Aller au contenu

Carlos Urrugoity, prêtre renvoyé par le Vatican…

2014 juillet 31

 

Virgo-Maria.org l’avait dénoncé !!!

En savoir plus… et plus…

L’évêque à la Rose l’avait protégé !!!

La F$$PX l’avait ensuite exclu (pour homosexualité, rapporte le quotidien français « La Croix »)… Il avait alors fondé sa propre structure traditionaliste ralliée à Rome

 

Le Vatican vient d’ordonner le renvoi du prêtre Carlos Urrugoity vicaire général dans un diocèse de l’est paraguayen. Le prêtre argentin est suspecté d’avoir commis des abus sexuels sur de jeunes gens aux États-Unis.

 


(Nota : Le langage est ici conciliaire…)

APIC| 30 juillet 2014 | 09h32

L’évêque de Ciudad del Este temporairement suspendu

 

Paraguay : Le Vatican renvoie un vicaire général suspecté d’abus sexuels sur mineurs

 

Ciudad del Este : Le Vatican a ordonné le renvoi du prêtre Carlos Urrugoity, qui officiait comme vicaire général dans le diocèse paraguayen de Ciudad del Este, à l’est du pays, rapporte le 28 juillet 2014 la presse locale. Le prêtre argentin est suspecté d’avoir commis des abus sexuels sur de jeunes gens aux États-Unis. L’évêque ultra-conservateur Rogelio Livieres Plano, qui a toujours soutenu le Père Urrugoity, a été temporairement suspendu par l’envoyé du Vatican, le cardinal espagnol Santos Abril y Castello.

Rogelio Livieres Plano

« Mgr » Rogelio Livieres Plano, « évêque » de Ciudad del Este au Paraguay (Photo : diocesiscde.info)

Le pape François avait envoyé mi-juillet une délégation, menée par le prélat espagnol, pour enquêter sur les scandales qui ont récemment éclaté dans le diocèse paraguayen. Outre l’indignation soulevée par l’accession du Père Urrugoity au poste de vicaire général, des accusations de malversations financières et des irrégularités dans la formation des séminaristes ont émergé.

Exclu de la FSSPX

Selon des dépositions relatées par le site Internet d’information américain GlobalPost, de jeunes séminaristes du Minnesota et de Pennsylvanie ont accusé le prêtre argentin d’attouchements et d’autres actes à caractère sexuels. Des membres du clergé du diocèse de Scranton, à l’est des États-Unis ont diffusé des avertissements selon lesquels le Père Urrugoity représente « une sérieuse menace pour les jeunes gens ». Le prêtre a cependant toujours nié ces allégations et n’a jamais été pénalement condamné.

Le Père Urrugoity avait été ordonné pour la Fraternité Saint-Pie-X (FSSPX), séparée de Rome depuis 1988, avant d’en être exclu pour homosexualité, rapporte le quotidien français « La Croix ». Il avait alors fondé sa propre structure traditionaliste ralliée à Rome. Suite aux accusations d’abus sexuels en Pennsylvanie, il était parti suivre une thérapie au Canada avant de rallier le Paraguay où il était devenu vicaire général.

Ambiance délétère dans l’épiscopat

Le cardinal Abril y Castello a annoncé avant son retour à Rome que l’évêque de Ciudad del Este avait été temporairement suspendu et ne peut ordonner des prêtres et des diacres.

Mgr Livieres Plano a toujours défendu son vicaire général en avançant le fait que sa culpabilité n’a jamais été prouvée. En juin dernier, un reportage de la chaîne américaine NBC reprenant les accusations contre le Père Urrutigoity avait mis le feu à l’épiscopat paraguayen. L’archevêque d’Asuncion, Mgr Pastor Cuquejo, avait demandé une réouverture de l’enquête, ce qu’avait vertement refusé l’évêque de Ciudad del Este accusant son confrère de la capitale d’être lui-même « homosexuel » et dénonçant une « persécution » menée par « les libéraux ».

