Aller au contenu

19 septembre 1846 : LA TRES SAINTE VIERGE SUR LA SAINTE MONTAGNE DE LA SALETTE

2012 septembre 19

L’APPARITION DE LA TRÈS SAINTE VIERGE SUR LA SAINTE MONTAGNE DE LA SALETTE

LE SAMEDI 19 SEPTEMBRE 1846

Le samedi 19 septembre 1846, à environ trois heures de l’après-midi sur une montagne proche du village de La Salette-Fallavaux, deux jeunes bergers, Mélanie Calvat, âgée d’un peu moins de quinze ans, et Maximin Giraud, âgé de onze ans, voient apparaître dans une lumière resplendissante une « belle dame » en pleurs qui s’adresse à eux.

« Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l’antéchrist »…

« L’Église sera éclipsée, le monde sera dans la consternation »…

« la Foi seule vivra »…

 

Réponse à tous les détracteurs du Secret : lire « ces pages qui ont été écrites pour la Pure Vérité »

Lettre de Mgr Zola, évêque d’Urgente, puis de Lecce à propos du Secret de Mélanie

Le secret de Mélanie donné par la très Sainte Vierge sur la montagne de la Salette le 19 septembre 1846

* * *

LE SECRET DE MÉLANIE A-T-IL ÉTÉ CENSURÉ PAR ROME ?

Dans le Bulletin du Diocèse de Reims du 25 Mai 1912, M. le Chanoine Frézet affirmait ce qui suit :

« …Nous disions en effet… que le tissu de grossièretés et de sottises publié sous le titre de Secret de La Salette etc… ou de Secret de Mélanie etc… avait été mis à l’Index, le 7 Juin 1901 et le 12 avril 1907 ».

Sachant que ces affirmations étaient erronées, le Marquis de la Vauzelle en écrivit, le 6 novembre 1912 à Son Éminence le Cardinal Luçon, Archevêque de Reims. Par sa lettre du 27 novembre 1912, Son Éminence lui répondit : « …Les articles du Bulletin reproduisent bien mon propre sentiment ». Et le Cardinal ajoutait qu’il transmettait au R. P. LEPIDI, Maître du Sacré Palais, Membre du Saint-Office et de l’Index, les trois questions posées par le Marquis de la Vauzelle, pour savoir si les mises à l’Index dont le Bulletin de Reims donnait les dates, visaient l’opuscule de Mélanie ou seulement des ouvrages où il était cité et commenté. Son Éminence lui mandait en outre : « Dès que j’aurai la réponse du P. LEPIDI, s’il veut bien me répondre, je vous la ferai parvenir. »

Le 19 Décembre 1912, le Cardinal Luçon écrivit au Marquis de la Vauzelle :

Monsieur le Marquis,

Voici la réponse que je reçois du R. P. LEPIDI aux trois questions posées dons vos lettres des 6 et 25 Novembre et 13 Décembre :

Voici ce qui m’a été donné de recueillir par des informations séreuses sur l’affaire du Secret de La Salette vis-à-vis des Congrégations Romaines, INDEX et SAINT-OFFICE :

Le Secret de La Salette n’a jamais été condamné d’une manière directe et formelle par les Sacrées Congrégations de Rome.

2° Deux livres de M. Gilbert-Joseph-Émile Combe ont été condamnés par l’Index :

L’un en 1901 : Le Grand Coup avec sa Date Probable, étude sur le Secret de La Salette, augmenté de la brochure de Mélanie et autres pièces justificatives.

L’autre livre en 1907 : Le Secret de Mélanie et la Crise Actuelle.

Ces condamnations regardent directement et formellement les deux livres écrits par M. Combe et nullement le Secret.

Je prie V. É. d’agréer, etc…

Vatican, 16 Décembre 1912.

Albert LEPIDI, O. P.

En vous transmettant cette réponse, je vous prie, Monsieur le Marquis, d’agréer l’expression de mes respectueux sentiments.

L. J. Card. Luçon, Archev. de Reims1

Dans le numéro du 31 Décembre 1915 des « Acta Apostolicae Sedis » parut, Comme émanant du Saint-Office en date du 21 Décembre 1915, un « Décret » ne portant la signature d’aucun des Cardinaux dignitaires ou membres de la Sacrée-Congrégation, mais seulement celle de son notaire Louis Castellano, et, de plus, sans aucune mention de date, ni du vote du « Décret » en réunion de la Congrégation du Saint-Office, ni de sa présentation à l’approbation du Pape Benoît XV

Or, il est vrai que ce « Décret » défend « de traiter et discuter la question du Secret de La Salette ». Mais il ne porte absolument aucune censure, ni sur l’opuscule de Mélanie, ni sur le Secret en particulier, ni aucune défense de le posséder, de le lire et de le répandre.

Ce « Décret » laisse donc les catholiques en jouissance des hautes autorisations conférées à l’opuscule de Mélanie par les Imprimatur d’abord du Cardinal RIARIO SFORZA, Archevêque de Naples, puis de Mgr ZOLA, Évêque de Leccè ; sans compter les approbations des Cardinaux FERRIERI et GUIDI, et même du Pape Léon XIII qui, non seulement agréa par deux fois l’opuscule de Mélanie à lui offert par l’auteur, mais encore chargea M. Amédée NICOLAS, avocat à Marseille, « de rédiger une brochure explicative du Secret tout entier afin que le public le comprenne bien ».

Ces pages ont été écrites pour la Pure Vérité.

  1. La photogravure de ce document se trouve clans la brochure Le Secret de la Salette et le Bulletin du diocèse de Reims, par le Marquis de la Vauzelle. []
Pas de commentaires pour le moment

Les commentaires sont fermés.