Charles lien permanent
    mars 15, 2015

    PIE, petit gourou-courtisan non officiel de LA QUESTION, assis qui plus est entre les deux chaises vermoulues d’un traditionalisme hérétique, a l’audace téméraire de venir ici même, chez nous, nous donner des leçons de comique !!!!!!

    C’est l’hôpital qui se fout de la charité et le clown Bozo dans ses œuvres !!!!!!

    Je maîtrise mon immense éclat de rire pendant le Carême mais n’en pense pas moins. Ce personnage imbu d’un cléricalisme d’un autre âge n’a pas la moindre notion de ce qu’il y a de surnaturel dans l’Église. Son volontarisme mondain rejoint celui des sectateurs du blogue La Question.

    J’admire la patience, toute empreinte de charité, de notre administrateur qui consent à échanger, même brièvement, avec ce genre de personnage…

    Qu’il prenne garde néanmoins de ne pas trop épuiser notre patience…les tonneaux percés pouvant parfois abriter quelque bestiole particulièrement venimeuse……
     

  16. Avatar
    Martial lien permanent
    mars 15, 2015

    La manifestation historique du Saint-Esprit prouve l’éclipse de l’Église,

    et non pas le changement (cf. les pommes pourries de Fellay et Williamson)  de l’Église !

     

    Dans l’Ancien Israël, La Norme Écrite, le Temple et la « shekina », le kohen-sacrificateur et les sacrifices, l’attente du Roi-Oint manifestaient la présence du Saint-Esprit jusqu’à N.S.J.C.

    Mais dès avant sa venue, et depuis de très nombreuses décennies, émergeaient une idéologie, une mouvance, puis une secte, antinomiques de l’Israël messianique qui a reconnu NS JC.

    Cette nouvelle religion s’est ensuite institutionalisée lors de l’académie de Iamnia de 73 en religion talmudique. Dès lors,  a été manifesté à tous le fait que le Ruah ha Qodesh,  qui a informé l’Église née en l’an 30,  s’est retiré corrélativement de cette nouvelle religion institutionnalisée du peuple juif.

     

    Deux millénaires après :

    Dans le Nouvel Israël,  L’Écriture Sainte et la Tradition, Notre-Seigneur Jésus Christ et la Grâce sanctifiante, le Sacerdoce et la Sainte Messe, l’attente du Règne du Sacré-Cœur et de la Parousie manifestent l’assistance du Saint-Esprit à l’Église  subsistante aujourd’hui sous l’éclipse de la secte Adversaire.

    En effet, dès avant la venue de cette éclipse et depuis de très nombreuses décennies déjà, émergeaient une idéologie (protestante)  une mouvance (moderniste) puis une secte (conciliaro-babélienne) antinomiques de l’Église Catholique Romaine, Corps mystique et de Droit divin du Christ.

    Cette nouvelle religion (Mgr Lefebvre dixit) s’est ensuite institutionnalisée lors du prétendu « concile de Vatican.2 » de 1965 en religion conciliaire. Dès lors a été manifesté à tous que le Saint-Esprit, qui continue d’informer l’Église Catholique éclipsée en son petit reste de prêtres et fidèles vagi subissant explicitement le joug d’iniquité de la secte inspirée par l’Adversaire,  n’a corrélativement  jamais assisté cette nouvelle religion institutionnalisée de la secte conciliaire renégate.

     

    • Avatar
      mars 16, 2015

      Vous êtes sur la bonne voie, continuez à comparer ce qui s’est passé de Moïse à la venue du Messie et de la résurrection de Nôtre Seigneur jusqu’à nos jours.

      Tout n’a été qu’une lente dilution et  perversion de la parole de Dieu à  Moïse, pour finalement arriver à la folie des scribes et des Pharisiens ayant eux aussi réalisé un Vatican II.

      Cette dilution et perversion de la parole de Nôtre Seigneur tient parfois à peu de choses.

      Dans les années 70 plus de la moité des évêques Français étaient pro communistes, ces évêques étaient devenu prêtres dans les années 50, donc avant le concile, ils avaient théoriquement reçu un enseignement de qualité.

      Comment se fait il qu’ils n’ont pas compris la perversion de cette doctrine qui n’avait rien à voir avec les enseignement de Nôtre Seigneur.

      Nôtre seigneur nous appelle à nous déposséder VOLONTAIREMENT  de nos biens.

      Le communisme nous prends AUTORITAIREMENT nos biens.

      De plus n’auraient ils pas appris au séminaire que les théoriciens du communismes ainsi que 80 % des dirigeants révolutionnaires étaient ceux là même qui avaient mis à mort leur Messie ???

      Vatican II est issu d’un enseignement doctrinal frelaté et d’un comportement malsain des clercs déjà annoncé à La Salette.

       

Les commentaires sont fermés.