Détournements de fonds ?

Sur le plan financier, l’évêque est notamment accusé d’avoir détourné plusieurs millions de dollars reçus d’une entreprise locale qui exploite un gigantesque barrage hydroélectrique sur le Parana. Elle aurait versé 300’000 dollars et offert au diocèse un théâtre d’une valeur de 1,5 million de dollars. Selon des organisations de laïcs, avec lesquelles l’évêque est en difficulté, l’argent devait servir à des œuvres sociales, mais Mgr Livieres Plano l’aurait utilisé pour son nouveau séminaire. L’établissement, qui accueille 200 étudiants, un record dans la région, est justement l’autre difficulté du diocèse. Les évêques paraguayens accusent Mgr Livieres Plano d’y dispenser un enseignement très conservateur, mais aussi bâclé – les études durent 4 ans au lieu de 6. De son côté, l’évêque de Ciudad del Este a accusé ses confrères, dans une lettre à Benoît XVI, d’être des tenants de la théologie de la libération.

Source : CATH.ch : http://www.cath.ch/detail/paraguay-le-vatican-renvoie-un-vicaire-g%C3%A9n%C3%A9ral-suspect%C3%A9-dabus-sexuels-sur-mineurs

 

12 réponses
  1. Edouard-Marie Laugier
    Edouard-Marie Laugier lien permanent
    juillet 31, 2014

    Un article clair, concis, instructif, factuel, propre.

    Qui permet de démontrer que Virgo Maria en son temps avait parfaitement raison, à l’époque.

    Et ce sans avoir besoin de mâtiner la prose d’un excès d’ironie, d’humour douteux, de grossièreté, de lourdeur/blabla inutile, ou de ton « omnibuzien » à savoir la course au plus dur que les plus durs de purs et durs. (au dessus c’est omnbibus)

     

    Bref ce qui, il me semble devrait être le commun des articles, et qui suscitaient jadis des discussions intéressantes.

     

    • Avatar
      août 1, 2014

      Bah oui, vous n’avez pas complètement tord non plus, EML…
      Mais permettez que, à l’instar de nos élites républicaines, quelques uns ici apprécient la “diversité” !!! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif (La diversité des styles, en l’occurrence…) http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif
       

    • Fert Fert Fert
      Fert Fert Fert lien permanent
      août 1, 2014

      Cher Édouard vous avez raison !

      Faites la guerre pas l’humour !

  2. Charles
    Charles lien permanent
    août 1, 2014

    Il me revient à l’esprit, cher Jphe,  une réflexion que ma grand-tante aimait à prodiguer à l’entourage qui voulait bien considérer les paroles d’une femme simple et de bon sens : « C’est toujours ceux qui font qui sont critiqués ! ». Elle n’avait pas tort.

    Mais,  me direz-vous,  il est si simple de ne rien faire, de ne rien tenter, et de ne pas s’exposer à  braver les tabous ou le « politiquementradicorrect » (ouf !) d’un certain milieu… Chacun ayant sa perception plus ou moins subjective, selon son « historique propre » du moment ou pas, de l’excès, de l’humour, de la lourdeur, du syndrôme omnibusien…et j’en passe !!!

    Alors on se demande pourquoi certains persistent à prendre ce genre d’initiatives….par orgueil sans doute ?!! http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    Les relèves qui pointent à l’horizon bleu azur d’une épuration  intellectuelle en accord avec la sociologie http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif,  me rassurent sur l’importance qui convient à donner à de telles dérives diversitaires  si bien épinglées par notre ami Édouard-Marie.

    Je pense qu’en septembre, après les folies récréatives de cet été, les choses vont rentrer dans l’Ordre… !!!   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

     

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      août 1, 2014

      Chez un Catholique, à la différence du parti communiste ou du FN, il n’y a pas d’activisme, donc pas de « prise d’initiatives »  possible de la part de ceux qui « critiqueraient » et qui donc seraient inviter à retrousser les manches pour « montrer ce qu’ils valent ».

      Ce sont les compétences qui s’expriment, avant les bonnes volontés, et ces compétences ne peuvent pas se permettre d’être gâchée par un emballage complètement inapproprié et pas du tout présentable.
      Ici il n’est pas question de « politiquement-tradi-correct », mais de correct tout court.

  3. Charles
    Charles lien permanent
    août 1, 2014

    C’est bien pour cela, cher EML, que certains incompétents laisseront, par la force des choses,  leur place à ceux dont la relève présente un emballage des plus… corrects.

    Compétents !……………à vos marques…………………………PARTEZ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      août 1, 2014

      Précisément non, parce que ceux qui, comme vous ou d’autres, publiez des articles ne voient pas leur compétences remises en causes, il est donc inapproprié de dire :

      « que certains incompétents laisseront, par la force des choses,  leur place à ceux dont la relève présente un emballage des plus… corrects. »

      Il est plus approprié de souhaiter que ces personnes, capables, puissent adopter un style correct, correct comme il sied à tout Catholique. Et non « politiquement correct ».
      Il ne s’agit pas de se renier et de sombrer dans un discours bisounours et consensuel mais simplement Catholique. 

      Les gauloiseries ne justifiant pas toujours tout.

      Parce que la relève, comme vous dites, si elle n’a pas un bon exemple, elle ne donnera rien de bon, elle prendra le plis des ainés.

       

  4. Avatar
    juste un catholique lien permanent
    août 2, 2014

    Je souscris à 100% à la remarque fort constructive d’Édouard. Se remémorer le style des plus grands anti libéraux, la forme d’écriture de Mgr Delassus par exemple, outre bien évidement le fond, doit être aussi une source d’inspiration. D’autant que le travail de ce site est non négligeable, exemple : les réfutations des objections  contre le sédévacantisme, qui est vraiment un très bon document, quel dommage que pour des questions de formes certains puissent pour ce motif ne pas vouloir le lire !

    Amicalement.
     

  5. Charles
    Charles lien permanent
    août 21, 2014

    « quel dommage que pour des questions de formes certains puissent pour ce motif ne pas vouloir le lire ! »

    Cher Juste un catholique, vous mettez le doigt là où ça fait mal !

    Car outre la fameuse « forme » qui,  quelle que soit son orientation propre, ne plaira jamais à cent pour cent des lecteurs, il faut s’interroger gravement sur la faculté compréhensive de certains de nos frères dans la foi et sur la bonne volonté qu’elle recèle et traduit dans une perspective toujours plus exigeante de la vérité.

    Ne conviendrait-il pas alors de s’interroger aussi, et plus gravement encore, sur qui sont ces « certains » dont toute la vie spirituelle et mentale s’arc-boute sur la forme, exaltant ainsi une sensibilité soit artistique et esthétique, soit littéraire ou historique, qui ne sait plus très bien où sont les frontières entre forme et fond, celles-ci fluctuant au gré de leurs penchants, humeurs, tendances et formatages socio-culturels… Loin de moi de nier l’importance du sensible (belles liturgie, belles musiques, belles lettres, etc…) dans une religion incarnée par Dieu qui s’est fait Homme et, pour cette raison, s’avère capable de toucher tous les hommes de toutes les races et de toutes les cultures et éducations.

    L’élite intellectuelle, celle dont l’esprit est  rempli des concepts de la vérité et de la foi, peut, il est vrai, s’abstraire en grande partie de ces jouissances de forme, jouissances qui par ailleurs se retrouveront réduites à l’épure que permet dans certains milieux la bienséance, la respectabilité, l’éducation et éventuellement une pruderie dont l’enfant naturel serait à terme la pudibonderie.

    Rendre le fond sévère et  correct, d’une correction quasiment ascétique, est un exercice qui n’est pas donné à tout le monde : de grands saints et de grands docteurs y ont excellé. On peut bien sûr s’en inspirer sans jamais toutefois rêver tout éveillé qu’on s’approche un tant soit peu de cet idéal !

    Doit-on priver tous les lecteurs des variations (que d’aucuns considèrent comme des écarts) de forme qui font d’un tel blogue une source d’eau vive pour les âmes de bonne volonté, pourvu, bien sûr, qu’à aucun moment cette forme tant décriée ne cèle la vérité ou ne la travestisse…?

    A-t-on légitimement le devoir moral de priver ceux qui, en toute liberté et bonne initiative, font l’effort d’apporter à leurs frères dans la foi leur point de vue, leur ressenti, leurs émois, leurs doutes, leurs outrances mêmes ? Car cela doit rester avant tout un plaisir, plaisir de communiquer la vérité à son prochain, plaisir de partager avec eux les mêmes indignations, les mêmes peurs, les mêmes colères et les mêmes certitudes…? Et dans quel mépris ne tiendrait-on pas alors l’administrateur de ce blogue, celui qui a le dernier mot et le pouvoir quasi absolu de modérer ou non celui ou celle qui lui semblerait nager en eaux troubles ou dépasser les bornes de la bienséance et de la charité confraternelle ?!…

    « Ne pas vouloir lire » serait alors  le signe évident d’une mauvaise volonté ou d’une « bonne volonté » qui a borné dogmatiquement son champ sémantique et sa capacité à absorber toutes les petites scories de ce monde que même la défense de la vérité ne saurait éviter puisque « tout homme est menteur » et ne peut prétendre devant ses frères à l’impeccabilité…

    Il faut encore s’interroger et se demander si, en définitive, ces « bornages » de l’esprit de certains ne sont pas dus à une relative immaturité psychique qui se voile sous le manteau d’un Noé légalo-puriste et ne cacheraient pas cette propension chez certains à user des bonnes choses de l’esprit comme on use d’un médicament dont il ne faut surtout pas dépasser la dose prescrite.

    D’ailleurs, je reste convaincu que ces « certains » si sensibles à la forme d’autrui cachent sous les oripeaux de leur bienséance offusquée les tares congénitales de leur incapacité radicale à distinguer ce qui est absolument nécessaire à la foi et ce qui n’est qu’accessoire dans une Église sans Pasteur et en désordre presque…parfait !!!!

    Les meilleurs milieux, et pourquoi ne pas le dire, même nos propres amis dans la foi, sont gangrénés par un consumérisme bon chic bon genre parce que fruit d’un psycho-affectif essentiellement relié au passé, donc à ce qui n’est plus, et subjugués  par une inadaptation sociale et culturelle, qui les met en porte-à-faux avec les réalités de la vie et les rend inaptes à « compatibiliser » leur vie spirituelle pure (car ils savent ce qu’il en est de la vérité…) avec leur vie sacramentaire et religieuse….

    Ceux-là même qui auront une sensibilité à fleur de peau pour tout ce qui est de la forme (notamment dans l’écrit) ne verront aucun mal, aucun VICE DE FORME (pour le moins !) à assister à un culte una cum ou bien à un autre non una cum …pourvu que leur sensibilité « de forme » ne soit en rien choquée ou prise en défaut par des manifestations par trop orthodoxes qu’ils pourraient déceler grâce à leurs connaissances antilibérales…

    Pharisiens d’un genre très spécial, ces « certains » là connaissent en général leur catéchisme par cœur, sont intransigeants avec l’expression de la vérité, ne tolèrent aucun manquement à la charité extérieure, sont très souvent d’une piété exemplaire mais oublient que le fond est, par les temps qui courent, bien souvent hélas le fruit d’un travail de renoncement qui les mènerait immanquablement à paraphraser les enfants de ce siècle en déclarant que « La Vérité est ailleurs ».

    Il y a deux manières de ne pas être fidèle à la vérité : en l’apostasiant ou en la voilant pieusement  sous les formes obsolètes du passé…

    Certains ne me pardonneront pas ou plus ces quelques considérations. Tant pis !

    Si le fond était aimé comme il devrait l’être….gageons qu’il n’y aurait plus de problème de forme !!!

    Merci à mes lecteurs fidèles d’avoir eu envie de me lire jusqu’au bout ! ce « vouloir lire » est sans doute et très certainement l’expression de leur BONNE VOLONTÉ.

    Que Dieu nous garde !

     

  6. Avatar
    Martial lien permanent
    août 22, 2014

    Si le fond était aimé comme il devrait l’être… gageons qu’il n’y aurait plus de problème de forme !!!

    Charles, permettez-moi de souligner votre remarque, matière à penser !

    • Edouard-Marie Laugier
      Edouard-Marie Laugier lien permanent
      août 23, 2014

      Certes il est fort dommageable que la forme obnubile certains, jusqu’à l’obsession, leur faisant oublier le fond.
      Mais il est un autre travers qui consiste, celui là, à se permettre toutes formes, sans aucune limite ni garde fou, au motif que le fond prime(rais) tout.

       

      Les remarques sur la forme ne sont pas le seul fait de nos ennemis déclarés ou de « proches » un peu refroidi par le blog, mais de beaucoup de gens « ben d’chez nous ».

      Il convient donc de se poser des questions, sauf à considérer qu’on poste pour se faire plaisir, pour faire briller son égo et se défouler.

  7. Charles
    Charles lien permanent
    août 24, 2014

    Cher Édouard,

    Comme c’est merveilleux de vous lire car chez vous le fond est revêtu d’une forme telle qu’elle pourrait faire passer le Diable pour le Bon Dieu ! Bon ! Je plaisante bien sûr, je vous taquine même…et vous l’aurez compris, mon intervention de ce soir est motivée par votre affirmation en soi  inquiétante que « Les remarques sur la forme ne sont pas le seul fait de nos ennemis déclarés ou de « proches » un peu refroidi par le blog, mais de beaucoup de gens « ben d’chez nous ».

    Cela est très intéressant, car s’il n’y a rien de commun entre les ténèbres et la lumière, il faut bien admettre que ces trois catégories aussi dissemblables et dans des camps opposés ou pour le moins rivaux, ont, de par la magie de la forme, quelque point commun qu’ils partagent, comme on partage en enfer la haine de Dieu et du prochain, sans jamais pour autant participer des bienfaits  d’une quelconque communion d’esprit et de pensée.

    Puisque vous aimez vous poser des questions, cher Édouard, examinons ensemble le bien-fondé de ces trois catégories à critiquer nos « formes » (c’est à dire de tous ceux qui écrivent sur ce blogue, messages ou articles, administrateur compris), le bien qui en résulte, ce qui les rapproche et ce qui les sépare dans une commune réprobation.

    1/ Les ennemis déclarés : s’ils le sont, il y a fort à parier que s’ils attaquent la forme c’est pour mieux démolir le fond. Ainsi procédaient les gens de La Question à grand renfort de noms d’oiseaux. En général la forme d’autrui ne trouve grâce à leurs yeux que dans la mesure où elle exalte la leur, ce qui revient à dire pratiquement que seule leur forme à eux possède tous les attributs de l’impeccabilité. En effet, la forme doit rester la servante du fond et j’en suis bien d’accord avec vous, cher Édouard ! mais serviteur ne veut pas dire esclave…vous saisissez la nuance ? Ainsi certains intervenants de ce blogue ennemi ont-ils cru bon de recenser tous ces noms d’oiseaux afin de confondre ces rhéteurs du droit divin et de leur mettre le nez dans leur propre logorrhée sémantique et lexicale.

    2/ Les proches un peu refroidis : je trouve votre expression, cher Édouard, très pertinente et très significative. Que doit-on entendre par cette délicieuse et admirable  expression ?

    S’ils sont proches, c’est qu’en bonne logique, ils partagent la plupart de nos idées et de nos analyses. Néanmoins, ce substantif ne signifie pas que l’osmose est parfaite sur le fond. Ainsi ces proches peuvent avoir des divergences sur le fond qu’ils n’oseront exprimer que par le biais de la forme qui ne trouvera ainsi jamais entièrement grâce à leurs yeux…

    Et s’ils sont « un peu refroidis » (admirable !!!) c’est qu’ils sont TIÈDES, en réalité pas seulement sur  la forme mais aussi sur le fond. Et vous savez comme moi, cher Édouard, ce qu’est la pensée de Dieu vis à vis des tièdes……

    Il y a aussi ceux qui passent de l’état de chaleur à celui de tiédeur, la forme étant un prétexte commode pour s’éloigner du fond qui gêne certains dans leur conformisme béat ou dans leur confort intellectuel égoïste et jouisseur… Ne pouvant réfuter le fond, ils s’attaquent à la forme !

    On peut même extrapoler ces cas de figure à celui, extrême, où le critique en question serait véritablement et au sens propre « refroidi » soit physiquement — ce qui est peu probable — soit spirituellement ce qui se conçoit plus aisément.

    3/ Les gens « bend’chez nous » : Ah ! cher Édouard ! Que votre langage fleure bon la France profonde, nos belles provinces et ces trésors d’un  patrimoine trop souvent méconnu. Si je ne vous connaissais pas personnellement, j’aurai pu croire que vous étiez sur le point de faire une sorte de « coming out » rural et champêtre !   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    Mais les gens « ben d’chez nous », comme vous dites, êtes-vous si sûr qu’ils soient vraiment d’chez nous ? Sondez-vous les reins et les cœurs ? Leur donneriez-vous le Bon Dieu sans confession ?   http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

    (Nous n’habitons et ne vivons pas tous en province…..! ) http://wordpress.catholicapedia.net/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    Non…car je vous sais trop prudent et persuadé que « tout homme étant menteur »  il y aurait grand malheur à mettre sa confiance en l’Homme.

    Si ces gens critiquent la forme, êtes-vous si sûr qu’ils sont toujours en règle avec le fond ? Sans doute, me direz-vous, il y a manière de critiquer la forme et commençons par distinguer, si vous le voulez bien, ceux qui la critiquent in occulto, confiant à la rumeur ou aux bruits de couloir leurs sentiments intimes, et ceux qui, armés de courage viril, osent braver leurs frères dans la foi pour leur signifier qu’ils feraient sans doute bien mieux qu’eux et que la Vérité aurait à coup sûr à y gagner ! Malheureusement, on n’a pas encore vu l’un de ces « bend’cheznous » se substituer pour de bon aux auteurs présumés défaillants. Crise des vocations ?

    Sans doute ont-ils peur de passer pour d’infâmes sybarites plus préoccupés de se faire plaisir, de cultiver leur égo et de jouir impudemment d’un défoulement assumé (ce que, je l’avoue sans honte,  je suis ici entrain de faire car je n’ai pas encore sommeil !).

    Lorsque quelqu’un manie mal son épée et risque de blesser quelqu’un, la réaction normale d’un homme de bien, c’est de le décharger par tous moyens de cet encombrant fardeau et de lui donner séance tenante une belle  leçon d’escrime… Ce faisant on aura réussi un double bienfait : protéger son prochain d’une mort éventuelle et apprendre à l’inculte le maniement des armes…

    Bref, cher Édouard, vous avez raison : il convient de se poser des questions…ce que j’ai modestement tenté de faire ce soir… Espérons que vous continuerez à vous poser les bonnes questions.

    Bien cordialement et en UDP.

     

     

Les commentaires sont fermés.